LA TECHNOLOGIE TRADITIONNELLE DONNE UN AVANTAGE A COURT TERME A LA PRODUCTION DE VACCINS EN CHINE

La technologie traditionnelle donne un avantage à court terme à la production de vaccins en Chine

French.china.org.cn | Mis à jour le 21. 12. 2020 | Mots clés : vaccin,COVID-19
10 avril 2020, Beijing : échantillon d’un vaccin inactivé contre le COVID-19 dans une usine du groupe Sinopharm. [Crédit photo : Xinhua]

 

La Chine possède un avantage à court terme dans la production de masse de ses vaccins contre le COVID-19, du fait de sa technologie traditionnelle. La production de vaccins dans les autres pays pourrait néanmoins rattraper son retard, si les problèmes affectant les chaînes d’approvisionnement sont résolus, indique le journal South China Morning Post (SCMP).

Alors que de plus en plus de vaccins contre le COVID-19 entament la dernière ligne droite de leur approbation réglementaire, le prochain défi sera de produire et de livrer des millions de doses le plus rapidement possible.

Comme les vaccins inactivés et vectorisés sont développés sur des technologies établies, les matières premières ne devraient pas être un problème pour la production de masse, tant que les infrastructures de production sont en place.

A l’inverse, les vaccins à ARNm développés par Pfizer/BioNTech et Moderna doivent faire face à une contrainte initiale dans l’approvisionnement des matières premières, mais pourraient se révéler plus faciles à produire sur le long terme.

Alors que des campagnes de vaccination de masse ont débuté aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne, Pfizer et BioNTech ont dû réduire l’ampleur de leurs précédentes estimations de production, de 100 millions à tout juste 50 millions de doses pour cette année.

Une porte-parole de Pfizer a attribué cette réduction à des problèmes de la chaîne d’approvisionnement, qui met plus de temps que prévu pour augmenter sa capacité de production.

D’après un article du Financial Times, l’approvisionnement en nanoparticules lipidiques — des nanoparticules de graisse, qui apportent le code génétique du nouveau coronavirus dans le corps — constituerait l’obstacle majeur.

« Toutefois, si ce problème de la chaîne d’approvisionnement parvient à être résolu, le cycle de production des vaccins à ARNm pourrait être bien plus rapide, car il ne nécessite pas de cultiver des cellules », explique Zoltan Kis, un chercheur associé du futur centre de production de vaccins de l’Imperial College London.

Selon lui, il faut environ deux jours pour produire un lot de substance pharmaceutique à ARN et du temps additionnel pour réaliser les tests de contrôle de la qualité.

« Les cellules de mammifères sont généralement cultivées dans des bioréacteurs de production de près de 2000 litres de solution, ce qui est bien plus important que la quantité nécessaire pour produire le vaccin à ARNm. […] Pour les vaccins vectorisés et inactivés, des infrastructures de grande taille sont nécessaires, dont l’accès peut être un facteur limitant », précise-t-il.

Jin Dong-yan, un virologue moléculaire de l’Université de Hong Kong, assure que la Chine est depuis longtemps autonome dans la chaîne d’approvisionnement pour ses vaccins inactivés existants : « La Chine n’a aucun problème de matériel et possède d’importantes ressources », souligne-t-il.

http://french.china.org.cn/china/txt/2020-12/21/content_77035588.htm

 

(BILAN 2020) Il est temps de ramener les relations sino-américaines sur le bon cap (COMMENTAIRE)

 French.xinhuanet.com | Publié le 2020-12-24 à 17:05

WASHINGTON, 24 décembre (Xinhua) -- Avec le recul, l'année 2020 a malheureusement vu les relations sino-américaines aspirées dans une spirale descendante sur fond de pandémie de nouveau coronavirus.

Au cours de l'année écoulée, les faucons à Washington, en salissant les efforts chinois de lutte contre ce fléau, en s'ingérant dans les affaires intérieures de la Chine et en sanctionnant des entreprises chinoises de la high tech, ont fait sombrer ces relations à leur niveau le plus bas depuis l'établissement des relations diplomatiques en 1979.

Dans l'intérêt des deux pays et du monde entier, le moment est venu de remettre le vaisseau géant des relations sino-américaines sur le bon cap et d'éviter toute perturbation de son bon fonctionnement.

Les risques et les défis auxquels la communauté internationale est confrontée sont sans précédents. La Chine et les Etats-Unis, en tant que grandes puissances mondiales, doivent collaborer entre eux, ainsi qu'avec le reste du monde pour surmonter les difficultés, relever les défis et poursuivre le développement.

Venir à bout de la pandémie actuelle nécessite des efforts conjoints de la communauté internationale. Les pays dotés de capacités plus importantes, tels que les Etats-Unis et la Chine, doivent assumer de plus grandes responsabilités et montrer l'exemple.

En tête du bilan mondial des infections et des décès dus au COVID-19, les Etats-Unis sont toujours aux prises avec une résurgence continue du coronavirus, tandis que la Chine, le premier pays à avoir tiré la sonnette d'alarme, a efficacement contrôlé la propagation du virus sur son territoire, acquérant une expérience clinique considérable dans la maîtrise de ce fléau.

Il est donc évident qu'en coopérant dans des domaines tels que le traitement, les vaccins et la fourniture d'équipements médicaux essentiels, la Chine et les Etats-Unis, en tant que membres responsables de la communauté internationale, contribueront davantage à la lutte planétaire contre la pandémie.

En outre, alors que l'économie mondiale chancelle face au virus, ses deux premières économies devraient stabiliser leurs liens économiques et commerciaux pour aider à remettre rapidement l'économie mondiale sur la voie de la croissance.

Dans son dernier rapport sur l'économie mondiale paru en octobre, le Fonds monétaire international (FMI) prévoit que celle-ci se contractera de 4,4% en 2020 et avertit que la sortie de crise sera probablement "longue, inégale et très incertaine".

La Chine, qui devrait être la seule grande économie à connaître une croissance positive cette année, s'est engagée à promouvoir le commerce mondial et à ouvrir davantage son marché intérieur, ce qui apportera des bénéfices tangibles aux autres économies qui ont été touchées durement par la pandémie, notamment les Etats-Unis.

En ce sens, le découplage d'avec l'économie chinoise, prôné par certains responsables politiques à Washington, n'est rien d'autre que vouloir s'isoler de l'un des plus grands marchés de consommation du monde, ainsi que de la possibilité d'une reprise post-pandémique rapide.

De fait, malgré les entraves de Washington, le peuple américain a clairement fait connaître sa position. Un récent article du New York Times a révélé que malgré l'imposition de droits de douane par l'administration Trump sur les importations chinoises, il a en réalité acheté pendant la pandémie davantage de produits fabriqués en Chine, tels que des meubles, de l'électroménager et des jouets, sur fond des mesures de confinement.

Outre le besoin de faire face à la pandémie et de stabiliser une économie mondiale en chute libre, on s'attend à ce que ces deux pays coopèrent sur des questions liées à l'avenir commun de l'humanité.

Deux d'entre elles se distinguent dans cette catégorie : la lutte contre le changement climatique et la prolifération nucléaire, dans lesquelles la Chine et les Etats-Unis, en tant que membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU, ont joué et devraient continuer de jouer un rôle décisif.

Tant que ces deux pays agiront avec sens des responsabilités envers l'histoire et l'humanité, en gardant à l'esprit les intérêts fondamentaux de leurs peuples, ainsi que du monde entier, ils pourront apporter une plus grande contribution à l'ensemble du globe.

La priorité pour les deux parties est de se conformer aux principes de respect mutuel et d'égalité, de chercher un terrain d'entente tout en mettant de côté les différences et de rester attachées à une coopération mutuellement bénéfique.

Ce n'est qu'ainsi que le vaisseau des relations sino-américaines pourra conserver son cap, éviter d'être drossé sur des bancs de sable et des rochers, et naviguer à contre-courant en affrontant la houle. Les deux pays et le monde entier en tireront profit.

http://french.xinhuanet.com/2020-12/24/c_139616146.htm

 

La Chine et l'Espagne vont conjointement préserver le multilatéralisme

 French.xinhuanet.com | Publié le 2020-12-24 à 02:45

BEIJING, 23 décembre (Xinhua) -- La Chine est disposée à travailler avec l'Espagne pour préserver le multilatéralisme, promouvoir la libéralisation et la facilitation du commerce et des investissements et maintenir la paix et la stabilité mondiales, a déclaré le Premier ministre chinois Li Keqiang lors d'une conversation téléphonique avec son homologue espagnol Pedro Sanchez mercredi.

M. Li a salué les relations sino-espagnoles, notant que depuis la visite d'Etat du président chinois Xi Jinping en Espagne en 2018, les relations bilatérales avaient maintenu un développement sain et stable.

La Chine est prête à travailler avec l'Espagne pour consolider la confiance politique mutuelle et approfondir la coopération pratique dans divers domaines, a-t-il affirmé, ajoutant que la Chine souhaitait recevoir davantage de produits agricoles espagnols de qualité.

La Chine a toujours fermement soutenu le processus d'intégration européenne et espère voir une Union européenne (UE) unie et prospère, a indiqué M. Li, faisant savoir que la Chine est favorable à ce que l'UE conserve une indépendance stratégique et travaille avec unité et coopération. La Chine encourage également l'Espagne à jouer un rôle plus important au sein de l'UE, a-t-il ajouté.

M. Li a souligné que la Chine était disposée à promouvoir la coopération gagnant-gagnant avec l'UE dans des secteurs tels que la lutte contre le changement climatique, le développement vert et les négociations sur un accord d'investissement Chine-UE. Il a espéré que la partie européenne continuerait d'offrir un environnement d'affaires juste, ouvert et non discriminatoire aux entreprises chinoises.

Pour sa part, M. Sanchez a rappelé qu'au cours des dernières années, les relations Espagne-Chine avaient réalisé un développement positif.

Le gouvernement espagnol souhaite davantage approfondir ses relations avec la Chine, renforcer les échanges économiques et commerciaux bilatéraux, continuer de consolider la coopération avec les entreprises chinoises dans des domaines tels que les l'information, la communication et l'économie numérique, et élargir les échanges culturels bilatéraux, a-t-il précisé.

L'Espagne est en faveur d'une conclusion rapide des négociations pour l'accord sur les investissements Chine-UE et est disposée à collaborer avec la Chine pour préserver le multilatéralisme, renforcer la coopération dans la lutte contre le changement climatique et promouvoir la disponibilité mondiale des vaccins contre le COVID-19, a-t-il ajouté.

http://french.xinhuanet.com/2020-12/24/c_139614222.htm

 

Le marché chinois reste le principal pilier de l'industrie automobile mondiale, selon un rapport

 French.xinhuanet.com | Publié le 2020-12-24 à 03:53

BERLIN, 23 décembre (Xinhua) -- Le marché chinois s'est une fois de plus révélé être le "principal pilier" de l'industrie automobile mondiale, et plus particulièrement des constructeurs automobiles allemands, a indiqué un rapport publié mercredi par le cabinet de conseil international Ernst & Young (EY).

La part de la Chine dans les ventes mondiales réalisées par les constructeurs automobiles allemands au troisième trimestre est passée de 35,7 % à 39,2 % en glissement annuel, selon EY. Au cours de la première vague de COVID-19, au deuxième trimestre 2020, 51 % de toutes les voitures neuves des constructeurs automobiles allemands ont été vendues en Chine.

Les trois principaux constructeurs automobiles allemands, Volkswagen, BMW et Daimler, ont bénéficié "dans une mesure supérieure à la moyenne" de la reprise du marché chinois, leurs ventes en Chine ayant notamment augmenté de 9 % en glissement annuel au troisième trimestre, a noté EY.

Dans le même temps, les ventes des constructeurs allemands ont chuté de 4 % en Europe occidentale, et de 14 % aux Etats-Unis, selon le rapport d'EY.

Après un effondrement massif des revenus mondiaux et des ventes unitaires au deuxième trimestre en raison de la crise du COVID-19, les activités des 17 groupes automobiles étudiés à travers le monde se sont "considérablement améliorées" au troisième trimestre, selon EY.

Les revenus des groupes automobiles analysés ont ainsi augmenté de 53 % par rapport au deuxième trimestre, tandis que les ventes unitaires de véhicules neufs augmentaient de 46 %, selon le rapport.

Les constructeurs automobiles mondiaux n'ont cependant toujours pas atteint le niveau de l'année précédente, indique le rapport. En termes de revenus comme de ventes, les constructeurs analysés ont enregistré une baisse moyenne de 5 % par rapport aux niveaux d'avant la crise.

http://french.xinhuanet.com/2020-12/24/c_139614254.htm

 

Angleterre : plusieurs régions supplémentaires soumises à des restrictions de niveau maximal après la découverte d'une nouvelle souche de COVID-19

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-12-24 à 02:55


(Xinhua/Han Yan)

LONDRES, 23 décembre (Xinhua) -- Le secrétaire britannique à la Santé Matt Hancock a déclaré mercredi que plusieurs régions supplémentaires de l'est et du sud-est de l'Angleterre seraient soumises à des restrictions sanitaires de niveau quatre 4, le plus haut niveau existant, et a annoncé la découverte d'une nouvelle variante du coronavirus au Royaume-Uni.

Pour freiner la propagation du COVID-19, le Sussex, l'Oxfordshire, le Suffolk, le Norfolk, le Cambridgeshire, les parties de l'Essex qui n'étaient pas encore au niveau 4, le Hampshire et l'arrondissement de Waverley dans le Surrey seraient soumis à des restrictions de niveau 4 à partir du Boxing Day, le 26 décembre, a déclaré M. Hancock lors d'une conférence de presse virtuelle à Downing Street.

Bristol, le Gloucestershire, le Somerset, Swindon, l'île de Wight, la New Forest, le Northamptonshire, le Cheshire et Warrington passent quant à eux au niveau 3.

En vertu de ces nouvelles mesures plus strictes, les résidents des zones de niveau 4 seront obligés de rester chez eux, avec des exemptions limitées. Les gens sont également invités à travailler à domicile quand ils le peuvent, et ne doivent pas entrer ni sortir de ces zones.

Outre le renforcement des mesures de contrôle du COVID-19 dans certaines régions d'Angleterre, M. Hancock a également annoncé la découverte d'une autre nouvelle variante du coronavirus au Royaume-Uni, précisant que deux cas avaient été signalés jusqu'à présent.

Cette nouvelle variante est "encore plus transmissible" que la précédente, ce qui est "très préoccupant", a-t-il déclaré.

Cette conférence de presse a eu lieu après que les ministres britanniques se sont réunis mercredi matin pour élaborer un plan de lutte contre le nombre croissant d'infections dans le pays.

Afin que la vie quotidienne puisse revenir à la normale, des pays comme le Royaume-Uni, la Chine, l'Allemagne, la Russie et les Etats-Unis se sont lancés dans une course contre la montre pour développer un vaccin contre le nouveau coronavirus.

http://french.xinhuanet.com/2020-12/24/c_139614226.htm

 

Donald Trump met son veto au budget annuel de la défense malgré son adoption par une majorité au Congrès

 French.xinhuanet.com | Publié le 2020-12-24 à 06:33

WASHINGTON, 23 décembre (Xinhua) -- Le président américain Donald Trump a opposé mercredi son veto au projet de Loi d'autorisation de la défense nationale (NDAA) pour l'exercice 2021, et ce malgré l'adoption de ce projet par le Congrès à une majorité qui le met théoriquement à l'abri de tout veto.

La décision présidentielle fait suite à la menace de M. Trump de bloquer cette loi annuelle de sécurité nationale, qui porte sur un budget de 741 milliards de dollars américains. Pour que ce projet de loi soit tout de même adopté, la Chambre des représentants et le Sénat devront maintenant passer outre ce veto.

De fait, le projet de loi a déjà été adopté au Sénat par 84 voix contre 13, et à la Chambre par 355 voix contre 78. Dans de telles conditions, un veto présidentiel est si rare qu'aucun projet de NDAA n'y a été confronté depuis près de six décennies.

"Je retourne sans mon approbation la proposition H.R. 6395 (...) Mon administration reconnaît l'importance de cette loi pour notre sécurité nationale", a écrit M. Trump dans une déclaration au Congrès visant à informer les législateurs de sa décision.

"Malheureusement, ce projet de loi échoue à inclure un certain nombre de mesures critiques pour notre sécurité nationale, inclut des dispositions qui ne respectent pas les anciens combattants et l'histoire de notre armée, et contredit les efforts de mon administration pour donner la priorité à l'Amérique dans nos décisions de sécurité nationale et de politique étrangère", a affirmé le président.

http://french.xinhuanet.com/2020-12/24/c_139614336.htm

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire