HUBERT VEDRINE, EX-MINISTRE FRANÇAIS DES AFFAIRES ETRANGERES : « LES OCCIDENTAUX PENSAIENT ETRE LES ROIS DU MONDE »

tourtaux-jacques Par Le 14/08/2021 1

Dans Afghanistan

 

Les «Occidentaux pensaient être les rois du monde»: Hubert Védrine charge l’opération en Afghanistan

 Depuis 8 heures  14 août 2021

hubert_vedrine

 Afghanistan - Monde islamique

Alors que les forces internationales achèvent leur retrait d’Afghanistan et que les talibans lancent offensive sur offensive, Marianne revient sur le sujet de cette opération qui a duré 20 ans avec l’ex-ministre des Affaires étrangères Hubert Védrine, pour qui «c’est un aboutissement tragique» montrant «le niveau d’illusions des Occidentaux».

C’est à l’issue de 20 ans de présence en Afghanistan que les troupes étrangères, qui y stationnaient dans le cadre d’une mission de l’Otan menée par les États-Unis, se retirent du pays, en pleine offensive des talibans qui «pourraient isoler la capitale afghane dans les 30 jours et en prendre le contrôle dans les 90 jours», selon un responsable du département américain de la Défense.

L’opération est qualifiée «d’échec cuisant de l’Occident» par Marianne qui a interrogé sur le dossier Hubert Védrine. Outre l’aspect géographique du pays, «montagneux et difficile d’accès», l’ancien ministre des Affaires étrangères relève son éclatement «entre zones ethniques et tribales», ce qui signifie «qu’il ne suffit pas d’avoir la mainmise sur Kaboul pour contrôler tout le territoire».

«L’Afghanistan est le tombeau du droit d’ingérence. C’est un aboutissement tragique qui montre le niveau d’illusions des Occidentaux […]. Dans une vision délirante, les Occidentaux pensaient que la décolonisation n’avait pas eu lieu, qu’ils allaient régner sur le monde, et pouvoir imposer leurs conceptions des droits de l’homme dans une forme d’évangélisation. Cela a abouti à un fiasco monumental», indique-t-il.

« Nous avons menti à ces peuples »

Hubert Védrine rappelle qu’il avait approuvé la première opération en Afghanistan qui avait pour objectif d’écraser Al-Qaïda après les attentats du 11 septembre aux États-Unis.

« Le problème a été la deuxième phase qui a consisté à s’implanter en Afghanistan avec des milliers d’hommes pour imposer la modernité. Je trouve indigne d’avoir fait miroiter à ces populations nos valeurs droits-de-l’hommiste.»

Selon lui, celui qui connaissait l’Afghanistan réalisait à l’époque déjà «que ça ne marcherait pas».

«Ce n’était pas le cas des Occidentaux qui de manière générale pensaient être les rois du monde. Nous avons menti à ces peuples en danger, qu’on ne pouvait protéger. Le réalisme aurait été plus honnête», constate-t-il.

«L’immoralisme du moralisme»

Hubert Védrine ne repousse pas pour autant l’idée même d’intervenir, mais souligne qu’il est nécessaire de le faire seulement «là où nos intérêts vitaux sont en jeu».

«Dire qu’il faut éliminer un régime qui est une menace pour notre nation est intelligible par n’importe quel électeur français ou anglais. En revanche, aller imposer la démocratie et l’égalité hommes-femmes dans d’autres pays est complètement différent. Si cela excite les élites, les personnes normales décrochent», explique-t-il.

Il évoque dans ce contexte le sort de ceux «qui ont goûté au modernisme» et qui se retrouvent à présent abandonnés.

«C’est ce que j’appelle l’immoralisme du moralisme», poursuit l’ancien chef de la diplomatie française.

Interrogé sur le sort des auxiliaires de l’armée qui redoutent aujourd’hui, avec l’avancée des talibans, pour leur vie, Hubert Védrine estime indispensable de donner l’asile «à ceux qui ont pris des risques pour nous».

«Nous ferions mieux d’être plus rigoureux et exigeants afin d’octroyer le statut de réfugié à ceux qui le méritent vraiment. Ces personnes-là en font partie», ajoute-t-il pour conclure.

Les auxiliaires

Lors de son intervention en Afghanistan, de 2001 à 2012, l’armée française a employé sur place 800 Afghans dont l’un a été retrouvé abattu par les talibans fin juin dernier. Réalisant le danger de sa situation, cet ancien cuisinier d’une base militaire française avait adressé plusieurs demandes de visa depuis 2013, qui ont été rejetées à chaque fois parce qu’il ne remplissait pas les conditions de l’État français au rapatriement des auxiliaires de l’armée, notamment au «niveau de menace».

Un autre ancien employé de l’armée française en Afghanistan, un interprète, avait été tué par les talibans en octobre 2018 dans un attentat. Sa demande de visa pour la France avait également été rejetée.

Près de 270 d’entre eux ont été accueillis en France.

Progression des talibans

À l’approche de la fin de l’intervention militaire américaine, prévue pour le 31 août, et du retrait des troupes de l’Otan, les talibans ont intensifié leurs offensives à travers le pays.

Le 1er août, les islamistes ne possédaient aucune capitale de province. Moins de deux semaines plus tard, ils en ont conquis 14 sur les 34 que compte le pays et se vantent de l’entrée à Kandahar, la deuxième ville d’Afghanistan, et à Hérat, place forte de l’ouest du pays.

Entretemps, un sénateur américain a affirmé que la politique de Joe Biden en Afghanistan était «imprudente». Selon lui, si l’administration n’envoie pas des troupes supplémentaires sur le terrain pour soutenir les militaires afghans, «les talibans pourraient célébrer le 20e anniversaire des attentats du 11 septembre en incendiant l’ambassade à Kaboul» des États-Unis.

Source: Sputnik

https://french.almanar.com.lb/2128601

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires

  • Tourtaux

    1 Tourtaux Le 15/08/2021

    Brice Bikie
    Et oui Mr Védrine vous avez raison de le dire et maintenant la donne est entrain de changer dans le monde

Ajouter un commentaire