Colombie

COLOMBIE : DENONCIATION DES MENACES CONTRE LES DIRIGEANTS INDIGÈNES

Dénonciation des menaces contre les dirigeants indigènes en Colombie
04:51:59 pm 

Bogotá, 3 juin (RHC) L'Organisation nationale indigène de Colombie (ONIC) a dénoncé, ce mercredi, de nouvelles menaces de mort proférées par des individus lourdement armés contre la dirigeante indigène, Aida Quilcué Vivas, et d'autres dirigeants des différents resguardos.

Selon la déclaration de l'ONIC, cinq individus portant des uniformes appartenant aux forces armées colombiennes ont soumis de force deux membres de la communauté indigène, les obligeant à remettre des informations sur les dirigeants de la réserve Pickwe Tha Fixw, située dans le département du Cauca.

Selon les informations, les hommes ont demandé des détails spécifiquement à la conseillère indigène de l'ONIC, Aida Quilcué, ainsi qu'à l'autorité d'origine, Omaira Quilcué et Ermirson Huetia.

La conseillère indigène a déclaré que la réserve de Pikwe Tha Fiw avait été soumise à une violence constante, qui s'est intensifiée cette année. À cet égard, le gouvernement du président Ivan Duque n'a pas renforcé les mesures de sécurité pour protéger la vie des membres des communautés indigènes du sud-ouest de la Colombie.

En février, le groupe paramilitaire Aguilas Negras a envoyé une menace contre Aida Quilcué Vivas, ainsi que le sénateur Feliciano Valencia, divers dirigeants syndicaux et des leaders de l'opposition colombienne.

Pendant ce temps, l'ONIC a appelé le gouvernement colombien et les organisations nationales et internationales de défense des droits de l'homme à sauvegarder la vie et l'intégrité des communautés indigènes face aux menaces et aux meurtres constants de membres des peuples indigènes. (Source : Telesur)

Publié sous la direction de María Candela

source :  http://www.radiohc.cu/noticias/internacionales/224633-denuncian-amenazas-contra-lideres-indigenas-en-colombia


 

L'ONU CONDAMNE LES ASSASSINATS D'ANCIENS GUERILLEROS DES FORCES ARMÉES RÉVOLUTIONNAIRES DE COLOMBIE-ARMÉE DU PEUPLE (FARC-EP)

Bogota, 25 février (RHC).-  Dans un contexte de violence persistante en Colombie, la Mission de vérification de l’ONU dans ce pays a condamné samedi les meurtres d’anciens guérilleros des ex-Forces Armées Révolutionnaires de Colombie-Armée du Peuple (FARC-EP) en cours de réintégration dans la vie civile.
Je condamne les meurtres de ceux qui ont déposé les armes. La mort de trois ex-combattants au cours des derniers jours est un appel urgent à des mesures de sécurité renforcées, a déclaré Carlos Ruiz Massieu, chef de la Mission de l´ONU dans ce pays.

Il a également noté que 14 ex-combattants avaient été tués depuis début 2020.

Esder Pineda, dans la municipalité d´Algecira, et Winston Moreno et Kevin Cuesta, dans la municipalité de Quibdó. Trois jeunes hommes du parti FARC (Force Alternative Révolutionnaire du Commun, issu de l´ancienne guérilla) qui ont déposé les armes ont été tués hier, a de son côté déclaré la Commission de la Vérité.

Pourquoi tuer ceux qui veulent la paix ? Pourquoi les forces de sécurité de l’État ne prennent-elles pas particulièrement soin de ceux qui ont fait confiance aux institutions et qui ont pris le risque d’œuvrer pour la réconciliation? Allons-nous répéter la terrible vérité du génocide de l’Union Patriotique (parti politique) ?, a demandé Francisco De Roux, président de cette Commission.

Il a en outre appelé les institutions de l’État, la société et surtout les jeunes à mettre fin à ces assassinats contre la paix avant que l’avalanche de mort ne devienne 'naturelle' et incontrôlable.

Que la communauté internationale se rende compte que le gouvernement ne fait rien pour empêcher ce génocide en cours contre les signataires de la paix. Arrêtons le bain de sang en Colombie, a pour sa part réagi le parti FARC.

Ces derniers jours, cette formation politique a exprimé sa préoccupation face à l’absence de garanties de sécurité, qui se traduit par la poursuite systématique de l’assassinat de leaders sociaux et d’anciens guérilleros des ex-FARC-EP.

Plus de trois ans après la signature de l’Accord de Paix (négocié à La Havane, Cuba) entre l’État et l’ex-guérilla des FARC-EP, la FARC a insisté sur la nécessité de mettre en œuvre de manière globale ce qui avait été convenu, précisant que plus de 180 assassinats d´anciens combattants avaient depuis lors été perpétrés.

Avec Prensa Latina

Edité par Francisco Rodríguez Aranega

source : http://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/215304-l%E2%80%99onu-condamne-les-assassinats-d%E2%80%99anciens-guerilleros-en-colombie

 

COLOMBIE : D'EX-CHEFS DES FARC REPRENNENT LES ARMES. LE PRESIDENT-DICTATEUR ANNONCE UNE OFFENSIVE

Colombie : d’ex-chefs Farc reprennent les armes, le président annonce une offensive

A LA UNE POLITIQUE INTERNATIONAL

 

Publié le . Mis à jour  par SudOuest.fr avec AFP.

Colombie : d’ex-chefs Farc reprennent les armes, le président annonce une offensive

Dans une vidéo, Ivan Marquez annonce "la poursuite des opérations de guérilla en réponse à la trahison par l'État des accords de paix de la Havane". 

- AFP

Dénonçant une "trahison des accords de paix", les Farc ont annoncé un retour à la guérilla. Le président Duque a immédiatement répondu en créant une unité spéciale.

D’ex-chefs de la guérilla des Farc, qui se sont marginalisés du processus de paix en Colombie, ont réapparu jeudi en treillis et munis de fusils pour annoncer la reprise de la lutte armée, dénonçant "la trahison" par l’État du pacte de 2016.

"Nous annonçons au monde qu’a commencé le deuxième Marquetalia (berceau de la rébellion marxiste en 1964, ndlr) au nom du droit universel des peuples à se lever en armes face à l’oppression", affirme l’ex-numéro deux des Farc, Ivan Marquez, dans une vidéo de 32 minutes diffusée sur YouTube.

"Trahison par l’État des accords de paix"

Le président Ivan Duque, qui a tenté de modifier l’accord de paix selon lui trop laxiste envers les anciens guérilleros, a réagi en annonçant une offensive. "J’ai ordonné la création d’une unité spéciale afin de poursuivre ces criminels avec des capacités renforcées de renseignement, d’enquête et de mobilité sur tout le territoire colombien", a-t-il déclaré, du palais présidentiel Casa Nariño à Bogota.

Dans la vidéo, Ivan Marquez apparaît avec d’autres anciens chefs rebelles, également retournés à la clandestinité, dont son bras droit Jesus Santrich. Ils sont entourés de 17 hommes et femmes équipés de fusils, devant le sigle Farc-EP (Forces armées révolutionnaires de Colombie – Armée du peuple).

Il y annonce "la poursuite des opérations de guérilla en réponse à la trahison par l’État des accords de paix de la Havane" qui ont permis le désarmement de quelque 7 000 combattants des Farc, transformées depuis en partie politique sous le nom de Force alternative révolutionnaire commune. 

Augmentation des troupes de la guérilla

Ivan Marquez était le chef de la délégation des rebelles aux négociations de paix menées pendant quatre ans à Cuba avec le gouvernement du président centriste de Juan Manuel Santos (2010–2018). 

L’Armée de libération nationale (ELN), la dernière guérilla active en Colombie, s’est renforcée ces dernières années, passant de 1 800 à environ 2 300 combattants, selon les autorités. 

Des pourparlers de paix, entamés en 2017, ont été enterrés par le gouvernement actuel, à la suite notamment d’un attentat contre l’école de police de Bogota revendiqué par l’ELN et qui a fait 22 morts en janvier dernier.

https://www.sudouest.fr/2019/08/29/colombie-d-ex-chefs-farc-reprennent-les-armes-le-president-annonce-une-offensive-6498380-4803.php