LE VAISSEAU SPATIAL HABITE CHINOIS SHENZHOU-12 S’AMARRE AU MODULE DE LA STATION SPATIALE

tourtaux-jacques Par Le 17/06/2021 0

Dans CHINE

Le vaisseau spatial habité chinois Shenzhou-12 s'amarre au module de la station spatiale

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-06-17 à 17:00


(Xinhua/Jin Liwang)

BEIJING, 17 juin (Xinhua) -- Shenzhou-12, vaisseau spatial habité chinois, s'est amarré jeudi avec succès au module central Tianhe de la station spatiale, selon l'Agence chinoise des vols spatiaux habités.

Le vaisseau Shenzhou-12, lancé jeudi matin, a achevé le réglage de l'état orbital après l'entrée en orbite, et a réalisé un rendez-vous et amarrage rapide et autonome au port d'amarrage avant de Tianhe à 15h54 (heure de Beijing), formant un complexe à trois modules avec le vaisseau cargo Tianzhou-2.

L'ensemble du processus a pris environ 6,5 heures.

Il s'agit du premier rendez-vous et amarrage de Tianhe avec un vaisseau spatial Shenzhou depuis qu'il a été envoyé en orbite le 29 avril.

Shenzhou-12, transporté par une fusée porteuse Longue Marche-2F, a été lancé à 9h22 (heure de Beijing) depuis le Centre de lancement de satellites de Jiuquan, dans le désert de Gobi, dans le nord-ouest de la Chine.

Les trois astronautes à bord de Shenzhou-12, à savoir Nie Haisheng, Liu Boming and Tang Hongbo, entreront dans le module Tianhe, selon le plan de mission.

La Chine a lancé le vaisseau spatial cargo Tianzhou-2 le 29 mai, et il s'est amarré à Tianhe le 30 mai. Fin

   1 2 3 4 5 6 7 8   
 
http://french.xinhuanet.com/2021-06/17/c_1310013535.htm
 
 

Les astronautes à bord du Shenzhou-12 sont entrés dans le module central de la station spatiale chinoise

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-06-17 à 20:08


(Xinhua/Jin Liwang)

BEIJING, 17 juin (Xinhua) -- Les trois astronautes chinois à bord du vaisseau spatial Shenzhou-12 sont entrés jeudi dans le module central de la station spatiale nationale Tianhe, selon l'Agence chinoise des vols spatiaux habités.

Alors que Shenzhou-12 avait réussi avec succès un rendez-vous automatisé rapide et s'était amarré avec le module Tianhe en orbite, l'équipage de Shenzhou-12 est entré dans la capsule orbitale depuis la capsule de retour du vaisseau spatial.

Après une série de préparatifs, les astronautes ont ouvert les écoutilles du nœud et du module Tianhe. A 18h48, Nie Haisheng, Liu Boming et Tang Hongbo sont entrés dans le module Tianhe l'un après l'autre, ce qui signifie que pour la première fois, les Chinois ont pénétré dans leur propre station spatiale, a déclaré l'agence.

Comme prévu, ils effectueront les travaux nécessaires, a ajouté l'agence. Fin

   1 2 3 4   
 
http://french.xinhuanet.com/2021-06/17/c_1310013835.htm
 

 

La transformation de la Chine "n'aurait pas été possible sans la direction visionnaire du PCC", selon un ancien diplomate malaisien (INTERVIEW)

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-06-17 à 13:43

KUALA LUMPUR, 17 juin (Xinhua) -- "La Chine a fait de très grands progrès dans son développement et je pense qu'elle a connu une très profonde transformation, qui n'aurait pas été possible sans la direction visionnaire du Parti communiste chinois (PCC)", a déclaré l'ancien ambassadeur de Malaisie en Chine, Abdul Majid Ahmad Khan.

"Je pense que le Parti a joué son rôle et a élevé la Chine à ce qu'elle est aujourd'hui : un pays fort économiquement, qui a de nombreux amis dans le monde. Son succès a contribué à la région et au monde", a confié dans un récent entretien à Xinhua cet ancien diplomate, qui a été ambassadeur de son pays en Chine de 1998 à 2005.

Aujourd'hui président de l'Association d'amitié Malaisie-Chine, Abdul Majid Ahmad Khan s'efforce toujours de promouvoir l'amitié et la coopération entre les deux pays.

Le diplomate chevronné a noté que la Chine a adopté des politiques diplomatiques pragmatiques et "a contribué non seulement sur le plan économique, mais aussi en matière de paix et de stabilité" en faveur de la région et du monde entier.

"Pour nous en Malaisie et aussi pour la région, nous sommes heureux car la diplomatie chinoise a toujours donné la priorité à la région, aux pays d'Asie du Sud-Est", a-t-il dit.

Selon lui, avec le développement de la Chine, le monde pourrait accueillir favorablement un partage de l'expérience et des ressources chinoises.

L'Initiative la Ceinture et la Route (ICR) est "fortement opportune", ce qui pourrait apporter une plus grande connectivité, a-t-il expliqué. "Cela facilitera la mondialisation (et) accélérera l'internationalisation ainsi que les échanges".

Le succès remporté par la Chine dans la maîtrise de la pandémie de nouveau coronavirus et sa reprise économique rapide ont également démontré la réussite du PCC en matière de direction, a-t-il souligné.

D'après sa propre expérience en Chine et ses interactions avec le peuple chinois, l'ancien diplomate a dit avoir pu constater que le leadership du PCC est bien apprécié au sein du peuple chinois.

"Quand on parle directement avec les Chinois, ils sont très reconnaissants envers le Parti d'avoir créé la stabilité sociale en Chine et de leur avoir permis de ressentir la puissance économique (du pays), ce qui a créé cette confiance en soi en Chine vis-à-vis du monde", a-t-il témoigné.

La pandémie actuelle de COVID-19, a-t-il poursuivi, a mis en évidence le fait que le monde est une communauté partagée et que la coopération mondiale est essentielle pour surmonter ces défis communs.

"La pandémie de COVID-19 a démontré comment un petit virus nous a en fait gelés au niveau mondial, dans nos mouvements, nos activités (et) nos interactions", a déploré l'ancien diplomate malaisien. "La seule façon de le combattre réside dans la coopération et le partage d'intérêts communs. Je pense que c'est la voie à suivre". Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-06/17/c_1310013155.htm

 

La Chine et l'Afrique ensemble contre la COVID-19, un bel exemple de la construction d'une communauté de santé pour l'humanité

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-06-17 à 13:52

BEIJING, 17 juin (Xinhua) -- A Addis-Abeba, capitale de l'Ethiopie, les travaux de construction du futur siège du Centre africain de contrôle et de prévention des maladies (CDC Afrique), financé par la Chine, qui ont débuté en décembre dernier, se poursuivent à grande vitesse.

"La plupart des travaux techniques de base sont déjà terminés" et "le projet est en train de prendre forme", s'est réjoui Fantahun Hailemichael, coordinateur du projet de siège du CDC Afrique à l'Union africaine (UA), lors d'un récent entretien avec Xinhua.

Selon l'expert chevronné de l'UA, les pays africains en particulier et le continent en général ne disposent pas des capacités adéquates, ce que la pandémie de COVID-19 a cruellement mis en évidence avec le nombre total de cas positifs confirmés dépassant la barre de 5 millions sur le continent.

Le projet de siège du CDC Afrique, "résultat du soutien généreux de la Chine (envers) l'Afrique en tant que véritable partenaire de confiance des pays africains et de l'UA", "envisage d'améliorer les services de santé publique en Afrique, notamment en termes de renforcement des capacités (du continent) à contrôler et gérer les maladies infectieuses", a-t-il noté.

Le démarrage en avance des travaux de construction du siège du CDC africain figure parmi les promesses faites par la Chine lors du Sommet extraordinaire Chine-Afrique sur la solidarité contre la COVID-19 qui s'est tenu par liaison vidéo le 17 juin 2020. A cette occasion, la Chine s'était engagée à ce que les pays africains soient "parmi les premiers" à bénéficier des vaccins chinois, à y dépêcher des groupes d'experts médicaux, ainsi qu'à favoriser les partenariats entre hôpitaux chinois et africains, entre autres, dans l'objectif de bâtir conjointement une communauté de santé Chine-Afrique pour tous.

Malgré ses capacités de production limitées et une demande domestique considérable, la Chine a tenu ses promesses. Selon les chiffres officiels, elle a fourni et fournira des vaccins à plus de 30 pays africains qui en ont besoin.

Les 46 équipes médicales chinoises présentes dans les pays africains se sont lancées immédiatement dans le combat local contre le virus. Les 15 groupes d'experts médicaux chinois dépêchés sur le continent et les hôpitaux chinois jumelés en urgence avec 43 hôpitaux africains ont apporté à l'Afrique du savoir-faire, des solutions et du matériel sanitaire, a rappelé en mai le conseiller d'Etat et ministre des Affaires étrangères de la Chine, Wang Yi, lors d'un débat public du Conseil de sécurité des Nations unies par liaison vidéo.

La Chine a pris des engagements tangibles pour appuyer l'Afrique dans sa lutte contre la pandémie, tenant ses promesses de faire des vaccins un bien public mondial, a estimé Cavince Adhere, un expert en relations sino-africaines basé à Nairobi.

L'expert a aussi apprécié l'engagement de la Chine d'aider l'Afrique à produire des vaccins contre la COVID-19. En mai, l'Egypte a reçu un premier lot de matières premières pour fabriquer le vaccin CoronaVac, devenant ainsi le premier pays africain à coopérer avec la Chine en matière de production des vaccins contre le nouveau coronavirus.

Après avoir répondu aux besoins de l'Egypte, les vaccins qui y seront produits pourront être exportés vers d'autres pays du Moyen-Orient et d'Afrique afin d'aider à lutter contre la pandémie. Les efforts conjoints des deux pays dans la lutte contre la COVID-19 ont non seulement approfondi l'amitié traditionnelle et la confiance politique mutuelle, mais servi d'exemple pour la communauté internationale, a noté la ministre égyptienne de la Santé, Hala Zayed.

Dans le même temps, la Chine a signé des accords d'allègement de la dette avec nombre de pays africains dans le cadre de l'Initiative de suspension du service de la dette du G20 (DSSI) et a décidé d'annuler les prêts à taux zéro accordés aux 15 pays africains qui doivent arriver à échéance à la fin de 2020, ce qui représente le montant le plus important d'allègement de la dette mis en œuvre par un pays membre du G20.

La Chine a assumé sa responsabilité en tant que grand pays en déployant davantage d'efforts pour aider les autres à endiguer la pandémie. L'esprit d'une communauté de santé pour l'humanité qu'elle propose est "quelque chose qui est très progressif et a vu beaucoup d'acceptation et de résonance appréciées dans le monde entier", a noté M. Adhere.

"Je pense donc que le multilatéralisme est la voie à suivre, et comme le propose la Chine, vers un esprit de partage qui permettrait de parvenir à une prospérité partagée par l'ensemble de l'humanité", a-t-il ajouté. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-06/17/c_1310013162.htm

 

15 pays de l'Union européenne lancent le certificat COVID numérique

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-06-17 à 01:44

BRUXELLES, 16 juin (Xinhua) -- Plus de la moitié des 27 Etats membres de l'Union européenne (UE) ont commencé à utiliser le certificat COVID numérique de l'UE à partir de mercredi, se préparant ainsi au boom touristique de l'été.

Les 27 Etats membres de l'UE devront tous délivrer le certificat à partir du 1er juillet et, à ce jour, 15 d'entre eux l'ont appliquer, dont la Belgique, pays hôte de la Commission européenne, selon la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen.

Dans une déclaration vidéo diffusée avant sa tournée des 27 capitales de l'UE, Mme Von der Leyen a appelé les Etats membres à s'engager avant le 1er juillet. "Si vous le souhaitez, en tant qu'Etat membre, vous pouvez déjà l'appliquer sur une base volontaire", a-t-elle affirmé.

Mme Von der Leyen a donné l'exemple en montrant son propre certificat téléchargé sur un téléphone portable, et a dit qu'elle était "très curieuse de tester et de voir comment ce certificat va fonctionner".

Le règlement relatif au certificat COVID numérique de l'UE a été promulgué lundi. Ce certificat permettra aux résidents de l'UE de voyager en toute sécurité pendant l'été à l'intérieur des frontières du bloc, sans restrictions supplémentaires.

"Toute personne qui est entièrement vaccinée, qui est en possession d'un résultat négatif à un test de dépistage, ou qui s'est remise de la COVID, peut en obtenir un", a poursuivi Mme Von der Leyen.

Des restrictions de voyage peuvent être appliquées si elles sont jugées nécessaires, par exemple dans le cas d'un variant préoccupant, mais elles doivent être proportionnées.

Le certificat COVID numérique ne sera pas une obligation juridique pour voyager dans l'espace Schengen et ne sera pas considéré comme un document de voyage. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-06/17/c_1310011822.htm

 

(COVID-19) Mission médicale chinoise en Afrique : soins sans frontières (REPORTAGE)

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-06-17 à 20:37

BEIJING, 17 juin (Xinhua) -- "Des affiches et brochures jusqu'à une série de vidéos d'animation, toutes en français, nombreux sont nos moyens pour sensibiliser la population locale sur les mesures de prévention contre la COVID-19", a confié dans un récent entretien à Xinhua Tian Yuan, chef de la mission médicale chinoise au Cameroun, qui travaille à l'Hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Yaoundé (HGOPY).

L'équipe du Dr Tian fait partie des 46 missions médicales chinoises présentes dans les pays africains, qui se sont lancées immédiatement dans le combat local contre le virus en partageant l'expérience de leur pays et s'efforçant d'assurer la continuité des services de santé pour les populations en pleine pandémie.

BARRER ENSEMBLE LA ROUTE A LA COVID-19

Au moment où l'épidémie a éclaté en Chine, la mission médicale chinoise avait déjà commencé à sensibiliser le personnel de santé pour que des mesures appropriées soient mises en place, se souvient Charles Nsom Mba, directeur général adjoint de l'HGOPY, un établissement offert sans contrepartie par la Chine en 2002.

"Grâce à cette sensibilisation, l'HGOPY avait élaboré un plan de riposte bien avant la déclaration du premier cas de COVID-19 en mars 2020 au Cameroun", dit-il. "Nous n'avons pas enregistré parmi le personnel de cas grave de COVID-19, à l'exception d'un seul cas qui a été très bien pris en charge dans les centres appropriés".

"L'appui, la contribution, la performance de l'équipe médicale chinoise ont été remarquables et depuis le début de la pandémie jusqu'à aujourd'hui, nous sentons leur présence à côté de nous pour effectivement barrer la route à cette pandémie", salue le Dr Nsom Mba.

Former le personnel local, préparer le plan de riposte, sensibiliser la population, fournir des matériels de protection... La mission fait tout son possible pour aider à endiguer la pandémie, assure Tian Yuan, ajoutant : "Pour sensibiliser efficacement la population, la série de vidéos d'animation que nous avons produites montrent comment se protéger du virus dans la vie quotidienne".

Aux Comores, tous les membres de la mission médicale chinoise ont été récemment élevés au grade de chevalier de l'ordre du Croissant vert par le président Azali Assoumani.

Selon ce dernier, cette équipe chinoise est arrivée dans le cadre d'une assistance médicale en appui aux efforts déployés par les Comores pour lutter contre la propagation du virus et ses variants. "Ils ont ainsi permis aux autorités sanitaires, aux cadres et aux personnels de santé de toutes nos îles de bénéficier de leur riche expertise".

Sur le continent africain, près de 1.000 personnels de la santé composant les 46 missions médicales chinoises se tiennent au côté de leurs collègues locaux, luttant ensemble contre la pandémie.

ASSURER UN ACCES AUX SERVICES DE SANTE

"Je n'ai pas peur de la COVID-19 parce que de nombreux patients souffrant de maladies de peau ont besoin de nos services", a confié à Xinhua Liu Fang, une dermatologue de 38 ans qui travaille quatre à cinq heures par jour pour soigner 100 patients atteints de maux tels que l'eczéma, la gale ou la dermatite à Juba, capitale du Soudan du Sud.

Membre de la mission médicale chinoise, elle travaille à l'hôpital universitaire de Juba. "Depuis la déclaration du premier cas de COVID-19 dans le pays en avril dernier, peu de patients se sont rendus à l'hôpital par peur de contracter le virus", se souvient-elle.

Heureusement, la situation dans cet hôpital a changé en raison du fait que la mission médicale chinoise a adopté des directives sanitaires strictes avec tous les patients tenus de subir un test de dépistage avant d'accéder à leur traitement.

En outre, la COVID-19 a porté un coup sévère aux services de santé en Afrique, faisant craindre que ne s'aggravent certains des principaux problèmes sanitaires du continent tels que le paludisme, la fièvre typhoïde, la rougeole, la polio ou encore le virus Ebola.

Cette pandémie ne freine toutefois pas les efforts chinois visant à éradiquer le paludisme dans certains pays africains.

A Sao Tomé-et-Principe, le programme de l'équipe chinoise chargée de lutter contre le paludisme est chargé. "En raison de la COVID-19 et de la saison des pluies, la situation pourrait s'aggraver et c'est une course contre montre pour nous", résume son chef, Guo Wenfeng.

Lui et ses collègues sont en train d'organiser une prévention médicamenteuse large dans des villages à haut risque. "Rien ne nous empêche de travailler à atteindre l'objectif du gouvernement local : faire disparaître la maladie dans tout le pays d'ici 2025", assure-t-il. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-06/17/c_1310013866.htm

 

Désillusionnée par sa dépendance à l'égard des Etats-Unis, l'Europe voit son avenir en jeu, selon un commentateur

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-06-17 à 17:46

LONDRES, 17 juin (Xinhua) -- Les dirigeants européens présents au sommet du G7 semblent loin d'être convaincus du message du président américain Joe Biden sur un retour des Etats-Unis, craignant pour l'avenir de l'Union européenne dans un monde hostile, a estimé le commentateur Simon Tisdall dans une chronique parue dimanche dans le quotidien britannique The Guardian.

Ils craignent que si Donald Trump ou ses partisans reprennent le pouvoir lors de la présidentielle américaine de 2024, "une rupture permanente des Etats-Unis avec l'Europe et ses principes libéraux et multilatéralistes pourrait devenir inévitable", avec une UE risquant "d'être aspirée dans une seconde Guerre froide sans limite", écrit le spécialiste de politique étrangère de ce journal.

Un grand sondage mené dans les Etats de l'UE par le Conseil européen pour les relations internationales (ECFR) a révélé ce que ses auteurs appellent "un manque de confiance généralisé en la capacité des Etats-Unis à redevenir le leader de l'Occident", la plupart des sondés jugeant que le système politique américain est en panne.

La majorité des Européens souhaitent une UE plus indépendante et autonome, préférant les partenariats pragmatiques aux alliances permanentes. Pourtant, les responsables politiques européens ne semblent pas préparés, ce qui reflète un problème plus large : le manque de dirigeants nationaux efficaces dans l'UE, poursuit M. Tisdall.

Pour les dirigeants européens, le G7 a perpétué un fantasme de pouvoir et d'objectif, note le commentateur, ajoutant que s'ils ne prennent pas d'urgence leur destin en main, l'Europe sera "pressée comme un citron non mûr entre des forces mondiales rivales qui ne partagent ni ses valeurs, ni ses intérêts". Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-06/17/c_1310013595.htm

 

Une nouvelle étude révèle des cas de COVID-19 aux Etats-Unis plus tôt que précédemment rapporté

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-06-17 à 12:25

WASHINGTON, 16 juin (Xinhua) -- Une nouvelle étude sur les tests d'anticorps suggère que des infections au SARS-CoV-2 ont eu lieu aux Etats-Unis plus tôt que précédemment rapporté.

Des chercheurs de l'Institut national de la santé (NIH) aux Etats-Unis ont analysé plus de 24.000 échantillons de sang stockés dans les 50 Etats américains entre le 2 janvier et le 18 mars 2020. Ils ont détecté dans les échantillons de neuf participants des anticorps contre le SARS-CoV-2 en utilisant deux tests sérologiques différents.

Sept de ces échantillons étaient positifs avant le premier cas respectivement confirmé dans les Etats de l'Illinois, du Massachusetts, du Wisconsin, de la Pennsylvanie et du Mississippi, selon l'étude publiée mardi par la revue Clinical Infectious Diseases.

L'étude est la dernière en date à suggérer que le nouveau coronavirus ait pu apparaître aux Etats-Unis plus tôt qu'initialement cru. Fin

http://french.xinhuanet.com/2021-06/17/c_1310013018.htm

 

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire