LA CHINE ENVOIE PLUS DE 4000 TONNES DE RIZ EN SYRIE A TITRE D'AIDE HUMANITAIRE

tourtaux-jacques Par Le 17/01/2022 0

Dans CHINE

La Chine envoie plus de 4.000 tonnes de riz en Syrie à titre d'aide humanitaire

French.xinhuanet.com | Publié le 2022-01-17 à 01:59


(Xinhua/Ammar Safarjalani)

DAMAS, 16 janvier (Xinhua) -- La Syrie a reçu dimanche plus de 4.000 tonnes de riz envoyées de Chine, qui s'ajoutent à une longue série de fournitures humanitaires offerte par la Chine à ce pays afin de soulager les souffrances du peuple syrien.

Feng Biao, ambassadeur de Chine en Syrie, a signé le document de livraison avec Khaled Hboubati, le chef du Croissant-Rouge arabe syrien (SARC), au siège du SARC à Damas.

Lors de la signature du document, M. Hboubati a remercié la Chine pour l'aide qu'elle avait apportée au peuple syrien.

L'ambassadeur de Chine a quant à lui espéré que l'aide continue de son pays à la Syrie permettrait d'atténuer les souffrances du peuple syrien.

"Nous espérons que cette aide contribuera à soulager les souffrances des Syriens, et je voudrais profiter de cette occasion pour remercier le SARC pour sa collaboration", a ajouté l'ambassadeur. Fin

(Xinhua/Ammar Safarjalani)

http://french.news.cn/2022-01/17/c_1310426872.htm

 

Des experts doutent de la capacité de Biden à maintenir les entreprises et les écoles américaines ouvertes face au variant Omicron (The Guardian)

French.xinhuanet.com | Publié le 2022-01-17 à 19:51

LONDRES, 17 janvier (Xinhua) -- Alors que le président américain Joe Biden a promis de garder les entreprises et les écoles ouvertes, certains experts se demandent si cela est possible étant donné la nature hautement infectieuse du variant Omicron et le manque de mesures adéquates pour le combattre, a rapporté mercredi dernier le quotidien britannique The Guardian.

"L'économie ne peut pas rester ouverte et les écoles ne peuvent pas rester ouvertes quand tant de personnes tombent malades", a indiqué le journal, citant Margaret Thornton, chercheuse en éducation à l'Ecole des affaires publiques et internationales de Princeton.

"Nous devons prendre des mesures pour ralentir la propagation afin que les écoles et les entreprises puissent continuer de fonctionner", a souligné Mme Thornton, tout en déplorant la lenteur avec laquelle ces mesures ont été prises.

Le variant Omicron fait suite à la vague dévastatrice de Delta à l'automne et aux pénuries de personnel et de fournitures existantes, avec peu de possibilités de récupération, a noté The Guardian, citant la moyenne d'infections sur sept jours aux Etats-Unis, qui s'élevait à plus de 750.000 cas, soit beaucoup plus que lors du pic de Delta.

Les hôpitaux à travers le pays sont peut-être déjà plus remplis que ne le suggèrent les chiffres officiels, et les écoles ont également du mal à rester ouvertes, a fait remarquer le journal.

"C'est le chaos. C'est le chaos total", a estimé Mme Thornton.

Afin de contrôler le variant Omicron et les poussées futures, les autorités américaines doivent s'appuyer sur des tactiques éprouvées, allant des tests aux masques de haute qualité et à une meilleure ventilation, selon certains experts de la santé, cités par le journal. Fin

http://french.news.cn/2022-01/17/c_1310428267.htm

 

Washington à l'affiche d'une nouvelle comédie liée à la COVID-19 (COMMENTAIRE)

French.xinhuanet.com | Publié le 2022-01-16 à 21:49

BEIJING, 16 janvier (Xinhua) -- Une nouvelle comédie liée à la COVID-19 a été récemment mise en scène à Washington : la quasi-totalité des membres de la Chambre des représentants des Etats-Unis ont été aperçus entrant dans l'hémicycle avec des masques chinois KN95, qui leur ont été donnés et qui offrent une protection accrue. Il s'agit pourtant du même groupe de personnes qui intensifie depuis longtemps une campagne contre la Chine.

Ce spectacle a été observé après une récente obligation plus stricte du port du masque, qui exige que les membres de la Chambre portent des masques N95 ou KN95 dans l'enceinte de l'hémicycle sur fond d'aggravation de la pandémie dans le pays.

Mais ces politiciens n'étaient pas satisfaits de cette décision. Alors que certains se sont tournés vers la vieille théorie du complot de la "fuite du laboratoire de Wuhan" pour se rassurer, d'autres se sont appuyés sur la théorie de la "menace chinoise" pour protester contre cette obligation.

Cet état d'esprit anti-Chine est né d'un fléau politique profondément enraciné aux Etats-Unis, où les Démocrates et les Républicains tirent toutes les ficelles possibles pour remporter la lutte partisane. Pour les deux camps, dénigrer Beijing semble être une tactique parfaite pour obtenir des bénéfices politiques.

Le "Corona Big Book" (Grand livre du coronavirus), un document de 57 pages divulgué en 2020, conseille aux candidats républicains d'affronter la pandémie en attaquant agressivement la Chine et fournit des directives détaillées sur la façon de lier les candidats démocrates à Beijing.

Ce manuel stratégique a reçu une grande attention de la part de l'ancienne administration américaine, qui a fermé les yeux sur le besoin urgent de mesures anti-pandémiques rapides et efficaces. Alors qu'il cherchait de nouveaux moyens de répandre des rumeurs et de faire de la Chine un bouc émissaire, le pays s'est retrouvé avec le plus grand nombre de cas de COVID-19 et de décès liés à cette maladie au monde, malgré des technologies et des installations médicales de premier ordre et des experts de premier plan en matière de santé.

Alors que les politiciens de Washington s'occupaient de leurs propres intérêts politiques, ils ne semblaient pas dérangés par l'idée de sacrifier les intérêts communs de ceux qui luttaient pour survivre aux Etats-Unis et ailleurs.

Dans les moments difficiles qu'ils ont traversés pendant la pandémie, les Etats-Unis ont reçu de la Chine plus de 40 milliards de masques, environ 1,2 milliard de gants chirurgicaux et près d'un milliard de blouses de protection, entre autres fournitures médicales, entre le 1er mars 2020 et le 28 février 2021.

Néanmoins, certains politiciens américains se sont retournés contre leur bienfaiteur, faisant délibérément passer les offres généreuses de la Chine pour des manœuvres politiques.

Le dernier conseil scientifique des médecins de la Chambre sur le port du masque dans son enceinte, dans le but de protéger ses membres du variant hautement contagieux Omicron, est à présent accueilli par de nouvelles attaques racistes anti-chinoises et a déclenché une nouvelle série de provocations entre les deux principaux partis politiques américains. Avec cette logique absurde, il ne serait pas surprenant qu'un jour, les étudiants et les consommateurs américains portant des masques de fabrication chinoise se voient interdire l'accès aux écoles et aux supermarchés.

"Pour chaque certificat de décès dont la cause principale est la COVID-19, le bipartisme devrait être mentionné comme cause contributive. Cette pandémie a été politisée dès le premier jour", affirmait un article du site d'informations Business Insider paru fin 2021.

En effet, de plus en plus de personnes dans le monde ont recouvré leurs esprits et réalisé que pour les décideurs américains, les vies des gens ordinaires, la santé publique et la science étaient loin d'être des priorités. Les quelques 850.000 vies fauchées par le virus dans le pays sont la preuve que lorsque les dirigeants échouent et que le système politique est dans l'impasse, les personnes souffrent.

Faire de la politique en pointant la Chine d'un doigt accusateur ne sauvera pas les Etats-Unis de la pandémie, mais fera de ces politiciens américains les bouffons de la scène internationale. C'est ce dont les politiciens doivent se rendre compte avant que la pandémie ne fasse encore plus de victimes dans leur pays. Fin

http://french.news.cn/2022-01/16/c_1310426801.htm

 

Beijing s’engage à organiser des JO d’hiver réussis

French.china.org.cn | Mis à jour le 17. 01. 2022 | Mots clés : JO d'hiver,Beijing 2022
Photo : CFP

Beijing s’est engagée à faire des Jeux olympiques et paralympiques d’hiver 2022 un évènement sportif réussi comme prévu, alors que la capitale s’efforce de prévenir la propagation de son premier cas local du variant Omicron, à trois semaines du lancement des JO. 

Après avoir enregistré le premier cas d’infection par le variant Omicron à Beijing dans le district de Haidian, le Centre pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) de Beijing a rappelé dimanche dernier que les masques de protection devaient être portés dans les lieux publics, car ils restaient « le moyen le plus efficace pour repousser le virus », même avec le variant Omicron. 

« Cette règle s’applique à tous, y compris aux personnes pleinement vaccinées ou ayant reçu une dose de vaccin supplémentaire », précise le CDC de Beijing, soulignant que le taux de vaccination des personnes âgées de 60 ans et plus et des enfants âgés de 3 à 11 ans devait être accéléré.

Cai Qi, le secrétaire du Comité municipal du Parti communiste chinois (PCC) à Beijing et président du Comité d’organisation de Beijing 2022, a annoncé dimanche que la gestion en circuit fermé, à laquelle seront intégrés la sécurité, les transports et d’autres services connexes, constituait la clé pour prévenir le Covid-19.

Cai Qi a également proposé un certain nombre d’exigences pour le travail d’organisation des Jeux olympiques. Selon lui, la fluidité des opérations sur les sites olympiques est essentielle à l’organisation réussie de cet évènement et la précision des prévisions météorologiques devrait être améliorée. 

Les sports d’hiver sont des activités à haut risque. Il est donc nécessaire d’exiger des équipes d’urgence qu’elles soient pleinement préparées pour réaliser des opérations de sauvetage d’urgence lorsque cela est nécessaire, a-t-il fait remarquer. 

Beijing va proposer des services de gestion standardisés et affinés au sein du village olympique de Beijing, créant un « foyer sûr, chaleureux et confortable pour les athlètes » et développant la marque des « services de Beijing » au cours des JO, a-t-il noté. 

Se déroulant au cours de la fête la plus importante de Chine, à savoir la fête du Printemps, les Jeux olympiques d’hiver de Beijing combineront des éléments traditionnels festifs chinois pour créer une atmosphère de vacances joyeuses. Dans le même temps, le bien-être du personnel et des volontaires sera également assuré.

Cai Qi a souligné que les opérations de Beijing, notamment les services essentiels de la ville en eau, en électricité, en gaz et en chauffage, ainsi que le bon environnement urbain devaient être garanties, tout en minimisant les perturbations des JO sur la vie quotidienne des habitants.

Les autorités de Beijing ont confirmé que le nouveau cas local de Covid-19 apparu samedi dernier était le variant Omicron. La patiente n’a eu de contact avec aucun cas confirmé et n’a pas quitté la ville au cours des 14 derniers jours. Elle se serait rendue le 2 janvier dans l’un des centres commerciaux les plus populaires de la capitale, le SKP, d’après une notification du centre commercial.

http://french.china.org.cn/china/txt/2022-01/17/content_77994438.htm

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire