LES EXPERTS ESTIMENT QUE LA COOPERATION EST LE SEUL CHOIX POSSIBLE POUR LA CHINE ET LES ETATS-UNIS

  • Par
  • Le 09/08/2020
  • Commentaires (0)
  • Dans CHINE
 

Chine : construction d'une autoroute au Hebei

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-08-09 à 16:05
 

WEN'AN, 9 août (Xinhua) -- Une photo aérienne montre des travailleurs qui préfabriquent des poutres à utiliser dans la construction de l'autoroute Beijing-Dezhou dans le bourg de Daliuzhen du district de Wen'an, dans la province chinoise du Hebei (nord), le 8 août 2020. (Photo : Li Xiaoguo)

 

    1 2 3 4  

http://french.xinhuanet.com/photo/2020-08/09/c_139277041_4.htm

 

 

Les experts estiment que la coopération est le seul choix possible pour la Chine et les Etats-Unis

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-08-09 à 14:32
 

BEIJING, 9 août (Xinhua) -- La coopération bilatérale est le seul choix possible pour la Chine et les Etats-Unis, ont estimé des experts de différents pays.

Les deux principaux pays du monde, qui partagent de nombreux intérêts communs, ont tout à gagner dans la coopération et tout à perdre dans une confrontation, ont-ils déclaré.

Au cours d'un récent entretien avec Xinhua, le conseiller d'Etat et ministre chinois des affaires étrangères Wang Yi a affirmé que la Chine et les Etats-Unis, les deux plus grandes économies du monde, devraient travailler à leur avantage mutuel sur un pied d'égalité, mettre fin aux tentatives de découplage et faire progresser leurs relations par la coopération, tout en se montrant à la hauteur de leur responsabilité envers le monde.

John W. Allen, ancien vice-président du Conseil des entreprises des Nations unies (ONU), a confié à Xinhua qu'il applaudissait le succès mutuel des deux pays au cours des 41 dernières années et qu'il était bouleversé par le langage négatif utilisé pour décrire la Chine dans la presse américaine.

M. Allen s'est rendu pour la première fois en Chine continentale en 1979, l'année où ce pays a établi des relations diplomatiques avec les Etats-Unis.

Il a été témoin du développement des relations sino-américaines au cours des dernières décennies, ce qui a apporté des avantages tangibles aux deux pays et à leurs populations respectives.

"Je suis tout-à-fait d'accord et je soutiens l'opposition de M. Wang aux allégations de M. Pompeo (le secrétaire d'Etat américain) selon laquelle la politique d'engagement avec la Chine menée par les administrations américaines successives a échoué, ainsi que son appel à faire progresser les relations par la coopération", a dit à Xinhua Sylwester Szafarz, ancien consul général de Pologne dans la ville chinoise de Shanghai.

Le point de vue de M. Wang montre que "la Chine a l'intention de continuer à suivre la voie du renforcement du partenariat et de la coopération sur un pied d'égalité avec tous les pays qui sont prêts à le faire", a souligné Vasily Kashin, chef du département des questions militaires, politiques et économiques internationales de l'université nationale de recherche de Russie - Haute école d'économie.

Cela "se fera dans le cadre du concept de construction d'une communauté de destin pour l'humanité", selon M. Kashin.

"Je rappelle que Henry Kissinger parle depuis 10 ans de coévolution, d'une évolution harmonieuse entre les deux géants de l'économie mondiale et de la géopolitique mondiale", a rappelé pour sa part Chalom Schirman, professeur associé à l'université de Haïfa et ancien diplomate israélien.

"Si vous considérez le domaine économique, vous verrez que le découplage est presque impossible", a noté M. Schirman, ajoutant que "ce que nous devrions éviter est un jeu à somme nulle dans la géopolitique".

http://french.xinhuanet.com/2020-08/09/c_139276888.htm

 

 

Les "sanctions" des Etats-Unis ne font pas du bien aux relations sino-américaines (COMMENTAIRE)

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-08-09 à 21:53
 

HONG KONG, 9 août (Xinhua) -- Les relations tendues entre la Chine et les Etats-Unis ont essuyé un nouveau coup dur, alors que le département du Trésor américain a annoncé des sanctions contre les chefs des agences gouvernementales chinoises en charge des affaires de Hong Kong et les responsables de la Région administrative spéciale (RAS) de Hong Kong.

La décision des Etats-Unis viole de manière flagrante le droit international et les normes fondamentales régissant les relations internationales.

Les Etats-Unis doivent véritablement éliminer les préjugés et la haine que certaines de leurs forces politiques portent, renoncer à la mentalité de la guerre froide et à l'état d'esprit du jeu à somme nulle, respecter les affaires de Hong Kong en tant qu'affaires intérieures de la Chine, et cesser d'utiliser la RAS de Hong Kong comme un terrain de sécession, de subversion, d'infiltration et de sabotage contre la Chine.

Des mesures concrètes doivent être adoptées par les Etats-Unis pour remettre sur les rails les relations avec la Chine.

Depuis que de violentes manifestations et des perturbations ont ravagé Hong Kong l'année dernière, les Etats-Unis ont créé des troubles dans cette région, tentant de freiner la Chine avec une série de lois et de décrets exécutifs ciblant Hong Kong sous prétexte des droits de l'homme, de démocratie et d'autonomie.

Après l'adoption de la législation sur la sécurité nationale à Hong Kong par la Chine cette année, certains hommes politiques américains sont devenus plus agressifs, adoptant la soi-disant loi sur "l'autonomie de Hong Kong" pour dénigrer la loi, s'ingérer de manière flagrante dans les affaires de Hong Kong et les affaires intérieures de la Chine, ce qui a gravement nuit à la confiance entre les deux pays.

Il faut noter que les accusations des Etats-Unis contre la Loi sur la sécurité nationale à Hong Kong vont à l'encontre des faits et sont empreintes de faux raisonnements juridiques et logiques.

La sécurité nationale est la priorité absolue d'une nation et la condition préalable pour qu'un pays survive et prospère. La loi sur la sécurité à Hong Kong vise à éliminer les lacunes de sécurité nationale et à assurer la stabilité et la prospérité à long terme à Hong Kong, qui fait partie des affaires internes de la Chine dans lesquelles aucun autre pays n'a le droit de s'ingérer.

Contrairement à l'approche des Etats-Unis, plus de 70 pays ont exprimé leur soutien à la législation lors d'une réunion du Conseil des droits de l'homme des Nations unies, représentant la voix partagée de la communauté internationale.

La législation sur la sécurité nationale est également une pratique juridique courante à l'échelle mondiale. Les pays occidentaux, notamment les Etats-Unis et le Royaume-Uni, ont adopté de nombreuses lois à cet égard et ont un grand nombre d'affaires dérivées de pratiques judiciaires.

Les Etats-Unis, dotés d'au moins 20 lois sur la sécurité et la souveraineté nationales, ont vigoureusement diffamé et calomnié la législation chinoise sur la sécurité nationale à Hong Kong, portant le deux poids, deux mesures et l'hypocrisie à l'extrême.

En effet, la loi a bénéficié d'une immense popularité à Hong Kong, des millions de résidents s'étant exprimé en sa faveur. L'ordre social s'est visiblement améliorée et la vie est retournée à la paix et à la tranquilité. Les droits de l'homme et les libertés à Hong Kong restent également bien protégés.

Cependant, le gouvernement américain s'en tient à la mauvaise voie. En violant gratuitement la vie privée des responsables gouvernementaux ciblés par les "sanctions", les Etats-Unis sont allés à l'encontre de leur propre position en matière de démocratie, de liberté et de respect des droits de l'homme.

Vu les changements profonds dans le monde, il est de la responsabilité commune de tous les pays de maintenir la paix et de promouvoir le développement. Développer les relations sino-américaines sur la base de la coordination, de la coopération et de la stabilité est crucial pour le monde.

Le monde ne voudra jamais voir des forces politiques américaines continuer de compromettre les relations entre les deux pays et utiliser Hong Kong pour attiser l'antagonisme et la haine.

Il faut réitérer que le gouvernement chinois est déterminé à sauvegarder la souveraineté, la sécurité et les intérêts de développement du pays, à appliquer le principe "un pays, deux systèmes", et à s'opposer à l'ingérence extérieure dans les affaires de Hong Kong.

Les Etats-Unis doivent arrêter de s'ingérer dans les affaires intérieures de la Chine au plus tôt, adhérer au principe du respect mutuel et retourner au dialogue constructif sur un pied d'égalité. Tel est le souhait commun des peuples des deux pays et du reste du monde. Il s'agit aussi d'une attitude responsable envers l'histoire et l'humanité.

http://french.xinhuanet.com/2020-08/09/c_139277549.htm

 

 

 

Chine : le Conseil des Affaires d'Etat demande au Comité permanent de l'APN de prendre une décision sur les affaires du LegCo de Hong Kong

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-08-09 à 11:49
 

BEIJING, 9 août (Xinhua) -- Le Conseil des Affaires d'Etat de la Chine a soumis samedi un projet à la session en cours du Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale (APN), lui demandant de prendre une décision pour que le sixième Conseil législatif (LegCo) de la Région administrative spéciale (RAS) de Hong Kong poursuive ses activités.

Le Conseil des Affaires d'Etat a chargé Xia Baolong, directeur du Bureau des affaires de Hong Kong et de Macao du Conseil des Affaires d'Etat, d'expliquer le projet aux législateurs lors de la session.

Carrie Lam, chef de l'exécutif de la RAS de Hong Kong, a présenté le 28 juillet un rapport au gouvernement central sur les questions relatives au report de l'élection du Conseil législatif de 2020, en réponse aux urgences provoquées par la récente épidémie de COVID-19 à Hong Kong.

La chef de l'exécutif de la RAS de Hong Kong en Conseil a décidé de reporter d'un an l'élection du septième mandat du LegCo, initialement prévue pour le 6 septembre 2020, et a sollicité le gouvernement central, dans son rapport, pour qu'il demande au Comité permanent de l'APN de prendre des dispositions concernant la vacance du LegCo due au report.

La décision, prise par la chef de l'exécutif de la RAS de Hong Kong en Conseil, de reporter l'élection du LegCo conformément à l'Ordonnance sur les règlements d'urgence de Hong Kong a une base juridique solide, et elle est conforme aux conditions réelles de l'évolution de l'épidémie à Hong Kong, selon le Conseil des Affaires d'Etat.

Le Conseil des Affaires d'Etat a envoyé une lettre officielle à Mme Lam le 29 juillet, exprimant le soutien du gouvernement central à cette décision.

Selon le Conseil des Affaires d'Etat, il est indispensable que le Comité permanent de l'APN prenne une décision à temps, conformément à la loi, sur les questions relatives à la vacance du LegCo afin d'assurer la gouvernance du gouvernement de la RAS de Hong Kong et le fonctionnement normal de la société de Hong Kong, et de maintenir la prospérité et la stabilité à Hong Kong.

http://french.xinhuanet.com/2020-08/09/c_139276700.htm

 

 

Le régulateur chinois des obligations insiste sur le dialogue avec les Etats-Unis pour obtenir des résultats gagnant-gagnant

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-08-09 à 12:48
 

BEIJING, 9 août (Xinhua) -- Le régulateur suprême des obligations de la Chine a déclaré samedi que la résolution des questions d'intérêt commun par le dialogue est le seul moyen d'obtenir des résultats gagnant-gagnant, en réponse à un récent rapport publié par le groupe de travail sur les marchés financiers du président américain.

Le soi-disant "Rapport sur la protection des investisseurs américains contre les risques significatifs que représentent les entreprises chinoises" contient des recommandations telles que le renforcement des normes de cotation sur les bourses américaines pour l'accès aux documents d'audit.

Le renforcement de la surveillance de la divulgation d'informations des sociétés cotées et l'amélioration de l'éthique professionnelle des auditeurs et de leurs pratiques sont des moyens importants de protéger les droits et intérêts légitimes des investisseurs, a déclaré la Commission de contrôle boursier de Chine sur son site Web.

En partant des intérêts communs des deux parties, la Chine et les Etats-Unis doivent mener un dialogue et une coopération ouverts, selon la commission.

Les deux parties ont maintenu la communication et l'interaction, a indiqué la commission, ajoutant que les autorités chinoises ont fait preuve d'une totale sincérité dans leur coopération en communiquant à plusieurs reprises avec la Commission américaine des valeurs mobilières et des changes et la société Public Company Accounting Oversight Board (PCAOB) sur les inspections conjointes des cabinets comptables depuis 2019.

Le 4 août, la partie chinoise a envoyé à la PCAOB des propositions mises à jour concernant les inspections conjointes, basées sur les plus récents besoins et idées de la partie américaine, a-t-elle noté.

"Résoudre les questions d'intérêt commun par le dialogue constitue le seul moyen d'obtenir des résultats gagnant-gagnant", a souligné la commission. "Ce n'est qu'ainsi que l'on pourra créer un environnement solide pour le fonctionnement sain et ordonné du marché mondial des capitaux", a-t-elle ajouté.

La Chine n'a jamais interdit ou empêché les cabinets comptables concernés de proposer des documents d'audit aux régulateurs étrangers, a déclaré la commission.

Les régulateurs des obligations du pays ont fourni les documents d'audit de plusieurs sociétés chinoises cotées aux Etats-Unis aux autorités américaines des valeurs mobilières, comme mentionné dans le rapport américain, selon la commission.

Les échanges d'informations, y compris ceux des documents d'audit, doivent être effectués par le biais de canaux de coopération réglementaire, ce qui est une pratique courante acceptée au niveau international, a réaffirmé la commission.

http://french.xinhuanet.com/2020-08/09/c_139276801.htm

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire