BOLIVIE : L'ANCIEN PRESIDENT MORALES DÉNONCE LA PREPARATION D'UN NOUVEAU COUP D’ÉTAT PAR LE GOUVERNEMENT DE FACTO

Evo Morales dénonce la préparation d'un nouveau coup d'État par le gouvernement de facto
21.JUN.2020 / 17:55 PM 

Photo : Référence

L'ancien président bolivien, Evo Morales, a dénoncé ce dimanche sur son compte Twitter officiel qu'"un nouveau coup d'État est prévu contre l'Assemblée législative et les organisations sociales et syndicales qui n'ont pas pu être liquidées en novembre".

Les déclarations du leader bolivien font suite à la rencontre qui a eu lieu dimanche entre la présidente de facto de la Bolivie, Jeanine Añez, et le chef du Tribunal suprême électoral (TSE), Salvador Romero, pour analyser la date des élections générales prévues le 6 septembre.

Mme Añez et ses ministres prennent la situation épidémiologique du pays causée par le Covid-19 comme prétexte fondamental pour justifier le report des élections, affirmant que d'ici la date prévue, le pays connaîtra le pic maximum de la pandémie avec une projection de 130 000 infections.

Après la réunion, aucune déclaration officielle n'a été proposée aux médias et la ministre de la santé Eidy Roca a déclaré qu'elle s'était limitée à présenter les prévisions sanitaires pour la nation dans les mois à venir.

Cependant, Romero, dans une interview accordée ce dimanche au supplément "Politique animale" du journal national La Razón, a déclaré que "l'EST a toujours tenu compte d'éléments scientifiques. C'est la raison pour laquelle elle a pris l'initiative de rechercher, avec le soutien des Nations unies, de l'Union européenne et de l'Église, la consultation des acteurs politiques" en proposant une date pour les élections générales.

Face au refus du gouvernement de facto de promulguer la loi 691, adoptée le 9 juin, la présidente de l'Assemblée législative plurinationale de Bolivie, Eva Copa, a rappelé à Mme Añez, le 17 juin, que son seul mandat est de présider les nouvelles élections.

Copa a averti que "si elle ne promulguait pas la loi qui lui a été envoyée, elle ne ferait qu'avancer les élections au 2 août 2020, comme le prévoit la loi 1297 du 30 avril.

Ce vendredi, Mme Añez a demandé à la police de mettre "l'ordre, la sécurité et la loi" sur ce qu'elle a décrit comme "la violence des violents", en faisant clairement allusion aux mouvements sociaux, en particulier celui dirigé par l'ancien président Evo Morales et sa formation politique Mouvement vers le socialisme (MAS).

teleSUR

source :  http://www.psuv.org.ve/temas/noticias/evo-morales-bolivia-golpe-estado-organizaciones-asamblea-legislativa-jeanine-anez/


 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire