CHINE : LE PREMIER MINISTRE MET L'ACCENT SUR LE DEVELOPPEMENT DES ENTITES DU MARCHE ET L'AMELIORATION DES CONDITIONS DE VIE DU PEUPLE

tourtaux-jacques Par Le 19/09/2021 0

Dans CHINE

 

Le PM chinois met l'accent sur le développement des entités du marché et l'amélioration des conditions de vie du peuple

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-09-18 à 19:05


(Xinhua/Ding Lin)

NANNING, 18 septembre (Xinhua) -- Le Premier ministre chinois Li Keqiang a appelé à des efforts pour faire avancer la réforme et l'ouverture, maintenir le fonctionnement de l'économie dans une fourchette correcte, développer les entités du marché, améliorer les conditions de vie du peuple et promouvoir un développement de haute qualité.

M. Li, également membre du Comité permanent du Bureau politique du Comité central du Parti communiste chinois, a fait ces remarques lors d'une tournée d'inspection dans la région autonome Zhuang du Guangxi, dans le sud de la Chine, de jeudi à samedi. Fin

   1 2   
 
http://french.news.cn/2021-09/18/c_1310196246.htm
 
 

 

L'administration Biden va expulser une masse de migrants d'une ville frontalière du Texas (NYT)

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-09-19 à 10:17

WASHINGTON/HOUSTON, 18 septembre (Xinhua) -- L'administration du président américain Joe Biden a annoncé samedi qu'elle commencerait à expulser rapidement des milliers de migrants haïtiens qui avaient traversé illégalement la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique et se sont rassemblés sous un pont à Del Rio, une ville frontalière du Texas, un Etat du sud des Etats-Unis.

L'administration a prévu trois vols pour dimanche, et d'autres pourraient être programmés dans les jours à venir, selon le quotidien The New York Times (NYT), citant un responsable qui s'est exprimé sous couvert d'anonymat.

Selon le plan du département de la Sécurité intérieure, l'administration Biden va "accélérer le rythme et augmenter la capacité" des vols d'expulsion vers Haïti et d'autres destinations dans les prochaines 72 heures, a indiqué le NYT.

La Maison Blanche a temporairement interrompu les vols d'expulsion vers Haïti après un tremblement de terre en août, qui avait été suivi d'une puissante tempête tropicale après des semaines de troubles, a-t-il poursuivi.

Plus de 14.000 Haïtiens campent sous le Pont international de Del Rio, alors qu'ils n'étaient que quelques centaines il y a une dizaine de jours. Ils attendent de se rendre à la police américaine des frontières pour demander l'asile.

Le gouverneur du Texas, Greg Abbott, a ordonné jeudi au département de la Sécurité publique et à la garde nationale du Texas de fermer six points d'entrée le long de la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique en raison de l'afflux massif de migrants. Il a déclaré que la crise frontalière était "si grave" que les agents des douanes et de la protection des frontières des Etats-Unis "sont dépassés par le chaos".

Les arrestations à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique seraient restées à leur niveau le plus élevé depuis plus de vingt ans, avec plus de 208.000 arrestations enregistrées pour le seul mois d'août. Fin

http://french.news.cn/2021-09/19/c_1310197139.htm

 

 

(COVID-19) Un don chinois de vaccins arrive au Kenya dans un contexte d'intensification de la lutte contre la pandémie en Afrique

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-09-19 à 14:57


(Xinhua/Li Yan)

NAIROBI, 18 septembre (Xinhua) -- De hauts responsables du gouvernement kenyan ont réceptionné samedi un lot de doses du vaccin du laboratoire chinois Sinopharm contre le nouveau coronavirus donné par la Chine, alors que ce pays d'Afrique de l'Est intensifie sa campagne de vaccination auprès des populations à haut risque, affirmant à cette occasion que ce don permettrait de revigorer la lutte nationale contre la pandémie.

"Les vaccins que nous recevons aujourd'hui témoignent des relations cordiales qui existent entre nos deux pays et qui s'étendent au-delà des soins de santé pour inclure le commerce et d'autres secteurs du développement", a déclaré Susan Mochache, secrétaire principale du ministère de la Santé, qui faisait partie des responsables ayant accueilli ce lot de vaccins chinois à l'aéroport principal de Nairobi.

L'agence kényane de réglementation des médicaments a déjà approuvé le vaccin de Sinopharm aux côtés de ceux développés par les laboratoires Moderna, Johnson&Johnson, Pfizer et AstraZeneca, alors que le pays accélère sa campagne de vaccination.

Selon Mme Mochache, l'arrivée de ces doses marquent une étape importante dans les efforts déployés par le Kenya pour contenir la pandémie et précipiter un retour à la normale.

Le vaccin de Sinopharm, qui nécessite deux injections pouvant être administrées dans un intervalle de 28 jours et doit être conservé à des températures allant de 2 à 8 degrés Celsius, est idéal pour la capacité de la chaîne du froid du Kenya, a salué la responsable kényane.

Zhang Yijun, ministre conseiller à l'ambassade de Chine au Kenya, a indiqué que ce don de vaccins chinois réaffirmait la vitalité de la coopération bilatérale entre Nairobi et Beijing.

Les vaccins qui sont arrivés et qui arrivent encore "témoignent du partenariat stratégique global de coopération entre nos deux pays et de la profonde amitié traditionnelle entre nos deux peuples", selon M. Zhang.

La Chine a fait don au Kenya de respirateurs, de masques et d'équipements de protection individuelle, et a partagé avec lui ses connaissances en matière de contrôle et de prévention des pandémies.

Les experts kényans de la santé avaient auparavant exprimé leur confiance dans le vaccin de Sinopharm, affirmant que son accès généralisé contribuerait à supprimer le nouveau coronavirus, à soulager la pression sur le système de santé publique et à stimuler la reprise économique.

Willis Akhwale, président du groupe de travail sur le vaccin contre la COVID-19 au ministère de la Santé, a estimé que l'approbation du vaccin de Sinopharm par l'agence de réglementation des médicaments de son pays était un vote de confiance dans son efficacité.

Les vaccins chinois ont également été déployés au Rwanda, qui a reçu le 19 août 200.000 doses de celui de Sinopharm, et au Zimbabwe, qui a réceptionné un lot de doses du vaccin du laboratoire chinois Sinovac acheté à la Chine le 8 juillet.

L'Autorité de réglementation des produits de santé de l'Afrique du Sud a approuvé le 3 juillet l'utilisation du vaccin de Sinovac. Les fonctionnaires, les syndicats, ainsi que les dirigeants politiques et de la société civile ont exprimé leur confiance dans son efficacité. Fin

   1 2 3 4 5   
 
http://french.news.cn/2021-09/19/c_1310197460.htm
 
 

 

Historien américain : des dossiers confidentiels de la CIA révèlent des attaques bactériologiques américaines pendant la guerre de Corée (INTERVIEW)

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-09-19 à 01:55

par Xu Chi

GENEVE, 18 septembre (Xinhua) -- Des dossiers déclassifiés par la Central Intelligence Agency (CIA) relèvent que les Etats-Unis ont fait usage d'armes biologiques pendant la guerre de Corée, et l'empreinte de l'Unité 731 y est "partout", a déclaré, lors d'une interview récemment accordée à Xinhua, l'historien américain Jeffrey Kaye, qui appelle à une enquête internationale.

M. Kaye, ancien psychologue clinicien à San Francisco, a exposé l'usage de la torture à Guantanamo dans un livre sorti en 2017. Il s'est intéressé par la suite à la guerre biologique américaine pendant la guerre de Corée, dont les documents étaient systématiquement censurés et détruits pendant la période du maccarthysme.

M. Kaye s'est néanmoins procuré des preuves abondantes, y compris le Rapport de la Commission scientifique internationale (ISC, acronyme anglais) pour l'enquête sur les faits concernant la guerre bactérienne en Corée et en Chine, ainsi que les aveux de 25 pilotes américains.

L'année dernière, à sa grande joie, M. Kaye a obtenu "la dernière pièce du puzzle".

"La CIA a rendu publics des centaines de documents précédemment classifiés", a dit M. Kaye, "J'en ai trouvé environ une vingtaine (qui se réfèrent à la guerre biologique)."

Les documents, basés sur le travail effectué par l'Armed Forces Security Agency des Etats-Unis qui a déchiffré, traduit et analysé la communication interne de la Chine et de la République populaire démocratique de Corée (RPDC), ont montré que des militaires des deux pays, dans l'ignorance de l'espionnage, ont signalé des attaques bactériologique, ainsi que des maladies et des morts en la matière.

"L'empreinte de l'Unité 731, que les Etats-Unis et le Japon ont tous deux dissimulée, y était partout", a affirmé M. Kaye, ajoutant : "Les mêmes personnes (au sein du US Chemical Warfare Service) qui avaient plaidé et fait pression pour l'amnistie et la collaboration avec (chef de l'unité 731) Shiro Ishii et ses troupes, ont fini par préconiser plus tard la guerre biologique et ont été placés à des postes de responsabilité en 1950-1951".

Notant que sa conclusion est basée sur les documents rendus publics, y compris ceux déclassifiés par le département américain de la Défense au cours des dernières décennies, M. Kaye s'est déclaré surpris de constater que ces documents ont demeurés inaperçus au fil des ans.

Il a également souligné que des membres de l'unité 731 ont été amnistiés après la deuxième Guerre mondiale par Douglas MacArthur, alors commandant suprême des forces alliées, et que MacArthur a noté avec intérêt le potentiel de la guerre biologique d'Ishii "dans les climats froids", telles que le nord-est de la Chine, la RPDC et l'Union soviétique.

"Bien entendu, Fort Detrick était et reste toujours le centre de la recherche américaine sur la guerre biologique. Dans les années 1950, Fort Detrick a également travaillé en étroite coopération avec la CIA, et a mis en place une division nommée Special Operations Division qui produisait les armes biologique", a indiqué M. Kaye.

Plusieurs membres du personnel de Fort Detrick qui travaillaient sur les armes biologiques ont successivement connu la mort, peu de temps après les attaques biologiques américaines pendant la guerre de Corée, sans que les enquêtes militaires ne soient rendues publiques, a ajouté M. Kaye.

La guerre biologique américaine était hautement confidentielle, a-t-il expliqué. "En fait, dans leurs aveux, des pilotes de haut rang (...) ont mentionné l'importance extrême de la confidentialité (de la guerre biologique) au risque d'un procès en cour martiale, et que même certains des pilotes ne savaient pas ce qu'ils transportaient", a-t-il précisé.

Pour dissimuler la guerre biologique, les Etats-Unis ont systématiquement censurée les informations, mené des persécutions et détruit des preuves, a énoncé M. Kaye, ajoutant : "Tous ceux qui ont réussi à obtenir ces informations ont été persécuté pendant la période du maccarthysme, et de même pour les journalistes."

Pour M. Kaye, les dossiers déclassifiés de la CIA sont conformes aux preuves avancées par le rapport de l'ISC et par les aveux des pilotes. "Je dis que nous avons maintenant une prépondérance de preuves montrant que les Etats-Unis sont engagés dans une campagne de guerre biologique."

M. Kaye appelle à la création d'une commission internationale d'enquête.

"La seule façon d'établir la confiance et de restaurer la diplomatie, et d'éviter la tension agressive, serait de rendre la justice aux crimes passés", a-t-il conclu. Fin

http://french.news.cn/2021-09/19/c_1310196597.htm

 

L'accord entre l'Australie, les Etats-Unis et le Royaume-Uni suscite des réactions négatives de la part de l'Europe, qui s'inquiète de la prolifération nucléaire

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-09-19 à 11:17

PARIS, 18 septembre (Xinhua) -- La décision de l'Australie de rompre un contrat de sous-marins de dizaines de milliards de dollars américains avec la France signé en 2016 et de se tourner vers les Etats-Unis et le Royaume-Uni pour d'autres alternatives à propulsion nucléaire a suscité un tollé sur le continent européen.

Les Etats-Unis, le Royaume-Uni et l'Australie ont annoncé mercredi un nouveau partenariat de sécurité, baptisé "AUKUS" (Australia-UK-U.S.), dont la première initiative est la livraison d'une flotte de sous-marins à propulsion nucléaire à l'Australie par les deux autres.

La France a décidé vendredi de rappeler ses ambassadeurs aux Etats-Unis et en Australie pour des consultations.

"Nous avions établi une relation de confiance avec l'Australie. Cette confiance a été trahie", a déploré jeudi le ministre français de l'Europe et des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, qualifiant l'accord trilatéral de "coup de poignard dans le dos".

L'accord trilatéral pourrait entraîner de nouvelles dissensions entre les alliés transatlantiques, alors que la communauté internationale s'inquiète de la prolifération nucléaire.

ALLIE TRAHI

"A la demande du président de la République, j'ai décidé de rappeler immédiatement à Paris pour consultations nos deux ambassadeurs aux Etats-Unis et en Australie. Cette décision exceptionnelle est justifiée par la gravité exceptionnelle des annonces effectuées le 15 septembre par l'Australie et les Etats-Unis", a déclaré M. Le Drian dans un communiqué vendredi.

Selon les médias français, c'est la première fois dans l'histoire de la France qu'une telle décision est prise à l'égard des deux pays.

La fin soudaine du contrat de défense, autrefois le plus important de l'histoire de l'Australie, a rappelé aux Français les caprices de la dernière administration américaine. "Le comportement américain m'inquiète ; cette décision unilatérale et brutale ressemble beaucoup à ce que faisait (l'ancien président américain) M. (Donald) Trump", a commenté M. Le Drian.

Les disputes publiques entre M. Trump et son homologue français, Emmanuel Macron, n'étaient pas inhabituelles sur des sujets allant des dépenses militaires au commerce en passant par le changement climatique et les questions régionales.

"Le choix américain qui conduit à écarter un allié et un partenaire européen comme la France d'un partenariat structurant avec l'Australie (...) marque une absence de cohérence que la France ne peut que constater et regretter", ont affirmé M. Le Drian et la ministre française des Armées Florence Parly dans un communiqué conjoint publié mercredi.

"L'Amérique est de retour !" Le président américain Joe Biden avait répété ce slogan à plusieurs reprises pour combler les fossés existant outre-Atlantique, depuis sa première étape au Royaume-Uni pour le sommet du Groupe des Sept jusqu'à ceux de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord et de l'Union européenne à Bruxelles en juin.

DES DISCUSSIONS COMMERCIALES EN SUSPENS

Plus tôt dans la journée de vendredi, le secrétaire d'Etat français aux affaires européennes, Clément Beaune, a dit que la France ne pouvait pas faire confiance à l'Australie dans ses négociations commerciales en cours avec l'Union européenne (UE) après le dévoilement du partenariat AUKUS.

"Nous avons des négociations commerciales avec l'Australie", a-t-il confié à la chaîne d'information France 24. "Je ne vois pas comment nous pouvons faire confiance à nos partenaires australiens".

L'UE et l'Australie avaient entamé en 2018 des négociations en vue d'un accord de libre-échange et mené leurs relations commerciales et économiques en vertu du cadre de partenariat UE-Australie de 2008.

Les deux parties ont achevé 11 cycles de discussions, et le prochain est prévu pour l'automne de cette année.

L'Australie était le 19e partenaire commercial de l'UE en 2020, et l'UE était le troisième partenaire commercial de l'Australie après la Chine et le Japon, suivi des Etats-Unis, selon les données de l'UE.

PROLIFÉRATION NUCLÉAIRE PRÉOCCUPANTE

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), un organisme mondial de surveillance nucléaire, a exprimé son inquiétude au milieu des préoccupations internationales concernant la prolifération des matières et des technologies nucléaires en réponse à l'accord trilatéral.

"L'AIEA s'engagera avec eux (l'Australie, les États-Unis et le Royaume-Uni) sur cette question, conformément à son mandat statutaire et à leurs accords de garanties respectifs avec l'Agence", a-t-elle indiqué dans un communiqué jeudi.

Les Etats-Unis et le Royaume-Uni, tous deux des puissances nucléaires, sont des Etats parties au Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires, qui empêche la prolifération d'armes et technologies nucléaires.

La Chine a exprimé jeudi son opposition à cette initiative trilatérale, la décrivant comme un "acte pur de prolifération nucléaire".

Les Etats-Unis et le Royaume-Uni "donneront clairement lieu à la prolifération des matériaux et des technologies nucléaires, en fournissant ouvertement une assistance à l'Australie - un Etat non doté d'armes nucléaires - dans ses efforts d'acquisition et de construction de sous-marins à propulsion nucléaire", a constaté Wang Qun, représentant permanent de la Chine auprès des Nations Unies et d'autres organisations internationales à Vienne.

"Un tel acte de prolifération nucléaire aura de graves répercussions négatives sur les efforts internationaux en cours pour résoudre la question nucléaire dans la péninsule coréenne ainsi que la question nucléaire iranienne", a-t-il ajouté.

La Nouvelle-Zélande a confirmé que les sous-marins nucléaires australiens seront interdits dans ses eaux et qu'elle maintiendra sa position de dénucléarisation.

"La position de la Nouvelle-Zélande concernant l'interdiction des navires à propulsion nucléaire dans nos eaux reste inchangée", a signalé jeudi la Première ministre du pays, Jacinda Ardern, au média local NewsHub.

"Alors que le monde s'efforce de rendre ces armes illégales, c'est la mauvaise direction à prendre au mauvais moment", a estimé le quotidien britannique The Guardian, citant Gem Romuld, directeur pour l'Australie de la Campagne internationale pour l'abolition des armes nucléaires, un groupe lauréat du prix Nobel de la paix. Fin

http://french.news.cn/2021-09/19/c_1310197246.htm

 

La Chine, la Russie, le Pakistan et l'Iran doivent exercer une influence positive pour stabiliser la situation en Afghanistan

French.china.org.cn | Mis à jour le 19. 09. 2021 | Mots clés : Chine,Afghanistan

En tant que voisins importants de l'Afghanistan et pays influents de la région, la Chine, la Russie, le Pakistan et l'Iran doivent renforcer la communication et la coordination, faire l'unanimité, exercer une influence positive et jouer un rôle constructif dans la promotion d'une transition en douceur de la situation en Afghanistan, a déclaré le 16 septembre Wang Yi, conseiller d'État et ministre des Affaires étrangères chinois, avec de hauts responsables russes, pakistanais et iraniens lors d'une réunion informelle sur l'Afghanistan dans la capitale tadjike Douchanbé.

 

Les pays de la région, a-t-il noté, espèrent que le nouveau gouvernement afghan sera inclusif, antiterroriste et amical avec ses voisins.

 

Le chef de la diplomatie chinoise a fait cinq propositions sur la prochaine étape de la coordination sur la question afghane, à savoir exhorter les États-Unis à s'acquitter de leurs obligations de fournir une assistance économique et humanitaire à l'Afghanistan, contacter et guider l'Afghanistan pour former une structure politique inclusive et mettre en œuvre des politiques intérieures et étrangères modérées et respecter les droits fondamentaux des minorités ethniques, des femmes et des enfants, aider le pays à s'intégrer dans les réseaux régionaux de coopération économique et de connectivité, et réaliser le développement économique et prévenir le débordement des risques pour la sécurité.

 

La réunion informelle s'est également déroulée en présence du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, du ministre pakistanais des Affaires étrangères Shah Mahmood Qureshi et de l'assistant du ministre iranien des Affaires étrangères Seyed Rasoul Mousavi.

 

Lors d'un entretien avec son homologue russe Sergueï Lavrov à Douchanbé, M. Wang a déclaré que la Chine était prête à renforcer la coordination avec la Russie pour traiter conjointement la question de l'Afghanistan, inciter les pays occidentaux dirigés par les États-Unis à assumer leur responsabilité et à sauvegarder conjointement la paix et la stabilité régionales.

 

Il a également appelé la Russie à communiquer et à se coordonner avec la Chine dans le cadre de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS) pour maintenir conjointement la paix et la prospérité dans la région Asie-Pacifique, et à travailler ensemble pour répondre aux divers défis mondiaux.

 

Il n'y a pas si longtemps, les ministres des Affaires étrangères des deux pays ont assisté conjointement au 76e anniversaire de la victoire de la Seconde Guerre mondiale et ont dit haut et fort que l'histoire ne peut pas être altérée et que la vérité ne peut être effacée, a encore rappelé M. Wang.

 

De son côté, M. Lavrov a déclaré que la commémoration organisée par la Russie et la Chine pour la victoire de la Seconde Guerre mondiale avait une fois de plus prouvé l'amitié inébranlable et le partenariat indestructible entre les deux pays. Il a ajouté que son pays soutenait fermement la position de la Chine sur les questions du Xinjiang, de Hong Kong, du Tibet et des droits de l'homme.

 

La Russie soutient aussi la Chine dans l'organisation des prochains Jeux Olympiques d'hiver de Beijing 2022 et souhaite que les athlètes chinois puissent obtenir de bons résultats, et elle est prête à travailler avec la Chine pour aider l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS) à exercer une plus grande influence, renforcer la coordination sur la question afghane et sauvegarder conjointement la paix et la stabilité dans le centre Asie, a poursuivi le chef de la diplomatie russe.

 

Lors d'une réunion avec son homologue iranien Hossein Amir-Abdollahian, M. Wang a déclaré que la Chine soutenait l’adhésion de l'Iran à l'OCS, qu’elle est disposée à travailler avec Téhéran pour renforcer la coordination et la coopération dans les affaires régionales et internationales et promouvoir conjointement l’adhésion des négociations de l'accord sur le nucléaire iranien à la bonne direction et de parvenir à un consensus dès que possible. La Chine est également prête à travailler avec l'Iran pour aider l'Afghanistan à former un cadre politique inclusif, maintenir des relations amicales avec ses voisins et prendre des mesures pratiques pour réprimer toutes les formes de terrorisme, a conclu le ministre chinois.

http://french.china.org.cn/foreign/txt/2021-09/19/content_77763348.htm

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire