Veilleur en éveil

 

LES PAYS AFRICAINS APPELLENT L'ONU A METTRE FIN AU BLOCUS DES ETATS-UNIS CONTRE CUBA

 

Les pays africains appellent l'ONU à mettre fin au blocus des Etats-Unis contre Cuba
Nations unies, 23 sept (Prensa Latina) La Namibie et le Kenya ont exigé aujourd'hui, lors du débat de haut niveau de l'Assemblée générale des Nations unies, la fin du blocus que les États-Unis maintiennent contre Cuba depuis plus de 60 ans.

Le président namibien Hage Geingob, dans la vidéo présentée en séance plénière, a exprimé sa profonde inquiétude quant à la poursuite du blocus économique, financier et commercial extraterritorial imposé au peuple cubain.

Nous continuons à exprimer notre soutien au gouvernement et au peuple de cette île et nous appelons à la levée inconditionnelle du blocus et au respect de la souveraineté de ce pays des Caraïbes, a-t-il souligné.

Dans l'esprit de créer un monde juste, pacifique et uni dans lequel nous promouvons la paix et la coexistence harmonieuse entre toutes les nations, a-t-il ajouté, la Namibie attend le jour où les relations entre les États-Unis et Cuba seront pleinement restaurées.

Pour sa part, le président kenyan Uhuru Kenyatta a également rejeté le siège américain contre la plus grande des Antilles.

Nous voulons lancer un appel spécial pour la fin du blocus économique, financier et commercial contre Cuba, a-t-il souligné dans sa vidéo pour le débat général à l'ONU.

La veille, le président sud-africain Cyril Ramaphosa a appelé à la fin du siège économique et commercial contre Cuba, et a également préconisé la fin des sanctions économiques contre le Zimbabwe et le Soudan.

Ces mesures coercitives doivent être éliminées afin que ces pays puissent mieux faire face à la pandémie de Covid-19, a-t-il déclaré dans son message vidéo à la plénière de l'Assemblée générale lors de sa 75e session.

Comme l'a dénoncé mardi le président cubain Miguel Díaz-Canel lors du débat général, l'agressivité du blocus commercial, économique et financier imposé par les États-Unis contre la plus grande des Antilles s'est accrue en pleine pandémie.

Ces derniers temps, a-t-il dit, il ne se passe pas une semaine sans que Washington fasse des déclarations contre Cuba ou impose de nouvelles restrictions.

En outre, a déclaré M. Diaz-Canel, le gouvernement américain s'attaque à la coopération médicale cubaine et ne cache pas son intention d'appliquer de nouvelles mesures agressives plus sévères contre l'île dans les prochains mois, mais le peuple engagé dans sa Révolution saura résister et gagner.

rc/ifb

source : https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=398680&SEO=paises-de-africa-piden-en-onu-fin-del-bloqueo-de-ee.uu.-contra-cuba


 

GOLFE PERSIQUE : CE QUI ATTEND LE PORTE-AVIONS USS NIMITZ?

Combinaison de nuée de drones et de vedettes rapides ou comment l'Iran fera couler un porte-avions US?

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

La réplique de l'USS Nimitz encerclée par les vedettes rapides iraniennes, lors de l'exercice Grand Prophète 14, juillet 2020. (Capture d'écran)

Il est vrai que l'Iran est pionnier: premier pays à frapper une base US, premier pays à établir un corridor maritime anti sanctions US...et premier à faire couler un porte-avions?

En juillet 2020, quand le CGRI a lancé le vaste exercice Grand-Prophète 14, avec en toile de fond l'inauguration de plusieurs concepts de guerre asymétrique particulièrement innovents dont et surtout le "champ à missiles", soit ces cartouches propres à être enterrées n'importe où et à agir en mini base de missiles sans qu'elles soient localisables par l'armée de l'air ennemi, Forbes tout comme The National Interest ont choisi de se fixer uniquement sur cette fameuse réplique made in Iran de l'USS Nimitz, ramenée de Bandar Abbas sur les lieux de l'exercice, à l'effet de servir de cibles aux missiles de croisière iraniens tirés à partir de drones et d'hélicoptères de combat du CGRI.

Iran : le CGRI prépare la guerre!

Iran : le CGRI prépare la guerre!

La marine du Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI) a reçu mercredi 188 nouveaux drones et hélicoptères.

Ces deux magazines particulièrement sensibles aux évolutions des capacités militaires iraniennes ont fait alors semblant de ne pas avoir compris ce que signifiait le succès des drones iraniens à cibler à coup de bombes intelligentes la passerelle de commandement d'un USS Nimitz, ni non plus l'encerclement de cette même réplique par des centaines de vedettes rapides iraniens, une fois impactés par les drones. Or cette feintise risque de ne plus pouvoir durer. Le 23 septembre, l'Iran a inauguré une méga base navale à l'est du détroit d'Homuz d'une superficie de 31 hectares dans la province stratégique de Hormozgan, base destinée à surveiller dans ses moindres détails le trafic de la flotte de guerre US et Cie dans le golfe Persique et en mer d'Oman. Cette base, le CGRL l'a dédiée visiblement à l'exploration des concepts de combat naval asymétrique le plus inouï qui soit :

« Les tentatives des États-Unis visant à former une nouvelle coalition contre la République islamique d’Iran ne datent pas d’aujourd’hui et n’a rien de nouveau. Toute tentative de ce type recevra une réponse "décisive" de la part de l'Iran aussi bien dans la région qu'ailleurs. La réponse à toute tentative américaine d'intercepter nos navires dans les eaux internationales, c'est ici, dans le golfe Persique que nous la donnerons. En ce sens, ce serait peut-être plus commode d'avoir sous nos mains des navires US », a averti le commandant en chef adjoint du CGRI, le général de brigade Ali Fadavi en allusion à l'arrivée le 18 septembre du porte-avions USS Nimitz et de son escorte dans le golfe Persique.

Ce qui attend l’USS Nimitz?

Ce qui attend l’USS Nimitz?

Et le général ne croit pas si bien dire : A Sirirk, les analystes militaires ont assisté mercredi à la livraison de 188 drones et hélicoptères à la force navale du CGRI mais aussi à l'apparition du concept d'attaques simultanées aéronavales ou en d'autres termes, d'attaques des nuées de drones et de vedettes rapides de façon simultanée. Et comment? Les images mettent en scène des drones de type Ababil-2 embarqués à bord des vedettes rapides de troisième, soit une combinaison particulièrement économique en termes de coût et efficaces en termes de capacités d'atttaque puisque mariant les nuées de drones et de vedettes rapides! 

Introduit dans les années 2000, l'Ababil-2, plus performant que sa version précédente, a été conçu pour lancer des opérations de reconnaissance. Ce drone peut être utilisé aussi bien pour tester les systèmes radar que comme une pseudo-cible avec pour mission de leurrer les unités de défense aérienne de l’ennemi. C'est un drone particulièrement maniable puisque capable d'être lancé depuis même de petites camionnettes! Son montage rapide et sa fléxibilité font de lui une excellente arme en milieu marin et au sol, surtout qu'il est recyclable. 

Iran: l'USS Nimitz touché ... et coulé

Iran: l'USS Nimitz touché ... et coulé

Spectaculaire opération hybride contre un navire US (image)

Or, lors de la cérémonie de la remise de drones à la marine du CGRI le 22 septembre, Ababil-2 était embarqué à bord des vedettes rapides, elles aussi pas trop coûteuses, signe que dans une scène de guerre, des nuées de centaines de vedettes rapides dotés d'autant de drones, s'en prendront à des cibles maritimes. Dans ce schéma, l'usage de ces drones pourrait même faire partie d’une doctrine anti-accès et anti-déni (A2/AD). Tandis qu'une partie de drones dans une nuée détectera des données, une autre partie lancera des opérations kamikazes. Une troisième partie saura, elle, submerger les radars des batiments ennemis, façon de baliser le chemin pour l'étape suivante. Une fois ce premier assaut accompli, la nouvelle génération de vedettes rapides qui sont plus grands que les modèles précédents, s'activera. Ce sont des bateaux capables de lancer des missiles de croisière antinavires, eux beaucoup plus précis et performants, ayant une puissance destructrice plus élevée. Bref, Forbes et The National Interest se régaleront d'un USS Nimitz faisant face à un Pearl Harbor à l'Iranienne. Sauf que cette fois il ne s'agit plus d'une réplique mais d'un vrai porte -avions.

https://french.presstv.com/Detail/2020/09/24/634893/Iran-CGRI-Golfe-Persique-US-Navy-Man%C5%93uvres-%C3%89tats-Unis-Missiles-Vedettes



 

«PLUSIEURS AFRICAINS ETAIENT DEJA IMMUNISES CONTRE LA COVID-19» : Dr MASSAMBA DIOP (VIDEO)

« Plusieurs Africains étaient déjà immunisés contre la Covid-19 » : Dr Massamba Diop – (Vidéo)

SEP 23

Publié par 

« Plusieurs Africains étaient déjà immunisés contre la Covid-19 » : Dr Massamba Diop - (Vidéo)

(Agence Ecofin) – Confrontés depuis longtemps à d’autres types de coronavirus, les Africains auraient développé une forme d’immunité qui les a protégés de la Covid-19 ? C’est la thèse du président de SOS Médecins Sénégal, le Dr Massamba Sassoum Diop (photo), et au vu du bilan sanitaire après 7 mois de pandémie sur le continent, on est tenté de le croire.

Le chercheur sénégalais se base sur les statistiques de son organisation et sur celles de l’Institut Pasteur selon lesquelles, plus de 70% des virus détectés lors des dernières épidémies locales de grippe sont des Coronavirus. « Finalement, nous avons 2 grandes périodes où circulent du Coronavirus en Afrique », affirme-t-il.

Le Coronavirus a fait bien moins de victimes en Afrique qu’ailleurs dans le monde. Alors que des mesures adéquates de confinement n’ont pu être prises à temps ni maintenues longtemps, et que la disponibilité du matériel et des infrastructures de lutte contre la maladie est réduite, cette dernière y a causé environ 23 000 décès, contre environ 940 000 décès dans le reste du monde.

La force de l’habitude.

https://www.agenceecofin.com/multimedia/2109-80433-plusieurs-africains-etaient-deja-immunises-contre-la-covid-19-dr-massamba-diop-video

https://tsimokagasikara.wordpress.com/2020/09/23/plusieurs-africains-etaient-deja-immunises-contre-la-covid-19-dr-massamba-diop-video/


 

IRAK : LES USA CYBER-ATTAQUES!

Aïn al-Asad et ses Patriot survivront-t-ils à une cyberattaque d'envergure?

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les Hachd al-Chaabi mènent une cyberguerre contre Daech en Irak. (Photo d'illustration)

Le front anti-US en Irak connaît de très rapides évolutions : ainsi, après avoir fait des principales artères d’approvisionnement des convois militaires US, puis des bases, voire de l'Ambassade américaine transformée en un véritable QG militaire depuis un an, une cible favorite, la Résistance irakienne s'en est prise à la CIA et au MI6. Il y a une semaine, les véhicules avec à leur bord des officiers des services secrets US ont été ciblés juste à l’entrée de la base militaire américaine Victory à l'aéroport de Bagdad.

Irak: les Patriot «neutralisés»?

Irak: les Patriot « neutralisés »?

Depuis le jour où le Parlement irakien a décidé du départ des troupes américaines, les attaques anti-US ne cessent de se multiplier en Irak.

Ce fut un gros avertissement pour que les USA comprennent qu'outre le Pentagone, l'une des deux ailes de leurs complots en Irak, leur renseignement aussi, qui est l'autre aile, se trouve dans le viseur. Surtout que les informations font état de vastes opérations d'espionnage dans le secteur du pétrole où l'Amérique cherche coûte que coûte à contrer la Chine ou encore la Russie.

Un membre de la commission parlementaire de l'énergie, le député Mahmoud Al-Zagrawi, a confirmé lundi que les entreprises américaines opérant en Irak travaillent pour les intérêts de leurs pays respectifs. « Certaines de ces sociétés américaines présentes en Irak mènent des activités de renseignement et sont impliquées dans divers dossiers. Ces entreprises américaines et autres sociétés affiliées à des pays voisins n'ont jusqu'à présent rien réalisé pour l'Irak dans les secteurs économique, pétrolier et d’autres secteurs vitaux », a précisé ce député irakien avant d'ajouter : « les entreprises américaines opérant en Irak travaillent pour leurs pays respectifs et n'ont pas de réels succès sur le terrain, bien qu'elles travaillent depuis des années et que des milliards de dinars aient été alloués pour financer leurs projets, mais il n'y a rien de réel ou d'accompli pour le moment. « Certaines de ces sociétés mènent des activités de renseignement et sont impliquées dans divers dossiers et tout ceci dans l'objectif de bloquer le système et d'empêcher l'État irakien d'agir indépendamment", a-t-il dit en allusion à peine voilée au pourquoi des attaques visant des agents de la CIA ces derniers jours. 

Irak: la CIA en ligne de mire!

Irak: la CIA en ligne de mire!

Ce vendredi 18 septembre, les Américains ont fait l’objet des attaques coordonnées et simultanées en Irak.

Signe des temps, les députés exigent de plus en plus une ouverture sur les sociétés chinoises et russes. Mais en Irak, les Américains n'en sont pas à une surprise près. Ce mercredi, la Résistance irakienne a joué une nouvelle méga-carte, ce qui devrait réellement faire peur aux troupes US dont tout appareil "irakien" se trouve vulnérable à l'attaque électronique. Les Hachd al-Chaabi (Unités de mobilisation populaire) ont fait part pour la première fois de la cyberguerre "contre le groupe terroriste Daech", supplétif des Américains. Sadeq al-Husseini, porte-parole des Hachd al-Chaabi pour la province de Diyala a révélé pour la première fois dans un entretien avec le site d’information Almaalomah que les combattants des Hachd avaient lancé une cyberguerre pour réduire les capacités médiatiques et propagandistes de DaechNotre combat contre Daech ne s’est pas limité à une bataille avec des armes. On étend nos capacités et entre droit dans la cyberguerre », a-t-il souligné.Les provinces de Diyala, Kirkouk, Ninive, Salaheddine et al-Anbar comptent parmi les foyers d’agissements de Daech en Irak où les terroristes bénéficient de l'appui large de la CIA et d'autres services secrets occidentaux. Désormais, ces supplétifs devront compter avec la cyber-puissance de la Résistance. Les Hachd al-Chaabi et l’armée irakienne ont effectué, au cours de ces quatre derniers mois, plus de 100 opérations militaires contre les terroristes. 

Ultimatum de Bagdad aux USA

Ultimatum de Bagdad aux USA

Les Hachd al-Chaabi ont renforcé leur présence sur les frontières irako-syriennes pour enrayer l’infiltration des résidus de Daech à l’intérieur du territoire irakien.

https://french.presstv.com/Detail/2020/09/23/634832/Cyberguerre-des-Hachd-contre-l'US-Army


 

IRAN : LE CGRI AVERTIT L'US NAVY

Moindre bêtise, et vous le regrettez fort

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

118 drones et hélicoptères ont été remis à la Force navale du CGRI, le 23 septembre 2020. ©Tasnim

« La force navale du Corps des gardiens de la Révolution islamique ne se limite plus à la surface de la mer puisqu'elle s’est transformée en une puissance navale aéroportée, composée de drones, d’hélicoptères et d’hydravions », a déclaré le général de brigade Hossein Salami. 

C'est au cours d'une cérémonie, ce mercredi 23 septembre à Bandar Abbas, qu'une série de drones et d’hélicoptères a été livrée à la Marine du Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI). Le général de brigade Hossein Salami, commandant en chef du CGRI, y a tenu un discours lors duquel il a précisé : « les États-Unis n’ont pas renoncé à leur stratégie expansionniste et ils entendent imposer leur volonté à d'autres pays. Ainsi ils pourraient se faire des ennemis et c'est ce qui montre que les dirigeants des États-Unis sont dépourvus de la sagesse politique ».

Iran : le CGRI prépare la guerre!

Iran : le CGRI prépare la guerre!

La marine du Corps des gardiens de la Révolution islamique (CGRI) a reçu mercredi 188 nouveaux drones et hélicoptères.

Et d’ajouter : « Le président américain reconnaît qu’il voulait ordonner l’assassinat du président syrien. Quand une puissance entend assassiner ouvertement le président légal d’un autre pays, c’est la fin de son chapitre politique. L’Umma islamique méprise plus que jamais les États-Unis surtout que ces derniers rapprochent les dirigeants des régimes fanatiques aux sionistes ».

Le général de brigade Salami a ensuite déclaré : « Nous continuons de nous renforcer ; nous augmentons la portée de nos armes et nous approfondissons nos capacités maritimes ».   

Lire aussi: "Les USA ont peur que les missiles iraniens frappent leurs bases aux Caraïbes" (The National Interest)

« La force navale du CGRI ne se limite plus à la surface de l'eau et elle s’est transformée plutôt en une puissance navale aéroportée, composée de drones, d’hélicoptères et d’hydravions. Nous exerçons également une bonne puissance sous la surface de la mer. »

Hossein Salami a prévu que la victoire ultime serait très proche : « Grâce à la persévérance de la nation iranienne et au leadership du commandant en chef des forces armées, nous allons bientôt enregistrer d’importantes victoires dans le domaine de la guerre économique et la guerre des nerfs que l’ennemi a lancées contre nous ».

Par ailleurs, le commandant en chef adjoint du CGRI a mis en garde les Américains contre toute nouvelle bêtise dans le golfe Persique. 

1er drone à abattre Israël ?

1er drone à abattre Israël ?

Selon des médias iraniens, Téhéran détient la plupart des drones de combat au Moyen-Orient.

Lors d’un entretien exclusif accordé à la chaîne de télévision al-Mayadeen, le contre-amiral Ali Fadavi a déclaré que les tentatives des États-Unis destinées à former une alliance contre la Révolution islamique étaient de nature obsolète. « Ils ne réussiront jamais à mettre sur pied une nouvelle alliance contre la Révolution islamique », a-t-il martelé. 

Évoquant la présence des forces américaines dans le golfe Persique, Ali Fadavi a déclaré : « Ils feraient mieux de venir dans le golfe Persique car ils seront ainsi à notre portée de tir ».

« Si les Américains commettent une nouvelle bêtise, ils seront confrontés à une puissance qui échappera à leur imagination », a souligné Ali Fadavi. 

Le commandant en chef adjoint du CGRI a ensuite indiqué que les États-Unis ne réussiraient jamais à faire prolonger l’embargo sur les armes à l’Iran. 

https://french.presstv.com/Detail/2020/09/23/634848/Iran-CGRI-Marine-Salami-Fadavi-


 

LE VENEZUELA VIENT DE CREER UN "COMMANDO D'OPERATIONS SPECIALES" POUR CONTRER D'EVENTUELLES ACTIONS US SUR SON TERRITOIRE

Venezuela: commando spécial contre d’éventuelles opérations américaines

Venezuela: commando spécial contre d’éventuelles opérations américaines

folder_openAmériques access_timedepuis 8 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec AFP

Le président Nicolas Maduro a annoncé mardi que le Venezuela venait de créer un «commando d'opérations spéciales» chargé de contrer d'éventuelles actions subversives des Etats-Unis sur son territoire.

M. Maduro a révélé la création de ce commando, dont l'activité sera coordonnée par la présidence, lors d'une visioconférence diffusée par la télévision gouvernementale vénézuélienne.

La nouvelle unité aura «la capacité d'agir en n'importe quel endroit du pays en temps réel 24 heures sur 24», a déclaré le chef de l'État socialiste.

Selon lui, le président des Etats-Unis Donald Trump a donné son feu vert «pour que la CIA s'implique dans des actions clandestines de caractère terroriste contre le Venezuela».

De telles actions américaines viseraient «des objectifs pétroliers, électriques, militaires, électoraux» en territoire vénézuélien, a dit Nicolas Maduro.

«Nous avons déjà capturé un agent qui l'a avoué», a-t-il assuré.

Le 11 septembre dernier, Nicolas Maduro a annoncé l'arrestation au Venezuela d'un citoyen américain identifié comme Matthew John Heath et qu'il a qualifié d'«espion». Cet Américain est accusé de «terrorisme» par la justice vénézuélienne, car il projetait des attaques contre des installations pétrolières et électriques.

En août, deux autres Américains, Luke Alexander Denman et Airan Berry, ont été condamnés au Venezuela à vingt ans de prison pour terrorisme. Ils ont été notamment jugés coupables d'une incursion armée manquée en territoire vénézuélien en mai.

Lors de sa visioconférence, M. Maduro a appelé la Milice bolivarienne à être en état d'«alerte maximale» afin de faire face à d'éventuels complots. La Milice bolivarienne est un corps qui comprend 4,5 millions de civils, lié à l'armée vénézuélienne, considérée comme le principal soutien du régime.

Caracas accuse souvent Washington d'ourdir des complots visant à renverser le pouvoir chaviste. Les Etats-Unis souhaitent ouvertement la chute de Nicolas Maduro, et imposent une série de sanctions au Venezuela.

Le secrétariat américain au Trésor a annoncé mardi l'adoption de sanctions - gel d'avoirs, notamment - contre cinq responsables politiques vénézuéliens. Washington les accuse de de «complicité» avec le président Maduro dans une «manipulation» du processus conduisant aux prochaines élections législatives, qui doivent se tenir le 6 décembre.

Nicolas Maduro a aussitôt condamné ces sanctions qu'il a qualifiées dans son allocution de «mesures d'extorsion, de chantage, de persécution typiques d'une mafia et non du gouvernement d'un pays décent».

https://french.alahednews.com.lb/36891/347


 

MALI : LE CHEF DE LA JUNTE AU POUVOIR APPELLE A SOUTENIR LES FORCES ETRANGERES DONT LA FORCE FRANCAISE BARKHANE, TRES CONTESTEE PAR LE PEUPLE MALIEN

Mali. Le chef de la junte au pouvoir appelle à soutenir les forces étrangères « partenaires »

Le colonel Assimi Goïta a appelé mardi 22 septembre ses compatriotes à soutenir les forces étrangères présentes dans le pays, notamment la force française Barkhane et les Casques bleus de l’ONU. Le pays est secoué par une grave crise sociale depuis plusieurs mois. En août, le président malien avait démissionné après un coup d’État militaire.

Le Colonel malien Assimi Goita en conférence de presse le 19 septembre dernier. | ANNIE RISEMBERG / AFP

Ouest-FranceAvec AFP.Publié le 

Le chef de la junte au pouvoir au Mali, le colonel Assimi Goïta, a appelé mardi ses compatriotes à soutenir les forces étrangères partenaires présentes dans le pays, citant notamment la force française Barkhane et les Casques bleus de la Minusma.

Le colonel Goïta, qui s’exprimait en marge des cérémonies du 60e anniversaire de l’indépendance de son pays, a appelé à l’union sacrée autour du Mali, et à soutenir les forces nationales.

Et je demande aussi à la population malienne de soutenir nos forces partenaires telles que la force Barkhane, la Minusma et la force (européenne) Takuba, a-t-il déclaré, alors que la présence de ces forces a fait l’objet de contestations d’une partie de l’opinion.

La présence au Mali depuis sept ans de militaires français et de la Minusma (Mission de l’ONU au Mali), a fait l’objet de contestations d’une partie de l’opinion. Une manifestation contre cette présence est d’ailleurs prévue dans l’après-midi à Bamako.

La junte, qui dirige le pays depuis le renversement le 18 août lors d’un putsch du président Ibrahim Boubacar Keïta, s’est engagée à lancer une transition vers une restauration du pouvoir civil dans un délai de 18 mois.

Le colonel Goïta a annoncé lundi que la présidence de cette transition serait confiée à un colonel à la retraite, Bah Ndaw, 70 ans, éphémère ministre de la Défense en 2014.

Le chef de la junte en assumera pour sa part la vice-présidence, dotée d’importantes prérogatives en matière de sécurité.

https://www.ouest-france.fr/monde/mali/mali-le-chef-de-la-junte-au-pouvoir-appelle-a-soutenir-les-forces-etrangeres-partenaires-6984219


 

IRAK : LES PATRIOT "NEUTRALISES"?

CIA/Pentagone vivent l'enfer

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Un convoi logistique américain a été attaqué à Salaheddine en Irak. (Photo d'archives)

Éprouvante semaine pour le Pentagone et la CIA en Irak : alors que les convois militaires US sont visés à raison de deux ou trois fois par jours à Babel, à Salaheddine, à Bagdad, soit sur la totalité des artères d'approvisionnement, la CIA et ses sociétés écrans qui agissent en Irak sous fausse identité se trouvent également en ligne de mire. Deux véhicules, le premier appartenant à la CIA le second au MI6, ont été visés à coup d'engins explosifs sans que le bilan des pertes en soit annoncé. Chose inouïe ce mardi les députés irakiens ont dénoncé les entreprises américaines pour avoir espionné le secteur pétrolier US au détriment des intérêts irakiens. Jusqu'ou tiendront les Américains ? À Hillah un convoi militaire transportant des « matières  sensibles » a été attaqué dans la nuit de mardi à mercredi : certaines sources évoquent des batteries de missiles antimissiles US que la Résistance aurait prises pour cible. 

Depuis le jour où le Parlement irakien a décidé du départ des troupes américaines et que les Américains n’en ont pas pris acte, les attaques anti-US ne cessent de se multiplier sur le sol irakien. Le Cheikh Mohammed Danbus promet la vengeance du commandant Abou Mahdi al-Mohandes et du général Qassem Soleimani.

Un convoi logistique américain a été pris pour cible, lundi 21 septembre tard dans la nuit, dans la province de Salaheddine dans le nord de l’Irak. Le site d’information Sabereen News a divulgué la nouvelle, dans les dernières heures de lundi, précisant que le convoi américain a été attaqué près du poste d’inspection Jassem al-Qaïs à cinq kilomètres de la ville de Dujail située dans la province de Salaheddine. Sabereen News a annoncé, se référant à certaines sources que le convoi transportait d’importantes matières très sensibles, sans divulguer pour autant les détails sur les pertes en vies humaines à l’issue de cette attaque.

Irak: la CIA en ligne de mire!

Irak: la CIA en ligne de mire!

Ce vendredi 18 septembre, les Américains ont fait l’objet des attaques coordonnées et simultanées en Irak.

Depuis le jour où le Parlement irakien a décidé le départ des troupes américaines d’Irak, ce que les Américains n’ont absolument pas réalisé, les attaques anti US se sont multipliées comme promis. Les bases et convois militaires américains sont les cibles de ces attaques. L’Irak veut chasser l’occupant américain et bien sûr venger le sang des martyrs Soleimani et Mohandes.

Le cheikh Mohammed Danbus, secrétaire général du conseil des chefs des tribus du sud de l’Irak a son avis sur le sujet : « Le départ des troupes américaines d’Irak a été décidé par le parlement irakien et il s’agit de la demande de tout le peuple irakien. Nous les tribus, en tant que bases populaires, aussi bien que les personnalités indépendantes, les experts des médias et les journalistes, nous dénonçons tous le maintien de la présence des occupants sur le sol irakien. Le peuple irakien sait bien qu’avec la poursuite de l’occupation de l’Irak, il ne connaîtra plus une vie en dignité et en sécurité. Nous vengeons certes le sang d’Abou Mahdi al-Mohandes et de Qassem Soleimani. C’est une honte pour les Irakiens que leur invité soit assassiné sur leur territoire et qu’ils laissent les assassins y circuler librement. »

 

Irak : un agent israélien traqué !

Irak : un agent israélien traqué !

Le cheikh Mohammed Danbus s’est ensuite exprimé sur les vastes soutiens apporté par le régime saoudien au terrorisme en Irak : « La Communauté internationale a avoué, elle-même, que les organisations terroristes Daech et al-Qaïda ont été créées par l’Arabie saoudite. C’est Riyad qui les a financés et soutenus. N’oublions pas que les 5 000 attentats à la voiture piégée qui ont assassiné d’innombrables Irakiens, ont été tous perpétrés par les terroristes soutenus directement par l’Arabie saoudite. L’Irak ne peut pas donc pardonner à ce gouvernement tous ses crimes. Les responsables irakiens doivent porter plainte contre l’Arabie saoudite auprès des instances internationales pour le sang des jeunes irakiens qui ont été tués en raison du soutien de cette dernière au terrorisme. »

https://french.presstv.com/Detail/2020/09/22/634733/irak-convoi-us-attaque-salaheddine


 

IRAN : LES ASSASSINS DU GENERAL SOLEIMANI ONT PEUR

"Ils seront traqués un à un et punis"

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Amir Hatami, Ministre iranien de la Défense©Tasnimnews

Le ministre iranien de la Défense a déclaré : « Le droit de poursuivre les assassins du général Qassem Soleimani reste en vigueur et le sentiment d’une peur omniprésente de la traduction en justice continuera de perturber les criminels. »

Le ministre iranien de la Défense, le général de brigade Amir Hatami, s’exprimant ce mardi 22 septembre à l’occasion d’une cérémonie commémorative marquant le 40e anniversaire du déclenchement de la guerre imposée à l’Iran par Saddam Hussein (1980-1988), a déclaré : « Ces 8 années de défense ont apporté à la patrie islamique, l’honneur, la fierté et la grandeur. »

« La situation actuelle de l’Iran islamique dans divers domaines scientifiques, politiques et surtout de défense est telle que malgré les menaces cruelles de l’Arrogance mondiale, l’Iran peut détecter et neutraliser toute menace et cela même en dehors de ses frontières », se félicite le ministre.

Évoquant la prise de vastes territoires en Syrie et en Irak par l’organisation terroriste Daech en été 2014 et la politique belliciste des États-Unis qui ont créé ces criminels au service des intérêts américains dans la région, le général de brigade Amir Hatami a ajouté : « Lorsque l’ennemi a occupé de vastes territoires dans la région grâce à des groupes terroristes, l’Iran islamique a pu vaincre les ennemis et le terrorisme factice avec l’aide des forces armées et du peuple en Syrie et en Irak et en s’inspirant des acquis de la Défense sacrée. »

Faisant référence à la bravoure du général Qassem Soleimani dans la lutte contre le terrorisme mondial, Amir Hatami a déclaré : « Le but de l’ennemi, en assassinant Soleimani, était d’empêcher une nouvelle humiliation des États-Unis devant leurs sbires régionaux. »

Le ministre de la Défense a déclaré : « Le droit de poursuivre les assassins du général Qassem Soleimani reste en vigueur et le sentiment d’une peur omniprésente de la traduction en justice continuera de perturber les criminels. »

Soleimani: piège posthume pour US/Israël

Soleimani: piège posthume pour US/Israël

Amir Hatami a poursuivi : « La résistance se poursuivra jusqu’à ce que l’ennemi soit expulsé d’Asie occidentale et que la région soit nettoyée de la présence du Grand Satan qu’est l’Amérique. »

S’attardant sur le fait que la résistance de la nation iranienne avait fait de l’Iran une puissance influente sur la scène mondiale, Amir Hatami a indiqué : « Outre les réalisations enregistrées dans le domaine de la défense et de la politique, la République islamique a su atteindre des acquis précieux sur plan de la conception, de la construction et de la production d’équipements militaires, et cela malgré toutes les restrictions et sanctions unilatérales imposées au pays. »

Évoquant le dévoilement des missiles à longue portée baptisés « Le Marytr Haj Qassem » et « Le Maryr Abu Mahdi » (assassinés tous deux par les forces terroristes américaines en Irak), pendant la semaine du gouvernement en Iran, le général Amir Hatami a conclu : « En dévoilant ses précieuses réalisations dans les domaines aérien et terrestre, le ministère iranien de la Défense a su protéger les frontières de la patrie face aux agressions des ennemis. »

Le général Soleimani assassiné par les Etats-Unis

Le général Soleimani assassiné par les Etats-Unis

https://french.presstv.com/Detail/2020/09/22/634773/Iran-Soleimani-assassinat-terroriste-Justice


 

ONU : LE VENEZUELA ET CUBA DENONCENT L'IMPERIALISME US

A l’ONU, le Venezuela et Cuba dénoncent l’impérialisme des Etats-Unis

A l’ONU, le Venezuela et Cuba dénoncent l’impérialisme des Etats-Unis

folder_openAmériques access_timedepuis 10 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec AFP

Le président du Venezuela, Nicolas Maduro, a appelé lundi le monde à lutter contre «l'hégémonie» et à «l'emporter contre les idées impérialistes».

Dénonçant «le monde de l'hégémonie, le monde de l'impérialisme» lors d'un discours enregistré à l'Assemblée générale de l'ONU, à l'occasion d'un sommet virtuel célébrant son 75e anniversaire, Nicolas Maduro a insisté sur la nécessité d'être «unis» face à la pandémie.

«Le Venezuela défend un monde multipolaire, un système des Nations unies renouvelé, un système qui sache faire exécuter le droit international et protéger les peuples du monde», a-t-il souligné, en critiquant les attaques américaines, sans nommer les Etats-Unis, contre l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

«Ce n'est pas le moment d'insulter, de menacer l'OMS, il est l'heure aujourd'hui de s'unir en sa faveur», a-t-il plaidé.

«Le monde a su vaincre le fascisme il y a 75 ans. Le monde gagnera aussi contre ceux qui cherchent à l'emporter à titre hégémonique, contre les idées impérialistes, il pourra vaincre le néofascisme (...) pour la construction d'un monde nouveau sans pouvoir hégémonique, un monde appartenant au peuple», a martelé le président du Venezuela dont la légitimité n'est plus reconnue dans de nombreux pays.

Evoquant les prochaines élections législatives dans son pays le 6 décembre, Nicolas Maduro a rappelé avoir demandé au secrétaire général de l'ONU la participation d'une commission technique pouvant accompagner ce scrutin.

Le président du Venezuela doit à nouveau prononcer un discours virtuel mercredi devant l'ONU, dans le cadre de la session annuelle de son Assemblée générale à laquelle il n'a plus participé physiquement depuis 2018.

Intervenant pour Cuba, le chef de la diplomatie de ce pays, Bruno Rodriguez Parrilla, a aussi critiqué les Etats-Unis.

«En cet anniversaire des 75 ans de l'ONU, le multilatéralisme et le droit international sont menacés par la plus grande puissance mondiale. Le comportement irresponsable des Etats-Unis est le danger le plus important pour la paix et la sécurité internationales», a-t-il dit.

«Il semble que (les Etats-Unis) soient en guerre avec la planète (...) et ses habitants», a-t-il déploré en critiquant le «blocus économique, commercial et financier» imposé par Washington à son pays.

https://french.alahednews.com.lb/36873/347