BRESIL

LULA, PRIX INTERNATIONAL DES DROITS DE L'HOMME

Brasilia, 28 janvier (Presse Latine) L’ancien président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva a remercié la Fondation Internationale des Droits de l’Homme pour le prix qu’il a reçu vendredi, sans pouvoir assister à la cérémonie de remise des prix à Madrid.


Dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, le fondateur du Parti des Travailleurs brésilien a déclaré qu’il remerciait 'du fond du cœur' la fondation pour le prix Nicolas Salmerón, dans la catégorie de la liberté.

Il a précisé que la distinction n’était pas seulement la sienne, mais de tous ceux qui luttent pour la défense des droits de l’Homme, la liberté, la démocratie et contre l’injustice.

L’institution non gouvernementale fait valoir dans sa déclaration qu’elle a donné une telle distinction dans l’édition 2020 pour la dignité et le respect, pacifique et démocratique, avec lesquels Lula a affronté 'la persécution judiciaire et politique dont il a été l’objet et qui a culminé avec son emprisonnement politique pour une période d’un an et huit mois'.

Elle précise que la racine de cette persécution politique répond à l’objectif de conclure l’incident anticonstitutionnel et antidémocratique commis précédemment contre la présidente Dilma Rousseff, dans un acte sans équivoque appelé lawfare (guerre juridique) dont l’objectif final était de perturber illégalement les élections présidentielles d’octobre 2018.

La fondation a également reconnu l’héritage de l’ancien dirigeant ouvrier dans la lutte contre la faim et la pauvreté.

'En tant que président du Brésil, Luiz Inácio Lula da Silva a réussi à mettre trois repas par jour sur la table de millions de ménages, le tout en un temps record dans l’histoire du monde, pour le plus audacieux programme pour l’emploi et la sécurité alimentaire, avec le résultat de sortir de la pauvreté environ 30 millions d’êtres humains', a ajouté le jury qui a décerné le prix.

L’ancien président, âgé de 74 ans, a été libéré le 8 novembre après avoir purgé 580 jours de prison politique.

peo/tgj/ocs/cvl

source : http://frances.prensa-latina.cu/index.php?option=com_content&view=article&id=883339:lula-prix-international-des-droits-de-lhomme&opcion=pl-ver-noticia&catid=39&Itemid=101


 

BRÉSIL : ESCALADE DE LA VIOLENCE CONTRE LES PEUPLES AUTOCHTONES

La violence éclate contre les peuples autochtones au Brésil
 
Photo de Brasil de Fato
Brasilia, 15 janvier (Prensa Latina) Les peuples indigènes et les " quilombolas " (descendants d'Africains) sont devenus les victimes d'assassinats et d'attaques qui ont commencé dans les premiers jours de 2020 et sont la continuité de l'escalade de la violence contre ces peuples l'année dernière.

Selon le site web Brasil de Fato, le nombre de dirigeants autochtones tués dans des conflits dans les campagnes, par exemple, est le plus élevé depuis au moins 11 ans.

Les données de la Commission de la terre pastorale (CPT) font état de sept morts en 2019, contre deux en 2018. Ces informations sont préliminaires, car le rapport final sera publié en avril, a ajouté la source.

Le site Internet a dénoncé que le 2 janvier, près de 180 familles guarani et kaiowa ont été victimes d'une offensive de gardes de sécurité privés à Dourados, dans l'Etat du Mato Grosso do Sul.

L'affrontement a duré 16 heures et s'est terminé le lendemain, à la suite de quoi sept autochtones ont été blessés par des balles en caoutchouc et des projectiles d'armes à feu.

Paulo Moreira, du coordinateur national du CPT, a noté qu'au cours de la première année du gouvernement Jair Bolsonaro, la violence s'est intensifiée contre les peuples autochtones des zones de forêt tropicale.

rly/cg/jg/tgj/ocs
source :  https://www.plenglish.com/index.php?o=rn&id=50997&SEO=violence-breaks-out-against-indigenous-peoples-in-brazil


 

BRÉSIL : LES COMMUNISTES BRÉSILIENS LANCENT UN APPEL A L'UNITE FACE A LA GOUVERNANCE DU FASCISTE BOSLONARO

 

Brasilia, 2 septembre (RHC)- La présidente du Parti Communiste du Brésil, Luciana Santos, a dénoncé le fait que la gestion du président Jair Bolsonaro a pour but de démanteler le pays.

Au cours d'un meeting dans l'état de Pernanbuco à l'occasion de la fin de la Caravane Lula Libre, pour exiger la libération de l'ex-président, Luciana Santos a relevé la nécessité de construire un front unissant les forces progressistes et allant au-delà de ces tendances.

Luciana Santos qui est la vice-gouverneure de cet état du nord-est du Brésil, a insisté sur la nécessité de maintenir vivant le projet que représente Lula pour le Brésil. Elle a cité à ce sujet l'ex-candidat à la présidence Fernando Hadad qu'elle a considéré comme un symbole du projet électoral de ce pays.

 

Edité par Reynaldo Henquen
source :  http://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/200740-les-communistes-bresiliens-lancent-un-appel-a-l'unite-face-au-gouvernement-de-boslonaro