CHINE : RETOUR SUR LES TRACES DE PREMIERS DIRIGEANTS DU PCC A L’ETRANGER PENDANT LEUR JEUNESSE

tourtaux-jacques Par Le 05/05/2021 0

Dans CHINE

(Multimédia) Sauver la nation - Retour sur les traces de premiers dirigeants du PCC à l'étranger pendant leur jeunesse (SYNTHESE)

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-05-05 à 04:39

Une sculpture d'un groupe de révolutionnaires chinois est dévoilée dans le centre culturel de Chine à Paris, en France, le 23 mars 2019. (Xinhua/Shan Yuqi)

BEIJING, 4 mai (Xinhua) -- Alors que le Parti communiste chinois (PCC) célèbre cette année son centenaire, les traces laissées par des fondateurs et des premiers dirigeants du PCC à travers le monde dans leur quête d'une nouvelle Chine ont attiré l'attention des historiens et des universitaires.

A partir de l'année 1919, des milliers de jeunes Chinois sont arrivés en Europe occidentale et dans d'autres régions d'Asie pour étudier tout en travaillant. Certains, inspirés par le marxisme, y créèrent les premiers groupes du PCC dans les pays où ils se trouvaient et devinrent des pionniers de la renaissance de la Chine dans les décennies qui suivirent.

MONTARGIS, FRANCE : UN DEBUT D'EMBRYON POUR LE PCC

Dans le centre-ville de Montargis, une petite ville située à environ 100 km au sud de Paris, une plaque posée dans le jardin Durzy affiche une photo de groupe en noir et blanc d'une douzaine d'étudiants chinois. Ils font partie de ceux qui participèrent au "mouvement Travail-Etudes", dans le cadre duquel des milliers de jeunes chinois progressistes furent envoyés en France, où ils travaillèrent dans des usines de Paris, Lyon et Montargis pour payer leurs études.

Parmi ces jeunes envoyés à Montargis se trouvait un jeune homme du nom de Deng Xiaoping, qui devint plus tard le dirigeant de la Chine et l'architecte en chef de la réforme et de l'ouverture du pays.

Des visiteurs regardent des photos présentées dans une exposition marquant le centenaire du mouvement Travail-Etudes dans le Centre culturel de Chine à Paris, en France, le 23 mars 2019. (Xinhua/Shan Yuqi)

Du 6 au 10 juillet 1920, ces jeunes Chinois se réunirent dans le jardin pour discuter des moyens de "transformer la Chine et le monde", et l'idée de fonder un parti communiste en Chine surgit.

Selon Jean-Louis Rizzo, professeur d'histoire à la retraite de Sciences Po, une université de recherche basée à Paris, Cai Hesen, l'un des membres fondateurs du PCC et un ami de Mao Zedong, était d'une importance particulière parmi ces étudiants.

"Les idées tirées de ces discussions furent envoyées à un ami de Cai, qui était resté en Chine. Et cet ami, c'était Mao", a confié M. Rizzo à Xinhua.

"Ils ont échangé des lettres entre eux, se disant qu'ils étaient d'accord avec cette théorie ... Les idées de Montargis ont alors constitué un peu le ferment, l'embryon du PCC", a-t-il noté.

A des centaines de mètres du jardin Durzy se trouve une maison vieille d'environ 300 ans. Dans les années 1920, certaines pièces de la maison furent louées aux jeunes Chinois. Le bâtiment a depuis été transformé en musée.

Au premier étage du musée, une présentation sur Deng Xiaoping raconte aux visiteurs comment il arriva en France en octobre 1920, alors qu'il venait d'avoir 16 ans. Le futur dirigeant chinois s'installa à Montargis et y travailla comme ouvrier dans l'usine de caoutchouc Hutchinson en février 1922, lorsqu'il connut un tournant majeur de sa vie.

À la suite de rencontres et de discussions avec ses pairs, Deng Xiaoping fut attiré par le marxisme et développa une meilleure compréhension du monde et de la Chine. Dès lors, il devint un fervent partisan du communisme.

GÖTTINGEN, ALLEMAGNE : UNE PATRIE TEMPORAIRE POUR L'UN DES FUTURS MARECHAUX DE L'ARMÉE CHINOISE

La bibliothèque de Göttingen, une ville historique du centre de l'Allemagne, abrite une série de documents qui retracent la vie des étudiants chinois il y a une centaine d'années.

Parmi ces étudiants se trouvait Zhu De, l'un des principaux fondateurs de la République populaire de Chine et le premier des dix maréchaux de l'Armée populaire de libération (APL).

Une femme passe devant l'ancienne résidence de Zhu De, l'un des principaux fondateurs de la République populaire de Chine et le premier des dix principaux maréchaux de l'Armée populaire de libération (APL), à Goettingen, en Allemagne, le 26 juin 2015. (Xinhua/Zhang Fan)

Parmi ces documents, une carte d'enregistrement jaunie par le temps porte l'écriture de Zhu De, montrant qu'il se déclarait "Chinois", "de la province du Sichuan," étudiant "la sociologie, au département de philosophie" et résidant "Planckstrasse 3".

Zhu De est né en 1886 et fut diplômé de l'Académie militaire du Yunnan, dans le sud-ouest de la Chine. Il rejoint la Révolution de 1911 qui renversa la dynastie Qing et participa aux guerres suivantes contre les seigneurs de guerre qui se multipliaient alors en Chine, avant de venir en Europe.

"Il n'était déjà plus jeune et avait passé de nombreuses années dans l'armée. Il voulait élargir sa vision ici, dans un pays occidental industrialisé", a expliqué Rolf Kohlstedt, historien aux Archives de la ville de Göttingen.

Sur une autre carte, le rapport d'enregistrement du ménage de Zhu De à la police locale. Sur une photo de portrait portant un cachet, on voit le futur maréchal, alors un homme de 36 ans en costume et aux yeux brillants. Sur la carte, il avait déclaré qu'avant d'emménager à Göttingen, il était à "Wilmersdorf, Berlin".

Selon des documents historiques, Zhu De a rencontré Zhou Enlai, un autre futur grand dirigeant du PCC, qui résidait à Wilmersdorf en 1922 et avait rejoint le PCC avec la conviction que le Parti était pour la Chine, un pays alors déchiré par la guerre et la pauvreté et sous la coupe des impérialistes, le seul remède.

Dans la rue Planckstrasse, située dans la partie est de Göttingen, se trouve une maison de deux étages en briques rouges où Zhu De aurait vécu pendant son séjour en Allemagne, et qui est toujours une attraction majeure pour les touristes chinois.

Pendant cette période, a déclaré Dagmar Yu-Dembski, ancienne directrice exécutive de l'Institut Confucius de l'Université libre de Berlin, citant les mémoires des amis et camarades de Zhu De et des documents historiques, le futur maréchal obtint des informations importantes sur la pensée stratégique militaire et les techniques de communication.

"Zhu De a participé au groupe de langue chinoise du Parti communiste allemand et était un apprenant assidu, qui était régulièrement présent aux débats hebdomadaires sur la théorie marxiste et les problèmes des luttes politiques internationales en quête d'indépendance", a ajouté Mme Yu-Dembski, notant que "Zhu De a joué un rôle actif dans les manifestations et les réunions anti-impérialistes de l'époque".

Pour Mei Duanmu, historienne à l'Académie chinoise des sciences sociales, "ces représentants éminents du mouvement travail-études ont joué un rôle historique dans la future révolution, le développement et la réforme de la Chine".

"Leur expérience de travail-études en Europe leur permit d'acquérir un regard lointain, une vision large et un cœur ouvert. Ce sont précisément ces trois qualités extraordinaires qui les rendirent exceptionnels et firent d'eux les leaders de la révolution, du Parti et du pays", a-t-elle souligné.

TOKYO, JAPON : UNE VILLE TEMOIN DE LA LUTTE D'UN PIONNIER DU PCC POUR SAUVER LA CHINE

A l'hiver 1913, à des milliers de kilomètres de l'Europe, un jeune Chinois du nom de Li Dazhao partit étudier au Japon et commença à vivre à Tokyo. En septembre 1914, il débuta officiellement ses études d'économie politique à l'Université Waseda.

L'entrée principale de l'université Waseda prise en photo le 31 mars 2021 à Tokyo, au Japon. (Xinhua/Du Xiaoyi)

Dans un livre écrit par Hikotaro Ando, professeur honoraire à l'Université Waseda, figurent non seulement les relevés de notes de Li Dazhao, mais également des listes détaillées des 11 matières qu'il étudia à l'université et leurs professeurs correspondants. "Par rapport aux autres étudiants japonais, les résultats de de Li Dazhao étaient plutôt bons", a commenté M. Ando.

En janvier 1915, pendant la première année d'études de Li Dazhao à l'Université Waseda, le Premier ministre japonais d'alors Shigenobu Okuma et son gouvernement proposèrent secrètement les "Vingt et une demandes" contre la Chine. Les jeunes Chinois qui étudiaient au Japon réagirent très fermement à l'incident, et Li Dazhao participa également activement aux manifestations des étudiants.

Des livrets enregistrant les paiements de Li Dazhao pendant ses études à l'étranger pris en photo le 30 mars 2021 à Tokyo, au Japon. (Xinhua/Du Xiaoyi)

Il refusa aussi de suivre les cours dispensés par Kazutami Ukita, un ardent défenseur des "Vingt et une demandes", et par quelques autres professeurs japonais, et publia des articles critiquant Kazutami Ukita et les autres.

Au printemps 1916, Li Dazhao, qui devint plus tard l'un des principaux fondateurs du PCC et un grand diffuseur du marxisme, écrivit un article intitulé "Jeunesse", allumant au sein du peuple chinois une lueur d'espoir pour la construction d'une Chine plus forte.

En avril 1916, Li Dazhao, comme des centaines de jeunes Chinois étudiant au Japon, mit fin à ses études au Japon et retourna en Chine.

En 1927, il sacrifia sa jeune vie dans sa poursuite du marxisme. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-05/05/c_139924993.htm

 

Xi Focus : citations de Xi Jinping sur la jeunesse

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-05-04 à 15:35

BEIJING, 4 mai (Xinhua) -- Mardi marque la Journée de la jeunesse en Chine. Le président chinois Xi Jinping attache une grande importance au développement de la jeunesse.

M. Xi, qui est également secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois et président de la Commission militaire centrale, a en particulier exhorté les jeunes à contribuer au renouveau national.

Voici quelques points saillants de ses citations :

-- Vivant dans une époque prospère et assumant de lourdes responsabilités, la jeunesse chinoise est une génération qui avance avec la nouvelle ère.

-- Que la jeunesse s'épanouisse dans la lutte inlassable pour la patrie, la nation, le peuple et l'humanité.

-- En regardant vers l'avenir, nous pouvons voir que notre jeune génération a un avenir prometteur et accomplira beaucoup de choses.

-- Vous (la jeunesse) devez surfer sur les vagues de votre époque, et dans le processus de réalisation du Rêve chinois, accomplir vos rêves de jeunesse.

-- Une nation est pleine d'espoir et jouit d’un grand avenir quand ses jeunes générations ont des idéaux, des capacités et un grand sens des responsabilités.

http://french.xinhuanet.com/2021-05/04/c_139924284.htm

 

Le PCC a conçu une formule pour promouvoir le développement rapide de la Chine, selon un responsable panaméen

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-05-04 à 18:38

PANAMA, 4 mai (Xinhua) -- Le Parti communiste chinois (PCC), qui célèbre son 100e anniversaire cette année, a tracé une voie qui lui est propre et accompli des exploits en matière de développement social, de préservation de l'environnement et de gouvernance publique, a estimé le dirigeant politique panaméen Hector Aleman.

La Chine a trouvé la formule pour favoriser son développement et améliorer efficacement le bien-être de sa population, a confié le secrétaire aux relations internationales du Parti révolutionnaire démocratique (PRD, au pouvoir) dans un récent entretien accordé à Xinhua.

Ce pays a su trouver un équilibre entre développement social et protection de l'environnement, a jugé M. Aleman selon qui "trouver cet équilibre et faire en sorte que de plus en plus de Chinois sortent de la pauvreté est un exploit incroyable", difficile à réaliser pour n'importe quel autre pays.

Evoquant l'ambition chinoise de bâtir une "Chine magnifique", il a estimé que "cela doit être compris comme la possibilité de garantir le développement économique tout en gardant l'équilibre avec l'environnement. Et c'est aussi un objectif que la Chine atteint en respectant ses engagements envers les objectifs de développement mondial fixés par les Nations Unies".

Hector Aleman s'est rendu en Chine à plusieurs reprises et a ainsi pu être témoin de son développement rapide. En décembre 2019, il y a conduit une délégation du PRD, signant un accord avec le PCC pour renforcer les liens entre les deux formations.

