ETHIOPIE : L'ETAU SE RESSERRE SUR LES USA!

tourtaux-jacques Par Le 20/11/2021 0

Dans Afrique

 Éthiopie: l'étau se resserre sur les USA!

En Éthiopie, l’étau se resserre autour des États-Unis, la seule voie pour Washington c'est de battre en retraite.

Le gouvernement éthiopien a affirmé détenir des preuves crédibles que des « forces extérieures » soutiennent les rebelles au nord du pays. Le ministre éthiopien des Finances, le Dr Eyob Tekalign, a déclaré mercredi à un média indien que « des forces extérieures sont engagées dans une guerre par procuration contre l’Éthiopie en soutenant les rebelles du TPLF ».

Il a qualifié de « très douloureux » les dégâts causés par le conflit et prévient contre toute tentative de déstabilisation de l’Éthiopie. « Nous avons des preuves crédibles concernant le soutien par satellite, le soutien en armement, et ce qui est très malheureux, car la stabilité de l’Éthiopie est très importante pour toute la région », a-t-il déclaré. « L’Éthiopie est l’icône de la stabilité en Afrique de l’Est. Si l’Éthiopie est touchée, alors le reste de la région d’Afrique de l’Est le sera aussi », a-t-il averti.

Le responsable éthiopien a déclaré que les États-Unis n’avaient pas condamné l’apparente réquisition de 872 camions d’aide qui se sont rendus au Tigré depuis d’autres régions d’Éthiopie entre la mi-juillet et la mi-septembre et qui ne sont jamais revenus. Il a accusé les éléments terroristes du TPLF d’utiliser ces camions pour transporter leurs éléments dans les régions d’Amhara et d’Afar où ils ont pillé les ressources.

Le ministre s’est abstenu de mentionner les pays qui, selon son gouvernement, aident le TPLF à déstabilliser l'Éthiopie.

Le conflit au Tigré commence en novembre 2020 après que le TPLF a attaqué des bases militaires de l’armée fédérale éthiopienne. Le TPLF a, à de nombreuses reprises, effectué des exactions contre la population dans la région du Tigré, ils n’ont pas hésité à recruter de force des enfants pour attaquer l’armée éthiopienne. Leur seul but est de déstabiliser l’Éthiopie et toute la région de la Corne de l’Afrique. La Communauté internationale n’a à aucun moment condamné les exactions des rebelles du TPLF.

Cela dit, le Service de communication du gouvernement éthiopien a annoncé que le gouvernement s'efforçait de mettre fin à la guerre dans un court laps de temps.

Dans un communiqué, le ministre du Service de communication du gouvernement, a accusé les forces du TPLF de diffuser une fausse propagande pour saper la confiance entre les forces de sécurité et le peuple éthiopien.

Le peuple et les forces de sécurité travaillent mieux que jamais ensemble. Le ministre a cité la victoire en première ligne et l'arrestation de suspects liés au TPLF grâce à l'étroite collaboration entre les forces de sécurité et la population. Des devises étrangères utilisées pour mener des activités terroristes ainsi que des uniformes contrefaits des forces spéciales fédérales et étatiques ont également été saisis grâce à cette collaboration.

Le ministre a en outre déclaré que contrairement à ce que disent les médias mainstream, les tentatives répétées des rebelles tigréens pour capturer les villes de Mile et Wereilu ont échoué. Il a accusé le TPLF de « diffuser une fausse propagande » pour compenser ses pertes militaires et de pousser à « des pressions sur l'Éthiopie, accusant à plusieurs reprises l'Éthiopie d'avoir commis un génocide au Tigré ».

Le ministre a rejeté les informations selon lesquelles les Tigréens étaient sommairement rassemblés et détenus au secret comme des rumeurs infondées. Dans un communiqué publié le 17 novembre, la Commission éthiopienne des droits de l'homme (EHRC) a déclaré qu'« on estime que des milliers de personnes ont été arrêtées rien qu'à Addis-Abeba, car des arrestations similaires ont été effectuées dans d'autres sous-villes et les arrestations se sont poursuivies ».

De même, à Dire Dawa, jusqu'à 300 personnes ont été arrêtées. « Alors que certaines personnes ont été arrêtées sur la base d'informations fournies par les forces de sécurité, la plupart d'entre elles auraient été arrêtées sur la base d'informations communiquées par la communauté. Un grand nombre de détenus étaient d'origine ethnique tigréenne », a déclaré la commission.

Cependant, le Dr Legesse est cité par les médias d'État comme disant que plus d'un demi-million de Tigréens vivent dans la ville et que personne n'a été arrêté en raison de son appartenance ethnique.

Au contraire, a-t-il dit, plus de 7 millions de personnes se trouvent actuellement dans des zones encerclées par les forces tigréennes dans les États régionaux d'Amhara et d'Afar et a appelé la communauté internationale à « dénoncer impartialement les atrocités perpétrées contre ces communautés ».

Au niveau local, les États régionaux et les administrations municipales continuent de soutenir les forces armées nationales et les personnes déplacées, a-t-il déclaré, ajoutant que des efforts étaient également en cours pour mettre fin à la guerre dans un court laps de temps après l'inclusion récente dans l'armée nationale de milliers d'anciens les membres armés, les anciens combattants, les fonctionnaires et les jeunes, entre autres.

La machine à propagande de l’Occident n’arrive pas à provoquer les divisions tant attendues au sein de la population éthiopienne. L’Éthiopie est un pays uni et fait partie des rares pays d’Afrique qui n’a pas été colonisé et ce n’est pas si anodin que cela.

http://french.presstv.ir/

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire