19 MARS 1962 : CESSEZ LE FEU EN ALGERIE

Par Le 18/03/2017 2

Dans ALGERIE

19 MARS 1962  CESSEZ LE FEU EN ALGERIE

 

C'est à midi que le 19 mars 1962, le colonel commandant la BAO 211 de Telergma, dans le Constantinois a réuni, en présence des officiers et des sous-officiers tous les hommes de troupes disponibles pour nous annoncer que le CESSEZ LE FEU venait d'être proclamé en Algérie, mettant fin à la guerre. 

Cette bonne nouvelle fut accueillie par les gus du contingent par des cris de joie. Des "La quille bordel" ont fusé.


En ce 55ème anniversaire du CESSEZ LE FEU en Algérie et alors que les témoins de cette guerre coloniale disparaissent, il faut rappeler et expliquer à notre jeunesse la tragédie que fut la Guerre d'Algérie.

Par classes entières, près de 2 millions de jeunes gens du contingent furent mobilisés en Afrique du Nord de 1952 à 1962. Trente mille d'entre nous n'eurent pas la chance de revenir. Près de 300.000 furent blessés ou malades auxquels se sont ajoutés plus de 800.000 cas sociaux et pensionnés.

 

La population civile fut également très éprouvée. Des centaines de milliers d'Algériens furent tués.

 

Cette Guerre a laissé bien des cicatrices. Elle a profondément marqué toute une génération.

Avoir eu 20 et 21 ans en Guerre d'Algérie, avoir gâché les deux plus belles années de ma jeunesse ont fait de l'anticolonialiste que j'étais avant mon envoi forcé en Algérie, un antimilitariste.

Je dénonce le vote de la honte que sans vergogne les députés ont voté le 23 février 2005. Cette loi scélérate dont l'article 4 exige que " les programmes scolaires reconnaissent en particulier le rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord (...)".

Plusieurs dizaines d'années après la fin de l'empire colonial, des députés ont osé voter une loi glorifiant le colonialisme et les infamies commises au nom et dans l'intérêt de la bourgeoisie française.

Lorsque les soulèvements des peuples colonisés firent sonner le glas de l'empire colonial, l'impérialisme français se cramponna à sa domination jusqu'aux limites du possible, faisant payer un lourd tribut de sang aux peuples opprimés mais, aussi, aux jeunes soldats, appelés du contingent envoyés en Algérie ou ailleurs pour mener de sales guerres coloniales.

C'est au prix d'atrocités, de massacres, de multiples destructions, que le colonialisme a pu établir sa loi en Algérie.

Cette loi inique a soulevé à juste titre l'opposition d'historiens, d'enseignants, mais aussi de tous ceux que révolte le silence fait sur les massacres qui ont jalonné l'histoire de la conquête et de la domination coloniales. 

Par ce vote scandaleux, les députés, élus du peuple ont réhabilité les assassins de l'OAS et encouragé tous les nostalgiques des guerres coloniales

Demain 19 mars, date anniversaire du CESSEZ-LE-FEU en Algérie, sera une journée du recueillement pour les victimes de ce conflit colonial meurtrier, qu'elles soient françaises ou algériennes.


J'insiste pour rappeler que les traumatisés de cette guerre sont des milliers à se débattre en plein dénuement avec leurs souffrances morales et psychiques auxquelles il n'est pas possible de trouver remède tant la souffrance morale et physique est terrible quand elle décide de frapper.

Des historiens s'essayent à relater ces souffrances mais rien ni personne ne peut remédier à ce mal.

Je n'en parle quasiment jamais tant c'est difficile, douloureux d'évoquer les terribles traumatismes de guerre.

En 2000, j'ai été un des 10 cas exemplaires "choisis" dans le pays, m'a-t-on dit. J'étais donc un de ces dix hommes anéantis par la guerre, laissés sans aide depuis des décennies, a accepter de dire à quoi nous a réduits l'injustice de la nation qui nous avait appelés.

Parmi les commentaires évoqués je lis notamment:
"Frappante est la constance de la peur chez tous les interviewés. Cette peur, qui persiste aujourd'hui, a ceci de remarquable qu'elle est plus rapportée aux menaces de la hiérarchie qu'à la crainte d'attentats ou d'attaques.
Chaque sujet exprime le besoin de parler. Le soulagement lié au fait qu'on l'écoute est d'autant plus grand que la détresse consécutive au traumatisme n'a jamais été vraiment reconnue.
Les troubles ressentis touchent tous au rapport avec la mort : angoisse d'être tué, tortures, cauchemars, ramassage de cadavres, etc."
Il faut avoir vécu de tragiques et sanglants événements pour savoir ce dont il s'agit.

Les historiens ne peuvent pas s'exprimer à la place des intéressés, c'est une des raisons qui font que les associations d'ACVG sont très méfiantes à l'égard des historiens qui relatent des faits rapportés sans les avoir eux-mêmes vécus.

Il n'est pas concevable que cette douloureuse page de l'histoire puisse être tournée.

 

Jacques Tourtaux

Appelé Anticolonialiste

Soldat Insoumis

_______________________________________
 

MESSAGE DU 19 MARS 1962

 

Il y a 55 ans, la guerre d'Algérie prenait fin. Cette guerre qui avait duré 8 années ne fut reconnue officiellement qu'en 1999, 37 ans après.

Le cessez-le-feu avait été proclamé le 18 mars 1962 par les accords d'EVIAN, signés par les représentants du gouvernement français et les représentants du gouvernement algérien, ainsi le cessez-le-feu intervenait le 19 mars 1962 à 12 heures.

Aujourd'hui, cette date du 19 mars reste la seule date officielle historique. Son officialisation est intervenue en 2012, 50 ans après.

Dans ce conflit, près de 2 millions d'hommes passaient sous les drapeaux dont 318.000 d'active et un million six cent mille appelés et rappelés.

30.000 soldats français y ont laissé leur vie. 650.000 blessés et plus de 1.000 disparus. Côté algérien, plus d'un million de morts.

Désormais le 19 mars est Journée Nationale du Souvenir et de Recueillement à la mémoire des Victimes Civiles et Militaires de la guerre d'Algérie et des combats en TUNISIE et au MAROC.

Souvenir, Emotion, Dignité, Respect, Fidélité, Réflexion, sont les valeurs données à nos cérémonies avec une volonté d'apaisement et de rassemblement.

Voici plus d'un demi-siècle s'achevait la guerre d'Algérie. Celles et ceux ayant survécu à cette tragédie savent combien sont précieuses 50 années de PAIX.

Gardiens et porteurs de la Mémoire, nous savons que commémorer c'est arracher à l'ignorance, permettre une écriture correcte de l'histoire dans la recherche de la vérité sans laquelle rien ne peut se construire, préserver l'Avenir.

Aujourd'hui, dans toutes les villes et villages de France, nous commémorons le 55ème anniversaire du 19 mars 1962. Si le Passé est écrit, l'Avenir se construit. Avec les jeunes de plus en plus associés à nos cérémonies, regardons notre histoire avec lucidité : puisons dans les leçons du passé.

Favorisons la réconciliation afin de tisser jour après jour, les liens d'amitié avec les peuples d'ALGERIE, du MAROC et de TUNISIE.

Construisons un monde solidaire et de PAIX.

 

VIVE la FRANCE

VIVE la PAIX


 

 
  • 1 vote. Moyenne 1 sur 5.

Commentaires

  • Tourtaux Jacques

    1 Tourtaux Jacques Le 19/03/2017

    Transmis par Abderrahmane Kaouah :
    En automne 1960, des centaines de familles d'appelés français ce sont allongées sur les rails pour empêcher les trains bondés de soldats appelés d'aller combattre en Algérie!! 21 Avril 1961, les généraux d'armée française Challe,Jouhaud,Zeller,Salan et le colonel Gardy ont tenté de renverser le général de Gaulle! Le coup d'état a été avorté grâce au service de renseignements français fidèle au Président de la République!!
    tourtaux-jacques

    tourtaux-jacques Le 19/03/2017

    Bonsoir Abderrahmane, c'est en 1956 que les familles de rappelés se sont couchées sur les rails pour empêcher les trains de rappelés de partir en Algérie. Je n'ai pas souvenance pour l'automne 1960 pourtant, c'est l'année où j'ai fait deux actes d'insoumission en refusant d'obéir aux ordres de l'autorité qui m'a ensuite traînée de force en Algérie. Abderrahmane Kaouah En 60 c'est à la gare de Lyon,si ma mémoire est bonne. Celle de 56, certes des familles ne voulaient pas que leurs conscrits aillent en Algérie, la France à l'époque pansait ses blessures et enterraient encore ses morts suite à la défaite de Dien Bien Phu! Les négociations expresses pour l'indépendance du Maroc et de la Tunisie qui mettaient fin au protectorat. Le peuple français avait souffert énormément!!! La politique socialiste des gouvernements successifs a été la cause de tous les drames du peuple français! De Gaulle a dit**Je n'aime pas les socialistes parce qu'ils ne sont pas socialistes!! Très bon dimanche mon très cher ami Jacques Tourtaux.(forte amitié). Jacques Tourtaux Concernant le putsch des généraux félons, en avril 1961, que tu évoques, il est inexact de dire que l'échec des généraux factieux a échoué grâce au service de renseignements français fidèles à De Gaulle. C'est la première fois que je lis une chose pareille. Ceci est totalement faux. La compagnie disciplinaire où j'ai fait mes classes, fut une des toutes premières unités d'appelés qui s'opposèrent par le refus d'obéissance et la grève aux généraux factieux qui tournèrent leurs armes contre la République qu'ils avaient pour mission de servir et de défendre. Ce sont les appelés du contingent qui ont fait capoter la folle aventure de ces abrutis qui voulaient continuer la guerre alors que nous les appelés, massivement, nous avons refusé de les suivre en nous mettant en grève. Je vais t'indiquer, sans ordre de préférence, quelles furent les premières unités d'appelés qui s'opposèrent par la grève aux félons. Je suis un témoin incontournable de la période de trahison des quatre généraux. Mes témoignages irréfutables sont repris dans plusieurs articles de presse en Algérie et en France mais aussi dans des livres et revues. Il ne faut jamais falsifier la vérité historique. Donc, les unités en grève les premières furent les bases aériennes de Blida, Oran la Sénia et Maison-Blanche où j'étais affecté au CI disciplinaire de Oued-Smar. Concernant Maison-Blanche, j'ajoute que l'aéro-navale qui avait ses avions, basés sur notre BA était aussi en grève totale avec nous. Dans la nuit du 21 au 22 avril 1961, notre camp a été envahi par le 1er REP, régiment de légionnaires parachutistes, fer de lance des putschistes. Il y a eu aussi une unité de transmissions de l'armée de terre, à Alger, je crois. Concernant De Gaulle, là encore, c'est inexact. Lorsque De Gaulle est intervenu sur les ondes, je m'en souvient, nous étions déjà en grève donc, pas de pommade à De Gaulle qui a des milliers de morts sur la conscience lors de la guerre d'Algérie. Pour les personnes désireuses d'en savoir plus et de façon détaillée sur ces journées d'avril 1961, je les invite à venir lire ces journées sur mon blog où je relate ce qui s'est passé. Mon camarade Henri Alleg, dans la remarquable préface qu'il a écrit pour mon premier ouvrage, rend un vibrant hommage à notre lutte contre les généraux factieux d'avril 1961. Je suis étonné mon frère algérien que toi qui me visite depuis des années, tu n'ais jamais lu mes témoignages concernant cette période de la guerre d'Algérie. Je vais publier ce récit du putsch et le combat que nous avons mené contre les généraux factieux, ceux-là mêmes qui ont porté De Gaulle au pouvoir en 1958. J'ajoute que nous les appelés, nous n'aimions pas De Gaulle qui a fait partir des milliers d'entre nous en Algérie où sévissait la guerre. Abderrahmane Kaouah et pourtant la Revue Historia n'avait pas écrit tout cela!! Chapeau bas brave ami!! Jacques Tourtaux Bonjour mon camarade Abderrahmane Kaouah, j'ai un RDV qui va arriver, je n'ai donc pas suffisamment de temps pour argumenter, je te répondrai dans la journée. Juste quelques mots concernant Historia. C'est dans cette revue que j'ai écrit mon premier témoignage sur le putsch des généraux félons en avril 1961 où j'ai porté la contradiction à un gradé de l'armée de terre qui pleurait sur son sort concernant la BA de Blida et qui insultait plus bas que terre nos camarades soldats en grève sur cette base et qui furent parmi les toutes premières unités à s'opposer aux généraux factieux avec les BA d'Oran la Senia et Maison-Blanche où j'étais à la compagnie disciplinaire d'Oued-Smar, annexe de cette immense base, près d'Alger. Abderrahmane Kaouah : Merci et avec tous mes respects mon cher Jacques Tourtaux! Jacques Tourtaux : Mon camarade, je reviendrai dans la journée car des faits très graves se sont produits à mon insu et que, grâce à toi, en faisant mes recherches-témoignages cette nuit pour te répondre, j'ai découvert avec stupéfaction que mon témoignage sur ses journées mémorables est détourné. Les dates détaillées, je dirais millimétrées de ces journées sont disparues. Heureusement que j'ai des traces et qu'il y a mon livre, préfacé par le camarade Henri Alleg, pour remettre les choses à leur place.

Ajouter un commentaire