MALI : LES REVELATIONS FONT SURFACE; MACRON DANS LA MOUISE !

tourtaux-jacques Par Le 17/01/2022 0

Dans Afrique

Mali: les révélations font surface ; Paris dans la mouise ! 

Au Mali, la grande mobilisation historique des maliens, qui ont démontré leur soutien indéfectible au gouvernement malien, a fait son effet et pousse les Autorités de Bamako à continuer sur la voie du souverainisme et surtout de la dénonciation.  

Le gouvernement de la Transition salue et remercie le peuple du Mali qui a su, à l’unisson, exprimer haut et fort son soutien indéfectible au processus de refondation du Mali.

Le gouvernement exprime sa profonde gratitude et ses remerciements aux peuples et aux gouvernements des pays frères et ainsi que ceux qui ont apporté leur soutien et leur solidarité à notre pays, le Mali, dans ces moments cruciaux de son histoire.

Dans une interview que Choguel Kokalla Maïga a accordé, sa première interview à l’Office de radiodiffusion télévision du Mali (Ortm), dès après les grandes manifestations de soutien au pouvoir en place à travers tout le Mali. Le Premier ministre a donné des informations à couper le souffle.

La première révélation du chef du gouvernement de la transition concerne le rôle ambigu joué par l’armée française au Mali. Au dire de Choguel Maïga, durant l’opération de reprise du territoire du nord menée par les Forces armées maliennes (FAMa) en 2014, des soldats s’étaient réfugiés dans un camp de la Mission multidimensionnelle pour la stabilité du Mali (Minusma).

Ces soldats ont été désarmés et leurs armes confisquées. Quand l’État-major malien a réclamé ces armes, il lui a été rétorqué que c’est une prise de guerre qui ne peut être restituée au FAMa ! Tout le monde sait que ces troupes de la Minusma mangent dans la main des forces Barkhane !

La seconde révélation, non moins choquante, a trait aux propos tenus par le commandant de la Force militaire française Barkhane, en 2016. A cette époque, cette force française était sous le commandement du Général de division, Jean-Pierre Palasset (1er août 2014 au 31 juillet 2015).

À sa prise de fonction, ce commandant s’était rendu dans tous les pays du Sahel où étaient stationnées ses troupes. Au cantonnement de Faya-Largeau au Tchad, il aurait tenu un discours absolument ahurissant à ses hommes. Selon le Dr Choguel Maïga, il aurait dit ceci : « nous étions ici, il y a 100 ans (pendant la colonisation en Afrique donc), Nous sommes partis, il y a 60 ans (au moment des indépendances). Nous sommes de retour pour 1000 ans ». Ces Chefs d’État de la Cedeao ont-ils vraiment cerné tous les enjeux de ce qui se joue au Mali ?

Le Premier ministre soutient que ce discours révélateur est documenté et a été rapporté par le journaliste français Laurent Larcher, journaliste et essayiste, au cours d’une émission où il a parlé des « non-dits de la diplomatie française. »

Comme le dirait l’autre, on voit ainsi le dos du nageur. Toute la rhétorique sur le non-respect des engagements pris par les militaires semble, à tout point de vue, une tentative de noyer le poisson. Les vraies causes de la levée de bouclier sont ailleurs et inavouables.

Les langues se dénouent au Mali et l’effet domino ne devrait pas non plus tarder sur le continent. Un Mali libre et souverain veut dire également une Afrique libre et souveraine. Grâce aux pays comme le Mali, la Centrafrique ou encore l’Éthiopie, les autres pays d’Afrique devraient également voir qu’ils ne doivent plus craindre les menaces, les régimes de sanction ou encore les pressions internationales. L’heure est au soulèvement, les dirigeants africains doivent maintenant arrêter de suivre aveuglément les diktats des occidentaux. Si les Autorités maliennes, centrafricaines ou encore éthiopiennes réussissent à tenir tête face à la communauté occidentale, c’est bien grâce au soutien du peuple. Seul, ils ne peuvent rien faire. Aucun pays d’Afrique n’est vraiment prêt à laisser les occidentaux revenir coloniser le continent africain pour « 1000 ans », cette période est révolue, le continent est aux africains, et seulement aux africains et les dirigeants doivent absolument dépasser leur crainte et faire confiance au peuple et non plus aux occidentaux. Plus personne ne peut arrêter la machine, le peuple se soulève, soit on le suit, soit on se fait écraser par lui.

http://french.presstv.ir/Detail/2022/01/17/674947/Mali--les-r%C3%A9v%C3%A9lations-font-surface---Paris-dans-la-mouise-

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire