COREE DU NORD

LA RPDC CONDAMNE LA CAMPAGNE DE DESTABILISATION AMERICAINE CONTRE CUBA

Par Le 23/07/2021

22 Juillet 2021

La RPDC condamne la campagne de déstabilisation américaine contre Cuba
 
Pyongyang, 22 juil (Prensa Latina) Le ministère des Affaires étrangères de la République populaire démocratique de Corée (RPDC) a condamné aujourd'hui les tentatives de déstabilisation de l'ordre politique et social qui ont eu lieu à Cuba le 11 juillet.

Au vu de la situation anormale créée par les troubles récents dans diverses régions de Cuba, les États-Unis poursuivent leurs manœuvres pour écraser l'île, a déclaré le vice-ministre nord-coréen des Affaires étrangères Pak Myong Guk.

Dans une déclaration officielle, le fonctionnaire a affirmé que Washington est clairement le véritable coupable et le manipulateur des événements susmentionnés dans la nation antillaise.

C'est clair. Le fait qu'après les émeutes, le cercle américain de haut rang ait persisté à inciter les manifestations antigouvernementales à Cuba le prouve, a déclaré M. Pak.

Le vice-ministre a averti que l'objectif d'anéantir le système socialiste cubain a échoué cette fois-ci, ce qui explique pourquoi Washington s'accroche obstinément aux machinations d'intervention dans les affaires intérieures de l'île des Caraïbes sous l'étiquette de "défense des droits de l'homme".

Cependant, ni le blocus économique américain inhumain qui dure depuis des décennies, ni le complot psychologique anti-gouvernemental rusé par le biais d'Internet ne pourront briser la volonté du peuple cubain de défendre le socialisme et la Révolution jusqu'au bout, a-t-il souligné.

Le ministère des affaires étrangères de la RPDC a soutenu le gouvernement et le peuple cubains dans leur lutte pour défendre jusqu'au bout la dignité, la souveraineté et les réalisations socialistes du pays.

Comme par le passé, nous nous tiendrons toujours côte à côte avec le gouvernement et le peuple frères de Cuba dans la même tranchée dans la lutte pour contrecarrer les agressions et les défis des forces hostiles et pour avancer victorieusement dans la cause socialiste commune. La juste cause du gouvernement et du peuple cubains triomphera sans faillir, conclut la déclaration.

mem/nvo
source : https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=464016&SEO=rpdc-condena-campana-desestabilizadora-de-eeuu-contra-cuba&fbclid=IwAR3lHwImgOAF5BBLE0dKx5cn_S1XdsIJSDsFzNBoZt-Jq3ekmIh-dM03nvs

Tag(s) : #RPDC#Cuba

COREE DU NORD : L'ARMEE EN ETAT D'ALERTE?

Par Le 12/06/2021

Pourquoi Pyongyang met-il son armée en état d'alerte?

Saturday, 12 June 2021 2:17 PM  [ Last Update: Saturday, 12 June 2021 2:17 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Parade militaire à Pyongyang où le gouvernement nord-coréen exhibe ses missiles balistiques. ©AFP/KCNA

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a présidé une réunion de la Commission militaire centrale du Parti des travailleurs au pouvoir et a appelé à une posture d’alerte élevée contre ce qu’il a appelé l’évolution rapide de la situation dans la péninsule coréenne. 

L’agence centrale de presse coréenne (KCNA) a indiqué samedi que Kim avait présidé une réunion élargie de la Commission militaire centrale ce vendredi.

L'ICBM de Kim en Iran?

L’ICBM de Kim en Iran ?

Un triangle Iran-Corée du Nord-Venezuela ou comment mettre en miettes le régime de sanctions US

Selon les médias d’État, Kim a déclaré que l’armée populaire devait maintenir une position d’alerte élevée et appliquer fermement les directives et les politiques du parti au pouvoir sur le renforcement de l’armée sans un pouce de déviation.

Le rapport indique que la Commission a également discuté des tâches importantes pour renforcer la puissance de combat et provoquer une transition dans l’ensemble du secteur de la défense nationale conformément aux besoins révolutionnaires et à l’évolution rapide de la situation autour de la péninsule.

Le calendrier de la réunion de la Commission militaire suggère qu’une session plénière du Comité central du parti au pouvoir est imminente.

Pyongyang devrait dévoiler ses orientations politiques sur la Corée du Sud et les États-Unis lors de la réunion du Comité central.

Les tensions dans la région se sont intensifiées à la suite d’une récente rencontre entre les présidents américain et sud-coréen.

Après des entretiens à Washington le vendredi 21 mai, le président américain Joe Biden a déclaré lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue sud-coréen Moon Jae-in qu’il envoyait l’ancien ambassadeur américain à Séoul, Sung Kim, pour aider à recentrer les efforts pour faire pression sur Pyongyang pour qu’il abandonne son programme d’armes nucléaires.

ICBM: le deal Iran-Corée du Nord?

ICBM : le deal Iran-Corée du Nord ?

Pourquoi le projet Jask-Z iranien intéresserait les Nord-coréens ?

Biden et Moon ont prétendu que la dénucléarisation complète de la péninsule coréenne est leur objectif, Biden soulignant qu’il ne se faisait « aucune illusion » sur la difficulté d’amener la Corée du Nord à abandonner ses arsenaux nucléaires après l’échec de ses prédécesseurs.

« Nous sommes tous les deux profondément préoccupés par la situation », a dit Biden, ajoutant que lui et Moon partageaient la volonté de s’engager diplomatiquement avec le Nord et de « prendre des mesures pragmatiques pour réduire les tensions ».

Les responsables nord-coréens ont réitéré à plusieurs reprises qu’ils ne renonceraient pas à leurs programmes nucléaire et balistique tant que les États-Unis n’auraient pas mis fin à leur politique hostile visant à renverser le gouvernement de Pyongyang.

Les médias d’État nord-coréens ont critiqué le lundi 30 mai la fin récente d’un pacte entre les États-Unis et la Corée du Sud qui plafonne le développement des missiles balistiques sud-coréens, le qualifiant de signe du « double jeu honteux » de Washington.

Le président sud-coréen Moon Jae-in a annoncé l’abolition des directives conjointes sur les missiles qui avaient limité le développement de missiles balistiques par le pays à une portée de 800 kilomètres (500 miles) après son premier sommet avec le président américain Joe Biden plus tôt en mai.

https://french.presstv.com/Detail/2021/06/12/658860/La-Coree-du-Nord-se-met-en-ordre-de-bataille-

LA COREE DU NORD FUSTIGE « ISRAËL », GARDIEN D’UN « ABATTOIR D’ENFANTS »

Par Le 08/06/2021

La Corée du Nord fustige Israël, gardien d'«un abattoir d'enfants»

Tuesday, 08 June 2021 5:39 PM  [ Last Update: Tuesday, 08 June 2021 6:21 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

La Corée du Nord dénonce les crimes d'Israël contre les enfants palestiniens.

Israël a transformé Gaza en un abattoir humain, notamment un abattoir d’enfants, a annoncé le ministère nord-coréen des Affaires étrangères, dans un communiqué, en réaction aux toutes récentes agressions d’Israël contre les habitants de Gaza.

Selon Newsweek, le ministère nord-coréen des Affaires étrangères a fustigé les crimes commis par le régime israélien en massacrant les enfants palestiniens : « Le massacre des enfants par Israël constitue un crime abominable, un problème sérieux pour l’avenir de l’humanité et un crime contre l’Humanité. »

Lire aussi: La Corée du Nord inaugure un nouveau site balistique qui intéresserait Téhéran ! (CSIS)

« Nous n’exagérons pas en disant qu’Israël a fait de la bande de Gaza un grand abattoir humain et un lieu pour massacrer les enfants. Dès que les bombardements ont fini, Netanyahu et d’autres responsables israéliens ont tout fait pour dissimuler leurs crimes commis contre les enfants. »

" Désormais c’est la Résistance palestinienne qui décide quand la guerre commencera, quand elle finira"

Le ministère nord-coréen des Affaires étrangères a souligné que les atrocités commises par les Israéliens avaient été condamnées par la communauté mondiale.

« Les médias internationaux dénoncent les atrocités d’Israël et ce qu’il a fait avec les enfants. Ils pointent du doigt Israël en tant que responsable de l’expulsion des Palestiniens, du développement illégal des colonies et de la répression des rituels pacifiques des Palestiniens », indique le communiqué.

Le communiqué de la Corée du Nord a souligné que les horreurs sionistes à Qods-Est et dans la bande de Gaza constituent des crimes de guerre, un crime contre l’humanité et une violation flagrante du Droit international. 

Israël défait : le Hezbollah commente

Israël défait : le Hezbollah commente

Le Hezbollah a félicité le peuple palestinien pour son historique victoire contre l’ennemi sioniste.

Le conflit entre les deux parties a éclaté le 10 mai et les attaques mutuelles à la roquette entre Israël et la Résistance palestinienne se sont poursuivies pendant 11 jours. 

Selon le communiqué de presse de l’armée israélienne, depuis le début du conflit dans la bande de Gaza, 1 500 cibles ont été touchées. Selon le ministère de la Santé de l’État de Palestine, lors de la confrontation avec Israël dans la bande de Gaza, plus de 220 personnes ont été tuées et plus de 1 500 ont été blessées. 

Dans le même temps, si les Israéliens prétendent que les frappes ont été menées exclusivement sur des cibles du Hamas, alors à Gaza, ils déclarent que tous les morts sont des civils.

Israël :

Israël :

Tenez-vous bien 

Depuis le début des années 1960, la Corée du Nord a fermement soutenu la création d’un État palestinien. De la formation de militants palestiniens dans les années 1970 à l’aide au Hezbollah à construire des tunnels souterrains vers les territoires occupés par Israël au milieu des années 2000, la Corée du Nord a maintenu une présence active au Moyen-Orient.

En 1970, Kim Il Sung a fourni des armes et un soutien financier au Front populaire de libération de la Palestine (FPLP).

En 2016, le quotidien israélien Maariv a rapporté que la Résistance palestinienne détenait des armes et des équipements militaires fabriqués par la Corée du Nord.

https://french.presstv.com/Detail/2021/06/08/658571/Gaza-Israel-Palestine-massacre-Coree-du-Nord-armes

LA COREE DU NORD QUALIFIE DE PROVOCATION DES PROPOS DE BIDEN APRES SON DERNIER ESSAI DE MISSILE

Par Le 27/03/2021

Corée du Nord

Pyongyang qualifie de «provocation» des propos de Biden après son dernier essai de missile

© Sputnik . Ilya Pitalev

INTERNATIONAL

07:36 27.03.2021URL courte

Par 

10728

S'abonner

La Corée du Nord a déclaré samedi que Joe Biden avait révélé «son hostilité profonde» envers Pyongyang et empiété sur son droit à l'autodéfense en critiquant son dernier essai de missile, rapporte l'agence de presse officielle KCNA.

Vendredi, la Corée du Nord a affirmé avoir lancé un nouveau type de missile balistique tactique à courte portée. Joe Biden a déclaré que cet essai violait les résolutions du Conseil de sécurité de l'Onu, mais qu'il restait ouvert à la diplomatie avec Pyongyang.

Ri Pyong-chol, secrétaire du Comité central du Parti des travailleurs au pouvoir, a déclaré que l'essai de missile était une mesure d'autodéfense contre les menaces que représentent la Corée du Sud et les États-Unis avec leurs exercices militaires conjoints et leurs armes de pointe.

«Nous exprimons notre profonde appréhension à l'égard du chef de l'exécutif américain qui qualifie notre tir d'essai, exercice du droit de notre État à l'autodéfense, de violation des «résolutions» de l'Onu et révèle ouvertement son hostilité profonde», a-t-il déclaré dans un communiqué repris par KCNA.

Le secrétaire du Comité central du Parti des travailleurs a ensuite ajouté que «de telles remarques de la part du Président américain constituent un empiètement non déguisé sur le droit à l'autodéfense de notre État et une provocation à son égard».

Ri Pyong-chol a averti que Washington pourrait faire face à «quelque chose qui n'est pas bon» s'il continue à faire «des remarques irréfléchies sans penser aux conséquences.»

https://fr.sputniknews.com/international/202103271045406360-pyongyang-qualifie-de-provocation-des-propos-de-biden-apres-son-dernier-essai-de-missile/

LA COREE DU NORD TESTE DEUX MISSILES DE COURTE PORTEE, LES PREMIERS DEPUIS L'ELECTION DE BIDEN

Par Le 24/03/2021

La Corée du Nord a testé des missiles de courte portée, les premiers depuis l’arrivée de Biden

 Depuis 10 heures  24 mars 2021

La Corée du Nord a tiré, dimanche 21 mars, deux missiles, peu après une visite à Séoul de deux ministres américains.

La Corée du Nord a tiré, dimanche 21 mars, deux missiles, peu après une visite à Séoul de deux ministres américains.

 Asie et Afrique - Deux Corées

 

Rédaction du site

La Corée du Nord a tiré, dimanche 21 mars, deux missiles, peu après une visite à Séoul de deux ministres américains – les premiers essais de ce genre depuis l’arrivée de Joe Biden à la Maison Blanche -, a déclaré mardi 23 mars un responsable américain.

« Nous sommes au courant de deux missiles », a dit ce responsable sous couvert de l’anonymat. Des médias américains ont rapporté qu’il s’agissait de missiles de courte portée.

Les observateurs s’attendaient à un acte de défiance nord-coréen depuis l’arrivée du nouveau président américain en janvier.

Contrairement à la plupart des tirs précédents, ceux-ci n’avaient pas été signalés sur le moment par la Corée du Sud, le Japon ou les Etats-Unis.

Plusieurs experts ont estimé sur Twitter qu’il s’agissait probablement de missiles de croisière, réponse relativement modérée aux manœuvres militaires conjointes que viennent de mener Washington et Séoul.

Le gouvernement Biden est en train de développer sa stratégie à l’égard de la Corée du Nord, après la tentative de diplomatie directe de son prédécesseur Donald Trump avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, qui n’a permis aucune avancée sur la dénucléarisation du pays.

Depuis février, la nouvelle administration américaine a tenté en vain d’entrer en contact avec la direction nord-coréenne.

 

Source: Avec AFP

https://french.almanar.com.lb/2032263

 

LE PENTAGONE MENACE DE FRAPPER DES CE SOIR LA COREE DU NORD

Par Le 20/03/2021

 

Nucléaire : «les USA prêts à frapper ce soir la Corée du Nord»

Friday, 19 March 2021 6:49 PM  [ Last Update: Friday, 19 March 2021 6:48 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le secrétaire à la Défense américain, Lloyd Austin. ©AP

Suite à l'escalade des tensions verbales entre Pyongyang et Washington, le secrétaire américain à la Défense a averti la Corée du Nord dans un message menaçant que « les USA sont prêts pour la guerre ce soir ».

Sur fond de critiques de la Corée du Nord au sujet des agissements de Washington et de la Corée du Sud sur la péninsule coréenne, le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin a averti Pyongyang hier jeudi que les troupes américaines sont prêtes pour la bataille "ce soir".

Kim surprendra les USA

Kim surprendra les USA

Si l’administration Trump choisit d’intervenir un jour en Corée du Nord, la Maison-Blanche pourrait découvrir que Pyongyang est un adversaire plus redoutable que beaucoup ne le pensent.

Selon le New York Post, malgré les avertissements répétés de la Corée du Nord, les forces sud-coréennes et américaines ont repris les exercices militaires après une interruption d'un an en raison de l'épidémie de coronavirus. 

« Nous sommes définitivement prêts à combattre ce soir et nous continuons à progresser vers la transition éventuelle du contrôle opérationnel en temps de guerre vers un futur commandement des forces combinées [République de Corée] », a déclaré Austin. 

« Quel que soit le temps nécessaire à remplir toutes les conditions de cette transition, je suis convaincu que ce processus renforcera notre alliance », a poursuivi le secrétaire américain à la Défense.

Kim a royalement eu l'Amérique!

Kim a royalement eu l'Amérique!

Les États-Unis ne s’intéressent pas à mener une politique conventionnelle envers la Corée du Nord.

Austin et le secrétaire d'État américain Anthony Blinken ont entamé lundi une tournée de quatre jours en Asie en se rendant au Japon, sans manquer de dire que le renforcement des alliances américaines en Asie pour affronter la Corée du Nord et la Chine fait partie des objectifs de la visite des deux hauts responsables américains en Asie.

 Après avoir rencontré des responsables sud-coréens à Séoul, Blinken a déclaré hier jeudi que l'administration du président américain Joe Biden réexaminerait la politique de Washington à l'égard de la Corée du Nord dans les prochaines semaines, tout en réfléchissant à la politique de pression comme une éventuelle option contre ce pays. 

Plus tôt cette semaine, la sœur du dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a critiqué le gouvernement Biden, et souligné que les exercices conjoints de Washington et de Séoul sur la péninsule coréenne est « un exercice d'attaque contre la Corée du Nord ». 

USA: la vengeance de Kim?

USA: la vengeance de Kim?

Washington et Séoul simulent la guerre avec la Corée du Nord. Que fait entre temps Kim Jong Un?

L'influente sœur du dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a mis en garde le gouvernement Biden dans un communiqué : « Nous saisissons cette occasion pour avertir le gouvernement Biden, qui ne tarit pas d'effort pour lancer une attaque contre notre pays. » « Si vous voulez dormir tranquille pendant les quatre ans à venir [durée d'un mandat présidentiel américain, ndlr], vous feriez bien de ne rien entreprendre qui vous fasse perdre le sommeil », déclare Kim Yo-jong, citée par le journal Rodong Sinmun.

 La Corée du Nord a déclaré jeudi matin que les États-Unis avaient cherché à la contacter en envoyant plusieurs e-mails et messages téléphoniques, qualifiant cette tentative de la nouvelle administration américaine de mise en contact avec le pays, de « tromperie inutile » visant à gagner du temps. Pyongyang qui s'est montré très clair à ce sujet a indiqué qu'il n'entrerait en aucun cas en négociations avec Washington tant que la politique hostile de celui-ci ne cessait pas. 

Les responsables de Pyongyang affirment que tant que les États-Unis n'auraient pas abandonné leur politique hostile de “changement de régime” en Corée du Nord, Pyongyang ne renoncerait pas à son programme balistique et nucléaire. 

ICBM: Kim

ICBM: Kim qualifie les États-Unis de « plus grand ennemi » de la Corée du Nord 

https://french.presstv.com/Detail/2021/03/19/647655/Le-Pentagone-a-menac%C3%A9-la-Cor%C3%A9e-du-Nord

LA COREE DU NORD REFUSE LE CONTACT AVEC LES USA SAUF S'ILS RENONCENT A LEUR POLITIQUE HOSTILE

Par Le 18/03/2021

La Corée du Nord dit refuser le contact avec les USA sauf s’ils renoncent à leur « politique hostile »

 Depuis 15 heures  18 mars 2021

Des missiles nord-coréens

Des missiles nord-coréens

 Asie et Afrique - Deux Corées

 

Rédaction du site

La Corée du Nord a annoncé jeudi 18 mars qu’elle ignorerait les tentatives de prise de contact des Etats-Unis tant que Washington n’aurait pas renoncé à sa « politique hostile » envers elle, a rapporté l’agence officielle nord-coréenne KCNA.

« Aucun contact et aucun dialogue entre les Etats-Unis et la République populaire démocratique de Corée ne peuvent avoir lieu avant que les Etats-Unis ne mettent fin à leur politique hostile à la RPDC », a déclaré Choe Son Hui, première vice-ministre des Affaires étrangères, selon KCNA citée par l’agence de presse sud-coréenne Yonhap.

« Par conséquent, nous continuerons dans l’avenir à ignorer de telles tentatives des Etats-Unis », a ajouté Mme Choe.

L’avertissement de Pyongyang est intervenu alors que deux hauts responsables américains, le secrétaire d’Etat Antony Blinken et le chef du Pentagone Lloyd Austin, se trouvaient à Séoul.

La Corée du Sud est la deuxième étape de la tournée entreprise dans la région par MM. Blinken et Austin pour renforcer avec leurs alliés un front commun face à la Corée du Nord et à l’influence croissante de la Chine.

Les deux responsables américains se sont entretenus mercredi avec leurs homologues sud-coréens. Ils doivent rencontrer jeudi le président sud-coréen Moon Jae-in.

Séoul et Washington ont entamé la semaine dernière des manœuvres militaires conjointes, dont le lancement a été suivi mardi par une ferme mise en garde de Pyongyang à Washington.

 

Source: Avec AFP

https://french.almanar.com.lb/2028809

KIM YO-JONG, SŒUR DE KIM JONG-UN CONSEILLE A LA NOUVELLE ADMINISTRATION DES USA D’EVITER DE REPANDRE UNE ODEUR DE POUDRE SI ELLE VEUT LA PAIX

Par Le 16/03/2021

Kim Yo-jong, sœur de Kim Jong-un

La sœur de Kim Jong-un conseille à Washington «d'éviter de provoquer une puanteur»

© AP Photo / Pyongyang Press Corps Pool

INTERNATIONAL

09:11 16.03.2021URL courte

Par 

1110

S'abonner

Kim Yo-jong, la sœur du dirigeant nord-coréen, a critiqué les manœuvres militaires en cours actuellement en Corée du Sud et prévenu la nouvelle administration des États-Unis qu'elle ne devait pas répandre une odeur de poudre si elle voulait la paix, a rapporté mardi la presse officielle.

Ce communiqué, relayé par l'agence nord-coréenne KCNA, intervient à la veille de l'arrivée à Séoul de hauts représentants de l'administration Biden pour de premiers entretiens avec leurs homologues sud-coréens.

«Nous profitons de cette opportunité pour prévenir la nouvelle administration américaine qui s'efforce de dégager une odeur de poudre dans notre territoire», a dit Kim Yo-jong, selon la KCNA. «Si elle veut la paix pendant les quatre prochaines années, elle ferait mieux d'éviter de provoquer une puanteur en guise de premier pas».

Washington a indiqué lundi avoir tenté, en vain, d'entrer en contact avec Pyongyang pour «réduire le risque d'escalade» sur fond du refroidissement de leurs relations bilatérales débutée sous l'administration Trump.

Donald Trump avait rencontré à trois reprises Kim Jong-un et échangé des lettres avec ce dernier, mais la Corée du Nord avait mis fin aux discussions en demandant à ce que les États-Unis abandonnent d'abord leur politique hostile à son égard.

Les armées sud-coréenne et américaine ont débuté des exercices militaires conjoints en format réduit, uniquement virtuel, du fait de la pandémie et dans le cadre des efforts engagés pour dialoguer avec la Corée du Nord.

Rapprochement échoué

Le rapprochement intercoréen de 2018, voulu par Séoul, ne «se reproduira pas facilement» et Pyongyang va surveiller d'éventuelles provocations supplémentaires, a dit Kim Yo-jong, devenue une voix critique à l'égard de Séoul dans la presse officielle nord-coréenne. Elle a ajouté qu'un accord militaire destiné à réduire les tensions à la frontière coréenne pourrait être abandonné par Pyongyang le cas échéant.

https://fr.sputniknews.com/international/202103161045354557-la-sur-de-kim-jong-un-conseille-a-washington-deviter-de-provoquer-une-puanteur/

FIDEL CASTRO ET KIM II SUNG FORGENT DES IDEAUX DEPUIS 35 ANS

Par Le 08/03/2021

8 Mars 2021


Fidel Castro et Kim Il Sung forgent des idéaux depuis 35 ans
La Havane, 7 mars (Prensa Latina) Cuba et la République populaire démocratique de Corée (RPDC) consolident aujourd'hui six décennies de relations et de collaboration, au cours desquelles les dirigeants historiques, Fidel Castro et Kim Il Sung, ont forgé les bases de leur amitié.

Trente-cinq ans se sont écoulés depuis cette rencontre entre le commandant en chef de la révolution cubaine et le grand leader coréen, qui a défini pour toujours l'affection et l'empathie entre deux processus révolutionnaires ayant des particularités différentes et des objectifs égaux.

La plus grande des Antilles et le pays asiatique ont scellé ces liens 26 ans plus tôt avec l'établissement de relations diplomatiques en août 1960 et la visite à Pyongyang trois mois plus tard du commandant Ernesto Che Guevara.

En octobre 1966, le ministre des Forces armées révolutionnaires de l'époque, Raúl Castro, accompagné du président Osvaldo Dorticós, se rend dans le pays frère où, comme ses prédécesseurs, il est accueilli par les autorités, le peuple et le Parti des travailleurs (PTC).

Selon les déclarations faites à la Prensa Latina il y a quelque temps par l'ambassadeur cubain en RPDC, Jesús Aise, Fidel et Kim ont eu une empathie personnelle particulière dès le moment du triomphe de la Révolution le 1er janvier 1959.

Le journal Minju Joson de l'Assemblée populaire suprême, en évaluant la visite du leader historique cubain, a écrit que c'était l'une des plus importantes visites d'un homme d'État mondial en RPDC au XXe siècle.

Le séjour de cinq jours du commandant en chef cubain dans la nation asiatique s'est conclu par un discours dans lequel il a réaffirmé les principes qui définiront les liens fraternels de La Havane avec Pyongyang.

Lors d'une manifestation de masse organisée au Palais des sports, Fidel a déclaré que "Cuba maintient fermement qu'il n'y a qu'une seule Corée" et a apporté son soutien résolu et sans réserve à la "sage politique de réunification pacifique de la patrie" proclamée par Kim Il Sung et le PTC.

Interrompu à plusieurs reprises par des applaudissements, le leader des Caraïbes a assuré aux Pyongyans que la plus grande nation antillaise "ne manquera jamais à sa solidarité permanente avec la Corée", ne se rendra jamais et "continuera toujours à faire flotter ses bannières communistes et internationalistes inébranlables".

Fidel a souligné que la Corée démocratique, ses dirigeants et son peuple "vivront toujours dans nos sentiments de révolutionnaires, de patriotes et de combattants pour le triomphe du socialisme", et a loué le talent et les qualités humaines de son "grand leader et dirigeant avisé", le président Kim Il Sung.

Plus de deux décennies plus tard, le leader historique a rappelé qu'"il n'y a pas de sujet dont je n'ai pas discuté avec mon illustre hôte Kim Il Sung. Je n'oublierai pas", a-t-il écrit dans une réflexion le 24 juillet 2008, en se souvenant de son arrivée à Pyongyang le 7 mars 1986.

L'affection transmise par les autorités, le peuple et le PTC aux dirigeants cubains à différents moments historiques s'est également manifestée, dans la continuité, par les visites en RPDC du président Miguel Díaz-Canel en septembre 2015 et en novembre 2018.

Le séjour du leader cubain à Pyongyang, ses rencontres et ses entretiens avec le dirigeant du PTC, outre l'approfondissement des sentiments fraternels, ont permis de conclure des "accords historiques" et d'élargir le développement des relations bilatérales conformément à la nouvelle ère.

C'est ce qu'a déclaré l'année dernière l'ambassadeur de la RPDC à Cuba, Ma Chol Su, lors de la cérémonie commémorative marquant six décennies d'établissement de relations entre les deux pays, qu'il a qualifiées de "relations précieuses".

Ces liens, a-t-il souligné, sont constamment enrichis grâce à la volonté et aux efforts communs des dirigeants historiques des deux nations.

Le diplomate a évoqué l'ordre du grand leader coréen lors de la crise d'octobre 1962 de combattre avec les Cubains "dans la même tranchée, les armes à la main, jusqu'à la dernière goutte de sang" et nous l'avons encore "gravé de façon indélébile au fond de nos cœurs".

Près de trois décennies et cinq ans après la chaleureuse étreinte entre Fidel Castro et Kim II Sung, Kim Jong Un, également président des affaires d'État de la RPDC, a ratifié en janvier dernier, dans un message adressé à Raúl Castro, la volonté de consolider la coopération avec les dirigeants politiques et le peuple cubain.

msm/jcd

source : https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=434403&SEO=fidel-castro-y-kim-il-sung-fragua-de-ideas-35-anos-despues-fotos-y-video

Tag(s) : #RPDC#Cuba

 

LE VIIIe CONGRES DU PARTI DU TRAVAIL DE COREE ADOPTE UN PROGRAMME AMBITIEUX

Par Le 25/02/2021

La République populaire démocratique de Corée

Le VIIIe Congrès du Parti du travail de Corée adopte un programme ambitieux

Le VIIIe Congrès du Parti du travail de Corée (PTC) s'est tenu à Pyongyang, en République populaire démocratique de Corée (RPDC). du 5 au 12 janvier. Étaient présents au VIIIe Congrès 4 750 délégués, dont 1 455 travailleurs industriels et fermiers, et 10 % des délégués étaient des femmes. Il y avait aussi 2 000 observateurs.

Kim Jong Un, le dirigeant suprême de la RPDC, a présenté le rapport sur le travail du Comité central du PTC depuis le congrès précédent en 2016, qui a fait l'objet de discussions approfondies.

Dans sa présentation, Kim Jong Un a souligné que dans la période de cinq ans depuis le VIIe Congrès, même si l'on tient compte des difficultés et des revers, les succès du PTC dans les luttes révolutionnaires et le développement du pays n'ont pas été une mince chose : « Notre force intérieure s'est accrue et le prestige extérieur du pays a été rehaussé pendant la période suivant le VIIe Congrès du Parti, ce qui annonce l'avènement d'une nouvelle époque de grand essor et de grands changements dans l'édification socialiste. », a dit Kim Jong Un. « Le Comité central de notre Parti a déclaré à la face du monde entier qu'il fera du VIIIe Congrès du Parti du travail de Corée un congrès de travail, de lutte et de progrès », a-t-il ajouté.

Le rapport comprend quatre sections :

1. réalisations accomplies durant la période considérée

2. pour des avancées décisives dans l'édification socialiste

3. pour la réunification indépendante du pays et le développement des relations externes et

4. pour le développement du travail du Parti

Après la présentation du travail accompli depuis le VIIe Congrès, de nombreux délégués sont intervenus sur le rapport. Le Congrès a aussi élu le nouveau Comité central et élu Kim Jong Un en tant que secrétaire général du PTC. Il a adopté des amendements à la constitution du Parti et reçu le rapport de la commission de vérification. Le Congrès a ensuite adopté solennellement et à l'unanimité la résolution « Sur la mise en oeuvre cohérente des tâches définies dans le Rapport du Comité central du PTC ».

Le secrétaire général Kim Jong Un a prononcé le discours de clôture. Il a apprécié l'enthousiasme révolutionnaire du Parti et du peuple, et a remercié tous les membres du Parti, le peuple et les civils et officiers et soldats de l'Armée populaire pour leur confiance. Il a dit que le VIIIe Congrès avait formulé un plan immédiat de lutte pour ouvrir une nouvelle période d'essor, une période de grands changements dans la révolution et la construction, et qu'il avait révélé des problèmes importants dans le développement du Parti et que le Congrès en a discuté de manière franche. Il s'est dit convaincu que la stratégie et la politique du Congrès seraient mises en oeuvre avec succès.

Déclarant que tous doivent être prêts pour une offensive plus difficile en faisant une percée significative afin de remporter à nouveau la victoire et de progresser dans l'accomplissement de la cause du socialisme, Kim Jong Un a lancé un appel passionné à tous pour qu'ils soient plus énergiques dans la lutte pour mener à bien le programme mis de l'avant par le VIIIe Congrès, pour développer le PTC, pour une avancée victorieuse de la cause révolutionnaire du Juche et pour mettre les intérêts du peuple de la RPDC au centre de toutes les réalisations.

Le Congrès a clôturé ses travaux le 12 janvier par le chant de « l'Internationale ». Après la conclusion réussie du Congrès, la 4e session de l'Assemblée populaire suprême a été convoquée le 17 janvier durant laquelle le premier ministre Kim Tok Hun a appelé à une réalisation en profondeur du plan quinquennal pour le développement économique national établi lors du Congrès du PTC, décrivant certaines des tâches clés nécessaires pour y parvenir.

Le Parti communiste du Canada (marxiste-léniniste) a envoyé un message de salutations au Congrès et un message de félicitations à Kim Jong Un à l'occasion de son élection au poste de secrétaire général du Comité central. Le PCC(M-L) a exprimé sa confiance que les décisions prises par le Congrès guideront le Parti, l'État et le peuple pour surmonter davantage les effets du régime de sanctions brutales imposé par les impérialistes américains, que le Canada applique également, tout en faisant également avancer la cause de la paix sur la péninsule coréenne et pour la réunification de la nation coréenne. Les résultats obtenus par le peuple coréen dans l'édification d'une nation prospère sur la base de l'autosuffisance sont remarquables. Ils révèlent beaucoup de choses en ce qui concerne l'activation du facteur humain/conscience sociale et les innovations dans l'utilisation de la science et de la technologie d'une manière qui sert le peuple. D'une grande importance, ils montrent l'énergie potentielle qui se trouve dans l'effort de l'humanité pour exercer un contrôle sur tous les aspects de la vie.


Célébrations à la suite de la conclusion réussie du VIIIe Congrès du PTC, le 14 janvier 2021

(Photos: Rodong Sinmun, KCNA)

Haut de page


Non aux exercices militaires visant la RPDC

Des organisations des États-Unis et de Corée et
des organisations internationales exigent
la suspension des exercices militaires conjoints
des États-Unis et de la République de Corée


Manifestation devant l'ambassade des États-Unis à Séoul, en Corée, 5 août 2019

Le 27 janvier 2021, une déclaration signée par des organisations de la société civile, dont 110 organisations américaines, 197 organisations sud-coréennes et 80 organisations internationales, a été envoyée au président Joe Biden exhortant les États-Unis à suspendre tous les exercices militaires conjoints annuels avec la République de Corée (RDC) et de relancer la voie diplomatique avec la République populaire démocratique de Corée (RPDC).

Cette initiative a été organisée par des organisations pour la paix des États-Unis et de la RDC, notamment la Campagne pour la paix en Corée des anciens combattants pour la paix, le Réseau coréen pour la paix, Paix en Corée maintenant !, le Réseau Grassroots, Traité de paix maintenant, la Women Cross DMZ, la Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté, RDC, le Forum civil pour la paix, le Mouvement des femmes coréennes pour la paix et le Comité sud-coréen de la Déclaration commune du 15 juin.

La colonelle Ann Wright, porte-parole de l'organisation Campagne pour la paix en Corée des anciens combattants pour la paix, a déclaré : « Ces exercices de guerre sont coûteux, provocateurs et incitent constamment la Corée du nord à mener des actions militaires pour y répondre. Si le but des États-Unis est de réduire les tensions, et non de les accroître, alors la suspension de ces exercices militaires sera un pas important pour y arriver. »

Hyun Lee, de Women Cross DMZ et Paix en Corée maintenant !, a déclaré : « La majorité des citoyens de la péninsule coréenne veulent des pourparlers pour la paix, pas des exercices de guerre et une confrontation militaire. Ce sont leurs vies qui sont à risque advenant des erreurs et des accidents lors des exercices militaires et le possible déclenchement d'une dangereuse confrontation militaire ».

Les organisateurs appellent les personnes à signer cette déclaration et, ainsi, à se joindre à plusieurs autres des États-Unis, de la Corée du sud et partout dans le monde qui oeuvrent à promouvoir la paix dans la péninsule coréenne.

Déclaration

Nous soussignées, organisations de la société civile des États-Unis, de la République de Corée et du monde entier, exhortons le président Biden à suspendre les exercices militaires communs annuels des États-Unis et de la Corée du sud (RDC). La suspension de ces exercices de guerre coûteux et hautement provocateurs sera un pas important vers la reprise d'une réelle diplomatie avec la Corée du nord (RPDC). Une telle mesure enlèvera un immense obstacle à la résolution pacifique de la guerre de Corée qui dure depuis 70 ans et permettra à toutes les parties de se tourner vers d'autres questions d'ordre mondial qui préoccupent nos nations aujourd'hui, comme la création d'un monde sans armes nucléaires et la fin de la pandémie actuelle de COVID-19.

Au milieu des années 1950, au lendemain de la guerre de Corée, les États-Unis et la République de Corée ont commencé des exercices militaires conjoints en Corée du sud pour préparer une guerre avec la Corée du nord. Dans les années 1970, ces exercices se sont développés en manoeuvres à grande échelle qui mobilisent une quantité considérable d'armes et d'équipement et le déploiement de troupes américaines stationnées en Corée du sud et dans des bases américaines à l'extérieur de la péninsule coréenne. Depuis les années 2000, ces exercices se déroulent selon des plans d'opérations qui comprennent des frappes préventives et des « mesures de décapitation » contre les dirigeants nord-coréens. En raison de leur ampleur et de leur caractère provocateur, les exercices militaires annuels États-Unis-République de Corée sont depuis longtemps un élément déclencheur des tensions militaires et politiques accrues dans la péninsule coréenne.

Depuis des années, ces exercices militaires conjoints comprennent l'utilisation de bombardiers B-2 (qui sont conçus pour larguer des bombes nucléaires), des porte-avions et des sous-marins à propulsion nucléaire, ainsi que des tirs d'artillerie de longue portée et d'autres armes. Non seulement ces exercices sont-ils une source de tension dans la péninsule coréenne, mais ils ont coûté des milliards de dollars aux contribuables américains et ont causé des torts irréparables aux résidents locaux et des dommages à l'environnement de la Corée du sud.

À l'heure où le monde fait face à des crises humanitaires, environnementales et économiques urgentes, ces exercices militaires siphonnent des ressources qui sont essentielles à notre capacité de fournir une réelle sécurité humaine telle que les soins de santé, un environnement durable et d'autres priorités. De surcroît, ils exacerbent les tensions géopolitiques et risquent de relancer une guerre ouverte dans la péninsule coréenne qui aurait des conséquences catastrophiques pour des millions de personnes.

Nous voulons des pourparlers de paix, pas des exercices de guerre et la confrontation militaire. Nous exhortons l'administration Biden à résoudre la cause profonde du conflit entre les États-Unis et la Corée du nord  la guerre de Corée non résolue  qui a entraîné une dangereuse course aux armements, fait du tort aux gens les plus vulnérables par des sanctions punitives et imposé la tragique séparation de centaines de milliers de familles coréennes. Continuer de compter sur l'isolement, la pression et les menaces pour forcer la dénucléarisation unilatérale de la Corée du nord est une recette pour l'échec.

La suspension des exercices militaires conjoints sera une mesure majeure pour inspirer la confiance nécessaire au renouvellement de la diplomatie permettant de résoudre ce conflit qui perdure depuis 70 ans avec la Corée du nord et, ultimement, de réaliser une paix et une dénucléarisation permanentes de la péninsule coréenne.

Signée par 387 organisations américaines, sud-coréennes et internationales

Signez ici la déclaration. Pour la version coréenne, cliquer ici.

(Photos : LML, KCG, BCKSA)

Haut de page


Les plans du Parti du travail de Corée pour
renforcer le mouvement pour la paix et
la réunification de la Corée

Le VIIIe Congrès du Parti du travail de Corée (PTC), qui a eu lieu en République populaire démocratique de Corée (RPDC) du 5 au 12 janvier 2021, a abordé les questions importantes de la réunification indépendante du pays et du développement des relations externes. Citant le rapport présenté au Congrès par Kim Jong Un, le dirigeant suprême de la RPDC, l'Agence de presse centrale coréenne (KCNA) a publié le compte-rendu suivant de la discussion :

« Notre nation est maintenant à la croisée des chemins, à savoir si nous allons continuer d'avancer sur la voie de la paix et de la réunification », a dit Kim Jong Un. « Il n'est pas exagéré d'affirmer que les relations intercoréennes actuelles ont reculé à la période précédant la publication de la Déclaration de Panmunjom et que l'espoir de réunification nationale s'est éloigné[1]. »

Le rapport au VIIIe Congrès du PTC a souligné que les relations nord-sud ne peuvent pas être dégelées par des efforts unilatéraux ni s'améliorer d'elles-mêmes avec le temps. Pour dégeler les relations, dit le rapport, il est nécessaire de se décider à résoudre les problèmes de base dans les relations nord-sud, de cesser tout acte hostile l'un envers l'autre, et d'aborder sérieusement et de mettre en oeuvre à la lettre les déclarations nord-sud.

Kim Jong Un a précisé la position de principe du PTC en matière de relations intercoréennes comme suit : les autorités sud-coréennes vont à l'encontre de la mise en oeuvre de l'accord nord-sud sur le maintien de la paix et de la stabilité militaire dans la péninsule coréenne. Au mépris de nos avertissements répétés qu'elles devraient cesser de faire entrer les armes les plus récentes et de participer aux exercices militaires conjoints avec les États-Unis, le sud se procure et développe de nouvelles armes offensives de pointe, notamment des missiles balistiques et de croisière.

En ce moment, il n'est pas nécessaire pour la RPDC de faire preuve de bonne volonté envers les autorités sud-coréennes de manière unilatérale comme par le passé, et son attitude envers ces autorités dépendra de comment celles-ci répondent à nos justes revendications, et des efforts qu'elles déploient pour respecter les accords nord-sud.

Dans la troisième partie du rapport du PTC au VIIIe Congrès, il est mentionné que peu importe qui accède au pouvoir aux États-Unis, les véritables intentions de la politique des États-Unis à l'égard de la RPDC ne changeront jamais. Le rapport a souligné la nécessité d'une stratégie « habile » envers les États-Unis, tout en élargissant de façon soutenue la solidarité avec les forces anti-impérialistes et indépendantes.

Le rapport souligne également la nécessité de faire échouer l'offensive réactionnaire de l'ennemi et de rehausser le prestige de la RPDC en améliorant le rôle du secteur de l'information externe. Il a souligné la nécessité pour le secteur du travail externe de développer davantage les relations avec les pays socialistes, de consolider l'unité et la coopération avec les partis révolutionnaires et progressistes qui aspirent à l'indépendance et d'entreprendre une lutte commune dynamique contre l'impérialisme à l'échelle mondiale afin de rendre l'environnement externe de la RPDC plus favorable.

Le rapport a exprimé la détermination à toute épreuve du PTC de défendre avec fermeté la paix et la stabilité de la péninsule coréenne et du reste du monde. Il n'y a aucun pays sur cette planète, a-t-il dit, qui est aussi exposé à la menace de guerre sur une base permanente que la RPDC ni aucun pays où le peuple a un si grand désir de paix.

Le Rapport au VIIIe Congrès déclare aussi : « Le fait que nous ayons développé la plus puissante arme de dissuasion contre la guerre et que nous la développions de façon constante a comme but de nous défendre et d'ouvrir une ère de paix véritable libre de guerre une fois pour toutes. Maintenant que notre capacité de défense nationale a atteint un niveau tel qu'elle peut contenir de façon préventive la menace venant de forces hostiles à l'extérieur de notre territoire, à l'avenir toute exacerbation des tensions dans la péninsule coréenne aurait comme conséquence une déstabilisation de la sécurité des forces qui nous menacent. »

Affirmant que la clé d'une nouvelle relation entre la RPDC et les États-Unis est la cessation de la politique hostile des États-Unis envers la RPDC, le rapport clarifie que la position du PTC est qu'il agira face aux États-Unis sur la base du principe de puissance à puissance et de la bonne volonté pour la bonne volonté. Il a réaffirmé que la RPDC, en tant qu'État responsable en matière d'armes nucléaires, n'aura pas recours à ses armes nucléaires à condition que les forces hostiles agressives ne tentent pas de recourir à leurs armes nucléaires contre la RPDC.

En clarifiant la politique étrangère et la position du PTC pour la consolidation de l'amitié et de la solidarité avec tous les pays du monde qui respectent la souveraineté de la RPDC et la réalisation d'une véritable justice internationale, le Rapport sur le travail du Comité central du PTC a fourni les directives stratégiques et tactiques pour rehausser l'autorité internationale et l'influence de la RPDC dans la nouvelle période soumise à l'examen, affirme KCNA.

Note

1.La Déclaration de Panmunjom pour la paix, la prospérité et la réunification de la péninsule coréenne a été signée par Kim Jong Un, président de la République populaire démocratique de Corée, et Moon Jae-in, président de la République de Corée, le 27 avril 2018, à la suite des pourparlers du Sommet nord-sud à la Maison de la paix à Panmunjom.

(9 janvier 2021. Photos : LML, Fightback News. Citations traduites par LML)

Haut de page


Les développements sur le front économique

Les difficultés auxquelles fait face l'économie et
les plans pour améliorer la situation

La conception qui guide l'économie de la République populaire démocratique de Corée (RPDC) est « Tout pour le peuple et tout s'appuie sur le peuple » dans le cadre de l'ensemble de la confiance résolue en soi.

Au cours des cinq dernières années, le facteur objectif prépondérant pour l'économie a été le blocus et les sanctions meurtrières imposés par les États-Unis et le Canada, qui ont causé de grandes souffrances au peuple ainsi que les menaces permanentes d'un anéantissement militaire. De plus, le pays a dû faire face chaque année à de graves désastres naturels ainsi qu'à la pandémie mondiale. Compte tenu de ces facteurs, le dirigeant de la RPDC, Kim Jong Un, a déclaré dans son Rapport au VIIIe Congrès du Parti du travail de Corée (PTC) : « Les succès du PTC au cours des cinq dernières années dans sa lutte révolutionnaire et son travail de construction sont importants. »

« L'année dernière a été une année difficile. Dans le contexte de la crise sanitaire mondiale d'une durée sans précédent dans l'histoire, notre peuple a garanti une situation stable et rigoureuse dans la prévention des maladies infectieuses en s'efforçant de surmonter résolument les difficultés, en maintenant l'unité consciente de tout le peuple dans cet effort et en considérant cette lutte comme un devoir patriotique. Et il s'est dressé comme un seul homme pour réparer les dégâts causés par les catastrophes naturelles, construisant magistralement dans tous les coins du pays plus de 20 000 logements de bonne qualité. Ses grands exploits ont écrit une nouvelle page glorieuse dans les annales de lutte de notre Parti », a-t-il dit.


Assurer la sécurité sanitaire durant la pandémie de la COVID-19

Dans ce contexte, Kim Jong Un a expliqué : « Cependant, bien que la période fixée pour l'accomplissement de la stratégie quinquennale de développement de l'économie nationale se soit terminée l'année dernière, la majorité des secteurs sont loin d'avoir atteint les objectifs fixés. » Il a souligné les défis externes et internes qui existent toujours et que la clé pour faire une percée est de consolider la force interne de la RPDC.

Le Congrès a fait « une analyse et un jugement complets et profonds des expériences, des leçons et des erreurs que nous avons faites au cours de la période considérée et, sur cette base, a défini les objectifs scientifiques et les tâches de la lutte, ce que nous pouvons et devons accomplir sans faute. Pour nous, les succès déjà obtenus et les amères leçons accumulées sont précieux. Ils sont d'une valeur inappréciable que l'on ne pourrait échanger même contre de l'or et constituent la base précieuse de nouvelles victoires. Nous devons renforcer et développer les victoires et les succès obtenus à la sueur de notre front et au prix de notre sang, et prendre des mesures préventives pour éviter de revivre les leçons douloureuses du passé. Surtout, il nous faut reconnaître avec audace les erreurs qui, si elles ne sont pas corrigées, se transformeront en obstacles et en blocages plus importants, et prendre des mesures énergiques pour remédier à cette carence. Le présent congrès s'ouvre sur cette ferme volonté et cette détermination inébranlable ».

L'agence centrale de presse coréenne (KCNA) a rapporté que, soulignant la nécessité de commencer les travaux pour développer davantage l'économie du pays dans son ensemble dans le cadre d'un nouveau plan quinquennal, le rapport du VIIIe Congrès a analysé l'état actuel des secteurs industriels clés, notamment les industries métallurgique, chimique, électrique, charbonnière, mécanique et minière et a défini les tâches de développement futur.

Le rapport présenté lors de la deuxième journée a analysé la situation de l'industrie des transports, l'industrie de la construction d'immobilisations et des matériaux de construction, des communications, du commerce, de la protection des terres et de l'environnement, de la gestion urbaine, des relations économiques extérieures et des autres secteurs importants du domaine de la gestion économique, et a présenté les objectifs et les moyens pratiques d'innovation et de développement dans les domaines concernés dans le cadre d'un nouveau plan quinquennal.

Le rapport a également évoqué les solutions permettant de créer un tournant tangible dans l'amélioration du niveau de vie du peuple en réalisant une croissance planifiée et continue de la production dans les domaines de l'agriculture, de l'industrie légère et de la pêche, et en développant les villes et les districts selon un cadre indépendant et multiforme.

Il a de nouveau précisé qu'il existe une détermination importante à protéger la sécurité du pays et son peuple et l'environnement pacifique de la construction socialiste en élevant de manière fiable la capacité de défense de l'État à un niveau beaucoup plus élevé. Le rapport a proposé des objectifs pour y parvenir.

Le rapport a également présenté des détails sur des tâches importantes pour promouvoir le développement scientifique et technologique du pays.

« La raison du non-respect de la stratégie quinquennale pour le développement économique national » ne saurait être attribuée uniquement aux conditions matérielles. Faire une telle évaluation suggérerait que le facteur humain « ne peut rien faire » et que « l'action et le rôle de force motrice qu'engendre une telle force seraient inutiles » et rendrait « impossible l'accélération de la lutte révolutionnaire et du travail de construction à moins que les facteurs externes défavorables ne soient supprimés ».

Dans ces conditions, le rapport mentionne que la précédente « stratégie quinquennale pour le développement économique national n'avait pas été correctement définie sur la base de calculs et de raisons scientifiques, que la science et la technologie n'avaient pas réussi à faire avancer le travail économique du pays, et que le travail pour réajuster le système de travail économique irrationnel et renforcer la discipline n'a pas été correctement appliqué ».

« L'économie du pays ne pourra jamais être stimulée sans rompre avec le point de vue idéologique erroné, l'attitude de travail irresponsable, l'incompétence et les méthodes de travail obsolètes qui ont prévalu jusqu'à présent », conclut le rapport. En transformant les conditions subjectives, les problèmes et les dommages liés aux conditions objectives peuvent être surmontés.

La stratégie économique pour les cinq prochaines années est de mettre « notre économie sur une voie normale pour fonctionner sans heurts, sans être affectée par une influence extérieure » et donner une expression matérielle à la confiance en soi et au plein potentiel de l'économie. Cela signifie se concentrer sur l'organisation interne de l'économie nationale et le développement de tous ses secteurs et des liens entre les départements de manière à améliorer le niveau de vie de la population.

Les principaux secteurs industriels qui nécessitent des investissements et une concentration pour améliorer et normaliser la production sont les industries métallurgique et chimique, la production du matériel et des machines nécessaires à l'épanouissement de l'industrie, en particulier l'agriculture, l'approvisionnement local en matières premières et les équipements pour la production d'articles de consommation et de production d'électricité.

L'autosuffisance et l'autonomie planifiées à l'échelle du pays par la mobilisation du peuple et l'utilisation de la science, de la technologie moderne et des investissements accrus dans l'éducation sont essentielles pour « perfectionner la structure indépendante de l'économie nationale, réduire le degré de dépendance aux importations et stabiliser la vie du peuple ».

(Photos : LML, For the Peoples Wellbeing. Les citations du Rapport du VIIIe Congrès du PTC sont traduites par LML.)

Haut de page


Les secteurs industriels clés à la base
de l'économie nationale

L'industrie métallurgique

Le Rapport du VIIIe Congrès du Parti du travail de Corée (PTC) a souligné la nécessité de mieux appréhender la science et la technologie de l'industrie métallurgique « pour perfectionner notre propre système de fabrication du fer, augmenter sa capacité et augmenter radicalement la production de fer et d'acier ».

La production de métaux existante doit être rénovée par la construction de nouveaux hauts fourneaux économes en énergie dans les grandes usines sidérurgiques et aciéries, et « pour dynamiser la production de minerai de fer et l'utilisation de lignite dans les régions du nord pour la production de fonte brute ».

L'industrie chimique


L'usine d'engrais phosphatés de Sunchon a ouvert ses portes le 1er mai 2020 dans le cadre de la construction d'une nouvelle base de l'industrie chimique.

Le secteur chimique est considéré comme une « industrie de base » et un « pilier pour la construction d'une économie qui subvient à ses besoins et améliore le niveau de vie du peuple ».

La tâche centrale de l'industrie chimique « est de donner la priorité à la constitution de nos propres forces techniques, d'accélérer l'amélioration de sa structure et d'augmenter considérablement la production de produits chimiques nécessaires à l'économie nationale et à l'amélioration du niveau de vie du peuple ». L'industrie chimique doit s'appuyer « sur nos propres matières premières » et élever son niveau scientifique pour s'assurer qu'elle sert l'objectif d'autosuffisance.

Production d'électricité

Centrale électrique de la jeunesse Ryongson

La production d'électricité est essentielle pour l'autosuffisance économique et pour garantir le développement et la croissance stables de l'économie nationale et le niveau de vie matériel et culturel pour tous. L'industrie de l'énergie électrique doit « réajuster et renforcer ses fondements de production dans son ensemble et les développer ». Cela comprend « la construction de centrales marémotrices dans le cadre de stratégies à long et moyen terme et le lancement nécessaire de la mise sur pied de l'industrie nucléaire ».

La production minière

Le rapport « a souligné la nécessité d'attacher de l'importance à l'industrie minière et de la consolider dans l'intérêt du développement normal de l'économie nationale. La tâche fondamentale de l'industrie minière est de renforcer et d'étendre la production pour répondre aux besoins de l'économie nationale en métaux non ferreux et minéraux non métalliques au cours de la nouvelle période quinquennale du plan ».

L'industrie du charbon

À cause du blocus et des sanctions meurtrières des États-Unis, l'industrie du charbon est devenue un avant-poste important de l'autosuffisance en RPDC, car elle dispose d'un approvisionnement interne abondant et d'une vaste connaissance et expérience de l'extraction du charbon. Le rapport décrit un plan visant à faire avancer « le travail de fourniture intensive d'équipements, de matériaux, de main-d'oeuvre et de fonds à l'industrie du charbon, en sécurisant davantage de sites d'extraction du charbon, en donnant la priorité à la prospection et au creusement de tunnels, en mettant des efforts dans le développement de l'industrie du lignite, en faisant avancer le travail d'amélioration des conditions de travail et de vie des mineurs de charbon en tant que tâche prioritaire pour accroître la production de charbon et prendre des mesures pour une utilisation efficace du charbon ».

L'industrie mécanique


Exposition de matériel agricole produit en RPDC

Le rapport a défini l'industrie de la machinerie comme un secteur important qui mène et propulse l'économie dans son ensemble et ses nombreux secteurs. Cela exige un examen approfondi de l'état actuel et de l'orientation de l'industrie des machines. L'objectif est de changer d'orientation vers la création et le développement de « machines modernes et performantes comprenant des machines-outils, des véhicules, des machines de chantier, des machines électriques, des machines pour l'extraction minière et des machines hydrauliques ».

L'agriculture


Production à large échelle de fruits et légumes en serres

« Les principaux objectifs fixés pour le secteur agricole sont des questions d'une importance capitale pour l'État qui doivent être atteints quel qu'en soit le coût afin d'assurer l'autosuffisance alimentaire. »


L'usine de production de farine de pommes de terre de Samjiyon


L'usine de transformation des fruits de Kosan

La foresterie

Le rapport a souligné la nécessité pour le secteur forestier de renforcer ses propres fondements matériels et technologiques et de répondre de manière satisfaisante aux besoins de l'économie nationale en bois tout en gardant à l'esprit l'équilibre entre la production de bois et le boisement.


Pépinière

Les transports

Le rapport a défini des objectifs pour améliorer et moderniser le transport ferroviaire dans tout le pays en garantissant sa sécurité d'exploitation. Le métro de Pyongyang a reçu une attention particulière avec des projets de mise à jour de ses opérations et de rénovation de ses stations. Une nécessité existe dans tout le pays « pour produire un plus grand nombre de moyens de transport en commun, y compris des rames de métro de type nouveau, des trolleybus, des tramways et des bus » pour rendre les déplacements plus pratiques pour les personnes.


Métro de Pyongyang

Le secteur de la construction


De nouveaux logements ont été construits pour remplacer ceux détruits dans les zones ravagées par les typhons.

Le secteur de la construction est chargé de construire des logements plus nombreux et de meilleure qualité pour que la population puisse répondre au niveau de vie des cultures modernes et « changer radicalement l'apparence du pays ».

Deux fronts existent simultanément dans le secteur de la construction : « la construction industrielle pour renforcer les fondements économiques du pays et la construction pour répondre aux besoins matériels et culturels du peuple ».

Plus précisément, un objectif est de construire 10 000 nouveaux appartements par an à Pyongyang uniquement au cours de chacune des cinq prochaines années pour répondre aux besoins de ses citoyens. Une autre consiste à construire immédiatement 25 000 maisons dans la zone minière de Komdok à l'est. Komdok est l'un des principaux producteurs de minéraux non ferreux où vit un important contingent de travailleurs. Le 3 septembre dernier, le typhon Maysak a frappé Komdok, causant des dégâts catastrophiques avec des inondations et des glissements de terrain. Le plan est « de faire de Komdok une ville minière sans équivalent au monde ».

« Les tâches de base auxquelles est confrontée l'industrie des matériaux de construction au cours de la nouvelle période du plan quinquennal sont d'atteindre l'objectif de produire 8 millions de tonnes de ciment et d'assurer l'autosuffisance en matériaux de finition.

Pour atteindre cet objectif, les cimenteries existantes doivent être rénovées et « de nouvelles cimenteries modernes de grande capacité » doivent être construites « dans des zones offrant des conditions favorables pour l'approvisionnement en matériaux et en électricité et le transport ».

L'autosuffisance en matière de matériaux de finition est impérative pour répondre à la forte demande. Les peintures utilisant des matières premières disponibles localement doivent devenir plus disponibles, de même que les matériaux de toiture.

En ce qui concerne la production de matériaux de construction, le plan est « de construire plus de bâtiments zéro carbone et zéro énergie conformément à la tendance mondiale en matière de développement architectural ». Les « provinces devraient produire divers matériaux de construction en grandes quantités » qui « dépendent de leurs matières premières disponibles localement », ce qui donne lieu à une nouvelle valeur importante à réinvestir.

Les pêcheries

« Le rapport a défini l'industrie de la pêche comme l'un des trois domaines directement liés à l'alimentation du peuple. L'industrie de la pêche devrait moderniser les navires et les équipements de pêche, placer la pêche sur une base scientifique et construire des stations de pêche et des chantiers de réparation navale. Il est nécessaire d'augmenter systématiquement la production de fruits de mer en conservant et en propageant considérablement les ressources aquatiques du pays de manière planifiée et en lançant une campagne de masse pour l'aquaculture. »

Le rapport a discuté d'autres secteurs tels que les communications avec des plans pour mettre à jour son infrastructure et « transformer les communications mobiles en une nouvelle génération » pour développer les conditions afin que « les gens de toutes les régions du pays, allant des villes aux villages de montagne éloignés, puissent profiter de la vie culturelle et émotionnelle ».

La discussion a également porté sur les problèmes et les actions à entreprendre dans le commerce régi par l'État, la restauration publique et les services sociaux, ainsi que sur les tâches nécessaires pour soutenir la population et promouvoir son bien-être matériel et spirituel. Le but est de créer « une nouvelle culture de services socialiste selon notre propre style ».

« Le rapport présentait la gestion des terres et la protection de l'environnement écologique comme des affaires importantes pour protéger la vie et la santé des populations et améliorer le paysage du pays. » Le plan est de faire des progrès décisifs dans l'aménagement du territoire pour préserver et protéger l'environnement. Il est important de saisir « au moyen d'enquêtes la situation générale de l'environnement, y compris les forêts; de faire face à leurs changements saisonniers et annuels correctement et rapidement; de promulguer des lois et des règlements pour la protection des terres et de l'environnement et de les appliquer strictement pour prévenir les catastrophes naturelles à travers une campagne intensifiée de reboisement et de conservation de l'eau; de faire de grands efforts pour la construction et la gestion des routes, et de faire avancer les projets d'amélioration des côtes est et ouest de manière importante grâce à une mobilisation nationale pour protéger la vie et la sécurité des populations, conserver les terres, et embellir les zones côtières du pays comme il sied à une nation maritime. »


Des fermes piscicoles se développent dans tout le pays.


Usine de transformation du poisson

Construction de l'infrastructure urbaine


Rénovation de la rue Ryomyang à Pyonyang

Le rapport a souligné l'importance de la gestion de la ville, qui est directement liée à la vie du peuple, et a défini les tâches pertinentes concernant le logement, l'eau, les stations d'épuration des eaux usées et la prévention de la pollution ainsi que l'amélioration des parcs et terrains de loisirs.

Tourisme


Lieu de villégiature aux Sources thermales Yandok

Le rapport a soulevé la question de la promotion du tourisme afin que les gens du monde entier puissent mieux connaître les Coréens et vice versa. Plus précisément, il faisait référence à la région du mont Kumgang, au port de Kosong, à la zone touristique d'alpinisme de Pirobong et au parc côtier de Haegumgang et à la nécessité d'une nouvelle construction « en harmonie avec la beauté des paysages », qui exprime « les sentiments émotionnels et esthétiques de notre peuple. »

En résumé, « la condition fondamentale et la direction pour améliorer la gestion de l'économie socialiste sont de mettre les masses populaires, les maîtres de la société, au centre de toutes les considérations et de donner la priorité à leurs revendications et intérêts. »

Aborder les relations entre la vie urbaine et rurale


Samjiyon a été redéveloppée comme une ville modèle en terrain montagneux.

Le rapport a discuté de la nécessité « d'éliminer les disparités entre la classe ouvrière et la paysannerie, les écarts entre l'industrie et l'agriculture et les différences entre les zones urbaines et rurales ».

L'objectif général défini dans le rapport n'est pas d'éliminer les qualités distinctes des comtés, mais en fait de conserver et de développer leurs « caractéristiques intrinsèques ». L'économie locale est encouragée à utiliser « les matières premières et autres dont elle dispose conformément aux caractéristiques régionales » et pour que le peuple, par le biais « des comités du Parti et des comités populaires, devienne un moteur puissant qui propulse le développement des régions, le maître de l'économie locale et l'administrateur responsable des moyens de subsistance des habitants des régions. »

La défense nationale


Des soldats prennent part à la reconstruction des logements après les récents désastres naturels.

La discussion sur l'économie a traité de la réalité que des investissements doivent être mis de côté pour la défense nationale. « Tant que l'impérialisme demeure sur la terre et que le danger de guerre d'agression des forces hostiles contre notre État demeure, la mission historique de nos forces armées révolutionnaires ne peut jamais être modifiée et notre capacité de défense nationale doit être régulièrement renforcée sur la voie du développement. »

Le rapport évalue sobrement que les forces armées des impérialistes américains occupent le sud de leur pays et ont de nombreuses bases militaires à travers le Japon et l'océan Pacifique équipées des armes les plus avancées, y compris des bombes nucléaires. Dans cette situation, l'industrie de la défense doit réaffirmer sa grande tradition d'autosuffisance et de capacité, et « faire rapidement passer l'armée du peuple coréen d'un type conventionnel à un élément de haute technologie d'élite en développant la science et la technologie militaires et en inventant des armes et des équipements de combat plus avancés ». Le principal objectif du secteur de la défense doit être de rendre « les équipements militaires intelligents, performants, précis, sans pilote et légers ».

Comme toujours, la tâche de la défense du pays ne peut être accomplie qu'avec la mobilisation des masses populaires pour se préparer à résister aux envahisseurs et à les chasser de la Corée. Les « préparatifs de la résistance populaire générale » sont une « tâche importante dans le renforcement de la capacité de défense nationale ». Le Rapport souligne que le renforcement de la défense nationale est crucial « jusqu'à ce que le cercle vicieux d'une situation de guerre et de détente, de tension et de dialogue soit supprimé une fois pour toutes et que des mots tels que menace et chantage par les forces hostiles disparaissent de cette terre. »

Science et technologie


Usine Myohyangsan de fabrication d'équipement médical

Le rapport souligne l'importance de développer « la science et la technologie en tant que tâche cruciale et politique optimale de la construction socialiste. Des objectifs ont été fixés pour faire progresser la science et la technologie dans chaque secteur de l'économie ainsi que les moyens pertinents pour atteindre cet objectif. Dans ce but, tous les secteurs partageront les résultats de la recherche scientifique et feront vigoureusement avancer le travail visant à faire en sorte que toutes les personnes connaissent bien la science et la technologie ».

Le rapport a soulevé l'objectif général de développer l'éducation de masse pour transformer le peuple et le pays « en une puissance éducative, une puissance de talent, en apportant une amélioration radicale de l'éducation ». Des investissements accrus dans l'éducation doivent être faits à tous les niveaux, notamment en améliorant les capacités et le niveau des enseignants et en répondant aux besoins matériels de l'éducation, y compris de nouvelles écoles.

Des investissements accrus doivent également être orientés vers la santé publique pour améliorer la qualité des soins et des traitements médicaux. Là encore, l'autosuffisance est essentielle pour fournir les moyens matériels de soins de santé, y compris les produits pharmaceutiques et les fournitures hospitalières, et pour « renforcer les rangs du personnel médical et créer une base antiépidémique fiable pour faire face à toute crise sanitaire mondiale qui pourrait éclater ».

Le Rapport a également fait une analyse sérieuse du travail dans le domaine de l'art et de la littérature, des médias et des sports, et a défini des tâches pour inaugurer une nouvelle ère d'efflorescence de tous les fronts de la culture, des sports et des loisirs.


Hôpital ophtalmologique Ryugyong

(Information tirée du Rapport au VIIIe Congrès du PTC et toutes les citations proviennent de l'article publié le 9 janvier par KCNA/Chongnyon Chonwi. Photos : For the Peoples Wellbeing, Rodong Sinmun. Les traductions des citations sont du LML.)

Haut de page


(Pour voir les articles individuellement, cliquer sur le titre de l'article.)

PDF

ARCHIVES | ACCUEIL

Site Web : www.pccml.ca   Courriel : redaction@cpcml.ca

ICBM : IRAN-COREE DU NORD, INTERCONNECTES ?

Par Le 24/02/2021

Les USA ont-ils peur d'un ICBM "iranien" à dévoiler tout prochainement?

Wednesday, 24 February 2021 3:11 PM  [ Last Update: Wednesday, 24 February 2021 3:11 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Parade militaire de l'armée nord-coréenne, janvier 2021. ©AP

Ce mot du chef de l'état-major adjoint US , le général John Hayton qui estime que la DCA US devra surtout s'inquiéter non pas des missiles iraniens, russes ou chinois mais de ceux de la Corée du Nord a beacoup de sens. Ce sont des propos que le haut gradé US tient alors même que l'Iran a suspendu depuis mardi les clauses volontaires au titre du protocole additionnel et qu'il refuse à raison de re-négocier un accord nucléaire déjà négocié, signé puis foulé au pied par les USA et qu'il exige surtout que le camp d'en face revienne immédiatement sur son embargo à défaut de quoi d'ici trois mois, l'Iran pourrait tout bonnement se retirer du TNP.

Parler des missiles intercontinentaux de la Corée du Nord dans un pareil contexte, et ce, de la part du commandant en chef US ne pourrait qu'être le signe d'une crainte, celle de voir la connexion se faire entre Téhéran et Pyongyang en termes de fabrication de missiles intercontinentaux. Le chef d'état-major adjoint interarmées des États-Unis, a déclaré : « La capacité de défense antimissile américaine est clairement centrée sur la Corée du Nord, et non sur la Chine, la Russie et l'Iran, et nous devons continuer à progresser pour contrer les menaces nord-coréennes », a-t-il déclaré.

Selon l'agence de presse Yonhap, le général John Hayton, chef d'état-major adjoint de l’US Army, a déclaré lors d'une réunion virtuelle organisée par le groupe de réflexion du Center for International and Strategic Studies basé à Washington que « nous prêtons attention à l'Iran parce qu'il continue de fabriquer des missiles de manière significative. Et nous devons être en mesure d'y répondre ».

ICBM: Kim

ICBM: Kim qualifie les États-Unis de « plus grand ennemi » de la Corée du Nord 

« Mais la Corée du Nord est une menace immédiate pour les États-Unis parce qu'elle a la capacité réelle d'utiliser ses armes contre les États-Unis », a déclaré le général Hayton sans manquer de souligner la nécessité de continuer à maintenir et à développer les capacités de défense US contre la Corée du Nord.

« Sans entrer dans les détails, je dis juste d'aller regarder la vidéo du défilé nord-coréen, et vous voyez différentes sortes de missiles y passer », a déclaré le chef adjoint des chefs d'état-major interarmées.

Pour mémoire, la Corée du Nord a fait défiler, le 14 janvier dernier, un missile balistique pouvant être lancé d'un sous-marin lors d'une parade militaire à Pyongyang.

« L'arme la plus puissante du monde, les missiles balistiques lancés par un sous-marin ont défilé sur la place l'un après l'autre, démontrant la puissance des forces armées révolutionnaires », a-t-il dit ensuite.

Les USA alertent sur la Corée du Nord

Les USA alertent sur la Corée du Nord

Pyongyang est en train de construire un missile balistique atomique à longue portée capable de transporter une ogive nucléaire.

Des photos de ce fameux défilé montrent en effet au moins quatre missiles dotés d'ogives noires et blanches défilant au milieu de la foule qui agite des drapeaux. Le missile balistique à lancement sous-marin (SLBM) Pukguksong 5 a été dévoilé lors de cette parade. Il s'agit d'une version mise à jour du missile Pukguksong 4, qui avait déjà été présenté en octobre dernier. Dans un discours du congrès du Parti des travailleurs au pouvoir, le dirigeant nord-coréen s'est d'ailleurs engagé à renforcer les capacités militaires et l'arsenal nucléaire de son pays, sans manquer de décrire les États-Unis comme le principal ennemi de son pays.

Kim a royalement eu l'Amérique!

Kim a royalement eu l'Amérique!

Les États-Unis ne s’intéressent pas à mener une politique conventionnelle envers la Corée du Nord.

" Il semblerait que certains milieux militaires aux États-Unis commencent à se désarmer face à la puissance balistique iranienne et son extension à ses alliés. C'est un fait que l'Iran ne se dissociera jamais de ses missiles à longue portée qui lui garantissent une sécurité et une capacité de défense inégalées. Par contre, ce qui inquiète le plus ces mêmes milieux c'est chercher à ne pas permettre à l'Iran de se lancer dans le domaine de fabrication des missiles intercontinentaux. Le premier satellite militaire iranien mis en orbite en avril 2020 avec son lanceur triphasé et à combustible solide Salman a été un choc pour les Américains qui ont vu l'ébauche d'un missile intercontinental. S'il est vrai qu'une bombe atomique est toujours sujette à la polémique, et que rien que l'évocation de son nom pourrait provoquer des grincements de dents, un ICBM est une arme conventionelle mais presque autant dissuasive. Le fait que l'Iran se serait déjà lancé dans ce domaine et qu'un coup de main nord -coréen pourrait lui être bénéfique n'échappe pas aux milieux militaires US, estime un observateur. 

Commentant la mise en orbite réussie de Nour-1 The European Leadership Network (ELN) écrivait il y a peu : « C'est une percée à n'en pas douter, l'Iran ayant prouvé sa maîtrise de nouvelles technologies spatiales dont et surtout l'usage de propergol solide et même combiné avec du combustible liquide, d'une tuyère mobile pour le contrôle de vol ainsi que d'une composite en fibre de carbone légère. Qassed est un lanceur à trois étages. Utilisant le moteur-fusée à ergol liquide "Ghadr" dans le premier étage, le moteur à propergol solide "Salman" dans le deuxième étage et un petit moteur inconnu comme troisième étape. Il y a peu de nouveauté dans le choix d'un "Ghadr" dans le premier étage de "Qassed": il s'agit d'une version améliorée de "Shahab 3", le "Ghadr" à  combustible liquide a déjà servi de base au lanceur iranien "Safir". La véritable innovation du lanceur "Qassed" réside dans sa deuxième étape: le moteur à propergol solide "Salman".»

Nour-1,  missile

Nour-1, missile

Le réseau de chaînes européen ELN reconnaît la percée remarquable de la RII dans le lancement du satellite Nour.

Et d'ajouter : " Dévoilé pour la première fois en février dernier, Salman utilise un ensemble de technologies sophistiquées, notamment un propergol solide, une tuyère mobile pour le contrôle de vol et une enveloppe en fibre de carbone légère. Malgré ses petites dimensions , le moteur à propergol solide "Salman" semble bien performant dans la construction des lanceurs spatiaux. Mais à bien des égards, il sert de démonstrateur pour les technologies cruciales pour le développement de missiles modernes à longue portée, y compris les ICBM (Missiles intercontinetaux). L'utilisation de cette technologie marque un développement significatif dans le programme spatial régulier de l'Iran, qui repose sur une technologie de combustible liquide relativement ancienne."

Le numéro deux de l'état-major US a sans doute ses raisons pour s'inquiéter davantage des ICBM nord-coréens que des missiles à longue portée chinoise. Avec la Chine et la Russie le face-à-face a déjà commencé. Face à l'Iran, les Américains sont en milieu du chemin, tiraillés entre l'incapacité à déclencher une guerre totale et l'échec de leur politique de pression maximale. Une connexion Corée du Nord et Iran serait la pire des choses à imaginer. 

https://french.presstv.com/Detail/2021/02/24/645957/Les-ICBM-nord-coreens-font-peur-aux-USA

COREE DU NORD : CLOTURE DU CONGRES NATIONAL DU PARTI DES TRAVAILLEURS PAR UN DEFILE MILITAIRE D'AMPLEUR

Par Le 15/01/2021

La Corée du Nord dévoile un nouveau missile balistique lors d’une parade militaire: «L’arme la plus puissante du monde» (photos)

 

Actualité

Politique

16Réagir

Publié le vendredi 15 Janvier 2021 à 14h04 

 Par Sudinfo avec AFP

La Corée du Nord a fait défiler un missile balistique pouvant être lancé d’un sous-marin lors d’une parade militaire vendredi à Pyongyang, à quelques jours de l’investiture du président américain Joe Biden.

La Corée du Nord dévoile un nouveau missile balistique lors d’une parade militaire: «L’arme la plus puissante du monde» (photos)

Isopix

Le défilé ponctuait le congrès du Parti des travailleurs au pouvoir, au cours duquel le leader Kim Jong Un a décrit les Etats-Unis comme « le principal ennemi » de son pays.

Un Kim Jong Un souriant, portant manteau de cuir noir et chapeau de fourrure, a supervisé la parade jeudi soir, qui comprenait des troupes d’infanterie, de l’artillerie, des chars et un défilé aérien avec des avions formant le numéro « 8 » pour marquer le 8e congrès du Parti.

 

Isopix

 

« Les unités d’élite majestueuses et rangs d’airain invincibles de la République qui vont traverser fièrement la place Kim Il Sung représentent notre pouvoir absolu », avait lancé avant la parade le ministre de la Défense Kim Jong Gwan, selon l’agence officielle nord-coréenne KCNA.

Soyez toujours premier sur l'info

Inscrivez-vous à la newsletter de Sudinfo et recevez le meilleur de l'actualité directement dans votre boîte mails

JE M'INSCRIS

« L’arme la plus puissante du monde, les missiles balistiques lancés par un sous-marin, sont entrés sur la place l’un après l’autre, démontrant la puissance des forces armées révolutionnaires », a ensuite rapporté KCNA.

Des photos montrent au moins quatre missiles dotés d’ogives noires et blanches défilant au milieu de la foule qui agite des drapeaux.

Ankit Panda, un expert du Carnegie Endowment, organisation non gouvernementale qui a son siège à Washington, a déclaré que ce modèle de missile n’avait jamais été montré par la Corée du Nord auparavant.

Park Won-gon, expert de la Handong Global University en Corée du Sud, les a décrites comme « l’arme nucléaire ultime du Nord ».

De tels missiles en plus petit format ont déjà été présentés et des images de lancements d’essai ont été diffusées, mais on ne pouvait déterminer s’ils avaient été lancés depuis un sous-marin.

 

Isopix

 

Un missile balistique lancé d’un sous-marin (SLBM) fonctionnel permettrait à Pyongyang un changement de stratégie, avec la possibilité de lancer une attaque surprise à proximité des Etats-Unis ou d’effectuer une frappe même sans forces terrestres.

Lors du congrès, M. Kim a déclaré que le Nord avait achevé les plans d’un sous-marin nucléaire, mais un tel navire ne sera probablement pas fonctionnel avant des années.

« Capacité de frappe puissante »

La parade a aussi présenté des fusées ayant « une capacité de frappe puissante pour anéantir totalement les ennemis de manière préventive en dehors du territoire », a précisé l’agence KCNA.

Ce type d’expression sous-entend que les armes ont une portée qui s’étend au-delà de la péninsule coréenne et pourraient au moins atteindre le Japon.

Toutefois, la description de KCNA ne mentionne aucun missile balistique intercontinental (ICBM), suggérant que le défilé était de moindre ampleur que celui d’octobre dernier.

Un nouveau missile balistique intercontinental (ICBM) de très grandes dimensions avait alors été exposé, qui, selon des spécialistes, est le plus gros missile à carburant liquide pouvant être déplacé par la route connue dans le monde.

 

Isopix

 

Les Etats-Unis comptent 28.500 soldats en Corée du Sud pour la défendre contre son voisin, et ont également une présence militaire significative au Japon.

Après avoir échangé insultes et menaces de guerre nucléaire, Kim Jong Un et le président américain Donald Trump ont opéré un extraordinaire rapprochement, marqué par des rencontres aussi historiques que symboliques.

Mais aucun progrès n’a été réalisé sur l’épineux dossier des programmes nucléaire et balistique de Pyongyang. Et les négociations sont au point mort depuis l’échec retentissant du deuxième sommet entre les deux hommes fin février 2019 à Hanoï.

Une des raisons de cette impasse a été l’absence de consensus sur les concessions que la Corée du Nord devrait faire en échange d’une levée des sanctions internationales pesant sur elle.

« Patience stratégique »

Le changement de présidence américaine représente un défi pour la Corée du Nord alors que Joe Biden, qui a qualifié Kim Jong Un de « voyou » lors des débats présidentiels, est associé à l’approche de « patience stratégique » de l’administration Obama.

Les Etats-Unis devraient revenir à une approche beaucoup plus classique vis-à-vis de Pyongyang, en insistant notamment sur le fait qu’il faudra des progrès importants au niveau de groupes de travail avant même d’envisager une nouvelle rencontre entre hauts dirigeants.

Les analystes estiment que Pyongyang utilise le congrès du parti au pouvoir pour envoyer à la prochaine administration démocrate de Washington un message de force dans le but d’obtenir des concessions.

 

Isopix

 

La Corée du Nord fait l’objet de plusieurs séries de sanctions internationales pour ses programmes d’armes nucléaires et de missiles balistiques interdits.

Dans le même temps, elle s’est imposé un isolement accru pour se prémunir de l’épidémie de Covid-19, ayant fermé ses frontières en janvier dernier pour se protéger du coronavirus qui a émergé pour la première fois en Chine voisine, ajoutant à la pression sur son économie moribonde.

Au cours du congrès qui vient de s’achever, M. Kim a été élu dimanche secrétaire général du Parti des travailleurs dont il était jusqu’à présent le président, un changement de dénomination symbolique qui vise à renforcer son pouvoir, selon des analystes.

Lors du congrès, M. Kim a fait le constat de l’échec de la politique économique menée dernièrement en Corée du Nord, déclarant que « presque tous les secteurs » n’avaient pas atteint leurs objectifs.

https://www.sudinfo.be/id310288/article/2021-01-15/la-coree-du-nord-devoile-un-nouveau-missile-balistique-lors-dune-parade

KIM S'ENGAGE A RENFORCER L'ARSENAL NUCLEAIRE DE LA COREE DU NORD

Par Le 13/01/2021

Kim Jong Un s’engage à renforcer l’arsenal nucléaire de la Corée du Nord

 Depuis 7 heures  13 janvier 2021

Kim Jong Un

Kim Jong Un

 Asie et Afrique - Deux Corées

 

Rédaction du site

Le leader nord-coréen Kim Jong Un s’est engagé à renforcer l’arsenal nucléaire de la Corée du Nord lors de son discours de clôture du congrès du parti au pouvoir, a rapporté mercredi 13 janvier l’agence de presse KCNA.

« En renforçant notre dissuasion militaire nucléaire, nous devons tout faire pour construire l’appareil militaire le plus puissant », a déclaré M. Kim lors de la clôture du Parti des travailleurs, selon l’agence officielle nord-coréenne.

Au cours de ce congrès qui a duré huit jours, soit deux fois plus longtemps que le précédent congrès du Parti des travailleurs en 2016, Kim Jong Un a sévèrement critiqué les Etats-Unis, à quelques jours de l’investiture du président démocrate Joe Biden.

Les Etats-Unis, a-t-il dit, sont « l’obstacle fondamental au développement de notre révolution et notre principal ennemi ».

« La véritable intention de leur politique envers la RPDC ne changera jamais, quel que soit celui qui arrivera au pouvoir », a estimé M. Kim.

Il a en outre déclaré que la Corée du Nord avait élaboré des plans pour la construction d’un sous-marin nucléaire – un développement qui changerait la donne sur le plan stratégique.

Il a notamment cité une longue liste d’armements stratégiques dont des têtes nucléaires hypersoniques, des satellites de reconnaissance militaire et des missiles balistiques intercontinentaux à carburant solide.

 

Source: Avec AFP

https://french.almanar.com.lb/1985612

COREE DU NORD : KIM SE RADICALISE!

Par Le 09/01/2021

La Corée du Nord veut un sous-marin nucléaire et des ICBM et envoie balader les Etats-Unis de Biden

Saturday, 09 January 2021 1:58 PM  [ Last Update: Saturday, 09 January 2021 1:58 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

La Corée du Nord a organisé à Pyongyang un grand défilé militaire, le 10 octobre 2020© RTS

C'est fini: Kim Jong-un vient de clore l'épisode Trump. Alors même que l'Iran a annoncé l'enrichissement de son uranium à 20% et qu'il n'écarte plus un uranium enrichi à 90% et que toute batterie de mesure prévoit la production par le réacteur de Fordo quelques 120 kilogrammes d'uranium enrichi tous les ans, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a déclaré que les États-Unis étaient le «plus grand ennemi» de son pays et qu'il ne s'attendrait pas à ce que Washington change de politique envers Pyongyang - quel qu'en soit le président. La conclusion est la même : Tout accord avec les USA est contre-productif. Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un qui a assisté au premier jour du 8e Congrès du Parti des travailleurs à Pyongyang, a assuré que son pays allait se doter d'un sous-marin nucléaire car c'est ainsi que l'invasion marine US dans la péninsule pourrait être contrée. 

Les USA alertent sur la Corée du Nord

Les USA alertent sur la Corée du Nord

Pyongyang est en train de construire un missile balistique atomique à longue portée capable de transporter une ogive nucléaire.

Kim a déclaré que la Corée du Nord avait besoin d'une "arme nucléaire" pour repousser toute invasion potentielle des États-Unis et cette arme pour une Corée du Nord entourée de mer ne peut être qu'un sous-marin nucléaire. 

 «Nos activités politiques étrangères doivent être concentrées et dirigées sur la soumission et la défaite des États-Unis, notre plus grand ennemi et le principal obstacle à nos développements », a déclaré Kim vendredi. «Peu importe qui est au pouvoir aux États-Unis, la vraie nature des États-Unis et leurs politiques fondamentales envers la Corée du Nord ne changent jamais », a-t-il réitéré.

La Corée du Nord inaugure un nouveau site balistique qui intéresserait Téhéran! (CSIS)

La Corée du Nord inaugure un nouveau site balistique qui intéresserait Téhéran! (CSIS)

Kim a promis de développer des ICBM (missiles balistiques intercontinentaux) à combustible solide pouvant être lancés depuis la terre et la mer. Il a appelé à davantage de recherche et de développement dans les équipements militaires avancés, y compris les satellites espions, les armes hypersoniques et les drones de reconnaissance, et a déclaré que la recherche était presque terminée sur un sous-marin nucléaire.

«Nous devons augmenter notre technologie nucléaire et développer davantage les armes nucléaires pour qu'elles soient plus légères et plus petites. . . tout en continuant à produire des armes nucléaires tactiques et des ogives nucléaires de très grande taille », a-t-il déclaré.

Kim a déclaré que la clé de meilleures relations avec les États-Unis était que Washington renonce à sa politique hostile, tout en soulignant également la nécessité pour la Corée du Nord d'élargir une coalition avec des «forces anti-impérialistes et indépendantes».

Ses commentaires interviennent alors que le président élu américain, Joe Biden se prépare à prendre ses fonctions. Mais le discours de vendredi rappelle que la Corée du Nord n’est pas sur le point de renoncer à son arsenal nucléaire.

« Il n'y a pas d'acte plus insensé et dangereux que de ne pas renforcer nos propres forces tout en voyant clairement le développement des armes de pointe de nos ennemis », a déclaré Kim. Et de préciser : «La réalité est que nous devons inlassablement renforcer nos capacités de défense nationale afin de dissuader les menaces militaires des États-Unis et de parvenir à la paix et à la prospérité dans la péninsule coréenne».

Même conclusion en Iran où après un constat d'échec marquant tout effort diplomatique, on en est à exiger une extension des capacités militaires et économiques du pays. Kim a plaidé en faveur de développer des liens avec la Russie et la Chine. La volonté nord-coréenne d'étendre ses capacités nucléaires sont exprimées alors que selon l'hebdomadaire américain Defence News, les ressources des ICBM nucléaires US Minuteman-3 ne pourraient plus être étendues et d'ici 2025, les États-Unis perdront leur principal ICBM nucléaire : «Il n'est pas possible de prolonger la durée de vie de Minuteman-3 car la question n'est plus rentable. Bientôt, nous ne pourrons plus le faire du tout ", - rapporte l'hebdomadaire américain.

Venezuela/Iran: Kim ralliera l'axe?

Venezuela/Iran: Kim ralliera l'axe?

Corridor maritime anti-sanction Est-Ouest Iran-Venezuela 

 

Lire plus: Pourquoi les Patriot US quittent l'Arabie? Une piste "irano-nord-coréenne" (The National Interest)

Pyongyang envisage -t-il de se faire aider par la Russie pour doter le pays d'ICBM? La Corée du Nord dispose de capacités nucléaires et, en dépit des sanctions et de la pandémie, elle va se doter de nouveaux missiles balistiques intercontinentaux. Et la Russie est une bonne option. Les systèmes de missiles hypersoniques Avangard récemment développés pourraient être en service jusqu'en 2040, et les capacités des ICBM lourds Sarmat devraient durer jusqu'en 2050.

https://french.presstv.com/Detail/2021/01/09/642616/Cor%C3%A9e-du-Nord-Kim-Jong-un-Missiles-intercontinentaux-Sous-marin-nucl%C3%A9aire-Joe-Biden

8e CONGRES DU PARTI DU TRAVAIL DE COREE, KIM JONG-UN AFFIRME QUE LES USA RESTENT L’ENNEMI PRINCIPAL ET QUE SON PAYS CONTINUERA A RENFORCER SA DEFENSE

Par Le 09/01/2021

Kim Jong-un

Kim Jong-un estime que la Corée du Nord doit «maîtriser» les USA, son «plus grand ennemi»

© REUTERS / KCNA

INTERNATIONAL

18:16 09.01.2021URL courte

Par 

15324

S'abonner

Les États-Unis restent l’ennemi principal de la Corée du Nord quelle que soit la personne qui occupe la Maison-Blanche, estime Kim Jong-un qui assure que son pays continuera à renforcer sa défense.

S’exprimant lors du 8e congrès du Parti du travail de Corée qui s’est tenu entre le 5 et le 7 janvier à Pyongyang, Kim Jong-un a souligné que les États-Unis restaient «le plus grand ennemi» de son pays et représentaient toujours «une menace militaire» pour le peuple nord-coréen.

«Peu importe qui arrive au pouvoir aux États-Unis, la véritable nature des États-Unis et leurs politiques fondamentales à l'égard de la Corée du Nord ne changent pas», a-t-il déclaré cité par l’agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA).

D’après lui, les activités diplomatiques du pays devraient être concentrées sur «la maîtrise des États-Unis». La Corée du Nord doit continuer de se solidariser avec les «forces anti-impérialistes et indépendantes».

Il a souligné que son pays continuerait de traiter les États-Unis sur le principe «la force contre la force» et de «bien pour le bien».

«En tant qu’État responsable possédant des armes nucléaires, notre République n’abusera pas des armes nucléaires tant qu’aucune force hostile et agressive n’essaiera d’utiliser des armes nucléaires contre nous», a-t-il indiqué.

Pyongyang cherche à se doter de nouvelles armes

Dans son discours, Kim Jong-un a déclaré que la Corée du Nord continuerait de développer ses armes nucléaires ainsi que des armes hypersoniques, des missiles balistiques intercontinentaux (ICBM), des satellites espions et des drones. Il a également évoqué le développement d’un sous-marin nucléaire.

L’échange de piques entre Biden et Pyongyang

Mi-novembre 2019, Pyongyang a accusé Joe Biden de calomnie à l’encontre du dirigeant nord-coréen. La KCNA n’a alors précisé de quoi il s’agissait exactement mais a traité l’homme politique américain de «chien enragé qui veut seulement attraper la gorge de quelqu'un».

En janvier 2020, Joe Biden a déclaré que «sans conditions préalables», il n’envisage pas d’avoir une rencontre avec «un chef suprême» qui le traite de «chien enragé qui devrait être battu avec des bâtons». Lors de la campagne présidentielle, Joe Biden a également qualifié Kim Jong-un de «voyou» et a accusé Donald Trump d’avoir «légitimé» la Corée du Nord.

https://fr.sputniknews.com/international/202101091045042793-kim-jong-un-estime-que-la-coree-du-nord-doit-maitriser-les-usa-son-plus-grand-ennemi/

LE COMITE CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE CHINOIS FELICITE LA RPDC POUR LE 8e CONGRES DU PARTI DES TRAVAILLEURS DE COREE

Par Le 07/01/2021

6 Janvier 2021

French.xinhuanet.com | Publié le 2021-01-06 à 17:02
BEIJING, 6 janvier (Xinhua) -- Le Comité central du Parti communiste chinois (PCC) a adressé mardi un message de félicitations au Parti des travailleurs de Corée (PTC) pour l'ouverture de son 8e congrès.

Dans ce message, il a qualifié le PTC d'organisateur et de chef de file de la révolution et de la construction de la République populaire démocratique de Corée (RPDC), jugeant que le PTC a accompli des progrès historiques dans son grand effort de promotion de la cause socialiste du pays pendant une longue période en unissant et en dirigeant son peuple.

Ces dernières années, sous la direction ferme du Comité central du PTC dirigé par son dirigeant suprême Kim Jong Un, le parti a attaché une grande importance au renforcement de son édification et a connu une série de progrès importants dans des domaines tels que le développement socioéconomique, l'amélioration de l'environnement extérieur et une réponse efficace à l'épidémie de nouveau coronavirus, pour lequel le PCC exprime sa sincère appréciation, selon le message.

Le 8e congrès du PTC, un grand événement pour le parti et la vie politique du peuple, établira des plans et des arrangements stratégiques pour la construction du parti et le développement économique national dans la période à venir, ce qui est d'une grande importance, a poursuivi le PCC.

Il a exprimé sa conviction que le PTC et le peuple de la RPDC saisiront ce congrès comme une occasion de continuer de remporter de nouvelles victoires dans la cause de la construction socialiste de la RPDC.

La Chine et la RPDC sont de bons voisins reliés par des montagnes et des rivières et les deux parties entretiennent une longue tradition d'échanges amicaux, a noté le Comité central du PCC.

Ces dernières années, sous la direction stratégique et l'impulsion directe des hauts dirigeants des deux partis et des deux pays, un nouveau chapitre a été ouvert dans l'histoire des relations bilatérales, a ajouté le message.

Dans la conjoncture actuelle, Beijing est disposé à travailler avec Pyongyang pour préserver, consolider et développer ces relations bilatérales, guidées par les importants consensus auxquels sont parvenus les suprêmes dirigeants des deux partis et des deux pays, afin que tous en profitent davantage, et faire de nouvelles contributions positives à l'accomplissement de la paix, de la stabilité, du développement et de la prospérité dans la région, a-t-il conclu.

source : http://french.xinhuanet.com/2021-01/06/c_139646003.htm

Tag(s) : #Chine#RPDC#PCC#PTC#Communiste

ICBM DE KIM : VERS UN PREMIER PROJET MILITAIRE CONJOINT IRAN-COREE DU NORD?

Par Le 04/11/2020

Après la levée de l'embargo anti-Iran, quel pourrait être un 1er projet militaire conjoint Iran-Corée du Nord?

 
US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

 

Ce tir de missile de croisière antinavire Jask-2 à partir du sous-marin iranien Ghadir continue à ébahir les puissances « orientales ». Qu'un tout petit sous-marin invisible aux radars et capable de reposer des heures au tréfonds des mers parvienne à tirer en immersion un puissant missile de croisière cela ne pourrait qu'intéresser la Chine en plein face-à-face avec la marine US en mer de Chine ou encore la Corée du Nord, à qui les agissements militaires US et alliés paraissent de plus en plus alarmants. « L'Iran a réussi à améliorer la portée du missile de croisière Jask-2, tiré désormais, depuis le sous-marin Ghadir, un bâtiment construit sous sanction et par les moyens nationaux », avait constaté en août Rodong Sinmun, l'organe du parti communiste que cite Russia Today.

« Entre l'Iran et la Corée du Nord, puisque bientôt l'embargo anti-Iran sera levé, il y a beaucoup de choses à être échangées. Pyongyang dévoilera en effet et à l'occasion du 75e anniversaire du Parti au pouvoir sa nouvelle arme stratégique, soit le missile balistique intercontinental Hwasung-15. En effet, l'Iran dispose d'un satellite militaire de lancement efficace, doté d’un lanceur à réaction rapide et partant pourrait à tout instant être intéressé par une arme ICBM, propre à détruire les satellites US dans la région. C'est à peu près ce qui explique l'intérêt que l'Iran pourrait apporter aux ICBM nord-coréens. La Corée du Nord a testé en novembre 2017 le Hwasung-15, qui aurait une portée de 13000 kilomètres. Les évaluations des forces américaines en Corée du Sud ont reconnu l'année dernière que ce missile peut frapper n'importe quel point aux États-Unis. Le missile Nour-1 que l'Iran a mis en orbite basse en avril, avec un lanceur Qassed, pourrait servir de base à un ICBM. Hwasung-15 est à même d'attiser l'intérêt de l'Iran tout comme Jusk-2 qui attire visiblement les Nord-coréens », avait continué le média russe. 

Ce mardi, un autre média russe revient à la perspective de coopération militaire Iran-Corée du Nord, cette fois en faisant état de deux sous-marins « capables de tirer des missiles balistiques » que les Nord-coréens auraient construits. 

« Les premiers rapports sur les préparatifs de la Corée du Nord pour la construction de sous-marins dotés de missiles balistiques avancés sont apparus en 2016 », dit le média en allusion aux propos de Kim Jong-un prononcé à l'occasion du 75eme anniversaire de l'indépendance : « Nous continuerons à renforcer notre armée, à des fins d'autodéfense et de dissuasion », a lancé à la foule le leader nord-coréen, dans un discours retransmis en différé par la télévision d'État. « Si vous n'avez pas la force, vous devrez essuyer les larmes et le sang qui couleront de vos deux poings serrés », a-t-il ajouté.

Et le média de poursuivre :  « En effet il s'agit d'un projet que l'Iran a concrétisé tout récemment en testant des missiles balistiques antinavires. Y-a-il une connexion? Possible. "Zolfaqar Bassir" est le nom du récent missile balistique antinavire iranien de 700 kilomètres de portée que l'Iran a testé  non loin de ses côtes en août. L'exercice a succédé de peu "Zolfaqar-99" des forces navales iraniennes pendant lequel l'Iran a procédé au tir en immersion d'un missile de croisière antinavire Jask-2 à partir de son sous-marin furtif Ghadir. Tout ceci les Nord Coréens semblent y être intéressés et de plus en plus.

Surtout depuis que l'embargo sur le commerce des armes avec l'Iran a été levé et que les Iraniens commencent à étendre leurs horizons. En août dernier, Pyongyang a effectué cinq essais en plusieurs semaines avec des transporteurs et des missiles balistiques à plus courte portée. Ces missiles ont volé environ 400 km. En tout, il y a eu 13 tests de missiles l’année dernière. Le nouvel ICBM présenté par la Corée du Nord «semble être un dérivé de ce qui a été testé fin 2017, connu sous le nom de Hwason-15, mais il est bien plus gros et clairement plus puissant que n’importe quoi d’autre qui soit dans l’arsenal de la République nord-coréenne. ». 

Il va sans dire que l'Iran pourrait bien être intéressé par la technologique d'ICBM, soit une technologie dont un premier pas a été franchi en avril dernier quand l'Iran a mis en orbite son premier satellite. Tout comme Pyongyang qui apprécie visiblement la technologie iranienne. Outre le projet Jask, les Nord-coréens se montrent intéressés par les récents exercices aériens de l'Iran où les hélicoptères Mi-17 de la Force aérospatiale du Corps des gardiens de la Révolution islamique, équipés de systèmes de vol de nuit et de lance-roquettes, ont mené des opérations d’invasion amphibies des commandos marine. Voici genre de chose qui pourrait intéresser à la marine nord-coréenne.

https://french.presstv.com/Detail/2020/11/03/637813/Cor%C3%A9e-du-Nord-missile-balistique-sous-marin-ICBM

 

GHADIR, LE 1er SOUS-MARIN IRANIEN DE PYONGYANG ?

Par Le 23/10/2020

1er sous-marin iranien à frapper l'US Navy en péninsule coréenne?

 
US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le sous-marin iranien de classe "Fateh". ©YJC/Illustration

Fin septembre la presse nord-coréenne a commenté avec beaucoup d'intérêt le projet Jask-2, qui s'est illustré par un tir en pleine immersion du missile de croisiere Jask-2 à partir des sous-marins furtifs iraniens. L'un de ces sous-marins capables de se poser pendant une longue période au fond de la mer en attendant que le navire ennemi passe est Ghadir. Sera-t-il le 1er bâtiment iranien à trouver le chemin de la peninsue coréenne ? 

Selon les experts, les deux exemples réussis de sous-marins iraniens « Ghadir » et « Fateh », ont la capacité d’être exportés et d’être sortis sur les marchés mondiaux, car tous deux ont utilisé les dernières technologies de pointe dans le domaine sous-marin.

Le sous-marin semi-lourd « Fateh », conçu et fabriqué de A à Z en Iran, et qui a pris part pour la première fois aux exercices conjoints Zolfaqar-99 de l’armée iranienne sera bientôt exporté à l’étranger. Mais quelles sont les caractéristiques du sous-marin « Fateh » ?

Le sous-marin Fateh pèse 527 tonnes et comporte plus de 412 000 pièces. Il est le fruit du travail effectué par des spécialistes de l’Organisation de l’industrie maritime du ministère de la Défense, de la Force navale de l’armée, des universités et des sociétés de la connaissance.

Équipé de 12 types de sonars, actifs et passifs, le Fateh a la capacité de fouiller ses alentours et détecter tout agissement en profondeur. Grâce à ses mesures de soutien électronique (MSE), une branche des télécommunications militaires qui s’occupe de la guerre électronique, le Fateh peut mesurer les caractéristiques radioélectriques émises par les navires, les hélicoptères, les sous-marins et d’autres sources et se prépare ainsi à s’engager dans un conflit pour se défendre ou défendre des navires iraniens. 

Le sous-marin « Fateh » est capable de tirer des missiles sol-air et des missiles à épaule ou missile portable sol-air sur une cible spécifique, et si besoin est, il est en mesure de transférer des forces de commando au point d’opération.

Le sous-marin iranien peut transporter des missiles subsurface, des missiles sol-air ainsi que des commandos. Le vaisseau est capable de tirer, à partir de quatre rampes, des torpilles d’un diamètre de 533 millimètres et transporter huit mines navales et deux torpilles de réserve.

Bien sûr, une autre caractéristique de ce sous-marin est d’être équipé des systèmes de tir et de guidage de missiles de croisière subsurface-surface, grâce auxquels toutes les cibles au niveau de la mer n’ont pas d’échappatoire au conquérant (Fateh) iranien.

En raison de ses caractéristiques stratégiques, ce sous-marin est capable de mener des opérations de guérilla et grâce aux dimensions de sa coque et de son hélice et l’intelligence des appareils et des systèmes, il est capable d’entrer dans les ports et les zones côtières limitées et de déplacer les commandos marins de l’armée vers ces zones.

Et plus intéressant encore, les scientifiques iraniens ont utilisé 76 technologies de pointe mondiales pour la construction de ce sous-marin, dont certains comprennent des systèmes de sonar avancés, la dérive électrique, la gestion de bataille combinée, le système de guidage de missiles subsurface-surface, le guidage des torpilles, les guerres électroniques et de télécommunications, des systèmes de télécommunication sécurisés et intégrés et de nombreux autres systèmes modernes et sophistiqués.

Quelle est la tâche du sous-marin « Fateh » dans d’éventuels conflits ?

En cas d’attaque possible de l’ennemi, le sous-marin « Fateh » peut faire exploser des mines sur les côtes et les frontières maritimes déterminées en utilisant la station de transport de 8 mines maritimes, et en cas d’attaque amphibie sur les côtes du pays, il peut affronter l’ennemi en tant qu’unité d’avant-garde à une distance appropriée. Bien entendu, en temps de paix, ce sous-marin est également chargé de mener des opérations de reconnaissance et de collecte de renseignements.

Mais sa caractéristique primordiale est son système de tir et de guidage de missiles de croisière subsurface. Aucune cible circulant à la surface de l’eau ne peut donc lui échapper.

COREE DU NORD/IRAN : PREMIER ECHANGE POST EMBARGO ?

Par Le 15/10/2020

Fin de l'embargo sur les armes : quelle composante de l'arsenal iranien intéresserait la Corée du Nord?

 
 

Le méga ICBM nord-coréen exposé lors du défilé du 10 octobre. (Archives)

D'ici 3 jours, à savoir le 18 octobre 2020  la technologie militaire iranienne s'ouvrirait au monde et il y a des puissances avérées qui s'intéressent à cette ouverture car tout compte fait les pays souverains et hostiles à la politiques impérialistes US, commencent à se multiplier : Le défilé militaire géant de la Corée du Nord a présenté un arsenal fort intéressant.

Il a fait rouler son missile balistique Hwasong-15 et un missile balistique intercontinental géant qui a dû être tracté sur un véhicule de transport à 11 essieux, une «arme stratégique» propre à basculer bien des équations. En août dernier, Pyongyang qui vient tout l'Iran tirer leçon de son amère expérience d'avoir fait confiance dialogique avec les USA, a effectué cinq essais en plusieurs semaines avec des transporteurs et des missiles balistiques à plus courte portée. Ces missiles ont volé environ 400 km. En tout, il y a eu 13 tests de missiles l’année dernière.  The National Interest et expert  a noté que le nouvel ICBM présenté par la Corée du Nord «semble être un dérivé de ce qui a été testé fin 2017, connu sous le nom de Hwason-15, mais il est bien plus gros et clairement plus puissant que n’importe quoi d’autre qui soit dans l’arsenal de la République nord-coréenne. »

Il va sans dire que l'Iran pourrait bien être intéressé par la technologique d'ICBM, soit une technologie dont un premier pas a été franchi en avril dernier quand l'Iran a mis en orbite son premier satellite. Mais Pyongyang intéresserait-il à un armement iranien? Il y a peu l'organe officiel du parti au pouvoir s'étonnait de la performance du missile de croisière antinavire Jask-1 tiré lors des récents manœuvres Zolfaqar en immersion. Mais il y a d'autres innovations iraniennes qui pourrait intéresser les Nord-coréens car après tout l'appui aérien aux combats navals, Pyongyang a toutes les raisons du monde d'y penser : au cours des récents exercices, les hélicoptères Mi-17 de la Force aérospatiale du Corps des gardiens de la Révolution islamique, équipés de systèmes de vol de nuit et de lance-roquettes, se sont montrés capables de soutenir les opérations d’invasion amphibies des commandos marine. En effet, la marine du CGRI est fondée sur trois piliers : flottant, commando et missile. Des unités opérationnelles (drones, aéronautique navale et guerre électronique) ont été formées et une unité subsurface devrait bientôt renforcer la Force marine du CGRI

Ce serait cette unités aéronautique navale qui pourrait intéresser les Nord-coréens surtout qu'elle est composée d'hélicoptères Mi-17, d'aéroglisseurs Bavar ou encore d'hélicoptères 206, 412, d’avions amphibies, soit des éléments absents de l'arsenal nord-coréen. 

Récemment, lors de la livraison en masse de drones de combat et de reconnaissance à la marine du CGRI, les onbservateurs se sont intéressés par un hélicoptère Mi-17 que le CGRI avait équipé d'un lance-roquettes S5 de 57 mm et d'une caméra de vision nocturne

le CGRI avait déjà doté ses Mi-17 de missiles de croisière anti-navires Nour et Qadir, mais de là à les équiper de lance-roquettes et de systèmes de vision nocturne, quitte à les rendre capables de soutenir les opérations de combat amphibies des forces spéciales et des fusiliers de la marine, ce fut une innovation inouïe qui n'a pas échappé aux observateurs nord-coréens. car ces hélicoptères pourront transporter des équipements et des effectifs jour et nuit, dans toutes les conditions météorologiques. Ils seront utilisés dans des opérations d'invasion amphibie pour protéger les îles du golfe Persique

En échange, les Iraniens auront toutes les raisons du monde pour s'intéresser au missile massif nord-coréen et surtout à son transporteur-monteur-lanceur (TEL) sur lequel il est monté.  Il s’agit probablement du plus grand ICBM mobile routier au monde et on pense qu’il est à carburant liquide. Le chantier balistique est vaste et l'Iran a déjà investi dans le secteur d'ICBM. C'est ce dont les ennemis de l'Iran ont diablement peur. Mercredi, le PM sioniste a menacé de "perturber" le trafic pétrolier iranien, visiblement trop impressionné par ce non évènement qu'est la normalisation avec les Emirats et Bahreïn. Mais il a même affirmé qu'il n'hésiterait pas à lancer des frappes nucléaires sur l'Iran! Ces délires demandent à être contrés à la lumière des cartes que l'Iran ne tardera pas à jouer : le courant passe merveilleusement entre l'Iran et la Corée du Nord. 

https://french.presstv.com/Detail/2020/10/14/636362/Helicopteres-du-CGRI-%C3%A9quipes-de-roquettes-air-sol

 

AU GRAND DAM DES USA, LA COREE DU NORD RENFORCE SON ARSENAL MILITAIRE. BRAVO KIM!

Par Le 13/10/2020

Pyongyang enrichit son arsenal militaire 

 
 

Cette photo publiée par l’Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA) montre des véhicules lance-roquettes lors d’un défilé militaire organisé sur la place Kim Il-sung à Pyongyang le 10 octobre 2020, pour marquer le 75e anniversaire de la fondation du Parti du travail.

Pyongyang a dévoilé la version nord-coréenne du S-400.

Un système de défense antiaérienne très semblable au S-400 russe a été dévoilé lors de la cérémonie du 75e anniversaire de la fondation du Parti du travail de la Corée du Nord
Ce système de défense antiaérienne à longue portée, qui partage beaucoup de caractéristiques avec le S-400 russe, compte parmi les armes les plus importantes que la Corée du Nord vient d’ajouter à son arsenal. 

De nouveaux radars mobiles ont été également dévoilés lors de cette cérémonie. 
On ne sait pas encore si les nouveaux systèmes anti-missiles nord-coréens sont dotés des radars qui ressemblent à ceux des S-400 ou à ceux du Patriot américain dont la portée atteint les 250 kilomètres. 

Samedi 10 octobre, la Corée du Nord a surpris le monde entier en dévoilant son nouveau missile de croisière lors du récent défilé militaire de Pyongyang. Le « Monstre » nord-coréen est décrit par les analystes comme un défi sérieux pour la Défense américaine et pour la prochaine administration américaine. Ils ont également averti du test de la nouvelle arme par Pyongyang en 2021.

Les analystes ont rapidement convenu que le missile était le plus grand missile à propulsion liquide au monde et qu'il était probablement conçu pour transporter plusieurs ogives dans le système de ciblage indépendant à grande échelle (Mirvage).

Le missile visait clairement à vaincre le système de défense antimissile américain en Alaska, a déclaré l’expert en non-prolifération nucléaire et géopolitique, Jeffrey Lewis, lié à l'Institut Middlebury d'études internationales à Monterey (MIIS).

Il a ajouté sur Twitter que l'ajout d'une ogive au système de missiles revenait beaucoup moins cher en Corée du Nord que celui d'un intercepteur aux États-Unis. 

« Si le missile de croisière porte quatre ou cinq ogives, les États-Unis devront dépenser environ 1 milliard de dollars pour 12 à 16 intercepteurs par missile. Par conséquent, je suis convaincu que la Corée du Nord pourra augmenter ses ogives plus tôt que nous ajoutons des intercepteurs », a dit l’expert de l’Institut Middlebury.

https://french.presstv.com/Detail/2020/10/13/636329/Coree-du-Nord-Patriot-missile-S400-Russie-radars-

 

ICBM : LE MESSAGE DE KIM ?

Par Le 12/10/2020

La Corée du Nord dévoile son "Monstre": un message au prochain président US

 
 

Nouveau missile de croisière nord-coréen, le 10 octobre 2020. ©AFP

Samedi 10 octobre, la Corée du Nord a surpris le monde entier en dévoilant son nouveau missile de croisière lors du récent défilé militaire de Pyongyang. Le « Monstre » nord-coréen est décrit par les analystes comme un défi sérieux pour la Défense américaine et pour la prochaine administration américaine. Ils ont également averti du test de la nouvelle arme par Pyongyang en 2021.

Les analystes ont rapidement convenu que le missile était le plus grand missile à propulsion liquide au monde et qu'il était probablement conçu pour transporter plusieurs ogives dans le système de ciblage indépendant à grande échelle (Mirvage).

Le missile visait clairement à vaincre le système de défense antimissile américain en Alaska, a déclaré l’expert en non-prolifération nucléaire et géopolitique, Jeffrey Lewis, lié à l'Institut Middlebury d'études internationales à Monterey (MIIS).

Il a ajouté sur Twitter que l'ajout d'une ogive au système de missiles revenait beaucoup moins cher en Corée du Nord que celui d'un intercepteur aux États-Unis

« Si le missile de croisière porte quatre ou cinq ogives, les États-Unis devront dépenser environ 1 milliard de dollars pour 12 à 16 intercepteurs par missile. Par conséquent, je suis convaincu que la Corée du Nord pourra augmenter ses ogives plus tôt que nous ajoutons des intercepteurs », a dit l’expert de l’Institut Middlebury.

L’expert américain a cependant prétendu que le missile était cependant si grand et si lourd qu'il est pratiquement inutilisable. Il a par ailleurs tenté de remettre en cause la capacité de la nouvelle arme de Pyongyang, en affirmant que cela n’aurait pour but d’exagérer la capacité militaire de la Corée du Nord sur fond de menaces qui enverraient le message suivant : « Nous avons maintenant un missile de croisière, doté du système de ciblage indépendant Mirvage. Ayez très peur ! »

Les spécialistes de la Corée du Nord tentent de laisser croire que les engins exposés par Pyongyang lors des défilés ne peuvent être que des maquettes et que rien ne prouve qu'ils fonctionnent.

Samedi, le missile était sur un tracteur-érecteur-lanceur qui comprenait 22 essieux, du jamais vu jusqu'à présent. Ce modèle est bien plus grand que les véhicules à 16 essieux fabriqués en Chine et jusqu'à présent utilisés par le Nord.

La chercheuse au sein de l’organisation Open Nuclear Netword, Melissa Hanham a indiqué : « Cet engin est peut-être plus terrifiant que le missile ». 

Peu de temps avant la cérémonie de son investiture en 2017, le président américain, Donald Trump, avait prétendu dans un tweet que la Corée du Nord ne pourrait jamais fabriquer une arme, capable d’atteindre le territoire américain. Mais il a compris aussitôt son erreur.

https://french.presstv.com/Detail/2020/10/12/636200/Pyongyang-montre-les-muscles


 

ICBM : KIM A BIEN EU L' "INVINCIBLE" AMERIQUE !

Par Le 12/10/2020

E-Press du 11 octobre 2020

 30 

Parmi le nouveau matériel militaire présenté lors d’un défilé à Pyongyang marquant le 75e anniversaire du régime communiste, il y avait ce qui semblait être un nouveau missile balistique intercontinental (ICBM) et un nouveau missile balistique lancé par sous-marin (SLBM). ©news-24.fr

Regardez et téléchargez cette vidéo sur Urmedium.com

Au sommaire :

1-Les relations sino-iraniennes plus approfondies que jamais

 Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, qui effectue une visite de deux jours en Chine, a tweeté en chinois samedi 10 octobre que Téhéran et Pékin approfondiraient leurs relations pour mettre en œuvre un programme global de coopération bilatérale de 25 ans.

 «Aujourd'hui, j'ai eu une réunion en face à face fructueuse avec mon bon ami M. Wang Yi, membre éminent du Conseil d'État et ministre des Affaires étrangères de la Chine », a tweeté le très haut diplomate iranien.

Il a ajouté : « Cette rencontre à ce moment précis suffit à montrer que les deux parties attachent une grande importance aux relations bilatérales. »

« Lors de cette rencontre, nous sommes parvenus à un bon consensus sur l'approfondissement des relations bilatérales et la mise en œuvre du programme global de coopération bilatérale de 25 ans, la protection de l'accord nucléaire et l'opposition à l'unilatéralisme », a posté Zarif via l’oiseau Twitter.

Le ministre iranien des Affaires étrangères est arrivé en Chine vendredi 9 octobre et a rencontré samedi son homologue chinois Wang Yi dans la province du Yunnan (sud-ouest de la Chine) pour discuter des questions les plus importantes d'intérêt commun, régional et international.

Source : IRNA

2-Amende record contre Nord Stream 2 

Les opposants au projet Nord Stream 2 ne désarment pas. À mesure que le projet de deuxième conduite du gazoduc reliant la Russie à l’Allemagne via la mer Baltique s’achemine vers sa mise en service, les initiatives pour le faire dérailler se multiplient, quitte à pousser le bouchon trop loin.

Le 7 octobre, l’office polonais de la concurrence et de la protection des consommateurs (UOKiK), qui a le projet dans son collimateur depuis 2016, a infligé une amende de 29 milliards de zlotys (soit 6,46 milliards d’euros) à Gazprom pour avoir bâti sans l’accord de Varsovie ce gazoduc qui ne passe pas par le territoire polonais.

Estimant que le gazoduc « viole l’intérêt des consommateurs » polonais, l’UOKiK donne 30 jours à Gazprom et à ses partenaires européens pour résilier les accords de financement de ce projet, dans lesquels ont déjà été investis 10 milliards d’euros. Une amende d’un montant « sans précédent », près de 10 % du chiffre d’affaires du géant gazier russe (le maximum légal) et qui selon ce dernier témoigne de la volonté de Varsovie de « s’opposer à la mise en œuvre du projet Nord Stream 2 par tous les moyens ».

Source : Sputnik

2-La méga surprise de Kim 

À quoi ressemble la très grosse surprise nord-coréenne de ce mois d’octobre : un très gros ICBM pour missile balistique intercontinental à propergol liquide ou en anglais, Intercontinental ballistic missile.

Première observation : Personne à Pyongyang ne porte de masque et cela semble être un mot d’ordre.

Seconde observation : Le nouveau ICBM est énorme, probablement l’un des plus gros jamais construit. Le tel, c’est-à-dire le (tracteur érecteur lanceur) sur lequel il est porté est encore plus impressionnant avec ses onze axes et ses 22 roues.

Troisième observation : La Corée du Nord dispose d’un nouveau SLBM ou missile balistique lancé à partir d’un submersible, de nouveaux chars de bataille, une variante inconnue du MiG-29 fabriquée localement et de nouveaux MLRS.

La parade a même inclue un « éléphant walk » nocturne regroupant des MiG-29 et des avions d’attaque au sol, suivi par un survol de nuit de Pyongyang.

Quatrième observation : Le nouveau missile géant semble destiné à emporter une charge thermonucléaire de très grande puissance.

Source : Strategika51.org

3- L’OTAN soutient en sous-main Bakou

L’Azerbaïdjan s’appuie sur les membres des services secrets de l’OTAN dans l’ancien Pacte de Varsovie pour mobiliser la presse internationale contre les Arméniens.

Le Nizami Ganjavi International Center, du nom d’un célèbre poète du XIIe siècle, a été fondé à Bakou le 30 septembre 2012.

Son conseil d’administration comprend de nombreuses personnalités politiques du Caucase, des Balkans, d’Europe orientale et des pays baltes. Le Centre est cofinancé par l’Azerbaïdjan et la compagnie Exxon-Mobil.

Dans la revue du Centre Ganjavi datée d’avril 2020, Robert Cekuta, ancien ambassadeur des États-Unis à Bakou (2015-18) annonçait que le moment était venu pour Washington de s’engager au Karabakh.

Source : Voltairenet.org

5-18 banques iraniennes passent sous les sanctions US (entretien)

« Les sanctions imposées par les États-Unis contre 18 banques iraniennes constituent un autre acte criminel du régime américain contre la vie des citoyens iraniens. L’Europe a une lourde responsabilité à cet égard. », a déclaré le représentant permanent d’Iran auprès des organisations internationales à Vienne.

« Les Américains, qui parlent des droits de l’homme, bien qu’ils aient un bilan noir dans ce domaine, ont directement mis en danger la vie des citoyens iraniens et leur droit à la vie. À cet égard, l’Europe ne doit pas se contenter d’exprimer son regret verbal face à ces actions destructrices des États-Unis », a ajouté l’ambassadeur d’Iran auprès des organisations internationales à Vienne.

« L’Europe, si elle est sérieuse dans sa revendication sur la protection des droits de l’homme, a une lourde responsabilité, en termes de lutte contre les violations des droits de l’homme par les États-Unis, et en termes de respect de ses obligations dans le cadre du JCPOA [PGAC, Plan global d'action conjoint] », a ajouté le diplomate iranien.

Gharib Abadi a poursuivi : « L’Iran et les Iraniens feront tout leur possible pour contrer les actions américaines et réduire les effets des sanctions afin que les États-Unis n’atteignent pas leurs objectifs électoraux ou post-électoraux. »

L’économiste belge Xavier Dupret commente la nouvelle décision du Trésor US...

https://french.presstv.com/Detail/2020/10/11/636131/La-m%C3%A9ga-surprise-de-Kim%C2%A0


 

KIM EXPLIQUE POURQUOI LA COREE DU NORD AUGMENTE SON POTENTIEL MILITAIRE

Par Le 11/10/2020

Kim Jong-un (archive photo)

Kim Jong-un explique pourquoi la Corée du Nord augmente son potentiel militaire

© Sputnik . Valeri Melnikov

ASIE

URL courte

Par 

1716122

S'abonner

Le dirigeant de la Corée du Nord a expliqué pourquoi Pyongyang renforçait son armée, en dévoilant de nouveaux missiles stratégiques pendant un défilé militaire dédié au 75e anniversaire du Parti du travail.

Pyongyang augmente son potentiel militaire pour se protéger, elle n’a pas l’intention de frapper la première, a déclaré samedi 10 octobre le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un lors d’un défilé militaire consacré au 75e anniversaire du Parti du travail au pouvoir.

«La Corée du Nord n’augmente pas ses forces armées pour les diriger contre quelqu’un. Nous essayons de nous protéger et n’utiliserons jamais la force les premiers», a indiqué M.Kim, avant de promettre qu’un «châtiment» attend les ennemis de Pyongyang en cas d’attaque.

Le dirigeant n’a pas mentionné les États-Unis dans son discours.

Lors du défilé de ce samedi, la Corée du Nord a dévoilé de nouvelles armes stratégiques. Selon plusieurs spécialistes, le missile balistique intercontinental (ICBM) géant Pukguksong 4-A (Étoile polaire), qui a été présenté sur un véhicule à 11 essieux, serait l'un des plus grands missiles balistiques intercontinentaux mobiles (ICBM) au monde s'il devenait opérationnel.

En mars, les médias ont annoncé que la Corée du Nord avait effectué des essais de nouveaux missiles tactiques

https://fr.sputniknews.com/asie_pacifique/202010101044558280-kim-jong-un-explique-pourquoi-la-coree-du-nord-augmente-son-potentiel-militaire/


 

SELON SEOUL, LA COREE DU NORD A DEVOILE CE SAMEDI UN MISSILE BALISTIQUE INTERCONTINENTAL (ICBM) GEANT

Par Le 10/10/2020

La Corée du Nord dévoile un nouveau missile intercontinental

PHOTO KCNA VIA KNS/AFP

Des missiles balistiques intercontinentaux nord-coréens Hwasong-12 ont été présentés lors d'un défilé militaire marquant le 75e anniversaire de la fondation du Parti des travailleurs, samedi à Pyongyang.

(Séoul) La Corée du Nord a dévoilé samedi un missile balistique intercontinental (ICBM) géant lors d’un défilé militaire à Pyongyang, selon des analystes militaires.

 

Partager   

  •  
  •  
  •  
  •  

CLAIRE LEE
AGENCE FRANCE-PRESSE

Chacun des missiles était tracté sur un véhicule à 11 essieux et Akit Panda, de la Federation of American Scientists, une ONG scrutant les risques liés au nucléaire, a estimé dans un tweet qu’il s’agissait du « plus gros missile mobile à combustion liquide jamais vu à ce jour ».

Le dirigeant nord-coréen Kim Jung-un avait assuré samedi qu’il continuerait de renforcer son armée et soutenu qu’il n’y avait pas un seul cas de coronavirus dans son pays, lors du défilé devant faire étalage de ses dernières technologies de défense.

PHOTO KRT VIA AP

Le dirigeant nord-coréen Kim Jung-un

Ce défilé a été organisé à l’occasion du 75e anniversaire de la fondation du Parti des travailleurs au pouvoir dans le pays doté de l’arme nucléaire.

« Nous continuerons à renforcer notre armée, à des fins d’autodéfense et de dissuasion », a déclaré le leader nord-coréen dans un discours retransmis en différé par la télévision d’État.

La télévision d’État KCTV a montré des escadrons de soldats armés et des véhicules militaires alignés dans les rues de Pyongyang, prêts à marcher vers la place Kim Il-sung, qui doit son nom au fondateur du régime.

PHOTO KRT VIA AP

Aucun des participants ni personne dans le public ne portait de masque, mais il y avait moins de monde que d’habitude sur cette place.

Kim Jong-un a assuré qu’il n’y avait « pas une seule personne » atteinte de coronavirus dans son pays alors que la pandémie a touché le monde entier.

Il a souhaité « une bonne santé à tous les gens à travers le monde qui combattent les maux » de la COVID-19, alors que le président américain Donald Trump, testé positif, a récemment été hospitalisé.

PHOTO KCNA VIA KNS/AFP

Selon l’état-major sud-coréen, le défilé militaire s’est déroulé tôt samedi matin et a été « attentivement » suivi par les services de renseignement sud-coréens et américains.

L’évènement intervient dans un contexte intérieur très lourd du fait de l’impact de la pandémie et d’une série de typhons qui ont durement touché ce pays en proie à des sanctions drastiques.

PHOTO KRT VIA AP

Pas de médias étrangers

Contrairement à de précédents défilés, aucun média étranger n’a été invité cette année. Nombre d’ambassades sont fermées du fait des restrictions liées au coronavirus, ce qui fait que le nombre d’observateurs étrangers est limité.  

Les experts sont convaincus que la Corée du Nord a poursuivi ses programmes nucléaire et balistique, qu’elle justifie par la menace américaine, y compris pendant les négociations avec les États-Unis, dans une impasse depuis plus d’un an.

Certains experts estiment que Pyongyang pourrait exhiber un nouveau missile mer-sol balistique stratégique (MSBS) ou un missile balistique intercontinental (ICBM) susceptible d’atteindre le territoire continental américain, voire un missile doté de multiples corps de rentrée qui permettrait ainsi de tromper les systèmes de défense américains.  

Fin décembre, le leader nord-coréen avait menacé de présenter une « nouvelle arme stratégique », mais certains experts pensent que Pyongyang n’a pas l’intention d’irriter la Maison-Blanche avant la présidentielle américaine.  

Présenter ces armes stratégiques lors d’un défilé serait « cohérent avec les promesses de Kim Jong-un », en étant moins provocateur qu’un essai militaire, a estimé Rachel Lee, une experte des questions nord-coréennes qui travaillait auparavant pour le gouvernement américain.

Dans ce contexte, le message adressé par le régime lors du défilé devrait surtout être à destination de la population nord-coréenne, en mettant en avant « les réalisations du Parti, l’unité autour du leader, l’amélioration de l’économie avant le Huitième Congrès du Parti », a-t-elle poursuivi en référence à une réunion prévue en janvier.

Reste que l’évènement, qui implique des milliers de personnes, pourrait être très propice à la propagation du coronavirus, à moins que des « précautions extrêmes » ne soient prises, observe Harry Kazianis, du Center for National Interest, un centre de recherche.

Ce genre de mesure est cependant « très improbable », poursuit-il : « Masques et missiles ne font pas bon ménage ».

https://www.lapresse.ca/international/asie-et-oceanie/2020-10-10/la-coree-du-nord-devoile-un-nouveau-missile-intercontinental.php


 

ICBM : LE DEAL IRAN-COREE DU NORD?

Par Le 06/10/2020

Missiles de croisière tirés en immersion contre ICMB

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le leader nord-coréen, Kim Jong-un. ©AFP/Archives

Ce tir de missile de croisière antinavire Jask-2 à partir du sous-marin iranien Ghadir continue à ébahir les puissances "orientales". Qu'un tout petit sous-marin invisible aux radars et capable de reposer des heures au tréfondre des mers parvienne à tirer en immersion un puissant missile de croisière cela ne pourrait qu'intéresser la Chine en plein face-à-face avec la marine US en mer de Chine ou encore la Corée du Nord, à qui les agissements militaires US et alliés paraissent de plus en plus alarmants.

" L'Iran a réussi à améliorer la portée du missile de croisière Jask-2,  tiré désormais, depuis le sous-marin Ghadir, un bâtiment construit sous sanction et par les moyens nationaux, constate Rodong Sinmun, l'organe du parti communiste que cite Russia Today. "Le journal nord-coréen n'en reste pas pour autant et revient aussi sur deux nouveaux radars de fabrication iranienne appelés « Sorouch » et « Missagh ». Il n'est pas rare que les médias nord-coréens publient des rapports sur les nouvelles armes de l'Iran. On suppose que la Corée du Nord et l'Iran sont étroitement liés dans le développement de missiles depuis les années 1980 », écrit RT qui voit visiblement à travers cet intérêt de nouveaux terrains de coopération de part et d'autre. 

1er missile

1er missile

"Les systèmes radars conçus et développés par les experts de l’armée de l’air iranienne ont été présentés le 24 septembre de l’année en cours en présence du commandant des forces de défense aérienne de l’armée. Le système radar Soroush peut détecter des cibles avec de petites sections transversales à basse et moyenne altitude dans un rayon de 220 kilomètres, et il peut effectuer des missions dans toutes les conditions météorologiques en utilisant les technologies des semi-conducteurs. L'autre système radar Misaq est un système intelligent incorporant un mélange de radars primaires et secondaires. C'est une belle innovation des Iraniens. Et on pourrait s'en inspirer d'autant plus qu'il s'agit de radar à intégrer dans un système de DCA intégrée. Que les Nord-coréens s'y intéressent, cela pourrait montrer que le système A2/AD iranien commence à les intéresser aussi"

Et RT d'ajouter : "Entre l'Iran et la Corée du Nord, puisque bientôt l'embargo anti-Iran sera levé, il y a beaucoup de choses à être échangées. Pyongyang dévoilera en effet et à l'occasion du 75e anniversaire du Parti au pouvoir sa nouvelle arme stratégique, soit le missile balistique intercontinental Hwasung-15. En effet, l'Iran dispose d'un satellite militaire de lancement efficace, doté d’un lanceur à réaction rapide et partant pourrait à tout instant être intéressé par une arme ICBM, propre à détruire les satellites US dans la région. C'est à peu près ce qui explique l'intérêt que l'Iran pourrait apporter aux ICBM nord-coréens. La Corée du Nord a testé en novembre 2017 le Hwasung-15, qui aurait une portée de 13000 kilomètres. Les évaluations des forces américaines en Corée du Sud ont reconnu l'année dernière que ce missile peut frapper n'importe quel point aux États-Unis. Le missile Nour-1 que l'Iran a mis en orbite basse en avril, avec un lanceur Qassed, pourrait servir de base à un ICBM. Hwasung-15 est à même d'attiser l'intérêt de l'Iran tout comme Jusk-2 qui attire visiblement les Nord-coréens". 

https://french.presstv.com/Detail/2020/10/06/635762/Iran-Cor%C3%A9e-du-Nord-missile-Jask-2-sous-marin


 

"JACK-2", PREMIER MISSILE DE CROISIÈRE IRANIEN TIRE EN IMMERSION INTÉRESSE KIM?!

Par Le 17/09/2020

Jask-2, missile de croisière tiré en immersion qui attire la Corée du Nord

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le personnel de la marine est de la Corée du Nord assis devant un missile balistique lancé par un sous-marin «Pukguksong», Pyongyang, le 15 avril 2017. © AP

Le vieux Eliott Abrams a fait ce jeudi 17 septembre une sortie bien attendue : alors que l'armée de l'air vénézuélienne, visiblement renforcée depuis que les conseillers militaires iraniens se trouvent en République bolivarienne, vient d'abattre un deuxième avion US en l'espace de quelques semaines, laissant entendre que les missiles sol-air iraniens ou encore les drones de combat made in Iran ont déjà été livrés au Venezuela, Abrams s'est mis à menacer "les firmes qui oseraient vendre des armes à l'Iran".

Venezuela: un avion américain abattu

Venezuela: un avion américain abattu

Immatriculé aux États-Unis, un avion de trafiquants de drogue a été abattu par des militaires vénézuéliens.

Vu que la crainte anti-Iran au sein de l'administration US s'est transformée en une vraie obsession poussant même un Pompeo à voir le Hezbollah se doter instamment sous peu de "chars chinois et de la DCA russe", la sortie est bien compréhensible. Seul hic : la levée de l'embargo militaire contre l'Iran n'inclut pas seulement la vente d'armes aux Iraniens mais aussi la vente des armes iraniennes. Qu'Abrams se tienne bien, une première arme iranienne semble avoir trouvé son client et pas des moindres : la Corée du Nord. A peine quelques jours après la tenue de vastes exercices militaires Zolfaqar-99, exercices qui a impliqué quelques-unes des plus belles performances des unités aérospatiale de la marine iranienne, Pyongyang a annoncé vouloir tester un missile anti navire en immersion. 

1er missile à frapper la Ve flotte US?

1er missile à frapper la Ve flotte US?

Jask-2 embarqué sur Ghadir : une plongée de toutes les surprises pour les USA et Cie

"Jask-2" iranien, ce missile de croisière embarqué à bord du sous-marin furtif Ghadir a fait un tabac, quitte à impressionner les attachés militaires nord-coréens présents aux exercices. Jask-2 est en effet un projet stratégique, parfaitement iranien et rare en termes de portée et de complexité qui fait classer l'Iran parmi les 10 pays du monde qui le maîtrise. Il a tout bonnement doté des sous-marin furtifs iraniens de missile de croisière de type Nasr de façon à ce qu'il soit tiré en immersion sans se faire ni traquer ni intercepter.

Mercredi un haut responsable militaire sud-coréen a déclaré que la Corée du Nord pourrait bientôt effectuer son premier test de missiles balistiques lancés en immersion.

A en croire les médias sud coréens, la Corée du Nord aurait réparé les récents dommages causés par le typhon dans son chantier naval du nord-est de Sinpo, un endroit où elle construit des sous-marins.

Kim met en garde l'OTAN...

Kim met en garde l'OTAN...

Pyongyang donnerait par le biais du Conseil de sécurité de l’ONU une « réponse cuisante » à la récente action de cinq pays européens qui ont condamné les essais de missiles de la Corée du Nord.

« Peu de temps après la fin des réparations, il est possible qu'il effectue un test de missile balistique lancé par sous-marin », a déclaré Won. Et de poursuivre : « L’armée sud-coréenne suit de près l’évolution de la situation dans ce pays ».

Ces dernières années, la Corée du Nord a fait de gros efforts pour accéder à la capacité de lancer des missiles à partir de sous-marins, ce que les experts considèrent comme une évolution importante car ces armes sont difficiles à détecter avant leur lancement. Le test du missile lancé sous l'eau par la Corée du Nord serait un premier depuis trois ans. Pour les milieux US qui ne cessent de souligner l'origine nord coréenne de l'arsenal balistique iranienne, cette coïncidence devrait être bien significative. 

Les USA alertent sur la Corée du Nord

Les USA alertent sur la Corée du Nord

Pyongyang est en train de construire un missile balistique atomique à longue portée capable de transporter une ogive nucléaire.

La Corée du Nord pourrait effectuer donc un test de missile balistique lancé par sous-marin, ou SLBM, pour améliorer sa capacité d'attaque nucléaire et faire pression sur Washington après l'élection présidentielle américaine de 2020.

Lire plus: Le leader nord-coréen appelle ses généraux à prendre des mesures offensives

Il y a eu des spéculations selon lesquelles la Corée du Nord pourrait tester un tel missile avant l'anniversaire de la fondation de son Parti des travailleurs au pouvoir, le 10 octobre. Cela tombe bien puisque l'embargo sur le commerce d'armes avec l'Iran sera levé dès le premier octobre, que le vieux Abrams le veuille ou pas... 

https://french.presstv.com/Detail/2020/09/17/634288/Cor%C3%A9e-du-Nord-Test-Missiles-sous-marins-Cor%C3%A9e-du-Sud-%C3%89tats-Unis-D%C3%A9nucl%C3%A9arisation-N%C3%A9gociations-Trump-Kim


 

LA CORÉE DU NORD RALLIE LE CORRIDOR IRAN-VENEZUELA

Par Le 01/09/2020

Le corridor anti sanction US relie le golfe Persique, les Caraïbes et péninsule coréenne

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Cette photo d'archives montre une réunion de l'ancien chef du Parlement iranien, Ali Larijani (D) avec son homologue nord-coréen. ©Al-Alam

L’Organisation iranienne pour le développement du commerce a annoncé le début de nouvelles négociations avec la Corée du Nord pour renforcer les relations commerciales entre les deux pays.

Lors de récents négociations entre Hamid Zadboum, chef de l’Organisation de développement du commerce au ministère iranien de l’Industrie, des Mines et du Commerce, et Han Sung-oh, ambassadeur de Corée du Nord à Téhéran, la nécessité de renforcer les relations commerciales bilatérales a été soulignée.

« Le renforcement de coopérations commerciales entre les entreprises privées de deux pays est une nécessité », a déclaré Hamid Zadboum.

Tout en remerciant le Guide suprême de la révolution islamique et le président iranien, l’ambassadeur nord-coréen a souligné l’importance de la solidarité entre les deux pays face aux sanctions américaines et le renforcement des coopérations économique, commerciale et culturelle avec l’Iran.

La partie nord-coréenne a également salué les efforts réussis de la RII face à la fois à deux questions que sont celles du coronavirus et des sanctions.

Évoquant les relations de longue date entre l’Iran et la Corée, l’ambassadeur de la Corée du Nord à Téhéran a appelé à davantage de contacts et de réunions pour rehausser le niveau de coopération économique entre les deux pays et a suggéré que l’Organisation iranienne pour le développement du commerce et le Comité nord-coréen de développement du commerce créent un comité commercial conjoint.

Venezuela/Iran: Kim ralliera l'axe?

Venezuela/Iran : Kim ralliera l’axe ?

« Un tel comité pourra recevoir les demandes sur les marchés des deux pays et y répondre dans le cadre d’une coopération conjointe. Dans le même temps, il assurera le suivi de toutes les exigences en matière de coopération commerciale. Les réunions de ce comité se tiendront périodiquement à Téhéran et à Pyongyang », a ajouté Han Sung-oh.

Le directeur général de l’Organisation iranienne pour le développement du commerce, tout en appréciant les opinions constructives de l’ambassadeur de Corée du Nord, a qualifié de fructueuse la formation d’un comité mixte du commerce après la finalisation des études sur la façon de le mettre en œuvre aux ministères iraniens de l’Industrie, des Mines et du Commerce et des Affaires étrangères.

« En plus des capacités des deux pays, la coopération de pays tiers peut également être fructueuse », a souligné Zadboum.

https://french.presstv.com/Detail/2020/09/01/633100/Iran-Cor%C3%A9e-du-Nord-renforcement-relations-comit%C3%A9-mixe-priv%C3%A9


 

CORÉE DU NORD : LE PENTAGONE VEUT DÉSARMER KIM!

Par Le 27/08/2020

Les USA veulent éliminer les bombes nucléaires de Pyongyang

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Un véhicule militaire tracte un missile lors d'une parade. ©Reuters

Selon certains médias américains, Mark Esper pourrait subir le même sort que James Mattis, le premier secrétaire à la Défense de l'administration Donald Trump, qui a été contraint de démissionner en raison de ses désaccords avec le président sur le retrait des troupes américaines de Syrie.

« L'armée américaine est chargée de maintenir le pays en état d'alerte contre la Corée du Nord », a ajouté Esper lors d'une cérémonie à Hawaï hier.

« La diplomatie pourrait mettre fin à l'impasse dans laquelle se trouvent les relations entre Washington et Pyongyang », a-t-il précisé.

CNN a précédemment rapporté que Esper est sous la pression de Trump pour retirer les troupes américaines de Corée du Sud et que la demande du président américain va à l'encontre de ce à quoi Esper prépare son armée, à savoir une confrontation avec la Russie et la Corée du Nord en temps de crise.

Depuis sa prise de fonction, Trump a mis dans son ordre du jour des discussions avec Pyongyang pour sortir de l'impasse nucléaire de la Corée du Nord. Mais le président sud-coréen Moon Jae-in dans sa première prise de position ouverte en 2020 envers les négociations nucléaires entre les États-Unis et la Corée du Nord a affirmé que les pourparlers n'avaient pas beaucoup progressé l'année dernière.

« Il est regrettable que les dirigeants américain et nord-coréen n'aient pas réussi à parvenir à un accord lors de leur deuxième réunion officielle en 2019 à Hanoï, la capitale du Vietnam », a-t-il déclaré.

Moon Jae-in a qualifié l'incapacité des deux pays à parvenir à un accord d’obstacle majeur à l'avancement du processus de paix durable dans la péninsule coréenne.

La mise en garde de Pyongyang aux États-Unis

La mise en garde de Pyongyang aux États-Unis

La  Corée du Nord a mis en garde les États-Unis contre toute ingérence dans les relations des deux Corées.

https://french.presstv.com/Detail/2020/08/27/632755/Le-Pentagone-veut-desarmer-la-Coree-du-Nord


 

"DOMES DE FER" PASSOIRES ANTI-CORÉE DU NORD

Par Le 11/08/2020

Les missiles nord-coréens prouveront eux aussi que le dôme de fer n'est qu'une passoire ...

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des missiles de courte portée nord-coréens tirés en mars 2020/Yonhop

Il y a quelques jours, la presse sioniste faisait état de la livraison de deux batteries de missiles antimissile Dôme de fer, surnommé "passoires" aux États-Unis, batteries que les Américains veulent "perfectionner". Il semblerait que ce "perfectionnement" devrait se faire sur le dos des Sud-coréens qui voici peu, ont eu l'outrecuidance de refuser aux Yankée une rallonge du loyer qu'ils paient pour que l'Amérique préserve sa nuisible présence militaire dans la péninsule coréenne. C'est ainsi que ce mardi 11 août, Yonhop fait état de la décision de Séoul de créer une "réplique" de Dôme de fer pour faire face aux missiles de courte portée de Kim.

Il est vrai que fin 2019, la Corée du Nord a fait bien peur à Israël en envoyant des délégations à Damas et en y discutant des contrats d’armements et que mêmes certaines sources ont évoqué une possible livraison des missiles Iskandar coréen à l'armée syrienne. Quoi qu'il en soit, les Sud-coréens sont désormais chargés par Big Brother de dépenser 6% de plus d'ici 2025, 253 milliards de dollars, et ce, dans le cadre de leurs "plan de défense" signé US Army!  

La Corée du Sud a dévoilé ce plan de défense ce mardi lequel plan envisage entre autres le développement d’un système d’intercepteur "propre" à la Corée du Sud, mais similaire au « Dôme de fer » israélien. Le ministère sud coréen de la Défense s'en explique : « La Corée du Sud commencera à développer son propre système d'intercepteur durant les cinq prochaines années pour défendre les infrastructures de la capitale face aux menaces d'artillerie à longue portée de la Corée du Nord. Lorsque nous parlons du système de défense antimissile de la Corée du Sud, il se réfère généralement à celui qui cible les missiles de type Scud ou plus puissants de la Corée du Nord, alors que ce nouveau système d'interception (Dôme de fer) se concentrera sur la protection de la région de la capitale contre l'artillerie à longue portée du Nord, comme ses lance-roquettes multiples 240 mm ou 300 mm ».

French Presstv

French Presstv

Les prochaines mesures de Pyongyang contre Séoul pourraient être inimaginables, indique un quotidien d’État nord-coréen.

C'est donc une "optimisation" de Dôme de fer israélien que Séoul est censé financer puisque la version israélienne se veut l'intercepter des engins de courte portée, bien que cette mission, elle la rate souvent face aux missiles de la Résistance.

En effet, Israël a déjà proposé à plusieurs reprises, ses batteries de missiles antimissiles à Séoul sans pour autant être pris au sérieux. Cette offre a d'ailleurs été évoquée par le site du magazine américain Foreign Policy qui estime que "le prix exorbitant du système de défense israélien", constitue l'entrave principale devant son exportation. Et pourtant ce n'est pas l'unique entrave, "puisqu'il n'est pas incontestable, affirmait la Corée du Sud, que le système israélien soit habilité à riposter aux menaces de la Corée du nord". 

En effet, " les experts sud-coréens estiment que le système du «Dôme de fer» est peu efficace à défendre le front sud israélien et il serait encore moins efficace sur la scène coréenne, puisque les missiles balistiques nord-coréens et leurs nombres ne sont pas similaires aux missiles de la Palestine ou de son entourage. Un fait qui signifie que l'interception de ces missiles nécessite un nombre énorme de batteries du «Dôme de fer» pour protéger uniquement la capitale Séoul. Auquel cas, si le dôme de fer israélien était efficace comme le prétendent les israéliens, l'investissement y serait très coûteux et injustifié'.

Les USA sont-ils sur le point de rectifier le tir et de corriger Dôme de fer sioniste aux frais de Séoul? Possible.  les Sud-coréens sont incités sinon quasi contraints par les États-Unis à fabriquer un bouclier antimissile voire à "optimiser" un système à base israélienne qui est loin d'être ce qu’Israël prétend, et ce, face à une Corée du nord dont l'arsenal balistique a prouvé qu'il est à toute épreuve. Et puis cela incitera Pyongyang à raffermir ses liens avec l'axe anti-US anti-Israël, note un expert. 

 

Les tueurs de navire US testés en Chine, une semaine après l'exercice Grand Prophète-14 en Iran

Les tueurs de navire US testés en Chine, une semaine après l'exercice Grand Prophète-14 en Iran

La Chine teste deux missiles balistiques "tueurs " de porte-avions... 

https://french.presstv.com/Detail/2020/08/11/631536/coree-du-sud-construit-dome-de-fer-israel


 

KIM JONG-UN : L'ARSENAL NUCLÉAIRE EST LE GARANT DE LA SÉCURITÉ DE LA CORÉE DU NORD

Par Le 28/07/2020

L’arsenal nucléaire garant de la sécurité de la Corée du Nord (Kim Jong Un)

L’arsenal nucléaire garant de la sécurité de la Corée du Nord (Kim Jong Un)

folder_openAsie access_timedepuis 12 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AFP

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a insisté mardi sur le fait que l'arsenal nucléaire nord-coréen était le garant de sa sécurité, à l'occasion du 67e anniversaire de l'armistice de la guerre de Corée.

«Grâce à notre arsenal nucléaire de dissuasion efficace et sûr, le mot de +guerre+ n'aura plus cours dans ce pays», a-t-il déclaré lors d'une rencontre avec des vétérans, selon l'agence officielle nord-coréenne KCNA.

Ainsi, «notre sécurité nationale et notre avenir seront assurées pour l'éternité», a-t-il ajouté, douchant les espoirs d'une éventuelle renonciation de Pyongyang à ses programmes nucléaire et balistique.

Le dialogue entre Pyongyang et Washington achoppe sur l'incapacité des deux parties à se mettre d'accord sur les concessions que la Corée du Nord devrait faire en échange de la levée des sanctions ordonnées pour la contraindre à renoncer à ses programmes nucléaire et balistique.

La Guerre de Corée (1950-1953) a été ponctuée par un armistice, non par un accord de paix, ce qui signifie que les deux voisins sont encore, techniquement, en état de guerre.

https://www.french.alahednews.com.lb/36104/341


 

LA VICE-MINISTRE DES AE DE LA RPDC : LA COREE DU NORD NE RESSENT PAS LE BESOIN DE RELANCER LES POURPARLERS AVEC LES ETATS-UNIS

Par Le 05/07/2020

La Corée du Nord n’a «pas besoin» de relancer les pourparlers avec les États-Unis

La Corée du Nord n’a «pas besoin» de relancer les pourparlers avec les États-Unis

folder_openAsie access_timedepuis un jour

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec agences

La Corée du Nord «ne ressent pas le besoin» de relancer les pourparlers avec les États-Unis, qui ne seraient rien de plus qu'un «outil politique» pour Washington, a déclaré samedi une diplomate nord-coréenne de haut rang, en amont de la visite d'un émissaire américain en Corée du Sud.

La vice-ministre des Affaires étrangères, Choe Son Hui, a affirmé que des négociations entre Washington et Pyongyang n'aboutiraient à rien et qu'il n'y aurait aucun changement dans la politique de la Corée du Nord.

«Nous ne ressentons pas le besoin de nous retrouver face à face avec les États-Unis, car pour eux le dialogue avec la République populaire démocratique de Corée (RPDC) n'est rien d'autre qu'un instrument à des fins politiques face à la crise dans leur pays», a déclaré Mme Choe dans un communiqué publié par l'agence de presse KCNA.

Le secrétaire d'État adjoint des États-Unis, Stephen Biegun, doit se rendre en Corée du Sud la semaine prochaine pour évoquer les pourparlers bloqués avec la Corée du Nord.

Mardi, le président sud-coréen Moon Jae-in avait appelé le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong Un à se rencontrer à nouveau avant la présidentielle américaine de novembre, même si la situation est actuellement au point mort.

Le chef de l'Etat sud-coréen a eu un grand rôle dans l'organisation du premier sommet entre la Corée du Nord et les Etats-Unis à Singapour il y a deux ans.

Les deux dirigeants se sont à nouveau réunis au Vietnam en 2019, mais ont échoué à se mettre d’accord pour signer une déclaration conjointe portant sur la dénucléarisation, la paix sur la péninsule coréenne et un assouplissement des sanctions de l’ONU visant la Corée du Nord.

Lors de leur troisième réunion, en juin 2019 dans la zone démilitarisée séparant les deux Corées, Ils avaient pris la décision de relancer les négociations pour la signature d’un futur accord et s'étaient invités mutuellement dans leur capitale respective.

https://www.french.alahednews.com.lb/35763/341



 

VENEZUELA/IRAN : KIM PRÊT A RALLIER L'AXE?

Par Le 27/06/2020

Corridor maritime anti-sanction Est-Ouest Iran-Venezuela s'étendra à la péninsule coréenne?

Sat Jun 27, 2020 10:47AM

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un prend la parole lors d'une réunion de la septième Commission militaire centrale du Parti du travail de Corée, le 24 mai 2020, en Corée du Nord. ©AP

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un prend la parole lors d'une réunion de la septième Commission militaire centrale du Parti du travail de Corée, le 24 mai 2020, en Corée du Nord. ©AP

Une forte explosion s'est produite le 23 juin dans la plus grande base américaine dans le Pacifique, située juste en face de la mer de Chine orientale alors que les médias dominants ont préféré se taire. Et pourtant Kadena, située sur l'île d'Okinawa, abrite quelque 20 000 marines américains et leurs familles tout comme la 18ème unité de l'US Air Force, la 353ème division des forces spéciales US, la 733ème division des escadrons mobiles US, la 82ème division des escadrons de reconnaissance de l'Armée US, le 390ème escadron d'Intelligence. Et le fait de ne pas en parler a étonné bien du monde.

Japon : forte explosion dans la plus grande base aérienne US, Kadena, dans le Pacifique

Japon : forte explosion dans la plus grande base aérienne US, Kadena, dans le Pacifique

Surtout qu'outre la Chine en plein guerre d'influence contre les USA, il y a la Corée du Nord qui se montre de plus en plus intriguée par les actes de sabotage US. L'effondrement de négociations entre l'administration Trump et Kim Jong-un place Pyongyang à vrai dire devant une seule option qu'elle reconnait elle-même  : « arme nucléaire contre arme nucléaire ».

Vendredi 26 juin, la Corée du Nord a menacé d'employer des armes nucléaires contre les États-Unis, réaffirmant qu’il s’agissait de "la seule option" restant pour contrer les menaces proférées par l'administration US. Rappelons que ces menaces ont franchi une étape ces derniers temps avec des groupes de rebelles anti-Pyongyang, implantés sur la frontière. 

« Afin de neutraliser les menaces nucléaires des États-Unis, le gouvernement de la RPDC [République populaire démocratique de Corée, NDLR] a fait tous les efforts possibles soit par le dialogue, soit en recourant au droit international, mais tout s'est terminé en vain. Mais cela n'a rien donné. La seule option qui reste est "arme nucléaire vs arme nucléaire" », a écrit, vendredi matin, un journal nord-coréen dans un essai.

« Aucune autre nation sur cette planète que la nation nord-coréenne n'a souffert aussi directement des menaces nucléaires US depuis si longtemps », a indiqué Pyongyang en allusion claire aux sanctions imposées depuis des décennies aux Nord-Coréens qui n'ont toutefois fléchi. « Pour notre peuple, la menace nucléaire n'est pas du tout un concept abstrait mais une expérience réelle et concrète ».

Base US: Pyongyang en position de tir

Base US: Pyongyang en position de tir

En réaction aux menaces proférées par les États-Unis, la Corée du Nord a promis de mettre fin à l’« Empire américain » en cas d’une reprise de guerre sur la péninsule coréenne.

La Corée du Nord, sous Kim, a accéléré ses essais d'armes nucléaires, tant pour les ogives que pour les missiles balistiques. Et les analystes estiment que le pays considère de plus en plus ces technologies comme son seul moyen de « niveler les règles du jeu », étant donné l'immense arsenal militaire des États-Unis.

« Exiger que la Corée du Nord abandonne ses armes nucléaires avant d’obtenir un quelconque avantage est tout simplement naïf », a déclaré Harry Kazianis, directeur du département des études coréennes au Center for The National Interest. « Si vous voulez que la Corée du Nord vienne à la table des négociations, Washington doit proposer une approche "action pour action" selon laquelle les deux parties obtiennent des avantages simultanément, en s'attaquant d'abord aux plus petits problèmes », a-t-il ajouté. Mais l'analyste américain ne voit peut-être pas le nuance: ce que suggère Pyongyang, c'est de changer littéralement la donne dans la péninsule coréenne et ce, en rapport direct avec le régime de plus en plus contesté des sanctions US à travers le monde. Parallèlement aux cinq navires-citernes que l'Iran a envoyés fin mai au Venezuela, l'Iran aurait aussi expédié des navires similaires en Chine. Ce corridor maritime anti-sanction Est-Ouest que l'Iran vient d'ouvrir n'oubliera peut-être pas la péninsule coréenne. 

http://french.presstv.com/Detail/2020/06/27/628360/Etats-Unis-Coree-du-Nord-Pyongyang-Trump-Kim-jong-un-armes-nucleaires


 

BASES US : LA CORÉE DU NORD EN POSITION DE TIR

Par Le 21/06/2020

Des troupes nord-coréennes prennent position sur les frontières

Sun Jun 21, 2020 5:26PM

Pyongyang renforce ses unités militaires le long de la frontière avec son voisin du sud. (Photo d'archives)

Pyongyang renforce ses unités militaires le long de la frontière avec son voisin du sud. (Photo d'archives)

Les diplomates nord-coréens ont affirmé que depuis le début de 2020, l’armée américaine a organisé plusieurs manœuvres militaires en Corée du Sud dont l’objectif était de déployer des forces aux alentours de la péninsule coréenne afin de se préparer pour une attaque rapide contre Pyongyang.

« La Corée du Nord possède des missiles nucléaires pour punir quiconque ose lever la main contre Pyongyang », a averti l’ambassade nord-coréenne en Russie.

Kim frappera les bases US ?

Kim frappera les bases US ?

Les prochaines mesures de Pyongyang contre Séoul pourraient être inimaginables, indique un quotidien d’État nord-coréen.

« Une nouvelle guerre en Corée mettrait fin à un autre empire appelé les États-Unis », a-t-elle ajouté.

Pyongyang a récemment protesté contre les propagandes de Séoul contre le Nord le menaçant de représailles.

La Corée du Nord a multiplié ses actions militaires à la frontière avec son voisin du sud augmentant les inquiétudes quant à la possibilité d’une confrontation entre ces deux pays.

Pyongyang envoie de petites unités de soldats à ses postes frontaliers avec la Corée du Sud en vue de restaurer ses routes.

Pourquoi Kim envoie des troupes sur les frontières avec le Sud?

Pourquoi Kim envoie des troupes sur les frontières avec le Sud ?

Des infiltrations organisées par la CIA dans la zone tampon...? Kim a coupé court...

Cette information a été annoncée par une autorité gouvernementale alors que les inquiétudes sur une confrontation militaire entre les deux Corées se sont intensifiées.

La Corée du Nord envoie des petites unités de cinq soldats vers les zones frontalières. Pour Séoul, cette action n’est pas nécessairement signe d’une confrontation militaire imminente entre les deux parties.

« Bien entendu, les postes de contrôle sont normalement utilisés pour des activités militaires. Or, de tels agissements militaires sont donc normaux », a déclaré une source d’information sous le sceau de l’anonymat.

La tension entre les deux Corées est récemment montée d’un cran. Le bureau de liaison intercoréen installé dans la ville nord-coréenne de Kaesong a été détruit mardi dernier dans la matinée par la Corée du Nord. 

Le bureau de liaison entre les deux Corées a été créé le 27 avril 2018 après un accord entre les dirigeants des deux pays. Entre 10 et 15 représentants de Séoul et de Pyongyang étaient toujours présents dans ce bureau.

Le quartier général des forces armées sud-coréennes a annoncé mercredi dernier dans un communiqué que Séoul renforcerait ses postes de contrôle à la frontière et qu’il y reprendrait les exercices militaires comme d’habitude.

« Ce n’est que le début, car cette explosion est la voix de la justice qui se poursuivra et pourra aller au-delà de l’imagination », a écrit jeudi un quotidien officiel nord-coréen.

http://french.presstv.com/Detail/2020/06/21/627949/Core-du-Nord-Core-du-Sud-EtatsUnis-menace-pninsule-corenne


 

LA CORÉE DU NORD PRÊTE A TESTER SES MISSILES INTERCONTINENTAUX

Par Le 20/06/2020

Kim prêt à tester ses missiles intercontinentaux

Sat Jun 20, 2020 5:39PM

Un avion espion E-8C Joint STARS de l'armée de l'air américaine décolle de la base aérienne japonaise de Kadena (Okinawa). (Capture d'écran)

Un avion espion E-8C Joint STARS de l'armée de l'air américaine décolle de la base aérienne japonaise de Kadena (Okinawa). (Capture d'écran)

Pyongyang a averti Washington qu’une nouvelle guerre dans la péninsule coréenne pourrait détruire les États-Unis.

L’avertissement est apparu dans un message de l’ambassade de Corée du Nord à Moscou à l’agence russe TASS, à la veille du 70e anniversaire du déclenchement de la guerre de Corée (25 juin 1950).

La lettre indiquait que « cette année, l'armée américaine mène toute sorte d’exercices militaires en Corée du Sud et dans ses régions adjacentes, dont le principal objectif est de transférer et de déployer les forces armées américaines sur la péninsule coréenne depuis l’étranger pour attaquer rapidement la République populaire démocratique de Corée ».

L’ambassade a rappelé à cet égard que la Corée du Nord possède aujourd'hui des missiles stratégiques et des armes nucléaires « capables de punir ceux qui oseraient imaginer une attaque où qu'ils se trouvent sur la planète ».

La mission diplomatique nord-coréenne à Moscou a souligné : « Les événements qu’une nouvelle guerre dans la péninsule coréenne pourra créer, changeront le cours de l’histoire de l’humanité et mettront fin à un autre empire appelé les États-Unis. »

Kim frappera les bases US ?

Kim frappera les bases US ?

Les prochaines mesures de Pyongyang contre Séoul pourraient être inimaginables, indique un quotidien d’État nord-coréen.

Par ailleurs, des avions d’espionnage américains auraient fait le tour de la péninsule coréenne alors que les tensions montent entre le Nord et le Sud.

Un avion espion de l’armée de l’air américaine a survolé la péninsule coréenne samedi dans le cadre d'une série de survols censés surveiller la Corée du Nord à la suite de ses récentes menaces de recourir à une action militaire contre le Sud, a rapporté l’agence de presse sud-coréenne Yonhap.

Un E-8C Joint Stars de l’US Air Force aurait décollé de la base aérienne japonaise de Kadena (Okinawa) le 19 juin survolant la péninsule coréenne jusqu’à tôt samedi, précise l’agence.

D’autres avions de surveillance américains ont également été aperçus au-dessus du territoire sud-coréen, notamment un RC-135W Rivet Joint et un Navy EP-3E, selon la même source.

Les vols de surveillance surviennent alors que des tensions montent sur la péninsule après que la Corée du Nord a interrompu ses communications avec la Corée du Sud et a détruit un bureau de liaison conjoint dans la ville frontalière de Kaesong, le 16 juin.

Plus tôt, la Corée du Nord avait critiqué le Sud pour une campagne de tracts de propagande anti-Nord envoyés à travers la frontière. Dans ce cadre, Pyongyang a coupé toute communication avec Séoul et a fait exploser le bureau de liaison intercoréen.

Kim sort sa « nouvelle » armée

Kim sort sa « nouvelle » armée

La Corée du Nord a formulé vendredi des critiques cinglantes à l'égard des États-Unis, accusés d'hypocrisie deux ans jour pour jour après le sommet historique de Singapour.

http://french.presstv.com/Detail/2020/06/20/627884/Washington-fait-monter-la-tension-entre-les-deux-Corees


 

LA CORÉE DU NORD A DÉTRUIT LE BUREAU DE LIAISON AVEC LE SUD. POURQUOI?

Par Le 16/06/2020

Pourquoi l’armée nord-coréenne a frappé le bureau du dialogue dans la zone tampon?

Tue Jun 16, 2020 10:46AM

La tension entre Séoul et Pyongyang est montée d’un cran après la distribution de tracts à la frontière commune. (Image d'illustration)

La tension entre Séoul et Pyongyang est montée d’un cran après la distribution de tracts à la frontière commune. (Image d'illustration)

La guerre des nerfs qui consistait il y a à peine un mois à annoncer à tort et à travers la mort du leader nord-coréen, façon de déstabiliser l'État a fini par pousser la Corée du Nord à procéder à de vastes et rapides réformes au sein de l'armée et à se préparer à une riposte militaire "imprévisible" à tout aventurisme US. Les récents agissements américains, eux, ont fait déborder le vase : ces derniers jours,  des "opérations d'infiltration" ont été tentées à destination de la Corée du Nord, et ce, visiblement, par le biais des "transfuges nord-coréens" que la CIA aurait répartis en "milice" et chargés d'envoyer, d'abord, et depuis le territoire du sud " des ballons chargés de messages menaçants" avant que ces menaces se concrétisent en acte armé. Évidemment, pour Pyongyang, il s'agit d'un acte de guerre surtout que Séoul a repris ses exercices militaires avec les Américains et que le dialogue dans ce contexte ne veut rien dire : les ponts sont coupés, suivant une décision de Pyongyang. 

Puis, larmée nord-coréenne a déclaré dans un communiqué qu'elle était prête à envoyer des troupes dans les zones frontalières avec la Corée du Sud et à répondre militairement à tout acte hostile. Le bureau du dialogue Sud-Nord vient d'ailleurs être pris pour cible d'une explosion et il n'est plus. 

« Les relations entre les deux Corée s’étant détériorées, nos forces militaires surveillent de près la situation actuelle et sont pleinement prêtes à concrétiser toute décision prise par le gouvernement  de mener une action extrafrontalière », a ajouté déclaré le chef d'état-major interarmées de l'armée nord-coréenne.

La mise en garde de Pyongyang aux États-Unis

La mise en garde de Pyongyang aux États-Unis

La  Corée du Nord a mis en garde les États-Unis contre toute ingérence dans les relations des deux Corées.

Dans la foulée, l'armée sud-coréenne a intensifié sa supervision sur les activités militaires de son voisin du nord. Plus tôt, Kim Yo-jong, première vice-directrice du Comité central du Parti et conseillère principale du leader nord-coréen et sa sœur, a critiqué l'attaque généralisée de Séoul contre Pyongyang, menaçant la Corée du Sud de rompre les relations bilatérales. Voilà une chose qui est faite.

Entre-temps, à la veille du deuxième anniversaire de la rencontre controversée entre Kim Jong-un et Donald Trump pour la dénucléarisation de la Corée du Nord et pour mettre fin aux tensions entre Pyongyang et Washington, le ministre nord-coréen des Affaires étrangères Ri Son Gwon a annoncé dans un communiqué que les deux ans de relations diplomatiques et diplomatiques avec les États-Unis sont devenus un "cauchemar horrible" et que "Pyongyang continuera de renforcer sa capacité nucléaire".

Kim: un coup à la

Kim: un coup à la "vénézuélienne"?

Les USA auraient retiré leurs Patriot d'Arabie puisqu'ils s'inquiètent d'une "menace combinée"... Iran/Chine/Corée du Nord...

C'est un avertissement bien grave alors même que les USA et la Chine passent à la vitesse supérieure dans leur face-à-face. Certains analystes estiment que l'escalade militaire entre les deux Corée n'est pas sans rapport avec les tensions sino-américaines. Mais quoi qu'il en soit, elle peut mener trop loin. Suites à l'escalade des tensions dans la péninsule coréenne, Pyongyang a menacé de mettra fin à l'accord militaire avec la Corée du Sud conclu en 2018 si Séoul n'empêche pas les activités des anti-Pyongyang dans les zones frontalières. Une question qui dépasse évidemment la volonté sud-coréenne, les bases US servant  en Corée du Sud de base arrière à des activités de déstabilisation dans le Nord. 

http://french.presstv.com/Detail/2020/06/16/627555/Core-du-nord-Core-du-Sud-Kim-Jongun-Ri-Son-Gwon-action-militaire


 

CORÉE DU NORD : LES USA NE DOIVENT PAS SE MÊLER DES AFFAIRES INTERCOREENNES

Par Le 11/06/2020

Washington ne doit pas se mêler des affaires intercoréennes, avertit Pyongyang

 Depuis 12 heures  11 juin 2020

Kim Jong Un
Kim Jong Un

 Asie et Afrique - Deux Corées

 

Rédaction du site

La Corée du Nord s’est insurgée, jeudi 11 juin, contre le fait que Washington ait déploré sa décision de couper les ponts avec Séoul, en estimant que les Etats-Unis ne devaient pas se mêler des affaires intercoréennes s’ils souhaitaient la bonne tenue de la présidentielle américaine en novembre.

Dans un communiqué relayé par l’agence officielle nord-coréenne KCNA, un haut responsable du ministère nord-coréen des Affaires étrangères qualifie de « dégoûtant » le « double-jeu » de Washington.

Les Etats-Unis devraient « tenir leur langue et s’occuper d’abord de leurs affaires intérieures » s’ils veulent la « bonne tenue » de la présidentielle, a déclaré le directeur général du département des affaires américaines du ministère, Kwon Jong Gun.

Cette menace voilée intervient deux jours avant le deuxième anniversaire du sommet historique entre Kim Jong Un et Donald Trump à Singapour, le premier entre un leader nord-coréen et un président américain en exercice.

Au-delà de la symbolique, cette rencontre n’avait débouché que sur une déclaration très vague en faveur de la dénucléarisation de la péninsule. Mais les négociations sur le dossier nucléaire nord-coréen sont au point mort depuis le fiasco du deuxième sommet entre les deux hommes, en février 2019 à Hanoï.

Les Etats Unis n’ont toujours pas levé les sanctions internationales pesant sur la Corée du Nord.

Pyongyang a exprimé sa colère contre Washington à travers d’une série d’essais d’armement ces derniers mois.

Depuis la semaine dernière, la Corée du Nord a proféré des reproches acrimonieux envers son voisin du sud au sujet de l’envoi sur son territoire de prospectus anti-Pyongyang par des militants. Pyongyang a annoncé, mardi 9 juin, qu’il coupait toutes les communications officielles avec son voisin.

Le département d’Etat américain s’est dans la foulée dit « déçu » par la décision nord-coréenne et a « exhorté la Corée du Nord à reprendre le chemin de la diplomatie et de la coopération ».

Les Etats-Unis maintiennent en permanence 28.500 soldats au Sud « pour protéger » leur allié de la « menace nord-coréenne ».

Pyongyang est sous le coup de multiples sanctions du Conseil de sécurité en raison de ses programmes nucléaire et balistique.

http://french.almanar.com.lb/1781639

 

LA CORÉE DU NORD SE RETIRE DU BUREAU DE LIAISON INTERCOREEN (KCNA)

Par Le 06/06/2020

 

La RPDC se retire du bureau de liaison intercoréen (KCNA)

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-06-06 à 10:55
 

PYONGYANG, 6 juin (Xinhua) -- La République populaire démocratique de Corée (RPDC) va se retirer du bureau de liaison intercoréen parce que la Corée du Sud n'a pas suffisamment agi pour empêcher des groupes de distribuer fin mai des tracts anti-Pyongyang sur le territoire de la RPDC, a déclaré un responsable de la RPDC vendredi soir.

Cette décision a été annoncée par un porte-parole du département du Front uni du Comité central du Parti des travailleurs de Corée (PTC) qui supervise les relations avec la Corée du Sud, a rapporté l'agence officielle KCNA. Ce bureau se trouve dans la zone industrielle de Kaesong en RPDC.

"La première vice-directrice du département (du PTC), Kim Yo Jong, a donné vendredi des instructions au responsable des affaires avec la Corée du Sud pour commencer l'examen de la mise en œuvre technique du contenu mentionné dans la déclaration", a déclaré le porte-parole.

Kim Yo Jong, qui est la sœur cadette de Kim Jong Un, le dirigeant suprême de la RPDC, avait averti jeudi Séoul que son pays fermerait le bureau de liaison, voire se retirerait de l'accord militaire intercoréen signé en 2018, si la Corée du Sud ne prenait pas rapidement des mesures contre ces envois de tracts anti-Pyongyang en RPDC.

http://french.xinhuanet.com/2020-06/06/c_139118481.htm


 

KIM RÉAFFIRME A RAUL SON SOUTIEN ET SA SOLIDARITÉ AVEC CUBA

Par Le 04/06/2020

Kim Jong Un réaffirme à Raul Castro son soutien et sa solidarité avec Cuba
16 h 38 mn 59 s  
Pyongyang, 3 juin (RHC) Le président du Parti du travail de Corée (PTC), Kim Jong Un, a confirmé à Raul Castro, premier secrétaire du Comité central du Parti communiste de Cuba (PCC), son soutien et sa solidarité avec l'île.

Selon l'Agence centrale de presse coréenne (KCNA), Kim Jong Un a rendu publique cette déclaration dans une lettre personnelle adressée à Raul, qui aura 89 ans ce mercredi.

Kim Jong Un a exprimé sa conviction que les relations stratégiques et de camaraderie d'amitié et de coopération entre le PTC et le PCC et les deux pays, fondées sur leur longue histoire et leur tradition, se poursuivront et se développeront comme d'habitude.

Dans ce même texte, il décrit le peuple cubain comme un peuple frère et reconnaît que la souveraineté et la dignité de Cuba sont fermement défendues sur l'île.

Le président du Comité d'État de la République populaire démocratique de Corée a également souligné que sous la direction du PCC et de Raul Castro, les Cubains font avancer la cause socialiste par des victoires et surmontent les nombreuses épreuves et difficultés (Source:PL)

Publié sous la direction de María Candela

source :  http://www.radiohc.cu/noticias/nacionales/224631-kim-jong-un-ratifica-a-raul-castro-apoyo-total-y-solidaridad-con-cuba


 

LA CORÉE DU NORD VA RENFORCER SA DISSUASION NUCLÉAIRE

Par Le 24/05/2020

La Corée du Nord annonce qu’elle va renforcer sa «dissuasion nucléaire»

Benin24tv avec AFP

Publié

 Il y a 3 heures 

le

 

Par

 

Kim Jong-un a tenu une réunion militaire lors de laquelle il a évoqué de nouvelles mesures destinées à accroître les capacités nucléaires de son pays.

La Corée du Nord a discuté de nouvelles mesures visant à renforcer sa «dissuasion nucléaire» au cours d’une réunion militaire présidée par son dirigeant Kim Jong Un, a annoncé dimanche 23 mai l’agence de presse officielle KCNA. Cette réunion était la première apparition publique de Kim rapportée par les médias nord-coréens depuis près de trois semaines.

Au cours d’une réunion de la Commission militaire centrale nord-coréenne sous la présidence de M. Kim «ont été présentées de nouvelles mesures visant à renforcer la dissuasion nucléaire militaire du pays», a rapporté KCNA. L’agence évoque «des mesures cruciales» mais ne donne pas de détails sur la nature des décisions prises concernant la dissuasion nucléaire.

KCNA indique que les discussions ont aussi porté sur «la mise en état d’alerte des forces armées stratégiques», dans le cadre «de l’accroissement et du développement des forces armées du pays».

Des décisions ont notamment été adoptées pour «un accroissement et un développement considérables de la puissance de feu des pièces d’artillerie de l’Armée populaire coréenne», selon l’agence officielle.

Les participants à la réunion ont aussi examiné «une série de défauts dans les activités militaires et politiques» de la Corée du Nord et ont discuté des moyens d’assurer «une amélioration décisive» dans ces domaines, a ajouté KCNA.

La dépêche de l’agence nord-coréenne ne précise pas à quelle date la réunion s’est tenue. Mais dans une deuxième dépêche il est dit que Kim Jong Un a émis un ordre aux forces armées le 23 mai.

Dimanche, le quotidien officiel Rodong Sinmun a publié des photos de la réunion de la Commission militaire centrale. Cette réunion intervient alors que selon une information du Washington Post, l’administration américaine a discuté dernièrement de la possibilité d’effectuer un essai nucléaire, qui serait le premier mené par les Etats-Unis depuis 1992.

La Corée du Nord a effectué six essais nucléaires entre 2006 et 2017, mais n’en a réalisé aucun depuis. Elle est la cible d’une série de sanctions du Conseil de sécurité de l’ONU portant sur ses activités nucléaires et ses programmes balistiques.

https://benin24tv.com/la-coree-du-nord-annonce-quelle-va-renforcer-sa-dissuasion-nucleaire/


 

"MESSAGE VERBAL" DE KIM AU CAMARADE CHINOIS XI JINPING

Par Le 09/05/2020

« Message verbal » de Kim Jong Un au président chinois

 Depuis 20 heures  8 mai 2020

Le président chinois Xi Jinping et le dirigeant coréen Kim Jong Un

Le président chinois Xi Jinping et le dirigeant coréen Kim Jong Un
Le président chinois Xi Jinping et le dirigeant coréen Kim Jong Un

 Asie et Afrique - Deux Corées

 

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a adressé un « message verbal » au sujet de l’épidémie de coronavirus au président chinois Xi Jinping, a annoncé vendredi 8 mai l’agence de presse officielle nord-coréenne KCNA.

KCNA n’a pas donné de détail sur ce que signifiaient ces termes, et n’a pas donné de moyen de savoir si les deux dirigeants s’étaient parlé directement.

Le message était « lié au fait que la Chine affiche des succès dans la prévention de l’infection de Covid-19 », selon l’agence de presse, et a permis à Kim Jong Un d’adresser des « salutations chaleureuses » au chef d’Etat chinois.

Kim Jong Un a fait une réapparition très remarquée le 2 mai après des semaines de spéculation sur son état de santé, faute d’être vu le 15 avril à l’événement le plus important du calendrier politique nord-coréen, l’anniversaire du fondateur de la République populaire démocratique Kim Il Sung.

Si des médias dans le monde ont spéculé sur une brusque aggravation de son état de santé, voire sa mort, la Corée du Sud avait indiqué assez vite qu’elle n’avait aucune raison de croire à ces rumeurs.

Vendredi, la Corée du Nord a lancé une diatribe contre son voisin du Sud après des exercices militaires.

« De telles actions inconsidérées des bellicistes du Sud sont le paroxysme de la confrontation militaire qui laisserait bouche bée même leur maître », a affirmé un porte-parole militaire cité par KCNA.

« C’est une provocation grave que l’on ne pourra jamais laisser passer, et cette situation exige une réaction indispensable de notre part ».

Source: AFP

http://french.almanar.com.lb/1745152


 

"MEGA SECRET" DE KIM POUR L'IRAN?

Par Le 07/05/2020

La Corée du Nord inaugure un nouveau site balistique qui intéresserait Téhéran! (CSIS)

Wed May 6, 2020 9:59AM

Le leader nord-coréen Kim Jong-Un aux côtés d'un missile de croisière. ©Fars News

Le leader nord-coréen Kim Jong-Un aux côtés d'un missile de croisière. ©Fars News

Si le "Center for Strategic and International Studies (CSIS)" qui confirme dans son récent rapport et à l'appui d'images satellites, la construction "d'une nouvelle installation près de l'aéroport international de Pyongyang liée à son programme d'expansion de missiles balistiques" est inquiet, ce n'est pas uniquement à cause de Kim et de ses surprises balistiques en cascade. Après l'avoir faussement tué, puis ressuscité, médias et thinks tanks US ont peur que Kim, comme il l'a prouvé à l'occasion d'une récente lettre au président Assad, se mette à échanger ses secrets militaires avec les pays anti-US que sont l'Iran ou encore la Syrie. 

Pour ces stratégistes américains, ce n'est pas sans raison si Poutine, allié de l'axe de la Résistance se mette soudain à décerner des médailles au jeune car il choisit quand et comment frapper pour que cela fasse plus mal.

Ainsi, le Center for Strategic and International Studies (CSIS), fait référence aux images satellites qui, selon lui, montreraient qu’une nouvelle installation et une structure souterraine à proximité de l’aéroport de la capitale nord-coréenne, auraient la capacité d'accueillir les plus grands "missiles balistiques intercontinentaux" de la Corée du Nord, lesquels sauraient atteindre n'importe où aux Etats-Unis.

Une image satellite publiée par le Center for Strategic and International Studies (CSIS) montrant
une nouvelle installation liée au programme de missile balistique de Pyongyang
© Fars News

« L'installation serait même en construction depuis 2016 et comprendrait un certain nombre de caractéristiques notables, notamment un terminal ferroviaire couvert inhabituellement grand et des bâtiments dans lesquels les voitures peuvent entrer. La nouvelle installation est également relativement proche des usines de fabrication de composants de missiles balistiques dans la capitale: Pris dans leur ensemble, ces caractéristiques témoignent de ce que cette installation est probablement conçue pour soutenir les opérations de missiles balistiques », dit le CSIS avant de souligner que les négociations sur la dénucléarisation de la Corée du Nord sont au point mort après l'échec des réunions de travail avec les Etats-Unis l'année dernière puis de rappeler qu'en 2018, la Corée du Nord avait annoncé la fermeture de son site d'essais nucléaires de Punggye-ri et que l'année dernière, elle a proposé de démanteler son complexe nucléaire de Yongbyon en échange de la révocation de cinq résolutions clés de l'ONU mais que ce nouveau coup nord-coréen fausse toutes ces "promesses".

Nour-1,  missile

Nour-1, missile "déguisé" iranien?

Le réseau de chaînes européen ELN reconnaît la percée remarquable de la RII dans le lancement du satellite Nour.

Mais les préoccupations du CSIS n'en reste pas là : « Des pays comme l'Iran qui vient de lancer leur premier satellite militaire dans l'espace, et qu reconnaissent très clairement leurs ambitions balistiques à vocation transcontinentale pourraient bien s’intéresser à ce nouvel agissement nord coréen. Surtout que l'Iran entretient un long passé de coopération avec Pyongynag en termes de missiles. Le CGRI a surpris bien du monde en réussissant à mettre en orbite basse sa fusée Nour. Mais ce qui a surpris davantage a été le lanceur Qassed, à base de combustible combinée et capable de prendre une altitude de plus 20 000 kilomètres à partir du sol. Et bien un petit astuce nord-coréen et Qassed sera un missile intercontinental. Alors les Etats-Unis seront pris de court deux fois, par les Nord-Coréens et par les Iraniens ».

http://french.presstv.com/Detail/2020/05/06/624731/Pyongyang-reprend-son-programme-balistique


 

KIM JONG UN PRESENT LE 1er MAI A L'INAUGURATION D'UNE USINE D'ENGRAIS PHOSPHATES

Par Le 02/05/2020

 
 

Le dirigeant suprême de la RPDC présent à l'inauguration d'une usine d'engrais phosphatés (KCNA)

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-05-02 à 08:56
 


(KCNA/ Xinhua)

PYONGYANG, 2 mai (Xinhua) -- Le dirigeant suprême de la République populaire démocratique de Corée (RPDC), Kim Jong Un, a participé vendredi à l'inauguration d'une usine d'engrais phosphatés à Sunchon, a rapporté samedi l'agence de presse officielle KCNA.

"Tous les participants se sont exclamés 'hourrah!', témoignant la plus grande gloire au dirigeant suprême qui a apporté un nouveau changement" au développement de l'industrie des engrais, selon elle, ajoutant qu'il était accompagné de sa sœur Kim Yo Jong ainsi que d'autres hauts responsables.

La cérémonie marquant l'achèvement de la construction de cette usine s'est tenue au jour du 1er-Mai, la Journée internationale du travail, a rappelé KCNA.

Il s'agit de la première apparition publique de M. Kim dans les médias d'Etat depuis une vingtaine de jours.

http://french.xinhuanet.com/2020-05/02/c_139025010.htm


 

ALORS QUE DES RUMEURS CIRCULENT SUR LA MORT DE KIM, IL ENVOIE UN MESSAGE AU PRESIDENT SUD-AFRICAIN

Par Le 28/04/2020

Corée du Nord: qui est derrière la campagne sur la mort de Kim Jong Un?

 Depuis 4 heures  27 avril 2020

un2

un2

 Asie et Afrique - Deux Corées

 

Les rumeurs sur l’état de santé ou la disparition, voire la mort de Kim Jong Un émanent tous in fine d’une officine unique: la NED (National Endowment for Democracy) ou en français, la Fondation Nationale pour la Démocratie, fondée en 1983 sous l’administration de Ronald Reagan en plein délire sur la fameuse « Guerre des étoiles » ou l’Initiative de Défense Stratégique (IDS). Cette fondation bipartite est financée par le Département d’Etat US (sous le chapitre consacré au financement de l’USAID), un nombre élevé de multinationales et de banques (Goldman Sachs, Chevron Texaco, Halliburton, BP, Microsoft, Google, Exxon Mobil, ConocoPhilips, Shell, JP Morgan, etc.), de donateurs privés comme George Soros, Condoleeza Rice, George W. Bush, Dick Cheney, Lindsay Graham, Eliott Abrams, John R. Bolton, Richard Pearle, etc. ou encore par le fameux AIPAC (American Israeli Public Affairs Committee), la CIA, la Chambre de Commerce des Etats-Unis et de beaucoup d’autres institutions œuvrant à faire avancer l’agenda belliciste de l’Etat profond US.

Ce n’est pas la première fois que le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un disparaît des devants de la scène. Il l’avait déjà fait en 2014 en s’eclipsant totalement durant quarante jours, nourrissant les mêmes rumeurs que ces jours-ci. Ce qui est certain est que des préparatifs « visibles » d’un tir de missile ou de fusée sont en cours à Wonsan et que l’activité aérienne militaire de la Corée du Nord a atteint une cadence fort inhabituelle ces quatre derniers jours. Pour la première fois depuis des décennies, des hélicoptères d’attaque survolent la capitale Pyongyang à très basse altitude tandis que des chasseurs Mig-29 s’aventurent de plus en plus au-delà de l’espace aérien nord-coréen à la recherche d’avions de reconnaissance US.

Il y a 120 heures des bombardiers stratégiques US de type B-1B ont survolé l’espace aérien international à une distance de sécurité suffisante de l’espace aérien de la Corée du Nord. Un peu plus auparavant, la base aérienne US de Guam a procédé dans l’urgence à l’évacuation de l’ensemble des bombardiers stratégiques à long rayon d’action B-52H et B-1B pour parer à un éventuel essai nucléaire nord-coréen sur Guam…

La vision que la plupart des analystes de l’empire ont sur la Corée du Nord est au mieux puérile et réductrice, voire dans le meilleur des cas, caricaturale. Or ce pays est loin des clichés diffusés par la propagande intéressée de l’empire. Un vacuum du pouvoir à Pyongyang n’entraînera aucun basculement géostratégique non seulement parce que Beijing y veille au grain mais parce que l’élite militaire nord-coréenne est encore plus radicalement nationaliste et partisane de l’offensive à outrance que ne l’est Kim Jong Un dont la formation de base est essentiellement helvétique.

En un mot, les initiateurs du Printemps Arabe, du Maidan ukrainien, des troubles à Hong Kong et au Xinjiang, de Daech et d’Al-Qaida, d’innombrables fraudes et manipulations électorales en Europe occidentales et orientales, de troubles en Iran et au Venezuela, de guerres de cocaïne et d’opium, se trompent encore une fois en fondant leurs minces espoir sur une éventuelle implosion de la Corée du Nord.

Sur le terrain, un missile sur rampe mobile d’un genre nouveau est arrivé à Wonsan et un essai balistique associé à une parade militaire semblent imminents. Un petit test nucléaire et les distillateurs de rumeurs se transformeront sur le champ en hurleuses professionnelles prebendées pour ce travail des anciennes funérailles grecques. Autant dire qu’ils vont nous casser les oreilles avec leurs jérémiades habituelles.

Source: Strategika51

http://french.almanar.com.lb/1733063

 

 

 

 

 

Le leader nord-coréen Kim Jong-un est «vivant et en bonne santé», selon Séoul

© REUTERS / KCNA

INTERNATIONAL

URL courte

10322

S'abonner

Le conseiller spécial à la sécurité nationale du Président sud-coréen Moon Jae-in a indiqué que le leader nord-coréen séjournait depuis le 13 avril à Wonsan, une station balnéaire de l’est de la Corée du Nord. «Aucune action suspecte n’a jusqu’à présent été détectée», a-t-il affirmé.

Kim Jong-un est «vivant et en bonne santé», a assuré le conseiller spécial à la sécurité nationale du Président sud-coréen Moon Jae-in, minimisant les rumeurs sur des problèmes présumés de santé du leader nord-coréen.

Les nouvelles sur l’état de santé de Kim Jong-un se sont multipliées depuis son absence remarquée aux célébrations du 15 avril. Cette journée est pourtant la plus importante du calendrier politique nord-coréen car tout le pays commémore alors la naissance du fondateur du régime, Kim Il Sung, son grand-père.

«La position de notre gouvernement est ferme», a dit le conseiller Moon Chung-in dimanche à la chaîne de télévision américaine CNN: «Kim Jong-un est vivant et en bonne santé».

Le conseiller a ajouté que le leader nord-coréen séjournait depuis le 13 avril à Wonsan, une station balnéaire de l’est de la Corée du Nord. «Aucune action suspecte n’a jusqu’à présent été détectée», a-t-il affirmé.

«Nous n’avons rien pour confirmer» ces nouvelles

M. Kim n’est plus apparu en public depuis une réunion du bureau politique du parti unique au pouvoir le 11 avril et une tournée d’inspection sur une base aérienne qui avait été évoquée par les médias officiels nord-coréens le 12.

 

 

The leader of the DPRK Kim Jong-un arrived in Vladivostok

© SPUTNIK . VITALY ANKOV

L’Onu commente les informations sur l’état de santé de Kim Jong-un

Cette absence a donné lieu à la publication de toute une série d’informations sur son état de santé, rapidement relativisées par Séoul.

 

«Nous n’avons rien pour confirmer» ces nouvelles, avait affirmé le bureau du Président sud-coréen la semaine dernière.

Le ministre sud-coréen de l’Unification, Kim Yeon-chul a souligné lundi que cela était toujours le cas.

Il a dit pouvoir tirer de telles conclusions grâce à un «processus complexe» visant à «recueillir et évaluer des renseignements».

Deux ans après le premier sommet intercoréen

Ces commentaires interviennent deux ans après le premier sommet entre MM. Kim et Moon à Panmunjon, dans la la Zone démilitarisée (DMZ) qui divise la péninsule en deux États.

La Corée du Sud a célébré lundi cet anniversaire, organisant une cérémonie dans la gare la plus septentrionale de son territoire, pour ainsi souligner son engagement en faveur d’un projet ferroviaire transfrontalier.

 

 

Kim Jong-un

© PHOTO. KOREAN CENTRAL NEWS AGENCY

Un train appartenant possiblement à Kim Jong-un repéré dans une station balnéaire

Les relations entre les deux pays sont en grande partie gelées depuis que les pourparlers entre Washington et Pyongyang sont au point mort.

 

Daily NK, un média en ligne essentiellement géré par des Nord-Coréens ayant fait défection, avait affirmé que le dirigeant nord-coréen avait été opéré en avril pour des problèmes cardio-vasculaires et qu’il était en convalescence dans une villa de la province de Pyongan du Nord.

Citant une source nord-coréenne non identifiée, ce média avançait que M. Kim, qui est âgé d’une trentaine d’années, avait dû être traité d’urgence en raison de problèmes liés à «son tabagisme excessif, son obésité et sa fatigue».

La Corée du Sud, qui est toujours techniquement en guerre avec le Nord, avait accueilli tout ceci avec les plus grandes réserves.

Rumeurs sur l'état de santé de Kim Jong-un

CNN, citant un responsable américain, avait de son côté rapporté que Washington «étudi(ait) des informations» selon lesquelles Kim Jon-un était «en danger grave après une opération chirurgicale».

Mais jeudi, le Président américain Donald Trump a estimé que les nouvelles sur une possible dégradation de l’état de santé du dirigeant nord-coréen étaient «erronées».

Lundi, le journal officiel Rodong Sinmun a écrit que Kim Jong-un avait envoyé un message de remerciements aux ouvriers du gigantesque projet touristique côtier de Wonsan Kalma.

 

 

© SPUTNIK . POOL

Pékin aurait envoyé des médecins pour consulter Kim Jong-un

Les médias nord-coréens ont fait état ces derniers jours de nombreuses déclarations ou actions de M. Kim, mais sans fournir de photos le montrant.

 

La semaine dernière, un train lui appartenant vraisemblablement a été repéré sur des photos satellites d’une station balnéaire de l’est de la Corée du Nord, selon le site internet américain 38North.

La couverture de l’actualité nord-coréenne est particulièrement compliquée, surtout pour tout ce qui a trait à la vie privée de M. Kim, un des secrets les mieux gardés du régime.

Toute information «doit être prise avec précaution», a mis en garde Andreï Lankov, un expert de la Corée du Nord, tout en qualifiant cette disparition d’»inhabituelle».

«Donc, pour une raison quelconque, il n’est pas vraiment capable d’agir publiquement», a-t-il expliqué à l’AFP.

En 2014, il n’avait pas été vu pendant six semaines, avant de réapparaître avec une canne. Les services de renseignement sud-coréens avaient affirmé qu’il avait subi une opération en vue de lui enlever un kyste à la cheville.

https://fr.sputniknews.com/international/202004271043660511-le-leader-nord-coreen-kim-jong-un-est-vivant-et-en-bonne-sante-selon-seoul/

 

 


Alors que des rumeurs sur sa mort circulent, Kim Jong-un envoie un message au Président sud-africain

© Sputnik . POOL

INTERNATIONAL

URL courte

8364

S'abonner

Malgré les rumeurs qui circulent ces derniers jours sur la mort du dirigeant nord-coréens, l'agence de presse officielle coréenne (KCNA) a annoncé que Kim Jong-un avait envoyé ce lundi 27 avril un message au Président sud-africain Cyril Ramaphosa à l’occasion de la fête nationale du pays.

Bien qu’après deux semaine d'absence, Kim Jong-un ne soit toujours pas apparu en public pour dissiper les rumeurs sur sa mort, les médias nord-coréens continuent à faire état de ses actions.

 

Kim Jong-un

© PHOTO. KOREAN CENTRAL NEWS AGENCY

Un train appartenant possiblement à Kim Jong-un repéré dans une station balnéaire

 

Ainsi, le KCNA rapporte ce lundi 27 avril que le dirigeant nord-coréen a adressé ses salutations au Président, au gouvernement et au peuple sud-africains à l'occasion du Jour de la Liberté, fête nationale de l'Afrique du Sud.

Plus tôt dans la journée, le journal officiel Rodong Sinmun a écrit que Kim Jong-un avait envoyé un message de remerciements aux ouvriers du gigantesque projet touristique côtier de Wonsan Kalma.

 

Rumeurs sur l'état de santé de Kim Jong-un

Les spéculations sur l’état de santé de Kim Jong-un se sont multipliées depuis son absence remarquée aux célébrations de l’anniversaire de Kim Il-sung, son grand-père, qui ont eu lieu le 15 avril. Par la suite, le Daily NK, média en ligne sud-coréen essentiellement géré par des Nord-Coréens ayant fait défection, a affirmé que le dirigeant nord-coréen avait été opéré en avril pour des problèmes cardio-vasculaires et qu’il était en convalescence dans une villa de la province de Pyongan du Nord.

Malgré ces informations, le conseiller spécial à la sécurité nationale du Président sud-coréen Moon Jae-in a récemment indiqué que le leader nord-coréen était «vivant et en bonne santé». Le 23 avril, le Président américain Donald Trump a également estimé que les nouvelles sur une possible dégradation de l’état de santé de Kim Jong-un étaient «erronées».

https://fr.sputniknews.com/international/202004271043664729-alors-que-des-rumeurs-sur-sa-mort-circulent-kim-jong-un-envoie-un-message-au-president-sud-africain/?__twitter_impression=true


 

QUI CHERCHE A "TUER" KIM ?

Par Le 26/04/2020

Sun Apr 26, 2020 1:55PM

Kim Jong-un, dirigeant nord-coréen. (Photo d'archives)

Kim Jong-un, dirigeant nord-coréen. (Photo d'archives)

Ces derniers jours, plusieurs médias japonais et sud-coréens ont diffusé des informations sur une opération subie par Kim Jong-un. L’absence du dirigeant nord-coréen aux funérailles de son grand-père a également alimenté ces rumeurs.  

Le législateur russe, Kazbek Taysayev, a déclaré que les spéculations sur la santé du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un ne pouvaient pas être confirmées.

« Il est trop tôt pour juger de la santé de Kim », a affirmé Taysayev après son entretien avec l’ambassadeur nord-coréen, a rapporté Sputnik.

« J’en ai discuté avec M. l’ambassadeur et je n’ai reçu aucune confirmation de telles rumeurs », a ajouté le législateur russe. « Seule une déclaration officielle des autorités de Pyongyang peut le confirmer ou le rejeter, mais avant cela, je mets en garde contre toute conclusion et diffusion d’informations non confirmées à cet égard », a-t-il averti.

Syrie: la surprise

Syrie : la surprise « nord-coréenne » ?

Alors que les médias mainstream évoque sa mort, Kim Jong-un propose dans une lettre au président Assad la perspective de nouvelles coopérations.

Les rumeurs sont allées si loin qu’une chaîne de télévision de Hong Kong a affirmé que le dirigeant nord-coréen serait décédé.

