PETER KOENIG : L'ECONOMIE DE PAIX DE LA CHINE. LA FIN DE L'HEGEMONIE DU DOLLAR?

L’économie de paix de la Chine. La fin de l’hégémonie du dollar?

Par Peter Koenig

Mondialisation.ca, 29 décembre 2020

Région : 

Thème: 

 2   0  2 

 

  5

Transcription de la présentation de Peter Koenig à la conférence webinaire (14 décembre 2020), sur « Le nouveau paradigme du développement de la Chine et la Belt and Road Initiative »[l’Initiative Ceinture et Route), au China Center for Contemporary World Studies, et au Chongyang Institute for Financial Studies, Université Renmin de Chine, cette présentation portait sur l’économie de la paix en Chine.

Il y a une dizaine d’années, la Chine s’est délibérément engagée dans une Économie de Paix. Une stratégie que la Chine poursuit, sans être impressionnée par les agressions constantes de l’Occident principalement dirigées par les États-Unis. Est-ce peut-être cette manière chinoise, ferme et non agressive de progresser constamment et d’embrasser de plus en plus d’alliés sur son chemin, qui a fait de la Chine une telle réussite ? Vaincre la violence par la non-violence est ancré dans 5 000 ans d’histoire chinoise.

Malgré les affirmations sans cesse répétées de l’Occident, l’objectif de la Chine n’est pas de conquérir le monde ou de « remplacer » les États-Unis en tant que nouvel empire. Bien au contraire. L’alliance Chine-Russie et l’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS) aspirent à un monde multipolaire, avec plus de justice pour tous – c’est-à-dire un commerce plus équitable dans le sens d’un « gagnant-gagnant », où toutes les parties en profitent de manière égale. C’est également une politique poursuivie par le Partenariat Économique Régional Global, ou RCEP, l’accord commercial de 15 pays signé lors du 37e sommet de l’ANASE – le 11 novembre 2020, au Vietnam, ainsi que par l’Initiative Ceinture et Route (BRI) du président Xi, lancée en 2013 par le président lui-même.

La Chine ne contraint pas à la coopération, mais offre une coopération pacifique. En 2014, Xi Jinping s’est rendu en Allemagne pour proposer à Angela Merkel que l’Allemagne devienne – à ce moment-là – le lien le plus occidental avec la BRI, ou la Nouvelle Route de la Soie. Cela aurait été une ouverture pour toute l’Europe. Cependant, Merkel – devant suivre les mandats de Washington – n’a pas répondu positivement. Le président Xi est retourné à Pékin, sans rancune. Et la Chine a poursuivi sa route persistante consistant à relier les pays de notre Terre Mère par des infrastructures de transport, des entreprises industrielles inter-pays, des projets d’éducation et de recherche, ainsi que des échanges culturels pour enrichir le monde – tout en respectant la souveraineté monétaire et politique de chaque pays.

De nombreux dirigeants de pays d’Afrique et du Sud en général expriment ouvertement leur satisfaction d’avoir la Chine comme partenaire et de traiter avec elle sur un pied d’égalité. Avec l’Occident, en particulier les États-Unis, il y a de l’intimidation et de la coercition, des contrats inégaux et souvent un manque total de respect pour les contrats légalement signés.

***

Pendant ce temps, l’Occident vit dans un état permanent d’hypocrisie. Il s’acharne sur la Chine – en fait sans aucune raison, si ce n’est que l’empire anglo-saxon-américain mourant le mandate à ses partenaires, en particulier les alliés européens de l’OTAN – sous la menace de sanctions. Malheureusement, l’Europe, sans caractère, s’exécute en grande partie.

Pourtant, ayant externalisé – pour des raisons économiques et de profit – la plupart des processus de production vers une Chine fiable, efficace et moins chère, l’Occident dépend beaucoup de la Chine pour ses chaînes d’approvisionnement. La première vague de la crise du Covid a clairement montré à quel point l’Occident est dépendant des biens produits en Chine, qu’il s’agisse d’équipements électroniques sophistiqués ou de produits pharmaceutiques.

À titre d’exemple : Environ 90% ou plus des antibiotiques ou des ingrédients pour antibiotiques sont fabriqués en Chine. Des pourcentages similaires s’appliquent à d’autres importations occidentales vitales. Mais la Chine ne « punit » pas et ne sanctionne pas. La Chine crée et va de l’avant en offrant son alliance au reste du monde.

La Chine a également développé un nouveau Renminbi (RMB) ou Yuan international numérique qui pourrait bientôt être utilisé pour les transactions monétaires – de toutes sortes, notamment les transferts, le commerce et même comme monnaie de réserve. Le yuan est déjà une monnaie de réserve de plus en plus forte. Cette tendance sera encore renforcée par le RCEP et la BRI.

Bien entendu, les États-Unis craignent que leur hégémonie sur le dollar imposée au monde, qu’ils ont acquise depuis la Seconde Guerre Mondiale ne soit compromise par la fin du cartel bancaire anglo-américain, et que le dollar américain ne perde rapidement son statut de monnaie de réserve.

Et oui, le yuan va progressivement remplacer le dollar américain comme monnaie de réserve – et ce, parce que les trésoriers des pays réalisent que le yuan est une monnaie stable, adossée à l’or, également soutenue par une économie solide – la seule économie dans le monde qui connaîtra une croissance en 2020, peut-être de 3,5%, alors que les économies occidentales connaîtront un grave déclin. Les prévisions sont terribles pour les États-Unis et l’Europe, entre 12% (prévisions de l’UE) et jusqu’à 30/35% (prévisions de la FED américaine).

Le dollar américain et sa domination sur le système de transfert international via SWIFT – a été utilisé massivement pour sanctionner les pays non conformes, et pour la confiscation totalement illégale d’actifs – le cas du Venezuela en est un bon exemple.

Échapper à cette domination coercitive du dollar est le rêve de nombreux pays. C’est pourquoi le commerce, l’investissement et les transactions avec la monnaie chinoise seront une opportunité bienvenue pour de nombreux pays souverains.

***

Les réalisations économiques de la Chine et ses perspectives d’avenir peuvent être résumées dans deux événements majeurs ou programmes mondiaux, l’accord de libre-échange qui vient d’être signé avec 14 pays – les 10 pays de l’ANASE, plus le Japon, la Corée du Sud, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, soit un total de 15 pays dont la Chine. Le Partenariat Économique Régional Global, ou RCEP, a été en négociation pendant huit ans et a permis de réunir un groupe de pays pour le libre-échange, de quelque 2,2 milliards de personnes, représentant environ 30% du PIB mondial. Il s’agit d’un accord jamais conclu auparavant, tant en termes de taille que de valeur et de teneur.

Outre le plus grand accord commercial de ce type de l’histoire de l’humanité, il est également lié à la BRI, qui regroupe déjà plus de 130 pays et plus de 30 organisations internationales. En outre, la Chine et la Russie ont un partenariat stratégique de longue date, qui contient des accords bilatéraux qui entrent également dans ce nouveau volet commercial – de plus, les pays de l’Union Économique d’Asie Centrale (UEAC), composée principalement d’anciennes républiques soviétiques, sont également intégrés dans ce bloc commercial oriental.

La myriade d’accords et de sous-accords entre les pays d’Asie-Pacifique qui coopéreront avec le RCEP, est liée par l’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS), fondée le 15 juin 2001 à Shanghaï en tant qu’organisation intergouvernementale, composée de la Chine, de la Russie, du Kazakhstan, du Kirghizstan, du Tadjikistan et de l’Ouzbékistan. L’OCS est peu connue et on en parle peu en Occident.

L’objectif de l’OCS est d’assurer la sécurité et de maintenir la stabilité dans la vaste région eurasienne, d’unir les forces pour contrer les nouveaux défis et menaces, et de renforcer le commerce, ainsi que la coopération culturelle et humanitaire.

Une grande partie du financement des projets du RCEP et de la BRI peut prendre la forme de prêts à faible taux d’intérêt accordés par la Banque Asiatique d’Investissement et d’Infrastructure (AIIB) de Chine et par les sources de financement nationales d’autres pays chinois et participants. Dans les moments difficiles qui suivent la crise du Covid, de nombreux pays peuvent avoir besoin d’une aide financière pour se remettre le plus rapidement possible des énormes pertes socio-économiques qu’ils ont subies du fait du Covid-19. En ce sens, il est probable que la Nouvelle Route de la Soie puisse soutenir une « Route de la Santé » spéciale à travers le continent asiatique.

Le RCEP pourrait, comme « sous-produit », intégrer l’immense continent d’Eurasie qui s’étend de l’Europe Occidentale à ce qu’on appelle l’Asie et qui couvre le Moyen-Orient ainsi que l’Afrique du Nord, sur quelque 55 millions de kilomètres carrés (km2), et une population d’environ 5,4 milliards de personnes, soit près de 70% de la population mondiale – Voir la carte (Wikipédia).

Le point essentiel des accords commerciaux de l’accord RCEP est qu’ils seront réalisés en monnaie locale et en yuan – pas en dollars américains. Le RCEP est un instrument massif de dédouanement, principalement dans la région Asie-Pacifique, et progressivement dans le reste du monde.

Une grande partie des investissements en infrastructures de la BRI, ou Nouvelle Route de la Soie, peut être financée par d’autres monnaies que le dollar américain. Le nouveau renminbi numérique chinois (RMB) ou yuan pourrait bientôt avoir cours légal pour les paiements et transferts internationaux, et réduira considérablement l’utilisation du dollar américain.

Le dollar américain connaît déjà un déclin massif. Alors qu’il y a 20-25 ans, environ 90% des réserves mondiales étaient libellées en dollars américains, cette proportion est aujourd’hui inférieure à 60% et continue de baisser. L’émergence du RMB/yuan international, ainsi que le renforcement de l’économie chinoise par le RCEP et la BRI, pourraient contribuer à la dé-dollarisation et à la perte d’hégémonie des États-Unis. Et comme nous l’avons déjà dit, le RMB/yuan numérique international pourrait aussi progressivement remplacer le dollar américain, ainsi que les réserves d’euros dans les coffres des pays du monde entier. Le dollar américain pourrait finir par redevenir une simple monnaie locale, comme il se doit.

Selon la philosophie chinoise, le monde unilatéral pourrait se transformer en un monde multipolaire. Le RCEP et la Nouvelle Route de la Soie poursuivent rapidement ce noble objectif, un but qui apportera beaucoup plus d’équilibre dans le monde.

Peut-être que pendant quelques années encore, l’Occident, dirigé par les États-Unis – et toujours soutenu par le Pentagone et l’OTAN – n’hésitera pas à menacer les pays qui participent aux projets de la Chine, mais en vain. Selon la philosophie du Tao, la Chine ira de l’avant avec ses partenaires, comme de l’eau qui coule, en créant constamment, en évitant les obstacles, dans la poursuite de son objectif honorable – un monde en paix avec un brillant avenir commun.

Peter Koenig

Article original en anglais :

China’s Economy of Peace. The End of Dollar Hegemony?

Traduit par Réseau International

 

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Peter Koenig, Mondialisation.ca, 2020

https://www.mondialisation.ca/leconomie-de-paix-de-la-chine-la-fin-de-lhegemonie-du-dollar/5652348

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire