CHINE : XI JINPING PARLE AVEC LES ASTRONAUTES STATIONNES DANS LE MODULE CENTRAL DE LA STATION SPATIALE

tourtaux-jacques Par Le 23/06/2021 0

Dans CHINE

 

Xi Jinping parle avec les astronautes stationnés dans le module central de la station spatiale

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-06-23 à 18:30


(Xinhua/Xie Huanchi)

BEIJING, 23 juin (Xinhua) -- Le président chinois Xi Jinping a parlé, mercredi matin, avec les trois astronautes stationnés dans le module central Tianhe de la station spatiale du pays.

M. Xi, qui est également secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) et président de la Commission militaire centrale (CMC), a tenu la conversation au Centre de contrôle aéronautique de Beijing avec Nie Haisheng, Liu Boming et Tang Hongbo, qui ont été envoyés dans l'espace le 17 juin à bord du vaisseau spatial Shenzhou-12.

M. Xi a salué chaleureusement les astronautes au nom du Comité central du PCC, du Conseil des Affaires d'Etat, de la CMC et des personnes de tous les groupes ethniques du pays.

"Vous êtes les premiers astronautes séjournant dans le module central Tianhe et resterez dans l'espace pendant trois mois", a déclaré M. Xi lors de l'appel vidéo. "Nous nous soucions grandement de vous."

En réponse aux questions de M. Xi sur leur santé, leurs conditions de vie et leur travail, M. Nie, le commandant de l'équipage, a déclaré qu'ils étaient en bonne santé et que leur travail se déroulait bien.

"C'est ma troisième mission spatiale. Je travaille et je vis dans Tianhe, et les conditions sont de mieux en mieux. Nous avons maintenant un foyer permanent en orbite, et nous sommes fiers de notre grand Parti et de notre patrie", a indiqué M. Nie.

M. Liu a expliqué au président qu'il s'agissait de sa deuxième mission spatiale et qu'il ressentait un grand honneur et une grande responsabilité.

"Plus tard, nous réaliserons une série d'expériences de vérification technologique, dont deux activités extravéhiculaires (EVA) et des opérations de bras robotisé. Nous mènerons les opérations avec soin pour garantir le succès de tous les tests", a déclaré M. Liu.

M. Tang, dont il s'agit de la première mission spatiale, a noté qu'il s'était adapté à l'environnement en apesanteur.

"Je mange, je vis et je travaille bien, et je peux passer des appels vidéo avec ma famille. Notre maison dans l'espace est très agréable et confortable, et nous avons confiance dans la réalisation des tâches à venir", a déclaré M. Tang.

M. Xi s'est dit ravi d'apprendre que les astronautes étaient en bonne santé et que leur travail se déroulait sans problème.

"La construction de la station spatiale est une étape importante pour l'industrie spatiale chinoise et apportera des contributions pionnières à l'utilisation pacifique de l'espace par l'humanité", a déclaré M. Xi.

"Vous êtes les représentants de ceux qui luttent et gravissent les échelons de l'industrie spatiale chinoise dans la nouvelle ère. J'espère que vous travaillerez en étroite collaboration et achèverez les tâches à venir", a indiqué M. Xi.

Il a exprimé l'espoir de voir les trois astronautes profiter d'un travail et d'une vie agréables dans l'espace. "Nous attendons votre retour triomphal à Beijing."

Avant la conversation, M. Xi a regardé à la fois les opérations du complexe en orbite, y compris le module central et Shenzhou-12, et le travail des astronautes en orbite via un grand écran dans la salle de commandement du centre.

L'écran montrait les trois astronautes menant un entraînement en orbite avec un bras robotisé et inspectant et réglant l'état de la combinaison spatiale extravéhiculaire en préparation des EVA.

La Chine a lancé le 29 avril son module central Tianhe de la station spatiale.

Le vice-Premier ministre Han Zheng, également membre du Comité permanent du Bureau politique du Comité central du PCC, a également participé à l'événement. Fin

   1 2 3 4 5 6   
 
http://french.xinhuanet.com/2021-06/23/c_1310023810.htm
 
 

Droits de l’homme : plus de 90 pays soutiennent la Chine

French.china.org.cn | Mis à jour le 23. 06. 2021 | Mots clés : droits de l’homme

Plus de 90 pays ont exprimé leur soutien et leur compréhension vis-à-vis de la position de la Chine, et 65 d’entre eux se sont clairement opposés aux interférences dans ses affaires intérieures dans la région autonome ouïgoure de Xinjiang, la région administrative spéciale de Hong Kong et la région autonome du Tibet sous le prétexte des droits de l’homme.

L’expression de ce soutien fait suite à la deuxième journée de la 47e session du Conseil des droits de l’homme des Nations unies, qui a eu lieu mardi et au cours de laquelle le Canada a mené un groupe de pays occidentaux à publier un communiqué conjoint pour lancer des accusations infondées contre la Chine sur des sujets liés au Xinjiang. 

Ces confrontations au Conseil des droits de l’homme des Nations unies reflètent la bataille qui se mène entre la vérité sur le Xinjiang et les rumeurs et les mensonges lancés par la campagne anti-chinoise menée par les Etats-Unis et un petit groupe de pays occidentaux incluant le Canada. 

Mardi, le représentant de la Biélorussie a fait une déclaration conjointe au nom de 65 pays, soulignant que le respect de la souveraineté et de l’intégrité de chaque pays était le code fondamental des relations internationales. De fait, les affaires à Hong Kong, au Xinjiang et au Tibet sont des affaires intérieures à la Chine et ne devraient pas subir les interférences de forces extérieures.

Dans sa déclaration, le représentant de la Biélorussie s’est opposé aux deux poids et deux mesures, ainsi qu’à la politisation des questions des droits de l’homme. Il a contesté les accusations infondées contre la Chine, basées sur la désinformation et les objectifs politiques, mais aussi fustigé l’utilisation des droits de l’homme en tant qu’excuse pour interférer dans les affaires intérieures de la Chine.

En dehors de ces 65 pays, 6 pays du Conseil de coopération du Golfe ont également envoyé un message pour soutenir la Chine et plus de 20 pays prévoient de prononcer des discours séparés pour soutenir la Chine, portant à plus de 90 le nombre total de pays à exprimer leur compréhension et leur soutien à la Chine.

Le nombre de pays ayant exprimé leur soutien à la Chine a été comparé à la déclaration conjointe fait par le Canada au nom d’un groupe de pays occidentaux, dans lequel celui-ci a enjoint à la Chine de permettre à la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme de se rendre dans le Xinjiang pour vérifier les rapports affirmant que « plus d’un million de personnes sont détenues illégalement » et certaines sont « contraintes au travail forcé ». 

La Chine a réfuté les rumeurs sur ces « un million de personnes détenues » ou sur l’existence de « travail forcé » dans sa région de Xinjiang, qualifiant celles-ci de « mensonge total ». 

« Le soi-disant "génocide" et "travail forcé" au Xinjiang ne sont que des rumeurs avec des objectifs cachés, ainsi que des mensonges purs et simples. Leur réel objectif est de restreindre et de contenir le développement de certains secteurs et certaines entreprises de Chine », a rétorqué mardi le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, à l’occasion d’une conférence de presse. 

Contrastant avec les accusations infondées de l’Occident, des personnes originaires du Xinjiang sont également apparues lors de la session de mardi pour faire entendre leur voix. 

Gulnar Wuful, la vice-présidente de l’Association du Xinjiang pour la science et la technologie, a ainsi prononcé un discours en visioconférence, expliquant qu’il n’y avait eu aucune attaque violente au Xinjiang depuis plus de quatre ans et que la région avait bénéficié d’un meilleur développement économique et social. 

« En tant que chercheuse ouïgoure ayant été le témoin des changements au Xinjiang au cours de ces dernières années, le développement des droits de l’homme dans la région a été observée par la communauté internationale. Aucune force anti-chinoise ne peut saper la stabilité du Xinjiang », a-t-elle insisté.

Mardi, l’ambassadeur Chen Xu, le représentant permanent de la Chine au Bureau des Nations unies à Genève et dans d’autres organisations internationales en Suisse, a par ailleurs fait savoir dans une déclaration conjointe au nom de plusieurs pays: « Nous sommes extrêmement préoccupés par les accusations infondées de certains pays, qui utilisent les droits de l’homme comme un moyen pour interférer dans les affaires internes d’autres pays et enfreignent gravement les objectifs et les principes de la Charte des Nations unies, tout en fermant les yeux sur leurs propres problèmes graves en matière de droits de l’homme. »

Chen Xu a noté que certains pays, utilisant comme excuses la démocratie et les droits de l’homme, veulent imposer leurs propres valeurs et modèles aux autres, voire utilisent les droits de l’homme comme une excuse pour intervenir militairement et appliquer des mesures coercitives unilatérales, ce qui a provoqué des souffrances indicibles aux peuples d’autres pays. 

« Nous espérons que la Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme et le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme (HCDH) continueront de fonctionner en accord avec la résolution 48/141 ainsi que dans le cadre de la Charte des Nations unies et de la Déclaration universelle des droits de l’homme, incluant le respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale des Etats », a insisté Chen Xu.

Il risque d’y avoir d’autres batailles contre la désinformation sur la région chinoise de Xinjiang au cours de cette session, car les Etats-Unis sont revenus au HCDH et usent de leur influence pour faire pression sur les autres pays, afin d’attaquer la Chine et la dénigrer en montant en épingle certains sujets, tout en l’accusant de « génocide », analyse Zhu Ying, le directeur adjoint de la Base nationale d’éducation et de formation aux droits de l’homme affiliée à l’Université de science politique et droit du Sud-Ouest. 

Au cours des prochains jours, Zhu Ying devrait participer à une activité en marge de la 47e session du Conseil des droits de l’homme des Nations unies avec d’autres chercheurs chinois, afin de partager la vérité sur la situation des droits de l’homme en Chine avec les experts internationaux. 

Les analystes notent également que sous la pression de l’Occident, la Haut-Commissaire Michelle Bachelet a évoqué lundi les sujets des régions chinoises de Xinjiang et de Hong Kong au Conseil, affirmant qu’elle espérait pouvoir se rendre au Xinjiang cette année. 

Liu Yuyin, un porte-parole de la mission chinoise au Bureau des Nations unies à Genève, a indiqué le même jour que cette visite devrait être « amicale » et viser à promouvoir la coopération, « plutôt qu’une soi-disant "enquête" sous la présomption de culpabilité ».

http://french.china.org.cn/china/txt/2021-06/23/content_77582181.htm
 

Chine : les éléphants migrants ont voyagé 9,3 km de plus vers le nord

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-06-22 à 09:27


(Xinhua)

KUNMING, 22 juin (Xinhua) -- Le troupeau d'éléphants migrants dans le sud-ouest de la Chine a voyagé davantage vers le nord, rentrant dans le bourg de Shijie à Yimen, district de la province du Yunnan (sud-ouest), ont annoncé lundi les autorités.

Le troupeau a voyagé 9,3 km vers le nord entre 18h dimanche et 18h lundi. Ces derniers jours, il a fait des allers-retours dans les districts de Yimen et d'Eshan, posant un grand défi pour le commandement et la coordination sur place de sa migration.

Il y avait de nombreux villages le long de la route de migration des éléphants et ils étaient dispersés, ce qui a ajouté des difficultés pour assurer la sécurité du troupeau et des habitants locaux, selon le centre chargé de surveiller la migration des éléphants.

Un éléphant mâle, qui s'est séparé du troupeau il y a 16 jours, se trouve maintenant à environ 24,6 km de celui-ci dans une forêt à Kunming, la capitale provinciale.

Des experts continuent à travailler sur des plans pour diriger la migration des éléphants et des mesures de précaution ont été prises pour assurer la sécurité des animaux et des habitants locaux. Lundi, un total de 186 personnes ont été mobilisées, 4.106 habitants locaux ont été évacués et 100 kg de nourriture ont été offerts aux éléphants.

Le troupeau a parcouru environ 500 km depuis son habitat forestier de la préfecture autonome Dai de Xishuangbanna avant d'arriver à Kunming le 2 juin.

Durant plus d'un mois, les autorités ont envoyé des policiers pour escorter le troupeau, évacué les routes pour faciliter son passage et utilisé de la nourriture pour le maintenir à l'écart des zones densément peuplées.

Les éléphants d'Asie sont sous la protection étatique de niveau A en Chine et vivent principalement dans la province du Yunnan. Grâce aux efforts de protection accrus, la population d'éléphants sauvages au Yunnan est passée de 193 dans les années 1980 à 300. Fin

   1 2 3   
 
http://french.xinhuanet.com/2021-06/22/c_1310020842.htm
 
 

Lancement prochain du site Internet officiel du centre des médias pour les célébrations du centenaire du PCC

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-06-23 à 16:16

BEIJING, 23 juin (Xinhua) -- Le centre des médias pour les célébrations du centenaire de la fondation du Parti communiste chinois (PCC) lancera jeudi son site Internet officiel.

Le site Internet, www.100cpcnews.cn, sera accessible à la fois en chinois et en anglais et publiera les dernières nouvelles sur les célébrations et les dispositions pour les conférences de presse, les interviews avec les médias et les visites.

Le site Internet disposera également d'une section spéciale fournissant des informations aux journalistes chinois et étrangers accrédités.

Les comptes de nouveaux médias du centre seront lancés en même temps.

