Veilleur en éveil

 

LA RUSSIE CELEBRE LE 60e ANNIVERSAIRE DU VOL DE GAGARINE VERS LE KOSMOS

12 Avril 2021


La Russie célèbre le 60e anniversaire du vol de Gagarine vers le cosmos
Moscou, 12 avr. (Prensa Latina) La Russie célèbre aujourd'hui le 60e anniversaire du vol de Youri Gagarine vers le cosmos, un exploit du programme spatial de l'Union soviétique disparue que le pays tout entier honore chaque année.

Le 12 avril 1961, à 9 h 07 heure locale, Gagarine a quitté le cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan à bord du vaisseau spatial Vostok-1 pour un voyage de 108 minutes - un tour de la Terre - qui a fait de lui le premier être humain à aller dans l'espace.

Pour commémorer cette date, les écoles organisent des "festivals de la cosmonautique", tandis que les Russes de tous âges déposent des fleurs devant les différents monuments du pays en hommage à l'homme qui a réalisé cet exploit et cette conquête scientifique.

Les médias et les chaînes de télévision consacrent également un espace à la figure du cosmonaute, qui est devenu un héros populaire pour de nombreux Russes en raison de sa simplicité et de ses origines modestes, selon les historiens.

Fils d'un charpentier et d'une paysanne qui ont souffert de l'occupation nazie, Gagarine a suivi une formation de fondeur et de métallurgiste et s'est ensuite préparé à devenir pilote militaire, lorsqu'il a été sélectionné parmi des milliers de candidats pour suivre la formation de cosmonaute.

Six décennies après l'épopée du cosmos et depuis sa mort dans un accident d'avion le 27 mars 1968, en Russie, l'image ou son nom apparaît dans les rues, sur les places, dans les souvenirs, les supermarchés, ou est un tatouage sur le corps de plus d'un de ses adeptes.

Pour l'occasion, le ministère de la défense a déclassifié des archives personnelles, notamment des documents et des photographies des premiers cosmonautes soviétiques, qu'il a publiés sur son site web (http://60cosmonauts.mil.ru/).

Le vaisseau spatial Soyouz MS-18, qui s'est envolé vendredi dernier vers la Station spatiale internationale avec trois cosmonautes à bord en l'honneur de cet anniversaire, porte son nom. Son image et l'inscription Année Gagarine 1961-2021 ont été gravées sur son châssis.

Les Nations unies ont fait du 12 avril la Journée internationale des vols habités, en mémoire de l'exploit du jeune homme de 27 ans, "un événement historique qui a ouvert la voie à l'exploration spatiale au profit de l'humanité tout entière", indique la résolution de l'ONU.

jf/mml

source : https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=441839&SEO=rusia-celebra-aniversario-60-del-vuelo-de-gagarin-al-cosmos

Tag(s) : #Gagarine#URSS#Russie

CONTRE TOUTE ATTENTE, L’ANCIEN BANQUIER, CANDIDAT DE LA DROITE GUILLERMO LASSO PRESIDERA L’EQUATEUR

12 Avril 2021

Contre toute attente, Guillermo Lasso présidera l'Équateur
Par Sinay Céspedes Moreno

Quito, 12 avril (Prensa Latina) L'ancien banquier Guillermo Lasso sera le prochain président de l'Équateur, selon le décompte officiel des voix et malgré le rejet de son programme par plusieurs secteurs sociaux qui regrettent aujourd'hui sa victoire.

Avec 98,47 % des bulletins dépouillés par le Conseil national électoral (CNE), le candidat conservateur de l'alliance de centre-droit CREO-Parti social-chrétien (PSC) a accumulé 52,50 % des votes valides après minuit.

Pendant ce temps, son concurrent dans les sondages, le représentant de la coalition progressiste et de gauche Union pour l'espoir (UNES), Andres Arauz, a atteint 47,50 points de pourcentage. La victoire a été un choc pour les secteurs qui avaient soutenu l'UNES pendant la campagne pour le second tour de scrutin la veille, ainsi que pour ceux qui avaient fait confiance aux sondages qui donnaient l'UNES en tête.

De même, c'est un coup dur pour ceux qui craignaient une éventuelle victoire de Lasso, puisque de l'avis de beaucoup, il co-gouvernait avec Lenín Moreno, actuel président, dont l'administration s'est distancée de la plateforme programmatique avec laquelle il a obtenu un soutien majoritaire lors de l'élection de 2017.

Lorsqu'il a été proclamé dignitaire, le représentant de CREO-PSC a ratifié des promesses telles que la récupération des sources d'emploi, l'augmentation du salaire de base de 400 à 500 dollars, le soutien financier aux entrepreneurs, une éducation de qualité, des universités accessibles à tous et de meilleurs soins de santé.

Ses propositions coïncident avec une période difficile pour le pays, plongé dans une crise économique et sanitaire due à la propagation du Covid-19, à laquelle le défenseur de la banque privée devra faire face.

Pour plusieurs groupes sociaux, le coût de la décision populaire sera élevé, avec un impact particulier sur la classe ouvrière, mécontente des licenciements, de la baisse des revenus et de l'augmentation des produits de première nécessité, entre autres problèmes.

En ce qui concerne les résultats du second tour des élections, l'universitaire et analyste politique Fernando Casado a déclaré à Prensa Latina que l'UNES a perdu le vote pour trois raisons fondamentales et avec une différence de cinq points, pas très grande, mais clé pour parler d'une victoire claire pour Lasso.

D'une part, il y a une très nette victoire à Pichincha, où, le dépouillement étant presque terminé, l'écart est de 30 points, compte tenu du fait que la province concentre 17 % de l'électorat total", a-t-il déclaré.

Le deuxième point, a-t-il estimé, est lié à Guayas, où se trouvent 22 % des électeurs et où l'on s'attendait à une marge en faveur d'Arauz supérieure aux cinq pour cent obtenus à l'égard de Lasso, bien qu'il ait jugé nécessaire de tenir compte du fait que ce territoire a toujours été le fief du social-chrétien.

Enfin, il a souligné comme décisif que le vote nul promu par le parti Pachakutik, troisième au premier tour des élections, a fini par constituer un soutien massif à CREO-PSC.

N'oublions pas que dans certaines provinces, la marge est de 75 % contre 25 %, donc même si dans des territoires comme Cotopaxi, Chimborazo et Tungurahua, la différence n'est que de deux ou trois points, au final, elle a été écrasante", a-t-il souligné.

Dans la même ligne, il a dit que dans le scrutin a été gagné par le candidat de l'extrême droite, de la guerre sale et des campagnes basées sur la banalisation de la politique, vidant de contenu une proposition programmatique rationnelle et d'une certaine manière, le cliché de la peur a également triomphé.

Nous l'avons vu ailleurs avec Jair Bolsonaro (Brésil), Donald Trump (États-Unis) et ici encore, ce genre de politique, parce qu'ils ont été victorieux", a-t-il ajouté.

Selon lui, à partir de maintenant, un panorama très complexe s'ouvre pour l'Équateur, dans la continuité des quatre dernières années.

Il faudra également voir comment le nouveau président résout la question à l'Assemblée nationale, où son parti dispose d'un nombre minoritaire de législateurs et devra pactiser avec un Parlement extrêmement fragmenté.

En tout cas, la vague progressiste en Amérique latine, avec les dernières victoires de la gauche, a été stoppée en Équateur", a-t-il conclu. jf/scm

source : https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=441841&SEO=contra-los-pronosticos-guillermo-lasso-presidira-ecuador

Tag(s) : #equateur#Elections#Lasso

ELECTION PRESIDENTIELLE AU PEROU : CONTRE TOUTE ATTENTE, LE CANDIDAT DE GAUCHE EN TETE AU PREMIER TOUR

12 Avril 2021

Un décompte rapide prolonge l'avance du candidat de gauche Castillo au Pérou
Lima, 12 avr. (Prensa Latina) Le candidat de gauche Pedro Castillo a consolidé sa victoire au premier tour de l'élection présidentielle péruvienne, selon un décompte rapide des bulletins de vote publié tôt ce matin.

Le décompte effectué par la société Ipsos sur 100 % d'un échantillon de bureaux de vote des élections d'hier a ratifié la première place de Castillo, avec 18,1 %, tandis que la néolibérale Keiko Fujimori s'est affirmée comme sa rivale au second tour, avec 14,5 %.

L'extrême-droite Rafael López Aliaga est passé en troisième position (12,2 %), reléguant le néolibéral Hernando de Soto (10,7 %), qui dans un précédent sondage de sortie des urnes était deuxième à égalité avec Fujimori, en quatrième position.

Plus loin derrière se trouvent le populiste Yonhy Lescano (9,8), la candidate de gauche Verónika Mendoza (7,9), le populiste Daniel Urresti (5,9), l'ancien joueur de football George Forsyth (5,6) et 11 autres candidats avec des pourcentages plus faibles.

À minuit, M. Castillo, lors d'une célébration avec ses partisans dans la ville de Chota, dans le nord des Andes, a demandé à ceux-ci de rester calmes et de ne pas tomber dans les provocations face aux attaques de la droite contre lui et le parti Peru Libre, qu'il représente.

Demain est un nouveau jour, pas un jour de changement immédiat, mais de lutte pour l'entreprendre", a-t-il ajouté.

Concernant les perspectives du second tour, qui exige que les concurrents s'allient à d'autres forces, il a déclaré que "la grande alliance doit se faire avec le vrai peuple péruvien".

De son côté, Verónika Mendoza, de Juntos por el Perú (JP), a reconnu les résultats non officiels des élections, déclarant que "le peuple péruvien s'est exprimé par le biais du vote, nous écoutons et respectons sa voix et nous assumons avec une grande responsabilité le mandat qu'il nous a confié".

Elle a exprimé la volonté de JP de "dialoguer et de travailler avec toutes les forces politiques démocratiques".

Au contraire, López Aliaga a insisté sur ses insinuations de fraude, a accusé les organes électoraux de manquer de transparence et a déclaré qu'il disposait de son propre centre informatique, dont il attend les résultats.

Keiko Fujimori a déclaré que plus important que les résultats, il s'agit de parvenir à un consensus entre les forces qui défendent le modèle économique néolibéral afin de faire face à ceux qui préconisent, comme Castillo, de changer la Constitution qui consacre ce modèle.

Castillo, un enseignant d'une école primaire rurale, a remporté la première place grâce à ce qu'un analyste a appelé un galop surprise dans la dernière ligne droite, car il y a une semaine, personne ne lui voyait une chance de participer au deuxième tour.

jf/mrs

source : https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=441847&SEO=conteo-rapido-amplia-ventaja-de-izquierdista-castillo-en-peru

Tag(s) : #Pérou#Elections

SAVIZ, LE DOUBLE DEBOIRE US/"ISRAËL"

Le navire militaire du CGRI est-il réellement le QG du CGRI au Yémen?

Sunday, 11 April 2021 1:59 PM  [ Last Update: Sunday, 11 April 2021 4:07 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les aéroports d'Abha et de Khamis Mushait.(Archives)

De tout évidence, l'acte de sabotage commis le 7 avril par "des commandos secrets israéliens de la  13ème flottille sionistes", carrément filmés par les "caméras amis", n'a pas suffit à stopper Ansarallah, ce dernier ayant réalisé depuis, pas moins de 10 frappes aux missiles et aux drones contre les bases aériennes ... à Khamis Mushait, à Abha, à Jizan, à Najran, toutes impliquant drones Qassef K2 et Samad-3 tout comme des missiles balistiques !  Et pourtant, Saviz a été décrit comme étant "une base flottante avec des dômes, des radars, des écrans voire même des liens satellites", fonctionnant 24 heure sur 24 et pilotant des opérations d'Ansarallah depuis les côtes érythro- djiboutiennes, sur "la totalité des fronts", que ce soit à Maarib, à Taez ou encore à Dhahla.

L'Arabie criblée de missiles

L'Arabie criblée de missiles

Ce dimanche 11 avril, les forces de l’armée yéménite et d’Ansarallah ont mené séparément deux nouvelles frappes au drones de façon comme toujours synchrone et simultanée, ce qui est la gage de leur succès, contre les aéroports de Jizan et d'Asir. A Jizan, l'aéroport militaire a été ciblé par un seul drone tout comme la base King Khaled de Khamis Mushait à Asir, les hangars des avions dans l'un et l'autre cas étant des cibles des deux missiles de croisière. Si l'aéroport de Jizan n'a pas de batterie de Patriot, celui d'Asir où des dizaines de l'Eurofighter Typhoon, de F-15 et d'Eurocopter sont stationnés en a et de plus performante puisque "King Khaled Base" abrite le quartier général de la Royal Army sur le front sud d'où d'ailleurs les officiers britanniques cherchent tant bien que mal à ralentir la chute de Maarib. 

« Deux drones de combat Qassef-K-2 de fabrication nationale ont frappé des cibles désignées à l'intérieur de l'aéroport de Jizan, ainsi que de la base aérienne du Roi Khaled avec une grande précision dimanche à l’aube », a dit sur son compte Twitter le porte-parole des forces armées yéménites, le général de brigade, Yahya Saree. Aussi, au chapitre de l'endiguement des attaques au missile et au drone, le coup anti-Saviz a été loin d'être un succès. 

Les attaques, a-t-il dit, étaient une "réponse légitime" à la guerre d'agression dévastatrice du régime de Riyad et au blocus paralysant contre le Yémen. Visiblement Saviz ou pas, la Résistance yéménite est parvenue à bien établir la règle d'engagement qu'est Missile contre Raid aérien. 

Lire plus: Les radars de l'aéroport d'Abha frappés par Qasef K2

Maarib: un MQ-9 US abattu par Ansarallah!

Maarib: un MQ-9 US abattu par Ansarallah!

Et sur le front de Maarib, l'attaque contre le navire militaire iranien s'est-elle révélé un succès? Quelques jours après l'arrivée de camions saoudiens chargés d'armes légères et moyennes dans la ville de Maarib, coïncidant avec les mesures adoptées sur le terrain par les mercenaires affiliés au président démissionnaire, pour mener un combat de rue dans la ville, la coalition saoudo-émiratie a ordonné, au milieu de la semaine, de retirer des armes lourdes déployées sur les fronts situés dans les alentours de ce gouvernorat, y compris les véhicules blindés Oshkosh de fabrication américaine. 

Cependant, de nombreux chefs militaires fidèles au Parti «al-Islah » ont ignoré cet ordre et de nombreux commandants pro-Hadi ont également refusé de le mettre en œuvre. Riyad a considéré cette démarche comme une rébellion contre sa décision. Au milieu de cette semaine le régime saoudien a nommé le chef d'état-major des forces de Hadi, le général de division Saghir ben Aziz, fidèle aux Émirats arabes unis, et l'a chargé de mener à bien la mission. Selon des sources militaires, ben Aziz a ordonné, mardi soir, le retrait des véhicules blindés susmentionnés de tous les camps et fronts situés dans le périmètre des troisième et septième zones militaires dans les gouvernorats de Maarib et al-Jawf. Il a supervisé personnellement leur livraison à la partie saoudienne via le point de passage d'al-Wadiah, situé dans le périmètre du gouvernorat d'Hadramout, à l'est du pays.

Djeddah frappée à nouveau!

Djeddah frappée à nouveau!

 Le lendemain, Ben Aziz a également ordonné l'emprisonnement d'un certain nombre d'officiers et de commandants de la brigade du sud en raison de leur tentative de s’abstenir de livrer des «Oshkosh», qui sont utilisés pour transporter des soldats et porter des mitrailleuses automotrices et tours de contrôle.

La récente tendance saoudienne au retrait des véhicules blindés s'est avérée efficace pour réduire les pertes humaines lors des affrontements. Les observateurs estiment que l’accès des forces yéménites aux véhicules blindés a contraint l’Arabie saoudite à les retirer à la périphérie de la ville de Maarib depuis la mi-février. Cela coïncide également avec la poursuite du retrait des mercenaires pro-Hadi et ceux qui sont fidèles au Parti al-Islah en particulier des zones stratégiques telles que la montagne al-Akhshar, vers laquelle les forces de la Résistance yéménite ont fait une progression au cours des derniers jours.

Ansarallah: MBS exécute trois officiers

Ansarallah: MBS exécute trois officiers

Riyad ne dit rien sur l’exécution de trois officiers saoudiens qui pourraient avoir été en rapport avec la Résistance yéménite qui avance à grands pas à Maarib.

Les mercenaires savent que cette région est la dernière et la plus importante garnison de la base militaire "Sahn al-Jin" située dans les quartiers occidentaux de la ville de Maarib, et sa chute  balisera le terrain aux Yéménites d’y prendre l’initiative. Parallèlement, les différends se sont intensifiés entre les chefs de guerre des forces pro-Hadi et les combattants des tribus Murad et Obeida. Cette division a conduit au retrait de dizaines de forces tribales du sud et du nord-ouest de Maarib. Ces évolutions interviennent alors que le ministère de la Défense du gouvernement démissionnaire de Hadi, fidèle à Riyad a reconnu, mercredi soir, le meurtre du chef d'état-major de la septième région militaire, le général de brigade Muhammed al-Haramli, ayant succombé à ses blessures dans les batailles aux alentours de la ville de Maarib. Même climat au ministère saoudien de la Défense où Ben Salmane vient d'exécuter trois haut officiers de l'armée pour la "haute trahison". Et la purge se poursuit...   

https://french.presstv.com/Detail/2021/04/11/649222/Jizan-Hangar-A%C3%A9roport-roi-Khaled-Ansarallah-Frappes-Drones-Qasef-K-2

IRAN : L’USINE D’ENRICHISSEMENT D’URANIUM DE NATANZ TOUCHEE PAR UN ACTE TERRORISTE ANTINUCLEAIRE

Le centre d'enrichissement de Natanz

Le centre d'enrichissement de Natanz touché par un acte «terroriste antinucléaire», selon Téhéran

© AP Photo / Atomic Energy Organization of Iran

MOYEN-ORIENT

17:09 11.04.2021(mis à jour 18:15 11.04.2021)URL courte

Par 

7219

S'abonner

L'attaque contre le centre d'enrichissement de Natanz est un acte «terroriste antinucléaire», a annoncé le chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique.

L'usine d'enrichissement d'uranium de Natanz, dans le centre de l'Iran, où les autorités ont annoncé ce 11 avril une panne d'électricité d'origine suspecte, a été visée par un acte de «terrorisme antinucléaire», selon un communiqué officiel diffusé par la télévision d'État.

«La République islamique d'Iran, tout en condamnant cette action futile, souligne la nécessité pour la communauté internationale et l'Agence internationale de l'énergie atomique de faire face à ce terrorisme antinucléaire», a déclaré le chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA), Ali Akbar Salehi.

M.Salehi a ainsi souligné que l’Iran se réservait le droit de prendre des mesures de rétorsion.

Selon lui, «cette action reflète [...] l'échec des opposants aux négociations [...] pour lever les sanctions» américaines, mais aussi «la défaite des opposants au progrès industriel et politique du pays dans le but d'empêcher un développement éclatant de l'industrie nucléaire».

Le communiqué n'accuse nommément aucun groupe ou État pour cette attaque et ne donne aucune indication sur l'état des installations visées.

Les négociations sont en cours à Vienne pour tenter de faire revenir les États-Unis dans l'accord international de 2015 sur le nucléaire iranien et lever les sanctions imposées par Washington contre Téhéran depuis 2018.

Pas de victimes ni contaminations

Le député Malek Shariati avait précédemment estimé sur Twitter qu’il puisse s’agir d’un acte de «sabotage».

Un problème d'alimentation électrique avait provoqué cet incident, sans faire de victimes ni de contaminations, d'après le porte-parole de l'organisation, Behrouz Kamalvandi. Une enquête a été lancée pour en comprendre la cause. 

L’incident survient au lendemain du lancement par l’installation nucléaire de nouvelles cascades de centrifugeuses modernisées. Ce type de centrifugeuse permet d'enrichir plus rapidement l'uranium, mais son utilisation est interdite aux termes de l'accord sur le nucléaire iranien de 2015.

https://fr.sputniknews.com/moyen-orient/202104111045462973-le-centre-denrichissement-de-natanz-touche-par-un-acte-terroriste-antinucleaire-selon-teheran/

CRIMEE : LA RUSSIE SORT SES ISKANDER A LA FRONTIERE UKRAINIENNE

Le déploiement des systèmes antimissiles « Iskander » à la frontière ukrainienne

Sunday, 11 April 2021 3:47 AM  [ Last Update: Sunday, 11 April 2021 5:16 AM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le système de missiles antiaériens Iskander ©Sputnik

Certains médias ont fait état du transfert des systèmes de missiles opérationnel-tactiques « Iskander » à la frontière avec l'Ukraine.

Selon le site Web Defence Blog, certains experts militaires ont fait état d’avoir constaté des systèmes antimissiles Iskander dans les zones frontalières ukrainiennes.

Depuis la fin du mois de mars, la Russie aurait déplacé de grandes quantités de matériel militaire aux frontières de l'Ukraine, en particulier dans les régions de Crimée, de Voronej et de Rostov.

Iskander -K est le dernier type de missile de la série Iskander . Ce système antimissile est doté de deux types de missiles de croisière à longue portée. La Russie affirme que le missile Iskander a une portée de moins de 300 miles, tandis que les analystes militaires disent qu'il a une portée de plus de 3000 kilomètres.

La visite de Lavrov à Téhéran; des coordinations en tout y compris sur la Crimée

PressTV / French / 3 avr.

Pour aller plus loin, Iskander est un système antimissile tactique et mobile avancé qui peut viser des cibles au sol telles que les postes de commandement et de télécommunications ainsi que les systèmes de missiles et de défense aérienne.

Ces dernières semaines, l’Ukraine a expédiée un grand nombre de soldats et d’équipements dans ses régions orientales, essayant de reprendre les zones contrôlées par les rebelles. Par la suite, la Russie a envoyé un certain nombre de troupes et de matériel dans les zones frontalières de l'Ukraine.

L'Ukraine a accusé la semaine dernière la Russie d’avoir déployée des milliers de soldats russes sur ses frontières nord et est, ainsi que sur la péninsule de Crimée. Les deux parties ont pris des mesures militaires pendant cette période. Les tensions entre la Russie et l'Ukraine ont commencé après que la péninsule de Crimée en Ukraine, en proie à des crises et des tensions militaires dans l'est de l'Ukraine, a rejoint la Russie lors d'un référendum en 2014.

Ukraine: le F-35 menace la Russie!

La Turquie a livré 30 drones d’attaque Bayraktar-TB2 à l’Ukraine.

PressTV / French / 17 mars

Ces derniers jours des sources d'information ont rapporté qu'un avion logistique militaire américain C-17 Globemaster III avait atterri à l'aéroport de la ville de Lviv, dans l'ouest de l'Ukraine. Après Lockheed C-5 Galaxy, Le C-17 Globemaster III est l'avion-cargo le plus grand et le plus équipé de l'US Air Force et est capable de livrer une variété de cargaisons et de forces à grande vitesse aux bases de la zone de combat. L'avion peut également déplacer des forces tactiques d'un endroit à un autre.

https://french.presstv.com/Detail/2021/04/10/649189/Crim%C3%A9e-d%C3%A9ploiement-des-syst%C3%A8mes-antimissiles-Iskander--%C3%A0-la-fronti%C3%A8re-ukrainienne

LE BOOM PETROLIER EN IRAN !

2 millions de barils de pétrole par jour

Saturday, 10 April 2021 5:50 PM  [ Last Update: Saturday, 10 April 2021 5:48 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

L'Iran pourrait bientôt restituer officiellement 2 millions de b/j de pétrole sur les marchés mondiaux. ©Oil and Gas People

L’Iran pourrait bientôt restituer officiellement 2 millions de b/j de pétrole sur les marchés mondiaux, a rapporté Oil Price.

Si les négociations entre l’Iran et les cinq grandes puissances mondiales avec les États-Unis aboutissent et que les sanctions contre le pétrole iranien sont levées, 2 millions de barils de pétrole iranien reviendront sur le marché, par jour.

Le brut iranien pourrait revenir sur les marchés mondiaux le plus tôt possible, avec le début des négociations cette semaine entre Téhéran et les cinq puissances mondiales qui, avec les États-Unis, ont signé le plan d’action global conjoint en 2015.

PGAC/Iran: tout ou rien!

Lors de la réunion des pays membres de l’accord sur le nucléaire iranien organisée vendredi par l’Union européenne, le vice-ministre iranien des Affaires étrangères, Abbas Araqchi, a souligné la position iranienne selon laquelle aucune négociation n’est nécessaire pour un retour de Washington à l’accord sur le nucléaire.

PressTV / French / 3 avr.

The Oil and Gas Journal rapporte, citant la société d’analyse pétrolière Kpler, que le début des négociations est un signe positif pour les choses à venir : bientôt, Téhéran et Washington pourraient également s’asseoir à la table des négociations. Si cela se produit et qu’ils parviennent à un accord sur le nucléaire iranien, quelque 2 millions de b/j de brut iranien pourraient être ajoutés aux productions de l’OPEP.

Les pourparlers ont eu lieu à Vienne plus tôt cette semaine, et le président iranien Hassan Rohani a déclaré, cité par CNBC, qu’ils avaient été un succès et qu’ils avaient ouvert un nouveau chapitre dans les efforts visant à sauver l’accord nucléaire iranien.

Téhéran et la nouvelle administration à Washington ont indiqué qu’ils étaient prêts à commencer à négocier la levée des sanctions américaines et le retour à un fonctionnement normal de l’industrie pétrolière iranienne. Cependant, les deux parties insistent sur le fait que l’autre fasse le premier pas : l’Iran veut que les États-Unis lèvent d’abord les sanctions avant d’arrêter d’enrichir de l’uranium, et les États-Unis veulent que l’Iran arrête d’abord d’enrichir de l’uranium avant de lever les sanctions.

« S’ils réussissent, cependant, l’OPEP aura un problème, même s’il ne sera peut-être pas aussi important que certains pourraient s’y attendre. L’Iran exporte déjà plus de pétrole que ne le suggèrent les chiffres officiels, principalement vers la Chine. Ce pétrole ne sera mis au jour qu’une fois les sanctions levées. Peut-être, un plus gros problème, du moins pour les producteurs de pétrole américains, est que le pétrole iranien commencera également à couler vers l’Inde et pourrait déplacer certains volumes américains que l’Inde a absorbés après avoir arrêté ses achats à l’Iran en raison des sanctions américaines », ajoute Oil Price.

Nucléaire: l’Iran a eu les USA (Israël)

L’Iran a le dessus dans l’affaire nucléaire, estime une figure du renseignement militaire israélien.

PressTV / French / 5 avr.

https://french.presstv.com/Detail/2021/04/10/649183/Iran-USA-5-1-p%C3%A9trole-Opep-n%C3%A9gociations-accord-nucl%C3%A9aire

LA LISTE FORBES DES 10 PARASITES MILLIARDAIRES LES PLUS RICHES DU MONDE

11 Avril 2021

 

Vendredi, 9 Avril, 2021
La liste Forbes des parasites les plus riches en période de pandémie


Alors que des milliards de personnes dans le monde ont été touchées, d'une manière ou d'une autre, par la pandémie de coronavirus, les capitalistes s'enrichissent. Alors que la classe ouvrière mondiale souffre d'une exploitation croissante, de licenciements massifs, d'une baisse du niveau de vie et de lockdowns, le grand capital jouit de profits de plus en plus importants. La liste Forbes des milliardaires de 2021 est assez révélatrice de la situation :

"Le nombre de milliardaires figurant sur la 35e liste annuelle des plus riches du monde établie par Forbes a explosé pour atteindre le chiffre sans précédent de 2 755 - soit 660 de plus qu'il y a un an. Parmi eux, un nombre record de 493 ont été ajoutés à la liste, soit environ un toutes les 17 heures.
 
Deux cent cinquante autres personnes qui avaient disparu par le passé sont revenues en force. Un pourcentage stupéfiant de 86 % est plus riche qu'il y a un an. Jeff Bezos est le plus riche du monde pour la quatrième année consécutive, avec 177 milliards de dollars, tandis qu'Elon Musk s'est hissé à la deuxième place avec 151 milliards de dollars, grâce à l'envolée des actions Tesla et Amazon.

Au total, ces milliardaires valent 13,1 trillions de dollars, contre 8 trillions en 2020."

Pour mémoire, les 10 parasites les plus riches du monde sont :

1. Jeff Bezos (Amazon), 177 milliards de dollars.
2. Elon Must (Tesla, SpaceX), 151 milliards de dollars.
3. Bernard Arnault (LVMH), 150 milliards de dollars.
4. Bill Gates (Microsoft), 124 milliards de dollars.
5. Mark Zuckerberg (Facebook), 97 milliards de dollars.
6. Warren Buffet (Berkshire Hathaway), 96 milliards de dollars.
7. Larry Ellison (logiciels), 93 milliards de dollars.
8. Larry Page (Google), 91,5 milliards de dollars.
9. Sergey Brin (Google), 89 milliards de dollars.
10. Mukesh Ambani (diversifié), 84,5 milliards de dollars.

Le système capitaliste lui-même est la grande plaie de notre monde. Le virus du capitalisme est celui qui crée et perpétue l'exploitation, la pauvreté, la paupérisation, les inégalités profondes et les guerres.

source : https://www.idcommunism.com/2021/04/forbes-list-of-wealthiest-parasites-in-times-of-pandemic.html

Tag(s) : #Forbes

SAHARA OCCIDENTAL : MACRON DANS LE SILLAGE DE TRUMP

10 Avril 2021

 

publié le 09/04/2021
Sahara Occidental : E. Macron dans le sillage de D. Trump
visuel_saharaO.jpg

Le parti présidentiel, La République en Marche (LREM), vient d’annoncer l’ouverture d’une de ses antennes à Dakhla dans les territoires occupés du Sahara occidental par le Maroc. Sous le prétexte fallacieux d’ « être à l’écoute des Français de l’étranger » – dans un territoire bouclé par l’armée et dans lequel les étrangers ne peuvent accéder ! E. Macron s’engage dans la voie d’une ouverture d’un consulat, une manière d’entériner cette occupation coloniale en violation du droit international.

Que ce soient les résolutions de l’ONU, de la Cour internationale de La Haye, de l’Union africaine ou de la Cour de Justice de l’Union européenne, toutes ces institutions convergent pour rappeler qu’il n’y a pas de liens de souveraineté territoriale entre le Maroc et le Sahara occidental. Ce dernier a un statut séparé et distinct du Maroc et il est, de ce fait, titulaire du droit à l’autodétermination.

Alors que s’ouvre dans quelques jours une session de l’ONU dans laquelle le Conseil de sécurité discutera de la situation du Sahara occidental, E. Macron à l’image de D. Trump, tente un coup de force contre le droit international. Ce n’est pas la première fois que Paris, fidèle à son soutien aveugle à Rabat, manœuvre, jouant un rôle déterminant dans le blocage actuel de la situation.

Cette forfaiture dont la porte-parole des députés macronistes Marie-Christine Verdier-Jouclas se fait l’écho est indigne. E. Macron qui donne des leçons à la terre entière serait bien inspiré de respecter la légalité internationale en favorisant l’organisation d’un référendum d’autodétermination et en agissant au sein de l’ONU pour que la République arabe sahraouie démocratique (RASD) obtienne un siège de membre permanent.

Le Parti communiste français (PCF) condamne cette provocation de La République en Marche qui avilit les engagements internationaux de la France et contribue à la destruction du droit international. Le PCF est indéfectiblement aux côtés du peuple sahraoui et de son représentant légitime, le Front Polisario.

Parti communiste français
Paris, le 9 avril 2021

source : https://www.pcf.fr/sahara_occidental_e_macron_dans_le_sillage_de_d_trump

Tag(s) : #PCF#RASD#Polisario

NEGOCIATIONS STRATEGIQUES AVEC L'IRAK : LA MAYONNAISE AMERICAINE N'A PAS PRIS!

Négociations stratégiques avec Bagdad ou quand les Américains capitulent sans vouloir en avoir l’air

Saturday, 10 April 2021 1:54 PM  [ Last Update: Saturday, 10 April 2021 2:13 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des militaires américains en Irak. (Photo d'archives)

Le troisième tour de négociations stratégiques Washington-Bagdad vient de s’achever. Les deux parties ont publié un communiqué conjoint pour souligner la poursuite de leurs coopérations bilatérales. En effet, ce sont les Américains qui ont sollicité l’organisation de ce tour de négociations et cela en raison des pressions accrues des groupes de Résistance irakiens qui réclament haut et fort le départ de GI’s.  

Tout au long du mois de mars, les convois transportant du matériel logistique pour les militaires américains ont été pris pour cible çà et là en Irak. Ces attaques ont été revendiquées par les groupes de Résistance irakiens qui ont déclaré vouloir faire passer un message aux Américains : Washington n’aura qu’une seule option qui est celle du retrait de ses soldats du territoire irakien

Irak : le Pentagone capitule ...?

Jeudi, un autre convoi logistique de l’armée américaine a été pris pour cible à Babylone en Irak.

PressTV / French / 9 avr.


Sur le plan politique aussi, les groupes de Résistance irakiens sont bien mobilisés pour maintenir la pression sur les Américains. 
Dans la foulée, Hadi al-Ameri, président de l’Alliance Fatah, a déclaré que les militaires américains devraient quitter le sol irakien. 
« Toute sorte d’occupation du territoire irakien est totalement rejetée et nous ne voulons pas entretenir de relations militaires avec les États-Unis. Il s’agit d’une position immuable », a ajouté Hadi al-Ameri. 

Lire aussi: La Russie renforce ses relations avec la Résistance 

De son côté, Qais al-Khazali, secrétaire général d’Asaïb Ahl al-Haq, a déclaré que la présence de militaires américains en Irak était totalement illégale et que ces derniers devraient quitter l’Irak dans le cadre d’un calendrier propice. 
Cela dit, les Américains ont réclamé l’organisation du troisième tour de négociations avec Bagdad pour ainsi se débarrasser des pressions militaires et politiques de la Résistance irakienne. Autrement dit, Washington souhaitait exhorter le gouvernement irakien à neutraliser les groupes de la Résistance sur les plans politique et militaire. 

Irak: Poutine pactise avec la Résistance...

Le numéro un des Hachd al-Chaabi s’est entretenu avec les responsables russes des sujets liés à la sécurité régionale.

PressTV / French / 7 avr.


En plus, via les négociations stratégiques avec Bagdad, les Américains tentent de rendre le terrain propice au maintien de leurs militaires en Irak. Bien que le Parlement irakien ait voté l’expulsion de militaires américains de l’Irak, en janvier 2020, les Américains n’ont encore aucun calendrier précis pour retirer leurs soldats. Pire encore, le scénario de la réorganisation de Daech est à l’ordre du jour de l’administration Biden, car les terroristes de Daech pourraient bien justifier et légaliser la présence de soldats américains en Irak. Dans la foulée, le secrétaire général de l’OTAN a déclaré que le nombre des forces de cette organisation opérant en Irak avait été multiplié par huit. Inutile de mentionner que cette décision de l’OTAN avait été prise par le feu vert des Américains. 

Lire aussi: Aïn al-Asad évacuée partiellement par les USA

Bien que les partis politiques, les parlementaires, les groupes de Résistance et le peuple d’Irak réclament d’une même voix le départ de militaires américains – car ils y voient une source de tension et de crise – les dirigeants américains ne lésinent sur rien pour éterniser la présence de leurs soldats et tentent de « dompter » la Résistance via les soi-disant négociations « stratégiques » avec Bagdad qui ne sont que du » blabla de sauvetage ». Mais la mayonnaise ne risque pas de prendre. Le vendredi 9 avril, le groupe de Résistance irakien Ashab al-Kahf a rendu publique une vidéo montrant les récentes attaques contre les forces américaines.

Irak: 3 attaques anti-US en 2 heures

En deux heures un troisième convoi US a été attaqué en Irak.

PressTV / French / 5 avr.

Cette vidéo de quatre minutes, qui a été partagée par la chaîne Sabereen News sur Telegram, comprend de vieilles vidéos, des séquences inédites et des extraits d’archives.
La vidéo montre des combattants d’Ashab al-Kahf attaquer des convois de ravitaillement de la coalition dirigée par les États-Unis et cibler des bases hébergeant des troupes américaines dans différentes parties de l’Irak. Le groupe a également présenté certaines de ses armes dans la dernière partie de la vidéo.

Lire aussi: Irak : les Hachd frappés à Babylon par l’axe US/Israël, la Résistance riposte en Syrie...

Ashab al-Kahf, fondé en août 2019, a été parmi les premiers à lancer des attaques contre les forces américaines après l’assassinat d’Abou Mahdi al-Mohandes, commandant adjoint des Hachd al-Chaabi, et du général de corps d’armée iranien Qassem Soleimani, commandant en chef de la Force Qods du Corps des gardiens de la Révolution islamique. Ces jours-ci les troupes US ont l’air de « rats piégés »...

https://french.presstv.com/Detail/2021/04/10/649149/Irak-Etats-Unis-accord-negociations-strategique-Resistance-attaque-Hachd