DIEGO MARADONA, L'ANTI-IMPERIALISTE

28 Novembre 2020

Jeudi 26 novembre 2020
Diego Maradona, l'anti-impérialiste


Diego Armando Maradona, l'un des plus grands athlètes du XXe siècle et pour beaucoup de gens le meilleur joueur de football de tous les temps, est décédé le mercredi 25 novembre à l'âge de 60 ans.

Né en 1960 à Lanús, Buenos Aires, Diego était le cinquième enfant d'une famille pauvre et ouvrière. Son père était un ouvrier d'usine et les premières années du jeune Diego ont été marquées par une extrême pauvreté. Au fil des décennies, parallèlement à son extraordinaire carrière dans le football, Maradona s'est révélé être un défenseur des moins privilégiés, un fervent partisan de Cuba et des mouvements de gauche latino-américains et un critique sans détour de l'impérialisme américain. 

À l'instar de son héroïque compatriote Ernesto Che Guevara, il a soutenu la lutte pour l'égalité et la justice dans la région et au niveau international. Il a fait tatouer le célèbre portrait de Guevara sur l'un de ses bras et le visage du leader cubain Fidel Castro sur l'une de ses jambes.

Maradona n'a jamais craint d'exprimer publiquement ses opinions politiques et sociales. Il s'est rendu pour la première fois à Cuba en 1987, un an seulement après que l'équipe nationale argentine eut remporté sa dernière Coupe du monde au Mexique. Depuis lors, il a noué une solide amitié avec le commandant Fidel Castro, qu'il admirait profondément et qu'il considérait comme un second père.

"On dit qu'il a commencé avec douze hommes et trois fusils dans la Sierra Maestra et maintenant je comprends pourquoi il a gagné : Il a une conviction de fer. Fidel Castro est une personnalité impossible à oublier", soulignait Maradona à la Prensa Latina en juillet 1987, après sa rencontre avec Líder Máximo.

Le charme politique d'un génie révolutionnaire comme Fidel a laissé un impact puissant sur Diego qui est devenu un visiteur fréquent de Cuba. En 2000, Fidel a invité Maradona à la clinique La Pedrera car il était aux prises avec une dépendance à la drogue et avait besoin de rééducation. La superstar argentine n'oubliera jamais ce que Fidel et Cuba ont fait pour lui. Cinq ans plus tard, en 2005, Diego a interviewé Fidel dans son émission de télévision qui s'est déroulée à La Havane et qui a duré près de cinq heures.

Pendant l'interview, Maradona a promis à Fidel de diriger la protestation contre la visite du président américain de l'époque, George W. Bush, en Argentine. "Je pense que Bush est un meurtrier... Je vais diriger la marche contre le fait qu'il ait mis le pied sur le sol argentin", avait déclaré Diego.

Et, en effet, le 4 novembre 2005, l'athlète emblématique s'est joint à une grande manifestation anti-impérialiste dans la ville côtière de Mar del Plata où se déroulait le Sommet des Amériques. Il portait un T-shirt "Stop Bush", le "S" de Bush étant remplacé par une croix gammée. 


Parlant de Fidel en 2014, Maradona a souligné : 
 
"Je ressentais une grande fierté à l'intérieur, il m'appelait au téléphone à deux heures du matin et nous parlions de football et de beaucoup de choses. Nous parlions aussi de politique et il m'a beaucoup appris. C'est un homme qui ne dormait que quatre heures et travaillait toute la journée. Fidel m'a appris beaucoup de choses que je ne savais pas et qu'il m'a enseigné mieux que quiconque".

Lorsque le grand leader cubain est mort en novembre 2016, Diego était en Croatie pour assister à la finale de la Coupe Davis. "J'ai pleuré de façon incontrôlable", a déclaré Maradona aux journalistes, "il était comme un père pour moi... Il m'a ouvert les portes de Cuba alors que l'Argentine les fermait sur moi". Peu après, il s'est rendu à Cuba pour assister aux funérailles du Commandant et rendre hommage à son "second père".

Diego Maradona était également un partisan du processus bolivarien au Venezuela et un critique féroce de l'ingérence impérialiste américaine dans le pays. Il s'était rendu à plusieurs reprises dans le pays, où il avait rencontré Hugo Chavez et d'autres dirigeants latino-américains, dont le Bolivien Evo Morales.

En 2007, Maradona est apparu dans l'émission de télévision hebdomadaire de Chavez où il a déclaré  
 
"Je crois en Chavez, je suis Chavista... Tout ce que Fidel fait, tout ce que Chavez fait pour moi est le meilleur (ce qui peut être fait)". Dans le même temps, Maradona a dénoncé l'hostilité des États-Unis à l'égard de Cuba et du Venezuela en déclarant "Je déteste tout ce qui vient des États-Unis. Je le déteste de toutes mes forces".

À la mort de Chavez, Diego s'est rendu sur sa tombe en compagnie du président Nicolas Maduro, avec lequel il se liera d'amitié par la suite. "Ce qu'Hugo m'a laissé, c'est une grande amitié, une incroyable sagesse politique. Hugo Chavez a changé la façon de penser de l'Amérique latine. Nous étions courbés devant les États-Unis et il nous a montré que nous pouvions marcher seuls", a déclaré Maradona après la mort de Chavez.

Il a continué à soutenir le processus bolivarien, étant un partisan politique de Nicolas Maduro. "N'abandonnez pas. Dans le football, peu importe si vous perdez trois fois à zéro, n'abandonnez jamais. Tu n'as jamais abandonné et tu donnes tout pour les Vénézuéliens. Vive Maduro", a-t-il déclaré lors d'une visite à Caracas et a ajouté : "Nous sommes des soldats de Nicolas, je suis venu ici pour lui apporter mon soutien".


En 2017, lorsque les États-Unis et l'opposition vénézuélienne de droite ont tenté de créer l'instabilité dans le pays, Maradona a exprimé son soutien indéfectible à Nicolas Maduro et au peuple vénézuélien.

"Nous sommes chavistes jusqu'à la mort. Quand Maduro commande, je suis habillé en soldat pour un Venezuela libre, pour lutter contre l'impérialisme et ceux qui veulent prendre nos drapeaux, ce qui est la chose la plus sacrée que nous ayons. Vive la révolution !!!", a écrit Diego sur sa page Facebook officielle.

Lorsque le leader de l'opposition soutenu par les États-Unis, Henrique Capriles, a critiqué l'ancien joueur de football pour son soutien à Maduro, affirmant que Maradona ne soutiendrait pas le gouvernement "s'il devait vivre avec seulement 15 dollars par mois", Diego a riposté : "Capriles, ne faites pas de victimes avec moi. Je sais très bien ce que c'est que de vivre avec sept frères et de ne rien avoir à manger. J'aurais aimé avoir ces 15 dollars ! La différence entre vous et moi, c'est que je n'ai jamais vendu".

On peut dire beaucoup de choses sur la vie de Diego Maradona, ses différentes dépendances et ses erreurs. Cependant, personne ne peut nier sa position anti-impérialiste ferme et constante. En fin de compte, la légendaire star du football est restée fidèle aux conseils de Fidel : "Les idées ne se négocient pas". 

source : https://www.idcommunism.com/2020/11/diego-maradona-anti-imperialist.html

Tag(s) : #Maradona

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire