Veilleur en éveil

 

SYRIE : AU NOM DU PEUPLE DE FRANCE, MACRON, QUI NE PESE ÉLECTORALEMENT QUE 18%, AURAIT ATTAQUE LA BASE AÉRIENNE MILITAIRE RUSSE DE HMEIMIM

Lattaquié frappé: que fait Charles de Gaulle près des côtes syriennes ?

Thu Feb 20, 2020 4:28AM

Les Rafale M2 et M3 à bord du Charles de Gaulle en Méditerranée orientale./AFP

Les Rafale M2 et M3 à bord du Charles de Gaulle en Méditerranée orientale./AFP

Première attaque au missile US/OTAN contre la base aérienne russe à Lattaquie? La DCA syro-russe a puissamment repoussé une attaque aux "objets volants hostiles" contre la ville de Jablé, au bord de la Méditerranée. «Les systèmes sol-air repoussent une attaque d’objets hostiles visant une banlieue de Jablé», a indiqué la chaîne de télévision d'État syrienne Al-Ikhbariya.

Selon l'agence de presse syrienne Sana, des drones avaient été tirés par des terroristes depuis le gouvernorat d'Idlib. La ville de Jablé est située non loin de la base aérienne de Hmeimim, qui abrite des militaires des Forces aérospatiales russes ainsi que des dizaines d'avions de chasse russes et syriens. Les batteries de missiles S-400 font aussi partie des éléments de la DCA de cette base, ce qui explique des dizaines voire des centaines de raids hostiles au drone et au missile qui ont été perpétrés depuis 2018 contre la base. 

Des sites proches des terroristes pro évoquent  une frappe au missile contre la ville d'al-Qardaha à l'est de Jable depuis la Méditerranée. Ces dernières semaines des sources militaires russes et syriennes avaient fait état de la présence du porte-avions Charles de Gaulle non loin des bases russes de Tartous et de Lattaquié. Le site russe Avia.pro n'avait pas écarté une intervention des avions Rafale français contre les bases russes et ce sous prétexte d'avoir à "défendre les terroristes d'Idlib". 

Vers une intervention militaire de la France en Syrie?

Vers une intervention militaire de la France en Syrie?

Débat : plusieurs explosions ont été entendues dans la nuit de mercredi à jeudi surtout dans l’ouest de la capitale. Selon SANA, les missiles auraient été tirés depuis le Golan occupé par des avions israéliens qui n’ont pas osé s’infiltrer dans l’espace aérien syrien tant était intense la réaction de la DCA syrienne.

Mercredi la France a tenu des manœuvres conjointes avec l'Égypte en Méditerranée orientale. 

L'armée égyptienne a annoncé, mardi 18 février, que l'exercice avait eu lieu alors que le porte-avions français Charles de Gaulle était présent en Méditerranée impliquant un certain nombre de chasseurs Rafale français et de F-16 égyptiens.

Selon la déclaration de l’armée égyptienne, les combattants des deux pays ont effectué des missions de patrouille et de sauvetage dans et hors des eaux territoriales égyptiennes, ainsi que des opérations défensives et offensives sur des cibles maritimes vitales et des opérations de ravitaillement dans le ciel.

1ère frappe Israël/France contre la capitale syrienne?!

1ère frappe Israël/France contre la capitale syrienne?!

La DCA syrienne a puissamment repoussé une frappe au missile israélienne à laquelle aurait participé le porte-avions Charles de Gaulle.

L'armée égyptienne a déclaré que le but de l'exercice conjoint était d'échanger des expériences entre les deux pays pour assurer la stabilité et la sécurité régionales. Ces manœuvres interviennent alors qu’un exercice a eu lieu lundi et mardi dans le ciel du sud de la Palestine occupée toujours avec la participation active du porte-avions français et les chasseurs israéliens. 
Le journal israélien Times of Israël a fait état dans son édition du 13 février des exercices conjoints aériens Israël-France impliquant les pilotes français des chasseurs qui se trouvent à bord du porte-avions. L'attaque au drone et au missile de ce mercredi a-t-elle été l'oeuvre franco-turque? 

Syrie: raids conjoints France-Israël?

Syrie: raids conjoints France-Israël?

Le "Charles de Gaulle" appuie l'armée de l'air israélienne?

http://french.presstv.com/Detail/2020/02/20/619016/syrie-france-hmeimim-lattaquie-russie-israel


 

"N'AYEZ PAS PEUR DE LA CHINE"

PASCAL BONIFACE

PASCAL BONIFACE

GÉOPOLITOLOGUE, DIRECTEUR DE L’IRIS

« N’ayez pas peur de la Chine » – 4 questions à Philippe Barret

7 mai 2018 Pascal Boniface Editos

Philippe Barret, docteur en sciences politiques, ancien élève de l’École normale supérieure, a enseigné la littérature et la politique françaises à l’université Fudan de Shanghai et à l’Institut des relations internationales de Pékin. Il répond à mes questions à l’occasion de la parution de l’ouvrage « N’ayez pas peur de la Chine ! », aux éditions Robert Laffont.

Pourquoi, selon vous, la principale raison de l’incompréhension occidentale envers la Chine relève-t-elle de sa propre prétention à l’universalisme ?

C’est un fait : depuis l’apparition du christianisme, religion à vocation universelle, les Occidentaux considèrent que leurs idées, leurs idéaux et leurs valeurs ont aussi une vocation universelle. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, les jésuites étaient d’ailleurs convaincus que la Chine deviendrait un pays chrétien. Aujourd’hui, notre philosophie politique – la démocratie et les droits de l’homme – a pris la place de la religion. Mais la démarche intellectuelle est la même : tous les pays et tous les peuples doivent l’adopter et finiront par le faire, de gré ou de force.

C’est pourquoi nous avons le plus grand mal à concevoir qu’un peuple ou une civilisation puisse ne pas se rallier à cette pensée dont l’universalité, pour nous, va de soi. Naturellement, ce phénomène s’accompagne d’une profonde ignorance de ce qu’est la civilisation chinoise, son histoire, sa pensée politique ou sa littérature. Si, de retour de vacances, je dis à mes amis que je viens de relire quelques pièces historiques de Shakespeare ou quelques romans de la Comédie humaine, la conversation s’engage aisément, parce que tous ont lu telle ou telle de ces œuvres. Mais si je leur dis que je viens de lire Au bord de l’eau, aucun échange n’est possible, parce qu’ils n’ont jamais lu ce magnifique roman ; ils en ignorent même l’existence.

Quelle est la part du patriotisme dans la popularité du Parti communiste chinois (PCC) ?

100% ! Le PCC a d’ailleurs été créé pour des raisons purement nationales (ou patriotiques), et non pour des raisons idéologiques. Il faut bien comprendre que pour nous, occidentaux, Karl Marx est un auteur profondément ancré dans notre culture, que nous tombions d’accord ou pas avec ses idées. Pour un Chinois, c’est un auteur complètement étranger à sa culture. Les Chinois qui ont créé le parti communiste avaient un seul objectif : rétablir la dignité nationale, la souveraineté de la Chine. À cette fin, ils pensaient avoir besoin de l’appui d’une grande puissance étrangère. Ce ne pouvait pas être la France, qui avait en Chine des concessions. Ce ne pouvait pas être la Grande-Bretagne, qui y avait des concessions et une colonie. Ce ne pouvait pas être le Japon, qui venait d’acquérir la concession allemande du Shandong. Ce ne pouvait non plus pas être les États-Unis, qui soutenaient le Japon. Restait la Russie, dont les fondateurs du PCC escomptaient obtenir ainsi le soutien politique, voire financier ou militaire.

Après 1945, la grande masse des paysans chinois s’est ralliée au PCC, alors que tout aurait dû les conduire à soutenir le Guomindang de Tchiang Kaishek. Celui-ci disposait d’une armée deux fois plus nombreuse que celle de Mao Zedong, et beaucoup mieux équipée. Tchiang Kaishek bénéficiait du soutien des États-Unis et, en août 1945, signait un traité d’amitié avec Staline. Ce n’est évidemment pas par adhésion aux théories de la lutte des classes ou de la dictature du prolétariat que les paysans chinois ont soutenu le PCC, mais parce que celui-ci leur apparaissait comme un meilleur garant de l’indépendance nationale que le Guomindang. Contre les Japonais, Mao leur était apparu plus déterminé que Tchiang. La suite de l’Histoire les a confortés dans leur choix : dès la fin des années 1950, Mao Zedong a rompu avec les Soviétiques, tandis que Tchiang Kaishek est resté jusqu’à sa mort soumis aux Américains.

Qu’est-ce qui vous fait écrire que la Chine ne va pas dominer le monde ?

Nous autres, occidentaux, avons toujours voulu dominer le monde, estimant être porteurs d’une pensée universelle : jusqu’au XVIIIe siècle, il fallait apporter le christianisme aux peuples qui étaient dans le malheur parce qu’ils en étaient privés ; au XIXsiècle, on leur apportait la civilisation ; au XXe, la démocratie et les droits de l’homme.

Les Chinois ne partagent pas cette disposition d’esprit. Convaincus de la supériorité de leur culture, ils pensent cependant que celle-ci n’est adaptée qu’aux seuls Chinois. La Chine s’est constituée – comme la France d’ailleurs – par la conquête de régions voisines du centre du pays. Mais la Chine n’a jamais eu ni entrepris d’avoir des colonies par-delà les mers. Il est très remarquable que la Chine ait procédé, au début du XVsiècle, peu avant que le Portugal ne s’y lance, à des expéditions maritimes de grande ampleur, en Asie du Sud-est, dans le monde arabe et en Afrique, jusqu’en Tanzanie. Elle a échangé des cadeaux avec les chefs d’État rencontrés ; elle a tissé des liens commerciaux. Mais elle n’a nullement envisagé de s’installer dans l’un des pays traversés.

Ce que veulent les Chinois, c’est améliorer leur niveau de vie, s’enrichir, mais non pas dominer le monde. Le président Xi Jinping a expliqué, au cours du forum de Davos de 2017, que la Chine devait son relatif succès économique – devenue la deuxième puissance économique du monde, mais n’étant pas encore un pays riche – au « dur labeur du peuple chinois » et à la mondialisation. Ce à quoi tiennent les Chinois, c’est la libre circulation des marchandises, des capitaux et des connaissances scientifiques et techniques – et donc, autant que possible, la paix. Dans cette perspective, ils souhaitent évidemment être entourés de pays avec lesquels ils puissent entretenir des relations amicales. Ils sont déterminés à ce que leurs navires commerciaux circulent librement en mer de Chine. Ils sont convaincus que Taiwan reviendra au pays, comme l’ont fait Macao et Hong Kong. Mais ils n’ont pas besoin de colonies ni de bases militaires partout à travers le monde.

Pourquoi, selon vous, la démocratie n’est-elle pas une aspiration profonde du peuple chinois ?

Les Chinois ne contestent pas les principes de la démocratie. Ils pensent que la démocratie peut même, dans certains pays, être une excellente chose. Mais, ils pensent également qu’elle n’est pas adaptée au leur. Certes, il y a des Chinois partisans de la démocratie. Mais il ne s’agit que d’une minorité d’intellectuels. L’immense majorité des Chinois, y compris les intellectuels, sont convaincus que la Chine a besoin d’un pouvoir fort, centralisé – autrement dit « autoritaire ». Ils ont gardé le souvenir de la révolution républicaine de 1911, qui a aussitôt débouché sur l’indépendance du Tibet (en 1913) et sur la guerre civile entre les différentes régions du pays. Plus près de nous, ils n’ont pas oublié l’éclatement de l’URSS aussitôt après l’abandon du régime communiste. Ils pensent que la Chine est un pays trop vaste et trop divers pour supporter la démocratie. Si cette dernière advenait en Chine, ils imaginent volontiers que les régions de Shanghai et Canton ne manqueraient pas de revendiquer leur indépendance pour profiter pleinement de leur richesse et cesser de payer pour le Xinjiang, le Dongbei et d’autres régions pauvres de la Chine.

Au reste, beaucoup de Chinois voyagent à l’étranger, en qualité de touristes, d’hommes d’affaires ou d’étudiants. Ils peuvent lire, entendre et voir ce qui se passe dans les démocraties occidentales. Il est remarquable que cette découverte ne les ait pas fait changer d’avis : la démocratie, c’est bien pour vous, mais non pas pour nous !

Cet entretien est également disponible sur Mediapart Le Club

http://www.pascalboniface.com/2018/05/07/nayez-pas-peur-de-la-chine-4-questions-a-philippe-barret/


 

STOPPONS LES BRICOLEURS ET LES FALSIFICATEURS DE L’histoire !

STOPPONS LES BRICOLEURS ET LES FALSIFICATEURS DE L’histoire !

-La résolution ignoble de l’UE du 9 septembre 2019 assimilant communisme et nazi doit absolument être abrogée il y va de la rigueur historique mais aussi de l’honneur et de la mémoire des déportés communistes français ainsi que de leurs camarades soviétiques. Pour cela nous disposons d’un relais à la légitimité historique avérée, il s’agit de l’Association Française Buchenwald Dora et Kommandos.

-Si cette association (AFBDK) n’a pas, jusqu’à présent, fait preuve de combativité sur ce sujet, on peut néanmoins constater un très léger bougé diraient les photographes. Le dernier éditorial du journal de l’AFBDK montre une très sensible évolution sémantique mais malheureusement dans un piteux bricolage historique et politique. L’évolution sémantique est caractérisée par l’utilisation dans l’édito de deux fois du mot communiste et d’une fois du mot fascisme. L’éditorialiste retrouve donc des catégories historiques qu’il avait négligées voire oubliées et corrélativement le rédacteur a, au moins ponctuellement, abandonné aussi l’usage du mot tiroir et dangereusement amalgament de « populiste ».

-Il n’y a malheureusement pas lieu de s’étendre sur l’éditorial (cf. pièce jointe) qui reste d’une béatitude européiste tout aussi effarante que coupable devant les travaux immondes des députés européens. Le vote de la résolution du 9 septembre (http://www.europarl.europa.eu/doceo/document/TA-9-2019-0021_FR.html) est mis au crédit, je cite, « ….d’une époque qui préfère l’ironie au débat… cette grande confusion a notamment favorisé l’adoption… ». Il est terrifiant de justifier l’immonde par « une grande confusion » ! Peut-être que le 10 juin 1940 lorsque l’Assemblée nationale confia les pleins pouvoirs à Pétain, les parlementaires aussi étaient victimes « d’une grande confusion ». Ce n’est plus de l’Histoire, c’est seulement une profession de foi aveugle dans l’Europe supranationale et anticommuniste !

-Face aux enjeux actuels il faut que la direction de l’AFBDK soit enfin à la hauteur de son héritage et de ses responsabilités historiques, qu’elle combatte concrètement et réellement l’ignoble en s’adressant aux falsificateurs, en l’occurrence l’UE et ses parlementaires. L’association a mis 50 jours pour publier un communiqué minimaliste et 5 mois pour oublier le combat que sur le sujet elle doit mener ! Donc je vous demande de solliciter, par courriel l’AFBDK pour qu’elle porte haut sa responsabilité historique :

           1) En étant à l’initiative d’une vaste pétition nationale « exigeant le retrait immédiat de la résolution du 19 septembre ». Il y a urgence car le temps qui passe fige l’immonde dans le carcan idéologique européen et fera, a n’en pas douter, les délices des futurs pseudo manuels d’histoire. 

2)En avril sera commémoré le 75 anniversaire de la libération du camp de Buchenwald et cela en présence du mal venu anticommuniste JC Juncker. Exigeons aussi, lui qui s’adonne à l’éloge funèbre de nazi notoire (https://www.cclj.be/actu/politique-societe/amnesie-president-commission-europeenne-sur-passe-nazi-ancien-commissaire), qu’il ne soit ni invité, ni même présent !

3)En refusant l’interdiction des drapeaux rouges dans le camp pendant les commémorations.


 

PARIS : 10ème JOURNÉE DE GREVE NATIONALE ET DE MANIFESTATION INTERPROFESSIONNELLE CONTRE LA REFORME DES RETRAITES

https://fr.sputniknews.com/france/202002201043101545/

Manifestation contre la réforme des retraites à Paris, 20 février 2020

Une nouvelle manifestation contre la réforme des retraites à Paris

© Sputnik .

FRANCE

URL courte

Dossier:

Grève générale contre la réforme des retraites en France (155)

2252

S'abonner

À l’appel de l'intersyndicale CGT, FO, Solidaires, FSU, CFE-CGC et organisations de jeunesse, une manifestation contre la réforme des retraites se tient ce jeudi 20 février à Paris, pour la 10e journée nationale de grève interprofessionnelle.

Des centaines de personnes sont descendues dans les rues ce jeudi 20 février à Paris pour exprimer leur désaccord avec le projet de réforme des retraites qui fait l’objet de débats à l'Assemblée nationale depuis le 18 février.

Réunis vers 13h30 sur la place du 18-Juin 1940 à Montparnasse, les manifestants comptent marcher vers la place d’Italie en passant par les boulevards du Montparnasse, de Saint-Marcel et de l’Hôpital, selon les médias.

Plusieurs secteurs leur sont interdits d’accès par un arrêté de la préfecture, dont le quartier de la place Charles-de-Gaulle-Étoile et des Champs-Élysées et la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Des cortèges devraient aussi se former ce jeudi 20 février dans d’autres régions de France. Le 6 février, 121.000 personnes avaient manifesté en France, dont 15.000 à Paris, lors de la 9e journée de mobilisation.

Les députés de l’Assemblée nationale débattent depuis le 18 février du projet de réforme des retraites proposé par le gouvernement, qui fait l’objet de 41.000 amendements, un record sous ce quinquennat, d’après les médias.

https://fr.sputniknews.com/france/202002201043101545/


 

FEDERATION CGT DES CHEMINOTS : INFO LUTTES N°66 : LE GOUVERNEMENT POURSUIT SON DÉNI DE DÉMOCRATIE !

 

Slide n°4

INFO LUTTES N°66

Le Gouvernement poursuit son déni de démocratie !

 | Action depuis le 5 décembre 2019

Non content de mentir sur son projet de réforme des retraites, de dénigrer les régimes spéciaux pour justifier leur suppression, non content de réquisitionner les éboueurs, de tabasser les manifestants, de mettre en garde à vue des mineurs, le Gouvernement impose la dictature parlementaire !

Pas de réforme contre le peuple !

Aujourd’hui, ce sont 67% des Français qui soutiennent l’organisation d’un référendum concernant le projet de loi sur les retraites.

Ce Gouvernement, après avoir mis fin à la commission spéciale parlementaire, choisit de traiter les 41 000 amendements en 86 heures de débats dans l’hémicycle prouvant, là encore, son sens de la démocratie !

De plus, il a rejeté une motion portée par les partis progressistes exigeant un référendum. La provocation atteint son paroxysme quand les députés de la majorité se comparent à Ambroise Croizat, ministre du Travail communiste, créateur de la Sécurité sociale, syndiqué CGT et qui voulait, par-dessus tout, « libérer les travailleurs de l’obsession permanente de la misère », et leur assurer un droit inaliénable à la retraite, en tant que « nouvelle étape de la vie » plutôt que comme « antichambre de la mort ».

Avec Macron, nous sommes loin du compte et faire référence à Ambroise Croizat démontre que ce Gouvernement n’a pas de limite dans l’imposture.

Membres du Gouvernement et députés LREM insolents et provocateurs, sans aucune empathie, ont été jusqu’à refuser une minute de silence à l’Assemblée Nationale pour l’infirmière poignardée à mort dans l’exercice de ses fonctions à l’hôpital de Thouars le 13 février dernier, prétextant que l’« usage limite la pratique des minutes de silence à des cas exceptionnels et solennels ». Chacun appréciera !

La CGT du centre hospitalier nord Deux Sèvres a exigé des excuses et la démission du président de l’Assemblée Nationale !

Il ne faut rien lâcher, la Fédération CGT des Cheminots estime que « le recours à l’avis des citoyens est une démarche positive ». La détermination et le rejet de cette réforme sont intacts. Le référendum permettrait donc aux salariés de donner leur avis sur un choix de société. (Lire notre communiqué de presse)

Sur le terrain, d’autres dates de mobilisations interprofessionnelles à l’appel de l’intersyndicale seront annoncées et nous menons, en parallèle, une démarche de contre-conférence de financement, qui devrait se tenir fin mars, l’objectif étant d’opposer à ce Gouvernement un contre-projet unitaire.

Toujours mobilisés, sous une autre forme !

Tout le monde s’accorde à le reconnaître, la lutte entamée le 5 décembre dernier, le niveau de mobilisation de certaines professions comme les cheminots de la SNCF, la RATP et les agents de Mines et Energie et d’autres… ont fait bouger les lignes et contraint le Gouvernement à concéder des reculs sur leurs dispositions initiales inclues dans leur projet de régime universel !

La démarche unitaire perdure, à la SNCF également. Les temps forts sont pris en compte par les salariés et le 20 février ce sont près de 200 manifestations qui sont inscrites sur le territoire, avec de nombreux appels de Fédérations à se mobiliser telles que la Fonction Publique, les Transports, l’Agroalimentaire, Verre et Céramique, la FNTE, les Services Publics, la FERC, Mines et Energie, la FAPT, la Fédération des Syndicats Maritimes, celle des Sociétés d’Etudes, des Organismes Sociaux, Cadres et Officiers de la Marine Marchande, les Finances Publiques, la FNIC, la Métallurgie, la CGT Spectacle, Banques et Assurances, Textile, nos Unions Départementales, nos Unions Locales sont également à la manoeuvre dans les territoires pour organiser la lutte et la rendre visible. (Lire l’appel unitaire)

Dans notre champ professionnel, nous avons de nouveau interpellé la direction et rappelé nos exigences en termes notamment d’emplois, salaires, réorganisations, sur la base d’un dialogue social constructif et efficace, cela nous changerait de la gouvernance précédente.

Personne dans l’entreprise ne peut ignorer le conflit social que nous vivons, la forte mobilisation des cheminots à partir du 5 décembre 2019 et les exigences que nous portons, nous devons être entendus et nos revendications satisfaites.

TOUS MOBILISÉS LE 20 FÉVRIER, JOURNÉE INTERPROFESSIONNELLE UNITAIRE DE GRÈVES ET DE MANIFESTATIONS.

Pour être plus fort, adhérez à la CGT !

Téléchargements

https://www.cheminotcgt.fr/actions/action-a-partir-du-5-decembre-2019/info-luttes-n66/


 

(COVID-19) CHINE : LE NOMBRE DE PATIENTS NOUVELLEMENT GUÉRIS DÉPASSE CELUI DE NOUVEAUX CAS CONFIRMES POUR LA PREMIERE FOIS

 

(COVID-19) Chine : le nombre de patients nouvellement guéris dépasse celui de nouveaux cas confirmés pour la première fois

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-02-19 à 13:33
 


(Xinhua/Xiao Yijiu)

BEIJING, 19 février (Xinhua) -- En Chine, le nombre quotidien de patients nouvellement guéris a dépassé, pour la première fois, celui de nouveaux cas confirmés, selon la Commission nationale de la santé.

Mardi, 1.824 personnes ont quitté l'hôpital après leur convalescence. Le chiffre est supérieur au nombre de nouveaux cas confirmés de coronavirus le même jour, qui était de 1.749, d'après les données publiées mercredi par la commission.

Un total de 14.376 patients infectés par le nouveau coronavirus avaient quitté l'hôpital après leur rétablissement mardi en fin de journée.

A l'échelle nationale, le nombre de nouveaux cas confirmés en dehors du Hubei, épicentre de l'épidémie, a baissé pour la 15e journée consécutive pour atteindre 56, contre 890 le 3 février, selon la commission.

La commission a indiqué avoir reçu des informations concernant 1.749 nouveaux cas confirmés mardi dans 31 régions de niveau provincial et dans le Corps de production et de construction du Xinjiang, dont 1.693 dans le Hubei.

Le nombre quotidien de nouveaux cas confirmés en Chine a chuté à 1.886 lundi, ce chiffre étant inférieur à 2.000 pour la première fois depuis le 31 janvier.

http://french.xinhuanet.com/2020-02/19/c_138798096.htm

 

 

 

(Multimédia) (COVID-19) Chine : 14.376 patients du coronavirus quittent l'hôpital après leur rétablissement

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-02-19 à 09:53
 

Sept patients du coronavirus rétablis posent pour une photo de groupe avec des travailleurs médicaux de l'hôpital populaire de Hainan à Haikou, dans la province chinoise de Hainan (sud), le 18 février 2020. (Photo : Yang Guanyu)

BEIJING, 19 février (Xinhua) -- Un total de 14.376 patients infectés par le nouveau coronavirus étaient sortis de l'hôpital après leur convalescence mardi en fin de journée, ont annoncé mercredi les autorités sanitaires chinoises.

Mardi, 1.824 personnes ont quitté l'hôpital après leur convalescence, a déclaré la Commission nationale de la santé dans son rapport quotidien.

Mardi en fin de journée, le total des décès dus à la maladie en Chine s'élevait à 2.004, alors que 74.185 cas confirmés d'infection par le coronavirus avaient été signalés dans 31 régions de niveau provincial et dans le Corps de production et de construction du Xinjiang.

http://french.xinhuanet.com/2020-02/19/c_138797477.htm

 

 

(COVID-19) Journalistes de Xinhua sur la ligne de front de la lutte contre l'épidémie du coronavirus

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-02-19 à 14:32
 

WUHAN, 19 février (Xinhua) -- Le journaliste de l'Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle), Hou Wenkun (2e à droite) interviewe des patients rétablis à l'hôpital provincial intégré de médecine chinoise et occidentale du Hubei à Wuhan, dans la province chinoise du Hubei (centre), le 6 février 2020. Des journalistes de Xinhua sont engagés sur la ligne de front au Hubei pour enregistrer la bataille populaire contre l'épidémie du nouveau coronavirus (COVID-19). (Photo : Xinhua)

 

   1 2 3 4  

http://french.xinhuanet.com/photo/2020-02/19/c_138798200.htm

 

 

 

(COVID-19) Xi Jinping appelle à la protection et aux soins du personnel médical dans la lutte contre l'épidémie

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-02-19 à 19:53
 

BEIJING, 19 février (Xinhua) -- Le président chinois Xi Jinping a appelé à accorder une grande attention à la protection et aux soins du personnel médical afin de s'assurer qu'il soit en bonne santé et reste concentré pour gagner la bataille contre l'épidémie du nouveau coronavirus (COVID-19).

M. Xi, également secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois et président de la Commission militaire centrale, s'est ainsi exprimé dans une récente instruction sur la protection du personnel médical participant à la prévention et au contrôle du COVID-19.

Qualifiant les professionnels médicaux de colonne vertébrale dans la guerre contre l'épidémie, M. Xi a mis l'accent sur la nécessité de leur offrir un soutien global, afin d'assurer leur force, leur moral et leur énergie.

M. Xi a exhorté à renforcer les efforts pour soulager le stress du personnel médical, leur garantir les produits de première nécessité, prévoir du temps de repos et les encourager.

M. Xi a souligné les efforts pour assurer que les équipes médicales au Hubei, notamment à Wuhan, puissent travailler de manière sûre, coordonnée, efficace et prompte.

Depuis le début de l'épidémie du nouveau coronavirus, les professionnels médicaux travaillent jour et nuit au front. Plusieurs d'entre eux ont été infectés, et certains ont sacrifié leur vie en sauvant les patients.

M. Xi a présidé plusieurs réunions, prononcé des discours importants et donné des instructions pour exprimer l'attention du Comité central du PCC envers le personnel médical engagé dans la lutte contre l'épidémie sur la ligne de front, en particulier au Hubei et à Wuhan.

http://french.xinhuanet.com/2020-02/19/c_138799191.htm

 

 

 

Xi Jinping assure que la bataille de la Chine contre l'épidémie de COVID-19 fait des progrès visibles

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-02-19 à 06:13
 

BEIJING, 18 février (Xinhua) -- Les mesures prises par la Chine pour prévenir et contrôler l'épidémie de COVID-19 montrent des progrès visibles, alors que la bataille atteint un moment crucial, a déclaré mardi le président chinois Xi Jinping lors d'une conversation téléphonique avec le Premier ministre britannique Boris Johnson.

Au cours de cette conversation, M. Xi a exprimé sa gratitude à la reine Elizabeth II et à Boris Johnson pour leur soutien à la lutte de la Chine contre l'épidémie de COVID-19, notant que le Royaume-Uni avait fourni à la Chine du matériel dans ce sens, ce qui démontre l'amitié entre les deux pays et les deux peuples.

Depuis le début de l'épidémie, la Chine a toujours donné la priorité à la sécurité et à la santé de son peuple, pleinement exploité ses avantages institutionnels, mobilisé le pays tout entier et adopté les mesures de prévention et de contrôle les plus complètes, rigoureuses et poussées, selon M. Xi.

Grâce à ces efforts incessants, la situation connaît des changements positifs et les mesures de prévention et de contrôle prises par la Chine montrent des progrès visibles, a-t-il ajouté.

La bataille contre l'épidémie est aujourd'hui arrivée à un moment crucial, a souligné le président chinois, assurant que la Chine fera tout son possible pour réduire l'impact de l'épidémie tout en poursuivant résolument ses efforts de prévention et de contrôle.

Notant le fait que l'économie chinoise jouit d'une forte résilience, d'une large demande domestique et d'une base industrielle solide, M. Xi a affirmé que la Chine disposait de la confiance et de la capacité nécessaires pour réaliser les objectifs de développement économique et social de cette année, notamment des missions aussi essentielles qu'assurer la victoire dans l'établissement d'une société modérément prospère sous tous ses aspects et éradiquer la pauvreté.

En promouvant l'idée de bâtir une communauté de destin pour l'humanité, la Chine est non seulement responsable de la sécurité et de la santé de son peuple mais aussi engagée envers la cause de la protection de la santé publique internationale, a expliqué M. Xi.

La Chine a déployé de grands efforts et a efficacement contenu la propagation du virus à l'échelle mondiale, a-t-il souligné, ajoutant que la partie chinoise continuera de coopérer avec le Royaume-Uni et tous les autres pays de manière ouverte et transparente.

Dans un contexte de défis mondiaux croissants, la Chine et le Royaume-Uni, deux membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies, doivent travailler ensemble pour assumer plus de responsabilités et obtenir davantage de réalisations, afin de conduire le partenariat stratégique global Chine-Royaume-Uni vers une nouvelle étape dans la nouvelle décennie, a déclaré Xi Jinping.

Il a ajouté que les deux parties doivent saisir l'orientation générale du développement des relations bilatérales d'un point de vue stratégique et politique, adhérer au principe de la coopération gagnant-gagnant et tenir compte des intérêts fondamentaux et des préoccupations majeures de l'autre sur la base du respect mutuel.

Par ailleurs, a indiqué le président chinois, les deux pays doivent également renforcer les échanges de haut niveau, tirer parti de leur complémentarité économique et mener une coopération plus pratique.

Xi Jinping a ajouté que la Chine est prête à travailler avec le Royaume-Uni pour sauvegarder le multilatéralisme et le libre-échange, et renforcer la communication sur les importantes questions internationales et régionales.

De son côté, Boris Johnson a, au nom du gouvernement et du peuple britanniques, exprimé sa sympathie au peuple chinois face à l'épidémie de COVID-19, et salué les mesures complètes et efficaces de la Chine pour prévenir et contrôler l'épidémie, le partage en temps opportun des informations avec la communauté internationale, et les efforts pour empêcher le virus de se propager à l'échelle mondiale.

Le Royaume-Uni admire la rapidité et l'efficacité de la Chine dans sa lutte contre l'épidémie et est prête à continuer de lui fournir un soutien et une assistance, a déclaré le Premier ministre britannique.

M. Johnson a également exprimé sa conviction que sous la direction de Xi Jinping, le peuple chinois remportera la victoire sur l'épidémie et minimisera son impact sur le développement économique et social du pays.

Il a ajouté qu'il aimait la Chine et se tenait prêt à diriger le nouveau gouvernement britannique pour travailler avec la Chine afin de renforcer les échanges à tous les niveaux, d'approfondir la coopération dans divers domaines et de travailler pour que les relations bilatérales puissent obtenir de nouveaux progrès dans leur "Age d'or".

De même, a-t-il poursuivi, le Royaume-Uni accueille favorablement les investissements des entreprises chinoises et souhaite renforcer la coopération avec la Chine dans le cadre de l'initiative "La Ceinture et la Route".

Selon M. Johnson, le Royaume-Uni et la Chine, deux grands pays influents, partagent des positions similaires sur de nombreuses questions internationales. Les deux parties prônent le multilatéralisme, soutiennent le libre-échange et sauvegardent un système commercial multilatéral, a-t-il ajouté.

Le Royaume-Uni est prêt à renforcer la coordination avec la Chine sur la Conférence des Nations unies sur le changement climatique de 2020 qui se tiendra en Grande-Bretagne, et la prochaine 15e Conférence des Parties de la Convention sur la diversité biologique qui se tiendra en Chine, afin de promouvoir conjointement la coopération internationale sur le changement climatique, a conclu le Premier ministre britannique.

http://french.xinhuanet.com/2020-02/19/c_138796668.htm

 

 

 

(COVID-19) Des experts soulignent l'importance de la médecine traditionnelle chinoise dans la lutte contre le nouveau coronavirus

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-02-19 à 11:13
 


(Xinhua/Deng Hua)

GUANGZHOU, 19 février (Xinhua) -- Zhong Nanshan, spécialiste chinois de la médecine respiratoire de renom, a mis en lumière mardi les études sur la médecine traditionnelle chinoise (MTC) dans la lutte contre la maladie à nouveau coronavirus (COVID-19).

S'exprimant lors d'une conférence de presse tenue à Guangzhou, dans la province du Guangdong (sud), M. Zhong a indiqué que la prescription à base de plantes appelée "Pneumonia No.1" appliquée le 23 janvier s'était avérée efficace dans le traitement des patients de la maladie COVID-19 dans la province.

Selon lui, les chercheurs sont en train de tester les médicaments de MTC déjà largement utilisés, tels que le Liushenwan et le Lianhuaqingwen, pour savoir s'ils peuvent tuer le virus, réduire l'accès du virus à la cellule et diminuer l'incidence d'une tempête de cytokine qui renvoie à une énorme inflammation pouvant conduire à la mort.

Ces tests peuvent fournir des preuves pour l'application de la MTC au cours des phases première et intermédiaire de la maladie COVID-19, a expliqué M. Zhong.

Yang Zifeng, professeur à l'Institut de santé respiratoire de Guangzhou et membre de l'équipe de M. Zhong, a déclaré que grâce à des expériences in vitro sur 54 médicaments de MTC existants disponibles sur le marché, les chercheurs en ont trouvé cinq qui sont capables d'inhiber efficacement l'infection au nouveau coronavirus.

"Indiquant les effets antiviraux et anti-inflammatoires des médicaments fabriqués à partir de la MTC, les expériences donnent un peu d'espoir pour le traitement du nouveau coronavirus. Toutefois, d'autres expériences cliniques sont nécessaires pour tester leur effet clinique", a indiqué M. Yang.

La MTC n'a jamais manqué un seul combat contre les épidémies dans toute l'histoire de la Chine. Les classiques de la MTC ont fourni des preuves suffisantes de traitement par MTC des épidémies telles que la variole au cours des derniers millénaires.

Un chapitre spécifique détaillant le traitement par MTC pendant l'observation médicale, le traitement clinique et le rétablissement d'un patient a été inclus dans la dernière version du plan de diagnostic et de traitement de la maladie COVID-19 publié par la Commission nationale de la santé.

http://french.xinhuanet.com/2020-02/19/c_138797749.htm


 

 

(COVID-19) La Chine adopte de nouvelles mesures pour accélérer la reprise de la production face à l'épidémie

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-02-19 à 19:33
 

BEIJING, 19 février (Xinhua) -- La Chine adoptera davantage de mesures et d'incitations ciblées pour aider à la fois les grandes et les petites entreprises à reprendre leur production, et des avancées ont été obtenues dans le redémarrage des moteurs économiques provinciaux clés et des secteurs industriels essentiels, a déclaré mercredi le plus haut planificateur économique.

"Grâce aux efforts concertés de toutes les parties, nous avons obtenu des progrès positifs dans la reprise du travail et de la production. Plus de la moitié des entreprises industrielles majeures dans les centres économiques comme le Guangdong, le Jiangsu et Shanghai ont repris leurs activités", a indiqué Tang Shemin, responsable de la Commission nationale du développement et de la réforme, lors d'une conférence de presse organisée à Beijing.

En outre, 36 des 37 entreprises clés dans la transformation des céréales et de l'huile se sont remises sur les rails, alors que 80% des entreprises principales dans l'industrie des métaux non ferreux ont rouvert.

Les producteurs de matériaux liés à la prévention et au contrôle des maladies ont également enregistré des avancées dans la reprise des activités. Les usines de masques ont même atteint plus de 100% de leur capacité de production.

Notant que les petites, moyennes et micro-entreprises avaient rapporté des progrès moins rapides en raison de problèmes comme la pénurie de main-d'oeuvre, la perturbation des transports et la rupture des chaînes d'approvisionnement, M. Tang a fait savoir que les autorités travaillaient activement à élaborer des solutions pour s'attaquer à leurs difficultés.

La commission oeuvrera avec les autres autorités concernées afin d'assurer les facteurs de production pour les entreprises et s'efforcera d'accélérer le retour ordonné des travailleurs, de répondre aux besoins de financement normaux des sociétés et d'assurer le bon acheminement du fret.

http://french.xinhuanet.com/2020-02/19/c_138799159.htm

 

 

KIM SURPRENDRA LES USA

Wed Feb 19, 2020 6:32PM

Un F-35 américain. (Photo d'archives)

Un F-35 américain. (Photo d'archives)

Si l’administration Trump choisit d’intervenir un jour en Corée du Nord, la Maison-Blanche pourrait découvrir que Pyongyang est un adversaire plus redoutable que beaucoup ne le pensent, selon le quotidien américain The National Interest.

Le quotidien continue : « Mis à part les armes nucléaires du régime nord-coréen, Pyongyang possède des défenses aériennes qui sont plus avancées que beaucoup ne le pensent. En outre, Pyongyang a également entrepris des mesures pour accroître sa résilience face à toute attaque aérienne que les États-Unis pourraient lancer en cas de guerre. La Corée du Nord n’a pas oublié les leçons de la guerre de Corée - qui, techniquement, n’est pas encore terminée ».

« Entre 1950 et 1953, l’US Air Force et la Marine ont rasé la Corée du Nord, celle-ci a donc eu 65 ans pour réfléchir à la façon de s’assurer que cela ne se reproduise pas et pour creuser beaucoup d’abris et de tunnels anti-bombes », a déclaré au National Interest le contre-amiral à la retraite, Mike McDevitt, chercheur principal au Center for Naval Analyses (CNA).

Pyongyang/USA: la Grande guerre?

Pyongyang/USA : la Grande guerre ?

La Corée du Nord se prépare à une action d’intimidation contre les États-Unis.

L’article ajoute : « Mais en plus de renforcer ses installations, Pyongyang met en place des défenses aériennes plus avancées qu’on ne pourrait le penser. Alors que la grande majorité des défenses aériennes nord-coréennes sont d’anciens systèmes soviétiques, Pyongyang utilise des armes de fabrication locale étonnamment capables ».

« On ne sait pas combien de batteries KN-06 SAM Pyongyang a construites, mais l’arme nord-coréenne est un système étonnamment capable qui est similaire aux premières versions du S-300 de construction russe », indique l’article.

Et d’ajouter : « Le KN-06 a un radar à balayage progressif et des pistes via un système de guidage de missile et peut-être équivalent aux premières versions du S-300P, mais avec une plus grande portée. Ainsi, bien que généralement primitives, les défenses nord-coréennes pourraient être plus difficiles à casser que beaucoup ne le pensent. De plus, bien que leur technologie soit ancienne, la philosophie d’autonomie de la Corée du Nord signifie qu’elle peut produire la plupart de son propre matériel militaire ».

http://french.presstv.com/Detail/2020/02/19/619058/Etats-Unis-Coree-du-Nord-guerre-armes-F35


 

L'IRAN A DETRUIT L’ARMÉE SIONISTE

l'armée israélienne annonce des changements dans sa composition

Wed Feb 19, 2020 6:5PM

Des soldats israéliens près de la frontière entre Israël et la Syrie, sur le plateau occupé du Golan, le 3 janvier 2020. ©Flash 90

Des soldats israéliens près de la frontière entre Israël et la Syrie, sur le plateau occupé du Golan, le 3 janvier 2020. ©Flash 90

L’armée israélienne a annoncé des « changements significatifs » dans la composition de son état-major, notamment la création d’une nouvelle direction centrée sur l’Iran – qui sera connue sous le nom de Direction de la stratégie et de l’Iran – et la restructuration d’un département existant.

Ces changements – qui font partie du plan pluriannuel Momentum de l’armée – entreront en vigueur cet été et ont été approuvés par le ministre des Affaires militaires, Naftali Bennett, a déclaré le porte-parole de l’armée Hidai Zilberman aux journalistes, cité par Time of Israel.

M. Zilberman a déclaré qu’un commandant de cette nouvelle direction – qui sera connue sous le nom de Direction de la stratégie et de l’Iran – n’a pas encore été choisi, bien qu’un comité de sélection doive se réunir prochainement. La formation effective de l’unité attendra qu’un chef soit choisi, a-t-il dit.

L’état-major général, composé de 24 brigadiers et généraux de division, restera de la même taille, malgré la création d’un nouveau poste en son sein, en confiant au commandant actuel des Académies militaires, le major général Itai Virob, la direction du Depth Corps de l’armée israélienne, qui est responsable des opérations militaires au-delà des frontières d’Israël.

Selon Time of Israel, le département se concentrera non seulement sur les efforts d’Israël pour contrer Téhéran, mais aussi sur le développement des stratégies plus larges de l’armée et des relations internationales.

Ainsi, l’unité de liaison de l’armée israélienne, qui entretient des relations avec les armées étrangères, sera transférée dans cette nouvelle direction, en même temps que la division de la planification. Actuellement, ces deux unités font partie de la Direction de la planification de l’armée israélienne.

« Nous voulons que quelqu’un se réveille chaque matin en plaçant l’Iran au sommet de sa joie », a déclaré M. Zilberman. Et d’ajouter : « Cela renforcera notre stratégie, car désormais un grand général en sera responsable. »

Selon le chef d’état-major de l’armée israélienne, Aviv Kohavi, tout comme il y a un général de division dont la mission principale est de superviser la lutte contre le Hezbollah – le chef du commandement nord, le général Amir Baram – et un autre pour contrer le Hamas – le chef du commandement sud, le général Herzi Halevi – il devrait y avoir un général de division responsable de l’Iran.

Le ministre israélien des Affaires militaires, Naftali Bennett, avait annoncé mardi que Tel-Aviv revoyait sa stratégie de combat contre l’Iran.

Guerre Israël/Iran

Guerre Israël/Iran "a commencé"!

Une attaque au drone en essaim repoussée au sud du Liban. La DCA des Hachd activée à al-Anbar.

http://french.presstv.com/Detail/2020/02/19/619054/Israel-vs-Iranletat-major-se-restructure


 

SYRIE : DES DIZAINES DE COMMANDOS TURCS CAPTURES !

Des dizaines de membres des unités spéciales turques ont été capturés par l’armée syrienne.

Wed Feb 19, 2020 1:9PM

Des soldats de l'armée syrienne avancent sur une route dans la campagne du nord d'Alep le 17 février 2020. ©AFP

Des soldats de l'armée syrienne avancent sur une route dans la campagne du nord d'Alep le 17 février 2020. ©AFP

Des dizaines de commandos turcs ont été capturés par l’armée syrienne. Le site web russe Avia.pro a mis en ligne une vidéo enregistrée par son correspondant Oleg Blokhin, selon laquelle plusieurs dizaines de militaires turcs ont été capturés par les forces syriennes. L’opération a eu lieu sur l’autoroute M5, récemment libérée par des forces gouvernementales syriennes.

« Une importante quantité de matériel militaire turc a été saisie par les troupes syriennes sur l’autoroute stratégique Damas-Alep (M5), qui a été dernièrement reprise aux terroristes à la solde de la Turquie », a-t-on appris de la même source.

Idlib : la tactique surprise d'Assad?

Idlib : la tactique surprise d’Assad?

L’armée syrienne est arrivée à un kilomètre de Saraqib, après avoir prendre le contrôle du village d’al-Nerab à huit kilomètres de la ville d’Idlib.

Plusieurs soldats turcs ont été contraints de fuir les champs de bataille en Syrie par crainte de perdre la vie.

« Quelques jours auparavant, le ministère turc de la Défense avait pourtant déclaré que les forces spéciales de l’armée turque allaient se battre jusqu’au bout », ironise le journaliste d’Avia.pro. Et de poursuivre : « Mais ici, vous voyez une triste image… les Turcs fuient devant l’armée syrienne ».

Lire aussi: Libération d’Alep: fin du rêve d’Erdogan en Syrie ?

 Ankara n’a jusqu’à présent apporté aucun commentaire sur la capture de ses militaires par les forces syriennes. Cela étant dit, la Turquie va toujours plus loin dans ses provocations. 

La Turquie s’entête? 

Toujours selon Avia.pro, la Turquie a fermé son espace aérien aux chasseurs russes dont la destination est la Syrie. Ankara a interdit à un appareil russe Tu-154 d’entrer dans son espace aérien. Il semble que plusieurs avions de chasse russes dont deux Su-24 aient été également défendus de sillonner le ciel turc. Récemment, la Turquie n’a pas permis aux bombardiers russes de traverser la zone aérienne au-dessus de l’autoroute M5 pour venir se déposer à la base aérienne de Hmeimim. Cela a obligé les avions militaires russes à traverser la mer Caspienne, l’Iran et l’Irak pour atteindre la base Hmeimim. Les relations déjà déplorables entre la Russie et la Turquie se sont aggravées ces derniers jours. Les militaires russes peuvent commencer à bloquer les itinéraires à des convois et des patrouilles militaires turcs, notamment en arrêtant l’approvisionnement des postes d’observation turcs dans les provinces d’Idlib et d’Alep. « C’est un tournant dangereux qui pourrait coûter cher à Ankara, constate le site citant des analystes, un tournant qui n’ira pas arranger grand-chose, l’idée d’une zone “no fly” ayant été enterrée par le puissant système de DCA syro-russe. » 

PressTV

PressTV

http://french.presstv.com/Detail/2020/02/19/619024/Syrie--plusieurs-militaires-turcs-capturs


 

VENEZUELA : CASUS BELLI US A LA RUSSIE !

Rosneft frappée : la Russie pourra riposter en créant une base navale au Venezuela (experts)

Wed Feb 19, 2020 9:23AM

Système de défense antiaérienne russe S-300. ©Sputnik/Archives

Système de défense antiaérienne russe S-300. ©Sputnik/Archives

Décidément, ces deux jours d'exercices militaires d'envergure au Venezuela ont terrorisé l'Amérique tout autant que la décision du président Maduro d'officialiser un corps armé asymétrique, dont l'idée date de l'époque du défunt Chavez, lui aurait été insufflée par le commandant en chef de la Force Qods, le martyr Soleimani : plus de trois millions d'effectifs armés, constamment en état d'alerte et prêts à protéger les frontières avec deux des principales bases arrière d'un conflit que le psychopathe Eliot Abrams a juré de déclencher, à savoir Colombie et Brésil, "dès que possible", ce n'est vraiment pas une mince affaire. C'est sans doute ce qui a poussé les États-Unis d'Amérique à s'acharner sur les ressources en devise du pays par sanctions pétrolières russes interposées et à menacer que les 30 jours à venir seraient riches en "annonces de sanctions anti-Venezuela et anti-Russie". La crainte américaine est d'autant plus grande que Maduro a affirmé mardi, que le Venezuela serait désormais en manœuvre permanente et les exercices ne seront pas annoncés au préalable. 

Dans un communiqué du 18 février, le secrétaire d'État Mike Pompeo a donc annoncé des sanctions contre le géant pétrolier russe Rosneft ainsi que contre le président de la maison de courtage, Didier Casimiro, pour avoir "agi ou prétendument agi pour ou au nom de Rosneft Trading".

Venezuela : la contre-attaque russe ?

Venezuela : la contre-attaque russe ?

Avec l’aide de la Russie, Caracas contourne les sanctions américaines contre le groupe pétrolier public PDVSA.

Rosneft Trading est une unité basée en Suisse du géant russe de l'énergie, Rosneft, qui a été créée en 2011, selon le site Web de la société, ce qui veut dire que l'Amérique a visé aussi le flux des capitaux entre Russie et Venezuela surtout que Rosneft travaille avec le géant de l'énergie vénézuélien Petroleos. Les sanctions empêchent généralement l'entreprise et son président d'opérer sur les marchés financiers mondiaux. Réagissant à l'annonce américaine, Rosneft a qualifié les sanctions de Washington contre sa filiale commerciale d'illégales et sans fondement, tout en s'engageant à rechercher des "moyens de se protéger judicieusement après avoir étudié les documents publiés par le département du Trésor américain concernant les restrictions". Cela veut dire que le géant russe aura recours aux méthodes anti-sanction que le camp anti-US multiplie et qui réussit à merveille par les temps qui courts.

Pour le reste, le ministère russe des Affaires étrangères a déclaré que les sanctions n'affecteraient pas "l'interaction de la Russie avec les autorités légales du Venezuela" comme elles n'ont pas affecté les liens avec l'Iran ou encore la Syrie : « La Russie rejette catégoriquement les restrictions unilatérales, par lesquelles les États-Unis, qui cherchent l'hégémonie mondiale, essaient de faire plier le monde entier à sa volonté. Cela n'a jamais influencé et n'influencera pas la politique internationale de la Russie, y compris sa coopération avec les autorités légitimes du Venezuela, de la Syrie, de l'Iran et tout autre pays, lit-on dans le communiqué du ministère russe des Affaires étrangères.

La diplomatie russe a dénoncé Washington d'utiliser des sanctions pour "promouvoir les entreprises américaines", qui selon cette instance "ne résistent pas à une concurrence loyale avec les producteurs russes sur les marchés mondiaux". « La politique de sanctions nuisibles des États-Unis met de plus en plus en danger la liberté du commerce mondial et elle aggrave également les tensions internationales. Les hommes d’État américains auraient dû comprendre depuis longtemps qu'ils ne réaliseraient rien en mettant la pression économique et militaire sur la Russie, mais que cette démarche ne fera qu'aggraver la crise dans les relations bilatérales », précise le communiqué.

Les sanctions, qui visent la société de courtage basée en Suisse du géant pétrolier, sont le dernier effort de l'administration Trump pour faire pression sur le gouvernement légitime du président vénézuélien Nicolas Maduro. En effet, les sanctions vont geler les actifs de Rosneft Trading aux États-Unis et punir les partenaires mondiaux de Rosneft. Les sanctions contre cette entreprise russe interviennent alors que la Maison- Blanche a cherché des moyens de renforcer sa campagne de "pression maximale" sur Maduro et ses alliés, dont la Russie. "C'est désormais connu, la méthode consiste à affaiblir économiquement l'adversaire avant de s'en prendre à lui sur le plan militaire. Washington en a fait autant avec l'Iran", note un expert qui ajoute : "Il semble que cette panique US soudaine est en rapport avec les récentes manœuvres militaires de l'armée vénézuélienne. Washington cherche-t-il à affecter "la part russe" dans ces manœuvres? Après tout, outre le contingent asymétrique, les unités de la DCA russe et l'armée de l'air vénézuélienne ont largement pris part à cet exercice".

Dans la foulée, Washington s'est mis aussi à menacer l’Inde et la Chine "deux gros importateurs du pétrole vénézuélien" pour qu'ils n'achètent plus de brut vénézuélien. « Les États-Unis poursuivent leurs discussions avec la Chine et l'Inde, les principaux clients de pétrole vénézuélien, et avec des responsables espagnols au sujet des activités de la société espagnole Repsol concernant le Venezuela », a affirmé Elliott Abrams. Les États-Unis avaient également sanctionné en juillet 2019 la société cubaine de pétrole et de métaux Cubametales pour avoir continué d'importer du pétrole brut et d'autres produits du Venezuela dans le cadre d'une stratégie plus large visant à évincer le président vénézuélien Nicolas Maduro. "Or, ces sanctions anti Russes constituent une déclaration de guerre directe contre Moscou. Il faut s'attendre à ce que la Russie y apporte une riposte militaire, comme la création d'une base navale au Venezuela". 

Venezuela: l'US Army dans le pétrin!

Venezuela : l'US Army dans le pétrin!

Le président vénézuélien a affirmé que Caracas poursuivrait cette année ses manœuvres surprises.

Les États-Unis, principal rival de la Russie dans la fourniture d'énergie à l'Europe, avaient imposé en juillet 2014 des sanctions contre Rosneft sur l’affaire de l’Ukraine.  

« La Russie "ne tolérera pas le chantage" des États-Unis sur l'Ukraine. Nous ne tolérerons pas le chantage et nous nous réservons le droit de prendre des mesures en réponse » aux nouvelles sanctions, a écrit le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué. 

Sanctions US : le Venezuela saisit la CPI  

« Caracas inclura des sanctions américaines contre la filiale commerciale de la société russe d'énergie Rosneft Rosneft Trading dans une plainte déposée plus tôt auprès de la Cour pénale internationale (CPI) contre les États-Unis », a déclaré le ministre vénézuélien des Affaires étrangères Jorge Arreaza.

Lire plus: À quoi rime le déploiement des troupes russes et chinoises au Venezuela?

« Ces actions contre Rosneft Trading violent la liberté du commerce et des affaires. Nous inclurons ces actions dans notre plainte contre les États-Unis auprès de la CPI », a-t-il écrit sur son compte Twitter.

Le Venezuela avait déposé une plainte auprès de La Haye concernant les restrictions que les États-Unis imposaient à ce pays depuis 2014.

http://french.presstv.com/Detail/2020/02/19/619009/Sanctions-US--Moscou-se-montre-indiffrent