Le but de ses visites en Chine était de comprendre comment le PCC gérait un grand pays très complexe avec une population de 1,4 milliard d'habitants et comment il faisait face aux différents besoins de la population, a-t-il déclaré.

A chaque étape de l'histoire du PCC, "il y a eu des dirigeants capables, prenant la tête du parti pour piloter chaque étape et accomplir des objectifs", a-t-il dit.

M. Aleman a souligné aussi la philosophie politique que le président chinois Xi Jinping a exposée dans son livre sur la gouvernance de la Chine. Pour lui, certains concepts décrits soulignent la nécessité pour le PCC "d'être un exemple et pour ses dirigeants d'être les premiers à réunir toutes ces caractéristiques pour diriger le peuple. C'est fondamental".

Notant que la Chine est un pays qui a ses propres caractéristiques politiques, économiques et sociales, l'homme politique panaméen a jugé que "l'idée, c'est le respect de cette diversité, la réalisation de son potentiel et non sa suppression, afin de garantir cette coexistence. Il s'agit de garantir un système qui fait plus que profiter de cette diversité". Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-05/04/c_139924512.htm

 

La Chine fournit la plupart des concentrateurs d'oxygène à l'Inde

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-05-05 à 03:23

NEW DELHI, 4 mai (Xinhua) -- La Chine fournit la plupart des concentrateurs d'oxygène à l'Inde et continue de produire des concentrateurs d'oxygène et d'autres équipements médicaux pour l'Inde, a tweeté mardi l'ambassadeur de Chine en Inde Sun Weidong.

"Les entreprises chinoises ont un sens aigu de la compassion, se concentrent sur le sauvetage des vies, répondent aux désirs et aux besoins du peuple indien", a écrit M. Sun dans un autre tweet.

"Cela révèle leurs responsabilités sociales ainsi que la bonne volonté d'aider l'Inde à combattre la COVID-19", peut-on lire dans le tweet.

Depuis avril dernier, la Chine a fourni à l'Inde plus de 5.000 respirateurs, 21.569 générateurs d'oxygène, 21,5 millions de masques et environ 3.800 tonnes de médicaments, selon les statistiques de l'Administration générale des douanes de Chine, avait indiqué M. Sun dans un tweet du 29 avril.

Les entreprises chinoises ont accéléré la production d'au moins 40.000 générateurs d'oxygène pour l'Inde, et travaillent à un rythme rapide pour livrer le plus rapidement possible, a expliqué l'ambassadeur de Chine.

De nombreuses entreprises et organisations privées chinoises utilisent également leurs propres canaux pour fournir diverses aides à l'Inde, a-t-il ajouté.

L'Inde est aux prises avec la deuxième vague de la pandémie de COVID-19. Les hôpitaux de plusieurs Etats souffrent d'une grave pénurie de médicaments, d'équipements, d'oxygène et de lits.

Le nombre de cas de COVID-19 en Inde a franchi la barre des 20 millions, atteignant 20.282.833 cas mardi, a confirmé le ministère fédéral de la Santé, avec 357.229 nouveaux cas enregistrés dans le pays au cours des dernières 24 heures.

Par ailleurs, 3.449 nouveaux décès ont été enregistrés, portant le nombre de morts à 222.408. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-05/05/c_139924950.htm

 

Les partis politiques au Mexique et en Chine peuvent préparer la jeunesse aux défis de l'avenir, selon une responsable d'un grand parti mexicain

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-05-05 à 11:55

MEXICO, 4 mai (Xinhua) -- Les partis politiques mexicains et chinois peuvent contribuer à mieux former et préparer la jeunesse à relever les défis posés par les problèmes du monde, notamment la pandémie de COVID-19, a déclaré Sofia Carvajal, secrétaire aux Affaires internationales du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI) du Mexique.

"C'est ainsi que nous devons passer le relais à la génération suivante, afin que cette jeunesse arrive mieux préparée et avec une vision plus large, plus mondialisée", a confié Mme Carvajal à Xinhua dans un récent entretien.

"Cela me semble être la chose la plus tangible que nous puissions faire, en plus des forums, des discussions et des réunions. Mais cet échange de jeunes, de personnes en formation, je pense que c'est la chose la plus solide que nous pouvons échanger", a-t-elle ajouté.

Le Parti communiste chinois (PCC), qui fêtera le 100e anniversaire de sa fondation en juillet, a donné un bon exemple à la jeunesse de son pays, notamment en évoluant constamment pour répondre aux besoins de l'époque, a estimé Mme Carvajal.

Le PRI doit également s'actualiser, évoluer et se transformer "afin d'être proche de ce dont les gens ont besoin et de ce qu'ils demandent, tout en ayant la crédibilité et la légitimité dont nous avons besoin pour exister en tant que parti", a-t-elle recommandé.

Au fil des ans, le PRI a entretenu des relations "très riches" avec le PCC, notamment par l'échange d'expériences et d'informations lors de forums, ainsi que par l'envoi de hauts fonctionnaires et de jeunes militants du PRI en Chine, a rappelé Mme Carvajal, dont le parti avait été fondé en 1929 sous le nom de Parti révolutionnaire national.

La responsable du PRI a souligné qu'il existe de nombreux domaines potentiels de coopération entre les deux pays, "tels que les questions de santé publique (...) car je pense que la pandémie n'est pas près de s'arrêter", ainsi que l'environnement et les énergies renouvelables.

Un autre domaine de coopération est, selon elle, "les systèmes de gouvernance qui doivent être mis à jour, qui doivent changer, qui ne peuvent pas rester statiques (parce que) nous devons réussir à englober toutes les personnes" et à rendre la gouvernance plus inclusive.

Le PRI a encore beaucoup à apprendre du PCC dans des domaines tels que l'organisation, l'ordre et la discipline, qui sont essentiels à la gouvernance, a noté Mme Carvajal.

Son succès durable sur une période aussi longue que 100 ans est principalement dû à sa réforme constante, a-t-elle jugé.

"Nous maintenons cette vision de la coopération et de la coordination, de la solidarité mondiale, qui est si nécessaire aujourd'hui. C'est la seule façon de coopérer au niveau international pour que toutes les nations avancent et qu'aucune ne soit laissée pour compte", a conclu Mme Carvajal. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-05/05/c_139925655.htm

 

Netanyahou échoue à former un nouveau gouvernement dans les délais

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-05-05 à 09:57

JERUSALEM, 4 mai (Xinhua) -- Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou n'a pas réussi à former un nouveau gouvernement avant la date limite de minuit mardi et a rendu le mandat qu'il avait reçu du président Reuven Rivlin le 6 avril.

"Peu avant minuit, M. Netanyahou a informé la résidence présidentielle qu'il n'avait pas été en mesure de former un gouvernement et qu'il rendait donc son mandat au président", a indiqué un communiqué de la présidence.

Lors des élections du 23 mars, le parti de droite Likoud dirigé par M. Netanyahou avait obtenu 30 sièges à la Knesset (le Parlement israélien), qui en compte 120, mais n'a pas réussi depuis à former une coalition avec une majorité de 61 sièges.

Bien que les partis de droite aient remporté une large majorité aux élections, certains refusent de coopérer avec M. Netanyahou en raison de querelles persistantes.

"Mercredi matin, la résidence présidentielle sera en contact avec les factions concernant la poursuite du processus de formation du gouvernement", a ajouté le communiqué.

Plus tôt dans la soirée de mardi, le Likoud a commencé à promouvoir une série de projets de loi, dont certains visaient à augmenter les chances de M. Netanyahou de rester Premier ministre.

Le parti a fait la promotion d'une loi visant à organiser l'élection directe du Premier ministre lors des prochaines consultations électorales, parallèlement aux élections parlementaires. Selon tous les sondages, M. Netanyahou aurait de fortes chances d'être élu dans ce cas de figure.

Le Likoud a également tenté de faire passer une loi qui annulerait l'accord de rotation au sein du gouvernement actuel. C'est l'actuel ministre de la Défense, Benny Gantz du parti Bleu et Blanc, qui devrait être nommé Premier ministre en novembre de cette année.

Cependant, la promotion de ces lois a été arrêtée à défait d'avoir obtenu la majorité nécessaire. Le Likoud a pu commencer à promouvoir des lois considérées comme étant de droite, notamment la légalisation des colonies en Cisjordanie et un texte qui permettrait de contourner les décisions de la Cour suprême. Il a également l'intention de promouvoir une loi visant à imposer la peine de mort aux terroristes.

Selon les analystes politiques, les actions du Likoud visent à provoquer une rupture entre les autres partis de droite et leurs partenaires potentiels du centre et de la gauche, empêchant ainsi la formation d'un gouvernement par ses factions rivales. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-05/05/c_139925459.htm

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire