Veilleur en éveil

 

Dans PEROU

LE PRESIDENT DU PEROU, PEDRO CASTILLO, APPELLE LES MILITAIRES ET LA POLICE A PARTICIPER AU CHANGEMENT

Par Le 06/08/2021

6 Août 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-08-05 19:11:40

      

Lima, 5 août (RHC) Le président péruvien, Pedro Castillo, a été reconnu ce jeudi comme chef suprême des forces armées et de la police et il les a convoquées à participer au changement initié pour un avenir plus digne, solidaire et humain.

Il a lancé  la convocation au cours d’une cérémonie pleine de symbolisme, au cours de laquelle les plus hauts chefs militaires et celui de la police ont reconnu comme chef suprême un humble maître rural en chapeau des hommes de la campagne, sans cravate et avec un sac décontracté avec des applications de tissus indigènes.

Castillo les a appelés 'à travailler avec le peuple pour un Pérou plus inclusif, plus tolérant qui, à partir de nos différentes visions, sache construire un avenir plus digne, plus solidaire, plus humain pour tous les Péruviens'.

Il a déclaré que le peuple reconnaissait le travail historique et actuel des forces armées et de la police, et il a rendu hommage aux combattants tombés lors des batailles de Junín et d’Ayacucho, qui ont consolidé l’indépendance en 1824, ainsi que les militaires et policiers et leur personnel de santé qui ont donné leur vie dans la lutte contre la Covid-19.

Il a souligné l’engagement des agents en uniforme à lutter ensemble contre l’inégalité, la pauvreté et l’injustice sociale, et il a relevé que le Pérou vit le début d’une nouvelle époque, à laquelle ils travailleront aux côtés de la population pour éliminer tout vestige de discrimination et d’inégalité.

Il les a appelées en outre à s’inspirer des héros nationaux pour 'mettre leur discipline, leur courage, leur amour du pays au service des plus démunis'.

'Après 200 ans de vie indépendante, j’invoque l’unité de tous les Péruviens, y compris les hommes et les femmes des forces armées et de la police, afin que, inspirés par notre passé glorieux et millénaire, « Nous devons avancer ensemble dans la paix et l’unité pour surmonter les différences structurelles que nous avons conservées en tant que société depuis l’indépendance, a-t-il déclaré.

Il a également appelé à 'entendre les voix des Péruviens les plus démunis, qui luttent jour après jour dans des conditions sociales et économiques difficiles, pour sortir de la grave crise sanitaire qui frappe les plus vulnérables

'Mon gouvernement du changement est parvenu à gouverner avec le peuple et pour le peuple, ce qui s’exprime également dans la défense des intérêts de la nation, où le rôle des forces armées est très important pour sortir de la crise économique, en soutenant le renforcement de notre agenda social', a-t-il ajouté.

Lors de la cérémonie, le général Manuel Gómez, chef nouvellement nommé du Commandement conjoint des forces armées, ainsi que les commandants généraux de l’armée, de la marine, de l’armée de l’air et de la police, ont remis au président Castillo l’insigne et le bâton de commandement, symboles de l’autorité du chef suprême.

Gómez a engagé le président 'à veiller sur nos institutions' et il a déclaré que les Forces Armées et la Police 's’engagent à continuer à travailler avec effort et dévouement pour la sécurité et le développement de notre Pérou bien-aimé '.

 

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/266224-le-president-du-perou-appelle-les-militaires-a-participer-au-changement

Tag(s) : #Pérou#Castillo

Dans IRAN

RAISSI, LE NOUVEAU PRESIDENT IRANIEN : « NOUS SERONS AUX COTES DES GENS OPPRIMES OU QU’ILS SOIENT »

Par Le 05/08/2021

Raïssi dans son discours d’investiture: Nous serons aux côtés des gens opprimés où qu’ils soient

 Depuis 2 heures  5 août 2021

raissi

 Article traduit - Iran - Monde islamique

 

Rédaction du site

Le nouveau président iranien, le principaliste Ebrahim Raïssi, a prêté serment, jeudi 5 août, devant le Parlement et un parterre de personnalités officielles venues de 115 pays. Ancien chef de l’Autorité judiciaire, il a entamé officiellement mardi son mandat de quatre ans, après l’approbation de son élection par le guide suprême.

“ le peuple iranien est profondément déterminé à poursuivre le chemin de la révolution, de la voie de la liberté et de la dignité. Je suis fier et honoré d’être au service du peuple iranien. Je me consacrerai au service du peuple, à l’honneur du pays, à la propagation de la religion et de la moralité, et au soutien de la vérité et de la justice », a-t-il juré, lors d’une cérémonie diffusée en direct par la télévision d’État”.

“Le succès du peuple iranien qui est ce qu’il y a de plus important et au dessus de tout pouvoir nécessite la collaboration de tous”, a-t-il dit dans le discours apres avoir prêté serment.

« Nous sommes les vrais défenseurs des droits de l’homme »

Sur les objectifs fixés pour son prochain gouvernement dont il devra présenter les candidats pour les postes ministériels , M. Raïssi a précisé: “nous voulons former un gouvernement qui lutte contre la corruption”. Dans sa campagne électorale, il s’était ainsi présenté comme « l’adversaire de la corruption, de l’inefficacité et de l’aristocratie », et avait promis de lutter sans relâche « contre la pauvreté » s’il était élu.

Il a dit aussi: “Nous serons aux côtés des gens opprimés où qu’ils soient, en Europe, en Amérique, en Afrique, au Yémen, en Syrie et en Palestine. Nous ne garderons pas le silence face à l’oppression, à l’injustice et aux agressions infligées au droits des plus opprimés où qu’ils soientؙ”.

“Nous somme les vrais defenseurs des droits de l’homme”, a-t-il insisté.

Étaient présents parmi les 115 invités le vice-secrétaire général du Hezbollah cheikh Naïm Qassem, ainsi que les deux dirigeants des mouvements de résistance palestinienne, Hamas et Jihad islamique, Ismaïl Haniyeh et Ziad Nakahlé respectivement. Et le porte-parole de l’oganisation yéménite houthie Ansarullah Mohamad Abdel Salam.

Et de poursuivre: “nous allons former un gouvernement qui réalise l’entente nationale au pays . Nous serons engagés dans les principes de la révolution islamique, (et oeuvrerons) pour endiguer la corruption et soutenir l’économie nationale”.

La présence étrangère, la cause des problèmes de la région

S’exprimant sur la politique étrangère qu’il va prôner durant son mandate, il a indiqué: “ La politique de pression et d’embargo ne détournera pas le peuple iranien de réclamer ses droits légitimes dont entre autres la science… la puissance que détient l’Iran est garante de la stabilité et de la sécurité dans la région. Mais la présence étrangère est la cause des problèmes de la région”.

D’après lui, “ il faut régler les crises régionales à travers un dialogue réel entre les peuples de la région ».

« L’Iran considère les Etats et les peuples voisins comme faisant partie de sa famille; la consolidation des relations avec les Etats voisins sera une priorité de la politique étrangère”, a-t-il ajouté.

Le monde est en train de changer

A propos du programme nuléaire iranien, il a rappelé qu’il était entièrement pacifique. “L’arme nucléaire est prohibée dans notre doctrine. Pas de place pour les armements nucléaires dans la stratégie défensive de l’Iran”. Selon lui, il faut lever toutes les sanctions contre l’Iran.

“Nous soutenons toute suggestion diplomatique qui réalise cet objectif. La politique des sanctions ne détournera pas le peuple iranien de réclamer ses droits légitimes”, a-t-il enchainé.

Selon le nouveau président iranien, le monde est en train de changer et la réalisation des intérêts des peuples dépend d’une nouvelle compréhension du monde”.

“Une politique étrangère efficace doit être une politique étrangère équilibrée”, a-t-il soutenu.

Avant ce discours, le chef du Parlement iranien Mohamad Baqer Qalibaf a dit qu’il faut mettre au point un plan quinquenal et un programme rapide pour dépasser la crise économique”, due aux santions américaines.

“Le pays fait face à beaucoup de difficultés mais il est à l’aube d’un changement radical”, a-t-il affirmé.

Source: Médias

https://french.almanar.com.lb/2123519

Dans Bolivie

LA JUSTICE BOLIVIENNE PROROGE DE 6 MOIS LA DETENTION PREVENTIVE D’ANEZ

Par Le 05/08/2021

5 Août 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-08-03 19:23:45

      

La Paz, 3 août (RHC) La justice bolivienne a décidé aujourd’hui de prolonger de six mois la détention préventive de l’ex-présidente de facto Jeanine Añez, qui a fait l’objet d’une enquête pour le coup d’État de novembre 2019.

La mesure de précaution a été prononcée par le juge anticorruption de La Paz, Andrés Zabaleta, dans un nouveau procès qui enquête sur Áñez pour décisions contraires à la Constitution et manquement aux devoirs quand elle a pris le pouvoir.

Selon les médias locaux, le deuxième juge d’instruction chargé de la lutte contre la corruption a estimé que la probabilité de responsabilité des faits imputés et l’existence de risques procéduraux de fuite et d’entrave étaient prouvées, conformément aux articles 234 et 235 du Code de procédure pénale.

'L’autorité judiciaire établit la nécessité de donner suite à la demande du ministère public concernant l’imposition de la détention préventive pour la prévenue Jeanine Añez Chávez pendant une période de six mois, dans la prison de Miraflores', a conclu le tribunal.

Añez est en prison depuis le 13 mars de cette année pour le coup d’État et fait l’objet d’une enquête pour sédition, terrorisme et conspiration.

 

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/266001-la-justice-bolivienne-proroge-de-six-mois-la-detention-preventive-danez

Tag(s) : #Bolivie

Dans Afrique

MADAGASCAR – TENTATIVE DE COUP D’ETAT : DETENTION PREVENTIVE POUR PAUL RAFANOHARANA, PHILIPPE FRANCOIS ET VICTOR RAMAHATRA.

Par Le 05/08/2021

MADAGASCAR – Tentative de coup d’Etat: Détention préventive pour Paul Rafanoharana, Philippe François et Victor Ramahatra.

AOÛT 05

Publié par 

Paul Rafanoharana et consorts sont placés en détention préventive suite au projet d’attentat qui a visé de hautes personnalités.

Paul Maillot Rafanoharana et Philippe François, deux anciens officiers supérieurs de la gendarmerie et de l’armée françaises, se trouvent depuis hier, derrière les barreaux. Placés sous mandat de dépôt dans le cadre de l’affaire « Apollo 21 » dans le dessein éliminer le président de la République et neutraliser d’autres hautes personnalités ainsi que renverser le gouvernement, les deux Français sont incarcérés à Tsiafahy. Ces présumés cerveaux de « Apollo 21 » ont été entendus hier, pendant plusieurs heures, au parquet du tribunal de première instance d’Antananarivo. Aina Razafindrakoto est aussi placé en détention préventive à Tsiafahy avec les deux Français. Ce dernier est un ancien employé de la Banque centrale de Madagascar et connu comme étant un meneur de grève au sein de cette institution financière. En 2013, Aina Razafindrakoto a aussi fait partie de l’équipe de campagne d’un candidat recalé au second tour de l’élection présidentielle.

Unité d’élite. D’autres personnalités comme Victor Ramahatra (ancien PM) et le Commandant Diambelou, chef d’escadron de la gendarmerie, commandant du groupement de sécurité et d’interventions spécialisées, sont aussi placées sous mandat de dépôt dans la prison d’Imerintsiatosika. Les quatre autres éléments de cette unité d’élite de la gendarmerie sont placés sous contrôle judiciaire à l’issue de l’audition au parquet d’Antananarivo. Ces militaires sont tous cités dans cette affaire qui avait pour objectif de mettre en branle le régime en place. D’autres généraux de l’armée en activité, eux aussi, ont également été auditionnés hier à Anosy. Parmi eux, on note la présence du général, haut responsable au niveau de la direction en charge de l’armement de l’armée malgache.

Le Général à la retraite Razakarimanana Ferdinand (ancien PDS de la capitale), quant à lui, a bénéficié d’une liberté provisoire.

Soutien. « Apollo 21 » implique aussi des civils dont la femme de Paul Rafanoharana qui est incarcérée depuis hier à Manjakandriana. Une autre, employée d’une société minière, quant à elle, est admise dans un hôpital public de la capitale en raison de son état de santé. L’artiste Sareraka, lui, est placé sous contrôle judiciaire. Ce dernier aurait souffert d’une infection pulmonaire durant sa garde à vue à Ivato, a-t-on su d’une source médicale. Après son interpellation, cet artiste engagé a obtenu le soutien public de certains partisans du président de la République.

Le défèrement de l’affaire qui a fait beaucoup jaser a duré plusieurs tours d’horloge hier. Les quinze personnes qui ont été entendues par le parquet ont débarqué sous bonne escorte policière en milieu de matinée.

Rija R.

Source: Midi Madagasikara

https://tsimokagasikara.wordpress.com/2021/08/05/madagascar-tentative-de-coup-detat-detention-preventive-pour-paul-rafanoharana-victor-ramahatra-et-razakarimanana/

LES USA ONT TOUT FAUX EN AFGHANISTAN COMME PARTOUT OU ILS FOURENT LEURS SALES PATTES

Par Le 04/08/2021

Comment les USA ont tout faux en Afghanistan?

Wednesday, 04 August 2021 10:44 AM  [ Last Update: Wednesday, 04 August 2021 11:37 AM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des forces de l'armée chinoise. ©AFP

En Afghanistan, les Américains semblent de plus en plus s'éloigner de leur plan originel. Alors qu'ils ont fait semblant de s'en retirer pour y déclencher une guerre confessionnelle propre à toucher l'Iran la Chine et la Russie, l'axe Iran-Chine est sur le point de tirer le tapis sous les pieds US. Comment?  

Peu de gens dans les capitales du Moyen-Orient, et dans le monde arabe en particulier, se sont penchés sur la visite de la délégation des talibans en Chine, lesquels ont promis aux dirigeants chinois qu'ils resteraient dans leur tranchée et qu’ils ne permettront pas à l'Amérique de faire de leur pays une plate-forme pour déstabiliser la Chine, et ce, par la porte de la minorité turkmène musulmane, c'est-à-dire les Ouïghours. La prochaine guerre USA/Chine, qu'elle soit directe ou par procuration, aura-t-elle lieu sur le sol afghan? 

Afghanistan: le court-circuit chinois?

Afghanistan : le court-circuit chinois?

Une délégation des talibans rencontre des autorités chinoises.

En effet, lorsque le président chinois Xi Jinping a appelé il y a deux jours à la nécessité de se concentrer fortement sur le développement des capacités de l'Armée populaire de libération de la Chine pour la préparer à un long conflit militaire à la lumière des menaces croissantes auxquelles le pays est confronté, il faisait référence aux préparatifs américains en cours pour activer ce front afghan, ainsi que d'autres fronts. L'administration Biden estime que la confrontation avec la Chine est une priorité absolue pour sa sécurité nationale, et elle adopte la même stratégie définie par Trump, avec une différence fondamentale : Biden ne veut pas que son pays porte seul ce fardeau et forme une alliance quadripartite comprenant l'Inde, l'Australie, le Japon, la Corée du Sud, avec une mini-OTAN basée en Asie de l'Est. L'Afghanistan tire son importance de sa frontière commune avec le Turkménistan oriental (les Ouïghours), large de 75 km à l'ouest de la Chine. Washington espère en faire un nouveau point de départ pour la deuxième édition de la mission contre la Chine, selon les informations américaines divulguées sur les caractéristiques de la guerre à venir.

USA: les talibans sortent  leurs MANPAD

USA : les talibans sortent leurs MANPAD

Les talibans vont se venger des récentes frappes aériennes américaines en Afghanistan.

Cela n'empêche pas que la mer de Chine méridionale, très fréquentée aujourd'hui par les porte-avions américains (dont le dernier est le porte-avions Ronald Reagan, NDLR), et qui constitue un point de friction, ne soit pas l'autre front du conflit à venir. La direction chinoise cherche actuellement à former une alliance quadripartite ou quinquennale, pour affronter l'alliance américaine, et cette alliance comprend la Russie, l'Iran et la Corée du Nord, ainsi que le Pakistan, générateur des talibans, qui devrait jouer un rôle majeur aux côtés de la Chine dans toute guerre future. L'armée chinoise occupe la troisième place après ses homologues américaine et russe sur la liste des armées les plus puissantes du monde. Elle est désormais équipée de 350 têtes nucléaires, 48 ​​sous-marins, des milliers d'hélicoptères, de drones et de missiles.

Afghanistan: Taliban, outil

Afghanistan : taliban, outil

Jusqu

Ce qui inquiète le plus Washington ces jours-ci, ce sont alors six points fondamentaux : Le développement d'escadrons d'avions sans pilote chinois (drones), notamment de kamikazes, qui se coordonnent entre eux sans intervention humaine, selon le déroulement des combats. Puis, la Chine a dépensé des milliards de dollars pour développer des missiles qui dépassent de plus de 20 fois la vitesse du son, lui permettant d'atteindre des cibles à des centaines de kilomètres de distance en quelques secondes seulement et qu'elle entrepose dans des silos sous terrains. Ensuite, la production de graphène qui est 200 fois plus résistant que l'acier et actuellement utilisé pour peindre des missiles balistiques, des chars, des véhicules blindés et des boucliers de protection pour les soldats, les hélicoptères géants Z10, les bombardiers et les avions de chasse. Les dirigeants chinois augmenteront aussi le budget militaire de 6,8% cette année pour atteindre 1 400 milliards de yuans (217 milliards de dollars), et il est prévu de l'augmenter du même pourcentage ou plus au cours des prochaines années. Ainsi, les dépenses militaires chinoises sont les plus élevées du monde après celles des États-Unis. En cinquième lieu, le modèle chinois de « dictature de la technologie », c'est-à-dire l'utilisation de la technologie moderne pour l'espionnage, la collecte d'informations et le contrôle de la population. Washington cherche actuellement par tous les moyens à empêcher la propagation de ce modèle, qui est à l'image de la suprématie chinoise.

L'armée chinoise en état d'alerte

L'armée chinoise en état d'alerte

La Chine met en garde les USA contre la violation de son espace aérien.

Et enfin donner aux sanctions américaines sur les importations et les entreprises chinoises des résultats contre-productifs, pousser la Chine à se reposer sur elle-même, à fabriquer localement des alternatives aux produits américains et à devenir autonome, à l'instar de ce que l'Iran a fait au cours des trente dernières années. Trois premiers des six points précités inquiètent encore plus les Américains car il y aurait un entrecroisement de méthode et de tactique sino-iraniennes. La Chine est une puissance mondiale montante à la vitesse du son. Mais elle a aussi l’intelligence de suivre de près l’unique front de combat réel qui existe contre les États-Unis à savoir celui de la Résistance. Les tensions dans le golfe Persique, celles à Gaza, au Liban et en Syrie contre les Américains, lui servent de leçon et l'aident à faire une idée de sa propre guerre contre l'Amérique. Depuis la bataille de Gaza, Pékin joue carrément sur le terrain de la Résistance. C'est un point qui pourrait s'avérer fatal aux Américains en Afghanistan. 

USA : la Chine prépare la guerre

USA : la Chine prépare la guerre

Selon le tabloïd chinois, Global Times, Pékin doit augmenter sa puissance militaire pour contrer les menaces américaines.

http://french.presstv.ir/Detail/2021/08/04/663705/Afghanistan--le-choc-sino-iranien--

Dans PEROU

LE MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES DU PEROU CONTRE LES BLOCUS ET POUR LA NORMALISATION AVEC LE VENEZUELA

Par Le 04/08/2021

3 Août 2021

Lima, 2 août (RHC) Le nouveau ministre des Affaires Étrangères du Pérou, Héctor Béjar, s’est prononcé aujourd’hui contre les sanctions unilatérales et les blocus concernant les représailles contre le Venezuela et il a appelé à la normalisation des relations avec ce pays.

Lors d’une conférence de presse après son entrée en fonction, l’universitaire et militant social a déclaré qu’il mènera une politique contre ce type de mesures, en soulignant que le Venezuela est une nation victime d’un blocus de la part des États-Unis.

'Nous contribuerons avec un ensemble de pays d’Europe et d’Amérique latine à la compréhension des diverses tendances politiques qui existent sans intervenir dans leur politique intérieure', a souligné le nouveau ministre.

Héctor Béjar s’est déclarée préoccupé par le respect des droits des personnes marginalisées, non seulement dans de nombreux autres endroits, mais aussi au Pérou, et il a évoqué l’amélioration du niveau de bien-être social, et pour cela nous devons parvenir à l’harmonie sur notre continent' –a-t-il relevé-.

Interrogé sur la politique de Caracas, il a déclaré que 'je serai d’accord avec la politique qui sera appliquée au Venezuela chaque fois qu’elle bénéficiera à la société, nous nous faisons du souci pour le Venezuela mais aussi pour tous les pays d’Amérique latine'.

Le ministre a confirmé avoir eu des entretiens avec le ministre vénézuélien des Affaires Étrangères, Jorge Arreaza, qui a assisté à l’investiture du président Pedro Castillo au nom du président Nicolás Maduro, invité par l’enseignant rural nouvellement élu.

Il a indiqué que parmi les sujets abordés, il y avait tout ce qui concerne les migrants vénézuéliens, auxquels s’appliquera la même politique de défense de leurs droits, comme le reste des étrangers résidant au Pérou, et les émigrés nationaux, a-t-il assuré.

D’une manière générale, il a clairement indiqué que son devoir de chef de la diplomatie est d’améliorer les relations avec le Venezuela, la Colombie, le Chili, le Brésil, Cuba et d’autres États.

 

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/265876-le-ministre-des-affaires-etrangeres-du-perou-contre-les-blocus-et-pour-la-normalisation-avec-le-venezuela

Tag(s) : #Pérou#Venezuela

Dans IRAN

IRAN : INTRONISATION DE RAÏSSI

Par Le 03/08/2021

Raïssi intronisé : « Je ferai en sorte que la vie des Iraniens ne soit plus soumise aux caprices des Américains »!

 Depuis 9 heures  3 août 2021

Intronisation du président iranien Ebrahim Raïssi

Intronisation du président iranien Ebrahim Raïssi

 Iran - Monde islamique

 

Rédaction du site

kaed-raissi2

La cérémonie de la validation de la 13ème élection présidentielle iranienne qui a donné lieu à la victoire d’Ebrahim Raïssi vient d’avoir lieu, ce mardi 3 juillet, à Hosseiniyeh de l’imam Khomeini de Téhéran en présence du Leader de la Révolution islamique et du président sortant et du chef du pouvoir judiciaire ainsi que des responsables politiques et militaires du pays.

Au cours de cette cérémonie qui a débuté par un discours du ministre de l’Intérieur sortant, le décret du Leader a été prononcé: « … Je remercie Dieu le Tout-Puissant qui a appuyé une nouvelle fois le peuple iranien pour sortir la tête haute de l’épreuve politique et sociale que fut la présidentielle, une présidentielle qui s’est déroulée dans une situation complexe et difficile, et où les Iraniens ont participé massivement pour élire un homme connu pour son bilan positif, ses capacités de gestion et sa détermination à aller de l’avant sur la voie de la justice sociale, de la liberté et de l’indépendance d’action de la dignité de nation », lit-on dans une partie de ce décret qui ouvre la voie à l’investiture du président Raïssi dans deux jours au Parlement iranien et à laquelle assistent des délégations venues d’au moins 73 pays du monde.

La liste de convives comprend 10 chefs d’État, 20 présidents de parlement, 11 ministres des Affaires étrangères et 10 autres ministres, ainsi que des envoyés spéciaux, des vice-présidents de parlement et des présidents de commissions parlementaires et de délégations parlementaires, a indiqué le législateur.

Et le texte d’ajouter : « Notre pays est aujourd’hui assoiffé de justice, d’action et d’un bon en avant dans tous les domaines et ceci demande une capacité de gestion et un président brave, sage et volontariste, susceptible de mobiliser les capacités latentes et patentes de la nation, surtout celles des jeunes dont les capacités vont au-delà des problèmes avec lesquels le pays est aux prises. Cette présidence devra activer ces potentialités, faire disparaître les obstacles sur la voie de la production nationale, du renforcement de la monnaie nationale, de secourir cette couche démunie qui subit de fortes pressions en ce moment. Il faut une gestion avisée propre à promouvoir le pays dans tous les domaines et lui donner la place qui lui convient. Je déclare M. Raïssi, élu suivant le vote d’une majorité d’Iraniens, président et je prie Dieu pour que cet homme déterminé, issu du peuple, infatigable, président réussisse dans ses marches. »

Le président Raïssi a prononcé son discours suite à quoi le Leader de la Révolution islamique a également pris la parole.

« Cette cérémonie de validation de l’issue de la Présidentielle, se déroule en s’appuyant sur la Constitution et la tradition que l’imam Khomeini a mise sur pied, cérémonie qui s’est déroulée à maintes reprises jusqu’à présent », a souligné dans son discours tenu, lors de cette cérémonie, le Leader de la Révolution islamique.

« En général, dans beaucoup de pays du monde, ce transfert de pouvoir se fait sous des tensions et querelles ; mais Dieu merci, ici en Iran cela se fait dans le calme et en sécurité. C’est aussi le cas pour cette actuelle Présidentielle. Cela témoigne aussi bien de la sagesse qui règne sur tout le pays, peuple et responsable, que de la liberté et de la diversité de tendances politiques. En fait, les gouvernements qui ont transféré le pouvoir aux autres, avaient chacun une tendance politique », a précisé le Leader de la Révolution islamique.

Et de poursuivre : « Un complot avait été tramé pour boycotter les élections, une politique qui avait été suivie par certains milieux politiques ennemis à l’extérieur du pays de même que certains à l’intérieur du pays, parfois par l’ignorance et parfois par de mauvaise foi. Mais le peuple a donné une réponse ferme à tous ces complots, par sa participation massive aux élections. »

Plus loin dans son discours, le Leader a renchéri : « Heureusement le président élu, M. Ebrahim Raïssi a toujours insisté lors de ses campagnes électorales sur les valeurs essentielles de la Révolution. Les valeurs de la Révolution, l’établissement de la justice, la lutte contre la corruption, etc, c’est le chemin juste à parcourir ».

Et le Leader de la Révolution islamique d’insister : « Nous avons d’extraordinaires potentialités dans les domaines de l’eau, du pétrole, des mines, du marché intérieur, relations avec les voisins et chez la jeunesse. Sans aucun doute, s’appuyer sur ces capacités et potentialités pourrait aboutir à la solution des problèmes du pays. »

Pour sa part, le nouveau président iranien a déclaré : « Malgré toutes les hostilités des ennemis, les conditions sanitaires dues à la pandémie de coronavirus et d’autres problèmes, le peuple avait une présence magnifique et a créé une grande épopée lors de cette élection qui a déçu les ennemis et donné de l’espoir aux amis », a-t-il déclaré.

Raïssi a ensuite affirmé que la relation entre la nation et l’administration pourrait servir de clé pour résoudre les problèmes et aider le pays à se dresser contre les inimitiés.

« Nous chercherons certainement à lever les sanctions oppressives, mais nous ne conditionnerons pas les moyens de subsistance du peuple et l’économie [sur les sanctions] et ne les lierons pas à la volonté des étrangers », a-t-il ajouté.

Les chefs de 11 organisations internationales et régionales et le représentant du chef de l’ONU, ainsi que des responsables de l’Union interparlementaire (UIP), de l’Union européenne (UE), de l’Organisation de coopération économique (OCE), de la Conférence sur l’interaction et la confiance -Building Measures in Asia (CICA) et l’Organisation de coopération économique D-8, également connue sous le nom de Developing-8, ont aussi été invités à l’événement.

Le secrétaire général de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) Mohammed Sanusi Barkindo, le président de la région semi-autonome du Kurdistan irakien Nechirvan Barzani et le président du Parlement serbe Ivica Dacic seraient parmi les invités à la cérémonie d’inauguration.

Moussavi a déclaré que 170 journalistes nationaux et étrangers ont également reçu des invitations à couvrir l’événement.

Les aéroports de Téhéran resteront fermés pendant deux heures et demie et des restrictions de circulation seront mises en place dans les rues proches du lieu de la cérémonie, a annoncé la police de la circulation de la capitale.

Raïssi, le huitième président de la République islamique d’Iran, a remporté les élections à près de 62 % des voix lors de l’élection présidentielle du 18 juin et succédera au président Hassan Rohani, qui a effectué deux mandats de quatre ans.

 

Source: Avec PressTV

https://french.almanar.com.lb/2121946

Dans Mexique

LE MEXIQUE REFUSE DE VACCINER LES ENFANTS CONTRE LE COVID-19 : LE PRESIDENT S’EXPLIQUE

Par Le 03/08/2021

Le Mexique refuse de vacciner les enfants contre le Covid-19: le Président s’explique

Par Kirill Batarin

Mondialisation.ca, 02 août 2021

Sputnik News 1 août 2021

Région : 

Thème: 

Analyses: 

 4   1  0  7

Le secteur pharmaceutique cherche à vendre toujours plus de vaccins anti-Covid pour des raisons pécuniaires et sans la base scientifique nécessaire, selon le président mexicain qui refuse d’être « otage » de cette situation et de vacciner les mineurs. Un manque de données cliniques est d’ailleurs confirmé par plusieurs fabricants.

Les compagnies pharmaceutiques voudraient imposer des achats complémentaires de leurs préparations anti-Covid pour vacciner le plus grand nombre de gens malgré un manque évident de données scientifiques relatives à la vaccination de certains groupes sociaux, a déclaré cette semaine le président des États-Unis mexicains, Andrés Manuel Lopez Obrador, lors d’une conférence de presse.

« Ils [les géants pharmaceutiques, ndlr] pourraient très bien nous faire peur, puisque cela implique beaucoup d’argent, en disant que […] les enfants sans vaccins sont sans défense et qu’ils doivent être vaccinés et que vous devez acheter des vaccins pour eux. On ne va pas en être l’otage, on ne fera que le nécessaire », a indiqué le président, en réponse à une question sur la vaccination des mineurs dans son pays.

Ne voulant pas s’adonner au « consumérisme » vaccinal, le président du Mexique a ajouté qu’il tiendrait compte des opinions des chercheurs et des organisations internationales concernées.

« Nous devons savoir s’ils [les vaccins, ndlr] sont obligatoires ou pas obligatoires, c’est-à-dire ne pas être dépendants des laboratoires pharmaceutiques qui seraient les seuls à nous dire : « il manque une troisième dose, il manque une quatrième dose, il faut vacciner les enfants. Il faut voir scientifiquement si cela est nécessaire », a lancé le chef d’État.

« Forte campagne d’opinion » sans « aucune preuve scientifique »

Le directeur du Secrétariat à la Promotion et à la Prévention de la Santé du gouvernement mexicain, épidémiologiste de profession, Hugo López-Gatell Ramirez, à qui le président du pays a donné la parole, a indiqué qu’il s’agissait d’une « forte campagne d’opinion » réalisée par des sociétés pharmaceutiques sur fond d’un « manque important d’informations scientifiques ».

Le haut fonctionnaire du système de santé publique mexicain a annoncé qu’il n’existait « aucune preuve scientifique » de la nécessité et de l’efficacité de la vaccination des mineurs contre le nouveau coronavirus.

Hugo López-Gatell Ramirez a également abordé la question de doses de rappel pour mettre en relief que des institutions médicales d’autorité, dont l’Organisation mondiale de Santé (OMS), l’Agence européenne des Médicaments (EMA) et l’Agence américaine des Produits alimentaires et médicamenteux (FDA), n’avaient pas fait de recommandations scientifiquement justifiées à ce sujet.

Essais cliniques post-factum

Le manque de données cliniques sur des effets possibles des vaccins anti-Covid est souvent sacrifié sur l’autel de la lutte contre la pandémie.

À part les mineurs, ce sont les femmes enceintes, déjà vaccinées dans plusieurs pays, qui représentent l’une des catégories sociales chez qui les effets secondaires de la vaccination contre la maladie restent peu étudiés.

Le fait vient d’être confirmé à la mi-juillet par l’un des principaux producteurs de vaccins anti-Covid au monde : l’entreprise américaine Moderna lance une nouvelle étude visant à évaluer les effets de la vaccination par sa préparation sur le cours de la grossesse.

Ces essais cliniques d’envergure devraient démarrer cet été pour se terminer vers fin 2023 ou début 2024 et prévoient la participation de 1 000 femmes enceintes.

Kirill Batarin

 

 

La source originale de cet article est Sputnik News

Copyright © Kirill BatarinSputnik News, 2021

https://www.mondialisation.ca/le-mexique-refuse-de-vacciner-les-enfants-contre-le-covid-19-le-president-sexplique/5658919