LA CHINE LANCE UN NOUVEAU SATELLITE DE TELECOMMUNICATION MOBILE

La Chine lance un nouveau satellite de télécommunication mobile

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2021-01-20 à 11:19


(Xinhua/Guo Wenbin)

XICHANG, 20 janvier (Xinhua) -- Mercredi, la Chine a lancé avec succès un nouveau satellite de télécommunication mobile depuis le Centre de lancement de satellites de Xichang, dans la province chinoise du Sichuan (sud-ouest).

Le satellite Tiantong 1-03 a été lancé à 00h25 (heure de Beijing) par une fusée porteuse Longue Marche-3B et est entré avec succès sur l'orbite prévue.

Tiantong-1 est un système de communication mobile par satellite développé et construit indépendamment par la Chine. Il se compose d'un segment spatial, d'un segment terrestre et d'un terminal utilisateur.

Développé par l'Académie chinoise de technologie spatiale, le satellite Tiantong 1-03 établira un réseau mobile avec des installations au sol afin de fournir des services de communication mobile stables et fiables, par tous les temps, tels que la voix, les messages courts et les données, aux utilisateurs en Chine et dans ses régions avoisinantes, au Moyen-Orient, en Afrique et dans d'autres régions connexes, ainsi que dans la plupart des zones maritimes de l'océan Pacifique et de l'océan Indien.

Ce lancement constitue la 358e mission de vol de la série de fusées Longue Marche ainsi que le premier lancement spatial du pays en 2021.

   1 2 3  
 
http://french.xinhuanet.com/2021-01/20/c_139683046.htm
 
 

Xi Jinping s’exprimera au forum de Davos dans un contexte mondial marqué par le COVID-19 et l’unilatéralisme américain

French.china.org.cn | Mis à jour le 20. 01. 2021 | Mots clés : Xi Jinping, Davos, COVID
Le président Xi Jinping prononce un discours durant la séance plénière d’ouverture de la réunion annuelle de 2017 du Forum économique mondial de Davos, en Suisse, le 17 janvier 2017. Photo : Xinhua

 

Le président chinois Xi Jinping participera au Forum économique mondial de Davos et prononcera un discours en vidéoconférence le 25 janvier, a annoncé mardi le ministère chinois des Affaires étrangères. Ce discours marque le premier grand événement diplomatique de la nouvelle année pour le président chinois, à un moment critique pour le monde en pleine lutte contre la pandémie de COVID-19 et pour la coopération mondiale perturbée par l’unilatéralisme orchestré par les États-Unis.

Après une année 2020 présentant des défis sans précédent et les derniers indicateurs économiques confirmant la dynamique reprise de la Chine après l’impact du COVID-19, le discours de Xi Jinping sera probablement axé sur le partage d’expérience du pays dans sa lutte ardue contre l’épidémie, et appellera à davantage d’efforts mondiaux pour surmonter cette crise de santé publique, tout en réitérant l’engagement continu de la Chine en faveur d’une approche multilatérale inclusive pour traiter un large éventail de priorités mondiales, du contrôle de la pandémie à la reprise économique, estiment des analystes chinois.

La réunion annuelle de Davos se tiendra en ligne du 25 au 29 janvier et mettra l’accent sur l’importance de rebâtir la confiance, ont indiqué les organisateurs de l’événement en Suisse. Plus de 1 500 dirigeants d’entreprises, de gouvernements et de la société civile de plus de 70 pays et régions participeront au forum en ligne, selon un communiqué de presse.

Outre le président chinois, 19 chefs d’État et de gouvernement ont prévu de participer à la réunion, dont le premier ministre indien Narendra Modi, le président français Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel. La présence de Joe Biden, qui deviendra président des États-Unis mercredi 20 janvier, cinq jours seulement avant la réunion, n’est pas confirmée. Le Forum économique mondial a indiqué dans le communiqué de presse que d’autres dirigeants mondiaux doivent également confirmer leur participation.

La réunion virtuelle aura lieu dans un contexte d’immenses défis mondiaux, en particulier la pandémie de COVID-19, qui a tué plus de deux millions de personnes, ainsi que l’économie mondiale chancelante dont la contraction en 2020 devrait être de 4,3 %, l’effort mondial de distribution de vaccins décrit par le directeur de l’OMS comme étant au bord d’un « échec moral catastrophique », et la persistance de tensions géopolitiques et commerciales.

Dans ce contexte, Xi Jinping présentera probablement la position de la Chine sur ces questions, a estimé Chen Fengying, chercheuse à l’Institut chinois des relations internationales contemporaines. « L’accent sera mis sur la construction d’une communauté d’avenir partagé pour traiter toutes les questions par la consultation et la coopération, que ce soit en matière de santé publique ou de développement économique », a déclaré Mme Chen au Global Times mardi.

Le président chinois a également lancé des appels similaires dans son discours de Davos en 2017, au cours duquel il a fermement répudié la montée de l’antimondialisation et du protectionnisme encouragés par le président américain Donald Trump, qui doit être remplacé par Joe Biden mercredi.

« Le protectionnisme, c’est comme s’enfermer dans une chambre noire. On se protège peut-être du vent et de la pluie, mais on se prive aussi d’air et de lumière. Personne ne sortira vainqueur d’une guerre commerciale », avait souligné Xi Jinping dans son discours très médiatisé de 2017. Il avait appelé les pays à ne pas rejeter la faute sur les autres et à s’unir pour assumer leurs responsabilités et surmonter les difficultés.

Quatre ans plus tard, de nombreux défis mondiaux restent épineux et certains sont exacerbés par la pandémie de COVID-19. Tandis que Donald Trump est sur le point de quitter ses fonctions, les dégâts causés à l’ordre multilatéral mondial par sa politique mettant « l’Amérique d’abord » resteront et ne pourront pas être réparés du jour au lendemain par Joe Biden, qui semble vouloir réintégrer le système multilatéral, ont noté les analystes.

« Si Donald Trump laissait un héritage, ce serait une profonde fracture, non seulement aux États-Unis, mais aussi dans le monde », a souligné Mme Chen.

Bien que Joe Biden ait promis un retour au multilatéralisme susceptible d’ouvrir de nombreux domaines de coopération entre la Chine et les États-Unis, sa vision de la coopération multilatérale sera différente de celle que la Chine promeut, a tempéré Wang Yiwei, directeur de l’Institut des affaires internationales de l’Université Renmin de Chine à Beijing.

« La Chine a mis l’accent sur un partenariat régional renforcé dans un cadre mondial, qui serait inclusif et n’exclurait pas d’autres pays. Il ne serait pas dirigé par un seul pays, à l’image du multilatéralisme mené par le gouvernement américain. Il serait ouvert à des solutions variées », a déclaré M. Wang, prenant pour exemple le Partenariat régional économique global (RCEP) signé par la Chine et divers pays d’Asie, ainsi que la conclusion des négociations avec l’UE en vue de l’accord sur les investissements.

Mme Chen a ajouté que l’approche inclusive de la Chine en matière de multilatéralisme était différente du probable appel de Joe Biden à un multilatéralisme avec les alliés des États-Unis. « Si l’on choisit toujours avec qui on coopère, ce n’est pas inclusif », a-t-elle déclaré.

Le besoin urgent de coopération et de leadership dans le monde fera probablement du discours de Xi Jinping un moment fort de la prochaine réunion de Davos, ont ajouté les analystes.

Le succès de la Chine dans la lutte contre la pandémie et sa remarquable reprise économique avec une croissance de 2,3 % en 2020, faisant du pays le seul à avoir connu un taux positif de croissance parmi les grandes économies, ajouteront également du poids au discours du président, ont-ils estimé.

Xi Jinping réitérera l’engagement de la Chine à coordonner les efforts de contrôle épidémique, y compris en rendant des vaccins accessibles et abordables pour les pays en développement, en réparant les chaînes d’approvisionnement mondiales grâce à la suppression des barrières commerciales et d’autres mesures, et en visant une croissance inclusive, ont ajouté les analystes.

http://french.china.org.cn/china/txt/2021-01/20/content_77135289.htm

 

Routes de la soie: aucun projet clé suspendu pour des raisons liées au Covid-19

French.china.org.cn | Mis à jour le 20. 01. 2021 | Mots clés : Routes de la soie
Peng Huagang, le porte-parole de la Commission d’administration et de supervision des actifs publics (SASAC) de Chine.

« Aucun projet clé impliqué dans l’initiative des nouvelles Routes de la soie n’a été suspendu pour des raisons liées au Covid-19 », a indiqué mardi Peng Huagang, le porte-parole de la Commission d’administration et de supervision des actifs publics (SASAC) de Chine. Selon lui, 81 entreprises d’Etat administrées par les autorités centrales (ci-après « SOE centrales ») ont engagé plus de 3400 projets dans les économies le long des nouvelles Routes de la soie et plus de 600 d’entre eux ont déjà été terminés.

Les travaux de construction pour la ligne ferroviaire à grande vitesse entre Jakarta et Bandung ainsi que la ligne ferroviaire entre la Chine et le Laos suivent le calendrier prévu. Par ailleurs, 65 entreprises se sont installées dans le parc industriel sino-biélorusse, pour un investissement total de 1,22 milliard de dollars (1 milliard d’euros).

« La SASAC va continuer à engager tous les efforts possibles pour lutter contre l’épidémie de Covid-19 à l’étranger, reprendre le travail et la production, et faire de l’initiative des nouvelles Routes de la soie une voie de coopération, de santé, de relance et de croissance », a souligné le porte-parole.

Récemment, la China Railway Construction (CRCC) a expliqué dans un communiqué qu’elle réalisait des projets d’infrastructures dans plusieurs pays, notamment en Algérie et en Angola. En 2020, le groupe a également signé deux nouveaux contrats avec le Ghana, qui devraient être mis en œuvre dans les années à venir.

En novembre 2020, la CRCC a terminé la construction du tunnel de Sidi-Aïch dans le nord de l’Algérie, malgré la pandémie. Il s’agit du tunnel ayant la section transversale la plus importante d’Afrique jamais construit par une entreprise chinoise et ce projet a permis de créer plus de 500 emplois pour les communautés locales. « Des mesures rigoureuses de prévention du Covid-19, ainsi qu’une coopération fluide entre le personnel chinois et local, ont été les facteurs clés pour mener ce projet à son terme », a précisé l’entreprise.

Les SOE chinoises ont réalisé des progrès significatifs et d’importantes contributions dans ce contexte pandémique. Selon Peng Huagang, les bénéfices nets des SOE centrales ont atteint les 1400 milliards de yuans (178 milliards d’euros) en 2020, soit une hausse de 2,1 % en glissement annuel. De plus, près de 80 % de ces géants d’Etat ont enregistré une croissance de leurs bénéfices par rapport à l’année précédente.

http://french.china.org.cn/business/txt/2021-01/20/content_77136051.htm

La croissance économique de la Chine au-delà des attentes

French.china.org.cn | Mis à jour le 20. 01. 2021 | Mots clés : croissance économique
Hua Chunying, la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

Alors que la pandémie de Covid-19 continue de s’aggraver à travers le monde et que l’économie mondiale connaît sa pire récession depuis la 2e guerre mondiale, les principaux médias internationaux, incluant les agences Reuters et Associated Press, ont exprimé des « inquiétudes » concernant l’économie chinoise, malgré sa reprise rapide et sa forte croissance, a noté Hua Chunying, la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

« La Chine sera probablement la seule économie majeure à avoir enregistré une croissance positive l’année dernière et celle-ci a surpassé les attentes d’un grand nombre d’agences professionnelles », a-t-elle souligné mardi au cours d’une conférence de presse. Cette précision venait en réponse à une question faisant remarquer que certains médias se focalisent sur le fait que le taux de croissance économique de la Chine en 2020 a été à son « niveau le plus bas » de ces quatre dernières décennies.

D’après les données officielles publiées lundi dernier, l’économie chinoise a enregistré une croissance de 2,3 % pour l’ensemble de 2020 avec une expansion de 6,5 % au 4e trimestre.

« La Chine a pris l’initiative dans l’endiguement du virus, la reprise du travail et de la production, ainsi que le retour à l’expansion économique après une contraction soudaine. […] L’économie chinoise a enregistré une relance splendide en forme de V, qui s’exprime à travers les sites de construction qui battent leur plein, les rues animées et le flux incessant de la circulation », a ajouté Hua Chunying.

Le PIB du pays en 2020 devrait dépasser pour la première fois les 100 000 milliards de yuans (12 700 milliards d’euros) et sa part au sein de l’économie mondiale les 17 %, contre 16,3 % en 2019. Par ailleurs, un grand nombre d’indicateurs montrent que la Chine est en train de donner le rythme à l’économie mondiale aux niveaux quantitatif et qualitatif, a expliqué la porte-parole. Ainsi, la production en céréales sur l’ensemble de l’année a par exemple établi un nouveau record, la production industrielle n’a cessé d’augmenter et la mise à niveau de la consommation s’accélère.

La Chine a contribué à la croissance économique, et elle a également fourni un grand nombre de produits de première nécessité pour la lutte mondiale contre la pandémie de Covid-19, jouant un rôle actif dans la préservation de la stabilité des chaînes industrielle et d’approvisionnement mondiales, a signalé Hua Chunying. Selon les estimations publiées au mois de décembre par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), la contribution de la Chine à la croissance économique mondiale devrait atteindre un tiers en 2021.

Le pays va continuer de s’ouvrir sur l’extérieur et le développement durable de l’économie devrait permettre de créer plus d’opportunités que le monde pourra se partager, a-t-elle affirmé. La porte-parole a rappelé que la mondialisation économique était une tendance irréversible et que l’ouverture et la coopération continuaient de prévaloir, malgré l’impact du coronavirus sur l’économie mondiale, la montée continue de l’unilatéralisme et du protectionnisme, ainsi que les effets persistants de la pandémie sur les chaînes d’approvisionnement mondiales.

Tant que les pays coopéreront pour préserver le multilatéralisme et le libre-échange, mais aussi promouvoir un système de gouvernance économique mondiale plus équitable et raisonnable, l’économie mondiale sera sur la bonne voie pour se rétablir, a indiqué la porte-parole. Hua Chunying a assuré que la Chine continuerait à être un bâtisseur de la paix mondiale, un contributeur du développement mondial et un gardien de l’ordre international.

· Le PIB de la Chine a dépassé 100 000 milliards de yuans en 202


http://french.china.org.cn/business/txt/2021-01/20/content_77135948.htm

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire