BURKINA FASO : LA FRANCE COMPLOTE!

tourtaux-jacques Par Le 29/08/2021 0

Dans Afrique

Burkina Faso : une force populaire qui a brisé Barkhane

Au Burkina Faso, le fait que l’idée de la création d’une force asymétrique, coopérant de façon très étroite avec l’armée fasse émule dans les pays voisins, a fait sortir les occidentaux de leurs gonds, d’où cette accusation basée sur un enregistrement sonore mettant en cause la cohésion de l’armée dans les unités, en discréditant certains de leurs chefs.

« Cet audio fallacieux, qui semble s’appuyer sur des faits non avérés qui se seraient déroulés en 2019, fait un récit orchestré dans lequel des chefs seraient accusés d’intelligence avec les terroristes à qui ils livrent des armes et pire ils donneraient la position des unités pour de l’argent », lit-on sur lefaso.net

De son côté, le chef d’état-major général des armée (CEMGA) a invité l’ensemble des troupes à ne pas céder à la manipulation et à rester concentrées sur leurs missions de défense et de protection des populations ainsi que de leurs biens.

En effet, l’armée burkinabè appuyée par ses forces populaires est parvenue à sécuriser les régions déstabilisées en quelque mois, ce que les forces étrangères n’ont pas réussi à faire pendant des années.

De plus, le fait que les forces de défense et de sécurité burkinabè ont annoncé il y a moins de 24 heures leur nouveau projet de réorganisation de ces forces et la nouvelle stratégie de la sécurité nationale, ont d’autant plus agacé l’axe USA-OTAN.

Cette accusation devient d’autant plus ridicule quand on sait que ce ne sont pas les forces armées africaines qui coopèrent avec les terroristes, mais que ces terroristes sont des agents secrets à la solde de l’axe USA-OTAN, des agents qui permettent à cet axe de garder la mainmise sur les pays africains.

Ces accusations se justifient également par ce courant que le Burkina Faso a soufflé au Sahel : celui de la cohésion interafricaine, de coalitions interarmées africaines et de la création des forces populaires asymétriques.

Ce courant passera tôt ou tard par tous les pays africains, d’où les multiples annonces des pays africains quant à une coopération bilatérale avec leurs voisins dans le cadre de la lutte antiterrorisme.

À titre d’exemple, la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso ont annoncé le mois dernier avoir l’intention de mutualiser leurs efforts et de multiplier les opérations antiterroristes à leur frontière commune.

De leur côté, le Bénin et le Burkina Faso ont validé en septembre 2020 un accord-cadre de coopération sur la gestion de leur frontière commune. Un accord qui vise à lutter contre l’insécurité en renforçant l’entente entre les populations des deux côtés de la frontière, tout en mettant en place des projets intégrateurs.

Le terrorisme sert les intérêts occidentaux en Afrique, mais également au Moyen-Orient. C’est donc aux armées nationales des pays du continent de prendre les choses en mains et d’éradiquer le terrorisme. L’alliance intra-africaine est un rempart de taille contre le néocolonialisme. Malgré tous les moyens à leur disposition, les Occidentaux ne sont pas à l’abri de cette alliance à grande échelle.

http://french.presstv.ir/Detail/2021/08/29/665404/Burkina-Faso--une-force-populaire-qui-a-bris%C3%A9-Barkhane

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire