DEMANDE DE SUIVI DE LA SITUATION DES DROITS DE L'HOMME EN BOLIVIE

Genève, 13 mars (Prensa Latina) La représentante du bureau du Défenseur du Peuple (défenseur des droits) de la Bolivie, Nadia Cruz, a demandé aujourd’hui à la Haute Commissaire aux Droits de l’Homme, Michelle Bachelet, de surveiller la situation dans le pays sud-américain et d’en rendre compte.


Cruz a rencontré Bachelet après avoir tenu le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU au courant de la situation dans son pays et lui a demandé de faire preuve d’une vigilance particulière, considérant que les traités de l’organisme international étaient menacés.

Elle a également plaidé en faveur du renforcement de la Mission du Haut Commissariat en Bolivie, compte tenu du fait que le pays est en campagne électorale en vue des élections générales prévues pour le 3 mai prochain.

« Nous vous demandons : une surveillance spéciale de la Bolivie avec la visite urgente des rapporteurs spéciaux; de rétablir le bureau du Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme dans le pays et de rendre rapidement son rapport sur les violations des droits de l’Homme dans le conflit postélectoral », souligne le rapport.

Cruz a expliqué que la situation des droits de l’Homme dans le pays andin-amazonien est préoccupante en raison des violations commises par le gouvernement de facto et a rappelé la répression déclenchée à la suite du coup d’État de novembre dernier.

'L’application des traités des Nations Unies est menacée par le comportement systématique du gouvernement en matière de violations des droits de l’Homme, qui a provoqué au moins 35 morts, 833 blessés et plus de 1500 arrestations et/ou détentions', a-t-elle précisé.

Elle a également appelé l’attention sur le climat de persécution politique à l’égard des anciens fonctionnaires, militants et sympathisants du Mouvement Vers le Socialisme et de l’ancien Président Evo Morales.

Cruz a de plus confirmé que le Bureau du Défenseur du Peuple faisait l’objet de menaces, de violences psychologiques et de poursuites judiciaires de la part du gouvernement de facto actuel.

Les inquiétudes suscitées par la répression et la persécution politique en Bolivie sont manifestes à l’intérieur et à l’extérieur du pays, au sein des organismes régionaux et de l’ONU elle-même.

peo/oda/avs

source :  http://frances.prensa-latina.cu/index.php?option=com_content&view=article&id=883652:demande-de-suivi-de-la-situation-des-droits-de-lhomme-en-bolivie&opcion=pl-ver-noticia&catid=19&Itemid=101


 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire