YEMEN : LES HOUTHISTES S'EMPARENT DU PALAIS PRESIDENTIEL D'ADEN

Les rebelles houthistes s'emparent du palais présidentiel d'Aden au Yémen

Le Monde.fr avec AFP | • Mis à jour le

 

L'essentiel

  • Le gouvernement yéménite fait face à la fronde des milices houthistes.
  • Parallèlement, d'autres forces tentent de tirer profit du chaos pour gagner du terrain, à l'image de l'organisation terroriste Al-Qaïda mais aussi plus récemment de l'Etat islamique.
  • L'Arabie saoudite est à la tête d'une coalition qui mène, depuis le 26 mars, des opérations aériennes contre les rebelles chiites.

 

image: http://s2.lemde.fr/image/2015/04/02/534x0/4608845_6_fab5_de-violents-affrontements-ont-oppose-jeudi-2_d77924bbc60786650586a914bb3bda6e.jpg

De violents affrontements ont opposé jeudi 2 avril, des rebelles houthistes et les partisans du président en place, à Aden, dans la deuxième ville du pays.

Le Yémen s'enfonce toujours plus dans le chaos. De violents combats pour le contrôle d'Aden, la deuxième ville du pays, ont marqué la journée de jeudi 2 avril, tandis que l'organisation terroriste Al-Qaïda dans la péninsule Arabique (AQPA), profitant du chaos, a annoncé avoir libéré plus de trois cents de ses membres, dont l'un de ses chefs. 

  • Les houthistes s'emparent du palais présidentiel

Les rebelles chiites se sont emparés du palais présidentiel à Aden jeudi, dernier symbole de l'Etat, infligeant un revers à l'Arabie saoudite qui mène depuis huit jours une campagne aérienne contre ces miliciens soutenus par l'Iran.

Lire : Au Yémen, le pari risqué de l’Arabie saoudite

Les rebelles houthistes ont rencontré une forte résistance des « comités populaires », force paramilitaire qui tentait en fin d'après-midi de les déloger de cet ensemble de bâtiments nichés au sommet d'une colline qui descend abruptement vers la mer et à laquelle on ne peut accéder que par une route tortueuse. En début de soirée, un responsable du ministère de la Défense a confirmé la chute du palais, précisant qu'il était désormais contrôlé par « des forces spéciales de la Garde républicaine, fidèles à Ali Abdallah Saleh », l'ancien président qui a cédé le pouvoir en 2012 après un an de révolte populaire.

A Riyad, le général Ahmed Assiri, porte-parole de la coalition, a déclaré jeudi soir à la presse que la situation dans cette ville était « stable ». « Les milices Houthis ne contrôlent aucun bâtiment gouvernemental à Aden », a-t-il dit, sans cependant évoquer spécifiquement le palais présidentiel.

  •  Al-Qaida libère des prisonniers

Dans la journée, Al-Qaida s'est également manifestée. Des membres de l'organisation djihadiste ont attaqué dans la matinée la prison centrale de Moukalla, dans le Sud-Est, et libéré trois cents prisonniers, dont un chef nommé Khaled Batarfi, détenu depuis plus de quatre ans, selon des sources sécuritaires. Les combattants d'AQPA ont également pris d'assaut, toujours à Moukalla, le complexe de l'autorité locale, le bureau de la banque centrale, le commissariat de police et les locaux des services de renseignement.

  • Un soldat saoudien tué

Enfin, un garde-frontière saoudien a été tué et dix autres blessés par des tirs « nourris venus d'une zone montagneuse » du Yémen, selon les autorités de Riyad. Des forces terrestres sont alors intervenues, et l'échange de tirs s'est soldé par un mort et plusieurs blessés. Il s'agit du premier soldat saoudien dont la mort est annoncée par l'Arabie saoudite depuis le début de l'intervention.

En deux semaines, avec l'avancée des Houthis vers Aden (dans le sud du pays) et le lancement de l'opération militaire saoudienne, les combats au Yémen ont fait 519 morts et près de 1 700 blessés, a indiqué jeudi soir la responsable des opérations humanitaires de l'ONU Valerie Amos, en se disant « extrêmement inquiète » pour la sécurité des civils.

Voir : Huit cartes pour comprendre les origines du chaos au Yémen

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2015/04/02/yemen-aqpa-libere-300-de-ses-membres-violents-combats-a-aden_4607838_3218.html

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau