CHINE : XI JINPING INSPECTE LES PREPARATIFS DE BEIJING 2022

 

Xi Jinping inspecte les préparatifs de Beijing 2022

French.china.org.cn | Mis à jour le 18. 01. 2021 | Mots clés : Chine,Xi,Beijing 2022

Xi Jinping, secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois, a inspecté, lundi à Beijing, les préparatifs des Jeux Olympliques et Paralympiques d'hiver de Beijing 2022.

M. Xi a visité le stade de la Capitale dans l'arrondissement de Haidian, le Centre national de ski alpin et le Centre national des sports de glisse dans l'arrondissement de Yanqing. Il s'est renseigné sur la construction des sites et la préparation des athlètes, et a salué les sportifs, les entraîneurs et les représentants des équipes opérationnelles et du personnel de construction dans la zone de compétition de Yanqing.

Le stade de la Capitale accueillera les compétitions de patinage de vitesse sur piste courte et de patinage artistique pour les Jeux, tandis que le Centre national du ski alpin accueillera les épreuves de ski alpin. Le Centre national des sports de glisse accueillera les compétitions de bobsleigh, de skeleton et de luge durant les Jeux de Beijing 2022.

1   2   3   >  
http://french.china.org.cn/china/txt/2021-01/18/content_77128914.htm
 
 

La tour de la télévision de Shijiazhuang illuminée en l'honneur de la lutte contre le COVID-19

 French.xinhuanet.com | Publié le 2021-01-19 à 21:42

SHIJIAZHUANG, 19 janvier (Xinhua) -- Vue aérienne de la tour de la télévision de Shijiazhuang illuminée en l'honneur de la lutte de la ville contre le COVID-19 à Shijiazhuang, dans la province chinoise du Hebei (nord), le 18 janvier 2021. (Photo : Xing Guangli)

 

   1 2 3 4 5   

http://french.xinhuanet.com/photo/2021-01/19/c_139681316.htm

 

Bon débarras, Mike Pompeo (COMMENTAIRE)

 French.xinhuanet.com | Publié le 2021-01-18 à 13:58

BEIJING, 18 janvier (Xinhua) -- Enfin, le mandat de Mike Pompeo en tant que secrétaire d'Etat américain touche à son terme. Il laisse derrière lui un héritage entaché par l'ego, les mensonges et un faible désir d'améliorer l'état du monde.

Dans ses dernières heures à la tête du département d'Etat, M. Pompeo continue de courir contre la montre pour inciter au conflit partout où il le peut.

En l'espace de quelques jours, il s'est précipité pour lever les restrictions sur les contacts officiels de Washington avec Taiwan, a jeté sur Cuba, l'Iran et les houthis du Yémen des accusations de terrorisme, et a une fois de plus avancé une théorie ridicule sur les origines du nouveau coronavirus.

Au fil des ans, M. Pompeo a fait montre d'imprudence en abusant du pouvoir de son bureau et de la puissance des Etats-Unis pour satisfaire des ambitions politiques personnelles, tout cela en proférant des mensonges éhontés.

Bien qu'il soit de fait le plus haut diplomate américain, il n'a manifesté aucun zèle pour aider à résoudre les véritables problèmes du monde. Au contraire, avec d'autres pyromanes politiques de Washington, il a organisé une farce après l'autre sur la scène mondiale, tout en attisant les divisions et les affrontements presque partout où il s'est rendu.

Il a évoqué publiquement la possibilité d'une intervention militaire au Venezuela.

Il a effrontément poussé à une reprise des sanctions contre Téhéran, qui avaient été levées dans le cadre de l'accord sur le nucléaire iranien dont les Etats-Unis se sont unilatéralement retirés.

Sur la base d'accusations sans fondement concernant la sécurité, il a exercé des pressions sans relâche sur le Royaume-Uni, l'Espagne ainsi que d'autres pays européens pour les dissuader de travailler avec la société de télécommunications chinoise Huawei sur les réseaux 5G.

La liste de ses tentatives de manipulation et de coercition est sans fin.

Sous sa direction, la conduite diplomatique des Etats-Unis est devenue chaotique et destructrice, moralisatrice et condescendante comme jamais auparavant.

En dépit des ravages qu'il a causés dans le monde entier au fil des ans, M. Pompeo a toutefois réussi à accomplir quelque chose : il a dévoilé au monde le vrai visage d'un Washington arrogant, hypocrite et autoritaire.

Lui et ses semblables laissent derrière eux un pays profondément embourbé dans la pandémie de nouveau coronavirus, avec plus de cas de COVID-19 et de décès que tout autre Etat, et de loin.

Francis Fukuyama, l'auteur américain de la thèse de la "fin de l'histoire", a qualifié les États-Unis "d'Etat en faillite". Les dirigeants européens ont été alarmés par les scènes "choquantes" et "scandaleuses" de leur allié transatlantique en proie au trouble à la suite des violences au Capitole au début du mois.

La semaine dernière, le département d'Etat a annulé le dernier voyage de M. Pompeo en Europe à la dernière minute. Officiellement, le département a justifié cette décision par le fait que le secrétaire d'Etat aurait été trop occupé par la transition entre ses équipes et celles de Joe Biden. Il s'est avéré en réalité que les responsables européens ont refusé de rencontrer le plus haut diplomate américain sortant.

A cause de M. Pompeo et de ses semblables, l'image globale des Etats-Unis est maintenant en lambeaux. Ses dernières décisions folles resteront comme une énième note en bas de la page décrivant son fiasco.

Bon débarras, Mike Pompeo. Après son départ, le monde ne s'en portera que mieux.

http://french.xinhuanet.com/2021-01/18/c_139677033.htm

 

La Chine assure l’approvisionnement en vaccins pour les acheteurs mondiaux

French.china.org.cn | Mis à jour le 19. 01. 2021 | Mots clés : vaccin, COVID
6 janvier 2021 : vaccins contre le Covid-19 dans une usine de conditionnement de la société Sinovac Research and Development à Beijing. [Crédit photo : Xinhua/Zhang Yuwei]

Dimanche dernier, le Brésil a commencé sa campagne de vaccination avec des doses développées par l’entreprise chinoise Sinovac, peu de temps après l’approbation réglementaire pour son utilisation d’urgence, apportant un soulagement face à l’augmentation rapide du nombre de cas. Le CoronaVac développé par Sinovac est à l’heure actuelle le seul vaccin disponible au Brésil, du fait d’un retard dans l’envoi du vaccin d’AstraZeneca, qui a lui aussi été approuvé par les autorités locales de la santé.

Alors que certains pays de l’Union européenne font face à la stagnation de leur campagne de vaccination contre le Covid-19 du fait d’un retard dans les expéditions du vaccin de Pfizer-BioNTech, de plus en plus de pays accélèrent leur campagne de vaccination à grande échelle avec des vaccins développés par la Chine, grâce à un approvisionnement stable et ordonné.

Du fait de la stabilité de leurs capacités de production et de la facilité de leur transport, l’approvisionnement en vaccins chinois est assuré pour les acheteurs mondiaux et répond à l’engagement du gouvernement chinois de « faire du vaccin un bien public mondial ». Par ailleurs, les vaccins développés par la Chine semblent être un choix de plus en plus populaire pour un grand nombre de ceux qui tentent d’obtenir ces ressources vitales face aux accès nationalistes vis-à-vis du vaccin de certains pays, qui s’accaparent suffisamment de doses pour vacciner plusieurs fois leur population toute entière.

Le Canada a par exemple commandé suffisamment de vaccins pour vacciner cinq fois chacun de ses citoyens. Le président américain Donald Trump a lui aussi signé au mois de décembre un décret exécutif, afin de faire passer la vaccination des Américains avant l’assistance à d’autres pays.

La Chine se tient prête à aider plus de pays, qui comptent sur certains pays occidentaux donnant la priorité uniquement à leur marché domestique. Elle a ainsi envoyé des vaccins contre le Covid-19 à au moins dix pays, incluant l’Indonésie, le Pérou, le Pakistan ou encore la Serbie.

Au Brésil, l’Institut Butantan a sécurisé 46 millions de doses du CoronaVac d’ici le mois d’avril et se prépare à reproduire le vaccin sur ses propres lignes de production. Quelque 6 millions de doses de CoronaVac sont déjà prêtes à être envoyées, indique l’agence d’information Reuters.

L’Institut Fiocruz, financé par le gouvernement fédéral du Brésil, a demandé l’autorisation d’une utilisation d’urgence du vaccin d’AstraZeneca contre le Covid-19, mais elle attend une livraison en retard d’un ingrédient nécessaire au vaccin pour ses lignes de production à Rio de Janeiro. Le ministère de la Santé est parvenu à obtenir 2 millions de doses du vaccin d’AstraZeneca par l’Inde, mais un avion brésilien, devant décoller vendredi dernier à destination de l’Inde, a été retardé à cause de « problèmes logistiques internationaux ». Ce retard survient après que le gouvernement indien a annoncé qu’il ne pouvait pas donner de date pour l’exportation des vaccins produits dans le pays.

Après le retard de ce vol devant transporter 2 millions de doses, le ministère de la Santé a demandé à l’Institut Butantan de fournir à la population 6 millions de doses du CoronaVac. Le gouverneur de São Paulo, João Doria, a déclaré que la décision de l’Agence nationale de surveillance de santé du Brésil (ANVISA) était une victoire pour la science. Ses remarques ont été largement perçues comme une critique à mots couverts du président brésilien Jair Bolsonaro, dont les observateurs estiment qu’il a privilégié uniquement les vaccins développés par les pays occidentaux, politisant et diabolisant les vaccins chinois.

Certains pays de l’UE protestent de plus en plus contre le court préavis des retards sur les livraisons du vaccin, tandis que d’autres en reçoivent moins que prévu.

Six pays de l’UE ont décrit ces retards comme « inacceptables », estimant que ceux-ci portaient atteinte à la crédibilité du processus de vaccination, et près d’un tiers des 27 gouvernements de l’UE ont évoqué mercredi dernier « l’insuffisance » des doses lors d’une conférence des ministres de la Santé. Six gouvernements de l’UE ont demandé à la Commission européenne de faire pression sur Pfizer-BioNTech « pour assurer la stabilité et la transparence des livraisons en temps et en heure » du vaccin.

Etant donné les doutes sur la qualité et la vitesse d’approvisionnement des vaccins produits par certains pays occidentaux, de plus en plus de pays ont commencé à chercher des fournisseurs alternatifs, se tournant vers la Chine.

La Hongrie, membre de l’UE, tente ainsi d’obtenir une autorisation domestique pour une utilisation d’urgence du vaccin chinois contre le coronavirus, plutôt que d’attendre l’évaluation de l’Agence européenne des médicaments (EMA). Jeudi dernier, le gouvernement hongrois a indiqué avoir trouvé un accord avec Sinopharm pour lui acheter son vaccin contre le coronavirus.

Masahiro Kami, un expert médical japonais et directeur de l’Institut de recherche sur la gouvernance médicale, a déclaré récemment que le Japon devrait envisager d’importer des vaccins chinois plutôt que de se limiter uniquement aux vaccins produits en Occident. La sécurité du vaccin à ARNm de Pfizer fait en effet l’objet de doutes, après la mort de 29 personnes âgées en Norvège qui venaient de se faire vacciner.

Les vaccins inactivés développés par la Chine peuvent être stockés dans un réfrigérateur ordinaire, ce qui rend plus facile et plus rapide son envoi dans les régions plus pauvres. Cela permet de garantir son accessibilité par rapport aux vaccins à ARNm, note Tao Lina, un expert en vaccins basé à Shanghai. Selon lui, la Chine est également l’un des pays dotés des plus grandes capacités de production et des techniques les plus avancées en R&D sur les vaccins inactivés, ce qui assure l’approvisionnement ordonné et efficace des vaccins chinois.

http://french.china.org.cn/china/txt/2021-01/19/content_77131871.htm

 

Les fournisseurs d'aiguilles et de seringues se préparent à des pénuries mondiales

French.china.org.cn | Mis à jour le 19. 01. 2021 | Mots clés : COVID-19

Les fournisseurs chinois de seringues et d'aiguilles prévoient d’augmenter leur production pour assurer les ventes dans les pays touchés par la pandémie de COVID-19, tels que les États-Unis, qui pourraient faire face à des pénuries au cours de leurs campagnes de vaccination.

Certains sites de vaccination, dont ceux représentés par Premier, une société de soins de santé qui représente une alliance de plus de 4100 systèmes de santé aux États-Unis, ont exprimé des inquiétudes concernant des pénuries de seringues et d'aiguilles, a rapporté le Washington Post le 14 janvier. Les autorités sanitaires américaines travaillent avec le laboratoire Pfizer et un autre distributeur pour augmenter les fournitures de seringues et d'aiguilles, selon l’article.

La Chine est le plus grand producteur de seringues au monde, représentant environ 50% du marché mondial, et a la capacité de répondre à une demande en plein essor, a déclaré lundi Chen Hongyan, secrétaire général de la branche des appareils médicaux de l'Association chinoise des matériels pharmaceutiques médicaux. La part de marché du pays a été augmentée par la pandémie de COVID-19.

Un initié de l'industrie des seringues et des aiguilles surnommé Huang a indiqué au Global Times sous couvert d'anonymat que les entreprises de l'industrie « ajustent la production pour les vaccins contre le COVID-19, mais ont encore du mal à combler le vide ».

Zhejiang KangKang Medical Devices Co, un grand fabricant de seringues basé dans la province chinoise du Zhejiang (est), a connu une augmentation sans précédent de ses commandes, principalement de l'étranger.

« Avant l'épidémie, les commandes portaient sur environ 1 à 2 millions de seringues, mais maintenant elles peuvent aller jusqu'à des centaines de millions, principalement en provenance d’intermédiaires », a noté lundi Guo Chun, un cadre de Zhejiang Kangkang.

M. Guo a affirmé qu'il était probable que les fournitures soient acheminées aux principaux fabricants mondiaux de vaccins tels que Pfizer via des intermédiaires et à des pays comme les États-Unis. La société est également en contact étroit avec le fournisseur national de vaccins SinoPharm au sujet des seringues, a-t-il ajouté.

La société prévoit d'étendre sa capacité de production annuelle de 250 millions de seringues à 1 milliard d'ici avril, a précisé M. Guo.

Un autre producteur de seringues, Jiangxi Sanxin Medtec Co, a été cité dans un article de presse à la fin du mois de décembre, indiquant que sa capacité de production était adéquate mais qu'elle pourrait être rapidement augmentée si nécessaire.

La demande croissante de seringues se reflète dans les résultats financiers des producteurs. Jiangxi Sanxin Medtec Co a estimé dimanche que ses bénéfices nets pour 2020 atteignaient entre 117 et 126 millions de yuans, en hausse de 90 à 105% en glissement annuel.

Des initiés de l'industrie ont prédit que les commandes mondiales de seringues augmenteraient pendant encore des mois, en particulier à cause de possibles perturbations de la production dues à la pandémie, ajoutant que les fournisseurs chinois n’avaient plus beaucoup de temps avant de devoir augmenter leurs capacités de production.

http://french.china.org.cn/business/txt/2021-01/19/content_77130969.htm

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire