CHINE : DES MESURES ATTENDUES POUR FAVORISER UNE NOUVELLE REPRISE ECONOMIQUE

tourtaux-jacques Par Le 19/12/2021 0

Dans CHINE

Des mesures attendues pour favoriser une nouvelle reprise économique

French.china.org.cn | Mis à jour le 16. 12. 2021 | Mots clés : reprise économique

La Chine devrait intensifier ses mesures en faveur de la croissance au début de l'année prochaine, dans le but de stimuler la demande intérieure et de contribuer à favoriser une nouvelle reprise économique qui pourrait débuter d'ici le milieu de 2022, ont déclaré mercredi des responsables et des experts.

 

Les derniers chiffres ont montré que les activités de production du pays étaient toujours robustes, mais que la consommation et l'investissement restaient tièdes, soulignant la nécessité d'un soutien politique pour stimuler la demande du marché et atténuer les risques à la baisse, ont-ils indiqué.

 

La production industrielle, un indicateur économique clé, a augmenté de 3,8% en glissement annuel en novembre, contre 3,5% en octobre, a annoncé mercredi le Bureau national des statistiques (BNS). Des experts ont attribué cette accélération à la reprise de l'offre de matières premières et d'énergie, ainsi qu'à des commandes à l'exportation dynamiques.

 

Cependant, les ventes au détail ont augmenté de 3,9% en glissement annuel le mois dernier, contre 4,9% en octobre, alors que des cas sporadiques de COVID-19 ont entravé les activités de consommation hors ligne, a noté le BNS.

 

La croissance des investissements en immobilisations a également ralenti, passant à 5,2% en glissement annuel au cours de la période janvier-novembre, contre 6,1% un mois plus tôt (sur la période janvier-octobre), et ce face à un contexte de ralentissement du développement immobilier et des investissements dans les infrastructures, a indiqué le BNS.

 

Notant la baisse des chiffres de la consommation et des investissements, Fu Linghui, un porte-parole du BNS, a avancé que le pays intensifierait ses efforts pour accroître la demande intérieure, renforcerait les ajustements de politique macroéconomique et assurerait le contrôle du COVID-19 pour stimuler la confiance des consommateurs.

 

« Il y a encore une bonne base pour surmonter les défis et maintenir un développement économique stable l'année prochaine », a affirmé M. Fu, ajoutant que la demande intérieure devrait s'accélérer face à un contexte d'amélioration des revenus des ménages, de stabilité de l'emploi et du déploiement de projets d'infrastructure.

 

La Conférence de travail économique central sur l'élaboration des politiques a reconnu que le pays était confronté à la pression de la contraction de la demande et qu'il fallait prendre des mesures pour préserver la stabilité macroéconomique.

 

Wu Chaoming, économiste en chef chez Chasing Securities, a déclaré qu'il était important d'intensifier le soutien à la politique macroéconomique au début de l'année prochaine, alors que la pression économique à la baisse pourrait s'intensifier en raison d'une croissance des exportations plus faible et d'un ralentissement du secteur immobilier.

 

La banque centrale chinoise devrait réduire les taux d'intérêt au premier semestre de l'année prochaine, ce qui contribuera à réduire les coûts de financement, à stimuler la consommation et à renforcer la confiance du marché, a avancé M. Wu.

 

Kristina Hooper, stratège en chef des marchés mondiaux chez Invesco, un gestionnaire d'actifs mondial, a fait savoir qu'elle s'attendait à ce que l'économie chinoise se redresse d'ici le milieu de l'année prochaine grâce à un contexte de soutien macroéconomique, ajoutant que d'autres réductions du taux de réserves obligatoires pourraient avoir lieu  suite à celle qui a pris effet mercredi.

 

« Nous nous attendons à ce que le sentiment et la confiance des consommateurs rebondissent d'ici la mi-2022 une fois que le secteur immobilier se sera stabilisé et que les déploiements rapides de vaccins auront porté plus de fruits », a indiqué Mme Hooper.

 

Sur le plan budgétaire, les investissements dans les infrastructures pourraient s'accélérer l'année prochaine, en raison de l'émission anticipée d'obligations spéciales des gouvernements locaux attendue ainsi que des nombreux projets d'infrastructure en cours, a déclaré Li Qilin, économiste en chef chez Hongta Securities.

 

Le BNS a également indiqué que les principaux objectifs économiques et sociaux de cette année devraient bien être atteints. Jusqu'à 12,07 millions d'emplois urbains ont été créés au cours des 11 premiers mois de l’année, dépassant l'objectif prévu pour l'année entière.

 http://french.china.org.cn/business/txt/2021-12/16/content_77934564.htm

 

 

(Multimédia) Ne laissez pas la politique s'immiscer dans le sport (éditorial)

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-12-19 à 10:55

La flamme olympique des Jeux olympiques d'hiver de Beijing est en exposition au parc Shougang à Beijing, capitale de la Chine, le 13 décembre 2021. (Xinhua/Zhang Chenlin)

Ne laissez pas la politique s'immiscer dans le sport, a lancé un éditorial récemment publié par le quotidien anglophone de Singapour, The Straits Times.

SINGAPOUR, 18 décembre (Xinhua) -- Ne laissez pas la politique s'immiscer dans le sport, a lancé un éditorial récemment publié par le quotidien anglophone de Singapour, The Straits Times.

Le quotidien a commenté l'annonce des Etats-Unis de ne pas envoyer de représentation diplomatique ou officielle aux Jeux olympiques et paralympiques d'hiver 2022 de Beijing.

La décision de Washington est "décevante" car les visites de responsables de haut niveau aux Jeux auraient pu faire avancer le consensus des deux pays pour améliorer leurs relations, selon l'éditorial publié mardi.

Cet événement est un honneur pour la Chine, car aucune ville n'a jusqu'à présent accueilli à la fois les Jeux olympiques d'été et d'hiver, a indiqué l'article. "La rebuffade est donc délibérée et vise à priver Beijing de son lustre".

Cette fois, le point positif est que les athlètes ne sont pas ciblés, a-t-il ajouté, précisant que'aucune nation ne les a empêchés de participer aux Jeux.

"En effet, leurs interactions et leur compétition amicales à Beijing pourraient fournir des leçons utiles aux politiciens et aux diplomates sur la façon de s'entendre", indique l'éditorial.■

http://french.news.cn/2021-12/19/c_1310381862.htm

 

Les manigances de Washington pour contenir la Chine exposées par un rapport

French.china.org.cn | Mis à jour le 16. 12. 2021 | Mots clés : rapport

Selon un récent rapport, la décision des États-Unis d'attiser les soi-disant « problèmes de droits de l'homme » dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang (nord-ouest de la Chine) vise à créer une crise de légitimité de la gouvernance ainsi que des crises économiques et même de souveraineté avec la Chine.

 

Avec une forte position anti-chinoise à l'esprit, le gouvernement américain s'est ingéré ces dernières années dans les intérêts fondamentaux de la Chine, tels que la lutte contre les menaces séparatistes et la sauvegarde de la souveraineté nationale, a montré un rapport sur les complots et les approches de la stratégie américaine publié le 15 décembre. Tenter de contenir la Chine en perturbant le Xinjiang a été une stratégie clé, a souligné le rapport, qui a été publié par l'Institut d'études sur l'Asie centrale de l'Université de Lanzhou, capitale de la province du Gansu (nord-ouest de la Chine).

 

Selon le rapport, intitulé « Les complots et  approches de la politique de crise dans le cadre de la stratégie des États-Unis "Contenir la Chine en perturbant le Xinjiang" », le gouvernement américain a calomnié le Xinjiang sur de soi-disant problèmes de droits de l'homme en interprétant intentionnellement mal les mesures de lutte contre le terrorisme et de déradicalisation de la région et même en les liant à des groupes ethniques ou religieux spécifiques.

 

Li Jie, professeur à l'institut et rédacteur principal du rapport, a déclaré qu'il espère que davantage de personnes verront l'intention de cette stratégie et resteront claires et objectives sur les droits de l'homme au Xinjiang. « En diffusant des accusations sans fondement telles que le "travail forcé" et le "génocide", les États-Unis ont créé une base morale pour attaquer la Chine. Cette décision devrait également attiser les conflits ethniques et sociaux », a déclaré M. Li. « Après que le Xinjiang soit devenu la cible des États-Unis, la stabilité de la région et la paix à long terme sont plus importantes que jamais. Tant que le Xinjiang restera stable, l'objectif des États-Unis ne sera jamais atteint », a-t-il noté.

 

En outre, selon le rapport, les États-Unis tentent de créer une crise économique au Xinjiang en imposant des sanctions au nom du « travail forcé ». De plus, en accusant la Chine d'avoir commis un « génocide » contre les Ouïghours, les États-Unis visent même à remettre en cause la légitimité de la gouvernance du gouvernement central dans la région.

 

Le 8 décembre, la Chambre des représentants des États-Unis a adopté la soi-disant « Loi sur la prévention du travail forcé des Ouïghours », qui interdirait davantage les importations produites au Xinjiang et ciblerait les entreprises travaillant avec des partenaires du Xinjiang. Pour devenir loi, la législation doit également être adoptée au Sénat et signée par le président américain Joe Biden.

 

« Alors que l'imposition de sanctions sur les produits fabriqués au Xinjiang est devenue une stratégie politique pour les États-Unis, la Chine devrait également agir pour aider les fabricants du Xinjiang à explorer de nouveaux marchés internationaux et à élargir le marché intérieur », a déclaré M. Li, qui a ajouté que les pays qui peuvent être considérés par les États-Unis comme des menaces devraient également comprendre que les États-Unis peuvent également les attaquer au nom des droits de l'homme, ce qui, selon lui, est devenu une pratique courante et un outil efficace pour les politiciens américains.

http://french.china.org.cn/foreign/txt/2021-12/16/content_77934599.htm

 

(COVID-19) Le Portugal commence à vacciner les enfants alors que le variant Omicron se répand

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-12-19 à 10:36

LISBONNE, 18 décembre (Xinhua) -- Le Portugal a commencé samedi à vacciner les enfants âgés de 5 à 11 ans contre la COVID-19, a déclaré la Direction générale de la santé (DGS) du pays.

Environ 41.200 enfants ont été vaccinés samedi, la priorité étant donnée à ceux présentant des comorbidités, a-t-elle ajouté.

Selon les prévisions du gouvernement, un total de 77.000 enfants recevront des vaccins formulés en doses pédiatriques par le laboratoire Pfizer, la deuxième dose étant administrée entre le 5 février et le 13 mars de l'année prochaine.

Le secrétaire d'Etat adjoint à la Santé, Antonio Lacerda Sales, a affirmé que tous les enfants jusqu'à 11 ans "peuvent se rendre dans les centres de vaccination et recevoir le vaccin".

Le Portugal a dépassé la "ligne rouge" de l'urgence pandémique, l'incidence la plus élevée étant celle des enfants de plus de 10 ans.

La ministre portugaise de la Santé, Marta Temido, a révélé que le variant Omicron représente 20% des cas de COVID-19 dans le pays.

"Sur la base des estimations, nous savons que ce variant pourrait atteindre 50% d'ici Noël et 80% dans la semaine de la fin de l'année", a-t-elle indiqué lors d'une conférence de presse.

Le Portugal a signalé 5.062 autres cas et douze décès liés à la COVID-19 au cours des dernières 24 heures, selon la DGS. Fin

http://french.news.cn/2021-12/19/c_1310381842.htm

 

(Multimédia) Les Pays-Bas entrent en confinement jusqu'à la mi-janvier à cause d'une 5e vague avec Omicron

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-12-19 à 05:39

Photo prise le 1er novembre 2021 montrant une affiche demandant aux gens de garder une distance sociale de 1,5 mètre dans un magasin à Amsterdam, aux Pays-Bas. (Xinhua/Sylvia Lederer)

LA HAYE, 18 décembre (Xinhua) -- Le gouvernement néerlandais a annoncé samedi un confinement plus strict par crainte de la montée en puissance du variant Omicron de la COVID-19 dans le pays.

"Je suis ici avec un esprit sombre", a déclaré le Premier ministre Mark Rutte lors d'une conférence de presse à La Haye. "Les Pays-Bas entrent à nouveau en confinement. C'est inévitable. Omicron se propage encore plus vite que nous ne le craignions", a-t-il ajouté.

Le nouveau confinement prendra effet le 19 décembre à partir de 5 heures du matin, heure locale, et restera en vigueur jusqu'au 14 janvier 2022. Selon le chef du gouvernement, un confinement dur est inévitable "en raison de la cinquième vague qui s'approche de nous avec Omicron".

Un "corona pass" est scanné au départ d'une excursion en bateau sur les canaux à Amsterdam, aux Pays-Bas, le 1er novembre 2021. (Xinhua/Sylvia Lederer)

Seuls les magasins essentiels comme les supermarchés, les professions de contact médical et les garages automobiles resteront ouverts, mais tous les autres magasins et tous les établissements d'enseignement, les entreprises de restauration, les restaurants, les musées, les théâtres et les zoos devront fermer.

De son côté, Jaap van Dissel, directeur de l'Institut national de la santé publique et de l'environnement (RIVM) et membre de l'équipe de gestion des épidémies (OMT), qui conseille le gouvernement, a fait part de ses inquiétudes bien que le nombre d'infections soit en baisse avec 14.742 tests positifs de vendredi à samedi, disant aussi s'attendre à ce que le variant Omicron soit dominant aux Pays-Bas peu de temps après Noël.

Le 14 décembre, M. Rutte avait annoncé la prolongation des mesures actuelles, un confinement en soirée entre 17h et 5h heure locale pour les commerces non essentiels, tandis que les écoles primaires devaient fermer une semaine plus tôt avant les vacances de Noël. Fin

http://french.news.cn/2021-12/19/c_1310381201.htm

 

 

 

 

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire