(COVID-19) BEIJING NE COMPTE PLUS AUCUNE ZONE A RISQUE MOYEN

 
 

(COVID-19) Beijing ne compte plus aucune zone à risque moyen

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-07-20 à 20:00
 

BEIJING, 20 juillet (Xinhua) -- Beijing ne compte plus aucune zone à risque moyen au COVID-19, à la suite de la baisse du niveau de risque de la dernière zone de risque moyen à faible risque, a déclaré lundi un responsable de la commission municipale de la santé.

La capitale n'a signalé aucun nouveau cas confirmé de COVID-19 pendant quatorze jours consécutifs, et le bourg de Huaxiang dans l'arrondissement de Fengtai a été classé comme zone à faible risque après évaluation, a déclaré Gao Xiaojun, porte-parole de la commission municipale de la santé de Beijing, lors d'un point de presse.

Tous les sous-arrondissements et bourgs de la capitale sont actuellement classés comme étant des zones à faible risque, a indiqué M. Gao.

Lundi, Beijing a abaissé sa réponse d'urgence au COVID-19 du niveau II au niveau III.

http://french.xinhuanet.com/2020-07/20/c_139226861.htm

 

 

Le rebond économique de la Chine dans le contexte du COVID-19 est encourageant, selon les économistes américains (SYNTHESE)

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-07-20 à 06:21
 

WASHINGTON, 19 juillet (Xinhua) -- Plusieurs économistes américains ont estimé que le rebond de l'économie chinoise dans le contexte du COVID-19 était très encourageant, de récentes données ayant indiqué que la Chine était la première grande économie mondiale à sortir de la récession induite par la pandémie.

"C'est une nouvelle très encourageante. La mise sous contrôle de l'épidémie a rendu possible une reprise au deuxième trimestre", a indiqué par courriel à Xinhua Jeffrey Sachs, un professeur d'économie renommé de l'université de Columbia. "Dans le monde actuel, une santé publique de qualité est la clé de bons résultats économiques", a-t-il ajouté.

Le produit intérieur brut (PIB) de la Chine a de fait augmenté de 3,2% en glissement annuel au deuxième trimestre, après avoir enregistré une contraction de 6,8% au premier trimestre, selon des données récemment publiées par le Bureau national des statistiques (BNS) de la Chine.

Nicholas Lardy, un éminent chercheur de l'Institut Peterson pour l'économie internationale (PIIE), un groupe de réflexion basé à Washington D.C., a quant à lui déclaré à Xinhua dans une récente interview par téléphone que le secteur industriel chinois se redressait "très rapidement", tandis que le secteur des services connaissait également une certaine expansion, et que le commerce dans son ensemble "s'en sortait incroyablement bien" au vu des circonstances.

Les ventes de détail, qui n'ont enregistré qu'une légère baisse en juin par rapport au même mois l'année dernière, ont été "extrêmement bonnes" par rapport aux autres économies du monde, et se sont "drastiquement améliorées" par rapport aux derniers mois, a indiqué cet expert en affaires chinoises.

"Je pense que nous allons assister à une reprise encore meilleure des ventes de détail, ce qui contribuera à la croissance du secteur des services", a ajouté M. Lardy.

Andy Rothman, conseiller en investissement au sein de la société d'investissement Matthews Asia, une société basée à San Francisco, a écrit dans une récente analyse que la courbe en V affichée par la croissance économique chinoise avait continué en juin à remonter pour le quatrième mois consécutif, notamment sous l'impulsion d'une forte demande intérieure.

La reprise des ventes d'automobiles et de biens immobiliers le mois dernier reflète notamment le fait que "les consommateurs des classes moyenne et aisée ont à la fois suffisamment d'argent et suffisamment de confiance en l'avenir pour dépenser cet argent", a affirmé M. Rothman.

M. Lardy a déclaré à Xinhua qu'il pensait que la reprise économique chinoise se poursuivrait au second semestre, puisque le pays avait placé l'épidémie de COVID-19 sous contrôle.

Il a souligné que la Chine avait réussi à "étouffer" les nouvelles petites flambées de coronavirus à Wuhan - et plus récemment à Beijing - grâce à des tests de masse, à des mesures de quarantaine et à une recherche efficace des contacts des malades.

"Je pense qu'ils ont les ressources et la détermination nécessaires pour éviter que le coronavirus n'ait un impact négatif sur l'économie au second semestre", a affirmé M. Lardy.

Il a souligné qu'il pensait que la Chine allait enregistrer une croissance globale de 2 à 3% cette année - une projection plus optimiste que celles du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale, qui prévoient tous deux un taux de croissance d'environ 1% pour la Chine.

Yukon Huang, chercheur au sein du Programme Asie de la Fondation Carnegie pour la paix internationale, a cependant adopté un ton plus prudent.

"Les récentes données sont encourageantes, et suggèrent que la Chine est la première grande économie à sortir de la récession induite par le virus, mais il est encore trop tôt pour savoir si ce rebond s'est déjà stabilisé ou va encore s'accélérer", a indiqué M. Huang à Xinhua par courriel.

M. Lardy a quant à lui souligné la résilience de la Chine en matière d'exportations. "Il y a plusieurs mois, beaucoup de gens disaient que le commerce extérieur serait un gros frein à la croissance de la Chine. Mais cela n'est clairement pas encore arrivé", a-t-il affirmé.

Le commerce mondial a en effet décliné de 16% depuis le début de l'année, mais les exportations chinoises ont augmenté de 0,5% en juin par rapport à la même période l'an dernier, a indiqué M. Lardy, soulignant qu'il s'agissait d'une "performance extrêmement solide" par rapport au reste du monde.

M. Sachs, qui est également conseiller auprès des Nations unies, a ajouté que la reprise économique de la Chine allait contribuer à la reprise mondiale.

La Chine devrait s'associer au Japon, à la Corée du Sud et aux autres pays ayant réussi à endiguer la propagation du virus pour aider d'autres pays à en faire autant, en particulier en Afrique et en Asie, a déclaré M. Sachs, soulignant que cela permettrait "d'accélérer le retour d'un développement mondial durable".

http://french.xinhuanet.com/2020-07/20/c_139224819.htm

 

"Rejeter Huawei, c'est rejeter les opportunités et la croissance", affirme un diplomate chinois

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-07-20 à 03:34
 

LONDRES, 19 juillet (Xinhua) -- "Choisir Huawei, c'est choisir les opportunités et la croissance, et rejeter Huawei, c'est rejeter les opportunités et la croissance", a déclaré un diplomate chinois, en référence au récent changement de position du gouvernement britannique vis-à-vis de l'entreprise de technologie chinoise.

Liu Xiaoming, ambassadeur de Chine au Royaume-Uni, a tenu ces propos lors d'une interview en ligne récemment accordée au journal The Times.

"Je dirais que rejeter Huawei, c'est rejeter l'avenir", a dit M. Liu, soulignant que la 5G "représentait vraiment l'avenir", selon une transcription de cette interview publiée dimanche par l'ambassade de Chine sur son site Internet.

"Huawei est le leader de la 5G, et la Chine est également un des leaders en matière de 5G. La 5G représente l'avenir non seulement pour l'industrie, mais aussi pour notre vie quotidienne", a-t-il ajouté.

L'ambassadeur de Chine a rappelé que l'entreprise chinoise "était autrefois un brillant exemple de la coopération gagnant-gagnant entre la Chine et le Royaume-Uni".

Commentant le récent revirement politique de Londres à l'égard de Huawei - une compagnie qui est pourtant implantée au Royaume-Uni depuis 20 ans - M. Liu a indiqué que le Royaume-Uni avait "raté l'occasion de devenir un leader dans ce domaine".

Mardi, Huawei a déclaré que la décision du gouvernement britannique de lui interdire toute participation aux réseaux 5G du pays était une "décision décevante", qui "menaçait de reléguer le Royaume-Uni à une voie de garage en matière de numérique, de faire augmenter les factures et d'aggraver la fracture numérique".

"Cette décision décevante est une mauvaise nouvelle pour quiconque possède un téléphone portable au Royaume-Uni", a déclaré dans un communiqué Ed Brewster, porte-parole de Huawei en Grtande-Bretagne.

Le gouvernement britannique a annoncé mardi que l'achat de nouveaux équipements 5G de Huawei serait interdit après le 31 décembre 2020, et que tous les équipements Huawei seraient retirés des réseaux 5G britanniques avant la fin 2027.

Depuis le 11 juin, Beijing a signalé 335 cas confirmés de COVID-19 liés au marché de gros de Xinfadi. Selon le bilan établi lundi à 15h00, 231 personnes parmi ces cas avaient quitté l'hôpital guéries, tandis que 104 étaient toujours hospitalisées, a noté M. Gao, ajoutant qu'il n'y avait aucun cas grave ni critique.

Douze cas asymptomatiques sont encore sous observation, a-t-il déclaré.

http://french.xinhuanet.com/2020-07/20/c_139226861.htm

 

La promulgation de la loi américaine sur Hong Kong constitue une ingérence dans les affaires intérieures de la Chine et viole le droit international (experts)

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-07-20 à 16:04
 

BEIJING, 20 juillet (Xinhua) -- La promulgation de la soi-disant "Loi sur l'autonomie de Hong Kong" par les Etats-Unis constitue une ingérence flagrante dans les affaires intérieures de la Chine, et est une grave violation du droit international ainsi que des normes fondamentales régissant les relations internationales, ont estimé des experts du monde entier.

Cette décision tente de semer le chaos à Hong Kong, reflétant la mentalité américaine de guerre froide et l'idéologie du jeu à somme nulle, et constitue un deux poids, deux mesures, selon Humphrey Moshi, professeur d'économie à l'université de Dar es Salam, en Tanzanie.

Gyula Thurmer, président du Parti des travailleurs hongrois, a indiqué que la question de Hong Kong relevait des affaires intérieures de la Chine et que la décision des Etats-Unis violait gravement le droit international ainsi que les normes fondamentales régissant les relations internationales, posant une grave menace pour la paix et la stabilité mondiales.

Ce que les Etats-Unis ont fait a nui à leurs relations de coopération à long terme avec la Chine, a estimé Nasr Arif, ancien directeur exécutif de l'Institut pour les études du monde islamique, à l'université de Zayed aux Emirats arabes unis, notant que dans le contexte de la pandémie de COVID-19, le monde a davantage besoin de la coopération entre la Chine et les Etats-Unis plutôt que de leur confrontation.

Ahmad Majdalani, secrétaire général du Front de lutte populaire palestinien, a exprimé son soutien résolu envers la Chine pour la défense de sa souveraineté, de son intégrité territoriale et de sa sécurité nationale, s'opposant à toute ingérence étrangère dans ses affaires intérieures quel qu'en soit le prétexte.

La décision américaine n'a rien à voir avec la démocratie et les droits de l'Homme à Hong Kong, mais vise à restreindre le développement de la Chine, selon Tursunali Kuziev, professeur à l'université d'Etat d'Ouzbékistan.

http://french.xinhuanet.com/2020-07/20/c_139226442.htm


 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire