LA CHINE PREND DES CONTRE-MESURES AUX MESURES RESTRICTIVES IMPOSÉES SUR LES AGENCES MÉDIATIQUES CHINOISES AUX USA

  • Par
  • Le 19/03/2020
  • Commentaires (0)
  • Dans CHINE

(Multimédia) La Chine prend des contre-mesures aux mesures restrictives imposées sur les agences médiatiques chinoises aux Etats-Unis

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-03-18 à 14:38
 

Des drapeaux sur la place Tian'anmen et au-dessus du Grand Palais du Peuple. (Photo : Yang Zongyou)

Les actions des Etats-Unis ciblant exclusivement les organisations médiatiques chinoises ont été motivées par une mentalité de guerre froide et des préjugés idéologiques. La décision a exposé l'hypocrisie du soi-disant défenseur de la liberté de la presse, selon un communiqué.

BEIJING, 18 mars (Xinhua) -- La Chine a annoncé mercredi des contre-mesures face aux mesures restrictives imposées sur les agences médiatiques chinoises aux Etats-Unis, selon un communiqué officiel.

Le communiqué indique que ces dernières années, le gouvernement américain a imposé des restrictions injustifiées sur les agences médiatiques chinoises et leur personnel aux Etats-Unis, a délibérément mis en difficulté leur travail de reportage normal, et leur a fait subir une discrimination croissante et une oppression motivée par des considérations politiques.

En décembre 2018, les Etats-Unis ont ordonné à certaines organisations médiatiques chinoises aux Etats-Unis de s'enregistrer comme "agents étrangers". En février 2020, le pays a désigné cinq entités médiatiques chinoises aux Etats-Unis comme "missions étrangères" et imposé un plafond au nombre de leurs employés, expulsant de ce fait des journalistes chinois des Etats-Unis.

Un tel traitement scandaleux a suscité de fortes représentations de la Chine. La Chine s'y est fermement opposée et a vivement condamné la décision des Etats-Unis, et a souligné son droit réservé de répondre et de prendre des mesures, note le communiqué.

Le communiqué indique que la Chine annonce les mesures suivantes qui prennent effet immédiatement :

Premièrement, en réponse à la désignation par les Etats-Unis de cinq agences médiatiques chinoises comme "missions étrangères", la Chine exige, dans un esprit de réciprocité, que les branches basées en Chine de Voice of America, du New York Times, du Wall Street Journal, du Washington Post et du Time déclarent par écrit les informations sur leur personnel, leurs finances, leur fonctionnement et leur immobilier en Chine.

Deuxièmement, en réponse à la réduction de la taille du personnel des agences médiatiques chinoises aux Etats-Unis, qui est une expulsion en fait, la Chine exige que les journalistes de nationalité américaine travaillant pour le New York Times, le Wall Street Journal et le Washington Post, dont les cartes de presse doivent expirer avant la fin de 2020, informent le département de l'information du ministère des Affaires étrangères dans les quatre jours calendaires à partir de mercredi et remettent leurs cartes de presse dans un délai de 10 jours calendaires. Ils ne seront pas autorisés à continuer de travailler en tant que journalistes en République populaire de Chine, y compris dans ses régions administratives spéciales de Hong Kong et de Macao.

Troisièmement, en réponse aux restrictions discriminatoires imposées par les Etats-Unis aux journalistes chinois en matière de visa, d'examen administratif et de reportage, la Chine prendra des mesures réciproques contre les journalistes américains.

Selon le communiqué, les mesures susmentionnées sont des contre-mesures entièrement nécessaires et réciproques que la Chine est obligée de prendre en réponse à l'oppression déraisonnable sur les organisations médiatiques chinoises aux Etats-Unis. Elles sont de la légitime autodéfense et sont justifiées dans tous les sens du terme.

Les actions des Etats-Unis ciblant exclusivement les organisations médiatiques chinoises ont été motivées par une mentalité de guerre froide et des préjugés idéologiques. La décision a gravement terni la réputation et l'image des organisations médiatiques chinoises, gravement affecté leur fonctionnement normal aux Etats-Unis, et a gravement perturbé les échanges humains et culturels entre les deux pays. Elle a donc exposé l'hypocrisie du soi-disant défenseur de la liberté de la presse, selon le communiqué.

"La Chine exhorte les Etats-Unis à changer immédiatement de cap, à réparer les dommages et à mettre fin à leur oppression politique et à leurs restrictions arbitraires sur les organisations médiatiques chinoises. Si les Etats-Unis décidaient d'aller plus loin dans cette mauvaise voie, ils pourraient s'attendre à plus de contre-mesures de la part de la Chine", note le communiqué.

La politique d'Etat fondamentale de la Chine relative à l'ouverture n'a pas changé et ne changera pas. "Les organisations médiatiques et les journalistes étrangers qui relatent les histoires conformément aux lois et règlements sont toujours les bienvenus en Chine et recevront une aide continue de notre part", affirme le communiqué.

"Ce que nous rejetons, ce sont les préjugés idéologiques contre la Chine, les fausses nouvelles fabriquées au nom de la liberté de la presse et les violations de l'éthique dans le journalisme. Nous appelons les médias et les journalistes étrangers à jouer un rôle positif dans la promotion de la compréhension mutuelle entre la Chine et le reste du monde", conclut le communiqué.

http://french.xinhuanet.com/2020-03/18/c_138891092.htm

 

 

 

Le plafond d'employés imposé aux médias chinois par Washington est une triste farce (COMMENTAIRE)

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-03-18 à 16:29
 

BEIJING, 18 mars (Xinhua) -- Avec l'entrée en vigueur vendredi dernier de la répression politique exercée par Washington envers les médias chinois présents aux Etats-Unis, la nature hypocrite de la soi-disant liberté de la presse dans ce pays est aujourd'hui pleinement exposée.

Le plafonnement par les Etats-Unis du nombre d'employés de médias chinois en poste dans le pays constitue également un record dans l'histoire du journalisme en matière d'expulsion massive de journalistes étrangers par un gouvernement, souillant Washington d'une tache indélébile.

Cette décision du Département d'Etat américain était en gestation depuis longtemps et constitue la dernière étape d'une campagne de diffamation orchestrée contre les médias chinois.

Cela fait longtemps que Washington prend des mesures discriminatoires contre les journalistes chinois présents aux Etats-Unis, puisque 21 d'entre eux se sont déjà vus refuser un visa depuis 2018 sous divers prétextes, selon les données fournies par le ministère chinois des Affaires étrangères.

Avant de limiter de manière drastique le nombre de reporters chinois aux Etats-Unis, Washington avait déjà qualifié les médias chinois "d'agents étrangers" et désigné cinq d'entre eux comme des "missions étrangères" en s'appuyant sur des arguments douteux.

Certains responsables politiques américains sont tellement ancrés dans la mentalité et les préjugés idéologiques de la Guerre froide qu'ils ferment délibérément les yeux sur le fait que les journalistes chinois en poste aux Etats-Unis respectent strictement les lois et les règlementations américaines et qu'ils respectent les principes d'objectivité, d'équité, de vérité et d'exactitude lors de leurs reportages.

En réalité, de hauts fonctionnaires du Département d'Etat ont admis lors d'un point de presse que cette décision ne s'appuyait sur aucun reportage publié ou diffusé par les cinq organes de presse chinois concernés par la mesure.

Pour ces opposants à la Chine qui ont une mentalité de jeu à somme nulle et une solide croyance dans l'hégémonie américaine, tel que le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo, la montée en puissance de la Chine est devenue insupportable.

Poussés par leur manque de confiance dans la force et le système américains, ces politiciens succombent même à la paranoïa, s'imaginant être "idéologiquement envahis" par d'autres pays.

La campagne de diffamation contre la Chine a montré que ces responsables politiques américains zélés n'ont aucun scrupule à susciter un conflit idéologique en égarant le public par des mensonges délibérés.

Au lieu de résoudre les problèmes dont ils sont eux-mêmes les responsables, les Etats-Unis adressent au monde, avec leur répression politique contre les médias chinois, un signal montrant que sa soi-disant liberté de la presse n'est rien d'autre qu'un deux poids deux mesures et une forme d'intimidation à visée hégémonique.

Ces stratagèmes méprisables contre la Chine de ces politiciens américains égarés par la mentalité dépassée et dangereuse de la Guerre froide sont condamnés à se retourner contre eux et se traduiront au final par leur propre humiliation.

http://french.xinhuanet.com/2020-03/18/c_138891576.htm

 

 

Xi Jinping s'entretient avec le président pakistanais pour approfondir les liens dans le cadre de la lutte contre COVID-19

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-03-18 à 11:03
 


(Xinhua/Zhai Jianlan)

BEIJING, 18 mars (Xinhua) -- Le président chinois, Xi Jinping, s'est entretenu mardi à Beijing avec son homologue pakistanais, Arif Alvi.

"Actuellement, le gouvernement et le peuple chinois travaillent d'arrache-pied pour remporter une victoire totale contre la maladie à nouveau coronavirus (COVID-19)", a déclaré M. Xi.

Il a salué le soutien du Pakistan à la Chine, notant qu'au début de l'épidémie, le président Alvi lui a écrit une lettre pour lui apporter la consolation, et cette récente visite de M. Alvi marque son ferme soutien. La partie pakistanaise a également offert tout ce qui était en son pouvoir pour fournir à la Chine du matériel anti-épidémique.

"La Chine est profondément reconnaissante au Pakistan pour son soutien. Les faits ont prouvé une fois de plus que la Chine et le Pakistan sont de vrais amis dans le bonheur comme dans le malheur, et de bons frères qui partagent les joies et les peines de l'autre. Cette amitié spéciale est un choix historique, et est profondément enracinée dans le coeur des deux peuples ", a indiqué M. Xi.

L'épidémie éclate actuellement dans différents endroits du monde. Les pays devraient travailler ensemble pour lutter contre l'épidémie, selon M. Xi.

"La Chine est prête à contribuer davantage à la prévention de la propagation de l'épidémie dans le monde et continuera d'apporter son soutien et son assistance au Pakistan", a déclaré M. Xi, ajoutant que la Chine adhère toujours au concept de construction d'une communauté de destin pour l'humanité.

"Quelle que soit l'évolution de la situation internationale, la Chine restera toujours fermement aux côtés du Pakistan et est déterminée à approfondir l'amitié à toute épreuve entre la Chine et le Pakistan, afin de faire des relations sino-pakistanaises un modèle pour construire une communauté de destin pour l'humanité, et de mieux profiter aux deux peuples ", a souligné M. Xi, ajoutant que la Chine se réjouit de voir un Pakistan d'unité, de stabilité, de prospérité et de force.

M. Xi a indiqué que la Chine continuerait de soutenir le Pakistan dans le maintien de son indépendance nationale, de sa souveraineté et de son intégrité territoriale, et de soutenir le Pakistan dans la recherche d'une voie de développement qui correspond à ses conditions nationales.

Il a appelé les deux parties à maintenir les échanges de visites et de réunions entre les dirigeants, à promouvoir la coopération dans les domaines et projets clés et à faire du Couloir économique Chine-Pakistan un modèle de développement de haute qualité dans le cadre de la coopération de la Ceinture et la Route. M. Xi a également appelé au renforcement de la communication et de la coopération dans les affaires internationales et régionales.

"La Chine est disposée à continuer d'apporter son soutien au Pakistan dans le contrôle de l'invasion de sauterelles", a-t-il ajouté.

M. Alvi a déclaré que sous la direction forte de M. Xi, la Chine a obtenu des résultats positifs significatifs dans la lutte contre l'épidémie. A cet effet, il a exprimé ses sincères félicitations au nom du gouvernement et du peuple pakistanais.

D'après lui, face à ce désastre, le Parti communiste chinois et le gouvernement chinois ont fait preuve d'un leadership exceptionnel et d'une forte capacité de mobilisation. L'expérience et les pratiques de la Chine fournissent des leçons utiles pour d'autres pays.

On croit qu'après l'épidémie, la Chine deviendra encore plus forte. Les tentatives de certaines forces d'utiliser l'épidémie pour stigmatiser et isoler la Chine vont à l'encontre de la volonté du peuple et sont vouées à l'échec, a-t-il noté.

Le Pakistan et la Chine sont des frères à toute épreuve qui peuvent vivre ensemble contre vents et marées, a indiqué M. Alvi, soulignant que les deux ressentent une profonde amitié l'un envers l'autre et l'amitié bilatérale devient encore plus ferme au fil du temps.

Plus il y a de difficultés, plus l'amitié et la solidarité entre le Pakistan et la Chine peuvent être affichées, a-t-il déclaré, notant que la partie pakistanaise remerciait la Chine pour son aide et se tiendrait aux côtés de la Chine pour surmonter les difficultés actuelles.

Après leur entretien, les deux chefs d'Etat ont assisté à la signature de plusieurs documents de coopération bilatérale.

Les deux pays ont également publié une déclaration conjointe sur l'approfondissement du partenariat stratégique de coopération Chine-Pakistan résistant à toutes les épreuves.

 

   1 2   

http://french.xinhuanet.com/2020-03/18/c_138890472.htm

 

 

 

(COVID-19) Chine : des équipes médicales quittent le Hubei

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-03-18 à 13:45
 

WUHAN, 18 mars (Xinhua) -- Des véhicules transportent des membres des équipes nationales de secours d'urgence médicale pour leur départ, à Wuhan, capitale de la province centrale du Hubei, le 17 mars 2020. Des membres de quinze équipes nationales de secours d'urgence médicale ont quitté mardi le Hubei, alors que l'épidémie dans cette province durement touchée a été enrayée. (Photo : Cai Yang)

 

   1 2 3 4  

http://french.xinhuanet.com/photo/2020-03/18/c_138890729.htm

 

 

(COVID-19) Retour au travail d'ouvriers migrants au Hubei

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-03-18 à 19:09
 

WUHAN, 18 mars (Xinhua) -- Quatre autocars transportant 98 ouvriers migrants ruraux sont arrivés mercredi dans la ville de Huanggang, administrée par la province chinoise du Hubei (centre), ont annoncé les autorités locales.

C'était la première fois que les ouvriers migrants ruraux revenaient en groupes organisés au travail au Hubei, épicentre de l'épidémie de nouveau coronavirus en Chine.

"Nous avons reçu l'approbation pour la reprise de travail le 11 mars et avons commencé à organiser les ouvriers pour qu'ils reviennent à leur poste", a déclaré Luo Botao, directeur général d'une entreprise de meubles à Huanggang, ajoutant qu'"ils commenceront à travailler après les contrôles de santé et aideront l'entreprise à reprendre la production".

Fu Yugang, ouvrier venant de la ville de Ya'an dans la province du Sichuan (sud-ouest), a indiqué qu'il a soumis une demande de certificat de santé quand il a appris la nouvelle de retour au Hubei par des autocars affrétés par le gouvernement.

Huanggang, ville voisine de Wuhan, capitale du Hubei, a vu ses deux derniers patients atteints par le COVID-19 quitter l'hôpital mercredi, et le nombre de cas confirmés a été réduit à zéro, ont affirmé les autorités locales.

La province du Hubei a signalé un nouveau cas confirmé et aucun nouveau cas suspect mardi.

 

http://french.xinhuanet.com/2020-03/18/c_138892073.htm

 

 

 

(COVID-19) La pandémie du nouveau coronavirus dépasse les 200.000 cas (Université Johns Hopkins)

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-03-18 à 19:59
 

BEIJING, 18 mars (Xinhua) -- Le décompte des cas confirmés de COVID-19 dans le monde a franchi le seuil des 200.000, atteignant 201.436, selon les dernières statistiques de l'Université Johns Hopkins.

En fate de mercredi 11h13 GMT, le nombre d'infections confirmées en dehors de la Chine a atteint 120.334, l'Italie étant en tête de ce classement avec 31.506 cas, devant l'Iran (16.169) et l'Espagne (13.716).

Ce nouveau coronavirus a également fait 8.006 morts à ce jour, à l'exclusion de celles de la Chine, avec toujours l'Italie en tête (2.503), suivie de l'Iran (988) et de l'Espagne (533), selon l'université américaine.

http://french.xinhuanet.com/2020-03/18/c_138892199.htm

 

   
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire