(COVID-19) L'IRAK RECOIT UN SECOND LOT DE VACCINS DONNES PAR LA CHINE

 

(COVID-19) L'Irak reçoit un second lot de vaccins donnés par la Chine

 

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-04-12 à 09:06


(Xinhua/Khalil Dawood)

BAGDAD, 11 avril (Xinhua) -- L'Irak a reçu dimanche un second lot de vaccins contre le COVID-19 de Sinopharm donnés par le gouvernement chinois pour l'aider à combattre la pandémie.

Une cérémonie de remise s'est tenue à l'aéroport international de Bagdad, en présence de l'ambassadeur de Chine en Irak Zhang Tao, du ministre irakien de la Santé Hassan al-Tamimi et de plusieurs autres hauts responsables sanitaires irakiens.

"La Chine et l'Irak sont de bons amis et de proches partenaires. Nous nous soutenons l'un et l'autre, envers et contre tout, dans nos efforts de lutte contre la pandémie, ce qui a davantage consolidé et approfondi le partenariat amical entre nos deux pays et nos deux peuples", a déclaré M. Zhang lors de la cérémonie.

La Chine "accorde une attention particulière aux évolutions de l'épidémie en Irak (...) et a fait don de deux lots de vaccins à la partie irakienne en moins de deux mois", a-t-il indiqué.

Pour sa part, M. al-Tamimi a exprimé sa gratitude envers l'aide que la Chine a apportée à l'Irak, notant qu'elle se tient aux côtés du pays depuis le début de la pandémie et a été la première à lui faire parvenir des vaccins.

"La Chine a joué un grand rôle humanitaire et a fourni de l'aide non seulement à l'Irak, mais aussi à de nombreux autres pays", a dit le ministre irakien à Xinhua.

En janvier, le Conseil national irakien pour la sélection des médicaments a approuvé l'utilisation d'urgence des vaccins chinois Sinopharm et suédo-britannique AstraZeneca pour contenir la propagation de la pandémie de COVID-19.

Les vaccins donnés par la Chine devraient accélérer le plan national de vaccination en Irak, qui a enregistré ces derniers jours des chiffres d'infections quotidiennes sans précédent.

   1 2 3 4 5 6 7 8   
 
http://french.xinhuanet.com/2021-04/12/c_139874333.htm
 
 

La Chine est préoccupée par la décision du Japon de rejeter de l'eau de Fukushima dans la mer

 French.xinhuanet.com | Publié le 2021-04-12 à 22:26

BEIJING, 12 avril (Xinhua) -- La Chine a exprimé ses graves préoccupations par voie diplomatique concernant la décision du Japon d'évacuer l'eau radioactive de Fukushima en la rejetant dans le Pacifique, a déclaré lundi un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

Le porte-parole, Zhao Lijian, a fait cette remarque en réponse à une question à ce sujet. Il a déclaré que la Chine avait demandé à la partie japonaise d'adopter une attitude responsable et de traiter la question de l'élimination des déchets nucléaires avec prudence.

Notant que l'accident nucléaire de Fukushima était l'un des plus graves au monde, M. Zhao a déclaré que l'accident avait entraîné la fuite d'une grande quantité de matières radioactives, ce qui a eu un impact profond sur l'environnement marin, la sécurité des aliments et la santé humaine.

L'élimination correcte des déchets nucléaires est liée aux intérêts publics internationaux et aux intérêts vitaux des pays voisins, a souligné le porte-parole. Il faut les traiter avec soin et de manière appropriée afin d'éviter de nuire davantage à l'environnement marin, à la sécurité des aliments et à la santé humaine.

Le monde suit avec une profonde inquiétude la prochaine décision du Japon sur le rejet des eaux usées radioactives dans l'océan, et exprime ses doutes et son opposition. Il y a également une forte opposition au Japon, et le Japon ne peut pas faire la sourde oreille, a poursuivi M. Zhao.

"La partie japonaise doit agir de manière responsable pour les intérêts publics mondiaux et les intérêts de son propre peuple", a ajouté M. Zhao.

http://french.xinhuanet.com/2021-04/12/c_139875771.htm

 
 

Le modèle chinois d'engagement avec les pays d'Afrique est authentique, estime un responsable politique ougandais (INTERVIEW)

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2021-04-11 à 15:37


(Xinhua/Lu Jicheng)

KAMPALA, 11 avril (Xinhua) -- "En ce moment, vous pouvez conduire d'un coin de l'Ouganda à un autre sur une route goudronnée, principalement construite par des entreprises chinoises", se félicite Richard Todwong, secrétaire général adjoint du parti au pouvoir en Ouganda, le Mouvement de résistance nationale (MRN).

L'Initiative la Ceinture et la Route (ICR) est adoptée par les économies parce qu'elle relie les gens, et c'est là toute sa beauté, indique M. Todwong lors d'une récente interview accordée à Xinhua.

Les dirigeants du Parti communiste chinois (PCC) font preuve de clairvoyance dans la gestion des relations avec l'Afrique et les pays du tiers monde, estime ce haut responsable, notant que le modèle chinois d'engagement avec les pays africains était tangible, durable et authentique.

"Dans la plupart des économies d'Afrique, en particulier en Afrique subsaharienne, nous avons vu les Chinois réaliser des projets d'infrastructures. Ils construisent des barrages. Ils construisent des routes. Ils aident à augmenter les capacités de développement des zones rurales", témoigne M. Todwong.

"Les Chinois sont venus et ont construit pour nous un certain nombre de barrages, ce qui nous a permis d'alimenter notre économie", ajoute-t-il.

Le responsable salue également le maintien par la Chine du socialisme aux caractéristiques chinoises.

"On ne peut pas entrer dans le village global en oubliant sa prore culture", note-t-il.

M. Todwong a participé à une formation de trois mois sur la gouvernance à l'université de Beijing en 2019. Il a été impressionné par les mesures prises par la Chine en la matière.

Les dirigeants africains pourraient apprendre de la philosophie de gouvernance du PCC, car le parti est attaché à une philosophie de développement centrée sur le peuple, qui est la clé de tout type de gouvernement ainsi que de toute personne occupant un poste de direction à quelque niveau que ce soit, dit-il.

Les communistes chinois "comprennent très bien la pauvreté, (...) et donc une fois que vous connaissez la cause profonde de cette pauvreté particulière, il est facile de s'y attaquer", poursuit M. Todwong.

Il souligne également l'importance d'un leadership fort au sein du PCC. "La Chine se développe rapidement avec sa population, elle a combattu la pauvreté, elle a combattu toutes ces choses dont nous avons parlé dans d'autres pays, parce que son leadership est resté très ferme".

http://french.xinhuanet.com/2021-04/11/c_139872925.htm

 

Il faut rester vigilant vis-à-vis des sinistres manipulations politiques des recherches pour trouver l'origine du COVID-19 (COMMENTAIRE)

 French.xinhuanet.com | Publié le 2021-04-12 à 15:28

BEIJING, 12 avril (Xinhua) -- Certains médias occidentaux ont récemment publié deux lettres ouvertes niant les conclusions des experts de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) sur la recherche de l'origine du COVID-19, lançant une nouvelle attaque sans fondement contre la Chine.

Ces lettres, qui dénigrent la coopération entre la Chine et l'OMS et diffusent des hypothèses aux motivations troubles, sont truffées d'erreurs. Il s'agit en fait de manipulations politiques aux sinistres intentions contre lesquelles il convient d'être vigilant.

Principalement rédigées par des personnes sans formation médicale ou scientifique, comme Jamie Metzl, ancien membre du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, elles qualifient toutes deux de façon méprisante l'étude conjointe de l'OMS et de la Chine "d'enquête" avec une présomption de culpabilité.

Le 30 mars, après une étude sur le terrain menée par un groupe d'experts internationaux à Wuhan, dans le centre de la Chine, l'OMS a publié un rapport indiquant que des animaux avaient probablement transmis le nouveau coronavirus à des êtres humains selon deux scénarios, mais que la recherche de l'origine du virus était toujours en cours.

Grâce à leurs recherches scientifiques sur l'origine du virus, les experts chinois et de l'OMS ont élargi les connaissances de l'humanité à cet égard.

Toutefois, alors que les résultats ont pratiquement démenti les spéculations infondées selon lesquelles la pandémie aurait été causée par une fuite du virus d'un laboratoire de Wuhan, décevant ainsi les colporteurs de théories du complot, la dernière lettre dite ouverte a remis en cause l'intégrité des scientifiques en ne tenant pas compte du fait que les membres du groupe d'experts internationaux ayant participé à l'étude sur le terrain étaient largement représentatifs et scientifiquement indépendants.

Le timing de la publication de ces deux lettres, la première ayant été publiée avant la révélation du rapport de l'OMS et la seconde après, n'est pas une coïncidence.

En fait, ces manipulations ne sont qu'un autre stratagème maladroit des habitués du dénigrement de la Chine, qui s'obstinent à saisir la moindre occasion de s'en prendre à elle.

Lorsque la crise sanitaire mondiale a pris le monde au dépourvu, ils étaient si désireux de blâmer Beijing qu'ils ont totalement ignoré l'avertissement de l'OMS et ont ainsi raté l'occasion de maîtriser la pandémie. Lorsque la Chine a commencé à coopérer avec l'OMS pour retracer l'origine du virus, ils se sont encore attachés à critiquer la Chine avec des allégations sans fondement.

De manière honteuse, des actes tels que la déformation des faits, le transfert des responsabilités, la contestation des résultats scientifiques et la dénaturation de la coopération de la Chine avec l'OMS et d'autres pays ont détourné la lutte mondiale et perturbé la coopération internationale contre le nouveau coronavirus.

La contribution de la Chine à la lutte contre la pandémie est indéniable. Prenons l'exemple de l'effort de traçage de l'origine du virus. Malgré les difficultés rencontrées dans la prévention et le contrôle des épidémies dans le pays, Beijing a invité à deux reprises des experts de l'OMS à venir en Chine pour cette entreprise.

Le docteur Peter Karim Ben Embarek, expert en sécurité alimentaire et en zoonoses à l'OMS et chef de l'équipe internationale d'experts à Wuhan, a déclaré ouvertement que tous les membres qui composent celle-ci, dont 17 experts étrangers et 17 scientifiques chinois, ont pu parvenir à un consensus sur tous les points concernant leurs conclusions dans le rapport de l'OMS.

Etant donné la complexité et l'importance de la question de la recherche de l'origine du nouveau coronavirus, il est inacceptable et dangereux de tolérer les manipulations politiques de certains pseudo-scientifiques.

Dans une certaine mesure, de tels actes sont aussi mortels que le virus lui-même car ils portent atteinte aux deux éléments les plus nécessaires à la lutte difficile contre la pandémie : la solidarité mondiale et l'esprit scientifique.

L'effort de recherche de l'origine du virus nécessitant encore la contribution de nombreux pays, le monde devrait se méfier de ces sinistres manipulations politiques. Sinon, les près de 3 millions de personnes victimes du COVID-19 seront mortes en vain.

http://french.xinhuanet.com/2021-04/12/c_139875088.htm

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire