GENOCIDE – RWANDA : LA DECLARATION CENSUREE DE MICHEL ROCARD SUR LE ROLE DE LA FRANCE (LIBERATION)

tourtaux-jacques Par Le 28/05/2021 0

Dans Afrique

Génocide – Rwanda : la déclaration censurée de Michel Rocard sur le rôle de la France (Libération)

MAI 27

Publié par 

Alors qu’Emmanuel Macron s’apprête à se rendre au Rwanda ce jeudi, une vieille note de réflexion du socialiste Michel Rocard sur le rôle de la France dans ce pays resurgit et révèle une analyse lucide, pourtant volontairement censurée.

Michel Rocard, alors Premier ministre, en 1990. (DERRICK CEYRAC/AFP)

par Maria Malagardispublié le 26 mai 2021 à 7h00

C’est un document inédit, ou du moins curieusement effacé, qu’a pu se procurer Libération à la veille d’une visite qualifiée d’«historique» d’Emmanuel Macron, jeudi, au Rwanda. Ce voyage présidentiel, censé acter le rapprochement entre Paris et Kigali, a été facilité par la publication fin mars du rapport d’une commission présidée par l’historien Vincent Duclert sur le rôle de la France au Rwanda. En officialisant pour la première fois la reconnaissance de «responsabilités lourdes et accablantes» pour la France, entre 1990 et 1994, aux côtés du régime qui va conduire au génocide des Tutsis du Rwanda, le travail des historiens chargés d’examiner les archives françaises a permis de briser un tabou.

Pourtant le document remis à Libération n’a pas été porté à la connaissance des chercheurs de la commission Duclert. Aujourd’hui, il semble surgir d’outre-tombe puisque son auteur, Michel Rocard, est décédé en juillet 2016. Il s’agit d’une longue réflexion sur la politique française au Rwanda que l’ancien Premier ministre de François Mitterrand avait rédigée et qui sera enterrée.

Son importance est pourtant évidente, alors que la gauche française reste singulièrement muette sur cette implication française au Rwanda. Et que le Parti socialiste semble toujours déchiré sur le droit d’inventaire de l’héritage de François Mitterrand durant cette période cruciale de «l’histoire rwandaise de la France», pour reprendre une expression formulée dans le rapport Duclert.

«Décision incohérente»

En 1998, Rocard est donc invité à s’exprimer devant la mission parlementaire d’information (MIP) mise en place pour examiner les interventions militaires françaises au Rwanda entre 1990 et 1994. La MIP est présidée par un socialiste, Paul Quilès. Mais le 30 juin 1998, son «camarade» Michel Rocard ne sera apparemment pas autorisé à lire la déclaration qu’il a rédigée, selon ce qu’il avait déjà révélé à l’époque à Libération.

Qu’est devenue cette longue déclaration, nourrie par une visite au Rwanda l’année précédente ? Malgré les mots forts utilisés, elle n’est pas mentionnée dans les annexes, pourtant abondantes, des travaux de la MIP, celles qui sont accessibles à tous. C’est déjà curieux.

Elle doit bien figurer dans les archives complètes de la MIP abritées par l’Assemblée nationale. Mais de façon encore plus surprenante, la commission Duclert s’en verra refuser l’accès. La lettre de mission du président Macron annonçant la création de cette commission en avril 2019 précisait bien que les chercheurs seraient pour la première fois autorisés à examiner tous les fonds d’archives français sans exception. Le bureau de l’Assemblée nationale, présidé par Richard Ferrand, ancien socialiste et désormais membre du parti présidentiel, en décidera autrement. Sans jamais justifier cette décision incohérente.

LIRE L’ARTICLE COMPLET

https://tsimokagasikara.wordpress.com/2021/05/27/genocide-rwanda-la-declaration-censuree-de-michel-rocard-sur-le-role-de-la-france-liberation/

 
  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.

Ajouter un commentaire