COVID-19: LES ETATS-UNIS DOIVENT RÉPONDRE A CERTAINES QUESTIONS

COVID-19: les Etats-Unis doivent répondre à certaines questions

French.china.org.cn | Mis à jour le 12. 05. 2020 | Mots clés : COVID-19,Etats-Unis

 

5 mars 2020: le secrétaire d’Etat des Etats-Unis, Mike Pompeo, lors d’une conférence de presse à Washington D.C. [Crédit photo: Xinhua]
 

 

Plutôt que de se concentrer sur la lutte contre le nouveau coronavirus et de se sauver des vies aux Etats-Unis, un certain nombre de politiciens américains, dont le secrétaire d’Etat Mike Pompeo et le porte-parole du département d’Etat Morgan Ortagus, se sont efforcés de promouvoir la présomption selon laquelle la Chine serait responsable de la pandémie.

Le Parti républicain a même établi un groupe de travail qui, affirme-t-il, va enquêter sur le rôle de la Chine dans la propagation du coronavirus. Il s’agit clairement d’un rideau de fumée visant à créer l’impression que la Chine porte la responsabilité de cet imbroglio tragique, que la réponse à la pandémie a fait naître aux Etats-Unis.

En déclarant coupable la Chine d’être à l’origine du nouveau coronavirus, et notamment en pointant d’un doigt conspirateur l’Institut de virologie de Wuhan, l’administration américaine tente désespérément d’éviter d’endosser ses responsabilités pour sa réponse tardive, inefficace et désastreuse face à la pandémie.

Ces faux accusateurs sont bien conscients que les pays, qui font état en premier de l’apparition d’une nouvelle maladie, n’en sont généralement pas la source. Les Etats-Unis ont par exemple enregistré les premières infections au VIH, même si l’origine de ce virus a été localisée ailleurs.

En essayant de créer une présomption de culpabilité sur la « faute » ou la « négligence » de la Chine, les Etats-Unis tentent de détourner les critiques sur leur propre territoire, mais également d’éviter certaines questions pertinentes qui pourraient leur être posées, notamment: quelles sont les circonstances entourant la fermeture de son laboratoire militaire d’armes biologiques à Fort Detrick dans le Maryland l’année dernière? Ce laboratoire réalisait-il des recherches sur les coronavirus? Y a-t-il eu une fuite?

Et quand la première infection au nouveau coronavirus est-elle apparue aux Etats-Unis?

D’après les médias américains, le premier cas confirmé aux Etats-Unis pourrait être bien antérieur à ce qui a été indiqué. Michael Melham, le maire de Belleville dans le New Jersey, a par exemple affirmé avoir été infecté en novembre dernier.

Par ailleurs, malgré leur statut de plus grande économie mondiale bénéficiant d’importantes ressources et des technologies médicales les plus avancées, les Etats-Unis possèdent le plus grand nombre d’infections confirmées et de décès liés au coronavirus. Comment cela est-il possible?

Le monde a en outre de bonnes raisons de demander pourquoi, à un moment aussi critique et alors que la coopération internationale est plus que jamais nécessaire pour lutter contre l’épidémie, les Etats-Unis ont-ils soudainement interrompu leur contribution à l’Organisation mondiale de la santé? Et pourquoi ont-ils refusé de participer la semaine dernière à une conférence en ligne visant à lever des fonds pour financer la recherche d’un vaccin?

Les Etats-Unis posent des questions de façon à nourrir les suspicions à l’encontre de la Chine et à lui attribuer la faute, mais tant que la science n’aura pas répondu à la question de l’origine du nouveau coronavirus et des leçons à tirer de cette pandémie, les suspicions et les fautes sont tout autant attribuables aux Etats-Unis.

Il est moralement répugnant que ces politiciens américains engagés dans des diffamations aussi malsaines exploitent en réalité la réponse inadaptée de l’administration américaine face au coronavirus et ses malheurs, uniquement pour diffamer la Chine.

La situation aux Etats-Unis devrait rappeler à Washington que, même si elle regarde Beijing comme sa rivale, il devrait y avoir un niveau fondamental de confiance mutuelle, de façon à répondre aux menaces communes.

 

Suivez China.org.cn sur Twitter et Facebook pour rejoindre la conversation.

Source:french.china.org.cn  

 

Lire aussi

http://french.china.org.cn/foreign/txt/2020-05/12/content_76035887.htm


 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire