BLIDA, CAPITALE DE LA MITIDJA, LA WUHAN D’ALGERIE, SOUS CONFINEMENT TOTAL EST DÉSORMAIS COUPÉE DU PAYS

 

Désinfection contre le coronavirus.

Blida, la Wuhan d’Algérie: la région a été placée sous confinement total

© AFP 2020 RYAD KRAMDI

MAGHREB

URL courte

Par 

13235

S'abonner

Le chef de l’État algérien a décidé de placer sous confinement total la wilaya (département) de Blida, considérée comme l’épicentre national de l’épidémie de Covid-19. Abdelmadjid Tebboune, qui présidait lundi 23 mars une réunion du Haut conseil de sécurité, a également imposé un couvre-feu dans la wilaya d’Alger.

Blida, capitale de la Mitidja, plaine agricole située à 50 kilomètres au sud d’Alger, est désormais coupée du reste du pays. Au terme d’une réunion du Haut conseil de sécurité, tenue lundi soir, le Président Tebboune a ordonné le confinement à domicile de l’ensemble des habitants la wilaya «pour une durée de 10 jours renouvelables». «Les sorties à caractère exceptionnel doivent être autorisées au préalable par les services compétents de la gendarmerie ou de la sûreté nationale», précise également le communiqué du Haut conseil de sécurité.

 

 

Le Samu

© REUTERS / CHRISTIAN HARTMANN

Covid-19, en continu: l'OMS s'attend à voir le bilan humain «augmenter considérablement»

Lundi 23 mars, le bilan officiel faisait état de 230 malades en plus des 322 personnes soupçonnées d'être porteuses du coronavirus qui sont actuellement dans des structures hospitalières. Avec 125 personnes atteintes du Covid-19, la région de Blida est considérée comme le principal cluster de l’épidémie. Les Blidéens, qui ont appris la nouvelle en début de soirée, ne savent absolument de ce qui les attend. Le journaliste Fayçal Métaoui, qui réside habituellement à Alger, a choisi de revenir parmi les siens dans la ville depuis quelques jours. Il explique à Sputnik que cette décision du gouvernement ne comporte aucune disposition pratique, notamment en matière de ravitaillement de la population.

 

«Pour l’heure, nous n’avons aucune information sur les modalités de mise en œuvre de ce confinement. Le communiqué indique que des mesures d'exception seront prises pour assurer l'approvisionnement de la population en produits sanitaires et alimentaires, sans plus. Devrons-nous demander la permission à la police pour acheter un kilo de sucre? Certaines familles ont décidé de s’installer à Chréa, le mont qui surplombe la ville. Mais la situation sera difficile pour tous ceux qui resteront ici, notamment pour les jeunes», souligne Fayçal Métaoui.

Alger sous couvre-feu

Concernant la capitale, les autorités ont décidé d’imposer un couvre-feu de 19h à 7h ainsi qu’une série de mesures de distanciation sociale. Les rassemblements de plus de deux personnes sont interdits, y compris dans les taxis et les véhicules personnels. Ces dispositions peuvent être élargies à toute autre wilaya qui sera confrontée à un grand nombre de cas de Covid-19.

 

 

Un agent municipal désinfecte un bus contre le coronavirus à la station Kherrouba à Alger

© AFP 2020 RYAD KRAMDI

Fatwa, confinement et rationalisation du Hirak, l’Algérie face au Covid-19

Il faut dire que de nombreuses familles algériennes n’ont pas attendu le feu vert des autorités pour se mettre en confinement volontaire. Les rues de la capitale et des principales villes du pays sont résolument vides depuis près d’une semaine, les habitants redoutant un scénario à l’italienne. Par ailleurs, la pression sur les structures hospitalières augmente quotidiennement et les professionnels de la santé publique dénoncent l’absence de moyens de protection. C’est notamment le cas du Syndicat national autonome des techniciens anesthésistes-réanimateurs de santé publique (SNAMARSP) qui a adressé vendredi 20 mars une lettre au ministre de la Santé pour faire part de certaines exigences.

 

«Notre syndicat vous informe que ses adhérents ont fait le serment devant Dieu d’être en première ligne pour protéger la Nation dans toutes les situations et qu’ils ne ménageront aucun effort en faveur du pays jusqu’à ce que ce virus soit vaincu, et ce quel que soit le prix à payer. En contrepartie, nous exigeons la mise à disposition de moyens de protection efficaces et refusons formellement d’être sacrifiés dans le cadre de pratiques visant à jeter de la poudre aux yeux de l’opinion publique», précise l’organisation syndicale.

Stade 3 ou Phase 6?

Le ministre de la Santé, qui se montrait rassurant jusqu’à présent, semble avoir pris conscience de l’ampleur de la catastrophe sanitaire vers laquelle se dirige inexorablement l’Algérie. «L’Algérie est entrée en phase 3 de l’épidémie du coronavirus et, par conséquent, on doit se préparer au pire», a déclaré dimanche Abderahmane Benbouzid, ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, sur les ondes de la radio publique.

 

 

Alger

© SPUTNIK . KAMAL LOUADJ

Un malade au Covid-19 en cavale en Algérie arrêté par la police - vidéo

Rien n’a encore été décrété officiellement concernant ce nouveau palier d’alerte –qui a en réalité été emprunté au Plan national de prévention et de lutte «Pandémie grippale», un guide d’aide à la préparation et à la décision élaboré par l’État français en 2009 pour faire face à la pandémie de grippe A/H1N1. L’Algérie dispose d’un guide similaire, le Plan national de préparation à une pandémie de grippe A/H1N1. La période dite de «transmission accrue et durable dans la population générale» est désignée comme étant la Phase 6 et non pas le Stade 3.

 

Effet exponentiel

Jusqu’à présent, la question d’un confinement généralisé de la population n’a toujours pas été tranchée par le gouvernement. Le 19 mars, le Président Abdelmadjid Tebboune avait tout juste renforcé le dispositif de lutte contre le coronavirus en appliquant de nouvelles mesures de distanciation sociale: suspension de tous les moyens de transport en commun publics (terrestre, ferroviaire et aérien, fermeture temporaire des cafés et restaurants dans les grandes villes et démobilisation de 50% des employés).

Mais le temps presse et des voix s’élèvent pour appeler à l’application en urgence d’un confinement généralisé. À l’instar de ce statisticien resté anonyme qui a réalisé une simulation largement relayée sur les réseaux sociaux et dans laquelle il précise que l’Algérie doit impérativement imposer une mesure de confinement strict avant d’atteindre la barre des 50 décès. Selon lui, si le pays n’agit pas dans ce sens, il sera confronté à une croissance exponentielle du nombre de malades contaminés, et donc de personnes décédées. En l’absence de confinement strict, le nombre de victimes pourrait chaque jour augmenter de +35%.

«Sur le plan statistique, il est difficile de réaliser des simulations sur la croissance de la contagion en l’absence de données précises. Dans le cas du Covid-19, les épidémiologistes estiment que le nombre moyen de personnes auxquelles un malade risque de transmettre la maladie est de 2,3 à 2,6. 

 

Coronavirus

© REUTERS / JAVIER BARBANCHO

La police algérienne débarque en plein mariage et place tout le monde en quarantaine - vidéos

Il suffit d’entrer ces données dans un tableau Excel pour se rendre compte que le nombre de personnes infectées peut atteindre un million en seulement deux mois. La croissance exponentielle est réelle et seule une mesure de confinement strict peut éviter un désastre sanitaire car elle permettra de casser le processus de transmission», explique à Sputnik l’ingénieur en informatique Abderrahmane Bouzouad.

Le recours à un confinement général semble donc inévitable. Le Président Tebboune, qui a pris ses fonctions en décembre 2019, se trouve face à une des pires crises auxquelles ait été confronté le pays. En plus de la gestion de la pandémie du Covid-19, il doit trouver au plus vite des solutions réalistes pour éviter que l’Algérie ne sombre dans la faillite économique à la suite de la chute du prix du pétrole.

https://fr.sputniknews.com/maghreb/202003241043376537-blida-la-wuhan-dalgerie-la-region-a-ete-place-sous-confinement-total/


 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire