Veilleur en éveil

 

Dans CUBA

CUBA DEPASSE 9 MILLIONS DE DOSES D'ANTI-COVID-19 ADMINISTREES

Le 30/07/2021

30 Juillet 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-07-29 18:58:30

 

 

La Havane, 29 juillet (RHC) Le Ministère de la Santé Publique de Cuba (Minsap) a rapporté ce jeudi que jusqu’au 27 juillet dernier, 9 millions 85 mille 122 doses de candidats vaccinaux anti-COVID-19 cubains ont été administrées dans le pays.

À ce jour, trois millions et demi de personnes ont reçu au moins une dose d’un candidat vaccin  cubain, dont trois millions et 48468 personnes ont déjà reçu une deuxième dose et deux millions et 536 mille 149 une troisième dose.

S’agissant de l’intervention sanitaire dans les groupes et territoires à risque, l’entité cubaine signale que depuis mai 2021, des travailleurs de la santé, de BioCubaFarma, des étudiants en sciences médicales et d’autres groupes à risque sont impliqués dans cette tâche; ainsi que la population des territoires choisis par étapes.

Dans ce cas, un total de 8 millions 487914 doses ont été administrées dans ce groupe.

Dans le cadre des recherches associées aux candidats vaccinaux cubains 'Soberana 02' et 'Abdala' (vaccin depuis début juillet), une étude d’intervention ciblant des sujets appartenant à des groupes à risque et pouvant fournir des données pertinentes a été réalisée. (Source : ACN)

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/265503-cuba-depasse-9-millions-de-doses-danti-covid-19-administrees

 

Tag(s) : #Cuba

Dans VIETNAM

LE VIETNAM SOUHAITE COOPERER AVEC CUBA POUR DES VACCINS ANTI-COVID-19

Le 30/07/2021

29 Juillet 2021

 

Hanoi, 29 juillet (Prensa Latina) Le premier ministre Pham Minh Chinh a exprimé aujourd’hui l’intérêt du Vietnam à intensifier la coopération avec Cuba dans les essais cliniques, l’octroi de licences, la fourniture et le transfert de technologie pour produire des vaccins contre la Covid-19. 

En recevant l’ambassadeur cubain sur place, Orlando Hernández Guillén, le chef du gouvernement a salué les progrès de l’île dans ce domaine et a exposé ceux de son pays, qui travaille sur trois candidats vaccinaux, dont l’un est à un stade très avancé.

Il a rappelé qu’au début du mois, il s’était entretenu par téléphone avec son homologue cubain, Manuel Marrero, sur les perspectives de collaboration bilatérale dans divers domaines, et que l’une de celles qui avaient le plus de chances immédiates de se concrétiser était celle concernant les vaccins anti-Covid-19.

L’idée a également été abordée hier par les principaux dirigeants des partis communistes des deux nations, Nguyen Phu Trong et Miguel Diaz-Canel, lors d’un échange téléphonique au cours duquel ils ont réaffirmé l’amitié immuable entre le Vietnam et Cuba.

Déjà à la mi-juin, lors d’une réunion virtuelle, les ministres de la Santé du Vietnam, Nguyen Thanh Long, et de Cuba, José Ángel Portal, avaient évoqué la fourniture d’un vaccin contre la maladie, en particulier Abdala, et le transfert de technologie pour sa production dans le pays Indochinois.

L’ambassadeur Hernández Guillén a manifesté à Minh Chinh que la légation cubaine à Hanoi resterait en contact étroit avec les institutions compétentes pour promouvoir la coopération en matière d’immunisants et tous les autres domaines couverts par les relations bilatérales.

À cette occasion, au nom du Parti communiste, de l’État et du peuple vietnamiens, le chef du gouvernement a fait symboliquement don au diplomate insulaire de 10 mille tonnes de riz pour aider Cuba à faire face aux difficultés alimentaires découlant du blocus des États-Unis et de la pandémie de Covid-19.

Nous accompagnerons côte à côte le peuple cubain qui, dans les moments les plus difficiles de notre histoire, a été avec nous et a rendu valide la phrase de son dirigeant Fidel Castro 'Pour le Vietnam Cuba est prête à donner jusqu’à son propre sang', a déclaré Minh Chinh.

Deux mille autres tonnes de riz ont été données par le Comité du Parti communiste à Hanoi à La Havane, en geste fraternel de capitale à capitale.

Ces dons, a souligné Minh Chinh, démontrent les liens particuliers de fraternité et de solidarité qui nous unissent à Cuba.

peo/rgh/asg

source:http://frances.prensa-latina.cu/index.php?option=com_content&view=article&id=886834:le-vietnam-interesse-a-cooperer-avec-cuba-pour-des-vaccins-anti-covid-19&opcion=pl-ver-noticia&catid=49&Itemid=101

Tag(s) : #Cuba#vietnam

Dans FRANCE

Dr GERARD DELEPINE – L’OBLIGATION VACCINALE : SANS AUCUNE LOGIQUE MEDICALE !

Le 30/07/2021

L’obligation vaccinale : sans aucune logique médicale !

Par Dr Gérard Delépine

Mondialisation.ca, 29 juillet 2021

nouveau-monde.ca

Région : 

Thème: 

Analyses: 

 10   0  0  23

[Voir aussi sur : Réarmer l’intelligence ! (upinsky.work)][1]

Enfin la réfutation des allégations anti-scientifiques du Président Macron à Tahiti :

L’obligation “vaccinale” des soignants et des pompiers sans aucune logique vaccinale, Dr. Gérard Delépine, chirurgien et statisticien (26 juillet 2021)

L’obligation vaccinale des soignants et des pompiers n’a aucune logique médicale

L’obligation voulue par la majorité parlementaire serait un scandale médical et démocratique contraire aux engagements de la France

Les personnels hospitaliers et les pompiers ne sont pas des enfants et mesurent mieux que les politiques et leurs experts souvent corrompus les bénéfices/risques des vaccins. Pourquoi les injurier, et leur imposer un vaccin inefficace et dangereux ?

Au moins 6 raisons majeures s’opposent à une telle obligation :

1°) Ces pseudo vaccins sont totalement expérimentaux. Leur obligation est contraire à la convention d’Oviedo que la France a signé.

2°) Ils n’offrent pas aux vaccinés une protection réelle contre la maladie.

3°) Ils sont incapables de limiter la transmission de la maladie et donc de protéger les contacts.

4°) Ils exposent à de nombreuses complications, dont certaines mortelles.

5°) Des traitements préventifs peuvent protéger les soignants et leurs contacts

6°) Imposer une obligation vaccinale va désorganiser davantage l’hôpital

1°) Ces pseudo vaccins sont doublement expérimentaux

Il s’agit non pas de vrai vaccin (composé d’antigènes spécifiques) mais de médicament génétique qui ordonne à l’organisme de fabriquer la protéine Spike dont la nocivité vasculaire est connue.

Ils sont le fruit d’une technologie jusqu’ici jamais utilisée pour fabriquer des médicaments humains anti-infectieux et qui aurait dû faire redoubler de précautions.

Les vaccins ont été mis sur le marché avec une « autorisation conditionnelle », car on ne dispose actuellement d’aucun résultat définitif d’essais. Ceux-ci devraient se terminer seulement en 2023-2024, ainsi que le précise le site officiel américain clinicaltrials.gov consultable par tout un chacun.

Imposer un traitement expérimental est contraire aux lois internationales signées par la France depuis le procès de Nuremberg 1947[2]

Et en particulier contraire à la Convention internationale d’Oviedo[3] signée le 4 avril 1997 à Oviedo, en Espagne et entrée en vigueur le 1er décembre 1999, seul instrument juridique contraignant international pour la protection des droits de l’homme.

La convention d’Oviedo reprend les principes de la Déclaration universelle des droits de l’homme et de la déclaration d’Helsinki[4] de l’Association Médicale mondiale qui énonce clairement :

25. La participation de personnes capables de donner un consentement éclairé à une recherche médicale doit être un acte volontaire. Bien qu’il puisse être opportun de consulter les membres de la famille ou les responsables de la communauté, aucune personne capable de donner un consentement éclairé ne peut être impliquée dans une recherche sans avoir donné son consentement libre et éclairé.

8. Si l’objectif premier de la recherche médicale est de générer de nouvelles connaissances, cet objectif ne doit jamais prévaloir sur les droits et les intérêts des personnes impliquées dans la recherche.

2°) Les vaccinés ne sont pas protégés de la maladie, ni de ses formes graves

Les gouvernants, les services de vaccination, les médecins corrompus ou crédules et les médias nous répètent en boucle le crédo des laboratoires, ou de dirigeants prétendant que les pseudo vaccins actuels seraient efficaces à plus de 90 %. Il s’agit d’un énorme mensonge démenti par les faits avérés.

À Gibraltar, le taux de couverture vaccinal atteint 115 % (les Espagnols travaillant à Gibraltar ont aussi été vaccinés) mais l’épidémie repart fortement depuis début juillet 2021

Aux Émirats Arabes Unis, champion arabe de la vaccination depuis fin décembre 2020 le nombre de contaminations journalières reste plus élevé qu’avant la vaccination

Les marins du groupe aéronaval de la Royal Navy du HMS Queen Elizabeth, tous complètement vaccinés depuis plus de six mois, sont touchés par une épidémie de cas de Covid avec plus de 100 cas depuis une escale à Chypre.

La vaccination à 100 % n’empêche donc ni les contaminations ni les transmissions. Toute nouvelle contamination d’un seul vacciné constitue un échec ; on n’en observe heureusement presque jamais avec les vrais vaccins.

Les pseudo vaccins actuels n’évitent ni les formes graves ni la mort

L’analyse des données de l’OMS concernant les pays champions de la vaccination démontre que dans tous ces pays les premiers mois de la vaccination ont été marqués par une recrudescence forte des mortalités covid19.

Ainsi en Grande-Bretagne, les six mois post-vaccination ont été assombris par 68 183 morts supplémentaires alors que les 9 mois précédents n’en comptaient que 61 245.

Comme en Israël où l’on a recensé 3085 morts avant la vaccination et 3372 pendant les 6 mois qui ont suivi la vaccination de masse, comme aux Émirats Arabes Unis (642 avant vs 1274 après) ou à Gibraltar (11 avant et 83 après).

L’explication la plus vraisemblable de l’aggravation des mortalités après vaccination est la présence d’anticorps facilitants[5] dont le risque avait été signalé dès janvier 2021 par l’Académie de médecine[6]:

« le risque individuel d’aggravation par “anticorps facilitants” doit être évoqué quand l’infection survient chez une personne ayant un faible taux d’anticorps neutralisants ».

Aveu du ministre de la Santé sur les aléas de la vaccination en mars 2021

Cette incapacité à prévenir les formes graves de la maladie a même été affirmée par le ministre de la Santé Olivier Véran dans son argumentation récente devant le Conseil d’État[7]

« efficacité partielle des vaccins »,

« les personnes vaccinées sont aussi celles qui sont les plus exposées aux formes graves et aux décès en cas d’inefficacité initiale du vaccin ou de réinfection post-vaccinale ou de la virulence d’un variant. »

En Israël, les vaccinés représentent actuellement 56 % des nouveaux patients en réanimation.

En Grande-Bretagne Santé Publique Angleterre, constate que sur les 257 personnes qui sont mortes de Covid entre le 1er février et le 21 juin 2021, 163 (63,4 %) avaient déjà reçu au moins une dose du vaccin, et conclue : « les personnes vaccinées meurent plus que les non vaccinées ».

Prétendre que la pseudo vaccination Covid protège contre les formes graves ou la mort ne constitue donc qu’un énorme mensonge publicitaire.

3°) Les pseudo vaccins actuels sont incapables d’empêcher la transmission

La motivation sociétale « il faut vacciner les soignants pour protéger les malades ou les pensionnaires des EHPAD » n’est pas plus fondée scientifiquement que la foi en un bénéfice individuel.

Aucune étude scientifique n’a pu démontrer que les injections diminueraient le risque de transmettre la maladie. L’examen des chiffres et des courbes officiels des cas publiés par l’OMS ou OurWorldinData montre le contraire.

Les exemples britannique, israélien et espagnol affirment l’absence d’efficacité des pseudo vaccins contre la dissémination de la maladie dans les populations.

Dans tous ces pays qui ont beaucoup vacciné, on observe depuis plus d’un mois une forte récidive forte de l’épidémie

Le professeur Delfraissy et quatre membres du comité scientifique avaient prévenu[8] de l’échec prévisible de la stratégie vaccinale actuelle :

« des études suggèrent que l’émergence et la propagation des variants du SRAS-CoV-2 sont corrélées à l’absence de protection immunitaire robuste après une première exposition à des virus (de type sauvage) antérieurs, voire à un vaccin. Cette évolution, associée à l’émergence de mutants de fuite immunitaire, a non seulement été observée avec le SRAS-CoV-2, mais également avec d’autres virus. Ce changement de comportement virologique a de nombreuses conséquences, non seulement pour les vaccins et les traitements, mais aussi pour les stratégies de prévention et de contrôle. La fin tant attendue de cette crise sanitaire mondiale pourrait être continuellement reportée, car de nouvelles variantes émergent et l’évasion immunitaire réduit l’efficacité de la vaccination à court et moyen terme ».

Cette incapacité du vaccin à prévenir la transmission a elle aussi été reconnue par O. Veran dans son argumentaire devant le Conseil d’État :

« le vaccin n’empêche pas de transmettre le virus aux tiers. »

Il est donc illusoire d’imposer la vaccination des soignants pour limiter la transmission dans les hôpitaux. Et parfaitement mensonger d’affirmer qu’elle pourrait le faire.

4°) Les vaccins actuels exposent à de nombreuses complications graves

Les campagnes de vaccination des soignants de plusieurs hôpitaux ont été retardées ou interrompues du fait de réactions indésirables rendant 20 % à 40 % des personnels incapables de travailler pendant plusieurs jours. La Haute Autorité de Santé a depuis recommandé d’échelonner les vaccinations des soignants d’un même service.

Les sportifs de haut niveau ont fréquemment constaté après vaccination des baisses de performances pendant une à plusieurs semaines. Les très mauvais résultats récents de Mbappé ont d’ailleurs succédé à sa vaccination très médiatisée.

Les pompiers des Bouches-du-Rhône ont suspendu leur campagne de vaccination après qu’un pompier d’Arles ait été hospitalisé pour une arythmie cardiaque après sa première injection.

Mais des complications graves sont très nombreuses et le site Eudravigilance comptabilise actuellement plus de 1 900 000 effets indésirables, dont plus de 17 000 décès possiblement liés à la vaccination Covid.

Il serait raisonnable de comparer ces chiffres énormes de décès et accidents liés à l’injection anticovid à ceux des vaccins les plus répandus dans le monde comme ceux contre la rougeole ou la poliomyélite qui n’ont jamais donné une mortalité notable. Pourquoi serait-ce acceptable pour l’injection génique ?

Ils sont infiniment trop élevés pour une pratique théoriquement préventive, chez des gens bien portants qui le plus souvent ne risquent rien du Covid. On ne devrait pas tolérer que continue cette campagne de pseudo « vaccination ».

À Nantes, un étudiant en médecine de 24 ans sportif et en bonne santé est mort après la vaccination et un agent de service hospitalier au sein de l’hôpital Clémenceau de La Garde.[9]

Ces complications sont d’autant plus inacceptables que les soignants et les pompiers ont pour la plupart moins de 60 ans et qu’ils ne risquent pratiquement rien du Covid. Elles expliquent les réticences des personnels à se faire vacciner.

5°) On peut protéger les soignants et leurs contacts par des traitements préventifs sans risques et bon marché

Le 22 mai 2020, le conseil indien pour la recherche médicale a recommandé la prévention par hydroxychloroquine pour le personnel soignant et les membres de familles au contact des malades et a rajouté l’Ivermectine à ses recommandations lors de la poussée épidémique qui a été rapidement contrôlée. Au 25/7/2021, malgré ses hôpitaux en pire état que les nôtres, un très faible taux de vaccination, l’Inde déplore 322 morts/million d’habitants contre 1694/M en France. L’interdiction de tout traitement précoce aboutit à ce qu’on compte 5 fois plus de morts/million que les hindous.

Si on veut limiter l’épidémie, ce n’est pas de vaccin dont on a besoin, mais de traitements précoces administrés par les médecins traitants !

6°) Poursuivre dans son désir d’imposer une obligation vaccinale va désorganiser davantage l’hôpital

Proposer une obligation vaccinale traduit dans ces conditions un comportement totalitaire totalement déconnecté de la vie réelle et des faits avérés

Les syndicats de personnel hospitalier organisent actuellement des grèves et de nombreux soignants ont annoncé leur volonté de démissionner ou de se mettre en arrêt de travail si le gouvernement maintient ses menaces et les directions le harcèlement moral qui constitue aussi un délit.

Expérimentaux, incapables de réellement protéger contre le Covid19, incapables d’éviter la transmission de la maladie, et sources de complications pour une maladie quasiment toujours bénigne chez les soignants et les pompiers jeunes, les vaccins n’ont actuellement aucun intérêt pour leur entourage et leurs patients. Vouloir les imposer autoritairement va démotiver ces personnels et en faire démissionner davantage alors qu’on n’a cruellement besoin.

Dr Gérard Delépine

Chirurgien et statisticien

Notes :

[1] Docteur Nicole Delépine – Site Officiel du Docteur Nicole Delépine, Pédiatre, Oncologie
https://docteur.nicoledelepine.fr

[2] Lors du procès des médecins de Nuremberg, la pratique d’essai vaccinaux forcés sur les déportés a été l’une des raisons de plusieurs condamnations à mort

[3] « Convention pour la protection des droits de l’homme et de la dignité de l’être humain à l’égard des applications de la biologie et de la médecine : Convention sur les droits de l’homme et la biomédecine »,

[4] https://www.wma.net/fr/policies-post/declaration-dhelsinki-de-lamm-principes-ethiques-applicables-a-la-recherche-medicale-impliquant-des-etres-humains/
Suite des conventions internationales signées par les pays depuis le procès de Nuremberg

[5] Lee WS et al. Antibody-dependent enhancement and SARS-CoV-2 vaccines and therapies. Nat Microbiol. 2020 ;5(10) : 1185-91

[6] Communiqué de l’Académie du 15 janvier 2021 : Élargir le délai entre les deux injections de vaccin contre la Covid-19 : quels risques pour quels avantages ?

[7] https://www.europe1.fr/sante/un-octogenaire-demande-au-conseil-detat-a-etre-deconfine-apres-avoir-ete-vaccine-4034911

[8] 1. Laetitia Atlani-Duault, Bruno Lina, Franck Chauvin, Jean-François Delfraissy Denis Malvy L’évasion immunitaire signifie que nous avons besoin d’un nouveau contrat social COVID-19 Lancet 18 février 2021DOI :
https://doi.org/10.1016/S2468-2667(21)00036-0

[9] https://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/var/toulon/toulon-deces-d-un-varois-vaccine-au-pfizer-la-famille-porte-plainte-2167600.html

La source originale de cet article est nouveau-monde.ca

Copyright © Dr Gérard Delépinenouveau-monde.ca, 2021

https://www.mondialisation.ca/lobligation-vaccinale-sans-aucune-logique-medicale/5658764

Dans FRANCE

PASSE SANITAIRE : PREUVE QUE TOUT ETAIT DEJA PREVU AVANT JANVIER 2020 !

Le 29/07/2021

Passe sanitaire : preuve que tout était déjà prévu avant janvier 2020 !

Par Claude Janvier

Mondialisation.ca, 29 juillet 2021

Région : 

Thème: 

Analyses: 

 3   0  0  3

C’est bête de faire des erreurs, surtout venant de Santé publique France. Surtout qu’ils n’en sont pas à leur coup d’essai. Dans leur rapport – Covid-19 : point épidémiologique hebdomadaire du 1er avril 2021 -, le nombre total des décès dus au virus est publié page 41: « Entre le 1er mars 2020 et le 30 mars 2021 : Total de 95 364 décès de patients Covid ». Puis, page 43, tableau 10 : « 14 471 décès imputés au Covid-19 seul, 27 031 décès imputés au Covid-19 mais avec une ou plusieurs comorbidités, donc un total de 41 502 décès ». Entre les deux totaux, une différence de 53 862 décès. Ah ! quand même…Le vrai total n’a donc plus rien à voir avec le bourrage de crâne politico/médico/médiatique. (1)

Que se passait-il en janvier 2020 ?
– 98 cas de Coronavirus dans le monde, pas de décès. (2)
– Le vaccin contre la Covid-19 avait fait l’objet de recherches alors que la pandémie coronavirus (Covid-19) n’avait pas commencé. Ainsi, le cofondateur de BioNTech a expliqué, le 20 novembre 2020, que son vaccin a été conçu en quelques heures dès janvier 2020. (Le Point du 12/12/2020 : … Et il n’aura pas fallu beaucoup plus de temps au cofondateur de BioNTech pour élaborer le précieux élixir. Ugur Sahin aurait en effet conçu le vaccin en quelques heures à la mi-janvier, selon The Journal, un podcast du Wall Street Journal…) (3)
– 13 janvier 2020 : en France, la « sinistre » de la santé du moment, Agnès Buzyn, et son directeur général de la santé, Jérôme Salomon, classe l’hydroychloroquine dans les substances vénéneuses. Étrange, car ce médicament, utilisé depuis plusieurs décennies, a fait ses preuves sur le marché. Commercialisé sous le nom de Plaquenil, il ne devient disponible que sur ordonnance.

Revenons au présent. Tout a commencé il y a quelques jours, lorsque mon épouse et moi, avions décidé de se prendre quelques jours de vacances en Bretagne, histoire de se changer les idées face à la morosité covidienne et aussi, d’en profiter un peu avant l’imposition du passe sanitaire liberticide.

Vendredi 23 juillet 2021 : nous étions devant l’entrée du château de Fougères, quand mon regard fut attiré par une affiche indiquant : « Pass Sanitaire Covid-19 ». Déjà ! Diantre, rapide comme l’éclair ce gouvernement. Pour augmenter le SMIC et les retraites, ça traîne, mais pour ce genre de choses, ça carbure. En plus, sabotage de la langue française. Pourquoi écrire « Pass » en anglais ? Pour avoir l’air branché ? Allô M. Blanquer ? Un commentaire ?

Je prends donc en photo la fameuse affichette que l’on va devoir subir dans notre champ de vision jour après jour et qui orne déjà toutes les entrées des sites et des établissements recevant du public. Peu de temps après, un ami me demande si j’ai regardé la date en bas à gauche du document. Je jette un œil, et je découvre avec stupeur ceci : W-0333-001-2003-20 janvier 2020. Suivi du logo ne pas jeter sur la voie publique.

En recherchant sur Google la référence ci-dessus et la date, je tombe directement sur Santé publique France. Organisme d’Etat. Notez au passage qu’ils ont reçu 3,831 milliards d’euros de subvention pour 2021 – oui, vous lisez bien – pour 625 agents. Déjà en 2020, cet organisme avait reçu une dotation exceptionnelle de 860 millions d’euros. (4). Tout cet argent pour pondre des rapports alarmants, soporifiques, souvent mensongers et des affiches Covid. Démentiel !

J’ai mis sur mon compte Twitter, https://twitter.com/JANVIERClaude1, ma photo de l’affiche. Beaucoup de rififi à ce propos sur le réseau, surtout de la part d’une quantité non-négligeable de trolls macronistes.

Florilège :
– C’est la loi concernant le fait de ne rien jeter sur la voie publique, loi 2003, modifiée en 2020.
– C’est la référence d’un papier utilisé en imprimerie, et je cite un commentaire : « ce marquage/logo a été imprimé en 01/2020 et depuis, il sert pour chaque nouvelle impression. »
– La photo est fausse.
– Vous avez retouché la photo avec l’ordinateur.
– Insultes diverses.

Sauf que, d’après mes recherches, cela ne correspond en rien :
– avec la loi de ne rien jeter sur la voie publique.
– avec une erreur de l’imprimerie nationale : parce que les affiches sont conçues en PDF virtuels avec la date indiquée dessus, donc des documents créés au fur et à mesure des événements par Santé publique France et téléchargeables pour qui veut.
– C’est une vraie photo : il suffit d’aller sur Google et de trouver avec le numéro cette affiche toujours disponible chez un bon nombre d’institutions départementales et régionales. (5)(6)

Cette affiche a été conçue par Santé publique France le 20 janvier 2020. Pas de doute possible. Or, à cette date, personne n’avait entendu parler du passe sanitaire, ni des confinements, ni du masque obligatoire, etc. A chacun d’en tirer des conclusions.

Toute cette coronafolie était donc bien prévue avant janvier 2020. Dur à avaler certainement pour beaucoup, mais le fait est là. Tout ce cinéma infernal afin de permettre à quelques labos d’empiler des milliards d’euros. Répugnant.

Il est plus que temps de faire le ménage, d’établir une véritable démocratie et de retrouver notre souveraineté.

Claude Janvier
Ecrivain, polémiste.

 

Claude Janvier est  co-auteur avec Jean-Loup Izambert du livre « Le virus et le président ». IS édition.

Notes :
(1) https://www.santepubliquefrance.fr/maladies-et-traumatismes/maladies-et-infections-respiratoires/infection-a-coronavirus/documents/bulletin-national/covid-19-point-epidemiologique-du-1er-avril-2021

(2) Source : OMS, Déclaration du Directeur général de l’OMS sur le Comité d’urgence du RSI sur le nouveau coronavirus (2019-nCoV), 30 janvier 2020.

(3) https://www.lepoint.fr/sante/covid-19-comment-le-cofondateur-de-biontech-a-concu-un-vaccin-en-quelques-heures-12-12-2020-2405471_40.php

(4) Tec hopital 24 février 2021 la dotation exceptionnelle de Santé publique France pour 2021 passe à 3,8 milliards d’euros pour la « prévention épidémique et la constitution de stocks stratégiques  » – …de caviar et de champagne peut-être car à ce tarif-là…

(5) https://museum.nantesmetropole.fr/files/live/sites/museum/files/06_Venir/Passe_Sanitaire_20210721.pdf

(6) https://www.gouvernement.fr/sites/default/files/affiche_a4_m1_0.pdf

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Claude Janvier, Mondialisation.ca, 2021

https://www.mondialisation.ca/passe-sanitaire-preuve-que-tout-etait-deja-prevu-avant-janvier-2020/5658732

Dans CUBA

LE VIETNAM FAIT DON DE 12 000 TONNES DE RIZ A CUBA

Le 29/07/2021

29 Juillet 2021

Le Vietnam fait don de 12 000 tonnes de riz à Cuba
29 juillet 2021
ACN
ACN
Le Premier ministre Pham Minh Chinh a remis symboliquement la cargaison à Orlando Hernández Guillén, ambassadeur de Cuba à Hanoï, selon l'agence de presse Prensa Latina.
Le Vietnam a fait don de 12 000 tonnes de riz à Cuba aujourd'hui.

Un don de 12 000 tonnes de riz a été fait aujourd'hui par le Vietnam à Cuba pour l'aider à faire face aux difficultés alimentaires causées par le blocus économique, commercial et financier imposé par les États-Unis et la pandémie de Covid-19.

Le Premier ministre Pham Minh Chinh a remis symboliquement la cargaison à Orlando Hernández Guillén, ambassadeur de Cuba à Hanoï, selon l'agence de presse Prensa Latina.

Sur ce volume, 10 000 tonnes ont été données par le Parti communiste (PCV), l'État vietnamien et le peuple vietnamien, a déclaré le chef du gouvernement, tandis que les 2 000 tonnes restantes ont été apportées par le Comité de l'organisation politique de la capitale de ce pays.

Ces dons, a déclaré Pham Minh Chinh, démontrent les liens particuliers de fraternité et de solidarité qui nous unissent à Cuba.

Nous serons aux côtés du peuple cubain qui, dans les moments les plus difficiles de notre histoire, nous a soutenus et a rendu valide la phrase de son leader Fidel Castro : "Pour le Viêt Nam, Cuba est prêt à donner jusqu'à son propre sang", a-t-il déclaré.

En remerciant de tels gestes, Hernández Guillén a cité Miguel Díaz-Canel, premier secrétaire du Parti communiste de Cuba et président de la nation, comme une manifestation éclatante de la solidarité immuable du Vietnam et une source d'encouragement pour la Révolution et le peuple cubain.

Le diplomate a souligné que cette solidarité s'exprime tout particulièrement en ce moment où Cuba doit faire face au blocus américain, intensifié pendant la pandémie, et aux forces qui cherchent à détruire la Révolution en utilisant la tromperie et la déformation des faits sur les réseaux sociaux.

Il a rappelé que ce soutien a été palpable aux Nations unies et à travers les déclarations du ministère des affaires étrangères, de l'Union des organisations d'amitié, de l'Association d'amitié Vietnam-Cuba, du Club des diplômés de la nation des Caraïbes et de l'Union des femmes vietnamiennes.

Également, grâce aux précieuses contributions matérielles du PCV, de l'État, du gouvernement et des ministères de la défense nationale et de la sécurité publique.
Il y a deux jours, lors d'une conversation téléphonique avec Miguel Díaz-Canel, le secrétaire général du PCV Nguyen Phu Trong a réaffirmé la solidarité indéfectible de son pays avec Cuba.

En recevant le don de riz jeudi, l'ambassadeur Hernández Guillén a déclaré : "Aujourd'hui, nous recevons une fois de plus la main de la solidarité, fraternelle, ferme, du Vietnam, géographiquement éloigné, mais proche dans nos sentiments et nos cœurs".

source : https://www.pcc.cu/noticias/vietnam-dona-12-mil-toneladas-de-arroz-cuba

Tag(s) : #vietnam#Cuba

Dans PEROU

PEROU : LE PRESIDENT ELU PEDRO CASTILLO NE RECEVRA PAS LE SALAIRE DU PRESIDENT DU PEROU MAIS CELUI D’ENSEIGNANT

Le 28/07/2021

27 Juillet 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-07-26 18:36:42

 

 

Lima, 26 juillet (RHC) Le président élu du Pérou, Pedro Castillo, a annoncé qu’il demandera au Congrès que les salaires des ministres et des Congressistes baissent de moitié, selon sa déclaration à l’Assemblée Nationale 2021 de son parti, Pérou Libre, ont informé des médias locaux.

“Nous allons proposer au sein du Congrès que les salaires des ministres et des Congressistes soient réduits de 50% », a déclaré le politicien. Nous allons renoncer au salaire présidentiel et nous allons conduire le destin de la nation avec le salaire d’enseignant » a-t-il ajouté.

Mardi dernier les autorités électorales péruviennes ont confirmé finalement la victoire du candidat de la gauche et l’on proclamé président du Pérou, après une attente tendue de plus d’un mois, qui a maintenu le pays sur le point d’une nouvelle crise politique depuis le second tour des élections du 6 juin.  

Le Jury National Électoral (JNE) a proclamé gagnant le binôme présidentiel de Pérou Libre, formée par Pedro Castillo en tant que président et Dina Boluarte en tant que première vice-présidente.

Les élections ont eu lieu au milieu d’une polarisation politique intense, suite à une période convulse marquée par la démission du chef d’État Pedro Pablo Kuczynski ; la destitution de son successeur, Martín Vizcarra ; la courte période présidentielle de Manuel Merino - qui a quitté le poste sous la pression des protestations populaires- et l’actuelle gestion de Francisco Sagasti, qui devra faire la passation à Castillo.

Le nouveau Congrès qui sera formé le 27 juillet, est marqué par un haut niveau de fragmentation. Quelques experts parlent de la possibilité que l’extrême droite puisse avancer des mesures telle qu’une révocatoire ou une accusation constitutionnelle, un vote de censure ou un autre type de mécanisme pour affaiblir l’Exécutif, ce qui signifierait le défi d’obtenir un soutien populaire pour écarter ces possibilités.  

Source Russia Today

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/265100-castillo-ne-recevra-pas-le-salaire-du-president-du-perou-mais-denseignant

 

Tag(s) : #Pérou#Castillo

Dans LIBAN

UN HOMME POLITIQUE LIBANAIS : LES USA ONT ENCOURAGE LA FAILLITE DU LIBAN ET EMPECHENT LES CONCLUSIONS SUR L’ EXPLOSION DU PORT DE BEYROUTH

Le 27/07/2021

Les USA ont encouragé la faillite du Liban et empêchent les conclusions sur l’explosion du port de Beyrouth, accuse un homme politique libanais

 Depuis 1 heure  27 juillet 2021

wakim

 Article traduit - Liban - Moyent-Orient

 

Rédaction du site

Selon le chef d’un parti libanais laïc et anti confessionnel, les Etats-Unis ont encouragé la corruption au Liban pour provoquer sa faillite, et empêchent  aujourd’hui d’aboutir aux conclusions dans l’enquête sur l’explosion dans le port de Beyrouth.

Dans une interview accordée à la chaine de télévision d’informations libanaise Al-Mayadeen, le chef du Mouvement populaire (MP) Najah Wakim a accusé les Etats-Unis d’intervenir pour empêcher d’aboutir à une conclusion dans l’enquête sur l’explosion dans le port de Beyrouth.

Faisant partie de ceux qui défendent la thèse selon laquelle cette explosion a été causée avec préméditation et non accidentellement par négligence, le chef de ce parti politique libanais a déclaré que « la décision de bombarder le port de Beyrouth est américaine, et qu’elle aurait pu être exécutée par Israël».
« Qui a le plus intérêt à perturber le transit, l’une des fonctions les plus importantes du Liban ? », s’est-il interrogé.

Le 4 août 2020, une énorme explosion, l’équivalent d’un dixième de la charge de l’arme atomique selon certaines estimations, a réduit en miettes le port de Beyrouth et ravagé des quartiers situés aux alentours. Tuant plus de 200 personnes et blessant plus de 5.000 autres.

A été mis en cause l’incendie qui s’était déclaré quelques minutes avant, dans un hanger où étaient stockées depuis 2013 quelque 2700 tonnes de nitrate d’ammonium et d’autres produits inflammables, mais les conclusions de l’enquête tardent à venir. Celle-ci a été essentiellement diligentée par des équipes française, britannique, allemande en plus du BI  qui sont venus directement après l’explosion.

« Washington ouvre les lignes entre Israël et les pays arabes et empêche le Liban d’ouvrir les siennes avec la Syrie », a aussi accusé M. Wakim qui a été député pendant plus de trente années.

En outre, cet homme politique chevronné et connu pour son franc parlé estime que les États-Unis ont encouragé la corruption au Liban et protègent ses symboles. L’une des raisons de la crise économique et inancière qui touche le Liban depuis in 2019
« Ce sont les instructions américaines qui ont conduit le Liban à la faillite », a-t-il ajouté.
Selon lui “les politiques économiques qui ont été mises en œuvre au Liban depuis 1992 sont américaines, et elles ont été exécutées par les sbires de Washington ».

M. Wakim fait allusion à d’innombrables responsables de la classe politique libanaise qui sont entièrement dévoués aux Etats-Unis et exécutent leurs ordres à la lettre depuis la fin de la guerre civile au Liban, au début des années 90 du siècle dernier. Le chef de la Banque du Liban Riad Salamé en fait partie. C’est grâce au soutien infaillible des Etats-Unis qu’il est maintenue à la tête de cette institution quoiqu’il a refusé de répondre à 57% des questions de la procédure d’audit juricomptable présentée le cabinet d’Alvarez & Marsal.

Le Liban connait la pire crise économique et financière de son histoire. Elle est marqué par un fort endettement, – plus de 90 miliars de $- qui a été causé par des politiques économiques et financières catastrophiques ,  et aggravé par une corruption endémique. La livre libanaise ayant perdu plus de 90% de sa valeur par rapport au dollar, l’inflation ait rage et plus de 50% de la population est désormais au dessous du seuil de pauvreté.

A cet égard, M. Wakim a opte pour une sortie de crise  que ne soit pas sous la coupe des Etats-Unis ni de l’Occident et leurs institutions internationales, mais via une ouverture vers l’Est, la Russie et la Chine entre autres.
« le Liban n’est pas sur la carte du Moyen-Orient de Washington, alors qu’il y a un intérêt russo-chinois pour sa survie…La Russie a intérêt à ne pas fragmenter le Liban », a-t-il souligné, indiquant que « les Américains ont entraîné le Liban dans une guerre civile l’année dernière », et que c’est « la Russie qui a empêché cela ».
Il a souligné que « le projet de Washington en Syrie était de renverser l’État. Et comme il a échoué là-bas, il essaie de le mettre en œuvre au Liban ».

Les Russes et les Chinois ont fait des propositions d’investissements dans plusieurs secteurs au Liban. Celle des russes a été proposée le mois dernier, et celle des Chinois quelque temps avant l’explosion du port de Beyrouth !

Source: Médias

https://french.almanar.com.lb/2117403

Dans RUSSIE

QUE CRAINT POUTINE ? UN CANDIDAT DU PARTI COMMUNISTE INTERDIT DE SE PRESENTER AUX ELECTIONS DE LA DOUMA

Le 27/07/2021

26 Juillet 2021

Lundi 26 juillet 2021
Que craint Poutine ? Un candidat du Parti communiste interdit de se présenter aux élections de la Douma


Pavel Grudinin, candidat du PCFR

Près de deux mois avant les élections législatives en Russie, la Commission électorale centrale a interdit à Pavel Grudinin, candidat du Parti communiste de la Fédération de Russie (PCFR), de participer au vote. 
Grudinin, qui a remporté 12 % des voix lorsqu'il a défié Vladimir Poutine lors de l'élection présidentielle de 2018, a été exclu d'une liste de candidats parce que le bureau du procureur avait découvert qu'il détenait des actions dans une société étrangère, ont rapporté les agences de presse. 


Le candidat du Parti communiste, connu pour être à la tête d'une coopérative agricole (Lenin State Farm), a nié avoir des actifs étrangers et a lié sa disqualification par la commission électorale centrale à la possibilité pour les partis d'opposition d'afficher un résultat fort en septembre, a rapporté Interfax.

De son côté, le président du PCFR, Gennady Zyuganov, a dénoncé la décision de la commission électorale centrale, la qualifiant de "représailles éhontées, mesquines et sales", et a promis de faire appel de la décision auprès de la Cour suprême,

Comme l'a rapporté Reuters, un récent sondage d'opinion a montré que les communistes et d'autres partis d'opposition pourraient constituer une menace pour la domination du parti Russie Unie de Poutine à la Douma d'État, la chambre basse de la Russie, lors des prochaines élections.

"Le parti (communiste) est un parti d'opposition", a déclaré Grudinin, cité par Interfax. "Quelqu'un a peur de l'effet important que pourrait avoir une union des forces de gauche".

source : http://www.idcommunism.com/2021/07/what-does-putin-fear-communist-party-candidate-banned-from-running-in-duma-elections.html

Tag(s) : #Russie#PCFR#Communiste