Veilleur en éveil

 

8 MARS 2021 : JOURNEE INTERNATIONALE DES LUTTES POUR LES DROITS DES FEMMES.

27 Février 2021

 

26 FÉVRIER 2021  DROITS DES PAYSANS ET DES PAYSANNESFEMMES

8 mars 2021 — Journée internationale des luttes pour les droits des femmes.

(Harare, le 25 février 2021) Le 8 mars 2021, soudées dans notre diversité et d’une seule voix, nous affirmons que contre le virus du patriarcat et du capitalisme, nous avons le vaccin du féminisme et de la solidarité ! En même temps, nous soulignons le rôle fondamental des femmes rurales et de l’ensemble de la paysannerie, lesquelles se trouvent en première ligne de la production d’aliments agroécologiques et sains. Elles produisent plus de 60 pourcent de toute la production mondiale. Vingt-cinq ans après sa conception collective, la souveraineté alimentaire représente aujourd’hui notre voie concrète et durable pour surmonter les différentes crises que nous vivons. Il faut en finir avec la violence systématique du capitalisme et du patriarcat qui porte atteinte aux droits des femmes, aux droits des personnes se reconnaissant dans d’autres identités sexuelles, aux droits des enfants et de la classe travailleuse. Il faut en finir avec l’exclusion de nombreuses catégories de personnes de l’accès public et gratuit à un vaccin. La vaccination devrait être considérée un droit humain fondamental comme le droit à l’alimentation. C’est ainsi que nous la défendons dans notre appel international : Pour le droit à la santé publique et gratuite pour toutes les populations !

Dans le monde, les femmes jouent un rôle politique, social et économique vital, et plus encore durant cette pandémie. Nous continuons de toucher des salaires plus bas, beaucoup d’entre nous travaillent dans le secteur informel, nous sommes précarisées et exploitées, nous sommes des migrantes, des mères célibataires, des travailleuses agricoles, des pêcheuses et des pasteures qui avons moins accès à la terre, à la technologie, aux programmes publics de santé, à la protection contre la violence, à l’éducation et à la culture. L’absence d’accès aux moyens de production, notamment la terre constitue le plus grand obstacle que nous affrontons en milieu rural. Aujourd’hui, les femmes possèdent à peine 1 % des terres et malgré cela, nous devons relever le défi de continuer d’assurer l’alimentation et les soins de nos familles et de nos communautés dans des conditions d’inégalité politique, économique et sociale.

Dans ce sens, nous exigeons aujourd’hui que les États appliquent la Déclaration des Nations unies sur les droits des paysannes et paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales (UNDROP). Cet instrument reconnaît que les femmes et la paysannerie sont des « sujets de droit. » Il constitue un outil stratégique pour renforcer les luttes et les propositions des mouvements ruraux. De plus, cette déclaration établit une jurisprudence et une perspective juridique internationale pour orienter la législation et les politiques publiques locales, nationales et internationales au profit de ceux et celles qui nourrissent le monde.

Le pouvoir économique de l’agro-industrie impose son modèle d’agrobusiness dominant. Les grandes sociétés multinationales déterminent ce qui sera produit, ce que nous mangeons ainsi que les quantités et les prix de ce que nous mangeons. Ils exercent leur influence sur les gouvernements et même sur les organismes multilatéraux comme la FAO qui organise le Sommet sur les systèmes alimentaires cette année. Nous avons dénoncé ce sommet, car il vise à continuer l’accaparement d’une part toujours croissante du secteur de l’alimentation. Cette dynamique génère des profits élevés pour les grandes sociétés et des coûts énormes pour la santé des peuples et de la planète.

Tout au long de l’histoire, nous les femmes, nous avons lutté pour devenir des sujets actrices de transformations de la société, de mobilisation et de conscientisation. Ainsi, unies à l’ensemble de La Via Campesina, nous saluons toutes les luttes et nos sœurs et frères qui résistent en Inde, en Colombie, au Chili, au Venezuela, à Cuba, au Kurdistan, en Palestine, les zapatistes, les femmes diverses organisées dans la Marche mondiale des femmes et d’autres réseaux amis, qui participent activement aux changements dont nos sociétés ont besoin, pour la justice et la dignité des majorités.

Mobilisez-vous :

En ce 8 mars, journée internationale pour les droits des femmes, nous appelons nos organisations membres, nos alliées et nos amies à se mobiliser dans tous les espaces où elles se trouvent, dans nos communautés, nos rues, nos places, nos marchés, nos écoles et nos lieux de travail, pour protéger la vie. Continuons de réveiller les consciences, de dénoncer les injustices et de faire pression pour que les États s’engagent à appuyer les luttes historiques des femmes travailleuses de la campagne et de la ville.

Contre le virus du patriarcat et le capitalisme, le vaccin du féminisme et de la solidarité !

Veuillez envoyer vos communiqués de presse, vos photographies et vos vidéos à lvcweb@viacampesina.org.

Copiez et partagez notre matériel !

Pour télécharger l’affiche officielle de 2021 et les outils de communication pour les réseaux sociaux, cliquez ici. 

Suivez-nous dans les réseaux sociaux avec les mots-clics :

#8Mars2021 #FemmesEnLutte #SouverainetéAlimentaireMAINTENANT

source: 

https://viacampesina.org/fr/8mars2021-contre-le-virus-du-patriarcat-et-du-capitalisme-le-vaccin-du-feminisme-et-de-la-solidarite%e2%80%89/

Tag(s) : #ViaCampesina#8Mars

LES COMMUNISTES RUSSES ONT HONORE L'ANNIVERSAIRE DE LA GLORIEUSE ARMEE ROUGE SOVIETIQUE

27 Février 2021

Jeudi 25 février 2021
Les communistes russes ont honoré l'anniversaire de l'Armée rouge


Malgré les températures glaciales et les restrictions dues à la pandémie, des centaines de travailleurs, de jeunes hommes et femmes, de membres et de sympathisants des partis communistes russes et des organisations de la jeunesse communiste ont honoré la Journée de l'héroïque Armée rouge le 23 février.

À Moscou, des personnes portant des bannières rouges se sont rassemblées devant la Tombe du Soldat inconnu près du Mur du Kremlin où elles ont déposé des fleurs en mémoire et en honneur des légendaires combattants de l'Armée rouge soviétique. Une délégation du Parti communiste de la Fédération de Russie (CPRF), dirigée par son président Gennady Zyuganov, a assisté à l'événement. 

A Leningrad (Saint-Pétersbourg), la branche locale du PCFR a déposé des fleurs au mémorial du croiseur historique Aurora. Pendant la révolution d'octobre 1917, l'Aurora aurait tiré le premier coup de feu, signalant ainsi le début de la prise d'assaut du Palais d'hiver.

Une cérémonie de dépôt de fleurs a également été organisée par l'organisation de Leningrad du Parti communiste des travailleurs russes (RCWP) au mémorial des Héros de la jeune garde. Les dirigeants du parti local ont souligné la signification historique de cette fête et son importance pour le peuple soviétique et la classe ouvrière.

Des événements similaires célébrant les 103 ans de la fondation de l'Armée rouge ont eu lieu dans les principales villes de Russie.

L'Armée rouge a été fondée le 18 janvier 1918 sur une base volontaire. En 1949, le 23 février a été officiellement désigné comme "Journée de l'armée et de la marine soviétiques". Suite à la contre-révolution de 1991, cette fête a reçu le nom actuel de "Journée du défenseur de la patrie". 

source : https://www.idcommunism.com/2021/02/russian-communists-honored-red-armys.html

Tag(s) : #Communiste#Russie

45ème ANNIVERSAIRE DE LA PROCLAMATION DE LA REPUBLIQUE ARABE SAHRAOUIE DEMOCRATIQUE (RASD)

 

27 Février 2021

SPS 27/02/2021 - 11:45

Laayoune (territoires sahraouis occupés), 27 fev 2021 (SPS) Les Sahraouis dans les villes occupées s'apprêtent à célébrer le 45e anniversaire de la proclamation de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), sous un blocus sécuritaire asphyxiant imposé par les forces d'occupation marocaines.

Les militants sahraouis des droits de l'Homme dans les différentes villes occupées entreprennent de célébrer cette occasion en dépit d'une militarisation de ces régions, soumises à une forte présence des appareils de répression marocains qui interdisent le moindre rassemblement.

Depuis Laayoune occupée, la militante sahraouie des droits de l'Homme Fatimetou Dehouar a relevé dans une déclaration à l'APS, la détermination des Sahraouis à célébrer cet anniversaire qui raconte l'histoire d'un peuple libre ayant décidé d'édifier son Etat contre vents et marées.

Bien que la célébration de cet anniversaire se déroule sous un blocus, les Sahraouis tiennent à marquer cette date en hissant l'emblème national ou en se rassemblant au domicile d'un militant pour se remémorer le processus d'édification de l'Etat et les sacrifices des chouhada, a-t-elle dit.  

Affirmant que cet anniversaire était l'occasion pour susciter l'espoir quant à la capacité du peuple sahraoui à parachever sa souveraineté sur l'ensemble de ses territoires, Mme Dehouar a assuré que le "Makhzen est incapable de priver les Sahraouis de célébrer cet anniversaire".

S'exprimant depuis la ville de Smara, le militant Hammadi El Nasri a rappelé la conjoncture délicate qui caractérise la célébration, cette année, du 45e anniversaire de la proclamation de la RASD, notamment après la reprise de la lutte armée le 13 novembre 2020, une démarche qui a avorté, selon lui, "les tentatives d'étouffement de la cause sahraouie".

Misant sur l'échec de la cause et la capitulation du peuple sahraoui, ce plan dangereux a été porté par des puissances pesantes au niveau de l'ONU. Elles ont réussi a jouer un grand rôle dans la marginalisation de la cause en accordant un temps précieux au Maroc pour acheter le silence des pays devant les crimes commis contre les Sahraouis dans les villes occupées, au sud du Maroc et dans les universités du Royaume.

La reprise de la lutte armée a toutefois déjoué les plans de l'occupant et a permis à la cause nationale de revenir sur le devant à la faveur de l'écho médiatique qu'à connu la question sahraouie, a ajouté le même intervenant.

Mettant en avant la position constante de l'Algérie en appui à la cause légitime du Sahara occidental, M. Hammadi El Nasri a soutenu que cette position "n'est point étrange pour la Mecque des révolutionnaires, l'Algérie qui est restée fidèle aux principes de la Glorieuse révolution de Novembre".(SPS)

020/090/700

source : https://www.spsrasd.info/news/fr/articles/2021/02/27/31603.html

Tag(s) : #RASD#Polisario

IRAN/AFRIQUE : LES RETROUVAILLES STRATEGIQUES

Iran/Afrique : les retrouvailles géostratégiques

Décidément, le corridor anti-sanction US s’élargit. L’Iran et l’Afrique se rapprochent de plus en plus et les dernières évolutions entre les deux parties montrent que ce rapprochement a pris une vitesse sans précédent.

Le nouveau directeur général du bureau iranien des pays arabes et africains du TPO, Farzad Piltan, a affirmé que l’organisation redéfinirait sa stratégie afin de permettre à l’Iran de bénéficier des avantages du marché africain.

Il a également annoncé que dans le cadre des plans du gouvernement iranien pour soutenir les exportateurs, et avec l’appui de l’Organisation de développement du commerce d’Iran au sein de la Commission économique du siège africain, l’Iran accordera une ligne de crédit de 200 millions d’euros aux pays africains.

« En conséquence, dans le cadre de ce programme, la relance des activités, des événements et des relations commerciales avec le continent africain dans la période post-corona et post-sanctions, le développement des relations commerciales tels que le transport et la banque, en fournissant de nouvelles installations telles que des lignes de crédit en coopération avec le Fonds national de développement seront dans notre agenda. L’organisation d’expositions et l’échange de délégations commerciales avec les pays africains, en utilisant de nouvelles stratégies et méthodes pour pénétrer les marchés africains, figurent également dans la nouvelle stratégie iranienne en Afrique », a ajouté le directeur général du bureau iranien des pays arabes et africains du TPO, Farzad Piltan.

Il a également ajouté que l’Iran envisage de construire des lignes maritimes directes vers l’Afrique du Nord et du Sud, de développer la route reliant l’Afrique de l’Est à l’Afrique du Sud et de suivre le lancement d’une route aérienne directe vers l’Afrique.

De son côté, lors de sa rencontre avec l’ambassadeur zimbabwéen à Téhéran, Christopher Mapanga, Hossein Amir-Abdollahian, conseiller spécial du président du Parlement iranien pour les affaires internationales a affirmé la volonté des deux pays de renforcer leurs relations et de s’unir afin de contrer les sanctions américaines.

« Les sanctions unilatérales américaines constituent un levier de pression contre les États, dont l’État zimbabwéen. Les colonialistes pillent les ressources de ce continent riche. Mais l’Iran est prêt à renforcer ses liens avec le Zimbabwe et les commissions spécialisées du Parlement iranien dans les domaines économiques et sanitaires sont prêtes à venir en aide au Zimbabwe », a affirmé Hossein Amir-Abdollahian.

L’ambassadeur zimbabwéen à Téhéran a de son côté affirmé la volonté de son pays de se rapprocher davantage de l’Iran et a insisté sur la nécessité de l’essor des relations bilatérales compte tenues des progrès considérables de l’Iran durant ces dernières années dans les secteurs scientifique, défensif et technologique.

De plus en plus de pays africains rejoignent le corridor anti-sanctions que des pays comme l’Iran ont mis en place afin de montrer au monde qu’il n’est pas nécessaire de subir la continuité de la période de l’esclavage et de la colonisation, qui aujourd’hui, a simplement changé de visage et est devenu légale aux yeux des États qui se sont autoproclamés « défenseurs des droits de l’homme dans le monde » !

https://french.presstv.com/Detail/2021/02/27/646186/Iran-Afrique-les-retrouvailles-g%C3%A9ostrat%C3%A9giques

L'ONU ET DES PAYS EUROPEENS APPELLENT "ISRAËL" A CESSER LES DEMOLITIONS DANS LA VALLEE DU JOURDAIN

L’ONU et des pays européens appellent Israël à « cesser les démolitions » dans la vallée du Jourdain

 Depuis 4 heures  27 février 2021

Les démolitions israéliennes ont provoqué le déplacement de 63 personnes dont 36 enfants palestiniens

Les démolitions israéliennes ont provoqué le déplacement de 63 personnes dont 36 enfants palestiniens

 Moyent-Orient - Palestine

 

Rédaction du site

L’ONU et les membres européens du Conseil de sécurité ont réclamé vendredi 26 février à ‘Israël’ l’arrêt des démolitions d’installations de bédouins dans la vallée du Jourdain, et réclamé un accès humanitaire à leur communauté vivant à Humsa Al-Baqai’a.

Lors d’une déclaration commune à l’issue d’une session mensuelle du Conseil de sécurité sur le conflit au Proche-Orient, l’Estonie, la France, l’Irlande, la Norvège et le Royaume-Uni ont affirmé être « profondément préoccupés par les récentes démolitions et confiscations de biens par Israël, incluant des structures financées par l’Union européenne et des donateurs, à Humsa Al-Baqai’a dans la vallée du Jourdain ».

Cette préoccupation s’étend aux conséquences de ces décisions « sur une communauté comptant environ 70 personnes, dont 41 enfants », ont-ils précisé.

« Nous réitérons notre appel à Israël pour qu’il mette fin aux démolitions et aux confiscations. Nous appelons en outre Israël à autoriser un accès humanitaire complet, durable et sans entrave à la communauté de Humsa Al-Baqai’a », ont ajouté les diplomates européens.

Devant le Conseil de sécurité, l’émissaire de l’ONU pour la région, le Norvégien Tor Wennesland, a lui aussi fait part de son inquiétude face aux mêmes démolitions et confiscations.

« Israël a démoli ou confisqué 80 structures dans la communauté bédouine palestinienne de Humsa Al-Baqai’a », a-t-il déploré.

« Ces décisions ont provoqué le déplacement à de multiples reprises de 63 personnes dont 36 enfants, et font suite à des démolitions similaires survenues en novembre », a précisé l’émissaire.

« J’exhorte Israël à cesser la démolition et la saisie de biens palestiniens dans toute la Cisjordanie occupée, y compris à Jérusalem-Est, et à permettre aux Palestiniens de développer leurs communautés », a ajouté Tor Wennesland.

 

Source: Avec AFP

https://french.almanar.com.lb/2017182

NIGERIA : LIBERATION DE 42 PERSONNES DONT 27 ENFANTS ENLEVEES IL Y A 10 JOURS DANS UN PENSIONNAT

Nigeria: libération de 42 personnes enlevées il y a 10 jours dans un pensionnat

Nigeria: libération de 42 personnes enlevées il y a 10 jours dans un pensionnat

folder_openAfrique access_timedepuis 3 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec AFP

Les 42 personnes, dont 27 enfants, enlevées il y a dix jours dans une école du centre-ouest du Nigeria, ont été libérées, ont annoncé samedi les autorités locales, au lendemain d'un nouveau kidnapping de masse où 317 jeunes filles ont également été enlevées dans le nord du pays.

«Les élèves, les professeurs et leurs proches du Collège des sciences de Kagara ont retrouvé la liberté et sont reçus par le gouvernement local», a annoncé sur twitter Abubakar Sani Bello, le gouverneur de l'Etat nigérian du Niger, l'une des régions minées par les groupes criminels appelés «bandits».

A la mi-février, des hommes armés avaient attaqué ce pensionnat public d'enseignement secondaire de Kagara, tuant un étudiant et emmenant avec eux 27 élèves, trois professeurs et 12 membres de familles du personnel.

Les «bandits», comme les désignent les autorités, terrorisent les populations locales, mènent des kidnappings de masse contre rançon, enlevant désormais des enfants dans des écoles, pillent les villages et volent le bétail.

Vendredi, 317 jeunes filles scolarisées dans l'Etat de Zamfara, plus au nord, ont été également enlevées dans leurs dortoirs.

Une opération de sauvetage est en cours, composée de forces de sécurité, mais aussi de villageois en colère.

Le président Muhammadu Buhari, très fortement décrié face à la situation sécuritaire catastrophique dans le nord du Nigeria, a assuré vendredi soir qu'il ne «cèderait pas au chantage des bandits».

A chaque nouveau kidnapping de masse, les autorités, fédérales ou locales, affirment ne payer aucune rançon aux ravisseurs pour la libération des otages, ce qui est peu probable au regard des experts en sécurité qui craignent que ce mode de kidnappings se multiplient dans la région.

Ces bandes criminelles sont motivées par l'appât du gain, mais certaines ont tissé des liens forts avec les groupes extrémistes présents dans le nord-est.

Ces violences criminelles ont fait plus de 8.000 morts depuis 2011, et forcé plus de 200.000 personnes à fuir leur domicile, selon un rapport du groupe de réflexion International Crisis Group (ICG) publié en mai 2020.

https://french.alahednews.com.lb/38901/307

OBJECTIFS CACHES DE L'OTAN EN IRAK ?

Objectifs cachés de l'OTAN en Irak

Friday, 26 February 2021 7:14 PM  [ Last Update: Friday, 26 February 2021 7:13 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des troupes américaines en Irak. ©AFP

Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, a déclaré jeudi 18 février que l’Alliance atlantique cherchait à multiplier par huit ses forces en Irak et souhaitait faire passer ses effectifs de 500 à 4 000 hommes.

Cette décision de l'OTAN s'est heurtée à la réaction des responsables et des personnalités d’Irak, dont beaucoup l'ont condamnée. De plus, alors que certains responsables du gouvernement irakien ont déclaré que la mission des forces de l'OTAN était une mission consultative et de formation, certains députés du Parlement irakien parlent du nouveau jeu de l'OTAN pour maintenir la présence américaine en Irak.

 

Irak: l'OTAN, substitut des forces US?

Irak: l'OTAN, substitut des forces US?

Les USA réussiront-ils à résister à la volonté du peuple et des forces populaires irakienne, sur fond de combats incessants des Hachd?

Le conseiller irakien à la sécurité nationale Qassem al-Araji a écrit sur Twitter que « les activités des forces de l'OTAN dans le pays sont menées avec le consentement et la coordination de notre gouvernement ».

Mais Aziz Sharif al-Mayahi, ancien député du Parlement irakien, a déclaré que « toute présence de forces étrangères en Irak, dont les forces de l'OTAN, constitue une nouvelle occupation du pays ».

Naeem al-Aboudi, député de l’alliance al-Fatah au Parlement irakien a tenu à faire allusion au fait que l’augmentation du nombre d’effectifs de l’OTAN en Irak n’était qu’un prétexte pour renforcer l’ingérence des troupes américaines dans ce pays. « Les troupes de l’OTAN n’entreront pas en Irak et le Parlement ne leur permettra pas d’y entrer », a-t-il ajouté.

Avertissement sur les objectifs cachés de l'OTAN en Irak

Le Centre irakien d'études politiques a également mis en garde dans un communiqué contre les objectifs ambigus et secrets de l’OTAN d'augmenter ses effectifs dans tout l'Irak dans la phase suivante, affirmant que cela était contraire au principe de souveraineté nationale irakienne.

Depuis 2004, la mission de l'OTAN consistait à former les forces de sécurité en Irak et, depuis octobre 2018, les missions de l'OTAN en Irak sont devenues des missions consultatives et de formation.

Irak : l’armée avertit USA/OTAN

Irak : l’armée avertit USA/OTAN

Les Irakiens sont plus déterminés que jamais à expulser les troupes américaines de tout l’Irak y compris du Kurdistan irakien.

Les plans initiaux d'extension de la mission de l'OTAN en Irak ont ​​été élaborés à la demande de l'ancien président américain Donald Trump.

Les États-Unis tentent de protéger leurs intérêts au Moyen-Orient, en particulier en Irak, en planifiant et en gérant l'idée de l'expansion de l'OTAN, surtout après les pressions du Parlement et du peuple irakiens pour le retrait des militaires US du pays.

L'invasion et l'occupation américaines de l'Irak en 2003 ont été un facteur majeur pour l'entrée des forces de l'OTAN en Irak. Un regard sur la coalition dirigée par les États-Unis dans la guerre en Irak révèle que 16 membres de l'OTAN ont travaillé avec Washington sur cette question.

Trois membres de l'OTAN ont également accompagné directement les États-Unis dans sa guerre contre Irak: la Grande-Bretagne, le Danemark et la Pologne.

Augmenter le nombre d’effectifs de l'OTAN ou des États-Unis?

Hadi Qubisi, un analyste arabophone, a déclaré que depuis sa création, l’Alliance atlantique s'emploie à diviser la région et que l'OTAN est une coalition hostile contre les pays arabes qui s'opposent aux projets américains dans la région.

De son côté, Ali al-Sattouf, député du Parlement syrien, a souligné que l'OTAN tentait de s’emparer de la richesse de diverses nations depuis sa création post-Seconde Guerre mondiale.

Irak: Base aérienne US frappée ...

Irak: Base aérienne US frappée ...

Mais la question qui se pose maintenant est de savoir pourquoi la décision du commandement de l'OTAN de multiplier par huit ses effectifs en Irak coïncide avec l'annonce par les États-Unis d'une réduction ou d'un retrait des troupes américaines d'Irak.

À ce propos, Abbas al-Ardawi, politologue irakien a déclaré: « Le principal objectif de l'OTAN d'augmenter le nombre de ses troupes en Irak est d'occuper le pays. L'annonce par l'OTAN de sa décision de quadrupler sa présence militaire sur le sol irakien constitue une occupation. En fait, les forces de l'OTAN vont être celles des États-Unis. »

« Sur cette base, il est tout à fait clair que l'augmentation des forces de l'OTAN en Irak est le nouveau jeu de Washington dans ce pays. Washington a décidé de contourner d'une autre manière la loi du Parlement irakien d'expulser les troupes étrangères. Simultanément à l'annonce de la réduction des troupes américaines en Irak, nous constatons que l'OTAN a annoncé une multiplication par huit de ses forces dans ce pays. Cela prouve que les Américains sont à la recherche d’un nouveau type d'occupation en Irak », a-t-il précisé.

Le secrétaire général de l'OTAN a prétendu que la multiplication par huit des forces de l'OTAN en Irak visait à empêcher la résurrection de Daech dans le pays; et ce alors que ces forces n’ont pas enregistré de résultats satisfaisants dans la lutte contre le terrorisme, d’autant plus que les forces de sécurité irakiennes et les Hachd al-Chaabi sont bien capables d’assurer la sécurité et la stabilité de ce pays et qu’elles l’ont déjà prouvé en sauvant l’Irak des griffes du terrorisme.

Irak: les forces US assiégées...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Irak: les forces US assiégées...

Les attaques visant les convois militaires US les ont privés de la possibilité de transiter via deux tiers du territoire irakien. Les troupes US sont-elles poussées à quitter l’Irak ?

https://french.presstv.com/Detail/2021/02/26/646133/Irak-Otan-USA-occupation-Hachd-al-Chaabi

USA : MEGA SWAP IRAN-VENEZUELA!

Nouvelle carte énergétique irano-vénézuélienne

Friday, 26 February 2021 5:25 PM  [ Last Update: Friday, 26 February 2021 5:25 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

L'Iran et le Venezuela échangent leurs cargaisons de carburéacteur et d'essence. ©Unsplash.com

Le Venezuela et l'Iran ont trouvé un moyen de s'entraider alors que les compagnies maritimes évitent de négocier avec les deux pays producteurs de pétrole de peur de se heurter aux sanctions américaines, a rapporté l’agence de presse russe Russia Today citant Reuters.

Le Venezuela expédie du carburéacteur (kérosène) vers l'Iran dans les mêmes pétroliers que ceux dans lesquels l'Iran livre de l'essence et des pièces de rechange pour les raffineries du Venezuela, a rapporté Reuters mercredi, citant des sources proches du dossier et des documents de la société pétrolière publique vénézuélienne PDVSA.

Le Venezuela, qui a un excès de kérosène dû aux vols ratés dans le pays au cours de l'année écoulée en raison du coronavirus, envoie du carburant d'aviation en Iran, après avoir reçu de l'essence de la République islamique, selon les sources de Reuters.

Venezuela: la revanche gazière anti-US

Venezuela: la revanche gazière anti-US

Le Venezuela a annoncé une augmentation de la production de pétrole et des exportations de gaz vers le Mexique.

En effet, l’Iran échange son essence contre du kérosène vénézuélien dans le cadre d’un accord conclu par les compagnies pétrolières nationales des deux pays, selon un rapport.

Téhéran et Caracas ont intensifié leur coopération face à l'intensification des sanctions américaines contre les sociétés d'État Petroleos de Venezuela et la National Iranian Oil Company (NIOC).

Un échange complet du kérosène vénézuélien contre l'essence iranienne a été convenu entre NIOC et PDVSA l'année dernière, suggérant des expéditions à long terme, a rapporté Reuters citant ce qu'il appelait des personnes connaissant le sujet.

L’agence de presse porte un intérêt particulier au commerce du pétrole et du gaz iranien, qui fait l’objet des sanctions américaines les plus draconiennes, utilisant souvent des sources anonymes apparemment liées au gouvernement américain pour rendre compte des expéditions iraniennes dans le but évident de les arrêter.

Cependant, l'Iran n'a jamais essayé de cacher son aide au Venezuela, qui souffre de graves pénuries d'essence en raison des sanctions paralysantes des États-Unis.

La République islamique d’Iran a envoyé des flottilles de pétroliers transportant de l'essence et des matières premières pour le carburant au Venezuela, ainsi que des équipements et des pièces de rechange pour aider le membre de l'OPEP à redémarrer ses raffineries. Lors de ces expéditions de fournitures essentielles, l'Iran a averti les États-Unis de ne pas causer de problèmes à ses pétroliers.

Venezuela: les USA court-circuités!

Venezuela: les USA court-circuités!

Alors que de nombreuses sociétés pétrolières internationales refusent de transporter du pétrole vénézuélien ou du carburant importé pour le pays par crainte de représailles américaines, les pétroliers iraniens sont intervenus pour mener à bien la tâche en «voyages parfaits» au cours desquels les navires ont voyagé entièrement chargés dans les deux sens.

« Chaque cargaison est tarifée et compensée plus tard. S'il y a des différences de valeur entre les expéditions de swap, elles sont payées via de futures cargaisons », a rapporté Reuters. Selon Reuters, le pétrolier Fortune battant pavillon iranien a chargé 250 000 barils de kérosène vénézuélien début février dans le port oriental de Puerto La Cruz après avoir déchargé environ 300 000 barils d'essence iranienne.

Le Fortune et un autre pétrolier appartenant à l'Iran, le Faxon, qui ont effectué plusieurs voyages du port iranien de Bandar Abbas à Puerto La Cruz entre mai et février, étaient à nouveau pleins à leur départ d'Amérique du Sud.

Mega flottille iranienne aux Caraïbes

Mega flottille iranienne aux Caraïbes

Avec à son bord du carburant, la plus grande flottille iranienne en route vers le Venezuela.

Des rapports ont indiqué que ce mois-ci, le Venezuela avait commencé à recevoir une cargaison de catalyseurs de l'Iran pour aider son complexe de raffinage du Paraguana à produire du carburant.

Le pont aérien est intervenu après que l'Iran a envoyé plus d'une douzaine de vols vers le Venezuela l'année dernière pour aider à redémarrer la raffinerie de Cardon et atténuer les pénuries d'essence aiguës dans le pays de l'OPEP.

Cardon est la seule des raffineries du Venezuela à produire de l’essence, avec ses unités de reformage de naphta et de craquage catalytique produisant environ 60 000 barils par jour (b / j). La raffinerie Amuay de 645 000 b / j située à proximité, produit du naphta qui servira de matière première aux unités d’essence de Cardon.

Les catalyseurs expédiés d'Iran devraient aider à redémarrer la production d'essence à Amuay, dont le craquage catalytique est hors ligne depuis fin 2019, en prévision de la maintenance prévue à Cardon.

Iran/Venezuela: la

Iran/Venezuela: 

Uranium enrichi à 20% au Venezuela 

https://french.presstv.com/Detail/2021/02/26/646125/Iran-Venezuela-essence-p%C3%A9trole-gaz-k%C3%A9ros%C3%A8ne

VENEZUELA : LE POUVOIR ELECTORAL REJETTE LES SANCTIONS DE L’UNION EUROPEENNE

26 Février 2021

Caracas, 25 février (RHC) Le Conseil National Électoral (CNE) du Venezuela a condamné les mesures coercitives unilatérales prises par l’Union européenne à l’encontre de 19 fonctionnaires et magistrats de la nation sud-américaine.

Par un communiqué officiel, l’organe électoral suprême a réaffirmé sa mission principale qui est d’assurer et de faciliter l’expression libre et absolue de la souveraineté du peuple vénézuélien, par l’exercice de son droit de vote.

À cette fin, 'il exclura de tous les instruments et recours à sa disposition toute prétention étrangère à interférer ou à conditionner ses responsabilités constitutionnelles et légales', indique le document.

À cet égard, le CNE a affirmé que les prétendues sanctions du Conseil des affaires étrangères du bloc communautaire s’adressent à ceux qui garantissent le droit à la participation politique démocratique et à la réalisation des processus électoraux.

Il a ajouté que la véritable intention des mesures punitives était de porter atteinte à la volonté démocratique du peuple vénézuélien et d’entraver l’exercice de la souveraineté politique.

L’Union européenne a estimé que les élections qui ont eu lieu le 6 décembre dernier au Venezuela n’ont pas respecté les normes démocratiques, malgré l’approbation de centaines d’observateurs internationaux, qui en ont validé la transparence et la légitimité.

En réponse au nouveau paquet de sanctions contre 19 fonctionnaires vénézuéliens, les autorités de Caracas ont déclaré persona non grata l’ambassadrice européenne Isabel Brilhante Pedrosa et lui ont accordé un délai de 72 heures pour quitter le territoire national.

Outre la confirmation de l’expulsion de la représentante du bloc, le Gouvernement bolivarien a mis en garde les missions diplomatiques de l’Allemagne, de la France, de l’Espagne et des Pays-Bas, considérant ces pays comme les promoteurs des nouvelles mesures coercitives.

Édité par Reynaldo Henquen

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/248892-le-pouvoir-electoral-venezuelien-rejette-les-sanctions-de-lunion-europeenne

Tag(s) : #Venezuela#UE

BRESIL : DEMANDE D’ANNULATION DU PROCES MANIPULE PAR MORO CONTRE LULA

26 Février 2021

Brasilia, 25 février (RHC) La campagne Lula Libre a présenté une plateforme pour réclamer que le Tribunal Fédéral Suprême (STF) du Brésil annule les procès intentés contre l’ancien président Luiz Inácio Lula da Silva par l’ancien juge Sérgio Moro.

Selon le portail d’information Brasil 247, l’ancien ministre de la Justice, en connivence avec les procureurs de l’opération Lava Jato, a violé la loi et a adopté des procédures abusives pour poursuivre et arrêter le fondateur du Parti des travailleurs.

En entrant sur le site de la campagne, l’utilisateur peut automatiquement envoyer un texte aux adresses e-mail des ministres du STF.

Le message affirme qu’il y a des preuves de collusion entre l’accusation et Moro pour condamner Lula.

Les entretiens entre l’ancien magistrat et les procureurs de Lava Jato, obtenus par l’opération Spoofing (usurpation) de la police fédérale, prouvent que l’ancien dirigeant ouvrier a été condamné par un juge partial, dans un procès non respectueux de la présomption d’innocence, entre autres.

La campagne insiste pour que la deuxième chambre du STF analyse l’habeas corpus dans les plus brefs délais, réponde à la demande de la défense de Lula et, par conséquent, annule les arguments présentés par Moro au cours de l’instruction, ainsi que les affaires menées par les enquêteurs de Lava Jato.

Il affirme que l’affaire constitue un affront à l’impartialité de la justice, une garantie minimale garantie à tous les accusés par la Convention américaine de 1969 relative aux droits de l’homme et la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948.

Sept ans après la création officielle de Lava Jato, il y a déjà des preuves pour juger  la complicité entre le ministère public et Moro, avec le désir anticipé de condamner Lula, souligne le contenu.

En conséquence, ajoute-t-il, ils empêchent l’exercice de ses droits politiques, notamment de pouvoir se présenter aux élections de 2018, ce qui met en doute la légitimité des résultats électoraux qui ont porté au pouvoir Jair Bolsonaro.

Selon le document qui sera envoyé au STF, le soupçon de partialité de Moro doit être confirmé pour rétablir la crédibilité du pouvoir judiciaire et de Lula, ainsi que pour que tout citoyen brésilien, ait un procès équitable, impartial et dans le respect des garanties de l’État de droit démocratique.

Source Prensa Latina

Édité par Reynaldo Henquen

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/248830-bresil-demande-dannulation-du-proces-contre-lula-manipule-par-moro

Tag(s) : #brésil#Lula