CHINE : LES VACCINS DE SINOPHARM CONTRE LA COVID-19 OFFERTS AU COVAX EN PRODUCTION

Chine : les vaccins de Sinopharm contre la COVID-19 offert au COVAX en production

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-06-01 à 19:26

(Xinhua)

BEIJING, 1er juin (Xinhua) -- La Chine a déclaré mardi que le premier lot de vaccins chinois offert au COVAX était sorti de la chaîne de production, ce qui est une autre preuve importante de l'engagement de la Chine de faire de ses vaccins contre la COVID-19 un bien public mondial avec des actes concrets.

Wang Wenbin, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, a fait cette remarque lors d'un point de presse quotidien après que le premier lot de vaccins de Sinopharm offert au COVAX soit sorti de la chaîne de production le 31 mai.

La Chine a toujours soutenu le COVAX et a décidé d'offrir dix millions de doses de vaccins contre la COVID-19 à la cause du COVAX. Les sociétés concernées font de leur mieux pour assurer l'approvisionnement en vaccins, a noté M. Wang.

La Chine continuera à soutenir les entreprises pour renforcer la communication et la coordination avec les promoteurs de COVAX et continuera à apporter sa contribution à la lutte mondiale contre la pandémie, selon le porte-parole. Fin

   1 2 3 4   
 
http://french.xinhuanet.com/2021-06/01/c_139983130.htm
 

 

Xi Jinping félicite Bachar el-Assad pour sa réélection à la présidence de la Syrie

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-06-01 à 12:12

BEIJING, 1er juin (Xinhua) -- Le président chinois Xi Jinping a adressé lundi un message de félicitations à Bachar el-Assad pour sa réélection à la présidence de la Syrie.

Dans ce message, il rappelle que les deux pays entretiennent une amitié traditionnelle et que la Syrie a été l'un des premiers pays arabes à avoir noué des relations diplomatiques avec la République populaire de Chine.

M. Xi dit attacher une grande importance au développement de ces relations et être disposé à travailler avec M. Assad pour profiter de l'occasion offerte par le 65e anniversaire cette année des relations diplomatiques pour que ces liens produisent de plus grands résultats encore.

La Chine, ajoute-t-il, soutient fermement la Syrie dans la défense de sa souveraineté nationale, de son indépendance et de son intégrité territoriale, et lui fournira une aide dans la mesure de ses moyens dans la lutte contre la pandémie de COVID-19, la relance de son économie et l'amélioration du bien-être de la population, afin d'approfondir continuellement la coopération sino-syrienne. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-06/01/c_139982486.htm

 

Politiser l'étude des origines de la COVID-19 crée des obstacles à la lutte contre le virus (porte-parole)

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-06-01 à 10:10

BEIJING, 1er mai (Xinhua) -- Les tentatives des Etats-Unis de politiser l'étude sur les origines de la COVID-19 ont sérieusement compromis la coopération internationale et créé des difficultés et des obstacles pour les efforts visant à lutter contre le virus et à sauver des vies à l'échelle mondiale, a déclaré lundi le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Wang Wenbin.

Le porte-parole s'est ainsi exprimé en réponse aux récents propos de Michael Ryan, directeur exécutif chargé du Programme OMS de gestion des situations d'urgence sanitaire, selon lequel le processus du traçage des origines dans son ensemble était empoisonné par la politique.

La Chine pense depuis toujours que l'étude des origines de la COVID-19 est une question scientifique qui ne doit pas être politisée, a affirmé M. Wang.

"Malheureusement, depuis un certain temps, nous voyons des paroles et des actes qui stigmatisent et labellisent le virus, utilisent l'étude sur les origines pour faire porter le blâme à des pays spécifiques, critiquent sans raison les experts de l'OMS sur l'étude et utilisent même le dispositif du renseignement au lieu de compter sur les scientifiques pour mener les enquêtes", a-t-il souligné.

"Nous soutenons une étude menée par des scientifiques sur les origines, caractérisée par la solidarité et la coopération, et non une enquête menée par des agents du renseignement incitant à la confrontation et semant la division. Le processus ne doit être dicté par la volonté d'aucun pays", a-t-il noté.

En respectant le principe d'ouverture, de transparence et de coopération, la Chine a invité à deux reprises des experts de l'OMS pour mener des études conjointes dans le pays.

"Comme l'étude sur les origines concerne de nombreux pays et régions à travers le monde, nous appelons les autres pays à suivre notre exemple et à inviter des experts de l'OMS pour mener des études similaires afin de répondre aux préoccupations internationales", a indiqué M. Wang.

"Nous exhortons un petit nombre de pays, dont les Etats-Unis, à immédiatement cesser leur politisation et à mettre fin à leur sabotage de la coopération internationale concernant l'étude sur les origines pour des objectifs politiques cachés", a-t-il ajouté. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-06/01/c_139982281.htm

 

(Multimédia) Etre toujours au côté du peuple est le secret des grandes réussites du PCC, selon un ex-PM japonais (ENTRETIEN)

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-06-01 à 14:54

Photo prise le 4 mars 2019 montrant l'ancien Premier ministre japonais Yukio Hatoyama. (Xinhua/Du Xiaoyi)

Le secret des grandes réussites du Parti communiste chinois (PCC) ces dernières décennies est qu'il est toujours resté au côté du peuple, estime l'ancien Premier ministre japonais Yukio Hatoyama.

TOKYO, 1er juin (Xinhua) -- Le secret des grandes réussites du Parti communiste chinois (PCC) ces dernières décennies est qu'il est toujours resté au côté du peuple, estime l'ancien Premier ministre japonais Yukio Hatoyama.

"Si l'on jette un regard sur cent ans d'histoire, toujours être au côté du peuple constituera le secret des grandes réussites du Parti communiste chinois dans les annales de l'histoire", confie-t-il récemment à Xinhua dans un entretien par écrit.

"Au cours du dernier siècle, la Chine a souffert de nombreux malheurs et difficultés, dont l'agression commise par le Japon, mais le PCC a toujours travaillé avec le peuple pour surmonter ces nombreuses difficultés. En particulier, la politique de réforme et d'ouverture est devenue un moteur fort pour le développement économique chinois. Ces grandes réussites resteront dans les annales de l'histoire. C'est pour ça que j'ai un énorme respect", dit M. Hatoyama.

Evoquant son entretien avec le président chinois Xi Jinping lors de l'édition 2019 du Forum international Imperial Springs à Guangzhou, dans le sud de la Chine, il rappelle qu'après avoir lui-même promu des années un esprit de "fraternité", il a été "profondément touché" d'apprendre que M. Xi appréciait également cet esprit, lui promettant de "travailler dur au renforcement des échanges avec le Japon et le reste du monde".

M. Hatoyama se souvient aussi que le dirigeant chinois a dit à maintes reprises qu'il attachait une grande importance à la coopération multilatérale et qu'il espérait en particulier établir de bonnes relations avec les pays voisins.

Parallèlement, "la vision d'une communauté de destin pour l'humanité préconisée par M. Xi a des points communs avec la vision d'une 'communauté d'Asie de l'Est' que je préconise. Donc je vais tout faire pour la soutenir", assure l'ancien chef du gouvernement japonais (2009-2010).

Yukio Hatoyama note aussi que la Chine a réussi à contrôler la pandémie de nouveau coronavirus l'an dernier et connu une croissance de 2,3% de son PIB, apportant d'importantes contributions à l'économie mondiale.

La Chine a également réussi très tôt à développer des vaccins contre le nouveau coronavirus et à les fournir à d'autres pays, ce qui a sauvé non seulement des vies en Chine, mais aussi dans le reste du monde, relève-t-il.

Par ailleurs, le fait que la Chine ait réussi à sortir près de 100 millions de personnes de la pauvreté ces huit dernières années est sans équivalent dans le monde, salue M. Hatoyama.

L'ex-Premier ministre note que la Chine vise une croissance du PIB de plus de 6% cette année et que des institutions telles que la Banque mondiale pensent également que les perspectives économiques de la Chine sont prometteuses.

Il ne fait aucun doute que la Chine guidera le développement de l'économie mondiale cette année, alors que la pandémie n'a pas encore reflué, ainsi que dans l'ère post-épidémique, estime Yukio Hatoyama.

http://french.xinhuanet.com/2021-06/01/c_139982715.htm

 

 

(COVID-19) La Chine accepte l'étude scientifique sur les origines et rejette les intérêts particuliers (chef d'un groupe de réflexion)

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-06-01 à 20:37

BEIJING, 1er juin (Xinhua) -- La Chine n'a pas fait obstruction à l'étude portant sur les origines de la COVID-19, mais elle s'opposera fermement à ceux qui ont tout intérêt à accuser la Chine d'être responsable de la pandémie, a indiqué à la chaîne qatarie Al-Jazeera Victor Zhikai Gao, vice-président du Centre pour la Chine et la mondialisation, un groupe de réflexion non gouvernemental basé à Beijing.

"Je ne pense pas que la Chine fasse obstruction. La Chine n'accueille simplement pas les personnes qui ont tout intérêt à l'accuser ou à essayer de la tenir pour responsable de cette pandémie. C'est à ces manœuvres que la Chine est fermement opposée", a-t-il déclaré lors d'un entretien vidéo accordé vendredi à l'émission "Inside Story" d'Al-Jazeera, qui portait sur l'étude des origines du SRAS-CoV-2.

"La Chine entend s'opposer à ceux qui refusent de mettre la science au-dessus de tout et veulent véritablement se soustraire à leur propre responsabilité relative à l'échec de la maîtrise du virus dans leur propre pays. Leur échec qui a aussi provoqué tant de morts au sein du peuple américain au grand cœur, près de 600.000. C'est, je pense, la honte dont nous sommes témoins dans le monde", a noté M. Gao.

Au cours de l'entretien, il a exhorté les Etats-Unis à "coopérer avec l'OMS (Organisation mondiale de la santé) autant que la Chine l'a déjà fait" dans la recherche des origines du nouveau coronavirus.

Vendredi, l'OMS a réitéré son appel en faveur d'un "environnement dépolitisé" pour l'étude sur les origines du virus responsable de la COVID-19 car l'ensemble de ce processus est "empoisonné par la politique".

S'exprimant lors d'un point de presse de l'OMS, Mike Ryan, directeur exécutif du programme de l'OMS pour la gestion des urgences sanitaires, a appelé "tout le monde à séparer, autant que possible, la politique de cette question de nature scientifique". Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-06/01/c_139983201.htm

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire