CHINE

CHINE

CHINE : DE QUOI A PEUR LE PENTAGONE?

Les États-Unis perdent du temps à dissuader la Chine (Haut général US)

Friday, 04 December 2020 4:18 PM  [ Last Update: Friday, 04 December 2020 4:42 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les Etats-Unis se trouvent incapables à faire face à la capacité militaire de la Chine. (Photo d'illustration)

Le général américain à la retraite a averti que les États-Unis sous-estimaient les capacités militaires croissantes de la Chine, craignant que le temps presse pour freiner cette montée en puissance.

Lors d’une interview avec Axios, Stanley McChrystal, général à la retraite et conseiller du président élu américain Joe Biden, a déclaré que "la capacité militaire de la Chine a augmenté beaucoup plus vite que les gens ne le pensent” et que les États-Unis manquent de temps pour contrebalancer le pouvoir en Asie.

Interrogé sur la question de savoir s'il est trop tard pour que les États-Unis rassemblent ses alliés asiatiques pour dissuader la Chine, McChrystal a affirmé : “Leur capacité à utiliser des fusées a essentiellement changé la dynamique", en ajoutant : “Les Chinois ont vanté les capacités de leurs missiles hypersoniques qui selon eux pourraient couler un porte-avions américain.”

USA:

USA:

« La Chine pourrait poser un plus grand défi à l’hégémonie américaine au Moyen-Orient que la Russie », a déclaré Frank McKenzie.

Il a continué en indiquant que la meilleure option pour les États-Unis serait d'investir davantage dans la capacité de leurs forces ainsi que celle de leurs alliés régionaux, McChrystal a lancé : “Ma crainte c'est de me réveiller un jour pour apprendre que la Chine a fait tomber une pluie de missiles sur Taïwan.”

Stanley McChrystal était l'ancien commandant des forces américaines et de l'OTAN en Afghanistan, mais a été démis de ses fonctions en 2010 par le président de l'époque Barack Obama. Le mois dernier, McChrystal faisait partie d'un groupe d'experts qui a informé l'élu américain Joe Biden des questions de sécurité internationale.

Lire aussi : Les projets de Pékin pour dévaloriser le dollar

Auparavant d’autres responsables américains avaient mis en garde contre la capacité militaire de la Chine. John Ratcliffe, directeur du renseignement national, avait écrit dans une note publiée par le Wall Street Journal “que la Chine est notre plus grande menace”, “l’information est claire”, Pékin cherche à dominer les États-Unis et le reste du monde sur les plans économique, militaire et technologique”, réitérant une fois de plus les affirmations selon lesquelles la Chine avait l'intention de voler la propriété intellectuelle des entreprises américaines, de copier et de retirer les entreprises américaines du marché mondial.

Lire aussi : Le président chinois met en garde contre les «ingérences US» en Asie et en Russie

La Chine est irritée par le soutien américain à Taïwan, notamment par deux visites récentes de hauts fonctionnaires, le secrétaires américain à la Santé, Alex Iser en août et le vice-ministre des Affaires étrangères en septembre. Les États-Unis, comme la plupart des pays du monde, n'ont pas de relations officielles avec Taïwan, mais en vertu de la loi américaine, Washington est tenu de fournir à Taipei les moyens de se défendre. La Chine considère Taïwan comme faisant partie de son territoire.

USA/Chine: Trump avait raison!

USA/Chine: Trump avait raison!

Les États-Unis sont absents à la fois du RCEP et du successeur du Partenariat transpacifique (TPP).

Le Pentagone estime que la République populaire détient entre 200 et 300 bombes atomiques. Un nombre qui pourrait doubler d’ici 2030. L’armée chinoise développe également de nouveaux engins. Notamment le JL-3, un missile nucléaire lancé par sous-marin avec une portée de 12.000 kilomètres. De quoi atteindre facilement le territoire américain.

De son côté, le Pentagone prend la nouvelle puissance nucléaire chinoise très au sérieux. D’autant plus qu’il croit savoir que le gouvernement de Xi Jinping cherche également à moderniser ses armes balistiques pour les rendre plus rapides et moins aisément détectables. La sécurité des États-Unis serait alors véritablement menacée.

En plus de ses nouveaux missiles balistiques, la Chine développe des avions de chasse pouvant tirer des armes nucléaires depuis les airs. L’armée de la République populaire pourrait également combler son faible arsenal en déployant ces dernières dans différentes parties du globe pour les rendre plus difficiles à détruire. Ainsi, les officiers américains pensent que Pékin pourrait cacher ses missiles au Pakistan, aux Seychelles, en Angola, en Indonésie ou encore au Sri Lanka.

https://french.presstv.com/Detail/2020/12/04/639981/Chine-USA-Missile-Taiwan

LE DRAPEAU ROUGE NATIONAL DE LA CHINE DEPLOYE SUR LA LUNE

 

L'ANEC publie des images du drapeau national déployé sur la Lune

12-04 19:32

L'ANEC publie des images du drapeau national déployé sur la Lune

L'Administration nationale de l'espace de Chine (ANEC) a publié vendredi des images montrant le drapeau national chinois déployé sur la Lune par la sonde Chang'e-5.

http://french.xinhuanet.com/2020-12/04/c_139563799.htm

 

 

Nuages

L’arme de la Chine capable de modifier la météo prend de l’ampleur

© CC0 / HarmonyCenter

INTERNATIONAL

15:52 04.12.2020(mis à jour 15:55 04.12.2020)URL courte

Par 

192797

S'abonner

La Chine développe depuis plusieurs années un projet qui permet de changer le cours des nuages. Elle entend l’étendre, au cours des cinq prochaines années, sur une superficie équivalente à plus de 50% du territoire indien.

La Chine a l’intention d’étendre considérablement son programme expérimental de modification de la météo d’ici à 2025, pour couvrir une superficie de plus de 5,5 millions de kilomètres carrés, a annoncé le conseil des affaires de l’État, l’autorité administrative principale du pays, dans un communiqué publié le 2 décembre.

 

L'Arctique

© CC0 / 12019

Une chaleur sans précédent enregistrée dans l’Arctique

Cette extension du programme devrait être accomplie grâce à des percées dans la recherche fondamentale et des technologies clés, ainsi qu’à des améliorations dans la «prévention globale des risques pour la sécurité».

 

Selon les autorités chinoises, la superficie totale couverte par les pluies et neiges artificielles atteindra 5,5 millions de kilomètres carrés, soit plus de 1,5 fois le territoire total de l’Inde, au cours des cinq prochaines années, tandis que 580.000 kilomètres carrés seront couverts par des technologies de suppression de la grêle. Le programme contribuera également au développement de la production agricole, ainsi qu’aux secours en cas de catastrophe, dont les incendies de forêt et de prairie face à des températures inhabituellement élevées.

Un ciel dégagé

La Chine cherche depuis longtemps à contrôler la météo pour protéger les zones agricoles et assurer un ciel dégagé lors d’événements clés, comme ce fut le cas avec les Jeux olympiques de Pékin de 2008, grâce notamment à l’ensemencement des nuages. Les principales réunions politiques tenues dans la capitale chinoise sont réputées pour profiter d’un beau ciel dégagé, grâce à la fois aux modifications météorologiques et à la fermeture des usines à proximité, rappelle CNN.

L’ensemencement permet en effet de modifier le temps qu’il fait en ajoutant différentes substances dans les nuages afin d’influencer les précipitations.

https://fr.sputniknews.com/international/202012041044877795-larme-de-la-chine-capable-de-modifier-la-meteo-prend-de-lampleur/

LA SONDE CHINOISE CHANG’e5 A TERMINE SON PRELEVEMENT D’ECHANTILLONS

Espace. La sonde chinoise Chang’e 5 a achevé son prélèvement d’échantillons

La sonde chinoise arrivée mardi sur la Lune a terminé sa collecte d’échantillons de roches lunaires, ce jeudi 3 décembre, selon l’agence spatiale nationale. Le retour des roches est prévu avant la mi-décembre

La sonde chinoise Chang’e 5 avait quitté la Terre le 24 novembre 2020 (PHOTO D'ILLUSTRATION). | STR / AFP

Afficher le diaporama

Ouest-Franceavec AFPPublié le 03/12/2020 à 06h32

Abonnez-vous

 ÉCOUTER

 LIRE PLUS TARD

Newsletter
La Matinale

Chaque matin, l’actualité du jour sélectionnée par Ouest-France

OK

Votre e-mail est collecté par le Groupe SIPA Ouest-France pour recevoir nos actualités. En savoir plus.

Partagez     

 FACEBOOK

 TWITTER

 FLIPBOARD

 MESSENGER

 LINKEDIN

 EMAIL

La sonde chinoise envoyée sur une zone inexplorée de la Lune a achevé son prélèvement de sol lunaire, qu’elle se prépare à rapporter sur Terre, a annoncé ce jeudi l’agence spatiale nationale.

La sonde Chang’e 5, arrivée mardi sur l’astre lunaire, a comme prévu chargé ses échantillons dans un conteneur spécial. « L’opération de prospection scientifique s’est déroulée comme prévu », a fait savoir l’agence spatiale sans plus de détails.

L’objectif de la mission est de rapporter environ 2 kilos de roches en perçant le sol jusqu’à deux mètres de profondeur. Après analyse par les scientifiques, elles permettront d’ajouter des pièces supplémentaires au grand puzzle de l’histoire lunaire.

 

Troisième pays à rapporter des échantillons de la Lune

Le retour des roches sur Terre devrait intervenir avant la mi-décembre, en Mongolie-intérieure (nord de la Chine). Si le retour sur Terre se déroule sans encombre, la Chine deviendra le troisième pays à rapporter des échantillons de la Lune, après les États-Unis et l’ex-URSS.

La dernière tentative était soviétique, avec la mission inhabitée Luna 24 menée avec succès en 1976.

Soulignant le haut niveau de technicité de l’opération, la télévision publique chinoise CCTV a décrit mercredi Chang’e 5 comme l’une des opérations « les plus compliquées et les plus délicates » du programme spatial national.

Au-delà de l’intérêt scientifique de ramener des échantillons, cette mission permet à la Chine de tester des manœuvres et des technologies cruciales pour mener à bien son projet d’envoyer des astronautes sur la Lune d’ici 2030.

Chang’e 5 a été lancée le 24 novembre depuis l’île tropicale de Hainan (sud de la Chine).

https://www.ouest-france.fr/sciences/espace/lune/espace-la-sonde-chinoise-chang-e-5-a-acheve-son-prelevement-d-echantillons-7071211

 

COUP MILITAIRE CHINE-VENEZUELA-IRAN ?

Pékin se tient aux côtés de l'Iran et du Venezuela...Même "militairement"?

Tuesday, 01 December 2020 11:33 AM  [ Last Update: Wednesday, 02 December 2020 5:33 AM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Les présidents vénézuélien, Nicolas Maduro et chinois, Xi Jinping. (Photo d'archives)

Ce n'est pas uniquement les drones armés de missiles de l'Iran qui ont trouvé une pignon sur rue au e Venezuela , pays dont le président a très clairement manifesté l'intérêt de restructurer son armée à l'aide de l'Iran. En effet depuis mai 2020 date à laquelle l'Iran a décidé d'établir un corridor anti-sanction reliant le golfe Persique aux Caraïbes et d'y aller jusqu'à engager ses propres pétroliers, une mission au demeurant superbement réussie sous les yeux impuissants de la IVe flotte US, les Vénézuéliens ont appris beaucoup de choses de ces conseillers iraniens sur place.

Le Venezuela répond à la Syrie...

Le Venezuela répond à la Syrie...

Le président vénézuélien a fait part d’un nouveau projet de loi pour contrer les conséquences des sanctions américaines sur l’économie de son pays.

C'est d'ailleurs cette expérience de lutte anti-Us partagée qui fait dire à la quasi totalité des analystes transatlantiques que la politique de pression maximale US visant l'Iran et le Venezuela n'a été qu'un pur échec, voire une fatalité qui a coûté à Trump son second mandat. Depuis plusieurs semaines déjà, le Venezuela commence à retrouver ses capacités d'exportateur du pétrole et les USA y voient la main de l'Iran.  Selon Reuters, l'agence à la solde de la couronne britannique, les pétroliers vénézuéliens sont chargés dans les ports avant de se diriger vers les eaux malaisiennes et de livrer leur cargaison aux bâtiments cargo destinés à accoster en Chine. Cette combine aurait permis au Venezuela de faire écouler rien que pour le mois d'août  1.8 millions de barils de brut vénézuélien. Le corridor anti-sanction tourne donc à plein régime. D'où ces énièmes sanctions US qui sont tombées comme des feuilles automnales parfaitement fragiles ces trois derniers jours contre la Chine, gros maillon de tout circuit anti-sanction US. 

La réaction de Pékin? La Chine soutient les efforts du Venezuela pour défendre sa souveraineté face aux sanctions et restrictions américaines. La diplomatie chinoise a dénoncé les sanctions imposées par les États-Unis à une société chinoise en relation avec le gouvernement vénézuélien et réitéré son soutien aux efforts de Caracas pour défendre sa souveraineté. La Chine a exhorté, mardi 1er décembre, les États-Unis à corriger leur erreur et à lever toutes les sanctions illégales, après que Washington a imposé des sanctions liées au Venezuela contre une entreprise chinoise.

Venezuela: le pied de nez anti-US

Venezuela: le pied de nez anti-US

« Le Venezuela reprend ses expéditions directes de pétrole vers la Chine malgré les sanctions américaines », rapporte Reuters.

« La Chine soutient les efforts du Venezuela pour défendre sa souveraineté et s'oppose à l'abus des sanctions internationales », a déclaré la porte-parole du ministère des Affaires étrangères Hua Chunying lors d'un point de presse régulier, rappelant que la Chine prendrait les mesures nécessaires pour protéger les droits et les intérêts de ses entreprises.

Bitcoin: le

Nouveau coup massue Iran-Venezuela contre le dollar

Au fait, les États-Unis ont imposé lundi 30 novembre des sanctions à la société chinoise China National Electronics Import & Export Corporation (CEIEC), l’accusant de soutenir les efforts du président vénézuélien Nicolas Maduro pour saper la démocratie.

Lire aussi: En quête de l’indépendance défensive, le Venezuela compte sur l’axe Iran-Russie-Chine

La nouvelle décision américaine s’est ajoutée à la liste d’ingérences US dans les affaires chinoises et fut visiblement la goutte qui a fait déborder le vase. Le lundi, la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a ainsi  annoncé que son pays allait imposer des sanctions à quatre responsables américains dans le cadre de l'affaire de Hong Kong. Pékin avait déjà dénonce le projet américain de mettre sur la liste noire deux entreprises chinoises pour des liens présumés avec l'armée. Mais vu que l'administration Trump devrait inclure le fabricant de puces chinois Semiconductor Manufacturing International Corp (SMIC) et China National Offshore Oil Corp (CNOOC) dans sa liste de sociétés ayant des liens avec l'armée chinoise, Pékin pourrait être parfaitement intéressé par sortir de son rôle d'acheteur du pétrole vénézuélien et aider Caracas dans son alliance militaire et économique avec l'Iran. Le corridor maritime anti-sanction US que l'Iran et le Venezuela ont créé et auquel participe la Chine pourrait s'armer à l'aide des missiles iraniens et des navires d'escorte chinois. 

La Chine sanctionne les USA ....

La Chine sanctionne les USA ....

La Chine va imposer des sanctions à quatre responsables américains.

https://french.presstv.com/Detail/2020/12/01/639748/chChine-Venezuela-contre-les-USAine

LA SONDE CHINOISE CHANG’e 5 ATTERIT SUR LA LUNE POUR PRELEVER DES ECHANTILLONS

La sonde chinoise Chang'e-5 atterrit sur la Lune pour prélever des échantillons

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-12-02 à 09:29


(CNSA/Handout via Xinhua)

BEIJING, 2 décembre (Xinhua) -- La sonde chinoise Chang'e-5 a atterri avec succès mardi soir sur la face visible de la Lune et a renvoyé des images, a annoncé l'Administration nationale de l'espace de Chine (ANEC).

A 23h11, la sonde a atterri sur la zone d'atterrissage présélectionnée près de 51,8 degrés de longitude ouest et 43,1 degrés de latitude nord, a déclaré l'ANEC.

Le 24 novembre, la Chine a lancé la sonde Chang'e-5, composée d'un orbiteur, d'un atterrisseur, d'un véhicule de remontée et d'une capsule de retour.

A 22h57 mardi, la combinaison atterrisseur-véhicule de remontée de Chang'e-5, située à environ 15 km au-dessus de la surface lunaire, a commencé une descente motorisée avec un moteur à poussée variable allumé. Sa vitesse verticale relative à la Lune est passée de 1,7 km par seconde à zéro.

La sonde a été ajustée et s'est approchée de la surface lunaire au cours de la descente.

Après avoir détecté et identifié automatiquement les obstacles, la sonde a choisi le site et atterri au nord du Mons Rumker dans l'Oceanus Procellarum, également connu sous le nom d'Océan des Tempêtes, sur la face visible de la Lune.

Au cours du processus d'atterrisage, les caméras à bord de l'atterrisseur ont pris des images de la zone d'atterrissage, a déclaré l'ANEC.

Contrôlé au sol, l'atterrisseur a effectué une série de contrôles d'état et de réglages, préparant environ 48 heures de travail sur la surface de la Lune.

Environ 2 kg d'échantillons devraient être prélevés et scellés dans un récipient. Ensuite, le véhicule de remontée décollera et s'amarrera avec la combinaison orbiteur-capsule de retour en orbite. Une fois les échantillons transférés dans la capsule de retour, le véhicule de remontée se séparera de l'orbiteur-capsule de retour.

L'orbiteur devrait ramener la capsule de retour sur Terre. La capsule de retour est prévue d'entrer à nouveau dans l'atmosphère et d'atterrir dans la bannière de Siziwang, dans la région autonome de Mongolie intérieure, dans le nord de la Chine.

   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10   

   

 
http://french.xinhuanet.com/2020-12/02/c_139557376.htm
 
 
 

Xi Jinping envoie ses félicitations à une réunion de l'ONU consacrée à la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien

 French.xinhuanet.com | Publié le 2020-12-02 à 05:14

BEIJING, 2 décembre (Xinhua) -- Le président chinois Xi Jinping a adressé un message de félicitations à une réunion organisée mardi par les Nations Unies pour célébrer la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien.

Dans son message, M. Xi a souligné que la question palestinienne, un problème fondamental du Moyen-Orient, exerçait en conséquence un impact sur la paix et la stabilité régionales, sur l'équité et la justice internationales, et sur la conscience et le sens moral de l'humanité.

Permettre à la Palestine et à Israël de coexister pacifiquement en tant que voisins est non seulement le rêve des peuples palestinien et israélien depuis plusieurs générations, mais aussi l'espoir sincère des nations de la région et de la communauté internationale, a déclaré M. Xi.

Il a appelé la communauté internationale à avancer dans la bonne direction en adhérant à la solution à deux Etats, et à s'efforcer de promouvoir le processus de paix au Moyen-Orient en s'appuyant sur les consensus internationaux, comme les résolutions de l'ONU et le principe "terre contre paix".

Dans les circonstances actuelles, la communauté internationale doit accorder une attention accrue aux sérieux défis posés par la pandémie du COVID-19 en Palestine, et aider le peuple palestinien à lutter contre la maladie à coronavirus, a-t-il ajouté.

Soulignant que la Chine attachait une grande importance à la question palestinienne, M. Xi a déclaré que son pays avait toujours défendu la justice et la morale internationales, et soutenait la juste cause du peuple palestinien et ses efforts pour restaurer les droits légitimes nationaux. La Chine soutiendra également tout effort qui permettra de faciliter un règlement pacifique de la question palestinienne, a-t-il indiqué.

Depuis le début de l'épidémie de COVID-19, la Chine a envoyé plusieurs cargaisons d'aide contre l'épidémie à la Palestine par le biais de divers canaux bilatéraux et multilatéraux, a rappelé M. Xi, ajoutant qu'en tant que pays ami de la Palestine, la Chine continuerait de lui offrir toute l'assistance dont elle est capable.

En tant que membre permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies et grand pays responsable, la Chine est prête à continuer à travailler inlassablement avec la communauté internationale pour parvenir à un règlement rapide de la question palestinienne en trouvant une solution globale, juste et permanente, et à contribuer à un retour rapide de la paix, de la stabilité et du développement au Moyen-Orient, a affirmé M. Xi.

 

http://french.xinhuanet.com/2020-12/02/c_139556756.htm

 

 

 

SELON L'OIT, LA CHINE, UN EXEMPLE D'ERADICATION DE LA PAUVRETE DANS LE MONDE

La Chine, un "exemple" d'éradication de la pauvreté dans le monde, selon l'OIT (INTERVIEW)

 French.xinhuanet.com | Publié le 2020-12-01 à 13:15

Par Du Yang et Martina Fuchs

GENEVE, 30 novembre (Xinhua) -- L'Organisation internationale du travail (OIT) a déclaré que la réussite de la Chine concernant son objectif d'éliminer l'extrême pauvreté dans le pays avant la fin de l'année a servi d'"exemple" à d'autres pays.

"Il est globalement reconnu que la performance de la Chine au cours des quatre dernières décennies pour sortir quelque centaines de millions de personnes de la pauvreté est un succès sans précédent", a souligné le directeur général de l'OIT, Guy Ryder, dans une interview accordée récemment à Xinhua.

"La chose la plus importante à propos de l'exemple chinois est que la Chine a déclaré très consciemment que 'l'élimination de la pauvreté est le principal objectif de notre stratégie'", a-t-il expliqué.

La lutte contre la pauvreté a été une préoccupation majeure de la Chine, qui a été le premier pays en développement à atteindre la cible des Objectifs du Millénaire pour le développement des Nations Unies consistant à réduire la population vivant dans la pauvreté.

En octobre, la Banque mondiale a averti que la pandémie de COVID-19 devrait pousser 88 à 115 millions de personnes supplémentaires dans le monde dans l'extrême pauvreté cette année, le total atteignant jusqu'à 150 millions d'ici 2021 selon la gravité de la contraction économique.

"Pour la première fois depuis de très nombreuses années, les niveaux de pauvreté dans le monde augmentent et c'est quelque chose sur quoi nous devons nous concentrer dès maintenant dans le processus de relèvement", a fait savoir M. Ryder.

"Si nous ne nous concentrons pas, et si nous ne disons pas délibérément que l'élimination de la pauvreté est notre priorité absolue, nous courons le risque de reculer et de ne pas progresser."

Le chef de l'agence onusienne a également évoqué le 14e plan quinquennal de la Chine, axé sur un marché intérieur plus fort, une structure économique améliorée et une capacité d'innovation renforcée.

"Premièrement, je pense que c'est bon pour le peuple chinois. C'est une voie évidente vers une vie meilleure, non seulement pour sortir de la pauvreté absolue, mais aussi pour développer la qualité de vie", a-t-il estimé.

"Mais je pense aussi que cela va aider l'économie mondiale parce que la taille du marché chinois et le fait qu'il y aura ce rééquilibrage des exportations et des importations signifie que cela peut donner un coup de pouce à l'économie mondiale. Et cela contribuera bien sûr à lutter contre la pauvreté et les difficultés non seulement en Chine mais aussi dans le monde entier."

L'OIT, basée à Genève, a été créée en 1919 et rassemble les gouvernements, les employeurs et les travailleurs de 187 pays membres pour fixer des normes du travail, élaborer des politiques et concevoir des programmes de promotion du travail décent pour toutes les femmes et tous les hommes.

http://french.xinhuanet.com/2020-12/01/c_139555302.htm

 

La Chine réfute les accusations australiennes concernant le tweet d'un "photomontage"

 French.xinhuanet.com | Publié le 2020-12-01 à 21:45

BEIJING, 1er décembre (Xinhua) -- La porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Hua Chunying a réfuté mardi les accusations de l'Australie selon lesquelles un responsable chinois a twitté un "photomontage" d'atrocités de l'armée australienne en Afghanistan.

"L'accusation est fausse en soi, car l'image n'est pas réelle, mais une illustration créée par un jeune artiste par ordinateur. Le concept est totalement différent", a indiqué Mme Hua, lors d'un point de presse, ajoutant que la partie australienne cherchait à jeter le blâme en faisant du battage autour de cette question.

Elle a indiqué que l'image était basée sur un rapport d'enquête confirmé par les Forces de défense australiennes (FDA). "Bien qu'il s'agisse d'une illustration, elle reflète les faits".

Le 19 novembre, les FDA ont publié les résultats d'une enquête dans laquelle les témoignages de plus de 400 personnes ont été entendus. L'enquête montre que des "preuves crédibles" établissent que des soldats des forces spéciales de l'Australie ont tué 39 prisonniers, agriculteurs et civils durant la guerre en Afghanistan.

Citant une interview de l'auteur de l'image, Mme Hua a souligné que les actions des soldats australiens étaient bien plus cruelles que ce que présentait l'image.

Sur les questions impliquant la Chine, certains adoptent une mentalité "je peux, mais pas vous", a fait observer la porte-parole, citant des exemples dans les domaines des technologies et de l'économie.

"Je peux avoir la 5G, mais pas vous", "je peux vous dépasser sur le plan économique, mais pas vous" et "je peux vous critiquer ouvertement, mais pas vous". Une telle attitude révèle l'arrogance et l'hypocrisie de certaines personnes et expose leur objectif réel, qui est de priver la Chine de son droit de dire la vérité, a indiqué la porte-parole.

"J'espère que ces gens-là peuvent regarder la Chine et le développement de la Chine de manière calme et raisonnable, adopter des actions constructives et oeuvrer avec la Chine pour résoudre les différends et maintenir conjointement le développement sain des relations bilatérales", a ajouté Mme Hua.

http://french.xinhuanet.com/2020-12/01/c_139556377.htm

 

La Chine exhorte une nouvelle fois le Canada à libérer Meng Wanzhou

 French.xinhuanet.com | Publié le 2020-12-01 à 22:14

BEIJING, 1er décembre (Xinhua) -- La Chine exhorte une nouvelle fois le Canada à libérer Meng Wanzhou et à rectifier ses erreurs immédiatement, a déclaré mardi Hua Chunying, porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

La porte-parole a fait ces remarques lors d'un point de presse quotidien, alors qu'elle était invitée à commenter l'arrestation arbitraire de Meng Wanzhou par la police canadienne il y a deux ans.

"Nous exprimons une nouvelle fois notre indignation et condamnons fermement cette détention", a déclaré Mme Hua.

Mme Meng, directrice financière de Huawei, a été arrêtée le 1er décembre 2018 à l'Aéroport international de Vancouver à la demande des Etats-Unis.

Notant que le gouvernement américain a inventé l'incident sans aucune justification juridique, Mme Hua a indiqué que la véritable intention était de réprimer les entreprises de haute technologie chinoises et de saper le développement scientifique et technologique de la Chine.

"Le gouvernement canadien a agi en tant que complice des Etats-Unis et ne peut donc se soustraire à sa responsabilité", a-t-elle souligné.

Les faits ont pleinement prouvé que la détention de Mme Meng était un grave incident politique, a déclaré Mme Hua, ajoutant que Mme Meng avait été détenue de manière déraisonnable jusqu'à présent sans violer aucune loi canadienne.

"Le gouvernement chinois reste fermement déterminé à sauvegarder les droits et intérêts légitimes de ses citoyens et continuera à prendre toutes les mesures nécessaires. Nous exhortons une fois de plus le Canada à corriger immédiatement ses erreurs et à libérer Meng Wanzhou afin qu'elle puisse rentrer en Chine en toute sécurité", a déclaré Mme Hua.

http://french.xinhuanet.com/2020-12/01/c_139556423.htm

 

Des responsables des médias des BRICS s'entretiennent sur les échanges et la coopération dans l'ère post-COVID-19

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-12-01 à 10:41


(Xinhua/Ju Peng)

BEIJING, 1er décembre (Xinhua) -- La cinquième réunion du présidium du Forum des médias des BRICS a été tenue lundi par liaison vidéo, avec les membres s'engageant à unir leurs efforts pour améliorer le mécanisme du forum et intensifier les échanges et la coopération entre les médias des BRICS dans l'ère post-COVID-19.

Dans la lutte contre le COVID-19, les organisations de médias des pays des BRICS ont activement rempli leurs responsabilités sociales, en enregistrant la lutte conjointe des BRICS contre la pandémie et en facilitant l'assistance mutuelle et le soutien entre les peuples des pays des BRICS, a déclaré He Ping, président exécutif du Forum des médias des BRICS.

Dans un contexte de changements importants jamais vus depuis un siècle, les médias des BRICS devraient saisir la tendance de l'histoire et agir en tant que "facilitateurs" pour un développement pacifique, a indiqué M. He, qui est également président et rédacteur en chef de l'Agence de presse Xinhua.

Il a exhorté les médias des BRICS à connaître la tendance générale du développement mondial afin d'être des "narrateurs" de l'histoire des BRICS, à suivre les tendances de l'évolution des médias pour être des "leaders" du développement novateur, et à mettre pleinement en valeur les avantages de la collaboration des BRICS en vue d'être ceux qui poursuivent la coopération pragmatique.

L'agence Xinhua est prête à renforcer la coopération avec les médias d'autres pays afin de fournir un élan spirituel pour vaincre la pandémie, relancer l'économie et construire une communauté de destin, a-t-il ajouté.

Jose Juan Sanchez, président du CMA Group du Brésil, Sergey Kochetkov, premier rédacteur en chef adjoint de l'Agence internationale d'information Rossiya Segodnya de la Russie, Narasimhan Ram, président du Hindu Publishing Group de l'Inde, et Iqbal Surve, président exécutif du Independent Media de l'Afrique du Sud, ont assisté à l'événement en tant que co-présidents du forum. Dans leurs discours, ils ont exprimé l'espoir d'approfondir davantage la coopération entre les médias des BRICS, de faciliter le développement des relations entre les pays des BRICS et d'aider à construire un monde meilleur.

Le Forum des médias des BRICS a été proposé par l'Agence de presse Xinhua et a été lancé conjointement avec les principaux médias du Brésil, de la Russie, de l'Inde et de l'Afrique du Sud, avec le présidium du forum comme organe décisionnel principal.

   1 2   
 
http://french.xinhuanet.com/2020-12/01/c_139555078.htm
 
 

La quasi-totalité du nouveau coronavirus circulant aujourd'hui dans le monde est fait d'un variant venu du nord de l'Italie, selon un virologue allemand

 French.xinhuanet.com | Publié le 2020-12-01 à 20:07

BERLIN, 1er décembre (Xinhua) -- Le virologue allemand Alexander Kekulé a estimé que 99,5% du nouveau coronavirus qui circule aujourd'hui dans le monde est fait d'un variant qui est apparu dans le nord de l'Italie, affirmant que le point de départ de la pandémie ne se trouve pas à Wuhan.

Dans une émission diffusée jeudi dernier sur la chaîne allemande ZDF, il a indiqué que cette mutation baptisée variant G était probablement plus infectieuse que le variant de Wuhan.

A partir de son empreinte génétique, les scientifiques sont certains que 99,5% du virus circulant aujourd'hui dans le monde pouvait être attribué à ce variant surgi dans le nord de l'Italie, a noté le Pr Kekulé.

Lors de son interview, le scientifique a précisé qu'une épidémie d'origine inconnue avait sévi pendant plusieurs semaines en début d'année dans le nord de l'Italie. Avant qu'il ne soit découvert en février, le virus a eu assez de temps pour s'optimiser, engendrant un variant bien plus contagieux.

Depuis là, il s'est répandu aux Etats-Unis et en Europe, alors que la Chine le plaçait sous contrôle avec des mesures.

Alexander Kekulé préside depuis 1999 la chaire de virologie et de microbiologie médicale à l'Université de Halle-Wittenburg, ainsi que l'Institut de microbiologie médicale à l'Hôpital universitaire de Halle.

http://french.xinhuanet.com/2020-12/01/c_139556170.htm

DES SOLDATS CHINOIS EN IRAK?!

Et si l'axe Iran-Chine-Russie remplaçait pour de bon la coalition US/OTAN?

Monday, 30 November 2020 1:38 PM  [ Last Update: Monday, 30 November 2020 1:38 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

L'ancien Premier ministre irakien, Adel Abdel Mahdi en visite en Chine en 2018/AFP

La Mésopotamie n'a rien de ces contrées où Athlantistes, déguisés en "terroristes", s'en prennent aux intérêts des pays entiers : Une deuxième attaque contre la Chine vient d'avoir lieu à Baiji au nord de Bagdad où le géant chinois, ayant à son actif un contrat de près de 2 milliards de dollars signé avec l'Irak, sous Adel Mahdi, réfléchit peu à peu à la réponse.

L'Iran réarme le ciel irakien?

L'Iran réarme le ciel irakien?

Car tout compte fait, ces roquettes que les agents daechistes payés par l'ambassade US tirent contre les employés chinois des raffineries irakiennes ne visent qu'à pousser Pékin à renoncer à ses contrats et à laisser le champ libre aux Yankee et Cie pour qu'ils continuent à piller comme ils l'ont fait depuis 2003 les richesses irakiennes. En effet, des terroristes de Daech ont attaqué ce dimanche 29 novembre une raffinerie de pétrole chinoise dans la ville irakienne de Baiji, dans le nord de Bagdad. À en juger par les images tirées des lieux du drame, le travail de la raffinerie a été complètement suspendu. Le complexe a été englouti par les flammes, tandis que des sources locales rapportent des blessés et des morts parmi le personnel chinois.

Bavar 373 arrive en Irak?

Bavar 373 arrive en Irak?

Invité officiel de son homologue iranien, le ministre irakien de la Défense est attendu à Téhéran 

Pour le moment, les parties irakienne et chinoise ne commentent pas l'information mais selon les images tirées de la scène, des dégâts matériels très graves ont été infligés à la raffinerie. Les 23 et 24 novembre une délégation irakienne conduite par le MAE irakien s'est rendu à Moscou discuter commerce et coopération militaire. Un peu avant, le PM irakien Kazemi avait assuré que malgré les pressions américains, les contrats signés avec Pékin sont en vigueur. Or l'attaque US contre la raffinerie de Salaheddin, d'une rare intensité pourrait conduire à un résultat parfaitement inverse : Selon Avia.pro qui commente l'attaque, " il se pourrait que la Chine propose un soutien militaire à l'Irak pour protéger ses intérêts et investissements en Irak". 

Irak: 1er coup anti-US de Pékin!

Irak: 1er coup anti-US de Pékin!

"La Chine ne tolérera pas ces attaques terroristes et pourrait bien envoyer des contingents armés en Irak protéger ses installations situées dans ce pays, ce qui peut être considéré comme un sévère avertissement à l’adresse des États-Unis. C'est d'autant plus plausible que le ministre irakien de la Défense accompagné de commandants en chef de l'Armée de l'air et de la marine se sont très récemment rendus en Irak où les Iraniens ont proposé non seulement de renforcer la DCA irakien mais encore de former le personnel militaire à cette fin. Les Iraniens sont allés même jusqu'à mettre sur la table la formation des pilotes, et la réparation des F-16 irakiens voire la participation aux raids anti-Daech. La coalition US/OTAN, est-elle sur le point d'être doublée par l'axe Iran/Chine/Russie? Ou en d'autres termes, en mettant à profit la période de transition aux USA, l'Irak est-il sur le point de tirer le tapis sous le pied des Américains? 

Du coup cette ridicule revendication de l'attaque de Bajji à laquelle aurait intérêt à exhorter l'ambassade US pourrait se retourner contre les Américains. « Dimanche, Daech a revendiqué dans un communiqué la responsabilité de l'attaque contre la raffinerie de pétrole d'al-Siniya dans le nord de l'Irak, ce qui a perturbé les opérations de l'installation. La suspension des opérations de la raffinerie, qui a une capacité de raffinage de 30 000 barils par jour, est intervenue après la propagation de l'incendie à un réseau proche des oléoducs".

Lire plus : L’industrie d’hydrocarbure irakienne, nouveau champ de rivalité USA-Chine

Auparavant, des personnalités irakiennes avaient fait part des agissements suspects de terroristes takfiristes de Daech dans les axes nord et ouest de l'Irak. 

Irak: les USA frappent la chine!

Irak: les USA frappent la chine!

Une raffinerie de pétrole 

https://french.presstv.com/Detail/2020/11/30/639659/Irak-vers-un-clash-sino-americain

LA CHINE SANCTIONNE LES USA

Le couperet chinois tombe, 4 Américains sanctionnés...

Monday, 30 November 2020 2:18 PM  [ Last Update: Monday, 30 November 2020 2:18 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

La Chine taxe désormais près de trois quart des biens importés des États-Unis. (Photo d'illustration)

Suite à l'escalade des tensions entre les États-Unis et la Chine sur l’affaire de Hong Kong, la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a annoncé que son pays allait imposer des sanctions à quatre responsables américains.

« La Chine imposera des sanctions à quatre responsables américains dans le cadre de l'affaire de Hong Kong », a déclaré la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying, lors d'une réunion lundi.

USA:

USA:

« La Chine pourrait poser un plus grand défi à l’hégémonie américaine au Moyen-Orient que la Russie », a déclaré Frank McKenzie.

Plus tôt, on a appris que les États-Unis avaient récemment imposé des sanctions à quatre responsables chinois. « Les actions américaines sont une ingérence flagrante dans les affaires de Hong Kong et les affaires intérieures de la Chine, ainsi qu'une grave violation du droit international et des normes fondamentales des relations internationales. Nous condamnons fermement cette attitude et nous nous y opposons », a-t-elle réaffirmé.

Les personnes inscrites sur la liste des sanctions seront interdites d'entrer sur le territoire chinois, ainsi qu'à Hong Kong et Macao.

La Chine critique les USA

Pékin dénonce le projet américain de mettre sur liste noire deux entreprises chinoises pour des liens présumés avec l'armée.

Alliance Iran/Russie/Chine face aux USA

Alliance Iran/Russie/Chine face aux USA

Coopération Iran/Russie/Chine : l’Iran désormais indifférent à la fois au mécanisme de pression maximale US et à la demande d’interaction de Biden.

Les médias ont rapporté que l'administration Trump devrait inclure le fabricant de puces chinois Semiconductor Manufacturing International Corp (SMIC) et China National Offshore Oil Corp (CNOOC) dans sa liste de sociétés ayant des liens avec l'armée.

Le ministère chinois des Affaires étrangères a déclaré qu'il était fermement opposé à la politisation de la coopération entre le secteur public et le secteur privé sur fond d'informations faisant état du projet de Washington d'ajouter deux sociétés chinoises SMIC et CNOOC à sa liste noire.

Le ministère des Affaires étrangères a souligné qu'il espérait que les États-Unis ne tergiverseront pas la coopération sino-américaine.

L'administration Trump est sur le point de publier une liste de 89 sociétés aérospatiales chinoises et autres entreprises qui ne pourraient pas accéder aux exportations de technologies américaines en raison de leurs liens militaires, une mesure qui pourrait aggraver les tensions entre les deux parties

Auparavant, le président sortant américain Donald Trump avait signé un décret interdisant aux citoyens et aux entreprises américains d'acheter les titres de sociétés chinoises qui, selon Washington, pourraient être liées à l'armée chinoise, à partir du 11 janvier 2021.

USA/Chine : le face-à-face militaire?

USA/Chine : le face-à-face militaire?

La Chine a averti 

À son tour, Pékin a critiqué cette décision, déclarant qu'il n'y avait aucune preuve pour étayer ces allégations.

La Chine s'oppose à la pression exercée par les États-Unis sur les entreprises chinoises en réduisant les investissements américains sous prétexte de sécurité nationale, a déclaré le lundi 16 novembre le ministère chinois du Commerce dans un communiqué.

Ce dernier a accusé les États-Unis de graves violations des principes de la concurrence sur le marché et du commerce international, affirmant que « certaines personnes aux États-Unis profitent de toute occasion pour utiliser le prétendu prétexte de sécurité nationale pour retenir les investisseurs américains qui veulent entrer sur le marché chinois ».

Le ministère a appelé les autorités américaines à « mettre fin aux pressions illogiques sur les entreprises chinoises et à créer un environnement juste et non discriminatoire », a rapporté Sputnik.

La relation entre les États-Unis et la Chine s'est détériorée depuis 2017, lorsque la stratégie de sécurité nationale mise à jour de Washington a dépeint la Chine, défenseur de longue date d'un monde multipolaire, comme une menace majeure pour les intérêts américains dans la politique mondiale.

Lire plus : Pacte Iran-Chine: les USA menacent de sanctionner Pékin

Les tensions bilatérales se sont encore intensifiées en été 2018, lorsque Washington a augmenté les droits de douane sur 50 milliards de dollars d'importations chinoises dans le but d'équilibrer le déficit commercial des pays. Les deux pays ont procédé à l'échange de plusieurs séries de tarifs réciproques et ont mené une confrontation économique brutale avec des répercussions diplomatiques.

Les relations sino-américaines se sont nettement détériorées au cours de l’année lorsque les États-Unis ont ouvertement accusé Pékin de complicité dans la propagation de la pandémie de Covid-19

https://french.presstv.com/Detail/2020/11/30/639663/Nouvelles-sanctions-anti-chinoises-des-USA

REPRESAILLES DE LA CHINE CONTRE L'AUSTRALIE, CHIEN DE GARDE DES USA

Chine

L’embargo chinois se renforce contre l’Australie, «chien de garde des États-Unis», selon Pékin

© AFP 2020 STR

ACTUALITÉS

17:41 30.11.2020URL courte

Par 

7274

S'abonner

Premier partenaire commercial de l’Australie, la Chine continue à renforcer l’embargo contre l’île-continent. Des sanctions commerciales qui répondent à des tensions politiques bilatérales. L’alignement sur les positions américaines est-il en train de coûter cher à l’Australie? Sputnik a interrogé Antoine Bondaz, spécialiste de la Chine.

«La Chine est en colère. Si vous faites de la Chine l’ennemie, la Chine sera l’ennemie.»

Cette sentence d’un officiel chinois incarne les relations tendues à l’extrême entre la Chine et l’Australie. Après l’orge et le bœuf, c’est désormais au tour du vin australien d’être frappé de lourdes sanctions chinoises. Pékin a annoncé le 27 novembre la mise en place de mesures antidumping contre l’importation des vins provenant de l’île-continent, qui s’ajoutent à la liste des produits bannis depuis début 2020 par le premier partenaire commercial de l’Australie. Des sanctions économiques qui traduisent des tensions politiques qui vont crescendo entre les deux pays, surtout depuis le soutien du Premier ministre australien à l’enquête internationale sur l’origine du Covid-19.

«Ne jamais reconnaître officiellement qu’il y a des sanctions commerciales»

Pour Antoine Bondaz, chercheur à la FRS (Fondation pour la Recherche stratégique) et spécialiste de la Chine, ces récentes mesures commerciales sont loin d’être anecdotiques pour l’économie australienne, souffrant d’un syndrome de dépendance vis-à-vis de Pékin.

 

La Chine compte envoyer sous-marins nucléaires dans le Pacifique

© AP PHOTO / J. SCOTT APPLEWHITE

Pacifique: face à l’Australie et la France, la Chine «noyaute l’économie pour ensuite irriguer les réseaux politiques»

«90% des exportations» de homard australien «se font vers la Chine». Le marché du vin en Chine représentait une aubaine pour le vin australien qui avait détrôné les vins français en 2019 en termes de consommation. Dès le 28 novembre, ces importations ont ainsi été soumises à des surtaxes compensatoires comprises entre 107,1 et 212,1%, au profit de l’industrie viticole nationale. Le sucre, l’orge, le charbon et le coton sont également visés. Une autre «énorme» source de revenus dont risque d’être privée l’Australie, ce sont les étudiants et touristes chinois. En juin, Pékin leur avait déconseillé de s’y rendre, dénonçant des incidents à caractère raciste. «Ce que fait souvent la Chine, c’est de ne jamais reconnaître officiellement qu’il y a des sanctions commerciales», rappelle le spécialiste:

 

«Ce que fait la Chine a des précédents, elle l’a fait vis-à-vis de nombreux autres pays, c’est utiliser ces pressions commerciales à des fins politiques. On l’avait vu il y a quelques années avec la Norvège sur le saumon après que le Prix Nobel a été accordé à Liu Xiaobo, on l’avait vu en Corée du Sud sur les cosmétiques après que Séoul a déployé un système antimissiles THAAD.»

La seule nouveauté, considère-t-il, c’est la profusion d’articles de presse en Chine depuis quelques mois qui déterminent explicitement ce lien entre ces sanctions commerciales qui ne disent pas leur nom et la dégradation des relations politiques.

Pékin dénonce des crimes de guerre de Canberra en Afghanistan

C’est un fait public, les relations diplomatiques bilatérales sont loin d’être au beau fixe. Scott Morrison, le Premier ministre australien, a jugé ce 30 novembre «scandaleux» un tweet du porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, dénonçant les crimes de guerre en Afghanistan commis par les forces spéciales australiennes, des faits avérés par un récent rapport.

​«Choqué par le meurtre de civils et de prisonniers afghans commis par des soldats australiens. Nous condamnons fortement de tels actes et demandons à ce qu’ils rendent des comptes.»

Ce même porte-parole avait expliqué à la mi-novembre que les «manœuvres provocatrices et conflictuelles» de Canberra étaient responsables des «difficultés actuelles» des relations bilatérales. Le chercheur de la Fondation pour la Recherche stratégique confirme que «l’Australie s’est exprimée sur certains sujets qui n’ont pas du tout plu à la Chine». Il évoque l’existence d’un «vrai débat, un focus» sur les relations avec Pékin, qui se traduit par la multiplication de «publications extrêmement poussées et extrêmement critiques» vis-à-vis de la Chine, notamment celles éditées par le think tank public ASPI (Australian Strategic Policy Institute). Plus concrètement, l’Australie a adopté plusieurs mesures, dont l’exclusion de Huawei du marché de la 5G, mais aussi certaines visant à lutter «contre les interférences chinoises, notamment en matière de financement de la vie politique australienne» et contre l’espionnage chinois.

Sanctions, contre-sanctions, entre Canberra et Pékin, le ton monte

Réponse du berger à la bergère, une liste de 14 griefs chinois à l’encontre de Canberra a déjà fuité le 19 novembre, accusant notamment l’Australie de «se ranger du côté des États-Unis» dans l’actuel affrontement sino-américain. Car c’est bien là le nœud du problème, estime Antoine Bondaz:

«Du côté chinois, l’Australie a beaucoup été critiquée très ouvertement comme étant “le chien de garde des États-Unis.”»

 

Exercices militaires en 2020 dans le cadre du Quad (Quadrilateral security Dialogue) des marines américaine, japonaise, australienne et indienne. (Indian Navy via AP)

© AP PHOTO / INDIAN NAVY

L’étau stratégique se resserre autour de Pékin avec l’accord militaire entre le Japon et l’Australie

Très vieil allié de Washington, Canberra a participé pour la première fois en novembre à des manœuvres militaires avec le Japon, les États-Unis et l’Inde au sein du Quad (Quadrilateral Security Dialogue). Ces sanctions peuvent-elles avoir un effet sur les relations américano-australiennes? Antoine Bondaz ne le pense pas et relativise leur impact:

 

L’objectif de ces mesures chinoises serait plutôt «d’envoyer un message aux autres pays, de dissuader potentiellement d’autres pays de la région d’adopter plus largement des politiques qui sont considérées par la Chine comme confrontationnelles, en tout cas, trop alignées sur les États-Unis. Cette dimension de message envoyé aux autres est importante. Envoyer un message à l’Australie, c’est clair […] Mais ce ne sont pas ces sanctions qui vont faire plier l’Australie et la Chine le sait parfaitement.»

https://fr.sputniknews.com/actualite/202011301044855757-lembargo-chinois-se-renforce-contre-laustralie-chien-de-garde-des-etats-unis-selon-pekin/

GRACE A SON AVION FURTIF X-20, LA CHINE AURA UNE CAPACITE DE PROJECTION DE PUISSANCE INTERCONTINENTALE

La Chine aura une capacité de frappe «intercontinentale» grâce à son avion H-20, selon une étude

 Depuis 1 heure  29 novembre 2020

capture-du2019ecran-2020-05-06-a-10-42-05-hong

 Asie et Afrique - Chine

 

Le bombardier furtif Xian H-20 permettra à la Chine d’étendre sa portée de frappe bien au-delà de son territoire et de cibler des bases américaines à une grande distance, selon un rapport du think tank britannique Royal United Services Institute.

L’armée chinoise aura une capacité de frappe intercontinentale après la mise en service du bombardier furtif subsonique Xian H-20, ressort-il d’un rapport du Royal United Services Institute for Defence and Security Studies (RUSI).

«Le H-20 donnerait à la Chine une véritable capacité de projection de puissance intercontinentale», peut-on lire dans le rapport.

L’Armée de l’air et la Marine chinoises sont actuellement configurées comme «des forces régionales pour un conflit dans la première chaîne d’îles» constituée de plusieurs archipels du Pacifique s’étendant des îles Kouriles jusqu’aux Philippines et passant par le Japon. Ces forces ont en outre des capacités spécifiques supplémentaires visant à neutraliser ou supprimer la base américaine de Guam.

Le H-20, qui est armé de missiles nucléaires et conventionnels tirés à distance de sécurité, représenterait une rupture majeure par rapport à la doctrine précédente de l’Armée de l’air chinoise, estime l’auteur du rapport.
Guam et Hawaï à portée de frappe?

L’armée chinoise a annoncé la réalisation du projet de H-20 en 2016 et le bombardier subsonique pourrait être prêt d’ici cinq ans. Le H-20 serait en mesure de transporter une charge utile de 45 tonnes, y compris des armes nucléaires, et de tirer quatre missiles de croisière furtifs ou hypersoniques, d’après les médias chinois.

En août, le département de la défense des États-Unis a publié un rapport estimant le rayon d’action du bombardier stratégique H-20 à 8.500 km, ce qui amènerait le territoire de Guam bien à sa portée.

Selon The South China Morning Post, d’autres analystes estiment que son rayon d’action serait supérieur à 12.000 km et ce qui met les îles Hawaï à portée de frappe.

Plutôt un avion furtif qu’un avion de combat

Le H-20 capable d’atteindre le territoire des États-Unis a été conçu pour faire partie de la triade nucléaire chinoise, qui comprend également des missiles terrestres et navals, explique Song Zhongping, ancien instructeur de l’Armée de l’air chinoise cité par The South China Morning Post.

«Mais sa configuration d’aile volante signifie qu’il ne serait pas capable de mener un combat aérien, par conséquent, la furtivité est plus importante», estime Song Zhongping.

La furtivité est la capacité de base du H-20 car les «camions à bombes volants» n’ont plus de place lors de la guerre moderne, ils ont été évincés par les chasseurs polyvalents agiles. En plus, les systèmes de défense antiaérienne se sont beaucoup améliorés, rappelle Zhang Zhaozhong, de l’université de Défense nationale de l’Armée chinoise, dont les propos ont été repris par le journal.

«Les bombardiers stratégiques américains et russes de nouvelle génération ont démontré l’efficacité de la furtivité […]. Le bombardier stratégique chinois de prochaine génération utilisera la furtivité, probablement similaire au B-21 américain», a-t-il noté sur les réseaux sociaux.

Source: Sputnik

https://french.almanar.com.lb/1947057