LA GRANDE-BRETAGNE RECONNAIT LA VENTE DE 500 BOMBES A FRAGMENTATION AUX AL-SAOUD

Londres reconnaît la vente de 500 bombes à fragmentation à l’Arabie saoudite

Un rapport officiel révèle la vente, par le Royaume-Uni, de 500 bombes à fragmentation à l’Arabie saoudite, durant les années 80, et qui ont été plus tard utilisées par l’aviation saoudienne contre la population yéménite.

 

Londres reconnaît la vente de 500 bombes à fragmentation à l’Arabie saoudite

Le ministre britannique de la Défense Michael Fallon a reconnu, dans une lettre, destinée au député conservateur Philip Hollobone, la livraison de 500 bombes à fragmentation BL755, de fabrication britannique, à l’Arabie saoudite, conformément à un accord, signé entre Londres et Riyad en 1986.

Michael Fallon avait fait état le 20 décembre 2016, à la Chambre des communes de l’utilisation par l’Arabie saoudite d’un «nombre limité» de bombes à fragmentation britanniques pour bombarder le Yémen. Dans le même temps, le régime saoudien, lui aussi, a reconnu l’usage des armements britanniques contre son voisin du sud.

Dans ce droit fil, Tobias Ellwood, ministre responsable de l'Afrique et du Proche-Orient dans le gouvernement de Theresa May, a déclaré, mardi 10 janvier, lors d’une session de la Chambre des communes, que l’Arabie saoudite n’avait jamais confirmé le démantèlement des bombes britanniques bien qu’elle ait promis à Londres de ne plus les utiliser.

Quant au responsable des Affaires étrangères des LibDems, Tom Brake, «Il est vrai qu’un grand nombre de bombes à fragmentation britanniques, vendues à l’Arabie saoudite, sont aujourd’hui larguées sur la population yéménite. Ça, c’est une tache de honte pour le crédit du Royaume-Uni dans le monde entier».

Tom Brake a appelé Michael Fallon à geler, le plus rapidement possible, la vente d’armes à l’Arabie saoudite et à mettre sous pression cette dernière pour qu’elle n’utilise plus ces armes contre les civils.

«La majorité du peuple est hostile au bombardement des civils innocents au Yémen. Notre gouvernement devra se retirer de cette affaire», a souligné Tom Brake.

La vente des armements britanniques à l’Arabie saoudite a été, pendant les derniers mois, examinée à l’intérieur aussi bien qu’à l’extérieur du Royaume-Uni, en raison du bilan lourd de victimes civiles, causé par l’utilisation des bombes à fragmentation britannique au Yémen.

Amnesty International a réclamé, lundi 9 janvier, le gel de la vente d’armements à l’Arabie saoudite.

Cette ONG de défense des droits de l’Homme accuse Theresa May du laxisme envers la violation des lois internationales des droits de l’Homme au Yémen.

Source : presstv

12-01-2017 | 10:22

http://www.french.alahednews.com.lb/essaydetails.php?eid=21639&cid=304#.WHer5vnhA2w


 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire