Veilleur en éveil

 

COLOMBIE : SOLIDARITE AVEC LA MOBILISATION POPULAIRE. HALTE A LA REPRESSION !

4 Mai 2021

 

publié le 04/05/2021
Colombie : solidarité avec la mobilisation populaire, halte à la répression !
visuel_colombie_mai21.jpg

Le peuple colombien s’est soulevé. Depuis le 28 avril, dans toutes les régions du pays, tant dans les grandes villes que dans les zones rurales, travailleurs, étudiants, organisations des peuples autochtones ont organisé des manifestations et rassemblements massifs pour revendiquer le retrait du projet de réforme fiscale du gouvernement du président Iván Duque.

Une réforme dont l’objectif était de faire payer aux ménages modestes la crise économique et la mauvaise gestion du pays, tout en épargnant les privilèges des plus riches. Mais si la réforme a été le détonateur, la force de la mobilisation populaire exprime le profond rejet de toute une politique fondée sur l’accroissement des inégalités, la violence et la corruption.

Par leur détermination, les Colombiennes et Colombiens ont contraint le président Duque à retirer sa réforme et conduit à la démission le ministre des Finances, Alberto Carrasquilla. Des premières victoires et conquises de haute lutte, face à un gouvernement aux abois, qui a décidé d’utiliser la répression et la terreur pour maintenir sa domination.

La répression policière est brutale et l’armée a été déployée dans les rues des grandes villes du pays. Selon les informations du Défenseur du peuple en date du 3 mai, 18 civils ont été assassinés depuis le début de la mobilisation, dont 11 dans la seule ville de Cali. Selon la campagne « Défendre la liberté », 305 personnes ont été blessées par la police et 988 arrêtées. Des défenseurs des droits humains sont également pris pour cible, y compris des représentants de l’ONU.

Face à cette grave situation, le Parti communiste français (PCF) exprime son entière solidarité avec la lutte exemplaire du peuple colombien et dénonce avec force la répression meurtrière déchaînée contre les manifestants.

La France et l’Union européenne ne peuvent demeurer silencieuses. Elles doivent cesser de soutenir le gouvernement d’extrême droite, héritier direct de la « guerre sale » contre les mouvements populaires et démocratiques. Un gouvernement responsable des morts des derniers jours, mais aussi de l’assassinat de centaines de leaders sociaux et de signataires des Accords de paix depuis sa prise de fonctions. Une condamnation ferme des violations des droits humains est nécessaire, ainsi que l’activation sans délai de la clause de suspension de l’accord de libre-échange avec la Colombie.

Parti communiste français,
Paris, 4 mai 2021

source : https://www.pcf.fr/colombie_solidarite_avec_la_mobilisation_populaire_halte_la_repression?fbclid=IwAR29xHE6m6wpaiasSEwfYVfOYTikrXnRJXjE-lAoadxeEBAW8SX7BErkFSM

Tag(s) : #PCF#colombie

IL Y A QUARANTE ANS MOURAIT BOBBY SANDS : « NOTRE VENGEANCE SERA LE RIRE DE NOS ENFANTS »

5 Mai 2021

publié le 04/05/2021
Il y a 40 ans mourait Bobby Sands : « notre vengeance sera le rire de nos enfants »

Il y a quarante ans, le 5 mai 1981, le gouvernement britannique de Margaret Thatcher laissait mourir Bobby Sands ; le premier des dix grévistes de la faim dont le pouvoir de Londres porte la responsabilité de la disparition. Leurs demandes n’étaient que justice : voir rendre aux détenus politiques irlandais leurs droits, dont le gouvernement britannique les avait lésés dans les terribles « blocks H ». Ils l’ont payé de leur vie face à l’inhumanité glaciale de Margaret Thatcher et du système répressif britannique en Irlande. Quarante ans plus tard, notre colère est toujours intacte contre ce crime et ses responsables.

La lutte de Bobby Sands et de ses camarades nous oblige encore aujourd’hui : c’est celle de la dignité humaine, du respect dû à leurs camarades de lutte et de la liberté et de la souveraineté du peuple irlandais. Le PCF s’était fortement mobilisé en solidarité avec les demandes justes et légitimes des prisonniers politiques de la lutte pour droits du peuple irlandais et contre le sort que le gouvernement britannique leur réservait.

Les Accords de paix de 1998, dits Accords du Vendredi Saint, ont ouvert de nouvelles perspectives pour le peuple irlandais. Aujourd’hui encore, face au vandalisme politique de la direction des partis unionistes et du gouvernement de Boris Johnson, le PCF est solidaire et engagé pour la réalisation des droits historiques et souverains du peuple irlandais à l’unité de l’Irlande, à la république irlandaise, pour tous ses habitants. Les menaces qui pèsent aujourd’hui sur l’application pleine et entière des Accords de paix de 1998, et les tensions récentes dans les six comtés du Nord, soulignent à nouveau l’importance et la nécessité de cette perspective.

Le PCF soutient les exigences légitimes portées par le Sinn Féin d’une république irlandaise fondée sur la justice sociale pour tous. Le temps de l’unité de l’Irlande est venu.Les derniers résultats électoraux, dans les six comtés du Nord comme dans les vingt-six comtés du Sud, faisant du Sinn Féin la première force politique de l’île, montrent l’actualité de cette exigence. Il est possible et nécessaire d’organiser dans les cinq ans un référendum sur l’unité de l’Irlande. C’est le seul moyen pour forger un nouvel avenir pour tous les Irlandais.

Parti communiste français,
Paris, le 5 mai 2021

source : https://www.pcf.fr/il_y_a_40_ans_mourait_bobby_sands_notre_vengeance_sera_le_rire_de_nos_enfants

Tag(s) : #Sands#PCF

IRAK : AÏN AL ASAD CIBLEE DE MISSILES

Une troisième base US à avoir été ciblée en 48 heures

Tuesday, 04 May 2021 4:38 PM  [ Last Update: Tuesday, 04 May 2021 8:04 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Un convoi militaire américain visé à la frontière entre l'Irak et le Koweït. (Photo d'archives)

La base aérienne d’Aïn al-Asad a été prise la cible d’une attaque à la roquette.

Ce mardi 4 mai dans l’après-midi, des explosions ont retenti non loin d’Aïn al-Asad, une base aérienne dans la province irakienne d’al-Anbar, et les sirènes d’alerte ont été déclenchées.

Selon la chaîne de télévision irakienne Falloujah, « deux roquettes ont touché la base d’Aïn al-Asad ». 

« La base aérienne d’Aïn al-Asad vient d’être touchée par des roquettes », a rapporté la chaîne de télévision Russia Today citant un commandant militaire.

Le Centre de renseignements sécuritaires de l’Irak a confirmé, dans un communiqué, que deux Katiouchas avaient été tirés vers la base d’Ain al-Asad. « L’attaque n’a fait ni perte ni dégât matériel », a-t-il ajouté. 

Lundi 3 mai au soir, le bureau de la compagnie américaine Sallyport, situé non loin de la base aérienne de Balad, au nord de Bagdad, avait également été la cible d’une attaque à la roquette.

Plus tôt dans la journée, une explosion s’est produite dans un lieu où s’était réuni un groupe de militaires américains près du poste-frontière Koweït-Irak.

Selon Sabereen News, « des paquets d’explosifs ont explosé tout près d’un lieu de rassemblement des convois américains non loin du poste-frontière Jarichan ».

Une partie du convoi américain qui transportait des équipements militaires à destination des soldats US a été prise pour cible.

En janvier 2020, le Parlement irakien a unanimement voté pour l’expulsion des soldats américains d’Irak. Plus d’un an après l’adoption de cette loi, les Américains n’ont pas encore quitté l’Irak.

Irak: les

 

McKenzie va regretter sa phrase comme quoi « les troupes US ne quitteront pas de sitôt l

Des sources d’information ont fait état d’une explosion sur le passage d’un convoi militaire américain au poste frontalier entre le Koweït et l’Irak.

L’agence de presse Shafaq News a confirmé cette information, sans manquer de souligner que lors de l’explosion, un quartier général spécial pour le transport de matériel militaire aux forces de la coalition américaine avait été visé.

La chaîne Telegram de Sabreen News a rapporté que ce n’était pas la première ois que des engins explosifs de ce type avaient explosé sur le passage de convois américains au poste-frontière de Jerishan à la frontière irako-koweïtienne.

Les GI's visés à travers tout l'Irak

Un cinquième convoi logistique de troupes américaines en Irak a été visé en ce vendredi 22 janvier.

PressTV / French / 22 janv.

Les attaques contre les convois logistiques américains interviennent alors que le Parlement irakien a approuvé en janvier 2020 la loi sur l’expulsion des troupes américaines d’Irak, à la suite de l’assassinat par les Américains du général Qassem Soleimani et du chef adjoint des Hachd al-Chaabi Abu Mahdi al-Mohandes. Un an après l’adoption de cette loi au Parlement, les groupes politiques à la solde des États-Unis tentent d’empêcher son application.

De plus, après que les États-Unis et l’Irak se sont entendus pour que la mission américaine ne soit désormais uniquement vouée à la formation, le chef des Hachd al-Chaabi a déclaré que les Américains profitaient de cette position pour viser les forces irakiennes.

Selon l’agence de presse iranienne Fars, Faleh al-Fayyadh, leader des Hachd al-Chaabi, a rencontré le chef et les membres du Centre de l’Union des experts stratégiques pour discuter de diverses questions dont la présence des forces américaines en Irak.

“Les forces américaines ne remplissent pas leur devoir consistant à fournir un soutien logistique et de renseignement aux forces irakiennes, par contre elles visent les forces irakiennes, dont les combattants des Hachd al-Chaabi”, a souligné Faleh al-Fayyadh cité par la chaîne irakienne Al-Ahed.

Irak : les Hachd frappés à Babylon par l'axe US/Israël, la Résistance riposte en Syrie...

Irak : les Hachd frappées à Babylon par l

PressTV / French / 19 janv.

“Les Américains ne sont pas une force pro-irakienne, mais une force d’occupation. Le gouvernement irakien doit mettre un terme à leur mission en Irak”, a-t-il ajouté.

Le chef des Hachd al-Chaabi a également précisé que “les forces américaines présentes dans les bases en Irak sont actuellement des éléments destinés au combat, et qu’il semble que leur mission consiste à combattre les groupes qui s’opposent à leur présence en Irak. Leur présence en Irak est le facteur d’instabilité”.

Par ailleurs, le Centre d’information sur la sécurité irakienne (affilié à l’armée irakienne) a annoncé dans un communiqué ce mardi après-midi qu’une opération terroriste à Bagdad avait été déjouée.

Selon le communiqué reçu par l’agence de presse irakienne (INA), l’un des détachements de l’Agence de sécurité nationale à Bagdad a réussi à saisir un lot de 1 000 kilogrammes d’explosifs dans l’ouest de la province. La cargaison appartenait à ce que l’on appelle la “région sud” travaillant au sein de gangs terroristes de Daech.

“C’est un matériau hautement explosif utilisé dans la fabrication de voitures piégées et de bombes artisanales”, ajoute le communiqué.

Irak: les USA empêchent l’éradication du terrorisme

Le soutien aérien US à Daech, fait obstacle à l’éradication du terrorisme en Irak.

PressTV / French / 1 févr.

Le Centre d’information sur la sécurité irakienne a précisé que “ces groupes terroristes cherchaient à les utiliser pour mener des opérations à l’intérieur de la capitale”, notant que “ces explosifs ont été saisis par les forces de sécurité et remis aux autorités concernées pour être éliminés”.

Yahya Rassoul, porte-parole du commandant en chef des forces armées irakiennes, a annoncé ce mardi sur son compte Twitter que les forces de sécurité irakiennes avaient découvert un certain nombre de bouteilles d’oxygène chargées de bombes lors d’une opération de déminage de la ville de Mossoul.

Cela intervient alors qu’un incendie a ravagé une unité de soins intensifs dédiée aux malades du Covid-19 dans un hôpital du sud-est de Bagdad, samedi 24 avril dans la nuit, tuant au moins 82 morts et faisant 110 blessées, selon le ministère irakien de l’Intérieur. C’étaient des bouteilles d’oxygène qui étaient à l’origine du sinistre.

Incendie à l'hôpital al-Khatib: Attaque ou incident?

Y a-t-il un rapport entre l’explosion de l’hôpital à Bagdad et l’attaque contre le QG du Mossad à Erbil ?

PressTV / French / 25 avr.

https://french.presstv.com/Detail/2021/05/04/651917/Irak-Bagdad-explosion-convoi-am%C3%A9ricain-Daech-

SELON DES SITES SPECIALISES, DES AVIONS-ESPIONS US SE RELAYENT PRES DES FRONTIERES RUSSES

Des avions-espions US se relayent près des frontières russes, selon des sites spécialisés

 Depuis 8 heures  4 mai 2021

sled31

 Amérique et Europe - Russie

 

Deux avions de reconnaissance de l’US Air Force et de l’US Navy ont passé plusieurs heures à tour de rôle à proximité des frontières russes, au-dessus de la mer Noire, selon les sites Internet qui surveillent les vols des avions militaires. Ces missions font suite à d’autres vols d’avions-espions détectés les jours précédents.

Un avion de reconnaissance électronique stratégique RC-135W de l’US Air Force et un avion de patrouille maritime P-8A Poseidon de l’US Navy ont survolé ce lundi 3 mai la mer Noire, non loin des frontières de la Russie, relatent les sites Internet consacrés aux vols d’avions, qui ont suivi les signaux de leurs transpondeurs.

Le RC-135W a décollé de la base de Souda Bay, en Crète, avant de passer près de trois heures près de la Crimée et du territoire de Krasnodar.

Le P-8A Poseidon, qui est arrivé depuis la base aérienne de Sigonella, en Sicile, a d’abord volé au sud-ouest de la Crimée et du port de Sébastopol.

Il a ensuite volé le long de la côte sud de la péninsule, du territoire de Krasnodar et du port de Novorossiïsk.

Des vols de reconnaissance quotidiens

Le 2 mai, un P-8A Poseidon avait aussi mené une mission de reconnaissance près des frontières russes en mer Noire.

