Veilleur en éveil

 

Dans Tunisie

TUNISIE : LE SULTAN ERDOGAN SAIGNE !

Par Le 30/07/2021

La Turquie risque de perdre gros en Afrique du Nord

Thursday, 29 July 2021 6:55 PM  [ Last Update: Thursday, 29 July 2021 6:56 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Tunisie : le Sultan saigne ! (Photo à titre d’illustration)

Le Sultan Erdogan a été de loin l'un des rares dirigeants politiques avec le MAE US à  avoir exprimé à haute voix son inquiétude face aux rapides changements en Tunisie.

La Turquie souhaite « le retour à la légitimité démocratique en Tunisie », a dit Ankara en réaction à la prise en charge des institutions tunisiennes décidées par le président Saïed.

La presse turque regorge d'articles du genre :

« La Tunisie avait la particularité d’être l’un des rares pays arabes ayant réussi à effectuer une transition démocratique après des révolutions populaires ayant renversé les régimes au pouvoir comme en Égypte, en Libye et au Yémen. Aujourd’hui sa situation reste particulièrement préoccupante avec un président qui a plongé le pays entier dans l’inconnu. Le régime d’exception imposé par le président Saïed traduit ​la fin du dernier espoir démocratique dans le monde arabe. »

Cette prise de position s'explique évidemment par la solidarité inter Frère Musulmans.

Tunisie : Israël en mode panique

Tunisie : Israël en mode panique

La justice tunisienne a ouvert une enquête sur trois partis, dont la formation Ennahda, pour des soupçons de financements reçus de l’étranger lors de la campagne électorale de 2019, a-t-on appris de source judiciaire mercredi.

Anadolu, agence turque écrit : «  Avant le coup d’État en Tunisie, plusieurs sites d’information tunisiens pointaient du doigt la proximité d’Ennahdha avec le gouvernement turc. Dans un long article publié le 27 octobre 2019 sur le site Kapitalis, Yassine Essid dénonçait « le retour d’Ennahdha au pouvoir » en faisant le parallèle entre la Tunisie de Ghannouchi, la Turquie d’Erdogan et le Qatar de l’émir Bin Hamad. »

Mais la solidarité inter Frère n'est pas la seule en jeu. La Turquie a investi en Tunisie et compatit sur les Frères pour affermir son assise en Libye voisine où son intervention a permis l'implantation de l'OTAN dans une base située à 30 km des frontières tunisiennes entre autres.

D'ailleurs la poussée frériste a forcé la Tunisie à signer un accord militaire de 10 ans avec Tunis fin 2020 mais encore ce genre de contrat à arracher par la Turquie:

L'entreprise turque BMC, un des plus grands constructeurs de l'industrie de défense, a conclu un accord avec le ministère tunisien de la Défense pour la fourniture de 46 véhicules blindés à quatre roues motrices.

L’entreprise turque BMC pour la construction de véhicules blindés et à chenilles continue d’offrir à l'armée turque et aux pays alliés et amis les derniers produits militaires dotés de technologies de pointe et de normes internationales.

Selon des informations recueillies par l’Agence Anadolu, l’entreprise turque a passé un contrat avec le ministère tunisien de la Défense pour lui fournir 46 véhicules Kirpi, dont 41 véhicules blindés à quatre roues motrices, dotés d’un système de lutte anti-mines, et ce, à des fins militaires.

La Turquie est-elle la vraie perdante du coup de balai de Saïed?

US/Israël: le

US/Israël: le

Séisme géostratégique au cœur du "Grand Maghreb" US/Israël...

http://french.presstv.ir/Detail/2021/07/29/663303/Tunisie-le-Sultan-saigne

Dans IRAN

IRAN : LE CENTCOM SOUS SURVEILLANCE

Par Le 29/07/2021

Le radar iranien de 1300km de portée qui couvre le golfe Persique ?

Thursday, 29 July 2021 5:54 PM  [ Last Update: Thursday, 29 July 2021 6:04 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le radar iranien de longue portée Qadir. ©Mashreghnews

Alors que les progrès de l’industrie de la défense iranienne dans la conception et la fabrication de divers types de systèmes de défense aérienne s’acheminent à grande vitesse vers l’autosuffisance, l’Iran prend de nouvelles mesures visant à ouvrir bientôt un chapitre sans précédent dans le domaine des systèmes de défense aérienne.

Ces développements se manifestent également dans l'augmentation du niveau de couverture des radars de fabrication iranienne, de sorte qu'après la victoire de la Révolution islamique la défense aérienne de l’Iran, ayant la capacité de couvrir plus de 3 600 zones, protège le ciel du pays contre tous les oiseaux hostiles.

Furtivité : USA/Israël vaincus?

Furtivité : USA/Israël vaincus?

Le système de défense aérien Khordad-3 peut jouer un rôle important dans l

Intercepter, surveiller et détruire des cibles aériennes, en particulier des drones, voire les faire atterrir font partie des capacités la défense aérienne de l’Iran.

Le radar de longue portée Qadir a été dévoilé pour la première fois en juin 2014 en présence des hauts commandements militaires iraniens. Le système radar Qadir, conçu et entièrement fabriqué par les experts de la Force aérospatiale du CGRI, est doté d’une technologie sophistiquée à laquelle un nombre limité de pays ont accès. 

Ciel iranien: le B52 US

Ciel iranien: le B52 US

Jeudi Biden a donné l'ordre d'un début de retrait des batteries de Patriot de navires et de porte-avions de la région du golfe Persique. Pour une Amérique...

D’une portée d’environ 1 100 km, le radar indigène Qadir 3D est capable d’intercepter des cibles hostiles jusqu'à une altitude de 300 km. Ce radar n'est pas mobile et doit être installé sur un site radar pour être opérationnel.

Qadir 3D, radar à commande de phase, est constitué d'un ensemble d'antennes installées sur un mât métallique qui sera complété sous la forme d'un carré ou d'un quadrilatère. Les antennes du mât central du radar sont de type Yagi qui est utilisé dans les radars à grande longueur d'onde.

Puissance militaire iranienne, défi majeur d'Israël

Puissance militaire iranienne, défi majeur d'Israël

C'est dans un reportage récent que Channel 12 de la télévision israélienne évoque les capacités militaires des forces armées iraniennes, y compris celles d...

Dans la structure quadrilatérale de radar Qadir, chaque côté d’une hauteur de 20 mètres et d’une longueur estimée à 44 mètres est installé verticalement au sol. Selon les experts iraniens de la défense, 128 antennes sous forme de matrice de 16 colonnes et 8 rangées ont été installées sur chaque côté. Autrement dit, le radar Qadir est équipé de 512 antennes de ce type.

En outre, le radar Qadir utilise les bandes de fréquences HF, VHF et UHF pour intercepter différentes cibles sur de longues distances. Le radar pourrait s’avérer moins précis que les bandes de fréquences avec des longueurs d'onde plus courtes, mais avec une portée très élevée, fonctionne comme un radar d’alerte anticipée et peut alerter les complexes de défense aérienne de la présence de tout appareil volant hostile.

Ces bandes de fréquences confèrent également à ce radar la capacité d’intercepter avec succès une variété de cibles, y compris des cibles avec une faible section efficace ainsi que des cibles volant à haute altitude et à basse vitesse.

Le Bavar-373, plus puissant que le Patriot

Le Bavar-373, plus puissant que le Patriot

Le général de brigade, Shahrokh Shahram a déclaré que le système de défense antimissile iranien « Bavar-373 », était plus performant que les systèmes améri...

http://french.presstv.ir/Detail/2021/07/29/663333/Ciel-iranien---DCA-iranienne-se-r%C3%A9arme-

Dans Afrique

NIGERIA : CHEIKH IBRAHIM ZAKZAKY LIBRE APRES 5 ANS DE DETENTION

Par Le 29/07/2021

Cheikh Ibrahim Zakzaky a été libéré après 5 ans derrière les barreaux

 Depuis 1 heure  29 juillet 2021

zakzaky

 Article traduit - Asie et Afrique - Nigeria - Spécial notre site

 

Cette décision était attendue de longue date. Le tribunal de Kaduna, au nord du Nigeria, a relaxé et libéré le 28 juillet 2021 le dirigeant de la minorité chiite du Nigeria, Ibrahim Zakzaky, et sa femme Zeenah Ibrahim.

Le journal nigérian Veingard a rapporté qu’au cours de l’audience, qui a duré environ 8 heures, le juge a rejeté les fausses accusations contre Cheikh Zakzaky et sa femme, qui comprenaient le trouble à l’ordre public et l’établissement d’un rassemblement illégal, et les a acquittés.

