APRES LE COUP D’ÉTAT FASCISTE, DE NOUVELLES ELECTIONS EN BOLIVIE LE 3 MAI

Après le coup d'État, de nouvelles élections en Bolivie le 3 mai
 
La Paz, 4 janvier (Prensa Latina) Les nouvelles autorités électorales, nommées par le gouvernement de facto au pouvoir aujourd'hui en Bolivie, ont annoncé que les prochaines élections présidentielles auront lieu le 3 mai.

Près de deux mois après le coup d'État contre le président constitutionnel Evo Morales, le Tribunal suprême électoral (TSE) a déclaré que les prochaines élections se dérouleront " avec un registre électoral sain " et qu'en cas de second tour, la date sera postérieure au 15 juin.

Selon le TSE, le " toilettage " comprend, entre autres, l'enregistrement de tous les jeunes qui atteignent l'âge de 18 ans le jour des élections, la mise à jour de leur adresse personnelle et la purge des personnes décédées.

Le président du TSE, Salvador Romero, a confirmé hier soir lors d'une conférence de presse que "oui, le dimanche 3 mai, les citoyens iront voter pour élire les autorités de la présidence et de l'assemblée législative".

Jusqu'à présent, Luis Fermando Camacho (Santa Cruz) et Marco Pumari (Potosi) ont ratifié leurs candidatures, étant identifiés comme les visages visibles du coup d'Etat ; ainsi que Carlos Mesa et Gustavo Pedraza (de l'Alliance des Communautés Citoyennes).

En outre, le pasteur d'origine sud-coréenne Chi Hyung Chun et le gouverneur de La Paz, Felix Patzi, participeront à la compétition électorale.

Les candidats du parti Mouvement vers le socialisme (MAS) d'Evo seront annoncés le 19 janvier. Cette force politique, même sans présenter son binôme, progresse dans les sondages d'intentions de vote.

En Argentine, Gustavo Ferreyra, l'un des conseillers juridiques de Morales, a averti que " la Bolivie n'est pas un État constitutionnel (...) C'est un État de pure force brute ".

L'avocat constitutionnaliste a souligné que le gouvernement de la présidente autoproclamée Jeanine Áñez est " le gouvernement de l'irrationalité ", ce qui se manifeste par le fait qu'à ce stade, " l'Assemblée bolivienne n'a pas encore accepté ou rejeté la démission d'Evo Morales ".

En conséquence, il précise que le dirigeant bolivien, réfugié dans ce pays, est, du point de vue constitutionnel, le président de l'État plurinational.

Le 22 janvier, " le mandat du Président Evo Morales et celui des membres de l'Assemblée prennent fin. A partir de ce moment, la Bolivie entrera dans une zone de vide absolu qui n'est pas résolue par la Constitution ", a-t-il dit.

En ce sens, " toute demande de prolongation du mandat du gouvernement de facto suivra la même ligne d'exercice brutal du pouvoir que celle que nous évoquons ".

Pour éviter de nouvelles irrégularités, " il devrait assumer l'autorité constitutionnelle correspondante et convoquer immédiatement des élections ", a déclaré le professeur de droit constitutionnel de l'UBA, cité par le journal Página 12.

mv/dfm

source :  https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=331762&SEO=tras-golpe-de-estado-nuevas-elecciones-en-bolivia-el-3-de-mayo


 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

Tourtaux
Baya Abdelwahab
Avec l aide des États Unis,coup d état à Morales.

Jacques Tourtaux
Bonsoir Baya. Raison pour laquelle j'ai écrit "coup d'Etat fasciste".

Ajouter un commentaire