Le 1er mai, les sites spécialisés ont en outre fait état de vols de deux drones stratégiques RQ-4B Global Hawk de l’armée de l’air américaine, près des frontières maritimes de la Crimée et du territoire de Krasnodar. Les deux drones ont plus tard survolé l’espace aérien ukrainien, surveillant la ligne de séparation des forces dans le Donbass. Un drone avait décollé de la base de Sigonella, alors que l’autre était arrivé d’une base située dans les Émirats arabes unis.

Un MiG-31 russe a escorté un drone américain RC-135 au-dessus du Pacifique le 16 avril, un jour après que Joe Biden a appelé à la désescalade dans les relations avec Moscou tout en introduisant une nouvelle série de sanctions.

En décembre, des avions-espions français et américain ont été interceptés par un Soukhoï Su-30 près de la frontière russe au-dessus de la mer Noire.

Source: Sputnik

https://french.almanar.com.lb/2057596

SANCTIONS DE L’UE CONTRE LA RUSSIE : « UN JEU SUICIDAIRE OU TOUT LE MONDE PERD »

Serguei Lavrov et Josep Borrell à Moscou le 5 février 2021 (AFP PHOTO / Russian Foreign Ministry / handout)

Sanctions de l’UE contre la Russie: «un jeu suicidaire où absolument tout le monde perd»

© AFP 2021 AFP PHOTO / Russian Foreign Ministry / handout

INTERNATIONAL

19:23 04.05.2021URL courte

Par 

11350

S'abonner

Aux sanctions de l’UE décidées en mars, la Russie a répondu le 30 avril par des contre-sanctions. La diplomatie européenne a riposté en convoquant ce 3 mai l’ambassadeur russe. Pour Sébastien Cochard, ancien diplomate, Moscou doit privilégier les contacts avec les États membres sans tenir compte du «droit-de-l’hommisme» bruxellois.

«Le mieux que la Russie a à faire est d’ignorer les institutions de l’UE. Ignorer la Commission européenne, le Parlement, les représentants du Conseil. Les institutions de l’UE sont faibles et ne représentent personne», conseille Sébastien Cochard, ancien diplomate et conseiller de députés européens.

Depuis mars, le torchon brûle entre Moscou et Bruxelles. Dernier épisode en date de cette brouille, le 3 mai, Vladimir Chizhov, ambassadeur de Russie auprès de l’UE, a été convoqué par les secrétaires généraux de la Commission européenne et du Service européen pour l’action extérieure. Les fonctionnaires bruxellois ont «fermement» condamné les sanctions prises le 30 avril par la Russie. Celle-ci a en effet interdit de territoire huit hauts responsables de l’UE, dont David Sassoli, président du Parlement européen, la commissaire Vera Jourova, le procureur de Berlin Jörg Raupach et le député français Jacques Maire.

L’UE «se réserve le droit de prendre les mesures appropriées» ont encore menacé les responsables européens. «La Fédération de Russie a choisi la voie de la confrontation au lieu de chercher à inverser la trajectoire négative des relations UE-Russie», s’est même indigné le chef de la diplomatie européenne, Joseph Borrell.

 

Ministère russe des Affaires étrangères

© SPUTNIK . SERGUEÏ GOUNEÏEV

La Russie interdit d'entrée plusieurs personnalités de l'UE dont le président du Parlement européen

Confrontation ou réciprocité? La diplomatie russe a en effet expliqué n’avoir fait que riposter aux sanctions imposées par l’UE le 2 mars contre quatre fonctionnaires russes, prises dans la foulée de l’affaire Navalny et à celles du 22 mars contre les responsables de «graves violations des droits de l’homme» en Tchétchénie. «Un défi ouvert à l’indépendance de la politique intérieure et extérieure russe», selon Moscou.

 

«Provocations gratuites» et «dénigrement systématique»

Mais les institutions de l’UE veulent «se faire passer comme victimes», juge Sébastien Cochard, qui souligne n’exprimer que son opinion, tandis que les diverses sanctions européennes à l’encontre de Moscou sont «toujours en extension, toujours reconduites». Les principales d’entre elles datent de mars 2014 à l’occasion du conflit ukrainien et du rattachement de la Crimée à la Russie. Celles-ci sont d’ailleurs toujours en vigueur, renouvelées quasiment automatiquement tous les six mois par le Conseil européen, avec dans leur collimateur des individus et des secteurs spécifiques de l’économie russe. Moscou a immédiatement décrété un embargo sur les produits alimentaires et agricoles occidentaux exportés habituellement en Russie. Une mesure prolongée en 2020 jusqu’à la fin 2021 et qui représenterait un marché estimé à neuf milliards d’euros annuels pour les Européens.

​Punir la Russie? Pour Sébastien Cochard, c’est ni plus ni moins qu’un «jeu suicidaire où absolument tout le monde perd.» Ou, plus précisément, qui permettrait à d’autres de tirer leur épingle du jeu: «notre division contre nature sert les États-Unis et la Chine.»

«Les sanctions de l’UE, qui induisent ponctuellement des contre-sanctions toujours raisonnables de la part de la Russie, créent des dommages irréversibles à la relation économique entre les États membres de l’UE et la Russie. Les institutions de l’UE, certains de ses États membres, se permettent en permanence une ingérence honnêtement insupportable et injustifiée dans les affaires intérieures russes.»

Ainsi, la diplomatie européenne a-t-elle reproché à Vladimir Chizhov l’expulsion de diplomates tchèques par la Russie et la mise en place d’une liste de pays «non amis». Une série de griefs qui s’inscrivent dans un contexte de fortes tensions entre Moscou et l’UE, encore ravivées par l’affaire Navalny. Sébastien Cochard y voit surtout «des années de provocations gratuites et d’actes de dénigrement systématique de la Russie» par les Européens. Depuis la visite de Borrell à Moscou le 5 février, le ton adopté par Bruxelles laissait présager un durcissement des relations bilatérales.

L’UE «à la remorque» des États-Unis

Et l’ancien diplomate d’indiquer d’où provient selon lui cet «antagonisme institutionnel de l’UE contre la Russie». Alors que certains États membres, comme l’Italie, la France et parfois l’Allemagne, ont régulièrement affiché leur volonté de dialogue avec la Russie, d’autres comme les pays baltes et la Pologne revendiquent cette opposition à Moscou comme «une composante importante de leur politique intérieure.» Ce qui se traduit par une «prise en otage des relations extérieures de l’UE à des fins de politique interne de ces très petits pays.»

 

Vladimir Poutine et Emmanuel Macron lors d'une rencontre au fort de Brégançon (19 août 2019)

© SPUTNIK . ALEXEI DROUJININE

Sanctions contre la Russie, le Venezuela et la Birmanie: «une erreur stratégique majeure commise par l’UE»

Second et principal facteur de cet antagonisme, le suivisme à l’égard de la politique étrangère américaine: «la politique extérieure de l’UE est à la remorque de celle des États-Unis.» Ainsi, Anthony Blinken, le nouveau Secrétaire d’État américain, a-t-il assisté le 22 février en visioconférence au Conseil des affaires étrangères, celui-là même qui a décidé la mise en place de ces sanctions. La Russie est la «cible extérieure systématique des Administrations et de la presse outre-Atlantique» pour des raisons de politique intérieure, mais surtout parce que Moscou «refuse de se plier à la globalisation sous égide américaine.» Se félicitant que la politique étrangère reste une prérogative des États membres, Sébastien Cochard appelle Moscou à «ne pas prêter attention à la cacophonie bruxelloise» et à continuer à échanger avec les gouvernements français, allemand ou italien.

 

«On espère de la France qu’elle fasse entendre une voix raisonnable et indépendante. La relation avec la Russie est un enjeu historique et géostratégique majeur pour tous les Européens», conclut Sébastien Cochard.

Pas sûr qu’il soit entendu, puisque Paris s’est alignée sur Bruxelles: le Quai d’Orsay a convoqué le 3 mai Alexeï Mechkov, ambassadeur de Russie à Paris, pour qu’il s’explique sur les contre-sanctions russes du 30 avril.

https://fr.sputniknews.com/international/202105041045555039-sanctions-de-lue-contre-la-russie-un-jeu-suicidaire-ou-absolument-tout-le-monde-perd-/

OTAN/RUSSIE : LA GUERRE COMMENCE ?

Europe: méga exercice militaire antirusse commence 

Tuesday, 04 May 2021 6:04 PM  [ Last Update: Tuesday, 04 May 2021 6:01 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

L'USNS Bob Hope arrive au port de Jacksonville, en Floride, le 24 mars 2021. Il s'agit du premier navire à charger pour soutenir le Defender Europe 21. ©US Army

Les États-Unis ont lancé l’exercice « Defender Europe 21 » avec 26 pays européens et 28 000 soldats, selon Anadolu. 

Le porte-parole du département américain à la Défense (Pentagone), John Kirby, a annoncé le début de l’exercice « Defender Europe 21 », organisé par les États-Unis et impliquant 26 pays européens et 28 000 soldats. 

S’exprimant lors d’une conférence de presse quotidienne, le porte-parole du Pentagone a annoncé que l’exercice « Defender Europe 21 », qui se préparait depuis mars, venait de commencer et qu’il se poursuivrait jusqu’à la mi-juin.

Lire aussi: Les relations entre Moscou et Washington n’étaient jamais si tendues (Medvedev)

L’exercice impliquera 28 000 soldats de 26 pays différents, dont les États-Unis, leurs alliés et partenaires, et est « de nature défensive », réaffirme John Kirby.

Et de continuer : « En se concentrant sur la dissuasion de l’agression, l’exercice prépare nos forces à répondre à la crise et, si nécessaire, à mener à bien les opérations de guerre à grande échelle. La manœuvre comprend plusieurs exercices multinationaux interconnectés. »

Poutine : la Russie tracera elle-même la ligne rouge dans ses relations avec les autres pays

Les avertissements sont venus au milieu des tensions accrues avec l’Occident au sujet de l’Ukraine, les sanctions antirusses et le bras de fer entre Moscou et Washington.

PressTV / French / 21 avr.

Indiquant que l’exercice a commencé en Albanie, le porte-parole a noté que le commandant suprême des forces alliées en Europe (SACEUR), le général Tod D. Wolters, assisterait également à la cérémonie d’ouverture de l’exercice aujourd’hui.

Lire aussi: Russie-Iran versus l’OTAN ?

La Russie a, à maintes reprises, mis en garde les Américains contre les exercices militaires qu’ils organisent près de ses frontières. 

Par ailleurs, le président ukrainien Volodymyr Zelensky s’est rendu, lundi 3 mai, en Pologne afin de prendre part à une cérémonie marquant le 230e anniversaire de l’adoption de la première Constitution de ce pays. 

Lire aussi: Les USA ne dominent plus rien ni même leurs acolytes

Lors de cette cérémonie, le président polonais Andrzej Duda a qualifié la Russie d’« ennemi de la liberté ». 

« Tout comme notre Constitution souligne, chaque pays a le droit d’agir dans le cadre de la volonté de sa nation et de parcourir son chemin de démocratie. L’Empire russe n’a pas réussi à nous barrer la route il y a des siècles et la Fédération de Russie ne sera pas non plus en mesure de bloquer ce chemin, malgré ses tentatives. »

Crimée : la Russie lance des exercices militaires d'envergure

Le ministre russe de la Défense supervise un exercice militaire d’envergure en Crimée.

PressTV / French / 22 avr.

Andrzej Duda a rappelé que la sécurité de l’Ukraine et son adhésion à l’OTAN seraient examinées lors de la réunion du mois de juin de l’Alliance. 

« L’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN est un objectif de principe pour la réalisation duquel les responsables de Kiev se battent. » 

Lire aussi: Donbass : le coup de théâtre de Poutine attendu ?

De son côté, le président de Lituanie a apporté son soutien aux positions de Kiev vis-à-vis des menaces russes, soulignant que l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN aiderait ce pays à protéger sa sécurité et à appliquer ses réformes. 

« Bruxelles et d’autres capitales européennes sont en mesure de baliser le terrain à l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN », a souligné le président lituanien.

https://french.presstv.com/Detail/2021/05/04/651940/Russie-Etats-Unis-exercice-militaire-Defender-Europe-21-Ukraine-Otan

INDE : LARGE VICTOIRE DES COMMUNISTES DANS L’ETAT DU KERALA

4 Mai 2021

David Gauvin / 3 mai 2021
La semaine dernière ont eu lieu 5 élections régionales en Inde. Le BJP avait fait le pari de gagner ces 5 scrutins. Au vu des résultats il a perdu son pari, sur fond d’incapacité à gérer la crise sanitaire à l’échelle du Pays. Mais un résultat doit nous poser question, le Kérala a reconduit largement la coalition au pouvoir dirigée par les communistes. Le peuple du Kérala a même chassé totalement le BJP du parlement en renforçant la majorité construite autour des partis communistes.

JPEG - 13.7 ko
Il est un Etat en Inde ou le parti communiste a pu mener sa politique. Le Kerala est “l’un des rares endroits sur terre où un communiste peut encore rêver”, a déclaré la Washington post, l’un des plus prestigieux journal d’Amérique dans un article de première page. L’article du Washington Post, intitulé « Un succès communiste », comprenait les nouvelles américaines en colonnes latérales étroites sur la page principale.

Le Kerala est un des petits Etats situé dans le sud de l’Inde, une région tropicale et côtière du pays. C’est la plus développée par rapport au niveau de vie (l’espérance de vie, le salaire, l’habitation, l’alimentation, le niveau de pauvreté et le niveau d’alphabétisation). Une de ses particularités est qu’elle est un des trois Etats en Inde où les communistes ont dirigé le gouvernement. Les autres Etats sont le Bengale Occidental et le Tripura. Le Kerala a été le premier Etat au monde à avoir démocratiquement élu les communistes au pouvoir. Ce moment historique s’est passé en 1957.

Au Kerala, comme ailleurs, le parti communiste est devenu puissant grâce à son soutien aux paysans. Les gens de la basse caste ont ainsi trouvé un moyen d’échapper au système des castes qui existe en Inde. Le parti communiste a utilisé le soutien pour monter l’escalier du pouvoir politique. Mais il a su s’adapter avec son temps sans oublier son objectif historique. Il a su aussi promouvoir des nouvelles générations sans renier la politique menée. Il n’est qu’à voir l’élection de Arya Rajendra âgée de 21 ans à la tête d’une municipalité d’un million d’habitant. Mais surtout au Kerala, le parti s’est occupé de l’essentiel, l’éducation et la santé. 95% de la population du Kerala est alphabétiséz, et le système de santé public et gratuit est l’un des plus développé du pays.

Quand les communistes conduisent les affaires dans le respect des valeurs et la volonté de faire progresser le peuple, le peuple le suit. Les communistes du Kerala peuvent montrer au monde l’exemple d’une société communiste démocratique qui ne s’occupe que des intérêts supérieurs du peuple.

 

David Gauvin

source : https://www.temoignages.re/politique/edito/large-victoire-des-communistes-au-kerala,101192

POUR LE DROIT A LA PROTESTATION SOCIALE EN COLOMBIE : ARRETEZ LES MASSACRES !

P

4 Mai 2021

 

Publié le : 04.05.2021
Le peuple colombien a décidé, de manière spontanée et très utile, de prolonger la grève civique du 28 avril, en protestation prolongée contre la réforme fiscale et la réforme de la santé, contre d'autres mesures antisociales et contre l'impunité garantie par les autorités colombiennes à ceux qui assassinent les leaders sociaux et les signataires de la paix. Désormais, les chauffeurs routiers ont également rejoint le mouvement.

A la manifestation pacifique et massive, le président Ivan Duque répond par une répression maximale, digne d'un régime fasciste. On dénombre des dizaines de morts dans le pays, la violence de l'État étant particulièrement forte à Cali. Ce samedi 1er mai après-midi, le président a décrété la militarisation des villes, obéissant ainsi à l'ancien président Uribe qui avait invité les militaires et les policiers à utiliser leurs armes de guerre contre les manifestants. Dans la nuit de dimanche à lundi, à Cali, l'armée a attaqué la population civile avec des armes lourdes et des hélicoptères de combat.

Le Parti de la Gauche Européenne demande au gouvernement colombien de cesser immédiatement la militarisation du pays, l'utilisation d'armes à feu contre la population civile, de respecter le droit à la protestation sociale, de libérer tous les prisonniers politiques, d'enquêter et de punir les auteurs des meurtres de manifestants pacifiques, et de se conformer à ses obligations en vertu des accords de paix.

Le Parti de la Gauche Européenne demande à la Commission européenne, au Conseil des ministres et aux pays membres de l'Union européenne de cesser de soutenir le gouvernement colombien, le plus répressif, meurtrier et antisocial de toute la région, et de condamner clairement l'assassinat de leaders sociaux et de signataires de l'accord de paix, ainsi que le non-respect des accords de paix par le gouvernement.

Le Parti de la gauche européenne demande à la Commission européenne d'activer la clause démocratique et des droits de l'homme de l'accord de libre-échange UE-Colombie, en suspendant partiellement ou totalement son application provisoire jusqu'à ce qu'il soit mis fin à l'impunité dont bénéficient les assassins. Elle appelle également les parlements d'Europe qui ne l'ont pas fait à ne pas ratifier cet accord de libre-échange tant que ces meurtres resteront impunis.

Parti de la gauche européenne

Bruxelles, 3 mai 2021
source : https://www.european-left.org/protesta-colombia-que-cesen-las-masacres/

Tag(s) : #PGE#colombie

LE PARTI COMMUNISTE BRITANNIQUE EST PRET POUR LES ELECTIONS LOCALES LE 6 MAI

4 Mai 2021

#VoteCommunist : Le Parti communiste britannique est prêt pour les élections locales du 6 mai.

Les élections locales en Grande-Bretagne doivent avoir lieu le 6 mai 2021 pour élire 145 conseils locaux anglais, treize maires directement élus en Angleterre et 39 commissaires de police et de criminalité en Angleterre et au Pays de Galles. 
 
Il y a également des élections au Parlement écossais, au Senedd (Parlement gallois) et à l'Assemblée de Londres, ces dernières se déroulant en même temps que l'élection du maire de Londres. 
 
Au cours des derniers mois, sous le slogan #VoteCommunist, le Parti communiste de Grande-Bretagne (PCB) s'est engagé dans l'une des plus grandes campagnes électorales du parti depuis des décennies. Le parti fait activement campagne dans plus de 40 circonscriptions pour le Parlement écossais, le Senedd gallois, l'Assemblée de Londres et diverses élections de comté et de district en Angleterre. 

Le PCB fait campagne sous le slogan "Le capitalisme est le problème - le socialisme est la solution", avec une plate-forme politique qui présente les choix difficiles entre les réalités du capitalisme et les alternatives socialistes.
 
Un message affiché sur le site Web du parti indique :

"La campagne électorale 2021 #VoteCommunist s'opposera à l'austérité, mobilisera les travailleurs contre le travail précaire et le chômage et luttera pour la propriété publique des services de transport et des services publics locaux. Nous faisons campagne pour le financement intégral des services publics et une augmentation des salaires pour les travailleurs, y compris une augmentation du salaire minimum et des pensions.  

Nos candidats plaideront pour que les pouvoirs soient rendus aux gouvernements nationaux et locaux en Ecosse, au Pays de Galles et en Angleterre, où ils pourront être rendus plus responsables. Nous faisons campagne pour le financement de l'économie locale et la construction de logements sociaux. Nous voulons que ce soient les travailleurs qui prennent les décisions, et non les milliardaires qui dominent nos vies.

Vous ne lirez rien sur nos candidats dans les journaux ou sur les chaînes de télévision, car les propriétaires de médias milliardaires n'aiment pas les partis politiques qui refusent d'être rachetés !

Beaucoup d'entre vous n'auront jamais eu l'occasion de #VoterCommuniste auparavant. Nous vous demandons de prendre un petit moment pour découvrir ce que nous défendons.

Les communistes ont longtemps fait campagne pour que le droit de vote soit étendu à tous les jeunes de 16 ans pour toutes les élections. Nous demandons aux nouveaux électeurs et à ceux qui votent pour la première fois de découvrir ce que les communistes défendent et comment ils comptent atteindre leurs objectifs. Lisez la Charte de la jeunesse.

Au cours des 18 derniers mois, le parti communiste a connu une croissance significative et ouvre de nouvelles branches à travers la Grande-Bretagne. Il y aura une branche locale près de chez vous. L'année dernière, nous avons célébré notre centenaire, un siècle de lutte pour améliorer la vie des travailleurs. Si vous voulez en savoir plus sur nos campagnes, nos politiques et nos membres, allez sur Get Involved."
source : https://www.idcommunism.com/2021/05/votecommunist-britains-communist-party-ready-for-may-6-local-elections.html

Tag(s) : #GrandeBretagne#Communiste#Elections

 

BOLIVIE : LES MEDIAS OCCIDENTAUX CHERCHENT A PRESENTER LA PUTSCHISTE JEANINE ANEZ COMME UNE VICTIME

4 Mai 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-05-03 09:41:33

      

.

La Paz, 3 mai (RHC) Les médias occidentaux tentent de dépeindre l’ex-présidente de facto de la Bolivie comme une victime, malgré les accusations sérieuses portées contre elle, affirme un expert.

Le Président du Sénat de Bolivie, Andrónico Rodriguez, a fait savoir que la plainte contre Jeanine Áñez pour avoir commis sept délits au moment où elle a pris la présidence du Sénat a été déposée auprès du ministère public, de l’Assemblée législative plurinationale et de la présidence de l’État, dans les conflits qui ont éclaté en Bolivie en 2019 et qui ont abouti à la démission et au départ d’Evo Morales du pays pour sauvegarder la paix.

Dans une interview accordée à la chaîne HispanTV, l’analyste Fernando Casado a indiqué qu’à ces délits il faut ajouter les accusations très graves qui ont trait aux délits de sédition et de terrorisme. À cet égard, il a affirmé qu’elle serait privée de sa liberté pendant une longue période, tout en mettant en garde contre les actions des médias occidentaux pour déformer les réalités.

"Les médias occidentaux essaient de la dépeindre comme une victime de l’actuel gouvernement de Luis Arce pour l’user, mais les accusations portées contre elle sont si fortes qu’il n’y aura aucun moyen de soutenir la thèse de la persécution politique" a soutenu l’académicien.

La justice bolivienne a refusé un nouveau recours en appel de l’ex-présidente de facto Áñez qui cherchait un changement de juridiction du procès pour

 le coup d’État de 2019.

Le 13 mars, la police bolivienne a arrêté Áñez et quatre de ses collaborateurs, dont deux anciens ministres, après que le parquet du pays eut demandé son arrestation. L’ex-présidente de facto est actuellement détenue au Centre d’orientation féminine d’Obrajes.

En 11 mois, le gouvernement de facto d’Áñez s’est rendu coupable d’au moins 24 cas de corruption et d’irrégularités, comme l’achat irrégulier de produits respiratoires et de gaz lacrymogènes, la vente de charges, les encaissements illégaux et les irrégularités dans les compagnies YPFB, Entel, Ende et la DGAC, entre autres.

Juan José Jáuregui, député du Mouvement vers le Socialisme (MAS), a averti que l’ex-présidente de facto tentait de s’enfuir pour se réfugier dans une ambassade.

 

Source : HispanTV Nouvelles

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/256035-bolivie-les-medias-occidentaux-cherchent-a-presenter-anez-comme-une-victime

Tag(s) : #Bolivie