BOLIVIE : LE PRESIDENT ARCE ABROGE SEPT DECRETS NEOLIBERAUX HERITES DE LA DICTATURE D’ANEZ

11 Décembre 2020

Arce a abrogé sept décrets néolibéraux hérités de la dictature d'Añez en Bolivie
Dec 11, 2020 - 09:27:13 | Posté par : Francelis Penuela | 0

Le président bolivien Luis Arce a indiqué que le gouvernement avait abrogé sept décrets suprêmes pour renverser "l'échafaudage néolibéral" mis en place par la présidente de facto, Jeanine Áñez. Le ministère de l'économie a indiqué que ces décrets "manquaient de soutien technique et financier et étaient destinés à profiter aux grandes entreprises", mettant ainsi en danger la stabilité du pays. Un mois après son entrée en fonction, Arce cherche à sortir la Bolivie d'une profonde récession économique en reprenant le modèle de réussite de l'ancien président Evo Morales.

C'est dans cet objectif que la Chambre des députés a approuvé l'impôt sur les grandes fortunes. Pendant ce temps, le gouvernement a commencé à payer le soi-disant "Bono Contra el Hambre" (Bonus contre la faim) ce mois-ci. "Sans aucun doute, Arce remplit de nombreuses promesses électorales axées sur la sphère structurelle : la crise économique et le portefeuille bolivien malmené", a déclaré Gabriel Villalba, directeur du Centre d'études géopolitiques de Bolivie, dans une interview accordée à Página/12. La nécessité d'une réforme profonde se profile à l'horizon judiciaire, tandis que l'arrivée d'une mission de la Commission interaméricaine des droits de l'homme (CIDH) cherche à lever le voile de la répression sur les manifestations qui ont fait plus de 30 morts après le coup d'État.

Vers la reconstruction
"Nous sommes en train de démanteler l'échafaudage du modèle néolibéral repris en novembre 2019", a déclaré Luis Arce sur son compte Twitter, faisant état des accords conclus lors de la réunion du cabinet mercredi. Sous prétexte de lutter contre le coronavirus, le gouvernement de transition de Jeanine Áñez avait approuvé des dizaines de décrets pendant l'urgence sanitaire.

Les sept décrets suprêmes qui ont été abrogés jeudi ont facilité les contrats privés pour améliorer le système de santé, ont renforcé le soutien aux grandes entreprises pour qu'elles puissent remplir leurs obligations sociales, et ont établi des extensions et des facilités de paiement des impôts pour les exportateurs. En bref, le gouvernement actuel estime que la batterie de résolutions n'était pas destinée aux secteurs les plus vulnérables du pays : au contraire, elle a entraîné une augmentation de la pauvreté et du chômage.

Le président de la Bolivie a également applaudi l'approbation des lois visant à rembourser la TVA aux travailleurs à faible revenu, et l'impôt prévu sur les grandes fortunes. "Nous nous réjouissons que la Chambre des députés ait approuvé deux projets de loi importants visant à relancer l'économie", a déclaré M. Arce, qui est entré en fonction le 8 novembre après avoir balayé les élections d'octobre.
Aux petites heures du matin jeudi, la Chambre des représentants a donné un demi-accord au projet de loi sur l'impôt sur les grandes fortunes. Le document établit un impôt à la grande richesse de tout le territoire de l'État plurinational de Bolivie, qui sera appliqué à la fortune accumulée de plus de 30 millions de pesos boliviens des personnes physiques (un peu plus de quatre millions de dollars). Le projet va maintenant être soumis au Sénat, également avec une majorité massiste.

"Le système fiscal a la possibilité d'être plus progressif. Cela signifie que ceux qui ont plus devraient contribuer davantage au pays. Dans d'autres parties du monde, les millionnaires demandent aux autorités fiscales d'augmenter leurs impôts parce qu'ils savent que la société est une question systémique et synergique", a déclaré le ministre de l'économie Marcelo Montenegro après le vote au Congrès.

source : http://www.radiomundial.com.ve/article/arce-derog%C3%B3-siete-decretos-neoliberales-heredados-de-la-dictadura-de-a%C3%B1ez-en-bolivia

Tag(s) : #Bolivie#Arce

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire