CHINE

CHINE

PEPE ESCOBAR : LA SINOPHOBIE, LES MENSONGES ET LA GUERRE HYBRIDE

La sinophobie, les mensonges et la guerre hybride

Contrairement à la rhétorique et à la désinformation américaines, la Chine n’est pas une menace existentielle pour le « monde libre ».

Par Pepe Escobar

Mondialisation.ca, 01 octobre 2020

Asia Times 25 septembre 2020

Région : 

Thème: 

Il a fallu une minute au Président Trump pour parler du virus lors de la 75ème Assemblée Générale des Nations Unies virtuelle, fustigeant « la nation qui a déclenché ce fléau dans le monde ».

Et puis tout a dégénéré.

Même si Trump prononçait essentiellement un discours de campagne et ne se souciait guère des Nations Unies multilatérales, au moins le tableau était suffisamment clair pour que toute la « communauté internationale », socialement distante, puisse le voir.

Voici la déclaration complète du Président Xi. Et voici la déclaration complète du Président Poutine. Et voici l’échiquier géopolitique, une fois de plus ; c’est la « nation indispensable » contre le partenariat stratégique Russie-Chine.

Comme il a souligné l’importance des Nations Unies, Xi ne pourrait pas être plus explicite sur le fait qu’aucune nation n’a le droit de contrôler le destin des autres : « Encore moins de pouvoir faire ce qu’elle veut et être l’hégémon, le tyran ou le patron du monde ».

La classe dirigeante américaine n’acceptera évidemment pas cet acte de défi. L’éventail complet des techniques de guerre hybride continuera d’être implacablement surchargé contre la Chine, couplé à une sinophobie rampante, alors même qu’il apparaît dans de nombreux quartiers Dr Strangelove que le seul moyen de vraiment « dissuader » la Chine serait la guerre chaude.

Hélas, le Pentagone est débordé – Syrie, Iran, Venezuela, Mer de Chine Méridionale. Et chaque analyste connaît les capacités de cyberguerre de la Chine, ses systèmes de défense aérienne intégrés et ses missiles Dongfeng, tueurs de porte-avions.

Pour mettre les choses en perspective, il est toujours très instructif de comparer les dépenses militaires. L’année dernière, la Chine a dépensé 261 milliards de dollars alors que les États-Unis ont dépensé 732 milliards de dollars (38% du total mondial).

La rhétorique, du moins pour le moment, prévaut. Le principal sujet de conversation, sans cesse martelé, concerne toujours la Chine en tant que menace existentielle pour le « monde libre », même si les myriades de déclinaisons de ce qui était autrefois le « pivot vers l’Asie » d’Obama n’augmentent pas aussi subtilement la fabrication de consentement pour une guerre future.

Ce rapport du Collectif Qiao identifie clairement le processus : « Nous l’appelons Sinophobia, Inc – un complexe industriel de l’information où les financements des États occidentaux, les fabricants d’armes milliardaires et les groupes de réflexion de droite s’unissent et fonctionnent en synchronisation pour inonder les médias de messages selon lesquels la Chine est l’ennemi public numéro un. Armé de fonds publics et de sponsors de l’industrie de l’armement, cette poignée de think tanks influents fixe les termes de la nouvelle guerre froide contre la Chine. Le même écosystème médiatique qui a graissé les rouages de la guerre perpétuelle vers une intervention désastreuse au Moyen-Orient est maintenant occupé à fabriquer le consentement au conflit avec la Chine ».

Ce « tranchant militaire américain »

La diabolisation de la Chine, imprégnée d’un racisme flagrant et d’un anticommunisme enragé, s’affiche à travers une palette complète et multicolore : Hong Kong, le Xinjiang (« camps de concentration »), le Tibet (« travail forcé »), Taïwan, le « virus de la Chine » ; la Ceinture et la Route, le « piège de la dette ».

La guerre commerciale se déroule en parallèle – preuve flagrante de la façon dont le « socialisme à caractéristiques chinoises » bat le capitalisme occidental à son propre jeu de haute technologie. Ainsi, la sanction de plus de 150 entreprises qui fabriquent des puces pour Huawei et ZTE, ou la tentative de ruiner l’entreprise TikTok aux États-Unis (« Mais vous ne pouvez pas la voler et la transformer en bébé américain », comme l’a tweeté le rédacteur en chef du Global Times, Hu Xijin).

Pourtant, SMIC (Semiconductor Manufacturing International Corporation), la première entreprise chinoise de fabrication de puces, qui a récemment profité d’une introduction en bourse de 7,5 milliards de dollars à Shanghai, pourrait tôt ou tard prendre de l’avance sur les fabricants de puces américains.

Sur le front militaire, la « pression maximale » sur la rive orientale de la Chine ne faiblit pas – de la relance de la Quadrilatérale à une ruée vers la stratégie indo-pacifique.

Think Tankland joue un rôle essentiel dans la coordination de l’ensemble du processus, via par exemple le Centre d’Études Stratégiques et Internationales, avec des « sociétés et associations commerciales donatrices » mettant en scène des suspects habituels tels que Raytheon, Lockheed Martin, Boeing, General Dynamics et Northrop Grumman.

Nous avons donc ici ce que Ray McGovern décrit brillamment comme le MICIMATT – le complexe Militaire-Industriel-Congressiste-Intelligence-Media-Academie-Think-Tank – comme contrôleurs de Sinophobia Inc.

En supposant qu’il y ait une victoire des Démocrates en novembre, rien ne changera. Le prochain chef du Pentagone sera probablement Michele Flournoy, ancienne Sous-Secrétaire à la Défense pour la politique (2009-2012) et co-fondatrice du Center for a New American Security, qui s’intéresse beaucoup au « défi chinois » et à la « menace nord-coréenne ». Flournoy a pour but de renforcer la « marge de manœuvre de l’armée américaine » en Asie.

Que fait donc la Chine ?

Le premier principe de la politique étrangère chinoise est de promouvoir une « communauté d’avenir partagée pour l’humanité ». C’est écrit dans la constitution, et cela implique que la Guerre Froide 2.0 est une imposition de la part d’acteurs étrangers.

Les trois grandes priorités de la Chine post-Covid-19 sont d’éradiquer enfin la pauvreté, de consolider le vaste marché intérieur et de revenir en force au commerce et aux investissements dans l’ensemble du Sud Global.

La « menace existentielle » de la Chine est également symbolisée par la volonté de mettre en place un système de commerce et d’investissement non occidental, comprenant tout, de la Banque Asiatique d’Investissement dans les Infrastructures (AIIB) et du Fonds de la Route de la Soie au commerce contournant le dollar américain.

Un rapport de la Harvard Kennedy School a au moins essayé de comprendre comment la « résilience autoritaire » chinoise fait appel à l’intérieur du pays. Le rapport a découvert que le PCC a en fait bénéficié d’un soutien populaire accru de 2003 à 2016, atteignant le chiffre étonnant de 93%, essentiellement grâce aux programmes de protection sociale et à la lutte contre la corruption.

En revanche, lorsque nous avons un MICCIMAT qui investit dans la guerre perpétuelle – ou « longue guerre » (terminologie du Pentagone depuis 2001) – au lieu de la santé, de l’éducation et de la modernisation des infrastructures, ce qui reste est un classique « noyer le poisson ». La sinophobie est parfaite pour imputer la réponse abyssale au COVID-19, l’extinction des petites entreprises et la nouvelle dépression qui se profile à l’horizon à la « menace existentielle » chinoise.

Tout ce processus n’a rien à voir avec une « défaite morale » et le fait de se plaindre que « nous risquons de perdre la concurrence et de mettre le monde en danger ».

Le monde n’est pas « en danger » parce qu’au moins de vastes pans du Sud Global sont pleinement conscients que « l’ordre international fondé sur des règles » tant vanté n’est rien d’autre qu’un euphémisme assez séduisant pour désigner la Pax Americana – ou l’exceptionnalisme. Ce qui a été conçu par Washington pour l’après-guerre, la guerre froide et le « moment unilatéral » ne s’applique plus.

Bye, bye Mackinder

Comme le Président Poutine l’a dit très clairement à maintes reprises, les États-Unis ne sont plus « capables de conclure un accord ». Quant à « l’ordre international fondé sur des règles », il s’agit au mieux d’un euphémisme pour le capitalisme financier privé à l’échelle mondiale.

Le partenariat stratégique entre la Russie et la Chine a montré très clairement, à maintes reprises, que, contre l’expansion de l’OTAN et de la Quadrilatérale, leur projet repose sur le commerce, le développement et l’intégration diplomatique à l’échelle de l’Eurasie.

Contrairement à ce qui s’est passé du XVIe siècle aux dernières décennies du XXe siècle, l’initiative ne vient plus de l’Occident, mais de l’Asie de l’Est (c’est la beauté de « initiative » incorporée à l’acronyme BRI).

Il s’agit d’entrer dans des corridors et des axes de développement continentaux qui traversent l’Asie du Sud-Est, l’Asie Centrale, l’Océan Indien, l’Asie du Sud-Ouest et la Russie jusqu’en Europe, couplés à une Route Maritime de la Soie qui traverse le pourtour de l’Asie du Sud.

Pour la toute première fois de son histoire millénaire, la Chine est en mesure d’égaler une expansion politique et économique ultra-dynamique, tant par voie terrestre que par voie maritime. Cette expansion va bien au-delà de la courte époque des expéditions maritimes de Zheng He, sous la dynastie Ming, au début du XVe siècle.

Il n’est pas étonnant que l’Occident, et en particulier l’Hégémon, ne puisse tout simplement pas comprendre l’énormité géopolitique de tout cela. Et c’est pourquoi nous avons tant de sinophobie, tant de techniques de guerre hybride déployées pour éteindre la « menace ».

L’Eurasie, dans un passé récent, était soit une colonie occidentale, soit un domaine soviétique. Aujourd’hui, elle est sur le point de se débarrasser enfin des scénarios de Mackinder, Mahan et Spykman, alors que le cœur et la périphérie s’intègrent progressivement et inexorablement, selon leurs propres termes, jusqu’au milieu du XXIe siècle.

Pepe Escobar

Article original en anglais :

Sinophobia, Lies and Hybrid War”: The Nation which Unleashed This Plague…” according to Donald Trump at the UN General Assembly

asiatimes.com

Traduit par Réseau International

La source originale de cet article est Asia Times

Copyright © Pepe EscobarAsia Times, 2020

https://www.mondialisation.ca/la-sinophobie-les-mensonges-et-la-guerre-hybride/5649707



 


CEREMONIE DE LEVER DU DRAPEAU LORS DE LA FETE NATIONALE CHINOISE

 

Cérémonie de lever du drapeau lors de la Fête nationale chinoise

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-10-01 à 17:00
 

BEIJING, 1er octobre (Xinhua) -- Une cérémonie de lever du drapeau national pour célébrer le 71e anniversaire de la fondation de la République populaire de Chine, sur la place Tian'anmen à Beijing, capitale chinoise, le 1er octobre 2020. (Photo : Ren Chao)

 

   1 2 3 4 5   

http://french.xinhuanet.com/photo/2020-10/01/c_139412191.htm

 

 

La reprise continue de l'économie chinoise contribue à renforcer la confiance du marché mondial (porte-parole)

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-10-01 à 10:43
 

BEIJING, 1er octobre (Xinhua) -- La reprise continue et stable de l'économie chinoise a donné une impulsion évidente à la croissance économique mondiale et revêt une importance positive dans le renforcement de la confiance du marché mondial, a déclaré mercredi un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

Le porte-parole, Wang Wenbin, a fait ces remarques en commentant le rapport de la Banque mondiale intitulé "From Containment to Recovery : Economic Update for East Asia and the Pacific, October 2020" (Du confinement à la reprise : mise à jour économique pour l'Asie de l'Est et le Pacifique, octobre 2020), qui prévoyait une croissance de l'économie chinoise de 2% cette année, contre 1% selon la prévision publiée en juin.

Selon M. Wang, le rapport montre que la communauté internationale reconnaît hautement les réalisations remarquables de la Chine dans la promotion de la prévention et du contrôle efficaces de l'épidémie, ainsi que du développement économique et social.

Au cours des huit premiers mois de cette année, les investissements directs non financiers des entreprises chinoises dans les pays le long de "la Ceinture et la Route" ont connu une augmentation de 31,5% sur un an, pour atteindre 11,8 milliards de dollars.

Les importations et les exportations de marchandises transportées par les trains de fret Chine-Europe ont augmenté de 30% sur un an au cours des six premiers mois, jouant un rôle dans la stabilisation de la chaîne mondiale d'approvisionnement, a précisé M. Wang.

http://french.xinhuanet.com/2020-10/01/c_139411714.htm

 

Pompeo et ses mensonges éhontés sur la Chine sont une terrible menace pour la stabilité mondiale (COMMENTAIRE)

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-09-30 à 14:26
 

BEIJING, 30 septembre (Xinhua) -- Les dernières calomnies du secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo à l'encontre des diplomates chinois aux Etats-Unis ont une fois de plus prouvé qu'il cherche à provoquer la confrontation de manière intéressée et qu'il est un menteur professionnel.

En répandant des mensonges flagrants pour dresser le public américain contre la Chine et alimenter les tensions entre les deux pays, M. Pompeo et ses collègues anti-chinois à Washington mettent en danger la paix ainsi que la stabilité mondiales.

Pendant des années, M. Pompeo a été connu pour avoir "promu des théories du complot", comme l'a décrit un chroniqueur du New York Times, Thomas Friedman. Ses nombreux mensonges ont déjà ruiné sa crédibilité, tant dans son pays qu'à l'étranger.

Ses dernières accusations infondées contre le consulat général de Chine à New York sont directement issues de la doxa anti-chinoise des faucons de Washington, qui ont depuis des années stigmatisé délibérément et de façon flagrante la Chine et attisé la haine contre ce pays d'Asie pour des raisons politiques.

Ce n'est pas la première fois que M. Pompeo a porté des accusations sensationnelles et infondées contre des diplomates chinois. En juillet dernier, son département d'Etat et lui-même ont tenté de justifier l'ordre abrupt de Washington de fermer le consulat général de Chine à Houston en prétendant que cette pure provocation politique visait à protéger "la propriété intellectuelle américaine et les informations privées des Américains" sans présenter de preuves concrètes.

Citant le sénateur américain Angus King, membre de la Commission sénatoriale du renseignement, la chaîne de télévision CNN a indiqué à l'époque que ce dernier n'avait pas eu connaissance de "renseignements récents sur des activités chinoises particulières, que ce soit en ce qui concerne nos élections ou l'ensemble de la confrontation entre nos deux pays" qui auraient pu motiver cette décision.

Les dernières accusations de M. Pompeo contre la Chine sont survenues alors que l'administration américaine s'efforçait de faire de ce pays un bouc émissaire pour l'échec des Etats-Unis à contenir la pandémie de COVID-19. En tant que haut diplomate américain, M. Pompeo a été largement critiqué pour avoir cherché à saper plutôt qu'à galvaniser l'unité mondiale dans la lutte contre la pandémie.

Ses compétences de secrétaire d'Etat américain qualifié étant remises en question par beaucoup, M. Pompeo a récemment intensifié la violence de sa rhétorique sur la Chine pour détourner l'attention des critiques publiques dont il fait l'objet.

En présentant la Chine comme l'ennemie des Américains, M. Pompeo ainsi que d'autres politiciens américains corrompus tentent de dissimuler le fait qu'ils sont les raisons sous-jacentes des problèmes qui affligent le pays.

Qui plus est, en cherchant à constamment détériorer les relations entre les Etats-Unis et la Chine, M. Pompeo place ses ambitions politiques et ses préjugés idéologiques au-dessus des intérêts nationaux américains, de la paix et de la stabilité mondiales.

Contrairement à la plupart de ses prédécesseurs, qui considéraient les liens constructifs entre les Etats-Unis et la Chine comme essentiels pour les deux parties et pour le monde dans son ensemble, M. Pompeo a prouvé sans le moindre scrupule qu'il était un disciple de la stratégie à somme nulle et de la mentalité de la guerre froide.

En plus de prétendre à tort que l'engagement des Etats-Unis avec la Chine a échoué, il a été le premier à prendre des mesures concrètes pour rompre les liens avec la Chine, notamment en persécutant politiquement les médias chinois, en imposant des restrictions aux étudiants chinois aux Etats-Unis et en qualifiant de "mission étrangère" les Instituts Confucius, qui se concentrent sur les échanges entre les peuples.

Avec sa rhétorique absurde et enflammée contre les missions diplomatiques et consulaires chinoises aux Etats-Unis, M. Pompeo ouvre apparemment la voie à une nouvelle détérioration des liens diplomatiques avec la Chine.

L'histoire a pourtant montré qu'une relation sino-américaine constructive est bénéfique pour les deux parties et pour la prospérité mondiale, et qu'aucune des deux pays ne peut se permettre de payer le prix d'une confrontation à part entière.

En ce moment, M. Pompeo est en tournée dans certains pays européens, et on s'attend à ce qu'il invente davantage de mensonges sur la Chine. Pourtant, quoi qu'il ait fait ou qu'il compte faire pour salir la Chine, le souvenir qu'il laissera en tant que pire secrétaire d'Etat américain de tous les temps demeurera inchangé.

http://french.xinhuanet.com/2020-09/30/c_139409304.htm

 

Bâtir un meilleur avenir commun pour toutes les formes de vie sur Terre (COMMENTAIRE)

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-09-30 à 23:29
 

BEIJING, 30 septembre (Xinhua) -- Une leçon à retenir de la pandémie actuelle est la fragilité de la vie humaine face à un nouveau coronavirus, si petit et déroutant et qui a pourtant tué plus d'un million de personnes dans le monde.

Les dirigeants mondiaux se préparent au Sommet des Nations Unies (ONU) sur la biodiversité qui se tiendra ce mercredi par visioconférence. Cette réunion pourra servir à la communauté internationale de plateforme de réflexion portant d'une part sur le lien entre la destruction de la biodiversité par l'humanité et l'apparition de nouvelles maladies telles que le COVID-19, et d'autre part sur la manière dont la race humaine peut mieux coexister avec les autres formes de vie sur la planète qu'elles partagent.

"Le COVID-19, qui est apparu dans la nature, a montré à quel point la santé humaine est intimement liée à notre relation avec le monde sauvage", a déclaré le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres à l'occasion de la Journée internationale pour la diversité biologique le 22 mai dernier.

"Tandis que nous empiétons sur la nature et épuisons les habitats naturels, de plus en plus d'espèces sont menacées. Cela inclut l'humanité et l'avenir que nous souhaitons", a-t-il affirmé.

D'une certaine façon, la pandémie est annonciatrice de la chute de l'anthropocentrisme. Il est temps que la race humaine commence à reconnaître la valeur de tous les êtres vivants dans la nature et s'efforce de bâtir un avenir commun pour tous.

Un meilleur avenir pour tous doit être un avenir plus respectueux de l'environnement. Ainsi, les pays du monde entier devraient travailler pour se tourner vers une voie de développement durable qui ne soit pas alimentée par les énergies fossiles polluantes et la surexploitation des ressources naturelles.

Il est également urgent que la communauté internationale réponde conjointement aux défis environnementaux tels que le changement climatique, la pollution, la dégradation et l'épuisement des ressources.

La Chine, pays hôte de la prochaine Conférence de l'ONU sur la biodiversité qui passera en revue le cadre de la biodiversité mondiale post-2020, demeure engagée envers une croissance verte et un développement durable.

Les données satellite montrent que plus d'un quart des nouveaux espaces verts développés entre 2000 et 2017 se situent en Chine, ce qui en fait le plus grand pays contributeur au verdissement du paysage mondial.

En un peu plus d'une décennie, la Chine est devenue un champion des technologies d'énergie propre en produisant plus de panneaux solaires et d'éoliennes que toute autre nation du monde. C'est aussi le plus gros producteur mondial de véhicules électriques.

Beijing s'est toujours engagé envers la lutte contre le changement climatique. La semaine dernière, le président chinois Xi Jinping a déclaré à l'Assemblée générale de l'ONU que la Chine vise à atteindre son niveau maximal d'émissions de CO2 avant 2030 et à devenir neutre en carbone d'ici 2060. Cela signifie que les émissions de la Chine diminueront beaucoup plus rapidement que celles d'autres grandes économies.

Le changement climatique est un problème cumulatif qui ne peut être surmonté que par le travail collectif et en toute bonne foi de tous les pays.

Hélas, les Etats-Unis, plus grande économie du monde et plus gros émetteur de carbone de l'histoire, ont rejeté jusqu'à présent la mobilisation internationale pour ralentir le changement climatique. Au contraire, Washington a quitté l'Accord de Paris sur le climat au prétexte d'un soi-disant "fardeau économique injuste" alors que certains politiciens américains soutiennent toujours que le réchauffement climatique est un simple canular.

Pire encore, l'unique superpuissance mondiale tente même de politiser les questions environnementales à des fins politiques en essayant de diviser la communauté internationale, menaçant ainsi la cause commune de l'humanité pour sauver la Terre.

Face à des défis environnementaux urgents, tous les pays, petits et grands, partagent un avenir commun et doivent ainsi partager cette responsabilité. Dans le cas contraire, les efforts de certains pays seront gâchés si d'autres refusent d'agir.

Le Sommet de l'ONU sur la biodiversité offre une chance de changement. Les dirigeants mondiaux doivent travailler ensemble et non se liguer les uns contre les autres, préciser leur consensus, trouver de nouvelles idées et formuler de nouvelles solutions pour bâtir un meilleur avenir pour toutes les formes de vie sur la Terre, foyer commun de la nature et de l'humanité. Il n'y a pas de temps à perdre.

http://french.xinhuanet.com/2020-09/30/c_139410416.htm

 

Texte intégral du discours de Xi Jinping lors du Sommet des Nations unies sur la biodiversité

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-10-01 à 00:56
 

BEIJING, 30 septembre (Xinhua) -- Le président chinois Xi Jinping a prononcé mercredi un discours par vidéo lors du Sommet des Nations unies sur la biodiversité.

Veuillez consulter la pièce jointe pour le texte intégral du discours.

Texte intégral du discours de Xi Jinping lors du Sommet des Nations unies sur la biodiversité

http://french.xinhuanet.com/2020-10/01/c_139410635.htm

 

 

La sonde martienne chinoise Tianwen-1 prend des selfies en route vers Mars

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-10-01 à 15:22
 

BEIJING, 1er octobre (Xinhua) -- L'Administration nationale de l'espace de Chine (ANEC) a publié des images de sa sonde martienne Tianwen-1 en plein vol, alors que la Fête nationale du pays coïncide jeudi avec la Fête de la mi-automne.

La sonde signale à la patrie être en sécurité et envoie ses meilleurs voeux d'anniversaire à cette occasion, a déclaré l'ANEC dans un communiqué de presse.

Sur les images, le drapeau rouge à cinq étoiles, drapeau national chinois, apparaît éclatant dans l'obscurité de l'univers avec l'orbiteur doré ainsi que l'atterrisseur et le rover argentés.

Le drapeau apparaissant sur Tianwen-1, pesant environ 144 g et mesurant environ 39 cm sur 26 cm, a été pulvérisé sur la sonde avec des matériaux spéciaux et une technologie de surimpression spéciale, selon l'ANEC.

Ces images ont été prises par un capteur de mesure distinct installé sur la paroi extérieure de la sonde. Commandé par le contrôle terrestre sur Terre, le capteur s'est séparé de Tianwen-1 et a pris une photo par seconde avec ses deux objectifs grand-angle. Les images ont été envoyées à Tianwen-1 via Wi-Fi, puis renvoyées sur Terre.

Mercredi à minuit, Tianwen-1 a parcouru environ 188 millions de km et se trouvait à 24,10 millions de km de la Terre. Tous les systèmes de la sonde sont en bon état de fonctionnement.

http://french.xinhuanet.com/2020-10/01/c_139412120.htm

 

 

Le président ukrainien prêt à développer davantage le partenariat stratégique avec la Chine (INTERVIEW)

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-10-01 à 22:32
 

KIEV, 1er octobre (Xinhua) -- Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a appelé à la poursuite du développement du partenariat stratégique bilatéral avec la Chine. Dans un entretien par écrit récemment accordé à Xinhua, il a souligné que la Chine a toujours été et restait l'une des priorités de sa politique étrangère.

"Les relations entre l'Ukraine et la Chine s'inscrivent dans une longue histoire de dialogue politique et culturel, de coopération économique mutuellement bénéfique, de respect du choix de la voie de développement de l'autre", a déclaré M. Zelensky.

Et de noter que les deux pays avaient fait des progrès significatifs dans le développement du dialogue politique et de la coopération pratique depuis l'établissement de leurs relations diplomatiques en 1992.

"Je suis heureux de constater que les relations sino-ukrainiennes ont toujours reposé sur une base solide faite de respect mutuel de la souveraineté, de l'intégrité territoriale et de l'indépendance, de non-ingérence dans les affaires intérieures et de reconnaissance de la voie de développement choisie par le peuple", a-t-il écrit.

M. Zelensky a dit espérer que ces relations bilatérales atteindront un niveau de développement encore plus élevé.

Il a également déclaré que son pays avait été l'un des premiers à soutenir l'Initiative La Ceinture et la Route (ICR) proposée par la Chine. Kiev est impatiente de renforcer sa coopération avec Beijing dans des domaines tels que l'économie, le commerce ou encore la lutte anti-épidémique.

Le président ukrainien a également évoqué les échanges entre peuples, notant que ces dernières années, l'Ukraine avait intensifié ses efforts pour former des sinologues.

"La langue chinoise est étudiée dans les écoles d'enseignement général et les établissements d'enseignement supérieur. En Ukraine, environ 500 sinologues sont diplômés en philologie chaque année. Nous avons des traducteurs qualifiés", a noté M. Zelensky.

Il a par ailleurs dit avoir grandement apprécié la coopération bilatérale face au COVID-19 et le soutien amical de la Chine, qu'il a jugé particulièrement précieux pour l'Ukraine. Volodymyr Zelensky a d'ailleurs dit que son pays était disposé à poursuivre sa coopération avec la Chine pour faire face à la pandémie.

http://french.xinhuanet.com/2020-10/01/c_139412918.htm

 

 

Le président de l'Assemblée générale de l'ONU appelle à une relance verte après le COVID-19 avec une priorité à la protection de la biodiversité

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-10-01 à 03:24
 

NEW YORK (Nations Unies), 30 septembre (Xinhua) -- Le président de la 75e session de l'Assemblée générale de l'ONU, Volkan Bozkir, a appelé mercredi à entreprendre une relance verte après le COVID-19, en mettant l'accent sur la protection de la biodiversité.

"Permettez-moi d'être direct : notre existence sur cette planète dépend entièrement de notre capacité à protéger le monde naturel autour de nous", a déclaré M. Bozkir lors du sommet de l'ONU sur la Biodiversité.

Pourtant, chaque année 13 millions d'hectares de forêts sont détruits, et 1 million d'espèces sont menacées d'extinction. Au cours des 50 dernières années, les vertébrés - une catégorie qui comprend tous les animaux des grenouilles aux éléphants en passant par les perroquets - ont diminué de 68%, a-t-il observé.

"Si nous continuons sur cette voie, non seulement nous perdrons les belles richesses du monde qui nous entoure mais nous mettons en danger la sécurité alimentaire, l'approvisionnement en eau, les moyens de subsistance, et notre capacité à combattre les maladies et à faire face aux événements extrêmes", a-t-il dit.

Une relance verte, avec un accent sur la protection de la biodiversité, peut atténuer ces risques et produire un monde plus durable et plus résilient, a-t-il souligné.

Cela peut aider à débloquer 10.000 milliards de dollars d'opportunités économiques, à créer 395 millions d'emplois d'ici à 2030 et encourager une économie plus respectueuse de l'environnement, a-t-il fait valoir.

M. Bozkir a demandé aux dirigeants du monde entier de profiter de ce sommet sur la biodiversité, le premier de l'histoire de l'ONU, pour développer la dynamique politique en faveur d'un cadre de biodiversité mondial post-2020 qui sera adopté lors de la conférence de la Biodiversité de l'ONU l'année prochaine à Kunming en Chine.

La conférence de Kunming doit faire pour la biodiversité ce que la Conférence sur les changements climatiques de Paris en 2015 a fait pour les changements climatiques, a-t-il dit.

La conférence de Kunming doit porter le débat sur le premier plan et l'ancrer fermement dans l'agenda politique. Elle doit contribuer à assurer que la biodiversité et la gestion des écosystèmes soient au coeur du développement durable. Elle doit fournir une plateforme au secteur privé pour investir dans la protection et dans la promotion de la biodiversité, et non dans son élimination. Enfin, elle doit également impliquer la société civile et transformer son rôle de militant en celui de partenaire, a-t-il expliqué.

"Nous devons être pragmatiques. Nos systèmes de santé s'appuient sur une biodiversité riche. Quatre milliards de personnes dépendent de nos médicaments naturels pour assurer leur santé et 70% des médicaments utilisés pour le traitement du cancer sont puisés dans la nature. Plus de la moitié du PIB mondial, soit 44.000 milliards de dollars, dépendent de la nature", a déclaré M. Bozkir. "Un investissement dans la santé de notre planète est un investissement dans notre avenir, un investissement que nous laisserons aux générations futures", a-t-il conclu.

http://french.xinhuanet.com/2020-10/01/c_139410799.htm


 

«L’ARCTIQUE EST UNE GUERRE ECONOMIQUE» DONT LA CHINE QUI SOUHAITE Y IMPLANTER UNE «ROUTE DE LA SOIE POLAIRE» EST DEVENUE UN «ACTEUR INCONTOURNABLE»

La plate-forme russe Prirazlomnaya en Arctique

«L’Arctique est une guerre économique» dont la Chine est devenue un «acteur incontournable»

© Sputnik . Alexei Danitchev

INTERNATIONAL

URL courte

Par 

1102

S'abonner

Difficile d’échapper aux promesses d’eldorado sur l’Arctique depuis la fonte avérée des glaces. Laurent Mayet, président du think-tank Cercle polaire, décrypte pour Sputnik cette course géoéconomique à laquelle se livrent Russes, Américains et maintenant Chinois. Entretien.

La fonte des glaces inquiète, mais la fonte des glaces attise les convoitises. 3,74 millions de kilomètres carrés, c’est la surface totale de la banquise de l’océan Arctique cet été, soit son deuxième plus bas niveau jamais observé, après celui de l’été 2012.

Pourtant ce désenglacement pourrait permettre le développement économique de la région, une nouvelle route commerciale entre l’Asie et l’Europe et la découverte d’hydrocarbures. Car le sous-sol de la région recèlerait en effet 30% des réserves mondiales de gaz, «dont une très grande partie se trouve sous la juridiction et les droits exclusifs de la Russie» observe Laurent Mayet, président du think-tank Cercle polaire et ancien représentant spécial des Affaires étrangères pour les questions polaires.

Cinq pays sont riverains directs de cet océan, dont la Russie et les États-Unis qui, en 2019, ont proposé de racheter le Groenland au Danemark. Un autre pays s’est récemment intéressé à l’Arctique: il s’agit de la Chine, devenue un «acteur incontournable», qui souhaite y implanter une «route de la Soie polaire». On l’aura compris, le contrôle de ce pôle sera décisif dans les prochaines années dans la compétition stratégique mondiale. «L’Arctique est une guerre économique», constate alors Laurent Mayet.

Retrouvez cet entretien sur YouTube

https://fr.sputniknews.com/international/202010011044510813-larctique-est-une-guerre-economique-dont-la-chine-est-devenue-un-acteur-incontournable/


 

ULTIME AVERTISSEMENT DE LA CHINE AUX FOUS DE GUERRE US? UN NAVIRE DE GUERRE AMERICAIN EXPLOSE!

1er ciblage à l'EMP contre un navire US dans la mer des Philippines?

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

L’incendie sur l’USS Antietam fait 13 blessés. (Photo d'illustration)

Un nouveau ciblage à l'EMP en plein exercice militaire US? Dans une annonce parfaitement tardive, plus d'une douzaine de membres d'équipage d'un navire de la marine US opérant dans le Pacifique ont été blessés jeudi dernier lorsqu'un incendie s'est déclaré à bord du bâtiment, un peu identique à l'incendie du mois de mai qui a fait suite à une mystérieuse explosion à bord de l'USS Richard Bonhomme en pleine base Nordfolk aux USA.

Guerre: Pékin a besoin de l'Iran...

Guerre: Pékin a besoin de l'Iran...

La Chine organise des exercices militaires simultanés sur quatre mers 

Le fait que l'US Navy ait décidé d'occulter l'information et de n'en dévoiler que des bribes et ce encore de manière canalisée, grossit encore le doute autour de l'incident. Dans la mesure où "l'incident" est survenu dans la mer des Philippines, la Chine pourrait-elle y avoir joué son rôle? Après tout, l'arme à l'EMP a été évoquée comme l'une des possibles sources de mystérieux incendies de ces dernières semaines en territoire américain et vu que l'Amérique cherche réellement la guerre avec la Chine en provoquant ses voisins, c'est une hypothèse à ne pas ignorer. 

13 marins ont été légèrement blessés dans un petit incendie à bord de l'USS Antietam jeudi, ont affirmé des responsables de la 7e flotte à Stars and Stripes. « Les marins ont été blessés en répondant à l'incendie dans un espace d'ingénierie. Ils ont repris leurs fonctions après avoir été soignés par l’équipe médicale du croiseur lance-missiles », a prétendu dans un e-mail lundi soir la porte-parole de la 7e flotte, le Cmdr. Reann Mommsen. 

Un 2ème navire US explose!

Un 2ème navire US explose!

« Les membres de l'équipage ont rapidement éteint le feu sans endommager l'équipement d'ingénierie et Antietam reste pleinement opérationnel », a-t-elle déclaré, sans pour autant pouvoir convaincre, vu l'ensemble de cachotteries qu'a entouré l'enquête sur l'incendie ayant ravagé pendant quatre jours l'USS Richard Bonhomme. La cause de l'incendie fait l'objet d'une enquête, selon le Navy Times qui n'innove pas vraiment. 

L'USS Antietam, un croiseur lance-missiles, dont le port d'attache est à Yokosuka, au Japon, navigue dans le Pacifique occidental depuis février.

Plus tôt ce mois-ci, un incendie s'est déclaré sur le cutter Waesche de la Garde côtière, également dans le Pacifique occidental, blessant cinq membres d'équipage. L'incendie s'est déclaré le 19 septembre 2020, alors que le Waesche était en déploiement prévu dans la zone d'opérations de la 7ème flotte américaine. Le premier signe de la conflagration était une fumée noire émanant de la cheminée d'échappement du navire et des zones environnantes. Ce que la Garde côtière a décrit comme un « incendie technique à bord » a été éteint après 90 minutes de lutte par l’équipage composé d'environ 150 personnes. 

Une cyberattaque contre l'USS B.Richard?!

Une cyberattaque contre l'USS B.Richard ?!

Quels sont les quatre scénarios plausibles

Ce n'est pas la première fois au cours des dernières semaines qu'un incendie a interrompu les opérations par un coupeur de la Garde côtière. En août, un incendie électrique s'est produit sur l'USCGC Healy, un brise-glace, après son départ de Seward, en Alaska, à destination de l'océan Arctique. L'incendie a été éteint en l'espace de 30 minutes, sans aucun blessé signalé. Pourtant, il a conduit la Garde côtière à annuler le déploiement prévu et à faire rentrer le navire.

Un incendie à bord d'un navire a le potentiel de causer des dommages importants, et rapidement, comme ce fut le cas avec le navire d'assaut amphibie de classe Wasp de la marine américaine, l'USS Bonhomme Richard, qui a pris feu en juillet dernier. Le feu a brûlé pendant des jours et a détruit le navire d'un milliard de dollars. La marine américaine enquête pour savoir si l'incendie a été déclenché délibérément.

Méga base navale US ...

Méga base navale US...

D'autres incendies se sont déclarés en juillet sur l'USS John F. Kennedy, un porte-avions de classe Ford toujours en construction, et sur le navire jumeau de Bonhomme Richard, l'USS Kearsarge. Dans les deux cas, les navires de guerre se trouvaient dans différents chantiers navals en Virginie. Pour certains analystes la Chine qui mène en ce moment 5 exercices militaires simultanés est déterminée à prouver aux Américains qu'ils ne sauraient aller trop loin dans leur aventurisme guerrier. L'incident à bord de l'USS Antietam pourrait être un premier avertissement... 

https://french.presstv.com/Detail/2020/09/30/635338/L-USS-Antietam-en-feu-13-marins-blesses


 

CHINE : DES EXPERTS AFFIRMENT QUE L'INTERDICTION DE TIKTOK POURRAIT ISOLER LES ETATS-UNIS

Les experts affirment que l'interdiction de TikTok pourrait isoler les Etats-Unis (SYNTHESE)

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-09-29 à 01:37
 

BEIJING, 28 septembre (Xinhua) -- L'interdiction de TikTok par Washington et une série de procès en lien avec cette affaire poussent les Etats-Unis sur la voie de l'isolement, selon les experts.

Plutôt que d'encourager l'intégration internationale et la libre-concurrence, une telle interdiction est synonyme de discrimination contre les entreprises provenant de certains pays, a déclaré Carl F. Fey, professeur de commerce international à l'Université Aalto de Finlande.

"Je pense que l'on peut remettre en question le respect des principes d'ouverture et de transparence de l'Organisation mondiale du commerce par cette interdiction", a-t-il relevé.

"Je suis en faveur d'un monde interconnecté avec peu de barrières", a-t-il poursuivi, ajoutant que l'administration du président américain Donald Trump s'était écartée de cette voie et que cela ne représentait pas les valeurs traditionnellement encouragées par les Etats-Unis.

"Il est difficile pour la plupart des Américains comme moi d'imaginer que notre gouvernement pourrait interdire des grandes applications de communication telles que TikTok aux Etats-Unis", a fait savoir M. Fey.

"Aujourd'hui, de nombreux Américains utilisent TikTok pour partager des vidéos, particulièrement pendant la période du COVID-19. Il aide les gens à rester en contact et leur permet de rester heureux quand ils ne peuvent pas se voir en personne", a-t-il souligné.

"Il est aussi important de se souvenir que personne ne force personne à utiliser TikTok ou WeChat. Si quelqu'un ne veut pas utiliser ces applications parce qu'il s'inquiète de la sécurité de ses informations, il n'a pas besoin de les utiliser", a-t-il ajouté.

Mao Xuxin, économiste principal de l'Institut national de recherche économique et sociale, un groupe de réflexion basé à Londres, a estimé que cette démarche américaine relèvait davantage d'un problème de protectionnisme.

"Nous savons que TikTok respecte les règles des pays dans lesquels il opère et que les pratiques qu'il adopte sont les mêmes que des entreprises américaines de réseaux sociaux tels que Facebook, Twitter, etc.", a-t-il rappelé.

Alexandre Goussev, directeur de l'Institut russe de planification et de prévisions stratégiques, a affirmé que derrière cette interdiction se cachait l'intention des Etats-Unis d'écarter les sociétés étrangères de hautes technologies du marché américain.

Les Etats-Unis essaieront de faire tout leur possible pour assurer leur monopole sur le marché de l'information et ne se préoccupent pas des principes et règlements internationaux dans ce domaine, selon M. Goussev.

Dan Roules, associé principal du bureau de Shanghai du cabinet d'avocats Squire Patton Boggs, a soutenu que l'interdiction américaine découragerait les entreprises étrangères souhaitant investir et opérer aux Etats-Unis.

"Je pense que les actes de l'administration Trump dans l'affaire TikTok et quelques autres dossiers pourraient susciter des inquiétudes parmi les entreprises technologiques étrangères sur l'ouverture des marchés américains et la présomption traditionnelle selon laquelle les décisions seraient prises de manière équitable en vertu de l'Etat de droit", a-t-il affirmé.

Le juge Carl Nichols du tribunal de district des Etats-Unis pour le district de Columbia a décidé dimanche de bloquer l'interdiction de l'administration Trump contre l'application populaire de partage de vidéos TikTok, autorisant celle-ci à opérer sans interruption au moins jusqu'à la tenue d'une audience plénière.

Le 6 août, M. Trump a publié un décret exécutif interdisant les transactions des Etats-Unis avec TikTok et sa société mère chinoise ByteDance après 45 jours, au motif de préoccupations relevant de "la sécurité nationale".

Le 14 août, le président américain a signé un autre décret exécutif qui force ByteDance à vendre ou céder les activités américaines de TikTok en 90 jours.

TikTok a porté plainte contre l'administration Trump, remettant en question la légalité et la constitutionnalité du décret du 6 août. L'entreprise estime qu'aucune preuve crédible ne conforte les allégations de M. Trump concernant la sécurité nationale.

http://french.xinhuanet.com/2020-09/29/c_139404767.htm

 

Xi Jinping met l'accent sur une meilleure compréhension de la civilisation chinoise via l'archéologie

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-09-29 à 22:25
 

BEIJING, 29 septembre (Xinhua) -- Xi Jinping, secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois (PCC), a mis l'accent sur le développement de l'archéologie afin de mieux comprendre la civilisation chinoise ancienne et profonde.

M. Xi a fait ces remarques lundi en présidant une session d'étude de groupe du Bureau politique du Comité central du PCC sur les dernières découvertes archéologiques en Chine et leur importance.

La Chine connaît une vaste et profonde transformation sociale et voit de grandes pratiques et innovations dans le maintien et le développement du socialisme à la chinoise, a-t-il indiqué.

M. Xi a appelé à accorder une plus grande importance à la recherche archéologique pour approfondir la compréhension du peuple sur la civilisation chinoise qui se caractérise par une longue histoire et une grande richesse, fournissant ainsi un soutien solide à la promotion de la culture traditionnelle de qualité et au renforcement de la confiance du peuple dans la culture chinoise.

Le travail archéologique n'est pas seulement une entreprise culturelle importante, mais il a également une grande importance sociale et politique, a annoncé M. Xi, ajoutant que les patrimoines historique et culturel racontaient des histoires vivantes du passé et influençaient profondément le présent et l'avenir.

Grâce aux efforts incessants des générations d'archéologues, la Chine a fait des réalisations remarquables dans le domaine de l'archéologie, a-t-il noté.

Les découvertes archéologiques révèlent l'origine et l'évolution de la civilisation chinoise, ses réalisations glorieuses et ses grandes contributions à la civilisation mondiale, a-t-il poursuivi.

Grâce aux échanges avec d'autres civilisations, la civilisation chinoise a contribué au monde un système de pensée solide, un large éventail de réalisations technologique, culturelle et artistique, et des créations institutionnelles uniques, influençant ainsi profondément le développement des civilisations du monde, a déclaré M. Xi.

Soulignant qu'il reste encore un long chemin à parcourir pour dévoiler l'histoire ancienne de la Chine, M. Xi a appelé les archéologues à continuer à aller de l'avant, à explorer l'inconnu et à révéler les origines. Il a souligné la nécessité de se concentrer sur les programmes majeurs de la recherche archéologique et de concentrer les ressources pour réaliser de nouvelles percées.

M. Xi a exhorté à un travail solide dans la fouille, le classement et l'interprétation des découvertes archéologiques. Le cercle archéologique devrait collaborer avec des chercheurs dans les domaines tels que l'économie, le droit, la politique, la culture, la société, l'écologie, la science et la technologie, et la médecine, afin d'assurer une bonne recherche et interprétation des reliques et des sites culturels déterrés, afin de présenter l'origine et le développement de la civilisation chinoise et ses grandes contributions à l'humanité de manière plus claire et plus complète, a-t-il noté.

M. Xi a mis l'accent sur la nécessité de renforcer la protection du patrimoine historique et culturel, et de stimuler la formation des capacités et le développement des disciplines archéologiques. Des efforts devront être déployés pour cultiver une plus grande réserve de personnel archéologique et inculquer aux jeunes l'amour et le dévouement envers les causes archéologiques, a-t-il noté.

M. Xi a également appelé à une diffusion renforcée des résultats des recherches archéologique et historique par une étude approfondie de l'histoire. Il a exhorté à poursuivre les efforts pour guider la population, en particulier les jeunes, à mieux comprendre l'origine et l'histoire du développement de la civilisation chinoise, et à mener des échanges internationaux afin que le reste du monde connaisse mieux la civilisation, l'histoire et l'esprit national de la Chine.

M. Xi a exigé les comités du Parti et les gouvernements à tous les niveaux de prêter une attention particulière aux archéologues et de fournir activement des soutiens en matière de personnel, de matériel et de finance afin de créer des conditions favorables aux entreprises archéologiques, à la protection des reliques culturelles et à la recherche historique.

http://french.xinhuanet.com/2020-09/29/c_139407576.htm

 

Le ministre chinois des AE appelle à un choix correct dans l'ère post-COVID-19

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-09-29 à 09:57
 

BEIJING, 29 septembre (Xinhua) -- Le conseiller d'Etat et ministre des Affaires étrangères de la Chine, Wang Yi, a appelé lundi tous les pays à faire un choix correct afin d'améliorer la gouvernance globale et l'ordre international dans l'ère post-COVID-19.

Le monde se trouve à un carrefour historique inédit depuis la Seconde Guerre mondiale, avec l'épidémie de coronavirus ravageant encore le monde, l'unilatéralisme et les pratiques d'intimidation menaçant l'ordre international, et le protectionnisme émergent affectant l'économie mondiale, a indiqué M. Wang lors de la cérémonie d'ouverture du Forum de Lanting, à Beijing.

"Où allons-nous dans l'ère post-COVID-19 ? Les pays ne doivent pas traiter cette question à la légère ou faire un choix erroné", a-t-il poursuivi.

Durant la 75e session de l'Assemblée générale des Nations unies (ONU), la communauté internationale est parvenue au consensus que l'ONU restait la plate-forme la plus complète dans le système international, que le multilatéralisme demeurait la base de l'ordre international actuel et que la solidarité et la coopération étaient la seule issue à la pandémie, selon M. Wang.

"Un pays en particulier a utilisé l'ONU comme plate-forme pour servir ses propres intérêts politiques, provoquant des conflits et des confrontations, et de nombreux pays ont résisté à ces actions haineuses de diverses manières", a-t-il affirmé.

Les pays, grands ou petits, forts ou faibles, sont des membres égaux de la communauté internationale. Ceux qui se croient assez forts pour ignorer et enfreindre les règles seront au final abandonnés au fil du temps, d'après M. Wang.

Il a appelé tous les pays à s'en tenir au développement pacifique, à rester fidèles aux valeurs de l'égalité et de la justice, à lutter contre la pandémie à travers la solidarité et à maintenir la direction de l'ouverture et de la coopération.

http://french.xinhuanet.com/2020-09/29/c_139405736.htm

 

Guterres en appelle à la solidarité pour combattre le COVID-19 alors que le bilan des décès dépasse le million

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-09-29 à 14:46
 

NEW YORK (Nations Unies), 29 septembre (Xinhua) -- Le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a appelé lundi à la solidarité pour lutter contre le COVID-19, alors que le nombre de décès dus à la maladie a dépassé le million dans le monde.

"Notre monde a atteint une douloureuse étape : la perte d'un million de vies due à la pandémie de COVID-19", a déclaré Antonio Guterres dans un message vidéo.

"C'est un chiffre qui donne le tournis. Pourtant, nous ne devons jamais perdre de vue chaque vie individuelle (perdue). Il s'agissait de pères et de mères, d'épouses et de maris, de frères et de sœurs, d'amis et de collègues".

La douleur a été multipliée par la sauvagerie de cette maladie. Les risques d'infection empêchaient les familles de se rendre au chevet des malades. Et le processus de deuil et de célébration d'une vie était souvent rendu impossible, a-t-il dit. Comment dire au revoir sans tenir une main, sans donner un doux baiser, une chaleureuse étreinte, un dernier "je t'aime" chuchoté ?

Et pourtant, il n'y a pas de fin en vue à la propagation du virus, à la perte d'emplois, à la perturbation de l'éducation, au bouleversement de la vie des gens, a poursuivi M. Guterres.

"Nous pouvons relever ce défi. Mais nous devons tirer les leçons de nos erreurs. Un leadership responsable est important. La science est importante. La coopération est importante. Et la désinformation tue", a-t-il averti.

"Alors que la chasse au vaccin se poursuit sans relâche, un vaccin qui doit être disponible et abordable pour tous, faisons notre part pour sauver des vies : garder une distanciation physique, porter un masque, se laver les mains", a recommandé le secrétaire général de l'ONU. "Alors que nous nous souvenons de tant de vies perdues, n'oublions jamais que notre avenir repose sur la solidarité - en tant que peuple uni, et en tant que Nations Unies".

http://french.xinhuanet.com/2020-09/29/c_139406455.ht

 

Le chef de l'ONU exhorte les dirigeants de l'Azerbaïdjan et de l'Arménie à un cessez-le-feu lors d'appels téléphoniques

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-09-29 à 09:33
 

NEW YORK (Nations Unies), 28 septembre (Xinhua) -- Le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a appelé lundi les dirigeants azerbaïdjanais et arméniens à prendre des mesures immédiates pour mettre en place un cessez-le-feu.

"Le secrétaire général s'est entretenu aujourd'hui avec Ilham Aliyev, président de la République d'Azerbaïdjan et Nikol Pashinyan, Premier ministre de l'Arménie", selon une note de presse publiée par le porte-parole du chef des Nations Unies, Stéphane Dujarric.

"Le secrétaire général a exprimé sa grave préoccupation concernant les affrontements en cours le long de la ligne de contact dans la zone de conflit du Haut-Karabakh. Il a exhorté les deux dirigeants à prendre des mesures immédiates pour établir un cessez-le-feu et reprendre les négociations afin de prévenir l'instabilité dans la région", a-t-il déclaré.

Il a ajouté que "le secrétaire général a réitéré son soutien total au rôle important des coprésidents du Groupe de Minsk de l'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe), soulignant la nécessité pour les parties de travailler avec eux pour reprendre les négociations sans délai ni conditions préalables".

Les forces d'Arménie et d'Azerbaïdjan auraient poursuivi les combats dans la zone de conflit du Haut-Karabakh pour une deuxième journée lundi, malgré les appels de la communauté internationale à la fin des hostilités.

Dimanche, le chef des Nations Unies a exprimé sa grande préoccupation concernant le dernier conflit du Haut-Karabakh, appelant les deux parties à cesser immédiatement les combats.

L'Arménie et l'Azerbaïdjan sont à couteaux tirés dans la région montagneuse du Haut-Karabakh depuis 1988. Des pourparlers de paix ont eu lieu depuis 1994, date à laquelle un cessez-le-feu a été conclu, mais des affrontements mineurs ont parfois éclaté le long des frontières.

http://french.xinhuanet.com/2020-09/29/c_139405650.htm

 

XI JINPING APPRECIE HAUTEMENT L'AMITIE PERMANENTE ENTRE LA CHINE ET CUBA

 

Xi Jinping apprécie hautement l'amitié permanente entre la Chine et Cuba

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-09-28 à 12:37
 

BEIJING, 28 septembre (Xinhua) -- Le président chinois Xi Jinping a déclaré lundi qu'il apprécie hautement l'amitié unique qui existe entre la Chine et Cuba, et reste prêt à aider à faire des deux pays de bons amis, de bons camarades et de bon frères pour toujours.

M. Xi, également secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois, a fait ces remarques lors d'un échange de messages de félicitations avec Raul Castro Ruz, premier secrétaire du Comité central du Parti communiste cubain, et le président cubain Miguel Diaz-Canel pour célébrer le 60e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques bilatérales.

Dans son message à M. Castro, M. Xi a rappelé que Cuba est le premier pays d'Amérique latine à établir des relations diplomatiques avec la République populaire de Chine et que les liens bilatéraux ont résisté aux vicissitudes de la situation internationale au cours des 60 dernières années pour se renforcer de plus en plus.

La confiance politique mutuelle entre la Chine et Cuba n'a cessé de s'approfondir et la coopération pragmatique bilatérale a donné des résultats fructueux, a estimé M. Xi, ajoutant que les deux pays se sont alignés et ont conjugué leurs efforts dans la lutte contre la pandémie de COVID-19, ce qui a porté leur amitié traditionnelle à un niveau plus élevé.

Soulignant qu'il apprécie hautement l'amitié unique qui existe entre la Chine et Cuba, M. Xi s'est dit prêt à maintenir une communication étroite avec M. Castro et faire de ce 60e anniversaire une occasion d'aider les deux pays à continuer à rester de bons amis, de bons camarades et de bons frères pour toujours.

Dans un autre message de félicitations adressé à M. Diaz-Canel, M. Xi a souligné que depuis l'établissement des relations diplomatiques entre les deux pays il y a 60 ans, la Chine et Cuba ont noué une profonde amitié marquée par la compréhension, la confiance et le soutien mutuels.

Ces dernières années, la coopération amicale entre les deux pays s'est intensifiée dans tous les aspects, notamment par une collaboration active dans le cadre de l'Initiative la Ceinture et la Route (ICR), ce qui a apporté des bénéfices concrets à leurs deux populations, selon M. Xi.

Dans la lutte contre la pandémie de nouveau coronavirus, la Chine et Cuba se sont alignés et se sont épaulés, écrivant un nouveau chapitre de l'amitié entre leurs peuples, a-t-il ajouté.

Le président chinois a souligné qu'il attache une grande importance au développement des relations sino-cubaines, et qu'il est prêt à travailler avec M. Diaz-Canel pour approfondir continuellement la confiance politique mutuelle et élargir la coopération pragmatique dans divers domaines, afin de générer davantage de bénéfices pour les deux pays et leurs peuples.

http://french.xinhuanet.com/2020-09/28/c_139403263.htm

 

Le découplage Chine-Etats-Unis n'est ni faisable ni raisonnable (COMMENTAIRE)

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-09-28 à 16:58
 

BEIJING, 28 septembre (Xinhua) -- Un juge fédéral américain a mis fin à l'interdiction de TikTok imposée par l'administration américaine, ce qui montre que l'action pirate de Washington sous couvert de sécurité nationale a peu de soutien et de justification légale.

Pendant ce temps, de nombreuses entreprises américaines ont poursuivi le gouvernement au cours des deux dernières semaines pour l'imposition de droits de douane sur les produits fabriqués en Chine. La tentative de Washington de séparer l'économie américaine de la Chine s'est avérée impopulaire et contraire aux principes de l'économie de marché.

Alors que certains hommes politiques américains ont proclamé un découplage unilatéral, avec des actions telles que le blocage de TikTok et l'augmentation des tarifs, un découplage complet sera presque impossible.

Bien que l'on ait beaucoup parlé d'entreprises américaines qui délocalisent leurs chaînes de production ou d'approvisionnement hors de la Chine, très peu d'entreprises l'ont fait, selon les données d'un rapport publié récemment par la Chambre de commerce des Etats-Unis à Shanghai.

Le découplage est peu pratique à mettre en oeuvre, compte tenu de la connexion étroite entre les deux économies. Le volume du commerce bilatéral a été multiplié par plus de 250 depuis l'établissement des relations diplomatiques, et les investissements bilatéraux sont passés de presque zéro à environ 240 milliards de dollars.

Plus de 70.000 entreprises américaines ont investi en Chine avec un volume total de ventes de 700 milliards de dollars, et 97% d'entre elles réalisent des bénéfices.

Au lieu d'être une faveur accordée par une partie à l'autre, la coopération économique et commerciale entre la Chine et les Etats-Unis s'est avérée mutuellement bénéfique.

Le monde d'aujourd'hui se trouve dans une ère de mondialisation. L'intégration de diverses économies est un produit naturel de la division internationale du travail. Le monde ne reviendra jamais à l'époque où les pays gardaient leurs marchés fermés les uns aux autres.

La Chine continuera de travailler avec tous les pays pour maintenir un environnement commercial équitable, juste, ouvert et non discriminatoire.

La Chine encouragera la coopération et les échanges internationaux dans des domaines allant de l'économie et du commerce à la science et la technologie.

Se mettre la tête dans le sable comme une autruche face à la mondialisation économique ou tenter de la combattre avec la lance de Don Quichotte va à l'encontre de la tendance de l'histoire. Washington doit abandonner l'obsession de sa "théorie de découplage" et revenir sur la bonne voie de l'ouverture et la coopération.

http://french.xinhuanet.com/2020-09/28/c_139403909.htm

 

Xi Jinping participera à la Journée des martyrs et offrira des paniers de fleurs aux héros décédés

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-09-28 à 21:33
 

BEIJING, 28 septembre (Xinhua) -- Le président chinois Xi Jinping, ainsi que d'autres dirigeants du Parti communiste chinois et l'Etat, se joindront à des représentants de tous les milieux pour présenter des paniers de fleurs aux héros nationaux décédés, le matin du 30 septembre, lors de la Journée des martyrs, selon un communiqué officiel publié lundi.

L'événement aura lieu sur la place Tian'anmen et sera diffusé en direct par le China Media Group, selon le communiqué.

http://french.xinhuanet.com/2020-09/28/c_139404454.htm

 

Un juge fédéral suspend le décret de l'administration Trump interdisant TikTok

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-09-28 à 15:04
 


(Xinhua)

WASHINGTON, 27 septembre (Xinhua) -- Un juge fédéral américain a décidé dimanche de lever l'interdiction que l'administration Trump avait émise contre la populaire application de partage de vidéos TikTok, quelques heures seulement avant l'entrée en vigueur de cette mesure controversée.

Suite à une audience téléphonique en début de journée, le juge Carl Nichols de la cour de district des Etats-Unis pour le district de Columbia a temporairement bloqué le décret du gouvernement américain qui devait empêcher tout nouveau téléchargement ou mise à jour de l'application pour les utilisateurs existants.

La société mère chinoise de TikTok, ByteDance, avait auparavant déposé une demande d'injonction préliminaire contre cette mesure. Cette décision du juge fédéral signifie que l'entreprise technologique basée à Los Angeles peut désormais fonctionner sans interruption au moins jusqu'à une audience complète devant un tribunal.

L'interdiction, qui devrait entrer en vigueur dimanche à minuit, s'inscrit dans le cadre plus large des efforts du gouvernement américain pour attaquer les entreprises technologiques chinoises dans un contexte de dégradation des relations bilatérales.

Le 6 août, le président américain Donald Trump avait émis un décret interdisant les transactions américaines avec TikTok et ByteDance sous 45 jours, invoquant des problèmes de sécurité nationale. Un décret similaire a été publié à l'encontre de WeChat, une application de messagerie, de réseaux sociaux et de paiement par téléphone portable appartenant au géant technologique chinois Tencent.

Le 14 août, M. Trump a signé un nouveau décret obligeant ByteDance à vendre ou à se séparer de son entreprise américaine TikTok dans les 90 jours.

TikTok avait intenté un procès à l'administration Trump, contestant la légalité et la constitutionnalité du décret du 6 août, et soutenant qu'il n'y a pas de preuves crédibles pour étayer les allégations de M. Trump en matière de sécurité nationale.

"Nous sommes heureux que le tribunal ait accepté nos arguments juridiques et ait émis une injonction empêchant la mise en œuvre de l'interdiction de l'application TikTok", a déclaré la société dans un communiqué.

"Nous continuerons à défendre nos droits dans l'intérêt de notre communauté et de nos employés", a-t-elle affirmé. "Dans le même temps, nous maintiendrons également notre dialogue en cours avec le gouvernement pour transformer notre proposition, que le président a approuvée de manière préliminaire le week-end dernier, en un accord."

La proposition fait référence à un accord entre ByteDance, Oracle et Walmart, par lequel TikTok avait espéré "résoudre les inquiétudes sur la sécurité de l'administration américaine et régler les questions relatives à l'avenir de TikTok" aux Etats-Unis.

Le ministère chinois du Commerce a récemment indiqué qu'il s'opposait résolument à la décision des Etats-Unis de bloquer les téléchargements des applications WeChat et TikTok, exhortant les Etats-Unis à cesser immédiatement l'intimidation et à protéger les règles et l'ordre internationaux.

En l'absence de toute preuve, les Etats-Unis ont utilisé à plusieurs reprises le pouvoir de l'Etat pour s'en prendre à ces deux entreprises pour des raisons injustifiées, ce qui a gravement perturbé leurs activités commerciales normales, sapé la confiance des investisseurs internationaux dans l'environnement d'investissement américain et endommagé l'ordre économique et commercial mondial normal, a déploré le ministère dans un communiqué.

http://french.xinhuanet.com/2020-09/28/c_139403555.htm


 

CHINE : XI JINPING MET L’ACCENT SUR LA CONSTRUCTION D’UN XINJIANG MARQUE PAR LE SOCIALISME A LA CHINOISE DANS LA NOUVELLE ERE

Les premiers volontaires inoculés avec un vaccin chinois il y a 6 mois devraient bientôt recevoir une deuxième dose

French.china.org.cn | Mis à jour le 27. 09. 2020 | Mots clés : COVID-19

La période d'observation médicale de six mois pour le premier lot de volontaires ayant reçu un vaccin chinois contre le COVID-19 se terminera ce weekend, alors que les volontaires ont effectué leur dernier prélèvement sanguin pour voir leurs niveaux d'anticorps.

L'équipe de recherche prévoit de donner aux volontaires une deuxième dose toujours sur une base volontaire afin de renforcer leur immunité contre le nouveau coronavirus, a appris le Global Times de l'équipe de recherche. Les autres vaccins candidats chinois entrant dans les essais de stade avancé nécessitent tous au moins deux doses pour maximiser la réponse immunitaire.

Le premier groupe de 108 volontaires a commencé à recevoir ses injections le 17 mars à Wuhan pour les essais cliniques de phase 1 du Vaccin recombinant contre le nouveau coronavirus (Ad5-nCoV), co-développé par la société de biotechnologie CanSino Biologics Inc, basée à Tianjin, et l’équipe de l’experte militaire en maladies infectieuses Chen Wei.

« Nous avons prélevé environ 35 millilitres d'échantillons de sang ce matin. La deuxième dose pourra être administrée dans les deux jours qui viennent. Je n'ai eu aucun effet indésirable, ni rhume, ni fièvre, au cours des six derniers mois », a déclaré samedi Zhu Aobing, 28 ans, qui fait partie du premier groupe de volontaires.

Ce vaccin candidat était à l'origine conçu pour une injection à dose unique, et l’on estime qu'il devrait rester efficace pendant deux ans et être conservé à une température de 2 à 8 degrés Celsius.

Mais l'équipe de recherche a l'intention d'étendre son inoculation à deux doses afin d'apporter une meilleure protection aux volontaires, a indiqué samedi un chercheur participant aux essais cliniques à Wuhan. Si une dose supplémentaire du vaccin est administrée, l'équipe entamera une nouvelle période de six mois d'observation et de suivi médical.

Aucun effet indésirable grave n'a été découvert à ce jour avec l'Ad5-nCoV, a affirmé Zhu Tao, directeur scientifique de CanSino, lors d'une conférence tenue le weekend dernier.

L'efficacité du vaccin a été remise en question en raison de tests montrant de faibles taux d’anticorps dans les données des essais de phase 1 et 2 publiées précédemment. Cependant, M. Zhu a déclaré que l'anticorps neutralisant du vaccin avait peut-être été sérieusement sous-estimé, ajoutant qu'une seule dose de ce vaccin pouvait obtenir l'effet immunitaire équivalent à deux doses de vaccin inactivé. Il a également souligné que différentes méthodes de test pouvaient sérieusement affecter les données de test des anticorps.

Les données montrent en effet que le vaccin Ad5-nCoV n'est pas moins efficace que le vaccin Ad26 du même type qui a déjà été approuvé en Russie, a ajouté M. Zhu.

Trois autres vaccins candidats développés en Chine nécessitent également deux doses d'injection, dont deux vaccins inactivés développés par le China National Pharmaceutical Group Sinopharm à Beijing et un autre vaccin inactivé développé par Sinovac Biotech Ltd.

Un intervalle de 28 jours entre deux doses est un schéma normal, tandis qu'un intervalle de 14 jours est acceptable dans des situations d'urgence, a fait savoir Yin Weidong, PDG de Sinovac, à divers médias.

La question de savoir si une troisième dose sera nécessaire est toujours en cours d’étude, mais l'équipe a déjà conçu une troisième dose dans ses essais cliniques de phase 2 et rendra compte des résultats bientôt, a noté M. Yin. Il a suggéré de ne pas trop s'inquiéter d'une diminution du taux d'anticorps au fil du temps, car une injection supplémentaire pourra consolider les effets immunitaires.

Les sociétés chinoises de vaccins ont signé des accords de coopération avec des institutions de plusieurs pays pour promouvoir les essais cliniques de phase finale, a rappelé vendredi Wu Yuanbin, directeur général de la science et de la technologie pour le développement social auprès du ministère de la Science et de la Technologie, lors d'une réunion d'information du Bureau d'information du Conseil des affaires d'État.

Les deux vaccins inactivés de Sinopharm sont entrés dans des essais cliniques de phase 3 au Moyen-Orient, avec plus de 35 000 personnes vaccinées et aucun effet indésirable grave. Sinovac mène elle ses essais cliniques de phase 3 pour son vaccin inactivé dans des pays d'Amérique du Sud et d'Asie du Sud-Est, et ce sans aucun problème constaté. Des volontaires pour les essais de stade avancé de l'Ad5-nCoV recevront également des injections dans quelques pays d'Eurasie, a fait savoir M. Wu.

http://french.china.org.cn/china/txt/2020-09/27/content_76757068.htm

Suivez China.org.cn sur Twitter et Facebook pour rejoindre la conversation.

 

Rapatriement des dépouilles de 117 soldats chinois décédés au cours de la Guerre de Corée

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-09-27 à 18:13
 

(Xinhua/Yang Qing)

 

    1 2 3 4 5 6 7 8 9 10    >>|

http://french.xinhuanet.com/2020-09/27/c_139401371_9.htm

 

Xi Jinping met l'accent sur la construction d'un Xinjiang marqué par le socialisme à la chinoise dans la nouvelle ère

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-09-26 à 22:56
 


(Xinhua/Ju Peng)

BEIJING, 26 septembre (Xinhua) -- Le président Xi Jinping a appelé à s'efforcer de construire un Xinjiang marqué par le socialisme à la chinoise dans la nouvelle ère.

M. Xi, qui est également secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois et président de la Commission militaire centrale, a fait ces remarques lors du troisième symposium central sur le travail lié au Xinjiang, qui s'est tenu vendredi et samedi à Beijing.

Il a souligné la nécessité de mettre pleinement et fidèlement en œuvre les politiques du PCC sur la gouvernance du Xinjiang pour la nouvelle ère.

M. Xi a exigé une gouvernance fondée sur la loi et des efforts à long terme pour faire du Xinjiang une région unie, harmonieuse, prospère et culturellement avancée, avec des écosystèmes sains et des personnes vivant et travaillant dans la satisfaction.

Grâce aux efforts acharnés de toutes les parties depuis le deuxième symposium en 2014, des progrès majeurs ont été réalisés dans le travail lié au Xinjiang, a rappelé M. Xi, citant une série d'indicateurs clés qui se sont nettement améliorés entre 2014 et 2019, à l'instar de la dynamique économique saine avec un taux de croissance annuel moyen du PIB de 7,2%. Le niveau de vie des gens s'est nettement amélioré avec une croissance annuelle moyenne de 9,1% du revenu disponible par habitant, et plus de 2,92 millions de personnes sur 3,09 millions sont sorties de la pauvreté.

Une telle situation saine où les gens vivent et travaillent dans le contentement a jeté les bases solides pour la paix et la stabilité à long terme au Xinjiang, a déclaré M. Xi.

"Les faits ont pleinement prouvé que le travail de la Chine sur les affaires ethniques a été couronné de succès", a indiqué M. Xi, notant que ces réalisations étaient le résultat de la forte direction du Comité central du PCC avec des efforts concertés de l'ensemble du Parti et de tout le peuple chinois, dont plus de 25 millions de personnes de différents groupes ethniques au Xinjiang.

Il a appelé à des efforts pour consolider le sens de l'identité de la nation chinoise en vue de renforcer constamment l'unité ethnique.

Notant que le développement est une fondation importante pour une paix et une stabilité durables au Xinjiang, M. Xi a mis l'accent sur la mise en valeur des avantages géographiques de la région pour transformer le Xinjiang en une zone clé de la Ceinture économique de la route de la Soie et en un centre d'ouverture des zones intérieures et frontalières.

Il a également exhorté à déployer des efforts inlassables pour éradiquer la pauvreté et promouvoir l'emploi au Xinjiang.

D'autres hauts dirigeants chinois ont également assisté au symposium, qui a été présidé par Li Keqiang. Li Zhanshu, Wang Huning, Zhao Leji et Han Zheng étaient présents, et Wang Yang a fait une synthèse de l'événement.

 

   1 2   

http://french.xinhuanet.com/2020-09/26/c_139399561.htm

 

La Chine se dit prête à offrir davantage d'assistance à l'Angola dans sa lutte contre le COVID-19

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-09-26 à 04:26
 

BEIJING, 25 septembre (Xinhua) -- Le président chinois Xi Jinping a déclaré vendredi que la Chine était prête à continuer à offrir une assistance à l'Angola dans la mesure de ses capacités et enverrait dans un futur proche un groupe d'experts médicaux de lutte contre l'épidémie de COVID-19 dans le pays.

Au cours de sa conversation téléphonique avec le président angolais Joao Lourenco, M. Xi a également déclaré que la Chine était disposée à donner la priorité au partage avec les pays africains après que sa recherche et son développement de vaccins auront été couronnés de succès et mis en service.

Le chef de l'Etat chinois a souligné que face à l'épidémie de COVID-19, les gouvernements chinois et angolais ont pris des mesures résolues et décisives, et réussi à contenir de manière efficace l'épidémie sur la base du principe consistant à donner la priorité aux populations et à la vie, ajoutant que les deux pays se sont soutenus et aidés l'un l'autre, et que les expatriés des deux pays se trouvant dans le pays de l'autre ont été bien pris en charge.

Il a également déclaré que l'Angola était un partenaire important de la Chine en Afrique et que la Chine et l'Angola étaient de bons frères et partenaires en termes de sincérité, de résultats réels, d'affinité et de bonne foi, notant aussi que la Chine soutenait l'Angola dans l'exploration indépendante d'une voie de développement adaptée à ses conditions nationales et était prête à travailler avec lui pour orienter la direction des relations bilatérales et porter le partenariat stratégique sino-angolais à un niveau supérieur.

Indiquant par ailleurs que les économies chinoise et angolaise étaient très complémentaires, M. Xi a indiqué que la Chine était prête à promouvoir la coopération pour la reprise du travail et de la production avec l'Angola sur la base d'une prévention et d'un contrôle solides de l'épidémie, à encourager les entreprises chinoises compétentes à entreprendre une coopération en matière d'investissement en Angola, à promouvoir un nouveau développement dans la coopération pragmatique entre les deux pays et à stimuler le développement économique et social de l'Angola.

Enfin, a-t-il ajouté, la Chine est prête à se coordonner étroitement avec l'Angola lors d'occasions multilatérales et dans les affaires internationales pour sauvegarder conjointement l'équité et la justice internationales, et pour défendre le multilatéralisme et les intérêts communs des pays en développement.

Pour sa part, le président angolais a souhaité au peuple chinois une joyeuse Fête nationale, affirmant que la Chine était le seul grand pays à avoir jugulé l'épidémie de manière efficace dans un court laps de temps.

L'Angola, a poursuivi le président angolais, remercie la Chine d'avoir aidé les pays africains, et en particulier l'Angola, à lutter contre l'épidémie, ajoutant qu'il espérait renforcer la coopération avec la Chine dans des domaines tels que les vaccins, notant aussi que son pays attachait une grande importance à ses relations de haut niveau et à sa profonde amitié avec la Chine et soutenait fermement la position de la Chine sur les questions concernant ses intérêts fondamentaux, souhaitant accueillir davantage d'investissements des entreprises chinoises en Angola et se félicitant d'une coopération bilatérale plus large dans des domaines tels que l'économie et le commerce.

Enfin, il a ajouté que l'Angola était prêt à renforcer le soutien mutuel avec la Chine dans les affaires internationales et à sauvegarder conjointement l'équité et la justice internationales.

http://french.xinhuanet.com/2020-09/26/c_139397574.htm

 

Chine : les bénéfices industriels en hausse de 19,1% en août

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-09-27 à 14:41
 

BEIJING, 27 septembre (Xinhua) -- Les bénéfices des grandes entreprises industrielles chinoises ont totalisé 612,81 milliards de yuans (environ 90 milliards de dollars) en août, en hausse de 19,1% sur un an, selon des données publiées dimanche par le Bureau d'Etat des statistiques (BES).

Le taux de croissance a diminué de 0,5 point de pourcentage par rapport au mois de juillet.

Au cours des huit premiers mois de l'année, les bénéfices des grandes entreprises industrielles ont baissé de 4,4% pour s'établir à 3.720 milliards de yuans, le taux ayant diminué de 3,7 points de pourcentage par rapport à la période janvier-juillet.

Les bénéfices des entreprises industrielles étatiques ont chuté de 17% en base annuelle pour s'établir à 950,94 milliards de yuans, tandis que ceux des entreprises privées ont baissé de 3,3% à 1.070 milliards de yuans.

De janvier à août, les bénéfices de l'industrie minière ont connu une baisse de 38,1%, et ceux de l'industrie manufacturière ont diminué de 1%.

Les bénéfices dans 16 des 41 secteurs industriels étudiés ont augmenté par rapport à la même période de l'année dernière, alors que 25 secteurs ont connu une baisse de leurs bénéfices, selon le BES.

Les grandes entreprises industrielles renvoient à celles qui ont chacune un chiffre d'affaires annuel d'au moins 20 millions de yuans.

http://french.xinhuanet.com/2020-09/27/c_139400989.htm

 

Accord sur TikTok : le piège du chantage (COMMENTAIRE)

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-09-27 à 20:25
 

BEIJING, 27 septembre (Xinhua) -- L'accord sur le sort de l'application de partage de vidéos TikTok récemment conclu entre ByteDance et les entreprises américaines concernées n'est qu'une nouvelle étape calculée dans le plan effronté de Washington visant à piller l'entreprise chinoise.

Par rapport à une interdiction pure et simple par la Maison Blanche, cet accord peut ressembler à un pas en arrière de la part de Washington. Pourtant, il serait naïf de croire qu'il s'agit d'une fin heureuse. En réalité, certains politiciens américains ont déjà promis que TikTok serait entièrement contrôlée par des sociétés américaines, sans quoi ils refuseraient de ratifier l'accord.

Dès le début, le but ultime de l'administration américaine n'a jamais été de faire un rapprochement commercial transnational, mais de prendre le contrôle total de l'entreprise technologique chinoise, y compris sa gestion, ses actions et ses technologies de base.

La feuille de route de Washington pour avaler TikTok est devenue de plus en plus claire. Le réseau social a tout d'abord été accusé de mettre en danger la sécurité nationale des Etats-Unis, une accusation totalement infondée. Ensuite, il a été menacé d'interdiction par des décrets et a été forcé à se vendre à des acheteurs américains.

Pour le moment, l'accord potentiel peut offrir un certain espoir que TikTok puisse continuer à opérer aux Etats-Unis, mais c'est exactement ce que ces politiciens prédateurs de Washington ont voulu. Ils ont su manipuler les investisseurs qui cherchent désespérément à minimiser les pertes et qui sont prêts à sacrifier l'équité pour un accord, même s'il est ruineux.

La plus grande honte de l'accord est sa nature inégalitaire. Selon les médias, l'accord impose des dispositions obligatoires aux ressources humaines de l'entreprise, de sorte que ByteDance risque fort d'être réduite à un simple spectateur dans la nouvelle entreprise éventuelle.

En outre, les partenaires de ByteDance peuvent profiter de l'occasion pour obtenir le code source complet de TikTok et ses mises à jour, selon un rapport de CNN.

S'il est encore trop tôt pour dire où cet accord va mener pour le moment, ce que ByteDance est en train de subir aux Etats-Unis équivaut à un avertissement pour toutes les entreprises qui cherchent à s'y aventurer.

Les Etats-Unis n'auront aucune pitié lorsqu'il s'agira de sévir contre les entreprises concurrentes non américaines. Pour parvenir à son hégémonie technologique, Washington n'a jamais hésité à violer ouvertement les principes de l'économie de marché et de la concurrence loyale que les Etats-Unis ont toujours vantés.

Si Washington arrive à ses fins cette fois-ci, la même formule sera sûrement utilisée pour piller davantage de sociétés étrangères et leurs technologies, mettant ainsi les droits légitimes d'un plus grand nombre de pays et d'entreprises en grave danger.

La seule voie viable pour que les entreprises puissent mieux protéger leurs intérêts est de s'élever résolument contre le piratage moderne de Washington. Un apaisement aveugle ne fera qu'encourager les Etats-Unis à aller encore plus loin dans leur intimidation pure et simple.

http://french.xinhuanet.com/2020-09/27/c_139401581.htm

 

 

 

 
 

LA PANDEMIE DE COVID-19 DEMONTRE LA NECESSITE D’UNE COOPERATON MONDIALE, SELON UN RESPONSABLE DU TOURISME

 

La pandémie de COVID-19 démontre la nécessité d'une coopération mondiale, selon un responsable du tourisme de l'ONU (INTERVIEW)

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-09-26 à 03:43
 

MADRID, 25 septembre (Xinhua) -- La pandémie actuelle de COVID-19 a montré au monde "l'importance de travailler ensemble", a déclaré le secrétaire général de l'Organisation mondiale pour le tourisme des Nations Unies (OMT) Zurab Pololikashvili.

"C'est non seulement indispensable pour répondre à la crise actuelle, mais aussi essentiel pour réaliser les hautes ambitions des Objectifs pour le développement durable. Les pays qui choisissent "d'y aller seuls" risquent de saper les progrès que nous avons obtenus", a indiqué M. Pololikashvili dans une interview accordée a Xinhua à l'occasion de la Journée mondiale du tourisme le 27 septembre coïncidant avec le 75ème anniversaire de l'ONU cette année.

Le 75ème anniversaire de l'ONU célèbre la manière dont le multilatéralisme a contribué à promouvoir la paix dans le monde, a indiqué M. Pololikashvili.

"Nous avons vu un exemple de ce multilatéralisme la semaine dernière lors de la 112ème réunion du Conseil exécutif de l'OMT à Tbilissi en Géorgie. Nous avons pu rassembler 170 délégués de 24 pays, qui ont tous accepté de soutenir la Déclaration de Tbilissi avec un engagement à rendre les voyages internationaux sûrs à nouveau", a-t-il dit.

Avec pour thème "tourisme et développement rural", la Journée mondiale du tourisme arrive cette année à un moment critique, car les pays du monde entier comptent sur le tourisme pour alimenter la reprise économique, y compris dans les communautés rurales où ce secteur est un pilier de l'emploi et de l'économie, a-t-il indiqué.

"Le tourisme souligne également à quel point nous sommes interconnectés. Aucun pays ne peut se contenter de 's'occuper de ses affaires' aujourd'hui, et nous en tirons tous bénéfice quand nous travaillons ensemble", a-t-il ajouté.

"De fait, le tourisme mondial n'a jamais été plus uni qu'il l'est aujourd'hui, car les secteurs public et privé travaillent ensemble pour répondre à un défi commun et sans précédent", a-t-il dit.

"La Chine est une grande puissance du tourisme et un participant actif à la gouvernance mondiale du tourisme, y compris un membre clé du Comité de crise du tourisme mondial de l'OMT que nous avons mis en place en mars pour guider une réponse unie face à la crise du COVID-19, a-t-il poursuivi.

M. Pololikashvili a souligné que la Chine jouait un rôle important à l'OMC depuis qu'elle a rejoint cette organisation en 1983.

Observant que la Chine avait toujours été un soutien fort de plusieurs projets de développement clés tels que l'Initiative de la Ceinture et la Route, M. Pololikashvili a souligné que l'OMT avait également bondi sur cette initiative pour relancer les anciennes routes comme concept touristique.

Le rôle de la Chine dans la promotion du tourisme pour un développement durable est "louable", a-t-il estimé.

"La Chine a adopté avec succès l'innovation et la transformation numérique du secteur du tourisme. Au cours de mon dernier voyage à Guangzhou en 2019, j'ai été très impressionné de la manière dont la technologie façonne le développement du tourisme à tous les niveaux", a-t-il déclaré.

"De plus, dans le cadre de ses efforts pour réduire la pauvreté, en particulier dans les régions rurales, la Chine a tiré profit des capacités du tourisme pour générer des opportunités et en a fait un générateur d'emplois décents pour des millions de personnes", a-t-il ajouté.

http://french.xinhuanet.com/2020-09/26/c_139397534.htm

 

Le nombre de cas de COVID-19 aux Etats-Unis dépasse les sept millions

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-09-26 à 04:49
 


(Xinhua/Michael Nagle)

NEW YORK, 25 septembre (Xinhua) -- Selon le Centre pour la science et l'ingénierie des systèmes (Center for Systems Science and Engineering, CSSE) de l'Université Johns Hopkins, le nombre de cas de COVID-19 aux Etats-Unis a dépassé la barre des sept millions vendredi.

Plus précisément, ont montré les données du CSSE, le nombre de cas de COVID-19 aux Etats-Unis est passé à 7.005.746, avec un total de 203.240 décès à 14H23 heure locale (18H23 GMT).

La Californie a signalé 801.006 cas, le nombre le plus élevé de tous les Etats américains. Le Texas a enregistré 747.491 cas, suivi de la Floride avec 695.887 cas, tandis que le nombre de cas dans l'Etat de New York a dépassé les 450 000.

Par ailleurs, a indiqué le CSSE, parmi les autres Etats comptant plus de 200.000 cas figurent la Géorgie, l'Illinois, l'Arizona, la Caroline du Nord et le New Jersey.

Le nombre de cas de COVID-19 aux Etats-Unis a dépassé cinq millions le 9 août et atteint six millions le 31 août.

A ce jour, les États-Unis restent de loin le pays le plus touché par la pandémie au monde, avec le plus grand nombre de cas et de décès.

Dans le même temps, l'arrivée de l'automne combinée à la saison de la grippe suscite de vives inquiétudes face à une augmentation des nouveaux cas dans tout le pays.

 

   1 2 3   

 

Un diplomate chinois rejette les accusations britanniques sur les questions liées à Hong Kong et au Xinjiang

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-09-26 à 19:39
 

GENÈVE, 26 septembre (Xinhua) -- Un diplomate chinois a déploré et rejeté vendredi les accusations d'un fonctionnaire britannique formulées plus tôt lors d'une session du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies (ONU), déclarant que les questions liées à Hong Kong et au Xinjiang n'étaient pas des questions de droits de l'homme selon aucune définition.

Liu Yuyin, porte-parole de la Mission chinoise auprès des Nations Unies à Genève, a déclaré que l'essence de ces questions était la détermination de la Chine à préserver sa souveraineté, sa sécurité et son unité, à faire respecter l'État de droit et à faire en sorte que les gens vivent en paix et dans la satisfaction.

"Le 25 septembre, le ministre d'État du Royaume-Uni a porté des accusations gratuites contre la Chine sur les questions liées à Hong Kong et au Xinjiang au Conseil des droits de l'homme, abusant de la plateforme du Conseil des droits de l'homme pour répandre la désinformation et déformer l'histoire. La partie britannique a pleinement exposé son arrogance, ses préjugés et son ignorance. La Chine déplore et rejette catégoriquement les accusations", a déclaré M. Liu.

Selon le diplomate chinois, depuis le déclenchement de l'incident de la "loi sur les délinquants fugitifs" à Hong Kong en juin dernier, les forces séparatistes radicales, avec le soutien de certaines forces extérieures, ont pris une part de plus en plus active à l'escalade des activités violentes et terroristes à Hong Kong.

Ces actes ont remis en cause le principe d'"un pays, deux systèmes" et ont fait peser une grave menace sur la sécurité nationale de la Chine. Le système juridique et le mécanisme d'application pour la sauvegarde de la sécurité nationale dans la Région administrative spéciale (RAS) de Hong Kong que la Chine a mis en place et amélioré, sont conçus pour combler les lacunes juridiques, préserver la sécurité et la souveraineté nationales, et assurer la prospérité et la stabilité dans la RAS de Hong Kong, a-t-il déclaré.

Il a ajouté qu'elle reflétait la volonté de tous les Chinois, y compris des compatriotes de Hong Kong.

"La loi de sécurité nationale pour Hong Kong ne traduit en justice qu'un très petit nombre de délinquants qui mettent gravement en danger la sécurité nationale. Elle protège les droits et les libertés de la grande majorité des citoyens de Hong Kong qui respectent la loi", a-t-il déclaré.

"Désespérément frustrées et indignées depuis la promulgation de la loi de sécurité nationale pour Hong Kong, certaines forces extérieures ont tout fait pour attaquer et discréditer la Chine. Elles l'ont fait uniquement parce qu'elles ne pouvaient plus utiliser Hong Kong comme tête de pont pour s'engager dans des activités qui sapent la sécurité nationale de la Chine de manière aussi peu scrupuleuse qu'auparavant", a-t-il ajouté.

Quant à la région chinoise du Xinjiang, le diplomate chinois a déclaré que le Xinjiang était en proie au séparatisme ethnique, au terrorisme violent et à l'extrémisme religieux. Des milliers d'attentats terroristes ont eu lieu dans les années 1990, qui ont gravement menacé les droits de l'homme des personnes de tous les groupes ethniques du Xinjiang.

"Pour inverser la situation, le gouvernement local du Xinjiang a pris une série de mesures anti-terroristes et de dé-radicalisation conformément à la loi. Ces mesures ont rétabli la sécurité au Xinjiang et ont permis aux personnes de divers groupes ethniques de jouir pleinement des droits de l'homme dans un environnement sûr", a déclaré M. Liu.

Selon lui, depuis la fin 2018, plus de 1.000 diplomates, fonctionnaires d'organisations internationales, journalistes et personnalités religieuses de plus de 90 pays ont visité le Xinjiang et ont vu une région de stabilité, de prospérité et de développement où les personnes de divers groupes ethniques vivent dans le bonheur.

"Certains pays et politiciens occidentaux ont fabriqué trop de mensonges sur le Xinjiang. Ils ont calomnié la Chine de manière malveillante et ont fait appel à des séparatistes anti-chinois pour tenter d'entraîner le Xinjiang dans l'instabilité et l'insécurité et de nier le droit des populations locales à une vie pacifique et heureuse. C'est une chose que personne en Chine n'acceptera jamais", a-t-il déclaré.

Notant que la Chine était disposée à dialoguer avec d'autres pays sur les questions des droits de l'homme sur la base du respect mutuel, M. Liu a déclaré que la Chine s'opposait fermement aux accusations injustifiées contre d'autres pays en utilisant la désinformation à des fins politiques.

"Nous demandons instamment à la partie britannique de cesser de se mêler des affaires de Hong Kong et de s'immiscer dans les affaires intérieures d'autrui", a déclaré M. Liu.

http://french.xinhuanet.com/2020-09/26/c_139399261.htm

 

Xi Jinping met l'accent sur la construction d'un Xinjiang marqué par le socialisme à la chinoise dans la nouvelle ère

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-09-26 à 19:37
 

BEIJING, 26 septembre (Xinhua) -- Le président Xi Jinping a appelé à s'efforcer de construire un Xinjiang marqué par le socialisme à la chinoise dans la nouvelle ère.

M. Xi, qui est également secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois et président de la Commission militaire centrale, a fait ces remarques lors du troisième symposium central sur le travail lié au Xinjiang, qui s'est tenu vendredi et samedi à Beijing.

http://french.xinhuanet.com/2020-09/26/c_139399258.htm

 

La Chine se dit prête à offrir davantage d'assistance à l'Angola dans sa lutte contre le COVID-19

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-09-26 à 04:26
 

BEIJING, 25 septembre (Xinhua) -- Le président chinois Xi Jinping a déclaré vendredi que la Chine était prête à continuer à offrir une assistance à l'Angola dans la mesure de ses capacités et enverrait dans un futur proche un groupe d'experts médicaux de lutte contre l'épidémie de COVID-19 dans le pays.

Au cours de sa conversation téléphonique avec le président angolais Joao Lourenco, M. Xi a également déclaré que la Chine était disposée à donner la priorité au partage avec les pays africains après que sa recherche et son développement de vaccins auront été couronnés de succès et mis en service.

Le chef de l'Etat chinois a souligné que face à l'épidémie de COVID-19, les gouvernements chinois et angolais ont pris des mesures résolues et décisives, et réussi à contenir de manière efficace l'épidémie sur la base du principe consistant à donner la priorité aux populations et à la vie, ajoutant que les deux pays se sont soutenus et aidés l'un l'autre, et que les expatriés des deux pays se trouvant dans le pays de l'autre ont été bien pris en charge.

Il a également déclaré que l'Angola était un partenaire important de la Chine en Afrique et que la Chine et l'Angola étaient de bons frères et partenaires en termes de sincérité, de résultats réels, d'affinité et de bonne foi, notant aussi que la Chine soutenait l'Angola dans l'exploration indépendante d'une voie de développement adaptée à ses conditions nationales et était prête à travailler avec lui pour orienter la direction des relations bilatérales et porter le partenariat stratégique sino-angolais à un niveau supérieur.

Indiquant par ailleurs que les économies chinoise et angolaise étaient très complémentaires, M. Xi a indiqué que la Chine était prête à promouvoir la coopération pour la reprise du travail et de la production avec l'Angola sur la base d'une prévention et d'un contrôle solides de l'épidémie, à encourager les entreprises chinoises compétentes à entreprendre une coopération en matière d'investissement en Angola, à promouvoir un nouveau développement dans la coopération pragmatique entre les deux pays et à stimuler le développement économique et social de l'Angola.

Enfin, a-t-il ajouté, la Chine est prête à se coordonner étroitement avec l'Angola lors d'occasions multilatérales et dans les affaires internationales pour sauvegarder conjointement l'équité et la justice internationales, et pour défendre le multilatéralisme et les intérêts communs des pays en développement.

Pour sa part, le président angolais a souhaité au peuple chinois une joyeuse Fête nationale, affirmant que la Chine était le seul grand pays à avoir jugulé l'épidémie de manière efficace dans un court laps de temps.

L'Angola, a poursuivi le président angolais, remercie la Chine d'avoir aidé les pays africains, et en particulier l'Angola, à lutter contre l'épidémie, ajoutant qu'il espérait renforcer la coopération avec la Chine dans des domaines tels que les vaccins, notant aussi que son pays attachait une grande importance à ses relations de haut niveau et à sa profonde amitié avec la Chine et soutenait fermement la position de la Chine sur les questions concernant ses intérêts fondamentaux, souhaitant accueillir davantage d'investissements des entreprises chinoises en Angola et se félicitant d'une coopération bilatérale plus large dans des domaines tels que l'économie et le commerce.

Enfin, il a ajouté que l'Angola était prêt à renforcer le soutien mutuel avec la Chine dans les affaires internationales et à sauvegarder conjointement l'équité et la justice internationales.

http://french.xinhuanet.com/2020-09/26/c_139397574.htm

 

Le président chinois se dit prêt à travailler de concert avec le Premier ministre japonais pour orienter les relations bilatérales vers un nouveau développement

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-09-26 à 04:11
 

BEIJING, 25 septembre (Xinhua) -- Le président chinois Xi Jinping a déclaré vendredi être prêt à travailler de concert avec le Premier ministre japonais Yoshihide Suga pour jouer un rôle de guide stratégique afin de promouvoir un nouveau développement dans les relations entre la Chine et le Japon.

Lors d'une conversation téléphonique avec le dirigeant japonais, M. Xi a souligné que la Chine et le Japon sont des voisins proches et des partenaires essentiels l'un pour l'autre.

En tant qu'acteurs clés en Asie et dans le monde, les deux pays ont de larges intérêts communs et disposent d'un vaste espace de coopération, a-t-il noté, ajoutant qu'avec les efforts conjoints des deux parties, les relations entre la Chine et le Japon se sont remises sur les rails et ont maintenu une dynamique positive.

Conformément aux principes et à l'esprit des quatre documents politiques Chine-Japon, la Chine est prête à travailler avec le nouveau gouvernement japonais pour traiter correctement les questions sensibles clés, y compris les questions historiques, continuer à renforcer la confiance politique mutuelle, approfondir la coopération mutuellement bénéfique et étendre les échanges entre les peuples dans le cadre des efforts visant à construire des relations bilatérales qui répondent aux exigences de la nouvelle ère, a souligné M. Xi.

Le président chinois a souligné que l'élargissement constant d'intérêts communs au profit des deux peuples était le besoin essentiel de la nouvelle ère pour les relations entre la Chine et le Japon, indiquant qu'à l'heure actuelle, face à la pandémie de COVID-19, c'est devenu un choix politique commun pour toutes les nations de lutter contre la pandémie, stabiliser l'économie et sauvegarder les moyens de subsistance des populations.

La Chine et le Japon peuvent se soutenir mutuellement et obtenir des résultats gagnant-gagnant, a déclaré M. Xi, ajoutant que la coopération économique et commerciale entre les deux pays s'est renforcée malgré la pandémie, démontrant ainsi une forte résilience et un grand potentiel.

Notant que la Chine intensifie ses efforts pour favoriser une nouvelle structure de développement à double cycle, avec le cycle national comme pilier et avec le développement national et international se renforçant mutuellement, il a déclaré espérer que les deux parties sauvegarderont conjointement des chaînes industrielles et d'approvisionnement stables et fluides, ainsi que des environnements de commerce et d'investissement équitables et ouverts, et amélioreront la qualité et le niveau de la coopération bilatérale.

La Chine soutient le Japon dans l'organisation de Jeux olympiques réussis au cours de l'année à venir, a-t-il ajouté.

La Chine et le Japon assument conjointement l'importante responsabilité du maintien de la paix, de la stabilité et du développement dans le monde, a souligné M. Xi.

Conformément au concept d'une communauté de destin pour l'humanité, les deux parties doivent activement défendre et pratiquer le multilatéralisme, défendre fermement l'ordre et le système internationaux avec les Nations Unies au centre, et renforcer la communication, la coordination et la coopération dans le cadre des mécanismes des institutions multilatérales et de la coopération régionale, a-t-il poursuivi, ajoutant que les deux pays devraient se donner la main pour faire face aux divers défis mondiaux et apporter des contributions positives à la prospérité et au développement de l'Asie.

Pour sa part, M. Suga a déclaré que le Japon attachait une grande importance à la Chine et considérait les relations Japon-Chine comme l'une de ses plus importantes relations bilatérales.

Notant que les deux pays se sont soutenus mutuellement dans la lutte contre la pandémie, M. Suga a indiqué qu'une relation stable entre le Japon et la Chine était non seulement dans l'intérêt des deux peuples, mais aussi indispensable pour la paix et la prospérité mondiales.

M. Suga a dit espérer maintenir un contact étroit avec le président Xi, et s'est engagé à renforcer la coopération économique et commerciale bilatérale, et à approfondir les échanges culturels et entre les peuples, afin de porter les relations entre le Japon et la Chine à un niveau supérieur.

La partie japonaise est prête à maintenir une communication étroite avec la Chine, à assurer la signature d'un accord de partenariat économique régional global cette année, à accélérer les négociations sur la zone de libre-échange Chine-Japon-République de Corée, et à travailler ensemble pour sauvegarder la stabilité des chaînes industrielles et des chaînes d'approvisionnement dans la région, a-t-il déclaré.

Les deux parties ont également procédé à un échange de vues sur des questions d'intérêt commun.

http://french.xinhuanet.com/2020-09/26/c_139397557.htm

 

L'effort de réduction des émissions de CO2 de la Chine va "galvaniser" l'action mondiale en faveur du climat, selon une experte britannique (INTERVIEW)

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-09-26 à 13:45
 

LONDRES, 26 septembre (Xinhua) -- L'objectif de la Chine de parvenir à un pic d'émissions de CO2 avant 2030 et à la neutralité carbone avant 2060 contribuera à "galvaniser l'action mondiale contre la crise climatique dans de nombreux autres pays", estime Helen Clarkson, directrice générale de l'ONG Climate Group basée à Londres.

"Il s'agit d'une annonce historique, car la Chine a fixé un objectif final de réduction des émissions", note-t-elle dans un récent entretien accordé par courriel à Xinhua. Pour elle, "il ne fait aucun doute que les efforts de la Chine joueront un rôle majeur dans la manière dont le reste du monde progressera dans la lutte contre le changement climatique".

Les émissions de CO2 de la Chine en 2018 sont inférieures de 45,8% à celles de 2005, ce qui permet d'atteindre l'objectif de réduction des émissions avec deux ans d'avance, avait déclaré en juillet Zhang Jun, représentant permanent de la Chine auprès des Nations unies, lors d'un débat au Conseil de sécurité de l'ONU.

En 2018, la part des combustibles non fossiles dans la consommation énergétique totale de la Chine a atteint 14,3% et un quart de la superficie nouvellement boisée dans le monde depuis 2000 se trouve en Chine, avait-il ajouté.

"La Chine est un leader mondial en matière d'investissement dans les énergies renouvelables et de production d'électricité à partir de sources renouvelables", d'après Mme Clarkson.

Elle exprime l'espoir qu'avec cette nouvelle annonce chinoise d'objectifs d'émissions, "les énergies renouvelables et les véhicules électriques se développeront encore plus rapidement dans le mix énergétique de la Chine, avec en parallèle un investissement plus important dans l'efficacité énergétique".

La directrice générale du Climate Group observe aussi que la Chine a adopté ces dernières années des modèles de financement plus innovants pour soutenir une économie durable, en développant davantage son marché des obligations vertes, en établissant un fonds national de développement vert et en lançant un marché national du carbone.

Selon Helen Clarkson, les signes de développement vert sont prometteurs, même si l'économie mondiale a été touchée par la pandémie de nouveau coronavirus. De nombreuses grandes économies intègrent ainsi des mesures écologiques dans leurs plans de relance.

Il y a quelques mois, l'Union européenne s'est engagée à consacrer 550 milliards d'euros (700 milliards de dollars) à des projets verts au cours des sept prochaines années, soit le montant le plus élevé jamais atteint, selon Mme Clarkson. Le 16 septembre, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a de plus annoncé vouloir porter la réduction des émissions de gaz à effet de serre à 55% d'ici à 2030.

http://french.xinhuanet.com/2020-09/26/c_139398727.htm

 

 

 

 

 

LA CHINE: LE PAYS QUE TRUMP ADORE DÉTESTER

LA CHINE: LE PAYS QUE TRUMP ADORE DÉTESTER (CPUSA)

 Solidarité Internationale PCF Etats Unis-CanadaChineImpérialisme 0

23 SEPT. 2020

La Chine: le pays que Trump adore détester (CPUSA)

Nous publions ci-dessous un texte du parti communiste des Etats-Unis (CPUSA) en raison de la justesse de son analyse de l'importance de la Chine dans les intérêts de la classe capitaliste américaine, de la prétendue guerre économique entre ces deux pays et de la stratégie d'enfumage global mise en oeuvre Trump en vue des élections de novembre 2020. Toutefois nous ne souscrivons à aucun angélisme quant aux vertus du "modèle" chinois et aux perspectives nouvelles que la Chine pourrait offrir à la classe ouvrière mondiale et au mouvement communiste international.  

Le "China bashing" — opération consistant à (faussement) blâmer la Chine pour la pandémie, les difficultés économiques, et bien d'autres malheurs encore — est utilisé par l'administration Trump et le parti républicain pour accroître les chances de réélection du président. Cette campagne est similaire dans la forme et le ton à la campagne raciste et anti-immigrés que Trump a conduite pour gagner la présidence en 2016.

Le "China bashing" vise essentiellement à détourner l'attention des pertes humaines désastreuses et évitables dues à l'inaction indifférente de Trump et à sa gestion abominable de la pandémie, qui a rendu plus difficile encore l'accès aux soins de santé de qualité, a accru le chômage et les expulsions de logement, et réduit les conditions de vie des travailleurs, en particulier afro-américains et latinos. Le parti républicain s'est comporté de la même manière en bloquant l'aide fédérale tant nécessaire — ici encore pour des raisons politiques.

La réponse de Trump oscille entre ignorer la pandémie et la qualifier racialement de “coronavirus Wuhan”, “virus chinois,” ou de “Kung Flu” [ndlr: jeu de mot, "flu" signifiant la grippe]. Trump fait des commentaires qui rappelle l'idéologie du "péril jaune", une forme de racisme anti-asiatiques disséminé par l'empereur allemand Wilhelm II pour encourager les empires européens à envahir, conquérir et coloniser la Chine. Ce racisme du "péril jaune" a ensuite prit pour cible les immigrés d'Asie du Sud-Est, en particulier les travailleurs chinois, donnant lieu au "Chinese Exclusion Act" qui fut appliqué du début des années 1880 jusqu'aux années 1960 [ndlr.: cette loi, unique dans l'histoire des USA, visait à empêcher l'immigration des travailleurs d'un groupe ethnique spécifique: les chinois].

Le "China bashing" est idéologique

La cause fondamentale du "China bashing" par l'impérialisme américain est bien sûr idélogique. L'imperialisme américain a rejeté la souveraineté nationale de la Chine et les droits de son peuple à définir son mode (socialiste ou capitaliste) de  développment économique pour le futur. Par le passé, les USA ont essayé d'empêcher la révolution chinoise; maintenant que ce projet a échoué, ils cherchent à la renverser ou à la contenir.

Dans les années 1970, la tactique "diviser pour mieux régner" fut employée par la classe dominante américaine afin d'aggraver les différends politiques entre la Chine et l'Union Soviétique et pousser en faveur d'une voie capitaliste en Chine. Maintenant que cette stratégie a échoué, les USA redoublent d'efforts pour empêcher que la Chine contredise son statut de superpouvoir unilatéral.

Les attaques contre le Chine est une entreprise bipartisane

[ndlr.: qualifier les attaques des USA contre la Chine d'entreprise biparisante signifie que les USA ne s'opposent que formellement à la Chine, car la classe capitaliste américaine a conscience de la nécessité de trouver un terrain d'entente du fait des nombreux intérêts communs qu'elle entretient avec ce pays]

Obama a engagé la réorientation stratégique américaine sur la Chine quand les élites de la politique étrangère ont pris conscience que la Chine rattrapait les USA et était même en train de la dépasser économiquement. Avant cela, les USA ne s'étaient engagé que dans une querelle de change [sur le taux de change chinois accusé d'être maintenu à un niveau artificiellement bas par le parti communiste] afin de s'assurer le controle géopolitique du Moyen Orient. Obama promouvait alors le Partenariat Trans-Pacifique [TPP trade deal] qui excluait la Chine. Obama a introduit des missiles THAAD braqués sur la Chine depuis la Corée du Sud, a étendu la nouvelle base d'Okinawa (Japon) et a soutenu l'initiative du Japon de renoncer à l'article 9 pacifiste de sa constitution (qui reste néanmoins inchangée). L'alliance millitaire étendue incluant l'Australie fut aussi un accomplissement de l'ère Obama. En parallèle de l'action d'Obama pour réduire les troupes mobilisés en Irak, la signature de l'accord iranien avait (en partie) vocation à mettre fin à une guerre destinée à échouer au Moyen-Orient et permettre ainsi au Pentagone de se focaliser sur le cas de la Chine. Dès lors, les guerres en Lybie, en Syrie et au Yémen devaient être menées par d'autres (ses alliés dans la région) afin de permettre aux USA de pointer ses armes en direction de la Chine et à l'OTAN continuer d'encercler la Russie. Ce genre de politiques hautement belliqueuses sont celles qui conduit l'armée américaine à provoquer des guerres civiles, comme en Corée ou au Vietnam, ainsi qu'au premier conflit avec la Chine en Corée qui a mené le monde au bord d'une nouvelle guerre (nucléaire) à grande échelle en 1950.

Trump s'entoure de figures douteuses anti-Chine

Trump a intégré à son administration des personnages douteux comme l'ancien courtier et escroc de Wall Street, Steve Bannon, ou l'auteur à sensation anti-chinois, Peter Navarro, afin qui'ils l'aident à taper sur la Chine.

Steve Bannon, ancien conseiller en stratégie de Trump, est maintenant sous mandat d'arrêt pour opération frauduleuse visant à collecter des fond. L'ancien éditeur de "Breitbart News Network" (site internet d'extrême droite, raciste, misogyne et xénophobe) fut associé à des activités d'investissement frauduleuses. Cette année le fraudeur a été trouvé dans un yacht de 150 pieds, d'une valeur de 28 millions de dollars, possédé par le milliardaire et fugitif chinois, Guo Wengui, recherché pour fraude, extorison et corruption en Chine. Bannon, Navarro, et les autres escrocs que Trump a placé dans son gouvernement se sont compromis dans des actes de corruption qui ont battu tous les records. La différence entre les précédentes affaires de corromption gouvernementale et celle du gouvernement de Trump est une différence de nature et d'échelle. La quantité d'affaires de corruption est sans précédent, et leur nature infiniment plus grave.

Peter Navarro fait parti du mouvement nationaliste et anti-Chine "America First". Sa seule réalisation fut de s'être fait connaitre par son livre Death by China et le documentaire qui en fut tiré. Le gendre de Trump, Jared Kushner, a trouvé Navarro en naviguant sur Amazon. En tant qu'assistant de Trump et direcetur de la politique commercial et industriel, Navarro accorde plus d'importance à la relance rapide de l'économie souhaitée par Trump qu'à sauver des vies. Il s'est même querrellé avec l'épidémiologiste Dr. Anthony Fauci à propos de la pandémie en préférant, au mépris de l'avis des spédcialistes, le business à la santé de la population.

Un autre personnage très sombre et anti-Chine est l'ancien chef de la CIA, Mike Pompeo, désormas secrétaire d'Etat. Il s'agit du complice le plus virulent de Trump, qui a répandu le mythe selon lequel le coronavirus fut mis au point dans un laboratoire chinaire.

Trump accuse faussement la Chine des pertes d'emplois et de la dégradation des conditions de vie aux USA

Trump reproche faussement à la Chine ses pertes d'emplois et la réduction du niveau de vie de la classe laborieuse américaine. Trump condamne aussi une balance commerciale entre les USA et la Chine qu'il qualifie d'"injuste". Il viole les règles de l'OMC en imposant des taxes sur la plupart des produits importés chinois afin de réduire les excédents commerciaux de la Chine et la forcer à capituler avant les prochaines élections US. Cela ne fonctionne pas. A l'inverse, la guerre économique fragilise les agricultueurs américains et le reste du pays.

Quelle est la cause de la perte des emplois industriels et de la réduction du niveau de vie aux USA? Le capitalisme est dans une phase néolibérale mais comporte une faiblesse inhérente: la tendance à la baisse du taux de profit. La capacité du capitalisme à produire des biens dépasse la capacité des travailleurs à les consommer (en particulier en période de réduction d'emplois et d'abaissement des salaires), d'où la baisse des profits [ndlr: ce problème des débouchés n'est pas le facteur principal de la baisse du taux de profit; toutefois, les débouchés est un problème plus sensible dans un contexte d'économie mondialisée où le capital a fait le pari suivant: produire ses marchandises dans des pays à bas coûts pour les vendre dans les pays développés où le pouvoir d'achat de la population est plus fort. Ce pari s'avère de plus en plus risqué, voir intenable, dans un contexte d'appauvrissement croissant de la population dans les pays développés]. En réaction, les monoples capitalistes cherchent désormais à pénétrer des marchés étrangers en plein essor, comme celui de la Chine avec ses 1.4 milliards d'habitants et une demande de consommation croissante. Ici il y a pourtant une autre contraduction — alors que Trump blame constamment la Chine, les entreprises américaines comptent sur la croissance de l'économie chinoise pour vendre leurs produits.

Pour inverser la décrépitude du taux de profit, la classe dominante US et ses alliés ont décidé de mettre en oeuvre une forme de capitalisme impitoyable, le néolibéralisme. Cette nouvelle forme a réduit à néant toutes les conquêtes issues du compromis de classe établie lors du New Deal dans les années 1930. A cette époque, la classe dominante, sous le président Franklin Roosevelt, a fait plusieurs concessions à la classe laborieuse sous la pression du militantisme croissant (aussi causé par les pressions économiques de la Grande dépression), de l'organisation syndicale dans les industrie, de la révolution d'Octobre, et du besoin d'éviter des grèves ouvrières dans un contexte de guerre latente avec l'Europe fasciste.

Par la suite [depuis les années 1970], afin d'inverser ces concessions et augmenter les profits, la classe dominante américaine a:

  • attaqué les droits syndicaux et les conventions collectives et éliminé ou réduit les emplois pulics
  • diminué les salaires, accru le chômage technique à travers l'automatisation, développé la précarisation et coupé les prestations sociales. L'automatisation exacerbant les contradictions fondamentales du capitalisme et conduisant à de futures pertes d'emplois [l'automatisaton est la source principale de la baisse du taux de profit chez Marx]
  • délocalisé la production industrielle vers des pays à bas coûts, en réduisant les emplois et les salaires aux USA.
  • supprimé la sécurité de l'emploi et autres régulations
  • fait peser la charge fiscale sur la seule classe laborieuse en adoptant des des programmes d'allégement en tout genre pour les entreprises, via des réductions voir des annulations d'impôts, déplaçant ainsi toute la richesse vers la seule classe capitaliste (<1% de la population).
  • mis en oeuvre des mesures d'austérité comme la suppresion des prestations sociales.
  • privatisé les services publics — la Poste, la Sécurité Sociale, L'Assurance maladie, et la sous-traitance des militaires et des vétérans en sont des exemples fréquents. La seule exception à ces mesures d'austérité est le complexe militaro-industriel qui continue d'être inondé de milliards de dollars et représente plus de 50% du budget fédéral. Ces priorités absurdes ont conduit à moins d'emplois que ce qui aurait pu être atteint via un "Green New Deal" et des projets d'infrastructures non-militaires.

La Chine n'est en rien responsable de la délocalisation des emplois industriels aux USA ou de leur élimination via l'automatisation. Ces décisions furent prises par les firmes mulitnationales à la poursuite de profits élevés. Ces politiques économiques ont fonctionné temporairement pour la classe dominante, alors qu'elles ont réduit les conditions de vie de la classe laborieuse. Et qui est-ce que Trump blame pour tout cela? La Chine!

Trump conduit le monde au bord de la guerre

Trump conduit le monde au bord de la guerre nucléaire en envoyant la flotte navale US manoeuvrer au sud de la mer de Chine, nous rappelant au bon souvenir des velléités bélliqueuses américaines pendant la guerre froide contre l'Union Soviétique.

Trump a déclaré que les USA ne s'en tiendraient plus à la position adoptée de longue date en faveur d'"Une seule Chine", et il a envoyé un membre de son cabinet à Taiwan, en sachant l'effet que provoquerait cette action. Le peuple chinois n'a pas oublié les décennies d'humiliation causées par l'impérialisme colonial.

L'administration Trump incite les mouvements séparatistes chinois à déstabiliser le régime communiste. Trump prend des sanctions contre la Chine et les représentants officiels du parti communiste au nom d'un prétendue défense de la démocratie à Hong Kong et des droits humains des populations musulmanes dans la province du Xinjiang. Or, la dernière chose dont Trump et l'imperialisme américain peut être créditée est bien le fai de se soucier des droits des musulmans sur la planète, sachant les crimes de masses qu'il a orchestré en Afghanistan, Irak, Syrie, et en Libye. Souvenons nous aussi des musulmans torturés dans la prison d'Abu Ghraib en Iraq, l'enlèvement et la torture de musulmans dans d'autres pays, les tortures à Guantanamo et les assassinats par drone.

Les USA tentent de contenir un concurrent économique sérieux

Le fait que la Chine soit un concurrent économique sérieux est la véritable raison de s'en prendre à ce pays : les capitaux américains ne peuvent y entrer librement afin d'exploiter pleinement sa population et ses ressources. En outre, la Chine menace la volonté de l'impérialisme américain de dicter ses règles au monde entier et d'agir en toute impunité. L'attaque contre la République populaire de Chine (RPC) est la cosnéquence de ses progrès et réalisations dans le développement d'un modèle moderne de socialisme. La RPC, en recourant à la fois la planification et aux mécanismes du marché, sous la direction du Parti communiste, a sorti plus de gens de la pauvreté (850 millions) au cours des 40 dernières années que toute autre société dans l'histoire de l'humanité (selon les Nations unies). Elle est devenue la deuxième économie mondiale. Par ailleurs, la RPC a traversé les crises économiques des quatre dernières décennies avec beaucoup plus de succès que tout autre pays capitaliste ; la Chine a été le pays le moins touché par la récession financière mondiale de 2008 et s'est rapidement remis de la pandémie COVID-19.

L'hégémonie américaine est contestée par la Chine. L'initiative "Belt and Road" [Nouvelles Routes de la Soie] a pour de but de pallier l'isolement économique de la Chine et de se créer de nouveaux alliés en Asie, au Moyen-Orient, en Europe et en Afrique; à l'inverse de l'approche militariste des États-Unis. En Afrique, la Chine est un concurrent majeur des USA et de l'UE. Les relations amicales, les liens commerciaux et la résistance de la Chine aux blocus américains contre le Venezuela, l'Iran, Cuba et la RPD de Corée irritent l'impérialisme américain. La Chine conteste le monopole du pétrodollar américain. L'alliance de la Chine et de la Russie est un autre épine dans le pied de l'impérialisme américain. Tout cela va à l'encontre de l'objectif ultime de l'impérialisme américain qui est de poursuivre et d'accroître la richesse de la classe capitaliste américaine sur le dos de la classe ouvrière mondiale.

Les USA cherchent à ralentir le développement technologique de la Chine

Les États-Unis veulent contenir le développement économique de la Chine en entravant son avance technologique dans les domaines de l'intelligence artificielle ("learning machine"), du "big data", ou de la 5G. Couper la Chine des technologies développées aux USA et en Europe faisait déjà partie des tactiques utilisées contre l'Union soviétique (comme les 39 ou 40 blocus que les États-Unis imposent à des pays plus vulnérables). Plutôt que la coopération, l'administration Trump recherche la confrontation, s'engageant dans une guerre économique tout en menaçant d'action militaire. Les USA font tout ce qui est en leur pouvoir pour empêcher l'essor technologique de la Chine. Ils sont allés jusqu'à faire arrêter par les autorités canadiennes (à des fins d'extradition) le PDG de l'entreprise technologique chinoise Hauwei, Meng Wanzhou, sous l'accusation fallacieuse de contourner les sanctions économiques américaines contre l'Iran.

La non-coopération des USA pendant et après la pandémie COVID-19

La pandémie accélère le déclin de l'impérialisme américain. Un nouveau monde est en train de prendre forme, dans lequel le multilatéralisme deviendra la norme.

La crise climatique et la pandémie COVID-19 mettent en évidence les dommages causés par des politiques menés indépendamment et le besoin urgent d'engager une coopération mondiale. Pour faire face à l'urgence climatique, la Chine et les États-Unis doivent agir ensemble. Sur le plan économique, une non-coopération avec la Chine nuit aux États-Unis. La Chine est un marché énorme; ils riposteront aux menaces et attaques en fermant leur marché pour certains produits fabriqués aux États-Unis. Mais l'absence de coopération a des conséquences encore plus importantes dans un monde où sévit la pandémie et le changement climatique.

Mais la guerre économique contre la Chine est une entreprise impérialiste bipartisane [cf définition plus haut]. Trump exploite cette lutte idéologique afin d'assurer sa réélection. La défaite de Trump en novembre 2020 pourrait permettre à la classe ouvrière et au mouvement pacifiste américains de faire pression sur la classe dirigeante pour éloigner éloigner le péril d'une nouvelle guerre froide et orienter le monde vers un développement international pacifique.

La classe ouvrière américaine doit donner à Trump et aux républicains une bonne raclée lors des élections de novembre afin d'empêcher une nouvelle escalade des tensions militaires et économiques avec la Chine. Mais, comme cette escalade est une entreprise bipartisane, qu'elle qu'en soit l'issue, la classe ouvrière se doit de faire pression sur le président et le Congrès pour qu'ils renoncent à cette confrontation et qu'ils se tournent vers la diplomatie, afin d'exiger des changements politiques qui puissent profitent à la classe ouvrière internationale.

La démocratie et la paix sont en danger.

Alvaro Rodriguez

Secrétaire international du PC des USA (CPUSA)

17/09/2020

MR pour Solidarité Internationale PCF

China - the country Trump loves to hate

China - the country Trump loves to hate

http://solidarite-internationale-pcf.fr/2020/09/chine-le-pays-que-trump-adore-detester.html


 

L’ARRIVEE DE TROUPES US A TAIWAN CONDUIRAIT A UNE GUERRE ENTRE LA CHINE ET LES USA QUI N’ONT RIEN A FAIRE A TAIWAN, TERRITOIRE UNIFIE DE LA CHINE

L'occupation US de Taïwan, la Chine appuiera sur la gâchette

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

La Chine répondra militairement à un retour de troupes américaines à Taïwan. ©Reuters/Archives

En réponse à un article dans une publication américaine, le rédacteur en chef d'un journal chinois populaire a déclaré que l'arrivée de troupes américaines à Taiwan conduirait à une guerre entre la Chine et les États-Unis. 

L'hebdomadaire Newsweek se réfère à un article signé Walker D. Mills, publié par Military Review : « Le rapport de force en Asie de l’Est est en train de changer en faveur de la Chine et les États-Unis doivent transférer des forces militaires à Taïwan pour le contrer. »

Dans son article intitulé « Dissuasion contre le Dragon », Mills soutient que ce nouveau rapport de force a augmenté la probabilité d'une attaque-surprise chinoise contre Taïwan, et que les États-Unis devraient renforcer la pression mondiale sur Pékin.

« Céder la victoire à la Chine concernant Taïwan en permettant à ce que cette île revienne à ses territoires d’origine poussera les États-Unis vers une campagne couteuse dans le but de soutenir Taïwan », a averti Mills.

« Je devrais avertir toute personne dans le même état d'esprit que les États-Unis et Taïwan » ; c'est en ces termes que commence l'avertissement de Xijin, rédacteur en chef du Global Times en réponse au compte Twitter de Mills.

DCA intégrée US en mer de Chine

DCA intégrée US en mer de Chine

Les relations sino-américaines se détériorent de plus en plus, si bien que les experts et analystes prévoient une possible confrontation entre les deux puissances.

« Dès qu’ils auront franchi un pas pour faire revenir des troupes américaines à Taïwan, l’armée populaire de libération chinoise (APL, armée chinoise) se lancera dans une guerre afin de préserver la souveraineté chinoise. La loi sur la lutte contre la désintégration de la Chine est un tigre avec de vraies dents », a ajouté Global Times.

Dans un contexte d’escalade des tensions entre la Chine et Taïwan, l'armée chinoise a organisé cette semaine un exercice de grande ampleur dans le détroit de Taïwan, suscitant les protestations des Taïwanais.

Le porte-parole du Bureau des affaires taïwanaises du Conseil des Affaires d'État, Ma Xiaoguang, jugeant nécessaire la tenue de tels exercices au large de la côte sud-ouest de Taïwan, l’a qualifié d’une décision contre les ingérences étrangères dans la région.

L'armée de l'air chinoise, quant à elle, a récemment diffusé la vidéo d'une simulation d'attaque par des bombardiers H-6 à capacité nucléaire sur ce qui semble être la base aérienne américaine d'Andersen sur l'île de Guam dans le Pacifique.

A2/AD chinois: l'Iran s'y intéresse

A2/AD chinois: l'Iran s'y intéresse

Alors que le secrétaire américain à la Santé effectuait une visite très médiatisée à Taïwan, les troupes de l’armée chinoise ont lancé, selon le journal South China Morning Post, un « avertissement sérieux » aux partisans de l

Reuters a pour sa part prétendu que les installations qui ont été prises pour cibles par les bombardiers lors de cet exercice étaient une simulation d'une attaque de la base aérienne américaine d'Anderson sur l'île de Guam.

Suite à la visite d'une haute autorité du département d'État américain à Taïwan, le ministère chinois des Affaires étrangères a vivement protesté et souligné que Pékin y réagirait en prenant des mesures de rétorsion.

Au nom du principe d’une « seule Chine », Pékin considère Taïwan comme faisant partie du territoire unifié de la Chine et a qualifié la position américaine envers ses relations avec Taïwan et ses ventes d'armes de « contraire à ce principe ».

Washington a rompu ses relations avec Taïwan en 1979, déclarant son adhésion au principe de la « Chine unique », mais a malgré tout pris ces dernières années des mesures telles que la vente d'armes à Taïwan.

https://french.presstv.com/Detail/2020/09/25/634998/Ta%C3%AFwan-Chine-Ta%C3%AFwan-r%C3%A9trocession-retours-troupes-am%C3%A9ricaines-Global-Times-exercices-militaires