SENEGAL : OUSMANE SONKO ACCUSE LE PRESIDENT MACKY SALL DE HAUTE TRAHISON

tourtaux-jacques Par Le 09/03/2021 0

Dans Afrique

Sonko rebiffé : « La révolution est enclenchée, et personne ne pourra l’arrêter… Macky Sall n’est pas légitime pour nous diriger… »

 

Sonko rebiffé : « La révolution est enclenchée, et personne ne pourra l’arrêter… Macky Sall n’est pas légitime pour nous diriger… »

 

Visiblement avec le plein de confiance après sa sortie d'audition chez le doyen des juges, le député Ousmane Sonko a chargé frontalement le Chef de l’État Macky Sall, lui exposant même un certain nombre d’exigences. Dans un discours à la fois provocateur et légaliste, il a donné foi au peuple en indiquant que la souveraineté leur appartenait. « Ils ont l’habitude de dire que force restera à la loi, mais la loi appartient au peuple », a-t-il affirmé.

Sonko qui a eu une pensée pour ceux qui ont vu leurs biens détruits, et aussi les martyrs de ces quelques jours de manifestations, a accusé Macky Sall de haute trahison. « Il est seul dans son palais, si ce n’était les militaires et gendarmes, ses affaires seraient éparpillées partout. Il n’y a pas un Président qui doit gouverner par la haine »
« Macky Sall est le seul responsable de ce qui est arrivé dans ce pays. Macky Sall n’a pas la légitimité pour diriger le Sénégal », a-t-il accusé. Si on était dans certaines situations il aurait dû être débarqué aujourd’hui dira-t-il. « Mais soyons attentifs, que personne n’aille au Palais pour le déloger, cela peut entraîner la chute du régime. S’il démissionne, qu’on applaudisse et que l’on se prépare pour des élections anticipées, le cas échéant que l’on l’accompagne jusqu’à la fin de son mandat », a-t-il cependant calmé.
Pour Sonko enfin, la révolution est enclenchée, et personne ne pourra l’arrêter. En 2024 nous allons l’achever. « « Mais ne tombons pas dans le piège, et que l’armée ne s’empare pas de la révolution. Encadrons-la et travaillons avec stratégie », conseillera-t-il avant de faire savoir qu’il sera exigé de la part de l’opposition au pouvoir un « agenda à partir d’aujourd’hui ».

Autres articles

Lundi 8 Mars 2021

Autres articles

Manifestations au Sénégal : « Nous sommes une seule famille, unie par une histoire... Chaque vie perdue est un deuil pour la Nation » (Macky Sall)

8 Mars / Situation du Sénégal : Le message à la Nation du président de la République Macky Sall.

Covid-19 : Le couvre-feu sera allégé de 00h à 05h du matin

Marche du 8 mars : Entre déception et colère des manifestants.

Macky Sall sur les manifestations : « L’Etat va indemniser les familles des victimes et prendra en charge les soins des blessés »

Dakaractu

https://www.dakaractu.com/Sonko-rebiffe-La-revolution-est-enclenchee-et-personne-ne-pourra-l-arreter-Macky-Sall-n-est-pas-legitime-pour-nous_a200762.html

 

Sénégal: les manifestations se retournent contre la France ?

Au Sénégal, l’arrestation d’Ousmane Sonko a fait certes beaucoup de bruit et provoqué de nombreuses manifestations à travers le pays, mais ces manifestations ont l’air de prendre une tout autre tournure.

En effet, les manifestants s’attaquent maintenant au cœur du problème, à savoir la présence massive française.

Des entreprises françaises ont été visées. Les écoles tricolores ont d’ailleurs dû fermer leurs portes vendredi.

Le ministère des Affaires étrangères en France a tiré la sonnette d'alarme, vendredi, auprès des expatriés français, recommandant sur son site « de rester très vigilant, d’éviter les déplacements et de se tenir informé de l’évolution de la situation ».

Auchan dénombrait vendredi 14 attaques contre 32 de ses magasins dans tout le pays. « Plusieurs supermarchés de l’enseigne française sont désormais surveillés et protégés par des policiers et des militaires. Certains magasins ont même érigé des murs pour faire face », selon plusieurs Sénégalais.

Auchan n’est pas la seule société tricolore à avoir été attaquée : Total ou Eiffage ont, elles aussi, vu leurs locaux dégradés. Les écoles françaises ont, elles, fermé vendredi, tout comme Air France et Orange.

En effet, les Sénégalais le répètent, ils ont encore l’impression d’être sous tutelle

Désireux de favoriser les entreprises locales et nationales, les manifestants visent aussi la France pour symboliser leur volonté d’autonomie. C’est le fruit de plusieurs années de frustration, qui couvait, qui s'exprimait ainsi violemment.

« Les médias français présents ici ne révèlent pas tout ce qui s’y passe. Les sociétés françaises remportent une grande partie des marchés publics… », regrette Adama. « Pour les manifestants, Auchan tue le commerce local », explique par ailleurs la jeune chargée de communication, suivie par 5 000 abonnés sur Twitter. Elle rappelle d’ailleurs que Sonko est contre l’implantation française dans le pays de 15,8 millions d’habitants.

Ce n’est pas la première fois que les enseignes françaises présentes dans le pays et qui ont pris le monopole font l’objet de manifestation.

En 2018, les enseignes Auchan étaient déjà la cible de plusieurs manifestations, car elles détruisent le commerce local. De plus, toujours en 2018, il y a eu l’affaire du militaire français d’une vingtaine d’années, inculpé pour « coups et blessures volontaires » après une rixe à la sortie d’une discothèque, a été placé en détention à Dakar.

Cette affaire avait également fait beaucoup de bruit en réveillant ainsi le sentiment anti France colonisatrice dans le pays. Surtout que l’affaire avait été classée sans suite et que le soldat français n’avait écopé d’aucune peine.

Ces manifestations se multiplient au Sénégal mais également sur le continent africain. Le ras-le-bol se généralise de plus en plus. Les exactions néo-colonialistes ne peuvent plus rester cachées, et les Sénégalais ne peuvent que compter sur eux-mêmes pour mettre au grand jour la politique néocolonialiste dont leur pays est victime. Le président sénégalais, Macky Sall, montre de plus en plus son détachement par rapport à l’Occident. En mettant en place de nouvelles alliances, avec entre autres la Chine ; la Russie, le Venezuela et l’Iran en rejoignant le corridor anti-sanction. Il a parlé, certes, d'un ralliement au G5 Sahel mais tout le monde sait que cette perspective n'est pas à l'ordre du jour et ce n'était qu'une manière de prendre les choses par le devant et d'anticiper cette menace terroristes que l'axe US/OTAN fait désormais brandir très clairement à l'adresse des pays de la côte du golfe de Guinée. Cette menace c'est en cherchant à manipuler la révolte anti-française en Casamance que les puissances colonialistes tentent de mettre à exécution. Or, le peuple sénégalais a suivi de près un scénario similaire que la France et Barkhane ont joué au Mali pour se protéger des foudres des Maliens : un coup d'État qui a porté au sommet du pouvoir une junte américano française et qui comme premier coup a fait adapter tous les traités et accords dont la rue exigeait la révocation. La révolte sénégalaise ne devrait pas virer en une manœuvre de déstabilisation visant l'État, car c'est cela que cherche l'axe US/OTAN... Après tout, un coup d'État militaire est plus facile quand on a chez soi le siège de l'Africom et qu'on est né dans un pays ultra stratégique en termes de liaison maritime, pays qui vient juste de se découvrir du pétrole.

https://french.presstv.com/Detail/2021/03/08/646830/S%C3%A9n%C3%A9gal:-les-manifestations-se-retournent-contre-la-France-?

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire