CHINE

CHINE

LES ATTAQUES D’HOMMES POLITIQUES OCCIDENTAUX SUR LA LEGISLATION CONCERNANT LA SÉCURITÉ NATIONALE A HONG KONG RÉVÈLENT DES INTENTIONS MALVEILLANTES

 

Les attaques d'hommes politiques occidentaux sur la législation concernant la sécurité nationale à Hong Kong révèlent des intentions malveillantes (COMMENTAIRE)

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-05-29 à 16:41
 

BEIJING, 29 mai (Xinhua) -- Alors que le peuple chinois se félicite de la décision adoptée jeudi par l'organe législatif national sur la législation concernant la sécurité nationale dans la Région administrative spéciale (RAS) de Hong Kong, certains hommes politiques de l'Occident colportent des rumeurs et profèrent des menaces.

Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a menacé de nouveau de révoquer le statut spécial de Hong Kong.

Parallèlement, Chris Patten, connu comme "le dernier gouverneur britannique de Hong Kong", a hypocritiquement fait circuler de vieux clichés sur "la liberté de Hong Kong" et a appelé le Royaume-Uni à "montrer la voie et à défendre Hong Kong".

Depuis les troubles qui ont suivi les modifications de l'ordonnance, aujourd'hui retirés, en 2019 à Hong Kong, certains hommes politiques américains et britanniques ont surgi de l'ombre pour couvrir les forces et les extrémistes qui incitent à la violence, au vandalisme et au chaos à Hong Kong.

Ne montrant aucune inquiétude quant à l'escalade des activités violentes et terroristes à Hong Kong depuis l'année dernière, M. Pompeo et ses semblables ont été mis sous pression alors que les autorités centrales chinoises s'efforcent de rétablir l'ordre et la stabilité à Hong Kong en comblant les lacunes du système juridique sur la sauvegarde de la sécurité nationale.

Que leur logique est ridicule !

La vraie raison de leur agitation est que les forces extérieures ne peuvent pas sans scrupules semer à nouveau le trouble et le chaos dans la RAS de Hong Kong, une fois que le système juridique et les mécanismes d'application sur la sécurité nationale sont mis en place.

Il est évident que ces personnalités anti-Chine ne se sont jamais souciées ou n'ont jamais espéré un avenir prometteur pour Hong Kong. Elles devraient cesser d'insulter la sagesse du peuple avec le spectacle pitoyable qu'elles donnent.

http://french.xinhuanet.com/2020-05/29/c_139098603.htm

 

 

La sauvegarde de la sécurité nationale est l'obligation commune de l'ensemble du peuple chinois, y compris les compatriotes de Hong Kong (COMMENTAIRE)

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-05-29 à 13:14
 

BEIJING, 29 mai (Xinhua) -- Les députés à l'Assemblée populaire nationale (APN) ont voté à une majorité écrasante jeudi lors de la troisième session de la 13e APN pour approuver la décision de l'APN sur l'établissement et l'amélioration du système juridique et des mécanismes d'application

La décision du plus haut organe du pouvoir de l'Etat illustre pleinement la position ferme et la volonté forte de la Chine de sauvegarder sa souveraineté, son intégrité territoriale et sa sécurité nationale.

Elle montre également que tous les Chinois, y compris les compatriotes de Hong Kong, ont exprimé leur croyance commune et leur ferme détermination à sauvegarder la sécurité nationale.

La sécurité nationale est une condition préalable fondamentale à l'existence et au développement d'une nation, et elle concerne les intérêts fondamentaux de la nation.

La sauvegarde de la sécurité nationale est au cœur du principe "un pays, deux systèmes", et Hong Kong ne doit en aucun cas devenir une ville "sans défense" en termes de sécurité nationale. Pour la RAS de Hong Kong et ses habitants, la protection de la sécurité nationale est un devoir, plutôt qu'un choix.

A la suite des troubles dans la ville l'année dernière, Hong Kong a été plongé dans la situation la plus grave depuis sa rétrocession en 1997, ce qui représente un risque important pour la sécurité nationale de la Chine et nécessite des mesures résolues.

La sauvegarde de la sécurité nationale sert de protection au principe "un pays, deux systèmes" et aux intérêts et au bien-être des habitants de Hong Kong.

Les autorités centrales assument la responsabilité première et ultime de la protection de la sécurité nationale dans la RAS de Hong Kong.

La décision de l'APN vise à sévir contre les actes qui mettent gravement en péril la sécurité nationale, notamment la scission du pays, la subversion du pouvoir de l'Etat, l'organisation et la perpétration d'activités terroristes, et les actes commis par des forces étrangères et extérieures qui s'ingèrent gravement dans les affaires de la RAS de Hong Kong.

En comblant les lacunes du système juridique sur la protection de la sécurité nationale dans la RAS de Hong Kong, la décision de l'APN peut assurer la mise en œuvre saine et durable du principe "un pays, deux systèmes".

Après l'adoption de la décision, le Comité permanent de l'APN assumera, avec les parties concernées, la tâche confiée par l'APN d'élaborer des lois pertinentes pour la RAS de Hong Kong afin de protéger la sécurité nationale et de promouvoir la résolution des problèmes importants dans le système juridique de la RAS de Hong Kong concernant la protection de la sécurité nationale.

La création d'organismes spécialisés, de mécanismes d'application de la loi et de forces d'application de la loi sera renforcée afin d'assurer une mise en œuvre efficace de la loi connexe sur la sécurité nationale dans la RAS de Hong Kong.

La décision de l'APN et la législation qui en découlera par le Comité permanent ne sont pas contradictoires, mais complémentaires à l'article 23 de la Loi fondamentale de la RAS de Hong Kong.

En vertu de l'article 23 de la Loi fondamentale de la RAS de Hong Kong, la RAS de Hong Kong a toujours la responsabilité constitutionnelle et l'obligation légale d'adopter des lois pour protéger la sécurité nationale et doit rapidement promulguer une législation pertinente.

Tous les milieux sociaux à Hong Kong doivent pleinement comprendre et mettre en œuvre avec précision le principe "un pays, deux systèmes", maintenir activement l'autorité de la décision de l'APN et mettre davantage en commun l'énergie positive pour lutter contre la sécession et la violence, protéger l'état de droit et maintenir la stabilité.

Les émeutiers qui tentent de perturber la RAS de Hong Kong et de contrarier la Chine doivent immédiatement mettre fin à leurs actes criminels, qui portent atteinte à la sécurité nationale. Les diverses forces extérieures doivent immédiatement cesser leur ingérence dans les affaires de Hong Kong, ainsi que les activités de sécession, de subversion, d'infiltration et de sabotage contre la Chine.

Il est temps pour eux d'abandonner leur jugement erroné de la situation.

Ne sous-estimez pas la volonté forte, la détermination ferme et la capacité suffisante du gouvernement chinois et du peuple chinois de défendre la souveraineté, la sécurité et l'unité nationales, ainsi que de sauvegarder la prospérité et la stabilité de la RAS de Hong Kong.

http://french.xinhuanet.com/2020-05/29/c_139098113.htm

 

LA CHINE ADOPTE LA DECISION SUR LA LEGISLATION CONCERNANT LA SÉCURITÉ NATIONALE A HONG KONG

(Deux Sessions) La Chine adopte la décision sur la législation concernant la sécurité nationale à Hong Kong

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-05-28 à 18:54
 

BEIJING, 28 mai (Xinhua) -- La Chine s'apprête à légiférer sur la sécurité nationale pour Hong Kong, une décision s'y rapportant ayant été adoptée jeudi par l'organe législatif national.

Les députés à la 13e Assemblée populaire nationale (APN) présents à la réunion de clôture de sa troisième session annuelle ont adopté la décision de l'APN sur l'établissement et l'amélioration du système juridique et des mécanismes d'application pour permettre à la Région administrative spéciale (RAS) de Hong Kong de sauvegarder la sécurité nationale.

Cette démarche intervient après que l'instabilité sociale et l'escalade de la violence de rues ont plongé Hong Kong dans la situation la plus grave depuis son retour à la mère patrie en 1997.

En présentant le projet de décision à l'organe législatif la semaine dernière, Wang Chen, un haut législateur, a indiqué que les risques liés à la sécurité nationale de plus en plus considérables à Hong Kong étaient devenus un problème saillant.

Il existe des "maillons faibles" évidents dans le système juridique et les mécanismes d'application des lois en matière de protection de la sécurité nationale actuels à Hong Kong, a expliqué M. Wang, vice-président du Comité permanent de l'APN.

Etant donné la situation qui prévaut à Hong Kong, des efforts doivent être déployés au niveau de l'Etat afin d'établir et d'améliorer le système juridique et les mécanismes d'application pour permettre à la RAS de Hong Kong de sauvegarder la sécurité nationale.

http://french.xinhuanet.com/2020-05/28/c_139095982.htm

 

 

Poursuivre en justice la Chine concernant le COVID-19 va à l'encontre du droit international (expert)

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-05-28 à 11:00
 

BEIJING, 28 mai (Xinhua) -- Les tentatives de certains responsables américains de poursuivre la Chine en justice pour avoir causé la pandémie de COVID-19 sont des violations pures et simples du droit international, selon un article publié mercredi par le Quotidien du Peuple.

D'après des informations dans les médias, le procureur général de l'Etat du Missouri, Eric Schmitt, a déposé une plainte contre la Chine devant la Cour de district des Etats-Unis pour le district de l'Est du Missouri, exigeant que le gouvernement chinois prenne ses responsabilités et offre des compensations pour la pandémie mondiale.

Il s'agit d'une violation flagrante de la souveraineté nationale de la Chine et du principe d'égalité souveraine largement reconnu par la communauté internationale et la Charte des Nations unies, selon l'article de Huang Jin, président de la Société chinoise de droit international.

M. Huang a qualifié cette décision d'acte illégal totalement contraire au droit international.

La réponse au coronavirus de la Chine est un type d'action souveraine ou publique et non une action commerciale et doit être protégée par l'immunité souveraine, selon M. Huang.

L'action en justice est basée sur des idées sans fondement que la Chine doit être tenue responsable de la pandémie et que le gouvernement chinois a dissimulé l'épidémie, a indiqué M. Huang.

"Ces accusations n'ont aucune base factuelle ou juridique dans le droit international", a-t-il déclaré.

Il appartient aux scientifiques d'étudier et de déterminer l'origine du coronavirus, et cela ne doit pas être politisé, a déclaré M. Huang, notant que selon le droit international, la question de l'origine du virus n'a rien à voir avec la responsabilité de l'Etat.

M. Huang a souligné que les efforts du gouvernement chinois dans la diffusion des informations et la prévention et la lutte contre les épidémies respectaient le Règlement sanitaire international.

Les dommages apportés par le coronavirus aux Etats-Unis ont été causés par les actions insuffisantes du pays lui-même et n'ont aucun lien de causalité avec la réponse de la Chine au COVID-19, a souligné M. Huang.

La Chine elle-même est victime du virus, a-t-il souligné. "Nous nous opposons fermement à toute tentative de politiser la pandémie et de mettre en scène une farce de détermination illégale de la responsabilité."

http://french.xinhuanet.com/2020-05/28/c_139094450.htm

L’ARMÉE CHINOISE MOBILISÉE POUR SE PRÉPARER A LA GUERRE

Xi Jinping ordonne à l’armée de se préparer à la guerre

Wed May 27, 2020 12:35PM

L'armée chinoise.(Archive)

L'armée chinoise.(Archive)

Le président chinois, Xi Jinping, a ordonné aux forces armées chinoises de renforcer «globalement» la formation des troupes et de se préparer à la guerre, alors que les tensions montent entre Pékin et plusieurs autres pays.

S’exprimant en marge de la réunion annuelle du Congrès national du peuple mercredi, Xi Jinping, qui est également secrétaire général du Comité central du Parti communiste et président de la Commission militaire centrale, a salué la contribution de l’armée chinoise à la lutte contre l’épidémie de coronavirus et a appelé les forces armées à intensifier la formation des troupes.

« Il est nécessaire d’explorer les moyens de s’entraîner et de se préparer à la guerre », a annoncé l’agence de presse officielle chinoise Xinhua, citant le président Jinping. « Il est nécessaire d'intensifier les préparatifs du combat armé, de mener avec souplesse l'entraînement militaire au combat et d'améliorer la capacité de nos militaires à effectuer des missions », a-t-il ajouté.

M. Xi a en outre déclaré que l'armée devait réfléchir aux « pires scénarios », ajoutant qu'elle devait être prête à « sauvegarder résolument la souveraineté nationale » et « à sauvegarder la stabilité stratégique et les intérêts du pays ».

Cet appel du président chinois a fait suite à une décision antérieure d’augmenter le budget de l’armée chinoise de 178 milliards de dollars l'an dernier.

Pékin met en garde les USA

Pékin met en garde les USA

La Chine a averti qu'elle prendrait « des mesures de rétorsion » si le Congrès des États-Unis adopte des sanctions contre Pékin pour sa responsabilité supposée dans l'épidémie de Covid-19.

Cela survient au milieu de la tension des relations avec l’Inde sur les litiges frontaliers et de la montée des tensions avec les États-Unis et l’Australie au sujet de la pandémie de coronavirus. Les États-Unis et l’Australie ont exigé qu’une enquête internationale soit menée sur la pandémie de coronavirus et accusent explicitement la Chine d’être responsable. Depuis que l’épidémie de coronavirus a éclaté dans la ville chinoise de Wuhan fin décembre 2019, la querelle ne cesse de s’aggraver chaque jour entre Pékin et Washington qui s’accusent mutuellement d’être à l’origine de la propagation de la Covid-19. Le président américain Donald Trump continue de qualifier le nouveau coronavirus de « virus chinois ».

Au cours des dernières semaines, Trump a affirmé qu’il y aurait des « preuves » que Pékin avait créé le virus dans un laboratoire médical de la ville de Wuhan. Or, les agences de renseignement américaines disent qu’elles n’ont découvert aucune preuve montrant que l’apparition du virus soit d’origine humaine.

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a également accusé à plusieurs reprises la Chine de ne pas être transparente et honnête au sujet de la pandémie de coronavirus.

La Chine a défendu sa gestion de l’épidémie, affirmant à plusieurs reprises qu’elle a été « ouverte, transparente et responsable » en informant l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et les pays touchés par la maladie.

Récemment, les États-Unis et la Chine se sont affrontés également au sujet de Hong Kong et de Taïwan. Mercredi, le colonel Wu Qian, porte-parole du ministère chinois de la Défense, a déclaré que la dépendance accrue de Taïwan à l’égard des « forces étrangères » dans le cadre d’un plan de sécession par rapport à Pékin constituait la plus grande menace pour la sécurité nationale de la Chine.

« La sécurité intérieure de la Chine et les intérêts de Pékin à l’étranger sont également confrontés à de réelles menaces », a déclaré le colonel Wu Qian. «La Chine doit avoir un esprit clair en matière de défense nationale et être prête à affronter le danger en temps de paix», a-t-il conclu.

Chine: les torpilles US à Taïwan

Chine: les torpilles US à Taïwan

Faisant fi des avertissements de Pékin, les États-Unis entendent vendre des torpilleurs sophistiqués à Taïwan pour un montant total de 180 millions de dollars.

http://french.presstv.com/Detail/2020/05/27/626219/Pkin-se-prpare--la-guerre


 

EN CAS DE SANCTIONS US SUR HONG KONG, LA CHINE RÉPLIQUERA

Hong Kong: Pékin « répliquera » en cas de sanctions américaines

 Depuis 2 jours  25 mai 2020

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Zhao Lijian

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Zhao Lijian
Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Zhao Lijian

 Asie et Afrique - Chine

 

Rédaction du site

La Chine répliquera en cas de sanctions américaines sur Hong Kong, a averti Pékin le lundi 25 mai.

Le conseiller à la sécurité nationale du président Donald Trump, Robert O’Brien, a répété dimanche que la région autonome chinoise pourrait perdre son statut commercial privilégié aux Etats-Unis si la loi controversée est adoptée par le parlement de Pékin.

Mais le ministère chinois des Affaires étrangères a estimé lundi que les Etats-Unis n’avaient « pas le droit de critiquer ni de s’ingérer » dans ce dossier.

Les lois appliquées à Hong Kong « relèvent entièrement de la souveraineté de la Chine », a déclaré devant la presse le porte-parole du ministère, Zhao Lijian.

« Si les Etats-Unis sont décidés à nuire aux intérêts de la Chine, la Chine prendra les mesures nécessaires pour répliquer », a-t-il prévenu.

Pékin a déjà remis « une ferme protestation » à Washington, a précisé M. Zhao.

Le parlement chinois doit adopter, jeudi 28 mai, un projet de loi sur la sécurité nationale à Hong Kong, qui vise à punir « le séparatisme, la subversion de l’Etat », l’organisation « d’actes terroristes » ou encore les « ingérences étrangères » dans les affaires de la cité rétrocédée à la Chine en 1997 par le colonialisme britannique.

Ce projet, annoncé la semaine dernière, fait suite aux manifestations soutenues par les USA de l’an dernier à Hong Kong contre l’influence grandissante de Pékin.

Source: Avec AFP

http://french.almanar.com.lb/1763786


 

RÉCLAMER DES INDEMNISATIONS A LA CHINE POUR LA PANDÉMIE EST UNE "FARCE TOTALE"

 

(Deux Sessions) Réunion de clôture de la session annuelle de l'organe consultatif politique suprême de la Chine

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-05-27 à 15:58
 

(TWO SESSIONS)CHINA-BEIJING-CPPCC-ANNUAL SESSION-CLOSING MEETING (CN)
(Xinhua/Pang Xinglei)

BEIJING, 27 mai (Xinhua) -- La troisième session du 13e Comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC), l'organe consultatif politique suprême de la Chine, a commencé sa réunion de clôture mercredi.

Xi Jinping et d'autres dirigeants chinois ont assisté à la réunion de clôture au Grand Palais du Peuple à Beijing.

Wang Yang, président du Comité national de la CCPPC, a prononcé un discours lors de la réunion.

Une résolution sur un rapport d'activité du Comité permanent du Comité national de la CCPPC, un rapport sur l'examen des propositions et une résolution politique sur la session annuelle ont été approuvés lors de la réunion de clôture.

 

   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10    >>|

http://french.xinhuanet.com/2020-05/27/c_139091968.htm

 

 

Réclamer des indemnisations à la Chine pour la pandémie est une "farce totale" (COMMENTAIRE)

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-05-27 à 17:06
 

BEIJING, 27 mai (Xinhua) -- Certains hommes politiques américains ont récemment réclamé que la Chine soit tenue responsable de la pandémie de COVID-19 et qu'elle indemnise d'autres pays. De telles accusations ridicules et sans fondement sont simplement une tentative de leur part de rejeter la responsabilité sur la Chine et de détourner l'attention de leur propre réponse insuffisante.

La tentative d'intenter des poursuites frivoles n'a pas de fondement juridique. D'un point de vue juridique, la pandémie est une urgence de santé publique mondiale d'intérêt international, et une "force majeure" selon la loi.

Il n'y a pas de "responsabilité d'Etat" du premier pays à signaler une maladie, il n'existe non plus aucune loi internationale qui permette d'accuser un pays simplement parce qu'il est le premier à déclarer des cas.

En ce qui concerne l'indemnisation, pourquoi ces hommes politiques américains ne répondent pas d'abord aux questions suivantes :

Les Etats-Unis doivent-ils indemniser les 200.000 personnes tuées par la grippe H1N1 2009, qui a été d'abord diagnostiquée chez eux avant de se propager sur une grande échelle dans le pays et a fini par toucher 214 pays et régions ?

Les Etats-Unis doivent-ils indemniser les 75 millions porteurs du VIH et les 35 millions de victimes liées aux sida, parce que la maladie a été d'abord enregistrée dans le pays dans les années 1980 avant de balayer le monde ?

Et doivent-ils rembourser les milliers de milliards de dollars perdus à l'échelle mondiale en raison de la crise financière aux Etats-Unis provoquée par l'effondrement de Lehman Brothers en 2008 qui s'est transformée en crise financière mondiale ?

De plus, attaquer la Chine en justice va à l'encontre des faits et du bon sens.

Le COVID-19 n'a pas été causé par la Chine. Comme les autres pays, la Chine en est une victime, non pas un complice.

Une fois que la Chine a pris conscience de la gravité de la situation, le pays a pris une décision difficile qui a permis de couper la voie de transmission dans les plus brefs délais et a stoppé la propagation rapide du virus.

Depuis le 3 janvier, la Chine a commencé d'envoyer régulièrement et en temps voulu des rapports sur la pandémie à l'Organisation mondiale de la santé. Elle a également fourni des informations à d'autres pays, dont les Etats-Unis, de manière ouverte, transparente et responsable.

Au prix de sacrifices énormes, notamment à Wuhan, capitale de la province du Hubei lourdement frappée par le virus, la Chine a ramené la situation sous contrôle en deux mois environ, accumulant une expérience importante et apportant une contribution vitale à la bataille mondiale contre le virus.

La Chine s'efforce actuellement de relancer son économie afin de maintenir sa part de la chaîne logistique mondiale, tout en continuant de fournir son aide dans la limite de ses capacités à d'autres pays.

En revanche, les Etats-Unis ont été le premier pays à avoir retiré du personnel de leur consulat général à Wuhan et à avoir annoncé des restrictions d'entrée pour tous les citoyens chinois. Ils ont annoncé le 2 février la fermeture de leurs frontières à tous les citoyens chinois et aux étrangers ayant voyagé en Chine au cours des 14 jours précédents, alors qu'ils n'avaient que huit cas signalés ce jour-là.

En dépit de la diabolisation de la Chine, ce sont les Etats-Unis qui sont devenus l'épicentre de la pandémie. Le nombre de cas confirmés du COVID-19 dans le pays a totalisé 1,68 million avec un bilan proche de 100.000 morts.

Avec plus de 4% de la population du monde, les Etats-Unis représentent près d'un tiers des infections totales mondiales et plus d'un quart des morts.

Il n'est pas difficile d'identifier l'intention réelle derrière cette farce politique. La demande déraisonnable et sans fondement juridique des indemnisations chinoises n'est guère plus qu'un chantage.

Heureusement, le monde n'est pas aussi facilement dupé que certains hommes politiques américains l'imaginent.

Le temps presse, le jeu des reproches ne mène nulle part et ne peut qu'aggraver la souffrance du peuple américain.

http://french.xinhuanet.com/2020-05/27/c_139092168.htm

 

 

Seule la législation sur la sécurité nationale peut apporter une stabilité durable à Hong Kong (COMMENTAIRE)

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-05-27 à 17:23
 

HONG KONG, 27 mai (Xinhua) -- L'établissement et l'amélioration du système juridique et des mécanismes d'application de la Région administrative spéciale de Hong Kong (RASHK) pour protéger la sécurité nationale sont une mesure nécessaire pour combler les lacunes de Hong Kong en matière de sauvegarde de la sécurité nationale depuis son retour à la patrie.

En même temps, il s'agit d'une mesure d'une grande importance en termes de maintien et d'amélioration du système institutionnel d'"un pays, deux systèmes".

Près de 23 ans après le retour de Hong Kong à la patrie, la législation relative à l'article 23 de la Loi fondamentale est restée incomplète, faisant de Hong Kong un maillon faible de la sécurité nationale et une cible facile pour les forces étrangères hostiles qui veulent perturber l'ordre public et de mettre en péril les intérêts sociaux et économiques.

En fait, la législation relative à l'article 23 a été stigmatisée et diabolisée par certains ayant des arrière-pensées.

Préoccupés par les lacunes évidentes du système juridique et des mécanismes d'application de Hong Kong pour la sauvegarde de la sécurité nationale, les habitants raisonnables de Hong Kong accordent naturellement leur plein soutien à l'action décisive du gouvernement central pour combler les lacunes.

Le nombre de résidents de Hong Kong signataires d'une pétition, lancée dimanche en faveur de la législation sur la sécurité nationale, avait dépassé 1,1 million mardi soir et ne cesse de croître.

La paix et la stabilité à long terme de Hong Kong ne seront pas obtenues du jour au lendemain, car il faut déployer des efforts considérables pour traiter les problèmes sous-jacents de l'économie et les moyens de subsistance de la population, ainsi que les points faibles persistants dans l'éducation et d'autres domaines. Cependant, la condition préalable à tous ces changements est la création d'un environnement social stable et pacifique.

Compte tenu de la gravité de la situation à laquelle est confrontée la RASHK en termes de maintien de la sécurité nationale, ce n'est qu'en établissant et en améliorant au niveau national le système juridique et les mécanismes d'application permettant à la RASHK de protéger la sécurité nationale que l'on pourra prévenir, arrêter et punir efficacement le petit nombre d'actes illégaux et criminels mettant en danger la sécurité nationale.

Ce faisant, la sécurité nationale de la Chine, et la prospérité et la stabilité de la RASHK peuvent être mieux sauvegardées.

http://french.xinhuanet.com/2020-05/27/c_139092199.htm

 

La législation sur la sécurité nationale apporte la stabilité et la prospérité à Hong Kong (INTERVIEW)

 
 
 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-05-27 à 16:02
 

ISLAMABAD, 27 mai (Xinhua) -- Le projet de loi relatif à l'établissement et l'amélioration d'un cadre juridique ainsi que de mécanismes d'application pour la Région administrative spéciale de Hong Kong (RASHK) apportera la stabilité, la paix et la prospérité à long terme à ses habitants, selon un chercheur pakistanais.

Ce projet jettera également de solides bases pour la mise en œuvre du principe "un pays, deux systèmes", a déclaré Manzoor Afridi, professeur associé en relations internationales à l'Université islamique internationale, lors d'un récent entretien avec Xinhua à Islamabad.

Le projet de loi a été soumis vendredi à la troisième session de la 13e Assemblée populaire nationale (APN) de Chine pour délibération.

"Je pense qu'il est très important pour l'APN d'établir et d'améliorer un cadre juridique ainsi que des mécanismes d'application de la RASHK pour protéger la sécurité nationale", a estimé l'expert politique.

Les manifestations violentes qui ont eu lieu à Hong Kong l'année dernière ont gravement menacé la stabilité et la paix de la RASHK, en plus de poser un grave défi pour la sécurité nationale et l'unité de la Chine, a-t-il rappelé.

L'universitaire a noté que les forces de l'opposition à Hong Kong ont essayé de jouer un double jeu en essayant d'une part de renverser le gouvernement de la RASHK et contestant d'autre part l'autorité de l'Etat.

"Le chaos a non seulement menacé le principe 'un pays, deux systèmes', mais aussi porté atteinte au tissu social délicat et à l'Etat de droit à Hong Kong, mettant en danger les droits légitimes des citoyens", a-t-il souligné.

Certains ressortissants étrangers auraient non seulement participé aux manifestations violentes contre le gouvernement à Hong Kong, mais en ont de surcroît été les dirigeants, a observé M. Afridi, citant l'ingérence étrangère dans les affaires de Hong Kong.

En novembre dernier, les Etats-Unis avaient adopté un projet de loi de "soutien envers les manifestants radicaux à Hong Kong, dévoilant la nature malveillante et hégémonique de ce pays ainsi que son implication dans les coups portés à la stabilité et à la paix dans la région", a-t-il dit.

Dans de telles circonstances, il est nécessaire d'adopter une législation d'urgence pour répondre aux actions préjudiciables à la sécurité de l'Etat, ce qui permettra de mieux protéger la liberté et les droits de la population ainsi que les intérêts des milieux d'affaires et des investisseurs étrangers à Hong Kong, a constaté M. Afridi.

"C'est là la prérogative de l'APN et il s'agit d'une pratique courante parmi les pays de promulguer ainsi une législation de sécurité nationale", a-t-il rappelé, ajoutant que le projet de loi est conforme à la Constitution chinoise ainsi qu'à la Loi fondamentale de la RASHK.

La décision de l'APN mettra fin aux activités subversives des sécessionnistes soutenus par l'étranger, rendra responsables devant la Justice les auteurs des troubles, donnera aux résidents de Hong Kong une chance de profiter des avantages de la stabilité et de la prospérité à long terme, et accélérera l'intégration de Hong Kong avec la partie continentale, posant ainsi les solides fondations d'une croissance régulière et durable selon le principe "un pays, deux systèmes", a conclu M. Afridi.

http://french.xinhuanet.com/2020-05/27/c_139091985.htm

 

 

Les "deux sessions" véhiculent la confiance dans le développement mondial, selon des dirigeants de partis étrangers (SYNTHESE)

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-05-27 à 02:43
 

BEIJING, 26 mai (Xinhua) -- L'organisation des "deux sessions" a démontré que la guerre totale de la Chine contre la pandémie de COVID-19 avait engendré des résultats stratégiques majeurs, donnant au développement mondial de l'élan et de la confiance, ont déclaré de nombreux dirigeants de partis politiques étrangers.

Dans des messages récemment envoyés au Département international du Comité central du Parti communiste chinois (PCC), les dirigeants de partis politiques étrangers ont affirmé que les "deux sessions" en cours illustraient la ferme détermination de la Chine à coordonner les efforts de prévention et de contrôle de la pandémie et ceux consacrés au développement économique et social.

Le secrétaire général du Parti démocratique gabonais Eric Dodo Bounguendza a souligné qu'alors que la pandémie de COVID-19 continuait de faire des ravages dans le monde, la tenue réussie des "deux sessions" de la Chine prouvait que le pays avait réalisé de grandes avancées stratégiques dans la lutte contre la maladie.

Notant que le COVID-19 ne peut pas empêcher le PCC de diriger le peuple chinois en matière de développement et de progrès, M. Bounguendza s'est dit convaincu que le succès des "deux sessions" renforcerait l'unité du peuple chinois et permettrait la réalisation comme prévu du grand objectif d'éradiquer la pauvreté et de construire une société modérément prospère sous tous les aspects.

La présidente du Parti des travailleurs du Brésil, Gleisi Hoffmann, a déclaré que l'organisation des "deux sessions" dans le contexte particulier de la pandémie de COVID-19 était très importante pour la Chine et le monde dans la bataille contre le coronavirus et pour la reprise du développement économique et social.

Elle a affirmé être confiante quant au fait que les "deux sessions" trouveraient des solutions à divers problèmes auxquels le monde était confronté, permettant ainsi à tous les pays de sortir de la crise actuelle et de bâtir un monde meilleur.

Juan Carlos Latorre, président de l'Organisation démocrate chrétienne d'Amérique, a salué l'expérience de la Chine dans la reprise des activités et de la production.

La pandémie inattendue de COVID-19 a enseigné une douloureuse leçon à l'humanité, celle qu'aucun pays ne peut vaincre seul le coronavirus, a-t-il expliqué, exhortant tous les pays à travailler ensemble pour résoudre cette crise mondiale.

Jan Zahradil, eurodéputé et président du Groupe d'amitié Union européenne - Chine au Parlement européen, a noté que beaucoup de mesures visant à dynamiser la reprise économique et sociale avaient été adoptées aux "deux sessions", ce qui apportera une grande confiance et de l'élan à la guerre de la Chine contre la pauvreté et à ses autres objectifs.

Dans son rapport de 2020 sur le travail du gouvernement, la Chine a réitéré son engagement à davantage s'ouvrir au monde et à promouvoir la facilitation et la libéralisation du commerce, a-t-il fait observer, ce qui donnera un soutien politique à la coopération pragmatique entre l'UE et la Chine et encouragera le développement sain du partenariat stratégique global UE-Chine.

Temesgen Hurkato, responsable de la recherche et de l'idéologie au sein du Parti éthiopien de la prospérité, a souligné l'importance des affirmations majeures de la Chine sur la protection de sa souveraineté et le principe "un pays, deux systèmes" dans son rapport sur le travail gouvernemental en ce qui concerne les affaires de Hong Kong, Macao et Taiwan, propos qui sont entièrement soutenus par l'Ethiopie.

M. Temesgen a rappelé que la Chine était la deuxième plus grande économie du monde. Alors que le monde s'interroge sur l'ordre mondial post-pandémique, tous les pays ont les yeux rivés sur l'Orient.

L'ambassadeur du Niger en Chine, Inoussa Moustapha, a souligné que la Chine organisait les "deux sessions" pour discuter des questions de développement national et de bien-être de son peuple dès que les conditions le permettait, ce qui illustrait le fait que le président chinois Xi Jinping donnait la priorité au peuple.

Le diplomate nigérien a estimé que la société modérément prospère sous tous les aspects de la Chine deviendrait réalité dans les délais prévus.

http://french.xinhuanet.com/2020-05/27/c_139089981.htm

CHINE : LE GLAS A SONNE POUR LES INGÉRENCES EXTÉRIEURES A HONG KONG

 

Le glas a sonné pour les ingérences extérieures à Hong Kong (COMMENTAIRE)

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-05-26 à 21:51
 

BEIJING, 26 mai (Xinhua) -- Certains hommes politiques occidentaux ont toujours essayé d'exploiter la moindre occasion de s'immiscer dans les affaires intérieures de la Chine. Ils ont récemment pointé un doigt accusateur sur les efforts légitimes de Beijing pour mieux protéger sa sécurité nationale.

Lors des "deux sessions" annuelles en cours, l'organe législatif suprême de la Chine doit délibérer sur un projet de décision qui a pour objectif d'établir et d'améliorer le système juridique et les mécanismes d'application de la loi pour la région administrative spéciale (RAS) de Hong Kong (HK) en vue de préserver la sécurité nationale. Cependant, le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a détourné sans scrupules la loi proposée en la qualifiant de "glas" pour le haut degré d'autonomie de Hong Kong.

Au cours des dernières décennies, certains pays occidentaux tels que les Etats-Unis et le Royaume-Uni ont forgé un système sophistiqué de lois et de règlements pour maintenir la sécurité sur leur territoire national. En parallèle, ils cherchent néanmoins à saper les efforts de la Chine pour préserver sa souveraineté sur son propre sol, ce qui démontre l'hypocrisie de leurs doubles standards.

A la suite des amendements proposés aux ordonnances en 2019, certains séparatistes radicaux à Hong Kong ont collaboré avec des forces extérieures pour multiplier leurs actes de violence et de terrorisme, ce qui a gravement mis en péril la sécurité publique dans la ville, remis en question la pratique du principe "un pays, deux systèmes" et menacé la sécurité nationale. Aucun gouvernement ne tolérera de tels actes extrémistes sur son territoire.

Dans les circonstances actuelles et en accord avec la Constitution et la Loi fondamentale de la RAS de HK, l'organe législatif suprême chinois doit impérativement faire progresser le processus législatif au niveau national afin de préserver la souveraineté, l'unité et l'intégrité territoriale du pays, en plus de consolider les fondements du principe "un pays, deux systèmes".

Pour la plupart des résidents et investisseurs étrangers à Hong Kong, il en va de leurs intérêts légitimes et à long terme de rejeter la soi-disant "indépendance de Hong Kong" et les ingérences de forces extérieures, de mettre fin à la violence et de restaurer la stabilité sociale et la prospérité dans ce grand centre financier international.

Quant aux politiciens occidentaux mal intentionnés qui prétendent se soucier de l'avenir de Hong Kong, ils considèrent cette ville chinoise comme un pion dans leurs activités subversives en vue d'organiser une "révolution de couleur" pour freiner le développement de la Chine, ce qui va à l'encontre du droit international et des standards de base des relations internationales.

M. Pompeo et ses semblables ont sous-estimé la détermination inébranlable de Beijing et du peuple chinois à protéger leurs intérêts nationaux de souveraineté, de sécurité et de développement. Le "glas" a sonné, mais uniquement pour l'ingérence étrangère dans les affaires de Hong Kong ainsi que pour l'hypocrisie et les doubles standards de Washington.

http://french.xinhuanet.com/2020-05/26/c_139089697.htm

 

 

(COVID-19) La Chine mérite d'être saluée pour sa protection des droits de l'homme dans le cadre de sa réponse au COVID-19 (COMMENTAIRE)

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-05-26 à 21:26
 

BEIJING, 26 mai (Xinhua) -- Le droit à la vie et à la santé fait partie des droits de l'homme les plus fondamentaux. La Chine n'a ménagé aucun effort pour sauver les vies menacées par le COVID-19 et a montré un engagement indéfectible pour protéger les droits de l'homme.

Protéger et sauver les vies est la responsabilité primordiale de tout gouvernement et la meilleure illustration de la protection des droits de l'homme. La Chine a déployé tous les efforts possibles pour protéger la vie et la santé de son peuple et a pris les mesures les plus strictes pour enrayer la propagation de la maladie.

La Chine ne prend aucun risque face à un virus dont on sait encore très peu.

Le 23 janvier, la Chine a placé Wuhan, métropole de plus de 10 millions de personnes, en quarantaine. Cette mesure drastique était qualifiée de "violation des droits de l'homme" par certains politiciens occidentaux. Cependant, cette décision s'est avérée l'une des plus importantes dans la lutte mondiale contre le virus.

Mobilisant la force de tout le pays pour contenir la maladie, travaillant jour et nuit pour construire deux grands nouveaux hôpitaux en un peu plus de deux semaines à Wuhan, prenant soin de chaque patient à tout prix, la Chine a cherché à guérir le plus grand nombre de patients possible et fait tout ce qu'elle peut pour réduire la mortalité.

Le pays met tout en oeuvre pour prévenir et gérer les nouveaux cas, même sporadiques. Dans le cadre des sessions annuelles en cours de l'organe législatif national et de l'organe consultatif politique suprême, les discussions se concentrent sur la création d'un "réseau de protection" pour la santé publique.

Actuellement, quelques politiciens américains brandissent les bâtons de projets de loi, d'enquêtes ou de poursuites judiciaires ridicules contre la Chine, comme s'ils accordaient plus de valeur à la vie que d'autres. La vérité est néanmoins qu'ils craignent d'être tenus pour responsables des échecs dans la protection de leur propre peuple ou souhaitent simplement dénigrer autrui.

Si les Etats-Unis avaient commencé à confiner les villes et à limiter les contacts sociaux le 1er mars, deux semaines plus tôt que la date à laquelle la plupart de leurs habitants ont commencé à rester chez eux, environ 83% des décès auraient été évités, selon les estimations des modélisateurs de maladies de l'Université Columbia.

Jusqu'à présent, les cas confirmés de coronavirus aux Etats-Unis ont dépassé 1,6 million, et le nombre de morts est de près de 100.000.

Le contraste flagrant entre les deux grands pays fait réfléchir : qui est le meilleur défenseur des droits de l'homme?

Tout en prévenant et en contrôlant régulièrement l'épidémie, la Chine a progressivement repris ses activités commerciales et la production pour garantir le droit des gens à travailler et à se développer. Le pays a fait de la stabilité de l'emploi une priorité et a réduit les impôts et les taxes pour alléger le fardeau des employeurs.

Le gouvernement chinois a partagé les informations sur l'épidémie d'une manière ouverte, transparente et véridique, conformément à la loi. Le droit de savoir est garanti sans que le droit à la vie privée soit violé.

N'abandonnant personne, la protection générale de la Chine couvre tous les hommes, femmes, enfants, personnes âgées, handicapés et personnes démunies. Le pays traite également les citoyens étrangers sur un pied d'égalité. Dans la province du Hubei, plus de 3.600 patients de COVID-19 âgés de plus de 80 ans ont été guéris. A Wuhan, sept centenaires se sont rétablis.

Au niveau mondial, la plus grande opération humanitaire menée par la Chine pour aider d'autres pays n'a qu'un seul objectif : sauver des vies.

Mettant le peuple et leur vie au premier plan, la Chine a effectivement défendu les droits de l'homme dans cette crise mondiale. A ce titre, elle mérite d'être saluée dans l'histoire du développement des droits de l'homme.

http://french.xinhuanet.com/2020-05/26/c_139089662.htm

 

 

(COVID-19) Combattre le COVID-19 avec un esprit de communauté de destin pour l'humanité (COMMENTAIRE)

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-05-26 à 13:39
 

BEIJING, 26 mai (Xinhua) -- Alors que le COVID-19 fait toujours rage à l'échelle mondiale, arrachant des vies et frappant l'économie, l'urgence et l'importance de vaincre la pandémie dans un esprit de construction d'une communauté de destin pour l'humanité sont devenues encore cruciales.

La pandémie mortelle, la plus grave urgence de santé publique mondiale depuis la Seconde Guerre mondiale, s'est propagée dans plus de 210 pays et régions, a touché plus de 7 milliards de personnes et fait plus de 300.000 victimes.

A l'ère de la mondialisation, les intérêts sociaux et économiques de tous les pays sont étroitement liés. Le virus est une nouvelle épreuve décisive pour la capacité de la communauté internationale à répondre à une crise collective.

Bien que la cause sanitaire mondiale ait enregistré des progrès remarquables par rapport aux années précédentes, les taux d'infection et de mortalité étonnamment élevés du COVID-19 incitent les gens à réfléchir à nouveau sur nos vulnérabilités.

Peu de pays peuvent gagner la bataille tout seul. La force et la sagesse de toute l'humanité doivent être rassemblées pour renforcer la prévention et le contrôle du virus.

Dans la lutte contre la pandémie, une attention particulière doit être accordée aux pays et aux régions pauvres et ceux en développement, auxquels il faut apporter des soutiens matériel, technologique et de personnel.

Au cours des derniers mois, la Chine a fait tout ce qui était en son pouvoir pour aider d'autres pays dans le besoin en fournissant du matériel et en envoyant des experts médicaux, ce qui constitue une preuve évidente de sa position ferme en faveur du concept de construction d'une communauté de destin pour l'humanité.

En effet, la coopération et l'unité mondiales sont d'une importance vitale pour l'humanité afin de vaincre le virus et rester en sécurité.

Cependant, certains politiciens américains, allant à l'encontre de l'aspiration du peuple à la paix et à la santé, se sont servis d'autres comme boucs émissaires et ont diffamé la lutte acharnée de la Chine contre le virus.

Leurs propos et actions, toujours empreints de racisme et de préjugés idéologiques et motivés par ceux-ci, sont au mieux de la propagande politique, de l'intimidation et de l'hégémonie par nature. Ces propos et actions ne favorisent certainement pas la lutte contre l'ennemi commun de l'humanité.

Si l'on se tourne vers l'histoire, la race humaine a grandi et s'est développée dans ses luttes contre diverses maladies et catastrophes. Les pays du monde doivent être conscients du fait que le monde entier est devenu une communauté de destin. La coopération et la solidarité sont le seul et sûr moyen de relever ce grave défi.

http://french.xinhuanet.com/2020-05/26/c_139088770.htm

 

CHINE : XI JINPING MET L'ACCENT SUR LE RENFORCEMENT DE LA DEFENSE NATIONALE ET DES FORCES ARMÉES

 

(Deux Sessions) Xi Jinping met l'accent sur le renforcement de la défense nationale et des forces armées

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-05-26 à 18:59
 


(Xinhua/Li Gang)

BEIJING, 26 mai (Xinhua) -- Le président chinois, Xi Jinping, a souligné mardi l'importance d'atteindre les objectifs et de réaliser les tâches du renforcement de la défense nationale et des forces armées pour 2020, tout en maintenant le contrôle efficace de l'épidémie de manière régulière.

M. Xi, qui est également secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois et président de la Commission militaire centrale, s'est ainsi exprimé alors qu'il participait à une réunion plénière de la délégation de l'Armée populaire de libération et de la Force de la Police armée populaire, lors de la troisième session de la 13e Assemblée populaire nationale, organe législatif suprême de la Chine.

http://french.xinhuanet.com/2020-05/26/c_139089414.htm

 

 

(Deux Sessions) La Chine donnera la priorité à la législation sur la santé publique en 2020

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-05-25 à 22:39
 


(Xinhua/Liu Weibing)

BEIJING, 25 mai (Xinhua) -- L'organe législatif suprême de la Chine a annoncé lundi qu'il accorderait la priorité à la législation sur la santé publique cette année.

Dans son rapport de travail annuel, le Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale (APN) a déclaré qu'il envisageait de réviser la Loi sur la protection de la faune, la Loi sur la prévention et le contrôle des maladies infectieuses, la Loi sur la santé et la quarantaine aux frontières et la Loi sur les interventions d'urgence en 2020.

Le rapport a été présenté par Li Zhanshu, président du Comité permanent de l'APN, à la troisième session de la 13e APN pour délibération.

Depuis le début de l'épidémie de COVID-19, l'organe législatif suprême a rempli son devoir légal, en fournissant un soutien juridique aux efforts anti-épidémiques et au développement économique et social.

Il a adopté une décision pour interdire complètement le commerce et la consommation illicites des animaux sauvages et s'est adressé au public pour clarifier les lois de prévention et de contrôle des épidémies, selon le rapport.

La Chine possède actuellement plus de 30 lois sur la santé publique, qui ont généralement résisté à l'épreuve de l'épidémie de COVID-19 et joué un rôle positif, a indiqué la semaine dernière Zhang Yesui, porte-parole de la troisième session de la 13e APN, lors d'une conférence de presse.

Il a cependant noté qu'il y avait encore des maillons faibles et des lacunes dans le cadre juridique, et le Comité permanent de l'APN renforcera davantage la législation chinoise en matière de santé publique.

Les législateurs devraient examiner et approuver la loi sur la biosécurité cette année, selon M. Zhang. Le projet de loi sur la biosécurité a fait l'objet d'une deuxième lecture en avril.

Parallèlement, les législateurs accéléreront la révision de la Loi sur la protection de la faune dans l'espoir de soumettre la révision pour examen au deuxième semestre, a-t-il ajouté.

http://french.xinhuanet.com/2020-05/25/c_139087026.htm

 

 

(Deux Sessions) Des législateurs chinois proposent une loi sur les immunités des Etats étrangers

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-05-26 à 22:09
 

BEIJING, 26 mai (Xinhua) -- Des législateurs chinois ont proposé de formuler une loi sur les immunités des Etats étrangers à la suite de procédures malveillantes intentées contre la Chine au sujet de sa réponse au COVID-19.

Cette mesure protégera les droits et intérêts légitimes des citoyens chinois ainsi que des investisseurs étrangers, a indiqué Ma Yide, député à l'Assemblée populaire nationale (APN) et chercheur en droit à l'Académie des sciences sociales de Beijing.

Elle permettra également de contrecarrer les actions malveillantes intentées dans les pays comme les Etats-Unis contre la Chine concernant la réponse au COVID-19, a déclaré M. Ma aux journalistes mardi en marge de la session annuelle de l'APN.

Il a indiqué que l'absence d'une telle loi était devenue un problème majeur dans l'épidémie actuelle, car certains pays, avec les Etats-Unis en tête, ont tenté de rejeter la responsabilité de l'incompétence de leur propre gouvernement dans la réponse au COVID-19.

Certains groupes et individus ont même cité la loi des Etats-Unis sur les immunités des Etats étrangers pour lancer des contentieux contre le gouvernement chinois et les départements concernés, a-t-il ajouté.

"Il s'agit d'une démonstration d'hégémonie et de politique de la puissance et d'un rappel de la nécessité et de l'urgence pour la Chine de formuler une loi sur les immunités des Etats étrangers", a déclaré M. Ma.

Plus de 35 législateurs de la délégation de Beijing à l'APN ont approuvé la proposition, qui a été acceptée par la session et transmise aux comités spéciaux de l'organe législatif national pour examen.

http://french.xinhuanet.com/2020-05/26/c_139089731.htm

 

 

Des experts étrangers estiment que la législation sur la sécurité nationale est cruciale pour la stabilité et la prospérité de Hong Kong (SYNTHESE)

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-05-26 à 13:53

 

 

BEIJING, 26 mai (Xinhua) -- L'introduction d'une législation sur la sécurité nationale pour la Région administrative spéciale de Hong Kong (RASHK) constitue un effort important pour sauvegarder la sécurité nationale et assurer la stabilité ainsi que la prospérité à long terme de Hong Kong, estiment des experts étrangers.

Un projet de loi quant à l'établissement et l'amélioration d'un cadre juridique ainsi que de mécanismes d'application pour la RASHK afin de protéger la sécurité nationale est en cours de délibération lors de la troisième session de la 13e Assemblée populaire nationale (APN).

Le porte-parole du ministère cambodgien des affaires étrangères, Koy Kuong, indique que "le Cambodge adhère régulièrement à la politique d'une seule Chine et considère les dossiers relatifs à la RASHK comme les affaires intérieures de la République populaire de Chine".

Il rappelle que le projet de loi, qui vise à sauvegarder la sécurité nationale ainsi que la souveraineté conformément à la Constitution chinoise et à la Loi fondamentale de Hong Kong, constitue le droit souverain de la Chine en tant que pays indépendant.

"Le Cambodge souhaite voir que la RASHK continue de profiter du progrès et de la prospérité dans la paix, la stabilité et l'harmonie, à l'abri de toute ingérence étrangère", dit Koy Kuong.

Selon Gerishon Ikiara, chercheur à l'Université de Nairobi, "la question de la législation sur la protection de la sécurité nationale relève des affaires intérieures de la Chine".

Les violences récentes à Hong Kong ont mis en évidence les lacunes de son système juridique et l'absence de mécanismes d'application efficaces pour y assurer la sécurité, souligne-t-il.

"Il est urgent et important de mettre fin au chaos à Hong Kong en renforçant la législation sur la sécurité nationale", explique l'universitaire kenyan, ajoutant que le principe "un pays, deux systèmes" est et continuera d'être une condition préalable importante pour la prospérité et la stabilité à long terme de la RASHK.

Sur la base de la Constitution chinoise et de la Loi fondamentale de Hong Kong, l'introduction d'une législation sur la sécurité nationale pour la RASHK contribuera à prévenir et à contrôler les risques en matière de sécurité nationale et à sauvegarder l'Etat de droit, la prospérité et la stabilité à Hong Kong, estime Ong Tee Keat, président fondateur du Centre pour de nouvelles études asiatiques inclusives, un groupe de réflexion basé à Kuala Lumpur, en Malaisie.

Notant que la protection de la sécurité nationale est la base du principe "un pays, deux systèmes", il relève que c'est le droit souverain de tout pays indépendant que d'introduire une telle législation.

Les autres pays, pour quelque raison que ce soit, n'ont aucun droit à y intervenir, ajoute-t-il.

Fabio Massimo Parenti, professeur d'études internationales à l'Institut international italien Lorenzo de' Medici, indique que "le projet de loi pour Hong Kong est juridiquement approprié et cohérent avec la situation dans la RASHK".

Le gouvernement central chinois va aider le gouvernement local de Hong Kong et fournir les instruments juridiques permettant d'y éviter de nouvelles turbulences et de renforcer la sécurité ainsi que l'unité du pays, ajoute-t-il.

http://french.xinhuanet.com/2020-05/26/c_139088782.htm

 

 

(Deux Sessions) Deuxième réunion du présidium de la session annuelle de l'organe législatif national de la Chine

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-05-26 à 18:31
 


(Xinhua/Yan Yan)

BEIJING, 26 mai (Xinhua) -- Le présidium de la troisième session de la 13e Assemblée populaire nationale (APN), organe législatif national chinois, a tenu mardi sa deuxième réunion.

La réunion a décidé de soumettre plusieurs documents, dont un projet révisé du Code civil et le projet révisé d'une décision de l'APN sur l'établissement et l'amélioration du système juridique et des mécanismes d'application pour permettre à la Région administrative spéciale (RAS) de Hong Kong de sauvegarder la sécurité nationale, aux députés pour délibération.

Li Zhanshu, un président exécutif du présidium, a présidé la réunion.

Les présidents exécutifs du présidium se sont réunis avant la réunion pour préparer les documents.

 

   1 2   

http://french.xinhuanet.com/2020-05/26/c_139089373.htm


 

USA/CHINE : LE TON SE DURCIT

Pékin : nous faisons tout pour défendre nos intérêts menacés par les USA

Mon May 25, 2020 5:45PM

Xi Jinping, le dirigeant chinois (à gauche), et Donald Trump, le président américain. ©AFP/Archives

Xi Jinping, le dirigeant chinois (à gauche), et Donald Trump, le président américain. ©AFP/Archives

La Chine a averti qu'elle prendrait des contre-mesures si les États-Unis persistaient à porter atteinte à ses intérêts concernant Hong Kong, suite aux derniers commentaires de Washington sur d'éventuelles sanctions concernant la nouvelle législation sur la sécurité nationale de la ville.

Cité par AP ce lundi 25 mai, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Zhao Lijian, a déclaré aux journalistes lors d'un briefing que les États-Unis tentaient de nuire à la sécurité nationale de la Chine.

Il a déclaré que Pékin avait déposé des déclarations sévères à Washington sur les commentaires du conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche Robert O'Brien, selon lesquels, la loi sur la sécurité de Hong Kong pourrait entraîner des sanctions américaines.

Pendant ce temps, la branche du ministère chinois des Affaires étrangères à Hong Kong a déclaré que certains actes lors des manifestations de l'année dernière étaient "de nature terroriste", posant "un danger imminent" pour la sécurité nationale de la Chine.

Xie Feng, commissaire du ministère chinois des Affaires étrangères à Hong Kong, a fait ces remarques lors d'un discours sur le projet de loi sur la sécurité nationale pour Hong Kong.

Pékin déclare la guerre aux USA

Pékin déclare la guerre aux USA

Alors que les relations entre Pékin et Washington restent tendues en raison de la guerre commerciale, la crise sanitaire mondiale attise encore les tensions, mais ce n'est pas tout...

Taïwan n'a pas non plus échappé à l'interventionnisme US. Il convient de rappeler que selon le principe de la « Chine unie », tout pays ayant des relations officielles avec Pékin n’a pas le droit d’avoir des relations officielles avec Taïwan. Selon le même principe, les États-Unis concluent des accords officiels avec la Chine au lieu de Taïwan. Cependant, Washington poursuit en même temps ses relations « informelles » avec Taïwan et y envoie ses représentants.

Il y a quelques mois, juste un jour après un entretien téléphonique entre les présidents chinois et américain, la signature du traité de Taïwan par Donald Trump a déclenché une nouvelle confrontation politique entre Pékin et Washington.

Les autorités chinoises et diverses institutions responsables dans le pays ont immédiatement mis en garde contre la poursuite de l’ingérence de Washington dans les affaires internes de la Chine. Outre le ministère chinois des Affaires étrangères qui a publié une déclaration ferme contre les États-Unis, le Parlement chinois en a publié une autre qualifiant le traité et sa signature par Washington d’« intervention grossière ».

En effet Trump qui appartient à la doctrine d’Henry Kissinger prônant la nécessité de freiner la Chine, considère l’autonomisation de ce pays comme une menace militaire. Selon Kissinger, la puissance économique de la Chine ne se borne pas à l’économie et peut se traduire par l’omnipotence militaire. C'est pourquoi l’administration américaine ne lésine sur aucun effort pour saper la sécurité de la Chine et entraver sa croissance économique.

Pékin met en garde les USA

Pékin met en garde les USA

La Chine a averti qu'elle prendrait « des mesures de rétorsion » si le Congrès des États-Unis adopte des sanctions contre Pékin pour sa responsabilité supposée dans l'épidémie de Covid-19.

http://french.presstv.com/Detail/2020/05/25/626114/USAChine--le-ton-se-durcit



 

DES EXPERTS INTERNATIONAUX SALUENT LES EFFORTS DE LA CHINE POUR PROMOUVOIR LA PAIX MONDIALE ET SOUTENIR LA LUTTE GLOBALE CONTRE LE COVID-19

 

Des experts internationaux saluent les efforts de la Chine pour promouvoir la paix mondiale et soutenir la lutte globale contre le COVID-19 (PAPIER GENERAL)

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-05-25 à 03:00
 

BEIJING, 24 mai (Xinhua) -- Le conseiller d'Etat et ministre des Affaires étrangères de Chine Wang Yi a répondu aux questions de la presse chinoise et étrangère au sujet de la politique étrangère du pays et de ses relations avec l'extérieur, au cours d'une conférence de presse organisée dimanche en marge de la session législative nationale annuelle.

De nombreux observateurs étrangers ont déclaré que la Chine avait apporté d'importantes contributions à la paix et à la stabilité mondiales, notamment en soutenant fermement le multilatéralisme et en s'efforçant d'améliorer la gouvernance mondiale.

Face à l'épidémie de COVID-19, la Chine a mis en pratique son concept de construction d'une communauté de destin pour l'humanité, a porté assistance à divers autres pays et a promu la coopération internationale en matière de lutte contre l'épidémie - une attitude louable, qui atteste de son sens des responsabilités en tant que grand pays, ont-ils souligné.

Jorge Chediek, envoyé du secrétaire général des Nations Unies pour la coopération Sud-Sud et directeur du Bureau des Nations Unies pour la coopération Sud-Sud, a déclaré que la Chine, en tant que grande économie émergente, avait au cours des dernières années joué un rôle croissant dans la promotion d'une meilleure gouvernance mondiale et la mise en place de nouvelles institutions multilatérales, comme la Nouvelle Banque de développement, la Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures, ou encore l'initiative "la Ceinture et la Route" (BRI).

Muthana Mishaan al-Mazrouei, professeur de géopolitique à l'université Mustansiriyah de Bagdad, a déclaré que le statut de grand pays responsable de la Chine avait été particulièrement visible dans son attachement à la voie du développement pacifique et à l'approfondissement de la coopération mutuellement profitable entre les pays, dans ses efforts de médiation dans les affaires les plus délicates, dans sa promotion de la construction d'une communauté de destin pour l'humanité, et dans son engagement en faveur de la paix et de la stabilité dans le monde.

Ilya Kusa, experte à l'Institut ukrainien pour le Futur, a souligné que le concept d'une "communauté de destin pour l'humanité" était crucial pour faire face au COVID-19, mais aussi pour renforcer la paix mondiale et le développement commun. "Je crois que ces propositions sont tout à fait raisonnables et pragmatiques", a-t-elle affirmé.

Face à l'ennemi commun que représente le coronavirus, les experts ont de fait estimé que l'humanité partageait un destin commun, et ont appelé tous les pays du monde à laisser leurs divergences de côté et à lutter de manière concertée.

Sylwester Szafarz, ancien consul général de Pologne dans la ville chinoise de Shanghai, a souligné que les efforts de la Chine avaient été précieux et remarquables face à la pandémie.

La Chine a "partagé une expérience et une expertise précieuses, des équipements modernes et du personnel médical hautement qualifié avec de nombreux pays dans le besoin, ce qui a permis de réduire l'ampleur et la dangerosité de la pandémie et de limiter ses conséquences néfastes au niveau mondial. C'est un parfait exemple du célèbre humanisme international chinois, qui s'incarne dans l'idée de communauté de destin pour l'humanité", a indiqué M. Szafarz.

L'analyste politique syrien Hussam Shuaib a quant à lui déclaré que la Chine avait "traité l'épidémie de manière sérieuse et responsable, démontrant l'humanité du gouvernement chinois et son inquiétude face à la propagation du virus, en particulier dans les pays en développement", en soutenant notamment les efforts de divers pays face au coronavirus et en prenant part à la lutte mondiale contre l'épidémie.

Cavince Adhere, expert en relations internationales spécialisé dans les relations sino-africaines, a fait remarquer que tous les pays du monde avaient pu constater la vitesse à laquelle la Chine avait réussi à maîtriser l'épidémie.

La Chine a déployé de grands efforts pour contribuer à la construction d'une communauté de destin pour l'humanité, ce qui atteste de son sens des responsabilités en tant que grand pays, a indiqué M. Adhere.

http://french.xinhuanet.com/2020-05/25/c_139084645.htm

 

 

(Deux Sessions) La Chine mène une "diplomatie en nuage" dans le contexte du COVID-19 (ministre des AE)

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-05-24 à 21:17
 


(Xinhua/Cai Yang)

BEIJING, 24 mai (Xinhua) -- La diplomatie chinoise a continué d'aller de l'avant malgré le COVID-19, en activant une "diplomatie en nuage" sous forme d'échanges téléphoniques et de correspondances et de visioconférences, a déclaré dimanche Wang Yi, conseiller d'Etat et ministre des Affaires étrangères de la Chine.

Il s'est ainsi exprimé lors d'une conférence de presse organisée en marge de la session annuelle de l'organe législatif national.

Depuis l'apparition de l'épidémie de COVID-19, le président chinois Xi Jinping a personnellement dirigé les efforts diplomatiques de la Chine et fait progresser la coopération internationale, a annoncé M. Wang.

Selon M. Wang, le président chinois a eu des conversations téléphoniques ou des réunions avec près de 50 dirigeants étrangers et chefs d'organisations internationales.

Le président a également assisté au Sommet extraordinaire des dirigeants du G20 et a prononcé un discours à l'ouverture de la 73e session de l'Assemblée mondiale de la Santé par liaison vidéo, soulignant l'engagement sans équivoque de la Chine en faveur de la solidarité mondiale et de la coopération contre le COVID-19, a-t-il ajouté.

M. Wang a également noté que la diplomatie chinoise s'adapterait régulièrement à la réponse au COVID-19 et se concentrerait sur cinq tâches majeures, notamment l'établissement de partenariats plus solides, le maintien de l'engagement envers le multilatéralisme et l'élargissement actif de la coopération internationale.

 

   1 2   

http://french.xinhuanet.com/2020-05/24/c_139084363.htm

 

 

Les trains postaux Chine-Europe transportent plus de 2.000 tonnes de courrier vers l'Europe

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-05-25 à 20:09
 

HANGZHOU, 25 mai (Xinhua) -- Lundi, un total de 2.118,93 tonnes de courrier avaient été transportées par les trains postaux Chine-Europe depuis la Chine vers 36 pays européens, y compris l'Espagne, le Danemark, la Suisse et la France, selon les douanes de Hangzhou.

Dimanche, un train transportant 100 EVP et chargé de 343,15 tonnes de courrier international en provenance de quatre villes et provinces chinoises, dont Shanghai et le Zhejiang, a quitté la ville de Yiwu, dans la province du Zhejiang (est), à destination de Vilnius, capitale de la Lituanie.

Il s'agit du sixième train postal international depuis le lancement du service. Après son arrivée en Lituanie, le courrier sera distribué à travers l'Europe.

En raison de l'épidémie de COVID-19, un grand nombre de vols internationaux à destination et en provenance de Chine ont été suspendus ou réduits, ce qui a eu un impact énorme sur la livraison de courrier international et entraîné une accumulation importante du courrier.

En réponse, les douanes de Hangzhou ont lancé le service de train postal Chine-Europe pour aider au transport du courrier.

"Le service de fret ferroviaire Chine-Europe présente des avantages de logistique évidents en termes de coûts de logistique relativement stables et de temps de transport dans le contexte de l'épidémie", a déclaré Shang Chunyan, membre du personnel des douanes de Yiwu dépendant des douanes de Hangzhou.

Selon les statistiques, fin avril, un total de 129 trains de fret Chine-Europe ont quitté Yiwu cette année. Les trains ont transporté 10.842 EVP de marchandises, en hausse de 44,1% en glissement annuel.

http://french.xinhuanet.com/2020-05/25/c_139086735.htm

 

 

(Deux Sessions) La Chine apporte un soutien juridique aux efforts anti-épidémiques et au développement économique et social

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-05-25 à 15:45
 


(Xinhua/Wang Yuguo)

BEIJING, 25 mai (Xinhua) -- Le plus haut organe législatif chinois a indiqué dans un rapport qu'il avait apporté un soutien juridique aux efforts pour lutter contre l'épidémie et au développement économique et social.

Le rapport d'activité du Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale (APN) a été soumis lundi à la troisième session de la 13e APN pour délibération. Li Zhanshu, président du Comité permanent de l'APN, a présenté le rapport.

L'organe législatif suprême a publié la décision d'interdire complètement le commerce et la consommation illégaux des animaux sauvages après le déclenchement de l'épidémie, selon le rapport.

Il a pris des dispositions pour l'adoption et la révision des lois pour renforcer le système de garantie juridique pour la santé publique, d'après le rapport.

Il a également activement communiqué avec le public pour clarifier les lois sur la prévention et le contrôle de l'épidémie, indique le rapport.

http://french.xinhuanet.com/2020-05/25/c_139086067.htm

LA CHINE COMPARE TRUMP A UN VIRUS POLITIQUE

Sun May 24, 2020 5:59PM

Le destroyer Xining de l'armée chinoise, la frégate Alborz de la Marine iranienne et la frégate de classe Neustrashimy de la marine russe au cours d'exercices navals conjoints Iran-Russie-Chine dans l'océan Indien et le golfe d'Oman, le 28 décembre 2019. ©AFP

Le destroyer Xining de l'armée chinoise, la frégate Alborz de la Marine iranienne et la frégate de classe Neustrashimy de la marine russe au cours d'exercices navals conjoints Iran-Russie-Chine dans l'océan Indien et le golfe d'Oman, le 28 décembre 2019. ©AFP

Alors que les relations entre Pékin et Washington restent tendues depuis presque deux ans en raison de la guerre commerciale déclenchée par l’administration Trump, la crise sanitaire mondiale attise encore les tensions.

« La Chine et les États-Unis sont au bord d’une nouvelle guerre froide », a déclaré, ce dimanche 24 mai, le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi.

« Outre la dévastation causée par le nouveau coronavirus, un virus politique se propage aux États-Unis, un virus politique qui saisit toutes les occasions pour attaquer et diffamer la Chine », a ajouté Wang Yi, en marge de la session annuelle du Parlement chinois.

« Nous riposterons à chaque offense », a promis le ministre chinois des Affaires étrangères, interrogé sur ce point.

Vers un affrontement Chine/US?

Vers un affrontement Chine/US ?

Que Forbes mette en garde l’armée américaine contre ce qu’il qualifie d’« extension de la base chinoise à Djibouti », un Djibouti dont le président pro-Pékin Guelleh fait face à de multiples tentatives de déstabilisation, c’est que l’heure de face-à-face s’approche comme l’a déjà prévu des rapports récemment publiés par l’armée chinoise, la Covid-19 ayant finalement servi à sortir l’antagonisme sino-américain de son seul contexte économique.

M. Wang a appelé les États-Unis à « cesser de perdre du temps et de gaspiller des vies précieuses », au moment où le pays le plus touché par la pandémie s’apprête à franchir la barre des 100 000 morts.

« La Covid-19 est l’ennemi commun de la Chine et des États-Unis », a souligné Wang Yi, affirmant que son pays avait expédié plus de 11 milliards de masques aux Américains.

Il s’est par ailleurs dit « prêt » pour une coopération internationale afin d’identifier la source du nouveau coronavirus sans en donner plus de détails.

USA: la Chine brandit ses armes nucléaires

USA : la Chine brandit ses armes nucléaires

La Chine devrait tripler son arsenal nucléaire pour dissuader les « bellicistes » américains, selon le quotidien chinois Global Times.

Il a toutefois prévenu qu’une telle initiative devrait s’abstenir de toute « ingérence politique » et qu’elle devait être « menée par l’Organisation mondiale de la Santé ».

« Certaines forces politiques américaines prennent en otage les relations entre la Chine et les États-Unis et poussent nos deux pays au bord d’une nouvelle Guerre froide » avec la crise du coronavirus, a regretté Wang Yi.

Donald Trump a évoqué la possibilité de demander à Pékin de payer des milliards de dollars de réparations pour les dommages causés par l’épidémie. Et les États-Unis ont appelé à une enquête internationale sur l’origine du virus.

Mais ce n'est pas que la pandémie de coronavirus qui fait monter les tensions entre Pékin et Washington. Le Corps des Marines des États-Unis est en train d’être reconfiguré en unités spécialisées destinées à bloquer l’accès de la Chine à la mer :

« Ainsi, de petites forces de Marines se déploieraient autour des îles de la première chaîne d’îles et de la mer de Chine méridionale, chaque élément ayant la capacité de contester l’espace aérien et naval environnant en utilisant des missiles antiaériens et antinavires. Collectivement, ces forces affaibliraient les forces chinoises, les empêcheraient de se déployer vers l’extérieur et, finalement, dans le cadre d’une campagne commune, les repousseraient vers la patrie chinoise ». La « Guerre froide 2.0 » que les États-Unis ont lancée contre la Chine va maintenant connaître d’importantes contre-mesures.

De même, les États-Unis se sont récemment retirés du traité « Ciel ouvert », troisième accord que Donald Trump dénonce depuis son arrivée à la Maison-Blanche. 

Selon les sources d'information, le traité autorise la libre observation de tout le territoire de n'importe lequel de ces pays par l'un des autres signataires, au moyen d'une reconnaissance aérienne non armée mais équipée d'appareils d'observation vidéo, infra-rouge, et radars à synthèse d'ouverture, qui permettent de dessiner les reliefs. Objectif : assurer une totale transparence et éviter la possibilité de concentrations de troupes dissimulées ou de forces militaires secrètement déployées sur quelque territoire que ce soit, et particulièrement sur celui d'un possible adversaire.

Les raisons pour lesquelles les États-Unis veulent sortir de l'accord « ciel ouvert » n'étant pas claires, le Pentagone et le department d'État insistent sur le non respect, par les Russes, des règles de l'accord.

En fait, il semble surtout que l'administration Trump soit en train de lancer, avec l'abandon de ce traité, le premier étage d'un désengagement beaucoup plus lourd de conséquences : celui du traité New Start, écrivent des médias occidentaux. 

Signé en 2010 entre les seuls Russes et Américains, il limite à 1 550 ogives nucléaires la capacité stratégique de chacun des deux pays. L'accord arrive à échéance en février 2021 et l'administration Trump semble clairement opposée à toute forme de reconduction, à moins d'y inclure la Chine.

http://french.presstv.com/Detail/2020/05/24/626043/Etats-Unis-Chine-guerre-commerciale-froide-coronavirus-Trump