Il est à noter que Cheikh Zakzaky, son épouse Zainat Ibrahim et l’un de ses fils ont été arrêtés en décembre 2015, lors d’une attaque de l’armée et des forces de police contre sa maison et une Husseiniya dans l’État de Kaduna, où l’attaque a fait des centaines de morts , dont plusieurs de ses enfants.

Le cheikh Ibrahim Zakzaky, fondateur du Mouvement islamique du Nigeria (Islamic Movement of Nigeria, MIN), était détenu avec son épouse Zeenah Ibrahim depuis cinq ans. Ils étaient notamment accusés du meurtre d’un soldat lors une procession religieuse en décembre 2015 lors de laquelle l’armée avait tiré dans la foule composée en majorité de fidèles chiites non-armés. Il y avait eu plus de 350 morts, selon des organisations de défense des droits de l’Homme. Pour justifier la répression, les militaires avaient accusé les membres du MIN d’avoir voulu tendre une embuscade au chef de l’armée. Les victimes avaient ensuite été enterrées dans des fosses communes et des centaines de chiites avaient été arrêtés.

Certaines sources ont déclaré que le nombre de martyrs dans cet incident, qui a coïncidé avec la commémoration de la quarantaine de l’ Imam Hussein, que la paix soit sur lui , s’élevait à près de 2 000 martyrs.

Dans cette attaque, Cheikh Zakzaky a été grièvement blessé et 3 de ses enfants sont tombés en martyr , tandis que 3 autres sont tombés en martyr un an plus tôt, c’est-à-dire lors de la commémoration de la Journée internationale de Qods en 2014, par la police nigériane.

Amnesty International, qui a dénoncé sur Twitter la « détention illégale » du cheikh Zakzaky, s’est demandée si celle-ci ne s’inscrivait pas dans une « tentative pour dissimuler les crimes atroces commis par les membres des forces de sécurité à Zaria en décembre 2015 ».

Un rapport officiel de l’Etat de Kaduna avait en effet reconnu que l’armée avait agi de manière disproportionnée et que les militaires impliqués devaient être punis, mais aucun n’a jamais été poursuivi. Par ailleurs, fin 2016, un tribunal fédéral avait jugé illégale la détention du chef religieux et ordonné sa libération. Mais cette décision n’avait jamais été exécutée.

« Une victoire de la persévérance », selon le MIN

« La Cour a relaxé et acquitté le cheikh Ibrahim Zakzaky et sa femme de toutes les accusations portées contre eux. Ils ont été libérés aujourd’hui », a déclaré à l’AFP Sadau Garba, l’un des avocats du couple.

Ils vont « certainement demander des dommages et intérêts au gouvernement de l’Etat de Kaduna pour toutes les privations et les souffrances subies »

Cependant, le représentant du parquet, Dari Bayero, a indiqué que « cela ne signifie pas qu’ils ne peuvent plus être poursuivis. (…) Nous allons certainement présenter des accusations en appel. »

« Ce jugement ne leur donne pas seulement raison, ainsi qu’à tous les membres du MIN au Nigeria, mais il est aussi une victoire de la persévérance face à l’extrême persécution », a réagi le MIN dans un communiqué avant d’ajouter : « C’est une victoire de la vérité et de la justice contre la tyrannie et l’impunité. »

Source: AlManar + Agences

  

https://french.almanar.com.lb/2119075

Dans Mexique

LE MEXIQUE QUALIFIE LE BLOCUS DE CUBA COMME UN CRIME CONTRE L’HUMANITE

Par Le 29/07/2021

28 Juillet 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-07-28 10:09:51

      

Mexico, 28 Juilllet (RCH) Le blocus de Cuba est l'expression d'un interventionnisme inacceptable causant de graves souffrances à sa population et constituant un crime contre l'humanité selon la Convention de Genève, a publié  aujourd'hui le quotidien La Jornada.

En outre, le journal  mexicain a publié que ce que le gouvernement nord-américain appelle l'embargo - et qui est réglementé par diverses lois et ordres d’exécutions de ce pays - affecte d'innombrables entreprises du monde entier et même des entreprises nord-américaines qui souhaiteraient investir et faire des affaires sur l'île.

Il mentionne également que sous l'administration de Barack Obama – dont Joe Biden était Vice-Président - les relations entre Washington et La Havane se sont détendues significativement, les relations diplomatiques officielles ont été rétablies et certaines des dispositions du blocus ont été levées.

En revanche, rappelle La Jornada, le successeur d'Obama, Donald Trump, a non seulement annulé cet assouplissement des relations, mais a renforcé le blocus avec 243 mesures hostiles supplémentaires causant des dommages de quelque 5 milliards de dollars à l'économie, déjà en difficulté, de la nation caribéenne.

De manière inattendue, ajoute l’article, Biden a décidé de suivre la stratégie de son prédécesseur républicain envers Cuba, alors que persister dans cette agressivité injustifiée est moralement, politiquement et économiquement désastreux, non seulement pour Cuba mais aussi pour le gouvernement nord-américain lui-même.

Le journal affirme que la manifestation de centaines de personnes qui ont marché de Miami à Washington pour demander, au nom des Cubains vivant aux États-Unis, la fin du blocus, en a été l'expression, brisant ainsi le mythe du soutien unanime de la communauté cubano-américaine à l'hostilité contre l'île.

Il rappelle les dernières déclarations du Président Mexicain Andrés Manuel López Obrador contre le blocus de Cuba et sa proposition de considérer Cuba comme un site du patrimoine mondial en raison de sa résistance aux assauts des États-Unis, et souligne que cette insistance n'est pas seulement une idée mais plutôt l'expression d'un sentiment quasi universel de rejet du blocus.

Selon La Jornada, il s'agit également d'un appel sincère à la réflexion pour l'administration Biden. Il faut espérer que la Maison Blanche sera suffisamment réceptive pour comprendre le caractère insoutenable d'une agression qui a commencé dans les années 1960 et qui n'a plus aucun sens  dans le monde d'aujourd'hui, conclut l'éditorial.

 

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/265325-le-mexique-qualifie-le-blocus-de-cuba-comme-un-crime-contre-lhumanite

Tag(s) : #Cuba#Mexique

Dans IRAN

LE MEGA NON DE L'IRAN AUX USA

Par Le 28/07/2021

Les États-Unis ne sont pas dignes de confiance, grande leçon de huit ans de Rohani

Wednesday, 28 July 2021 10:05 AM  [ Last Update: Wednesday, 28 July 2021 11:01 AM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

L'honorable Ayatollah Khamenei reçoit en audience les membres du cabinet du président sortant Hassan Rohani, le 28 juillet 2021.©khamenei.ir

Le Leader de la Révolution islamique, l'honorable Ayatollah Ali Khamenei a rencontré le président Rohani et les membres du 12e cabinet ce mercredi matin 28 juillet.

Ce mercredi 28 juillet, et à la veille de l’investiture du nouveau gouvernement, le Leader de la Révolution islamique a reçu en audience le président sortant Rohani et son cabinet. « Votre expérience de huit ans de direction à la tête de l’exécutif servira nos prochains exécutifs. Cette expérience a bien prouvé que l’Iran ne peut faire confiance à l’Occident », a affirmé l’Ayatollah Khamanei tout en félicitant les musulmans à l’occasion de l’Aïd al-Ghadir, une fête non pas uniquement chiite mais bien musulmane dans la mesure où les disciples du grand prophète l’ont authentifié.

« Les huit ans de gouvernance de M. Rohani ont été marquées par une constance ; jamais la confiance envers les Occidentaux ne produit l’effet escompté ; les Occidentaux ne sont pas là à aider l’Iran, au contraire, ils font tout pour lui porter atteinte et là où ils le font pas, c’est tout bonnement parce qu’ils ne le peuvent pas.

Message à tous les Résistants!

Message à tous les Résistants!

A l'occasion de l'arrivée de la saison du Hadj 2021 et alors que la région connaît de très rapides évolutions qui ont toutes les chances de déboucher sur u...

Le bilan de M. Rohani est loin d’être homogène. Il a été dans certains secteurs à la hauteur des attentes, dans d’autres, pas à la hauteur. Mais il prouve une chose : aucune planification nationale ne devra être inhérente à un quelconque accord avec les pays occidentaux car cela revient à en assurer l’échec et le non aboutissement. Chaque fois que le gouvernement  a misé sur les pourparlers avec l’Occident et les États-Unis, il a échoué et là où l’exécutif a agi sans faire confiance aux occidentaux à leur promesses et actes, il est allé de l’avant », a souligné le Leader de la Révolution islamique. 

Plus loin dans ses propos, le Leader de la Révolution islamique est revenu sur les récentes négociations de Vienne et tout en remerciant les diplomates y présents pour leurs efforts et leur action a affirmé : « Les Américains se sont fermement campés sur leur position hostile à l’égard de l’Iran et n’ont même pas accepté de reculer d’un iota. Ce n’est qu’en parole qu’ils prétendent vouloir lever les sanctions. Dans l’acte, l’Iran n’a rien vu venir. Les États-Unis refusent obstinément de lever les sanctions, pire, ils tentent d’imposer leur conditions et exigent de faire inclure une phase dans tout accord à venir comme quoi « l’Iran devrait négocier de dossiers autres que le nucléaire » sous peine de quoi ils nous menacent qu’il n’y aurait aucun accord !

Dernier ultimatum du Leader aux USA!

Dernier ultimatum du Leader aux USA!

À la veille du 42e anniversaire du soulèvement des habitants de Tabriz (Azerbaïdjan iranien) le 18 février 1978, contre le régime du Shah, soulèvement maté...

Or cette phrase, les États-Unis la veulent pour en faire une base à leurs ingérences futures qui dépasseraient le nucléaire pour toucher à notre puissance balistique ou encore à notre politique régionale. Il s’agit d’une manœuvre visant à procurer aux Américains la possibilité de renverser quand ils le veulent la table, à remettre les comptes à zero pour un oui ou pour un non, et tout en nous accusant de violation et d’entorse aux accords. C’est là une attitude parfaitement déloyale, malveillante. A vrai dire les Américains n’hésiteront jamais à revenir sur leur parole donnée, sur leurs engagements signés comme ils l’ont fait une fois sans qu’ils aient à en payer le prix. Concernant les pourparlers récents, l’Iran leur a demandé des garanties pour éviter le scénario de 2018 mais ils s’obstinent à le refuser. Il s’agit là d’une expérience précieuse pour notre 12ème gouvernement et pour tous les exécutifs à venir mais aussi pour tous nos acteurs politiques. L’Amérique n’est pas digne de confiance. Cette expérience, l’Iran l’a eu depuis les premières heures de la révolution mais le gouvernement de M. Rohani l’a concrétisé encore davantage. Que Dieu vous aide là où que vous vous trouverez à accomplir vos devoirs politiques suivant les percepts de l’islam. » 

Le président sortant a de son côté pris la parole au terme de cette rencontre rendant hommage au « soutien » et aux « éclairages » constants du Leader à son égard et à l’égard des membres de son gouvernement en huit ans d’exercice avant de présenter un bref bilan de son action à la tête de l’exécutif. Le président sortant a souligné les performance économique de son premier mandat marqué « par un taux de croissance et une nette baisse de l’inflation » et a rappelé les efforts de son gouvernement depuis 2016 visant à faire capoter « l’une après l’autre les sanctions sans cesse croissantes des USA contre l’économie iranienne ». « Le conseil suprême de coordination économique crée sur votre ordre en 2016 aura été l’un des points de mon second mandat car il a permis à ce que l’Iran puisse efficacement faire face aux sanctions pétrolières et bancaires, produire des produits pétrochimiques et minières et tirer les recettes en devise étrangères. Pris entre la guerre économique et la pandémie, notre gouvernement a appris qu’il faut miser sur les potentiels intérieurs et se tenir debout. Cette vision a fait que mon second mandat a été marqué par une extension des productions agricoles, des réseaux ferroviaires et des lits d’hôpitaux. Et l’Iran est aujourd’hui un producteur de vaccin anti covid », a indiqué le président sortant Hassan Rohani.  

http://french.presstv.ir/Detail/2021/07/28/663223/Khamenei-Iran-Pr%C3%A9sident

1000 PERSONNALITES DE PLUS DE 45 PAYS SIGNENT UNE DECLARATION SUR LE CRIME D’APARTHEID COMMIS PAR ISRAËL EN PALESTINE OCCUPEE.

Par Le 28/07/2021

1000 personnalités de plus de 45 pays signent une déclaration sur l’apartheid en Palestine

1000 personnalités de plus de 45 pays signent une déclaration sur l’apartheid en Palestine

folder_openPalestine access_timedepuis 7 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec sites web

Un collectif de plus de 1000 personnalités (universitaires, artistes et intellectuels) internationalement reconnues de plus de 45 pays a signé une déclaration sur le crime d’apartheid en Palestine occupée.

Les signataires de la déclaration ont exposé plusieurs faits, notamment la soumission par «Israël» du peuple palestinien à une catastrophe continue, connue sous le nom de Nakba, un processus qui a inclus des déplacements massifs, un nettoyage ethnique, des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité depuis 73 ans, l’établissement d’un régime d’apartheid sur le territoire entier de la Palestine historique, dirigé contre l’ensemble du peuple palestinien, le caractère d’apartheid du régime actuel d’«Israël» confirmé et documenté de manière exhaustive par plusieurs ONG, dont Human Rights Watch.

Tenant compte de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme, de la Convention internationale sur l’élimination et la répression du crime d’apartheid, ils affirment leur rejet catégorique du régime d’apartheid mis en place sur le territoire de la Palestine historique et imposé au peuple palestinien dans son intégralité, y compris aux réfugiés et aux exilés où qu’ils puissent être dans le monde.

Ils exhortent leurs gouvernements à cesser immédiatement leur complicité avec l’entité sioniste.

Les universitaires, artistes et intellectuels appellent par ailleurs la Cour pénale internationale à «lancer une enquête formelle sur les dirigeants politiques israéliens et le personnel de sécurité coupables de perpétuer le crime d’apartheid», conclut le document.

https://french.alahednews.com.lb/40909/308

AFGHANISTAN : UNE DELEGATION TALIBANE RENCONTRE DES RESPONSABLES CHINOIS A PEKIN

Par Le 28/07/2021

Afghanistan: une délégation talibane rencontre des responsables chinois à Pékin

Afghanistan: une délégation talibane rencontre des responsables chinois à Pékin

folder_openAsie access_timedepuis 11 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec AFP

Une délégation des talibans afghans s'est entretenue en Chine avec le ministre des Affaires étrangères et de hauts responsables de la diplomatie chinoise, a annoncé mercredi 28 juillet un porte-parole des insurgés à l'AFP.

Durant cette visite de deux jours commencée mardi, la délégation de neuf membres menée par le n°2 des talibans, le mollah Abdul Ghani Baradar, a eu «des rencontres séparées avec le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, le vice-ministre des Affaires étrangères et le représentant spécial chinois pour l'Afghanistan», a indiqué ce porte-parole, Mohammad Naeem, lui-même présent à Pékin.

Il n'a pas précisé où en Chine s'étaient déroulées les rencontres.

Les talibans «ont assuré à la Chine que le sol afghan ne serait pas utilisé contre la sécurité de quelque pays que ce soit», a déclaré Mohammad Naeem dans un message à l'AFP à Kaboul.

Les responsables chinois «ont promis de ne pas interférer dans les affaires afghanes, mais au contraire d'aider à résoudre les problèmes et amener la paix», a-t-il ajouté.

Depuis plusieurs semaines, l’affrontement entre les forces gouvernementales et les talibans semble tourner à l’avantage de ces derniers.

Les talibans avaient affirmé mi-juillet contrôler 85% du territoire et avoir la main sur d’importants postes-frontières avec l’Iran.

https://french.alahednews.com.lb/40897/341

Dans IRAN

INAUGURATION DU TERMINAL JASK : L’IRAN GAGNE UN IMPORTANT VECTEUR D’INDEPENDANCE ECONOMIQUE ET ENERGETIQUE

Par Le 28/07/2021

Inauguration du terminal de Jask: l’Iran gagne un important vecteur d’indépendance économique et énergétique, selon un ancien de Total

 Depuis 6 heures  28 juillet 2021

terminal_jask

 Iran - Monde islamique

 

L’Iran n’est plus prisonnier du détroit d’Ormuz pour acheminer son pétrole. Avec l’inauguration du terminal de Jask, le pays n’est plus menacé d’un blocage dans ce passage stratégique. Un accomplissement crucial pour Téhéran, qui avait pris du retard sur ses concurrents régionaux à ce niveau. Analyse.

«Aujourd’hui est un grand jour historique pour la nation iranienne». Le Président sortant Rohani a ainsi annoncé l’inauguration du terminal d’exportation de son brut à partir d’un port sur la mer d’Oman. Le terminal dénommé Jask se trouve à l’Est du très stratégique détroit d’Ormuz.

Un chantier titanesque qui comprend également la construction d’un oléoduc long de 1.000 kilomètres, qui devrait aider Téhéran à reconquérir ses marchés perdus au profit des pays rivaux, selon l’agence iranienne IRNA.

«Avec l’ouverture du terminal de Jask sur le golfe d’Oman, les Iraniens viennent de gagner un important vecteur d’indépendance économique et énergétique», explique à Sputnik Pierre Fabiani, ancien représentant du groupe Total en Iran.

À l’époque de son mandat (2004 –2008), ce dernier a donné son avis sur la pertinence de cette construction aux autorités compétentes en Iran:
«Quand les Iraniens m’ont demandé conseil, je leur ai dit que l’exploitation du terminal de Jask était une évidence.»

Les avantages sont en effet nombreux. D’une part, le projet estimé par Hassan Rohani à «deux milliards de dollars» permet de gagner quelques jours de navigation par rapport au port pétrolier de Kharg, dans le Golfe. Mais surtout, «c’est le meilleur moyen pour eux de se prémunir d’un blocage du détroit d’Ormuz.»

Long de 63 km, large d’environ 40 km et profond de 60 mètres, le détroit coincé entre l’Iran et le Sultanat d’Oman est stratégique pour Téhéran, comme pour le reste du monde. Selon l’Agence américaine de l’Énergie, environ 21 millions de barils de brut y circulaient quotidiennement en 2018.

Un blocage d’Ormuz peut arriver «à tout moment»

Cela représente environ 21% de la consommation mondiale de pétrole et un tiers du brut acheminé par voie maritime dans le monde. Un quart du commerce mondial de gaz naturel liquéfié passe également par Ormuz.

Pour l’Iran, ce détroit était jusqu’ici une porte de sortie cruciale de son brut vers plusieurs marchés. Or, «le monde est fou», dramatise l’ancien numéro Un de Total en Iran. «À tout moment, il peut y avoir un événement qui crée un blocage dans le détroit.»
En effet, aujourd’hui les régions maritimes menacées par des incidents de toute sorte ne sont pas supervisées que par les puissances régionales, mais aussi par les soi-disant groupes tactiques internationaux composés des forces navales de différents pays.

Le détroit d’Ormuz en est un exemple flagrant. La présence des États-Unis et leurs alliés dans le détroit est quasi-permanente avec d’importants moyens militaires. D’importantes tensions l’entourent, des incidents avec navires et cargos n’y sont pas rares. Ainsi en 2019, année riche en événements de ce type, deux pétroliers se dirigeant vers l’Asie y avaient été attaqués après que quatre navires, dont trois pétroliers, ont été sabotés. Les États et armées environnantes ont systématiquement nié leur implication dans ces incidents.

Le détroit est donc une poudrière géopolitique qu’une étincelle peut faire exploser à tout moment. Et ce, sans même parler de possibles incidents indépendants de la volonté humaine qui peuvent s’y produire. Il était donc impératif selon Pierre Fabiani que l’Iran offre une porte de sortie à son brut indépendante d’Ormuz.

Détroit d’Ormuz, arène géopolitique

Philippe Sébille-Lopez, spécialiste des enjeux énergétiques dans les relations internationales, a d’ailleurs tendance à tempérer l’enthousiasme iranien. Selon lui, «cet oléoduc, tout comme les infrastructures annexes du terminal d’exportation de Jask, qui restent en partie à construire, n’est pas en soi d’un grand apport stratégique dans l’immédiat, mais davantage dans une vision de moyen terme. Par ailleurs, comme dans le cas des Émirats, ces oléoducs de contournement ne permettent d’exporter qu’une partie des volumes normalement exportés via le détroit», explique-t-il au micro de Sputnik.

«Tous les pays exportateurs du Golfe qui le peuvent veulent réduire leur dépendance au détroit d’Ormuz. Les Émirats arabes unis ont déjà un oléoduc fonctionnel d’une capacité de 1,5 million de barils par jour, soit 50% de plus que le nouvel oléoduc iranien de contournement d’Ormuz», précise le directeur de Géopolia.

En effet, deux pipelines passent actuellement par la région: l’oléoduc Petroline, qui traverse l’Arabie saoudite d’est en ouest, et l’oléoduc qui relie l’émirat d’Abou Dhabi à celui de Sharjah.

Il y aurait, selon Philippe Sébille-Lopez, une volonté de Téhéran de survendre l’inauguration de Jask pour montrer que le pays peut continuer à se développer même sous le joug des sanctions américaines. Un pari en partie réussi.

Source: Sputnik

https://french.almanar.com.lb/2118184

Dans IRAN

LA PREMIERE USINE IRANIENNE DE FER SPONGIEUX DEMARRE EN CHINE

Par Le 28/07/2021

La première usine iranienne de fer spongieux démarre en Chine

 Depuis 3 heures  28 juillet 2021

er_spongieux

 Iran - Monde islamique

 

Rédaction du site

La première usine iranienne à produire du fer spongieux selon la méthode traditionnelle PERED , a démarré son activité en Chine le lundi 26 juillet.
Etant l’un des plus grands producteurs d’acier au monde, la Chine utilisait jusqu’alors la méthode très coûteuse des « fours longs » dans le domaine de la fonte du fer.

Dans le cadre de ses mesures préventives pour protéger l’environnement, elle a décidé de tirer parti de la technologie et de l’ingénierie iraniennes et d’utiliser du gaz dans son usine de production d’acier.

Elle a conclu un accord avec la société iranienne Iran’s Mines and Metals Company (MME) qui est l’un des leaders dans la technologie Bird pour la construction de la première usine de « réduction directe » utilisant du gaz combustible (CSTM).
La construction de cette usine décidée dans la ville chinoise de Taiyuan s’est achevée il y a environ un mois. Sa capacité de réduction directe du fer est de 300 000 tonnes par an.

La principale différence de la technologie PERED avec d’autres technologies est la qualité élevée et tangible de la métallisation du fer spongieux, qui a été atteinte au-dessus de 95 pour cent le premier jour. Dans d’autres technologies, cependant, il est très difficile d’atteindre un degré de métallisation supérieur à 95 % au cours des premiers mois de fonctionnement d’une unité.

L’Iran est classé parmi les premiers pays producteurs de minerai de fer pré-réduit dans le monde. En 2020, l’Association mondiale de l’acier a annoncé qu’il a été classé en seconde position mondiale dans la production de fer spongieux et en 10ème pour la production d’acier.

Source: Médias

https://french.almanar.com.lb/2118217

Dans PEROU

PEROU : LE PRESIDENT ELU PEDRO CASTILLO NE RECEVRA PAS LE SALAIRE DU PRESIDENT DU PEROU MAIS CELUI D’ENSEIGNANT

Par Le 28/07/2021

27 Juillet 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-07-26 18:36:42

 

 

Lima, 26 juillet (RHC) Le président élu du Pérou, Pedro Castillo, a annoncé qu’il demandera au Congrès que les salaires des ministres et des Congressistes baissent de moitié, selon sa déclaration à l’Assemblée Nationale 2021 de son parti, Pérou Libre, ont informé des médias locaux.

“Nous allons proposer au sein du Congrès que les salaires des ministres et des Congressistes soient réduits de 50% », a déclaré le politicien. Nous allons renoncer au salaire présidentiel et nous allons conduire le destin de la nation avec le salaire d’enseignant » a-t-il ajouté.

Mardi dernier les autorités électorales péruviennes ont confirmé finalement la victoire du candidat de la gauche et l’on proclamé président du Pérou, après une attente tendue de plus d’un mois, qui a maintenu le pays sur le point d’une nouvelle crise politique depuis le second tour des élections du 6 juin.  

Le Jury National Électoral (JNE) a proclamé gagnant le binôme présidentiel de Pérou Libre, formée par Pedro Castillo en tant que président et Dina Boluarte en tant que première vice-présidente.

Les élections ont eu lieu au milieu d’une polarisation politique intense, suite à une période convulse marquée par la démission du chef d’État Pedro Pablo Kuczynski ; la destitution de son successeur, Martín Vizcarra ; la courte période présidentielle de Manuel Merino - qui a quitté le poste sous la pression des protestations populaires- et l’actuelle gestion de Francisco Sagasti, qui devra faire la passation à Castillo.

Le nouveau Congrès qui sera formé le 27 juillet, est marqué par un haut niveau de fragmentation. Quelques experts parlent de la possibilité que l’extrême droite puisse avancer des mesures telle qu’une révocatoire ou une accusation constitutionnelle, un vote de censure ou un autre type de mécanisme pour affaiblir l’Exécutif, ce qui signifierait le défi d’obtenir un soutien populaire pour écarter ces possibilités.  

Source Russia Today

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/265100-castillo-ne-recevra-pas-le-salaire-du-president-du-perou-mais-denseignant

 

Tag(s) : #Pérou#Castillo

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6