Le centre sera mis en service le 26 juin. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-06/23/c_1310023610.htm

 

Les progrès de la Chine sont exemplaires pour le monde, selon le président du Parlement serbe (INTERVIEW)

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-06-22 à 19:26


(Xinhua/Wang Wei)

BELGRADE, 22 juin (Xinhua) -- Au cours des cent dernières années, le Parti communiste chinois (PCC) a connu des vicissitudes et résisté à des épreuves, mais son engagement envers l'indépendance du pays, son progrès social et le bonheur de son peuple n'a jamais changé, a estimé Ivica Dacic, président de l'Assemblée nationale serbe, dans une récente interview à Xinhua.

Celui qui est par ailleurs président du Parti socialiste de Serbie (SPS), membre de la coalition au pouvoir dans ce pays, pense que le PCC a rendu ces progrès exemplaires pour le monde entier et que ses dirigeants ont uni le pays pour vaincre le nouveau coronavirus et éliminer la pauvreté absolue.

Alors qu'il était premier vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères, M. Dacic s'était rendu en Chine fin février 2020 quand l'épidémie venait de s'y déclarer. Avec les efforts déployés par la Chine pour lutter contre ce fléau, la Serbie se tient fermement à ses côtés, car elle la considère comme l'un de ses amis les plus proches, dit-il.

Se souvenant de cette visite qui, selon M. Dacic, lui a permis d'être témoin des efforts chinois pour lutter contre le virus, le président de l'Assemblée nationale serbe estime que la Chine a fait d'immenses efforts pour surmonter cette épidémie et obtenu d'excellents résultats en très peu de temps.

En plus de protéger sa propre population, la Chine a également aidé d'autres pays à lutter contre le nouveau coronavirus, note Ivica Dacic, lui exprimant sa gratitude pour son soutien à Belgrade pendant la pandémie.

A ses yeux, la Chine a également remporté la bataille contre la pauvreté absolue sous la direction du PCC, car elle "a réussi à mobiliser toutes ses ressources intellectuelles et matérielles pour résoudre ce problème".

Evoquant les réalisations du PCC, M. Dacic se dit sûr que dans les années à venir, le parti continuera de conduire la Chine vers une prospérité durable et de rechercher le bonheur pour le peuple. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-06/22/c_1310021794.htm

 

Un diplomate chinois exprime sa préoccupation quant à la situation en Afghanistan

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-06-23 à 05:43

NEW YORK (Nations unies), 22 juin (Xinhua) -- Un envoyé diplomatique chinois a exprimé mardi sa profonde préoccupation face à la situation en Afghanistan, et a appelé la communauté internationale à aider ce pays à surmonter ses difficultés.

La situation actuelle en Afghanistan est critique, et le pays entre dans une nouvelle phase d'incertitudes. Depuis l'annonce par les Etats-Unis du retrait de leurs troupes à la mi-avril, les négociations intra-afghanes ont connu davantage de revers que de progrès ; la situation sécuritaire ne cesse de se détériorer, et la situation économique et humanitaire est devenue extrêmement précaire, a déclaré Zhang Jun, ambassadeur de Chine aux Nations unies.

"La Chine est profondément préoccupée par tout cela. Nous devons réfléchir sérieusement à ce qui a entraîné la situation actuelle en Afghanistan, ainsi qu'à la voie à suivre pour que l'Afghanistan parvienne à une stabilité et à une sécurité durables", a-t-il indiqué au Conseil de sécurité.

L'avenir de l'Afghanistan doit être entre les mains du peuple afghan lui-même, et les arrangements politiques concernant le futur du pays doivent être décidés indépendamment par les Afghans. La communauté internationale doit contribuer de manière positive au processus de paix et de réconciliation en Afghanistan, mais aucune force extérieure ne doit être autorisée à poursuivre ses intérêts personnels étroits dans le pays, a-t-il affirmé.

Toutes les parties en présence en Afghanistan doivent garder à l'esprit les intérêts du peuple afghan, travailler de concert à consolider les gains réalisés au cours des 20 dernières années en matière de paix et de reconstruction, et réfléchir à un modèle de gouvernance et à une voie de développement adaptés aux conditions nationales de l'Afghanistan, a souligné M. Zhang.

La Chine espère que toutes les parties impliquées dans les pourparlers de paix intra-afghans parviendront dès que possible à un consensus, et définiront une feuille de route et un calendrier pour la réconciliation. La Chine se félicite de fait de la reprise des contacts entre l'équipe de négociation afghane et la délégation des talibans à Doha, et espère que les deux parties recommenceront rapidement à négocier. La Chine est en outre prête à accueillir un dialogue intra-afghan afin de faciliter et de soutenir les pourparlers de paix, a-t-il déclaré. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-06/23/c_1310022310.htm

 

La Chine incite les Etats-Unis à cesser de perturber la coopération scientifique et technologique

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-06-22 à 22:54

BEIJING, 22 juin (Xinhua) -- Un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères (MAE) a incité mardi les Etats-Unis à cesser de perturber les échanges réguliers et la coopération entre les deux pays dans les domaines de la science et de la technologie.

Le porte-parole Zhao Lijian a fait ces observations lors d'un point presse en réponse à une question concernant l'ancien professeur de l'Université du Tennessee, Anming Hu, faussement accusé par des agents fédéraux américains.

"Cette fausse accusation a non seulement exposé les tactiques constantes des agences de renseignement américaines dans la conduite d'enquêtes sur les présumés coupables, mais est également un autre exemple de manipulation politique de la part des agences de renseignement américaines", a déclaré M. Zhao.

Notant que les agences de renseignement américaines ont toujours utilisé tous les moyens pour atteindre des objectifs politiques spécifiques, M. Zhao a incité la partie américaine à abandonner sa mentalité de Guerre froide et ses préjugés idéologiques, ainsi qu'à arrêter sa manipulation politique. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-06/22/c_1310022063.htm

 

La mission médicale chinoise aide le Cameroun à lutter contre la COVID-19, estime un expert camerounais (INTERVIEW)

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-06-23 à 13:12

YAOUNDE, 22 juin (Xinhua) -- La vigilance et l'expertise des médecins chinois ont aidé le Cameroun à effectivement barrer la route à la pandémie de nouveau coronavirus, a estimé Charles Nsom Mba, directeur général adjoint de l'Hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Yaoundé (HGOPY), dans une interview récemment accordée à Xinhua.

Ce pays d'Afrique centrale a signalé son premier cas d'infection en mars 2020, devenant à l'époque l'un des premiers pays d'Afrique subsaharienne frappés par ce fléau.

"Bien avant même que la pandémie n'arrive ici, nous avons travaillé avec la partie chinoise pour sensibiliser et préparer le personnel médical à y faire face", a-t-il rappelé.

L'HGOPY, un établissement offert sans contrepartie au Cameroun par le gouvernement chinois, bénéficie depuis de longues années de l'appui d'une mission médicale chinoise.

Grâce à la vigilance et l'expertise des médecins chinois, qui ont partagé dans les moments critiques leurs équipements de protection individuelle avec les collègues camerounais, l'HGOPY n'a enregistré aucun cas grave de COVID-19 parmi ses personnels, s'est félicité Charles Nsom Mba.

"L'appui, la contribution, la performance de la mission médicale chinoise ont été remarquables. Depuis le début de la pandémie jusqu'à aujourd'hui, nous sentons leur présence à côté de nous pour effectivement barrer la route à cette pandémie", a-t-il salué.

Le 11 avril, un lot de doses de vaccin du laboratoire chinois Sinopharm, offert par la Chine, est arrivé au Cameroun, le premier de son genre. Dès le lendemain, la campagne nationale de vaccination débutait.

"On a reçu d'autres vaccins, mais les gens préfèrent beaucoup plus le vaccin Sinopharm que pratiquement tout le monde prend ici à l'HGOPY", a indiqué le médecin camerounais. "Je choisis le vaccin Sinopharm parce qu'il a été prouvé sûr et efficace. Sans toutefois remettre en question l'efficacité des autres vaccins, moi je préfère celui-là."

Alors que se poursuit la vaccination, le Cameroun devrait déjà commencer à repenser à son système de santé dans la période post-COVID à venir, et ce en profitant de la coopération médicale avec la Chine, a estimé Charles Nsom Mba.

"L'expérience que nous avons eue dans la lutte contre la COVID-19 nous montre que nous devons être prêts à tout moment à faire face à d'autres épidémies éventuelles", a-t-il dit, soulignant que la riposte en Chine était très efficace et devrait servir d'exemple.

"Qui dit épidémie, dit riposte appropriée. Là-bas, l'épidémie est pratiquement enrayée", a indiqué l'expert de santé. "Notre pays pourrait être bénéficiaire de l'expérience de la Chine en la traduisant en actes concrets."

Pour le directeur général adjoint de l'HGOPY, "fleuron de la coopération médicale sino-camerounaise", le soutien de la Chine à la lutte contre le nouveau coronavirus au Cameroun s'inscrit dans la mise en oeuvre d'une communauté de santé sino-africaine au profit du peuple africain.

"Cette initiative est très belle. Nous comptons la maintenir et la poursuivre, car elle apporte beaucoup de bons résultats", a-t-il affirmé. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-06/23/c_1310023345.htm

 

 

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire