Veilleur en éveil

 

MANLIO DINUCCI : PANDÉMIE DU VIRUS DE LA PEUR

L’art de la guerre

 

Pandémie du virus de la peur

Manlio Dinucci

 

Étant entendu que le Coronavirus ne doit pas être sous-évalué et qu’on doit suivre les 10 règles préventives du Ministère de la santé, il faut adopter une 11ème règle fondamentale : empêcher la diffusion du virus de la peur. Celui-ci est répandu surtout par la télévision, en commençant par la Rai qui consacre les journaux télévisés quasiment entièrement au Coronavirus. Le virus de la peur pénètre ainsi dans tous les foyers à travers les chaînes de télé.

   Tandis qu’elles lancent la plus grande alarme pour le Coronavirus, elles taisent le fait que la grippe saisonnière, épidémie beaucoup plus mortelle, a provoqué en Italie pendant la 6ème semaine de 2020 -selon l’Institut supérieur de la santé- en moyenne 217 décès par jour, dus aussi à des complications pulmonaires et cardiovasculaires liées à la grippe. Elles taisent le fait que -selon l’Organisation mondiale de la santé- meurent en Italie en une année du HIV/Aids plus de 700 personnes (en moyenne deux par jour), sur une total mondial d’environ 770.000.
  À propos de la campagne alarmiste sur le Coronavirus, Maria Rita Gismondo -directrice de Macrobiologie clinique, Virologie et Diagnostic de Bio-urgences du laboratoire de l’Hôpital Sacco de Milan, où s’analysent les échantillons de contagions possibles- déclare : “C'est une folie. On a transformé une infection à peine plus sérieuse qu’une grippe en une pandémie létale. Regardez les chiffres. Ce n’est pas une pandémie”. Mais la voix de la scientifique n’arrive pas au grand public, alors que chaque jour, de la Rai service qui qui devrait public, aux chaînes Mediaset et pas seulement, on diffuse chez les Italiens la peur pour “le virus mortel qui de Chine se répand dans le monde”. Campagne de fait correspondant à ce que déclare le secrétaire USA au commerce Wilbur Ross dans une interview à Fox Business : “Je pense que le Coronavirus contribuera au retour des emplois de la Chine aux USA. En Chine il y a eu d’abord le Sars, ensuite la peste porcine et maintenant le Coronavirus”. Donc, commente le New York Times, “la perte pour la Chine pourrait être un gain pour l’Amérique”. Autrement dit, le virus pourrait avoir un impact destructeur sur l’économie chinoise et, dans une réaction en chaîne, sur celles du reste de l’Asie, de l’Europe et de la Russie, déjà touchées par la chute des flux commerciaux et touristiques, à l’avantage des USA restés économiquement indemnes.
   Global research, le centre de recherche sur la mondialisation dirigé par le professeur Michel Chossudovsky, est en tain de publier sur l’argument de l’origine du virus une série d’articles d’experts internationaux. Ceux-ci soutiennent qu’”on ne peut pas exclure que le virus ait été créé en laboratoire”. Cette hypothèse ne peut pas être considérée comme “complotiste” et exorcisée comme telle. Pourquoi ? Parce que les États-Unis, la Russie, la Chine et les autres grandes puissances ont des laboratoires où sont menées des recherches sur des virus qui, modifiés, peuvent être utilisés comme agents de guerre biologique y compris sur des secteurs ciblés de population. C’est un domaine entouré du plus dense secret, souvent sous couvert de recherche scientifique civile. 

  Mais des faits émergent : la présence à Wuhan d’un bio-laboratoire où des scientifiques chinois, en collaboration avec la France, effectuent des recherches sur des virus létaux, parmi lesquels certains envoyés par le Laboratoire canadien de microbiologie. En juillet 2015, l’Institut gouvernemental britannique Pirbright, a breveté aux USA un “coronavirus atténué”. En octobre 2019 le Johns Hopkins Center for Health Security a effectué à New York une simulation de pandémie par coronavirus en prévoyant un scénario qui, s’il se réalisait, provoquerait 65 millions de morts. Mais on ne simule pas la pandémie du virus de la peur, qui se répand avec des effets socio-économiques destructeurs.

 

Édition de mardi 25 février 2020 de il manifesto

 

 

(COVID-19) LA CHINE OBTIENT DES RÉSULTATS CONSIDÉRABLES DANS LE BLOCAGE DE TRANSMISSION INTERHUMAINE DU COVID-19

 

 
 

(COVID-19) La Chine obtient des résultats considérables dans le blocage de transmission interhumaine du COVID-19 (équipe d'experts Chine-OMS)

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-02-25 à 09:35
 


(Xinhua/Xing Guangli)

BEIJING, 25 février (Xinhua) -- Les interventions de santé publique sans précédent de la Chine face à l'épidémie du COVID-19 ont produit des résultats considérables pour ce qui est de bloquer la transmission interhumaine du virus, prévenir ou du moins retarder des centaines de milliers de cas, a indiqué une équipe conjointe d'experts composée d'experts de la Chine et de l'Organisation mondiale de la santé.

L'évaluation a été présentée lors d'une conférence de presse lundi à Beijing après que cette équipe composée de 25 membres avait conclu un voyage d'étude sur le terrain de neuf jours en Chine.

La Chine a également joué un rôle crucial dans la protection de la communauté internationale, en permettant aux pays d'avoir un temps précieux pour adopter des mesures actives de prévention et de contrôle et en leur offrant une expérience valable, selon l'équipe.

La Chine prend des mesures prudentes, progressives et ordonnées pour rétablir graduellement l'ordre dans les secteurs social, économique, éducatif et sanitaire, a-t-elle indiqué, ajoutant que d'autres pays devraient réévaluer rapidement les mesures prises à l'égard de la Chine.

Notant que le nouveau coronavirus est un nouvel agent pathogène, l'équipe a précisé que plus d'informations étaient nécessaires pour mieux comprendre la dynamique de transmission et la gravité de la maladie, ajoutant que le travail de prévention et de contrôle à l'échelle mondiale faisait encore face à de graves défis.

 

   1 2 3 4 5   

http://french.xinhuanet.com/2020-02/25/c_138815962.htm

 

 

 

(COVID-19) Le peuple chinois est en train de rendre service à l'humanité (Antonio Guterres)

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-02-25 à 03:55
 


(Xinhua)

GENEVE, 24 février (Xinhua) -- Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a déclaré lundi que le peuple chinois est en train de rendre service à l'humanité, en mettant en place des mesures de quarantaine rigoureuses à travers le pays pour minimiser l'impact de l'épidémie du COVID-19.

"Je tiens à vous transmettre l'information que j'ai obtenue de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). D'après la visite récemment faite en Chine, on sait que dès le commencement du mois de février, le nombre des cas est en train de baisser. Et ça, c'est une très bonne indication", a dit M. Guterres, en répondant à une question posée par un journaliste de Xinhua, après une réunion à Genève avec les responsables de l'OMS.

"J'espère que cette indication puisse être maintenue d'une façon continuelle", a-t-il poursuivi.

"Mon message à tous ceux qui sont maintenant en Chine, sont privés de beaucoup d'aspects de vie normale, c'est un message de gratitude, parce que ce sont les sacrifices" pour ceux qui sont privés de la vie normale, a déclaré M. Guterres.

Pour tous ceux qui sont privés de vie normale, "ils sont en train de rendre service à l'humanité", a souligné le chef de l'ONU.

Depuis le début de l'épidémie du COVID-19, la Chine a accompli d'énormes efforts pour prévenir et traiter le coronavirus, notamment la mise en place de mesures de quarantaine rigoureuses à travers le pays pour minimiser son impact.

http://french.xinhuanet.com/2020-02/25/c_138814858.htm

 

 

Xi dit que la Chine a fait des contributions positives à la sécurité de la santé publique mondiale

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-02-25 à 21:35
 

BEIJING, 25 février (Xinhua) -- Fidèle à l'esprit d'une communauté de destin pour l'humanité, la Chine a non seulement fait de son mieux pour protéger la vie et la santé de son propre peuple, mais a fait des contributions positives à la sauvegarde de la sécurité de la santé publique mondiale, a déclaré mardi le président chinois Xi Jinping dans un appel téléphonique avec le prince héritier d'Abou Dhabi, cheikh Mohammed ben Zayed al-Nahyan.

http://french.xinhuanet.com/2020-02/25/c_138818115.htm

 

 

Xi dit que le soutien de l'Afrique à la lutte chinoise contre le coronavirus illustre son amitié fraternelle

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-02-25 à 21:15
 

BEIJING, 25 février (Xinhua) -- Les soutiens variés apportés par des pays et des peuples africains à la lutte menée par la Chine contre l'épidémie de COVID-19 illustrent de façon éclatante la fraternelle amitié sino-africaine qui veut qu'on partage les bons comme les mauvais moments et qu'on s'entraide, a déclaré mardi le président chinois Xi Jinping lors d'un entretien téléphonique avec le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed.

http://french.xinhuanet.com/2020-02/25/c_138818064.htm

 

 

(COVID-19) Les spécialistes de la médecine traditionnelle chinoise en première ligne contre le nouveau coronavirus

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-02-25 à 20:15
 

BEIJING, 25 février (Xinhua) -- Plus de 4.900 membres du personnel médical de quelque 600 hôpitaux de médecine traditionnelle chinoise à travers le pays se sont rendus dans la province centrale du Hubei pour aider à lutter contre l'épidémie du nouveau coronavirus (COVID-19).

Cinq équipes médicales nationales composées de 757 spécialistes en médecine traditionnelle chinoise de l'Académie des sciences médicales chinoises de Chine et d'autres institutions médicales d'élite ont été envoyées dans la ville de Wuhan, capitale du Hubei et épicentre de l'épidémie.

La médecine traditionnelle chinoise a été largement utilisée dans le traitement des malades infectés, alors qu'elle s'est avérée efficace dans l'amélioration du taux de guérison. Depuis le début de l'épidémie, elle a été appliquée dans le traitement de plus de 60.000 cas confirmés en Chine.

Selon l'Administration nationale de la médecine traditionnelle chinoise, les équipes d'experts médicaux dans 31 régions de rang provincial comprennent toutes des spécialistes en médecine traditionnelle chinoise, la plupart des régions ayant élaboré des plans de traitement localisés de médecine traditionnelle chinoise pour le nouveau coronavirus.

Selon les autorités sanitaires locales, 98,5% des malades infectés dans la province du Shanxi ont reçu des traitements de médecine traditionnelle chinoise, et 91,5% des patients ayant utilisé cette médecine ont obtenu des résultats.

http://french.xinhuanet.com/2020-02/25/c_138817937.htm

 

 

 

 

Xi Jinping met l'accent sur le développement agricole pour soutenir le contrôle de l'épidémie et la croissance socio-économique

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-02-25 à 21:15
 

BEIJING, 25 février (Xinhua) -- Le président chinois, Xi Jinping, a mis l'accent sur le besoin de donner la priorité aux questions liées à l'agriculture, aux zones rurales et aux agriculteurs et d'améliorer les maillons faibles afin de fournir un soutien fort pour remporter la bataille dans la prévention et le contrôle de l'épidémie et de réaliser les objectifs et les tâches du développement économique et social pour l'ensemble de l'année.

"Plus nous sommes confrontés à des risques et des défis, plus nous avons besoin de stabiliser l'agriculture et d'assurer la sécurité des céréales et des denrées subsidiaires majeures", a souligné M. Xi, également secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois et président de la Commission militaire centrale, dans une récente instruction sur le labour de printemps dans le pays.

http://french.xinhuanet.com/2020-02/25/c_138818066.htm

 

 

 

 

CORONAVIRUS COVID-19 : L’OMS ÉVOQUE UN RISQUE DE «PANDÉMIE». EN REVANCHE, L’EPIDEMIE RECULE EN CHINE

Virus: l'OMS évoque un risque de "pandémie", mais recul de l'épidémie en Chine

60partages

Chargement en cours

Bruce Aylward, à la tête de la mission internationale d'experts de l'OMS sur le nouveau coronavirus, lors d'une conférence de presse à Pékin le 24 février 2020

 

Bruce Aylward, à la tête de la mission internationale d'experts de l'OMS sur le nouveau coronavirus, lors d'une conférence de presse à Pékin le 24 février 2020

1/2

© AFP, MATTHEW KNIGHT

 

Monde

Coronavirus: la pandémie menace, les marchés s'affolent

Monde

Virus chinois : transports à l'arrêt au départ de l'épicentre de l'épidémie, l'OMS prolonge sa réunion d'urgence

AFP, publié le lundi 24 février 2020 à 17h59

Le directeur général de l'OMS a appelé lundi le monde à se préparer à une "éventuelle pandémie" du nouveau coronavirus, en jugeant "très préoccupante (...) l'augmentation soudaine" de nouveaux cas en Italie, en Corée du Sud et en Iran.

L'épidémie a en revanche reculé en Chine, d'où a surgi le nouveau coronavirus fin décembre et où 77.000 personnes ont été contaminées depuis.

Les experts de la mission conjointe de l'OMS qui se sont rendus dans plusieurs provinces chinoises, dont à Wuhan, épicentre de l'épidémie, ont en effet constaté que l'épidémie du Covid-19 a atteint en Chine "un pic, suivi d'un plateau, entre le 23 janvier et le 2 février, et qu'elle n'a cessé de décliner depuis lors", a déclaré à la presse le chef de l'agence spécialisée des Nations unies, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

"Cela devrait donner aux pays l'espoir que ce virus peut être contenu", a-t-il insisté, saluant une fois de plus les mesures drastiques prises par la Chine où des dizaines de millions de personnes vivent confinées depuis des semaines.

Ailleurs dans le monde, l'épidémie de pneumonie virale s'est accélérée lundi, avec des bilans en forte hausse de la Corée du Sud à l'Iran, qui enregistrent désormais le plus grand nombre de cas de contamination et de décès en dehors de la Chine.

"Nous devons nous concentrer sur l'endiguement (de l'épidémie, ndlr), tout en faisant tout notre possible pour nous préparer à une éventuelle pandémie", a assuré Tedros Adhanom Ghebreyesus.

"L'augmentation soudaine du nombre de cas en Italie, en Iran et en Corée du Sud est très préoccupante", a ajouté le patron de l'OMS, qui doit se rendre mardi à Téhéran avec des experts.

En Europe, l'Italie, qui compte désormais cinq morts, est devenue le premier pays du continent à mettre en place un cordon sanitaire autour d'une dizaine de villes du Nord.

L'Italie, passée de 6 à 219 cas en quatre jours, est le pays le plus touché en Europe et le troisième dans le monde après la Corée du Sud et la Chine.

"Nous devons comprendre la dynamique de l'épidémie en Iran. Cela va prendre quelques jours, une équipe arrive en Iran demain", a expliqué aux médias le Dr Michael Ryan, directeur du Programme pour les urgences de l'OMS.

Scientifiquement parlant, la mission conjointe qui s'est rendue en Chine a également permis de montrer "qu'il n'y a pas eu de changement significatif dans l'ADN du coronavirus", a indiqué le Dr. Tedros.

Quant au taux de mortalité en Chine, il est de 0,7%, et se situe entre 2 et 4% à Wuhan, a-t-il détaillé.

Les experts ont également constaté que les personnes qui ont été contaminées mais ne souffrent pas de symptômes graves ont un temps de guérison d'environ deux semaines, tandis que ceux qui sont sévèrement atteints se rétablissent dans un délai de trois à six semaines, a-t-il expliqué.

https://actu.orange.fr/monde/virus-l-oms-evoque-un-risque-de-pandemie-mais-recul-de-l-epidemie-en-chine-CNT000001nWexR/photos/bruce-aylward-a-la-tete-de-la-mission-internationale-d-experts-de-l-oms-sur-le-nouveau-coronavirus-lors-d-une-conference-de-presse-a-pekin-le-24-fevrier-2020-c9fdc008ffcfb41c161fd666462480db.html


 

L’ARMÉE SYRIENNE SORT SA DCA ANTIMISSILES

DCA: Turquie/Israël refoulés au nord et sud, OTAN/US s’essoufflent

Mon Feb 24, 2020 9:47AM

Le système de défense antiaérienne russe, Pantsir. ©Sputnik

00:0000:59HD

SHARETwitterEmbed

CLOSED CAPTIONSNo subtitles

QUALITYAuto480p (244k)480p (444k)720p (844k)1080p (2244k)

Le système de défense antiaérienne russe, Pantsir. ©Sputnik

Ankara qui agit dans le nord syrien en bras exécutant des USA et de l'OTAN, quitte à faire saigner sa propre armée, devra faire un premier rapport de sa catastrophique aventure idlibine le 5 mars, à la France, à l'Allemagne,  lors d'un sommet auquel participera également la Russie. Tout porte à croire que l'emploi de MANPADs voire de T-300 n'ont pas été de grand recours et que le bilan des pertes turques ne cesse de s'alourdir et que les armements de l'OTAN  ni son commandement au cours des opérations n'ont pas avancé le Sultan d'un iota dans ce qui paraît comme un grotesque tric : faire implanter l'OTAN dans le nord de la Syrie en échange d'une reconnaissance du projet néo ottoman, ce qui se réalisera jamais. Toujourts est -il que ce sommet est aussi un aveu d'impuissance, celui de l'OTAN dans la bataille qu'ils ont perdue jusqu'ici, à en juger la donne militaire et l'impuissance à empêcher l'effondrement systématique des lignes du front terroriste.

Idlib: le

Idlib: le "S-300+" activé!

La DCA intégrée syro-russe opérationnelle, un feu d'artifice "géant" attend OTAN/Israël/US.

Quelques heures après l'ultimatum d'Erdogan contre la Russie, encoure un, les unités de l'armée syrienne  et leurs alliés de la Résistance, activés sur M4, après avoir libéré M5, ont repris aux terroristes les villages de Cheikh Dams et Hantutin dans la banlieue sud d'Idlib poursuivant l’opération de ratissage dans les villages avoisinants. Les forces alliées ont ainsi infligé de lourds dégâts aux terroristes et libéré les villages de Cheikh Dams et Hantutin, à l'ouest de Maarat al-Numan, près de l’autoroute internationale Alep-Damas, M5, dans la banlieue sud d'Idlib, preuve que la Résistance a bien fait acculer au mur l'OTAN. Des véhicules blindés ont été détruits et une importante quantité de leurs armes et munitions a été saisie.

Syrie: royal coup de

Syrie: royal coup de "Panstir-S-300" russe?

La Russie livre des batteries de Pantsir-S1 à l'armée syrienne or le Pantsir est connectable aux S-300 et aux S-400...

Nourris ces derniers jours en armes turques, les terroristes ont tenté de ne pas céder mais l'intensité des raids aériens et de l'action au sol ont eu raison de cette obstination à quoi s'ajoute la démoralisation totale qui s'abat sur le camp des mercenaires d'Ankara. Dimanche matin un convoi militaire turc est entré par le point de passage de Kafrlossen (à la frontière syro-turque) pour aller vers Jabal Al-Zawiya à Idlib, mais il a été lourdement bombardé par les chasseurs russes et syriens qui refusent de jouer encore le ridicule jeu turc. Le convoi se dirigeait vers la ville de Kafranbel, à Idlib, pour y ériger un nouveau poste d’observation, soit un nouveau QG pour les terroristes d'où les bombes qui ont envoyé en enfer les takfiristes. Mais ce n'est pas unique le bilan des mercenaires qui s'alourdit, l'armée turque commençant, elle aussi, à saigner à blanc. Selon Sputnik, plusieurs militaires turcs et les terroristes à leur solde ont été blessés dans les attaques à l’artillerie de l’armée syrienne contre le sud d’Idlib. « Les militaires turcs ont été contraints de se retirer vers le nord syrien », ont rapporté certaines sources d’information.

Lire plus: Saraqib : la Turquie lance de nouveaux agissements

Les chroniqueurs militaires relèvent la synergie des composantes pro-syriennes de cette bataille et la dispersions du camp d'en face. Alors que l'armée syrienne et ses alliés de la Résistance opèrent, suivant un modus operandi bien défini au sol, l'aviation les suit pas à pas, ce qui n'est pas le cas de la Turquie et de l'OTAN. La semaine dernière, certaines informations faisaient état de la participation du porte-avions français Charles de Gaulle à la bataille d'Idlib, information évidemment non confirmée mais qui vu les pertes du camps d'en face semble n'avoir pas changé grande chose. Un autre élément: la performance de la DCA syrienne. 

Dans la nuit de dimanche à lundi, 24 février, le régime israélien a de nouveau pris pour cible de ses missiles le sud de la capitale avant de se heurter à la ferme riposte des batteries de missiles antimissiles syriennes dont les éléments fonctionnaient dans le même temps sur le front d'Idlib. Selon le site web russe Avia.pro, les attaques du système lance-roquettes multiple turc (LRMS) contre l'armée syrienne ont été puissamment repoussées par Pantsir-S, infligeant là aussi une autre déculottée à Ankara et à ses pseudo soutiens au sein de l'OTAN. 

Last Defender@LastDef

 

Russian warplanes targeted TSK convoy near Al-Bara, Syria

Embedded video

35

Twitter Ads info and privacy

See Last Defender's other Tweets

« Contrairement aux allégations du commandement militaire turc concernant les frappes d’envergure du LRMS turc contre les zones de déploiement des forces syriennes dans les provinces d'Idlib et d'Alep, environ 80% des missiles lancés par la Turquie ont été interceptés par des systèmes de défense aérienne Pantsir-S, déployés en Syrie. Ni la Turquie ni les terroristes ne pourront porter atteinte à la DCA syrienne . »

PressTV

PressTV

L’armée syrienne est arrivée à un kilomètre de Saraqib, après avoir pris le contrôle du village d’al-Nerab à huit kilomètres de la ville d’Idlib.

« Notre DCA a intercepté et détruit des missiles turcs. Elle en a fait autant avec les missiles israéliens. L'ensemble du ciel syrien est sous contrôle. Les attaques d'Erdogan et ses pions terroristes ont été repoussés tout comme celles d'Israël. Toutes les zones stratégiques sont bien protégées de toute attaque terrestre et aérienne », note une source proche de l'armée syrienne qui conseille l'OTAN et les USA à prendre note de ses "défaites" et à en rester là dans son aventure.

http://french.presstv.com/Detail/2020/02/24/619385/Syrie-Pantsir-a-lassaut-contre-la-Turquie


 

YEMEN : LE SÉISME "NAVAL" D'ANSARALLAH !

Les vedettes rapides téléguidées contre l'US Navy?

Mon Feb 24, 2020 3:29PM

Cette photo à titre d'illustration du site South Front montre l'image satellite des suites des attaques sur un navire appartenant à la coalition saoudo-émiratie en 2017.

Cette photo à titre d'illustration du site South Front montre l'image satellite des suites des attaques sur un navire appartenant à la coalition saoudo-émiratie en 2017.

L’armée saoudienne vit un nouveau cauchemar en mer Rouge : des bateaux téléguidés d’Ansarallah sont capables de viser les navires saoudiens en mer Rouge. Ayant déjà créé de grandes surprises au cours de la guerre imposée par la coalition saoudienne, les forces yéménites ont de quoi faire imaginer : les bateaux piégés d’Ansarallah pourront-ils se transformer du jour au lendemain en plateformes amovibles de lancement de missile ? Rien n’est à exclure…

« La guerre au Yémen entrera bientôt dans sa 6ème année, tandis que les affrontements se sont intensifiés entre les forces affiliées à la coalition saoudienne, d’une part, et Ansarallah et ses alliés, de l’autre. Avec l’effondrement de l’accord de Stockholm et alors que la mission de Martin Griffiths, envoyé spécial des Nations unies pour le Yémen, semble ne pas avoir abouti à des résultats tangibles, on pourrait s’attendre à ce que le conflit prenne encore plus d’ampleur dans les jours à venir. »

Après cette petite introduction, le journal Rai al-Youm écrit que trois importantes évolutions se sont produites en rapport avec la guerre au Yémen, et qui laissent conclure que la coalition devra s’attendre à de bien mauvaises surprises.

Ces trois évolutions sont les suivantes, d’après le journal arabophone londonien :

« - Le porte-parole militaire de l’armée et des Comités populaires (Ansarallah) du Yémen, Yahya Saree, a fait part du dévoilement de quatre nouveaux systèmes de défense anti-aérienne, ajoutant que l’an 2020 sera l’année de la suprématie aérienne des forces yéménites.

- Le porte-parole officiel de la coalition, Turki al-Maliki, a annoncé qu’une attaque avait été neutralisée au sud de la mer Rouge. Cette attaque devait être effectuée en utilisant un bateau piégé téléguidé ayant levé l’ancre depuis le port de Hudaydah sur la côte ouest du Yémen, et qui, selon le porte-parole militaire de Riyad, était destiné à frapper les navires de la coalition.

Aramco : nouveau coup de force d’Ansarallah (débat)

Aramco : nouveau coup de force d’Ansarallah (débat)

Débat : La frappe complexe du 21 février contre la raffinerie de Yanbu dans l’ouest de l’Arabie saoudite a été un avertissement, Yanbu se situe à 460 milles marins (850 kilomètres) au sud du canal de Suez, s’étend sur 24 kilomètres le long de la côte, et jusqu’à sept kilomètres dans les terres.

- Des installations pétrolières d’Aramco à Yanbu dans l’ouest de l’Arabie saoudite et au large de la mer Rouge ont été prises pour cible des attaques aux missiles et drones. »

Pour rappel, Rai al-Youm revient sur la destruction, le 14 février, d’un chasseur Tornado de la coalition dans le ciel d’al-Jawf avec des missiles à haute précision yéménites. « Mais l’autre importante surprise militaire qui a préoccupé la coalition saoudienne est en rapport, sans doute, avec l’annonce par Ansarallah de l’utilisation des bateaux téléguidés pour frapper des cibles en mer Rouge. »

« Cela signifie qu’Ansarallah est désormais capable de menacer et faire couler les navires de la coalition ; les forces yéménites seront aussi capables de fermer, si nécessaire, le détroit de Bab el-Mandeb, sans avoir des pertes en vies humaines à subir », ajoute l’article.

1er clash US Navy/Ansarallah?!

1er clash US Navy/Ansarallah?!

Rien n'est moins sûre que la traversée du détroit de Bab el-Mandeb par le groupe de frappe aéronaval USS Harry Truman.... 2ème RQ Reaper abattu par Ansarallah...?

Ayant lancé en mars 2015 l’Opération Tempête décisive contre le Yémen, les Saoudiens se faisaient l’illusion de pouvoir remporter la guerre en quelques semaines et faire parvenir de nouveau au pouvoir le président démissionnaire Abd Rabbo Mansour Hadi.

À leur grande surprise, la résistance de l’armée yéménite et de son allié Ansarallah, ainsi que le développement des capacités militaires des forces yéménites au cours de ces cinq dernières années ont permis de changer les rapports de force sur le terrain. Les forces yéménites ont visé des cibles stratégiques au plus profond du territoire saoudien. Le meilleur exemple en serait les attaques aux missiles et drones contre les installations pétrolières de Buqaiq et de Khurais en Arabie saoudite où la production de brut a été suspendue à cause de ces attaques pendant quelques semaines.

Ansarallah dispose de systèmes de DCA capables de détecter des avions de chasse américains dont le fameux F-16 et cela signifie que la suprématie aérienne de Riyad est désormais une légende ; le ciel du Yémen est barricadé face aux attaques de l’aviation saoudienne.

Première base US à abattre en mer Rouge? Ansarallah n'écarte plus aucune possibilité

Première base US à abattre en mer Rouge? Ansarallah n'écarte plus aucune possibilité

Les combattants d’Ansarallah du Yémen ont détruit un drone de combat 

Ces dernières années, l’Arabie saoudite a dépensé plus de 200 milliards de dollars pour acheter des avions de combat et des équipements militaires sophistiqués aux Américains, Français et Britanniques, mais l’expérience de ces cinq années de guerre montre que les Yéménites sont capables de développer des missiles pouvant atteindre Riyad, Djeddah, Taëf, Khamis Mushait, de même que les aéroports de Jizan, Najrn et Abha, mettant fin à la légende d’invincibilité des batteries de missiles, très coûteuses américaines Patriot, ajoute le journal.

Quoi qu’il en soit, les Émirats arabes unis, qui ont subi des dégâts matériels et des pertes en vie humaine à cause de leur participation à la coalition de guerre saoudienne, ont fêté la semaine dernière le retour de toutes leurs troupes du Yémen. Cette décision aurait probablement été prise sans coordination avec l’Arabie saoudite, selon le journal Rai al-Youm qui estime également probable que les forces saoudiennes en fassent de même d’ici quelques mois.

http://french.presstv.com/Detail/2020/02/24/619383/Ansarallah-chamboule-toutes-les-equations


 

YEMEN : LA RESISTANCE DÉFIE L'AMERIQUE

Patriot vaincu, Tornado abattu et bientôt les navires de guerre US?

Mon Feb 24, 2020 11:21AM

Les missiles Fater-1 des batteries de la DCA d'Ansarallah.(Caption)

00:0002:58HD

SHARETwitterEmbed

CLOSED CAPTIONSNo subtitles

QUALITYAuto480p (244k)480p (444k)720p (844k)1080p (2244k)

Les missiles Fater-1 des batteries de la DCA d'Ansarallah.(Caption)

L'Arabie des Salmane et ses soutiens US en sont pour l'heure au stade d'effacement des preuves : tout comme le cas du E-11 A que la CIA a perdu en plein ciel de Ghazni en Afghanistan choisissant de n'en plus parler ou encore celui des GI's tués à Aïn al-Asad et maquillés en blessés cérébralement commotionnés, Riyad a décidé lui aussi, la voie de la censure: la seconde frappe au missile et au drone spectaculaire contre Yanbu a ainsi été black-outé tout comme cette démonstration de force spectaculaire de la DCA d'Ansarallah qui a abattu dans le ciel d'al-Jawf un Tornado supersonique britannique.

Selon Mohamed Al-Bukhaiti, membre du Conseil politique d'Ansarallah, deux pilotes de Tornado ont été capturés vivants après le crash et Riyad a tenté de les éliminer! "Nos combattants étaient sur le point d'extraire les deux pilotes quand l'aviation saoudienne s'est mise à les bombarder, a-t-il affirmé. Al-Bukhaiti n'a rien révélé de la nationalité des pilotes et a promis de plus amples informations dans les jours à venir. Mais cette stratégie de déni pourra-t-elle se poursuivre encore longtemps? 

Ansarallah: le coup Tornado...

Ansarallah: le coup Tornado...

Le plus grand détenteur d’armes au monde commence à se sentir incapable face aux combattants yéménites.

En évoquant la récente frappe au drone contre Aramco, baptisée "Rapport de dissuasion 3", le ministre yéménite de la Défense a promis dimanche que le ciel yéménite se transformerait en 2020 en "un véritable enfer pour les pays agresseurs" : « Il arrivera le jour où nous annoncerons que l’espace aérien yéménite est interdit aux avions saoudiens. Eet croyez-moi, ce jour ne sera pas trop loin », a martelé le général Mohammed Nasser al-Atifi.

Ce dimanche 24 février le porte-parole des forces yéménites, le général Yahya Saree, a dévoilé les composantes de la DCA yéménite à savoir les quatre batteries de missiles Saqeb-1, Saqeb-2, Saqeb-3, et Fater-1, toutes conçus et fabriqués localement. " Ce sont des engins qui changeront le rapport des forces, brisant "l'hégémonie aérienne" de Riyad et de ses alliés occidentaux, a assuré le général Saree. 

Pour le journal Rai al-Youm, le fait que ces missiles aient pu abattre un avion supersonique, capable de surcroît de guerre électronique, prouve la précision des composantes de la DCA yéménits car "un Tordano ne pourrait être abattu par des missiles datant de l'ère soviétique" et " il est bien clair qu'Ansarallah y a mis son sel, travaillant surtout sur sa portée et sa précision". 

Et le journal d'ajouter : " Ce n'est pas forcément une bonne nouvelle ni pour Riyad ni pour ses alliés occidentaux et surtout les Américains qui ont déjà perdu la bataille des Patriot en septembre 2019 et qui toute raison garder, devraient très bientôt limiter leurs opérations dans le ciel yéménite, s'ils veulent que leurs pilotes soient capturés par Ansarallah".

"En effet, l'opération complexe d'Ansarallah contre le port stratégique de Yanbu à l'ouest saoudien et qui a impliqué 12 drones Samad-3, 2 missiles Qods et un missile balistique à longue portée de type Zolfaqar et qui reflète une nette amélioration des capacités militaires d'Ansarallah et de la qualité de ses armements, a eu lieu à quelque 900 kilomètres de Sanaa.  

Ansarallah: l'avion Typhoon visé?

Ansarallah: l'avion Typhoon visé?

La DCA yéménite a repoussé de nouveaux raids aériens des chasseurs de la coalition saoudienne dans l’est de la province de Sanaa.

Ce fut un véritable séisme puisque le secrétaire d'état US, Pompeo se trouvait à Riyad qui s'apprête d'ailleurs à accueillir dans le cadre du G20  les ministres des Finances et les dirigeants de la Banque centrale. Imaginez un instant que ces drones et missiles s'abattent sur la capitale en plein sommet. Les conséquences en seront imprévisible. Et puis que dire des GI's dont 4 000 sont stationnées sur la base Prince Sultan à l'est saoudien, soit une distance de 1200 par rapport à Sanaa. Les missiles et les drones d'Ansarallah sauront aussi les viser surtout que les Patriot et leurs contre-attaques se font toujours attendre".

"La frappe contre Yanbu combinée à la destruction d'un Tornado britannique au-dessus d'al-Jawf est une mise en garde contre Riyad et Washington, les prévenant que leur politique de « tuer le temps » pour prolonger la guerre et ainsi contrer la puissance d’Ansarallah n’est qu’une illusion grotesque. Aux dernières nouvelles, une "opération aux vedettes rapides téléguidées" aurait eu lieu au sud de la mer Rouge à en croire les sources saoudiennes. Si l'info s'avère vraie, c'est le détroit de Bab el-Mandeb qui devient un foyer de feu contre Riyad et ses alliés. Alors bonjour les dégâts". 

1er clash US Navy/Ansarallah?!

1er clash US Navy/Ansarallah?!

Rien n'est moins sûre que la traversée du détroit de Bab el-Mandeb par le groupe de frappe aéronaval USS Harry Truman.... 2ème RQ Reaper abattu par Ansarallah...?

http://french.presstv.com/Detail/2020/02/24/619383/Ansarallah-chamboule-toutes-les-equations


 

DILMA ROUSSEFF : DES ELECTIONS EN BOLIVIE SANS EVO SERAIENT UNE FARCE.

 

Rousseff : des élections sans Evo en Bolivie seraient une farce.
 
Brasilia, 23 février (Prensa Latina) L'ancienne présidente brésilienne Dilma Rousseff a déclaré que si le système judiciaire bolivien oppose son veto à la candidature de l'ancien président Evo Morales au Sénat, les élections dans ce pays seront une farce.

Si le système judiciaire dominé par les putschistes oppose son veto à la candidature d'Evo au Sénat, ce veto montre que les élections promues par ceux qui ont détruit la démocratie sont une farce", a écrit l'ancien chef de l'État (2011-2016) sur Twitter.

Elle a qualifié Morales de "l'un des meilleurs présidents" que la Bolivie ait jamais eu et il a été "renversé par un coup d'État et persécuté par les putschistes", ce qui l'a obligé à demander l'asile au Mexique et en Argentine.

Le chef du Tribunal suprême électoral, Salvador Romero, considère que le leader indigène ne remplit pas la condition de résidence en Bolivie pour se présenter au Sénat à Cochabamba. Il a indiqué qu'une résidence effective est requise.

A cet égard, Morales a déclaré à Buenos Aires que les leaders du coup d'Etat "ne respectent pas la loi électorale, ni même une sentence constitutionnelle, ils ont peur de la démocratie".

mh/abo/acl/ocs


source :  https://www.plenglish.com/index.php?o=rn&id=52540&SEO=rousseff-elections-without-evo-in-bolivia-would-be-a-farce


 

LIBYE/SYRIE : LE "SULTAN" ERDOGAN PERD SUR TOUS LES FRONTS

Libye/Syrie: Erdogan perd pied sur tous les fronts

Mon Feb 24, 2020 4:17PM

Libye/Syrie: Erdogan perd pied sur tous les fronts

00:0012:35HD

SHARETwitterEmbed

CLOSED CAPTIONSNo subtitles

QUALITYAuto480p (244k)480p (444k)720p (844k)1080p (2244k)

Libye/Syrie: Erdogan perd pied sur tous les fronts

Regardez et téléchargez cette vidéo sur Urmedium.com

Seize militaires de l’armée turque ont été tués jusqu’ici par les forces armées libyennes, a déclaré un haut commandant de l’Armée nationale libyenne (ANL).

Fathi Bashagha, ministre de l’Intérieur du gouvernement d’union nationale (GNA), a déclaré qu’il n’existait aucun obstacle pour l’implantation d’une base militaire américaine en Libye.
Erdogan est-il en train de perdre pied aussi bien en Libye qu'en Syrie ?

Luc Michel, géopoliticien s'exprime sur le sujet.

http://french.presstv.com/Detail/2020/02/24/619426/LibyeSyrie-Erdogan-perd-pied-sur-tout-les-fronts


 

IDLIB/NERAB : VERS UN 3ème FIASCO DE L’ARMÉE TURQUE?

Bombardement des positions des terroristes pro-turcs à Nerab

Mon Feb 24, 2020 6:5PM

Un village dans le district de Maarat al-Nouman dans le nord-ouest de la province syrienne après une attaque aérienne syro-russe en décembre 2019. ©AFP

Un village dans le district de Maarat al-Nouman dans le nord-ouest de la province syrienne après une attaque aérienne syro-russe en décembre 2019. ©AFP

L'aviation russo-syrienne a bombardé les positions des terroristes pro-turcs à Nerab dans la province d'Idlib. Quels sont les facteurs dissuasifs qui détruisent les rêves d'Erdogan?

Dans la province d’Idlib en Syrie, une attaque de l’armée turque, par terroristes interposés, pour reprendre ses positions à l’armée syrienne, à Nerab, a échoué.

Citant l’Observatoire syrien des droits de l’Homme, vitrine médiatique des insurgés syriens, l’agence de presse Fars News a annoncé que 10 effectifs de l’armée turque avaient été tués ou blessés, lors d’attaques des avions de combat russes et syriens, contre un poste d’observation de l’armée turque dans le village de Kansafra au sud d’Idlib.

Plusieurs véhicules blindés de l’armée turque ont été détruits lors de ces attaques qui ont eu lieu après que des forces turques et des terroristes soutenus par Ankara eurent attaqué les positions de l’armée syrienne dans le village de Nerab. Depuis le poste d’observation de Kansafra, l’artillerie turque avait tiré intensément sur les positions des forces syriennes à Nerab, ajoute la source.

Il s’agit de la 3ème tentative d’ailleurs échouée des terroristes pro-turcs d’occuper ce village de la province d’Idlib.

Des affrontements ont toujours lieu actuellement sur divers axes entre les terroristes soutenus par la Turquie et les forces syriennes qui ont réussi jusqu’à présent à libérer neuf localités à savoir Cheikh Dames, Hantoutin, Rakaya,Tal al-Nar, Kafar Sijnah, Cheikh Moustafa, al-Naqir, Soutouh al Deir et Arinba. L’aviation syro-russe a bombardé à plus de 120 reprises ce lundi matin les positions des terroristes.

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a averti qu’une guerre en bonne et due forme éclaterait entre Ankara et Damas, au cas où les forces syriennes ne revenaient pas avant la fin de la semaine aux lignes précédentes.

La guerre d’Ankara en Syrie : bluff ou réalité ?

La guerre d’Ankara en Syrie : bluff ou réalité ?

undefined

À ce sujet, l’agence de presse Tasnim affirme n’avoir constaté aucun signe d’entente entre les deux parties, surtout que la Russie ne tolère pas, elle non plus, que les Turques puissent jouer à jamais leur carte d’Idlib.

Les jours à venir nous diront si Erdogan aura été à la hauteur des menaces qu’il ne cesse de brandir contre Assad. Ce qui est sûr est que les revendications d’Ankara ne sont absolument pas compatibles avec la réalité des circonstances sur le terrain.

Les Turcs, désenchantés à Idlib !

Les évolutions en cours montrent que la Turquie se trouve face à une situation imprévisible sur le terrain. L’équipe politico-sécuritaire d’Erdogan s’attendait à ce que la question de la présence des terroristes extrémistes à Idlib dans le Nord-Ouest syrien reste pour l’heure irrésolue. En effet, les Turcs ne croyaient pas que les parties impliquées dans le processus d’Astana veuillent avoir affaire aux terroristes à Idlib, avant que le Comité constitutionnel n’ait complètement terminé ses activités dans le sens du processus politique de la crise en Syrie. Or, il s’est avéré que la Russie, l’Iran et la Syrie ne partagent pas cet avis. Tout au contraire, ils sont persuadés que le processus de rédaction de la Constitution syrienne passe par la reconquête d’Idlib.

Le bluff d’Erdogan et le facteur russe

Il serait utile d’ajouter qu’en ce qui concerne les trois importantes opérations que l’armée turque a menées jusqu’à aujourd’hui sur le territoire syrien, nombreux étaient des analystes politiques à estimer que les menaces de guerre d’Erdogan n’étaient qu’un bluff politique. Mais en parlant des menaces de guerre anti-syriennes auxquelles s’est livré aujourd’hui président turc, il faudrait dire que la façon dont Moscou va se comporter envers les agissements militaires turcs en Syrie est un facteur hyper-important.

Idlib: le

Idlib: le "S-300+" activé!

La DCA intégrée syro-russe opérationnelle, un feu d'artifice "géant" attend OTAN/Israël/US.

Rappelons que l’aviation turque n’a pas libre champ dans le ciel syrien. Pire encore, la Turquie devrait craindre de se faire frapper par les Russes de façon indirecte. Pour affaiblir la Turquie et empêcher les forces turques de frapper la Syrie, la Russie n’aura pas besoin de viser directement l’armée turque, quitte à sacrifier totalement ses liens avec Ankara.

Par contre, la Russie pourra jouer à la fois deux cartes gagnantes :

– mener de lourdes attaques aériennes contre les insurgés syriens et les groupes terroristes se trouvant à Idlib ;

– favoriser l’exode d’au moins deux millions d’habitants d’Idlib vers la Turquie.

Mais le facteur russe n’est pas le seul facteur dissuasif auquel est confrontée l’armée turque : c’est fort possible qu’une unité des forces du Hezbollah libanais, ayant déjà l’expérience de combat contre les terroristes sur le territoire syrien, soit transférée à Idlib, pour aider l’armée syrienne.

Lire aussi :

Le Hezbollah ancré sur les frontières du Golan

http://french.presstv.com/Detail/2020/02/24/619440/syrie-nerab-idlib-turquie-bombe-russie-hezbollah


 

SELON UNE DÉPUTÉE ISRAÉLIENNE, L’ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS EST LE PRODUIT D'UNE GUERRE BIOLOGIQUE

Une députée israélienne : le coronavirus, « une guerre biologique »

 Depuis 6 heures  24 février 2020

corona_israel

 Entité sioniste - Moyent-Orient

 

Rédaction du site

levyUne députée israélienne a affirmé que le nouveau coronavirus fait partie d’une guerre biologique, sans préciser qui l’a déclenchée.
« Ne soyons pas naïfs, nous savons que l’épidémie du coronavirus est le produit d’une guerre biologique », a tweeté sur sa page Orly Levy, la présidente du parti Gesher qui mène les législatives aux côtés des deux partis Travaillistes et Meretz.

orly_levyL’entité sioniste qui compte depuis le 19 février dernier un cas de Covid-19 en a annoncé un second , le dimanche 23 février. Elle a pris des mesures de prévention sévères.

Il est interdit de débarquer des vols d’Asie du Sud-Est, des centaines ont été mis en quarantaine, dont des pèlerins et des écoliers et pour les prochaines élections prévues le 2 mars prochain, des bureaux de vote spéciaux ont été conçus.

Les autorités israéliennes ont interdit d’entrée de leur territoire les passagers non-israéliens des vols en provenance de Corée du Sud, du Japon, en plus de Chine, Thaïlande, Singapour, Hongkong et Macao.

Le premier ministre a aussi ordonné de rapatrier chez eux au plus vite tous les touristes en provenance de la Corée du Sud.
Un groupe de 200 pèlerins sud-coréens ont été isolés dans une base militaire aux abords d’une colonie proche de Jérusalem al-Quds occupée. Cette décision fait écho aux mesures de quarantaine imposées en Corée du Sud aux membres de l’Eglise de Shincheonji de Jésus, dont plus d’un millier de fidèles présentent des signes de l’épidémie.
Près de 200 écoliers et une vingtaine d’enseignants israéliens qui étaient entrés en contact avec ces pèlerins lors d’excursions ont reçu l’ordre de rester chez eux pour quatorze jours.

Le premier cas de coronavirus en Israël a été confirmé le vendredi 14 fevrier. Il s’agit d’une passagère du paquebot Diamond Princess, plus important foyer de contagion hors de Chine, rapatriée du Japon cette semaine avec onze autres croisiéristes israéliens.

Source: Divers

http://french.almanar.com.lb/1655392