Cependant, l’agence de presse publique sud-coréenne Yonhap citant la radio d’État nord-coréenne DPRK a rapporté ce dimanche 26 avril que Kim Jong-un a remercié, dans un message, les travailleurs qui construisaient la ville de Samjiyon.

http://french.presstv.com/Detail/2020/04/26/623948/Core-du-Nord-Kim-Jonun-Russie-mort-rumeur-ambassadeur


 

KIM JONG-UN ADRESSE UN MESSAGE DE REMERCIEMENTS AU PRESIDENT SYRIEN BACHAR AL-ASSAD

Par Le 23/04/2020

 

Le dirigeant de la RPDC adresse un message de remerciement au président syrien Bachar el-Assad

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-04-23 à 20:49
 

PYONGYANG, 23 avril (Xinhua) -- Kim Jong Un, dirigeant suprême de la République populaire démocratique de Corée (RPDC), a adressé mercredi un message au président syrien Bachar el-Assad le remerciant du mot envoyé à l'occasion de l'anniversaire de naissance de son grand-père, Kim Il Sung, a rapporté l'agence officielle KCNA.

La RPDC a célébré mercredi le 108e anniversaire de la naissance de son fondateur.

Dans son message, Kim Jong Un prédit que les liens d'amitié et de coopération entre Pyongyang et Damas vont se renforcer, souhaitant au président syrien bonne santé et de plus grands succès.

http://french.xinhuanet.com/2020-04/23/c_139002568.htm



 

LES SURPRISES DE LA CORÉE DU NORD AUX USA

Par Le 16/04/2020

Les surprises nord-coréennes aux États-Unis se succèdent

Thu Apr 16, 2020 2:12PM

Les missiles nord-coréens continuent de surprendre les États-Unis. ©Sky News

Les missiles nord-coréens continuent de surprendre les États-Unis. ©Sky News

« Le dirigeant nord-coréen, Kim Jong-un, passe actuellement ses meilleurs jours alors que son ennemi, le président américain, Donald Trump, qui menace de le renverser, traverse l’une des pires périodes de sa vie avec plus de 26 000 morts du coronavirus. Les gouverneurs des États ont commencé à se rebeller contre lui et à refuser d’obéir à ses ordres, mais la détérioration de la situation économique est le vrai abattoir de Trump.  

Le célèbre éditorialiste arabe Abdel Bari Atwan s’est penché dans un article diffusé par Raï al-Youm sur les sanctions américaines contre la Corée du Nord et le coronavirus dans ce pays.

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a procédé à un remaniement majeur au sein de la Commission des affaires de l'Etat et a tenu une session parlementaire au cours de laquelle aucun représentant ne portait de masque, malgré le fait que le coronavirus se propage en Chine et chez son voisin du Sud depuis des mois. Pourtant, jusqu'à présent, aucun cas de contamination n’a été signalé en Corée du Nord, malgré les sanctions américaines suffocantes. 

Le sac du leader nord-coréen n’est jamais vide de surprises, et sa dernière surprise date d'hier: un exercice militaire avec des missiles de croisière anti-navires à courte portée a eu lieu à une altitude de plusieurs kilomètres au-dessus du niveau de la mer du Japon.

Pyongyang: Moscou prédit une surprise

Pyongyang: Moscou prédit une surprise

L'ambassadeur de Russie en Corée du Nord, Alexander Matsegora, a déclaré que Pyongyang allait tester une nouvelle arme stratégique dans un avenir proche.

Ce qui est nouveau, c’est que ces missiles sont non détectables. Ils ont été tirés deux semaines après que les forces américaines ont organisé dans la région un exercice impliquant des navires et des porte-avions. Le dirigeant semble dire aux États-Unis: « Vous êtes les bienvenus, nous n’avons pas peur de vos manœuvres. »

Kim est le seul dirigeant au monde qui humilie Trump et qui l’a fait venir du point le plus éloigné de l’Occident au point le plus éloigné de l’Orient pour assister à deux sommets, un à Singapour et l'autre à Hanoï. Mais Trump n'a marqué aucun point.

Kim Jong-un reste inébranlable et sa puissance augmente de jour en jour. Il effectue des tests de différents missiles, tandis que Trump file un mauvais coton.

Voyons maintenant qui est le vrai leader qui vaincra non seulement les sanctions américaines, mais aussi le coronavirus ? La question est adressée à Trump qui doit y répondre. 

Photo News: Cadeau de Noël de Kim aux USA ?

Photo News: Cadeau de Noël de Kim aux USA ?

La Corée du Nord pourrait mettre au point, dès cette année, un missile balistique intercontinental ICBM.

http://french.presstv.com/Detail/2020/04/16/623157/Les-surprises-de-Pyongyang-aux-USA


 

TIR DE PLUSIEURS MISSILES DE CROISIÈRE NORD CORÉENS A COURTE PORTÉE SELON LA CORREE DU SUD

Par Le 15/04/2020

Pyongyang a tiré plusieurs missiles de croisière, annonce l’armée sud-coréenne

Pyongyang a tiré plusieurs missiles de croisière, annonce l’armée sud-coréenneT

folder_openAsie access_timedepuis 14 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec agences

La Corée du Nord aurait tiré plusieurs projectiles, probablement des missiles de croisière à courte portée, selon des militaires sud-coréens.

La Corée du Nord a tiré le 14 avril plusieurs missiles de croisière présumés en direction de la mer du Japon ou mer de l'Est, a indiqué l'armée sud-coréenne.

«La Corée du Nord a tiré plusieurs projectiles que nous suspectons être des missiles de croisière à courte portée», a déclaré l'état-major interarmes sud-coréen dans un communiqué cité par l'AFP.

Selon le Comité des chefs d'état-major interarmées (JCS) de la Corée du Sud, les missiles ont été tirés depuis des zones proches de la ville côtière de Munhcon, située dans la province nord-coréenne de Kangwon, et ont parcouru plus de 150 kilomètres.

Le pays est soumis à de multiples sanctions adoptées par le Conseil de sécurité des Nations unies pour avoir mis en place des programmes d'armes interdits. Pyongyang a effectué une série de tests au cours de ces derniers mois, les décrivant souvent comme les essais d'un lanceur de missiles multiples tandis que d'autres sources les considèrent comme des missiles balistiques.

Ces dernières années, la Corée du Nord, pays qui affirme détenir la bombe atomique, a procédé à de nombreux tirs de missiles balistiques, des engins propulsés très haut dans les airs et qui retombent à une vitesse très rapide vers leur cible en raison de la gravité.Pour leur part, les missiles de croisière se déplacent à basse altitude, parfois à quelques mètres seulement de la surface, ce qui les rend plus difficiles à détecter. Ils nécessitent des systèmes de guidage très sophistiqués afin d'atteindre leur cible, rappelle l'AFP.

https://www.french.alahednews.com.lb/34758/341


 

US NAVY : LE STRATAGÈME DE KIM?

Par Le 02/04/2020

Covid-19 : la Corée du Nord pêchera-t-il en eaux troubles?

Wed Apr 1, 2020 11:50AM

La Corée du Nord qui a fermé ses frontières et adopté des mesures de confinement drastiques défie déjà une US Navy pleinement touchée par la Covid-19/AFP

La Corée du Nord qui a fermé ses frontières et adopté des mesures de confinement drastiques défie déjà une US Navy pleinement touchée par la Covid-19/AFP

Le capitaine de vaisseau Brett Crozier, commandant de l’USS Theodore Roosevelt  a adressé une lettre de quatre pages au commandement de l’US Navy : « Nous ne sommes pas en guerre. Il n’y a aucune raison que des marins meurent », écrit-il alors que son équipage de 4 000 marins est fortement touché par l’épidémie de Coronavirus. En Corée du Sud, le nombre de contaminations continue à augmenter au sein des marines stationnés sur la base US. A ce qui parait, la présence US en Asie de l'est en prend des coups. Kim saura-t-il tourner cette situation à son avantage? 

La Corée du Nord a procédé, 20 mars 2020, au lancement de deux projectiles non identifiés depuis le site de lancement de missiles de Wonsan. Les deux projectiles non identifiés (missiles balistiques? Missiles de croisière? Roquettes à longue portée?) se sont abîmés en mer du Japon/mer de l’Est.

Les USA alertent sur la Corée du Nord

Les USA alertent sur la Corée du Nord

Pyongyang est en train de construire un missile balistique atomique à longue portée capable de transporter une ogive nucléaire.

Pyongyang a averti qu’il allait tester une nouvelle arme stratégique, ce qui laisse supposer que les deux projectiles tirés en direction de l’océan pacifique seraient des prototypes d’une nouvelle variante d’un missile balistique intercontinental (ICBM).

C'est dans ce contexte qu'un responsable nord coréen à violemment réagi aux récents propos de Pompéo, le secrétaire d'état US : «Nous avons perdu tout intérêt pour le dialogue après les commentaires de Pompeo. Si les États-Unis nous dérangent, cela fera mal », a menacé un haut fonctionnaire de Pyongyang en commentant l'appel de pression anti-nord-coréen du secrétaire d'état US. Or cet appel risque de rester lettre morte vu la situation qui règne au sein de l'US Navy dans la pacifique. 

Covid-19: la contre-offensive de Kim

Covid-19: la contre-offensive de Kim

Contre-offensive biologique de Kim sur fond d'un double test de missiles...

D'ailleurs, le commandant du  porte-avions américain l’ USS Theodore Roosevelt, confronté à une contamination galopante du coronavirus a appelé à l’aide dans une lettre, demandant l’autorisation d’évacuer son équipage sur l’île de Guam : « Nous ne sommes pas en guerre. Il n’y a aucune raison que des marins meurent », a écrit le capitaine de vaisseau Brett Crozier. Pour l'heure le Pentagone refuse de donner suite à cet appel à l'aide mais jusqu'où pourra-t-il s'obstiner? 

Parallèlement, le fossé continue de se creuser entre Washington et Séoul sur le coût de la présence des troupes américaines en Corée du Sud, le commandant américain dans le pays ayant appelé à un noiveau tour de négociation pour résoudre le problème.

L’armée US menace Séoul

L’armée US menace Séoul

Dans le droit fil des tensions entre la Corée du Sud et les États-Unis au sujet des dépenses militaires, l’armée américaine a averti qu’elle licencierait 9 000 employés sud-coréens si les deux pays ne parvenaient pas à un accord.

Le différend fait suite à une demande américaine pour que Séoul verse jusqu'à 5 milliards de dollars par an pour soutenir la présence de troupes, contre 870 millions de dollars en vertu de l'accord de l'an dernier. La situation a provoqué le licenciement des milliers de travailleurs locaux (sud-coréens) ce qui est compris par une majorité de Sud-coréens comme un "chantage" fait par les USA à l'adressé de la Corée du Sud. La situation est visiblement en défaveur des Etats-Unis qui  stationnent environ 28 500 soldats en Corée du Sud, sous prétexte de faire face aux menaces nord-coréennes qui mettraient en danger ce pays. La Covid-19 aura-t-elle raison de la présence US dans la péninsule? C'est ce sur quoi Kim semble avoir compter, au regard des essaies de tirs de missiles "stratégiques" qu'il cumule en ce moment. 

http://french.presstv.com/Detail/2020/04/01/622073/Ngociations-USACore-du-Nord--lagonie


 

REVOILÀ KIM. UNE AGENCE SUD-CORÉENNE INDIQUE QUE LA CORÉE DU NORD A TESTE UN LANCEUR DE MISSILES MULTIPLES DE GRANDE DIMENSION

Par Le 30/03/2020

Pyongyang

Pyongyang aurait testé un lanceur de missiles multiples

© CC0 / Lm2f / Pyongyangpanoramic

INTERNATIONAL

URL courte

24013

S'abonner

Après que la Corée du Nord a tiré dimanche matin de nouveaux projectiles en mer du Japon, l'agence sud-coréenne Yonhap indique que Pyongyang a procédé aux tests d'un lanceur de missiles multiples.

La Corée du Nord a testé un lanceur de missiles multiples «de grandes dimensions», selon l'agence sud-coréenne Yonhap. Les détails des essais restent à préciser.

Les représentants de la sécurité nationale sud-coréenne ont organisé dimanche 29 mars une visioconférence d'urgence afin de discuter les récents tirs de projectiles en mer du Japon, indique l'agence se référant au bureau présidentiel.

Tirs de nouveaux projectiles

Pour la quatrième fois en mars, Pyongyang a réalisé des tirs de projectiles, vraisemblablement des missiles balistiques. Les tirs de dimanche ont été réalisés dans le secteur de la ville portuaire de Wonsan, sur la côte est, et en direction de la mer du Japon.

Ces essais intervenaient sur fond d'impasse diplomatique totale entre la Corée du Nord et les États-Unis concernant le dossier nucléaire, et au moment où Washington vient de proposer une aide à Pyongyang pour combattre le nouveau coronavirus, a rappelé l'AFP.

https://fr.sputniknews.com/international/202003291043428163-pyongyang-aurait-teste-un-lanceur-a-ogives-multiples/


 

QUELLES MESURES PRISES PAR LA CORÉE DU NORD POUR FAIRE FACE AU CORONAVIRUS

Par Le 28/03/2020

Le leader nord-coréen Kim Jong-un

Quelles mesures en Corée du Nord face à la pandémie de coronavirus?

Пресс-служба губернатора Приморского края

INTERNATIONAL

URL courte

Dossier:

Propagation du coronavirus dépisté en Chine - 2020 (630)

 0 40

S'abonner

La Corée du Nord, a elle aussi pris des mesures afin de faire face à l'épidémie de Covid-19. Le personnel soignant du pays fait «tout le nécessaire» pour éviter sa propagation, affirme un diplomate nord-coréen dans une interview à Sputnik.

Les autorités nord-coréennes renforcent les mesures anti-épidémiques sur fond de pandémie de Covid-19, a fait savoir à Sputnik un représentant du consulat général de la République populaire démocratique de Corée dans la ville russe de Vladivostok.

La Corée du Nord n'a pour le moment pas divulgué les statistiques officielles concernant le nombre de cas de contamination au Covid-19 ou celui de morts des suites de la maladie. Par contre, selon les informations relayées vendredi 27 mars par la télévision du pays, deux étrangers et 2.280 autres personnes restaient en quarantaine sur son territoire. Dans le même temps, toutes les personnes sous surveillance médicale et n'ayant pas de symptômes du Covid-19 en ont été libérées, a fait ressortir le diplomate.

 

«Afin d’éviter les dégâts causés par le Covid-19, qui se répand dans presque tous les pays et régions à pas de géant, notre pays renforce le système anti-épidémique d'urgence de l'État», a indiqué le diplomate sans fournir plus de détails.

Quarantaine et surveillance médicale  

Une mesure primordiale pour lutter contre l'épidémie réside dans la surveillance médicale des gens dans les groupes à risques. Ainsi, le diplomate a noté que la Corée du Nord surveillait les étrangers et ceux qui avaient des contacts avec eux, tout comme ceux qui étaient en quarantaine ou qui en avaient été libérés.

 

 

Maria Zakharova

© SPUTNIK . VALERY MELNIKOV

Des tigres lâchés par Poutine pour maintenir la quarantaine? «Les ours sont plus efficaces», rit Maria Zakharova

Selon lui, pour analyser le travail d'urgence des services de l'État face au coronavirus, des vidéoconférences régulières sont organisées. Lors de la dernière réunion de ce type, ils ont été appelés à renforcer les mesures de prévention et la surveillance médicale.

 

Le diplomate a également indiqué que les professionnels de santé du pays faisaient «tout le nécessaire», fournissant par ailleurs à la population des moyens de désinfection pour enrayer l'épidémie qui a déjà fait plus de 28.000 morts dans le monde.

Une autre mesure concerne la favorisation des conditions pour ceux qui sont en quarantaine, le diplomate affirme que les médecins nord-coréens fournissent notamment des produits alimentaires à toutes les femmes enceintes.

https://fr.sputniknews.com/international/202003281043420349-quelles-mesures-en-coree-du-nord-face-a-la-pandemie-de-coronavirus/


 

LA COREE DU NORD TIRE TROIS PROJECTILES NON IDENTIFIES EN DIRECTION DE LA MER DU JAPON

Par Le 09/03/2020

 

La RPDC tire trois projectiles en direction de la mer de l'Est (Yonhap)

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-03-09 à 08:51
 

SEOUL, 8 mars (Xinhua) -- La République populaire démocratique de Corée (RPDC) a tiré trois projectiles non identifiés en direction de la mer de l'Est (mer du Japon), une semaine après le lancement de deux autres projectiles à courte portée, a rapporté dimanche l'agence de presse Yonhap, citant des sources militaires sud-coréennes.

Ils ont été lancés vers le nord-est à partir de zones proches de la ville orientale de Sondok dans la province du Hamgyong du Sud, a déclaré l'état-major interarmées de la Corée du Sud (JCS) dans un bref communiqué.

D'autres détails sur les projectiles, y compris leur type, leur portée et leur altitude, n'étaient pas immédiatement disponibles.

"Notre armée surveille la situation en cas de lancements supplémentaires et maintient une posture de préparation", a déclaré le JCS dans le communiqué, selon Yonhap.

http://french.xinhuanet.com/2020-03/09/c_138857237.htm


 

KIM MET EN GARDE L'OTAN...

Par Le 09/03/2020

L'Europe joue-t-elle avec le feu?

Sun Mar 8, 2020 5:30PM

Pyongyang a menacé cinq pays européens de "réponse cuisante". ©KNCA

Pyongyang a menacé cinq pays européens de "réponse cuisante". ©KNCA

La France, le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Estonie et la Belgique ont, a rapporté NKI News, dénoncé lors d’une session secrète du Conseil de sécurité des Nations Unies sur la Corée du Nord jeudi dernier les essais de missile, qualifiés de « provocations », effectués par Pyongyang en violation des résolutions de l’ONU.

Ces pays ont également appelé la communauté internationale à rejoindre les sanctions contre la Corée du Nord.

L’armée nord-coréenne a annoncé la semaine dernière que la Corée du Nord avait tiré deux missiles de courte portée depuis la rive orientale en direction de la mer du Japon (mer de l’Est).

Pyongyang dévoilera une

 

Le dirigeant nord-coréen a averti que « le monde va découvrir dans un proche avenir une nouvelle arme stratégique que détient la Corée du Nord ».

Les négociateurs atomiques de la Corée du Nord et des États-Unis se sont réunis en Suède pour la première fois depuis la réunion à Vietnam (première rencontre Trump-Kim) à la fin de 2019 à Stockholm. Ces négociations ont été stériles.

Pentagone : la Corée du Nord construit un missile balistique atomique à longue portée

Pentagone : la Corée du Nord construit un missile balistique atomique à longue portée

Pyongyang est en train de construire un missile balistique atomique à longue portée capable de transporter une ogive nucléaire.

La Corée du Nord reproche aux États-Unis l’échec des pourparlers et les a menacés de reprendre son programme balistique si les États-Unis ne font pas de nouvelles propositions. Certaines sources diplomatiques ont prédit que la Corée du Nord testera une nouvelle arme stratégique dans un proche avenir. La Corée du Nord a testé en 2017 avant la négociation sur la dénucléarisation un missile balistique intercontinental.  

Pyongyang a testé le lance-roquettes KN-25, calibre 600 mm, portée de 400 km. Les deux projectiles lancés le 2 mars 2020 par l’artillerie nord-coréenne confirment la maîtrise par Pyongyang de la super artillerie. Le KN-25 est un lance-missile à calibre 600 mm à cadence de quatre tirs par minute. 

http://french.presstv.com/Detail/2020/03/08/620409/Core-du-Nord-mise-en-garde-UE-essai-de-missile-France-Allemagne-Estonie-Belgique-RoyaumeUni


 

COVID-19 : LA CONTRE-OFFENSIVE DE KIM

Par Le 02/03/2020

Mon Mar 2, 2020 9:42AM

Le Leader nord-coréen Kim Jong-un sur une image publiée le 29 février 2020. ©Reuters

Le Leader nord-coréen Kim Jong-un sur une image publiée le 29 février 2020. ©Reuters

À peine quelques heures après avoir lancé une alerte à la population nord-coréenne contre ce qu'il a qualifié de "guerre biologique" des impérialistes contre les nations asiatiques, le leader nord-coréen a procédé à une nouvelle démonstration de force. Deux projectiles "inconnus" ont été tirés en direction de la mer du Japon, depuis un site de lancement de missiles dans la ville côtière de Wonsan, dans l'est de la Corée du Nord.

Un peu plutôt Kim Jong-Un était apparu pour la première fois depuis le déclenchement de l’épidémie Covid-19 aux côtés de ses soldats, tous portant des masques médicaux de couleur noire. Kim a mis sévèrement en garde contre toute "négligence criminelle dans la lutte contre le nouveau coronavirus" en laissant entendre que des responsables auraient subi des sanctions en rapport avec des dérogations illégales ou clandestines à la quarantaine générale décrétée par la Corée du Nord.

Rebecca Rambar@RebeccaRambar

 

Corée du Nord : Vendredi, Kim Jong Un a dirigé les exercices de frappe conjointe menés par des unités de l'Armée populaire coréenne (KPA).

View image on TwitterView image on TwitterView image on TwitterView image on Twitter

12

Twitter Ads info and privacy

See Rebecca Rambar's other Tweets

S'il était confirmé, le test de lundi serait le premier de Pyongyang de l'année et le premier depuis plus de trois mois.

Le lancement précédent avait eu lieu le 28 novembre, lorsque l'armée sud-coréenne avait annoncé que son voisin avait tiré deux projectiles, vraisemblablement «à partir d'un lance-roquettes multiples de très gros calibre».

La nouvelle du lancement intervient après qu'un diplomate nord-coréen de haut niveau a déclaré en janvier qu'il n'y aurait aucune raison pour Pyongyang, qui respecte un moratoire auto-imposé sur les missiles à longue portée et les essais nucléaires, de respecter ses engagements à moins que Washington lève les «sanctions les plus brutales et les plus inhumaines».

Kim surprendra les USA

Kim surprendra les USA

Si l’administration Trump choisit d’intervenir un jour en Corée du Nord, la Maison-Blanche pourrait découvrir que Pyongyang est un adversaire plus redoutable que beaucoup ne le pensent.

La Corée du Nord avait précédemment fixé un délai de fin d'année pour que les États-Unis modifient leur approche tordue des négociations après que les pourparlers de dénucléarisation à Stockholm en octobre aient échoué, Pyongyang critiquant la position des États-Unis comme étant «écœurante».

Pyongyang/USA: la Grande guerre?

Pyongyang/USA: la Grande guerre?

La Corée du Nord se prépare à une action d’intimidation contre les États-Unis.

Alors que les négociations sont au point mort, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a averti en décembre que son pays continuerait de renforcer sa dissuasion nucléaire à moins que Washington n'abandonne ses «demandes de type gangster», tout en menaçant de prendre des «mesures réelles choquantes» si les États-Unis continuaient traînant ses pieds.

Pyongyang a par le passé tiré des missiles capables d’atteindre l’intégralité du territoire continental des États-Unis. La Corée du Nord a en outre réalisé six essais nucléaires, dont le dernier était celui d’un engin 16 fois plus puissant que la bombe qui a dévasté Hiroshima en 1945, selon les estimations hautes.

http://french.presstv.com/Detail/2020/03/02/619943/Mer-du-Japon-dmonstration-de-force-de-Pyongyang


 

KIM SURPRENDRA LES USA

Par Le 19/02/2020

Wed Feb 19, 2020 6:32PM

Un F-35 américain. (Photo d'archives)

Un F-35 américain. (Photo d'archives)

Si l’administration Trump choisit d’intervenir un jour en Corée du Nord, la Maison-Blanche pourrait découvrir que Pyongyang est un adversaire plus redoutable que beaucoup ne le pensent, selon le quotidien américain The National Interest.

Le quotidien continue : « Mis à part les armes nucléaires du régime nord-coréen, Pyongyang possède des défenses aériennes qui sont plus avancées que beaucoup ne le pensent. En outre, Pyongyang a également entrepris des mesures pour accroître sa résilience face à toute attaque aérienne que les États-Unis pourraient lancer en cas de guerre. La Corée du Nord n’a pas oublié les leçons de la guerre de Corée - qui, techniquement, n’est pas encore terminée ».

« Entre 1950 et 1953, l’US Air Force et la Marine ont rasé la Corée du Nord, celle-ci a donc eu 65 ans pour réfléchir à la façon de s’assurer que cela ne se reproduise pas et pour creuser beaucoup d’abris et de tunnels anti-bombes », a déclaré au National Interest le contre-amiral à la retraite, Mike McDevitt, chercheur principal au Center for Naval Analyses (CNA).

Pyongyang/USA: la Grande guerre?

Pyongyang/USA : la Grande guerre ?

La Corée du Nord se prépare à une action d’intimidation contre les États-Unis.

L’article ajoute : « Mais en plus de renforcer ses installations, Pyongyang met en place des défenses aériennes plus avancées qu’on ne pourrait le penser. Alors que la grande majorité des défenses aériennes nord-coréennes sont d’anciens systèmes soviétiques, Pyongyang utilise des armes de fabrication locale étonnamment capables ».

« On ne sait pas combien de batteries KN-06 SAM Pyongyang a construites, mais l’arme nord-coréenne est un système étonnamment capable qui est similaire aux premières versions du S-300 de construction russe », indique l’article.

Et d’ajouter : « Le KN-06 a un radar à balayage progressif et des pistes via un système de guidage de missile et peut-être équivalent aux premières versions du S-300P, mais avec une plus grande portée. Ainsi, bien que généralement primitives, les défenses nord-coréennes pourraient être plus difficiles à casser que beaucoup ne le pensent. De plus, bien que leur technologie soit ancienne, la philosophie d’autonomie de la Corée du Nord signifie qu’elle peut produire la plupart de son propre matériel militaire ».

http://french.presstv.com/Detail/2020/02/19/619058/Etats-Unis-Coree-du-Nord-guerre-armes-F35


 

KIM JONG UN EXPRIME SA SOLIDARITÉ AVEC XI JINPING POUR LE CORONAVIRUS. KIM DECLARE PARTAGER LA DOULEUR ET LE CHAGRIN DU PEUPLE CHINOIS FRÈRE.

Par Le 02/02/2020

Kim Jong Un exprime sa solidarité avec Xi Jinping pour le coronavirus
 
Pyongyang, 1er février (Prensa Latina) Le leader de la Corée du Nord, Kim Jong Un, a envoyé un message de solidarité au président chinois Xi Jinping, exprimant sa confiance dans la victoire de la Chine dans la lutte contre le coronavirus, selon la presse locale nord-coréenne.

L'Agence centrale de presse coréenne (KCNA) a rapporté que le président du Parti du travail coréen a informé le président chinois dans le texte de la décision du Bureau politique et du Comité central du Parti du travail coréen d'envoyer en Chine un fonds d'aide pour arrêter la propagation de l'épidémie.

Le KCNA n'a cependant pas précisé le type de soutien transmis, mais a souligné qu'il est destiné à aider le peuple chinois.

Dans un message adressé au secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois, Kim Jong Un a déclaré qu'il partageait la douleur et le chagrin du "peuple chinois frère".

Il a adressé ses "profondes consolations" aux familles des victimes du virus pour la perte de leurs proches.

Kim Jong Un a manifesté sa confiance dans le fait que le Parti, le gouvernement et le peuple chinois triompheront dans la lutte contre la maladie sous la sage direction de Xi Jinping.

rly/llp/mv/bjm

source :  https://www.plenglish.com/index.php?o=rn&id=51681&SEO=kim-jong-un-expresses-his-solidarity-with-xi-jinping-for-coronavirus

Tag(s) : #Coronavirus#RPDC#Chine


 

LA COREE DU NORD ANNONCE LA REPRISE DE SES ESSAIS NUCLÉAIRES ET BALISTIQUES, INVOQUANT LES SANCTIONS BRUTALES ET INHUMAINES US A L’ENCONTRE DU PAYS

Par Le 23/01/2020

La Corée du Nord annonce la reprise de ses essais nucléaires et balistiques

Wed Jan 22, 2020 4:40AM

Une parade des forces militaires nord-coréennes. (Archives)

Une parade des forces militaires nord-coréennes. (Archives)

La Corée du Nord a annoncé qu'elle ne respectera plus son moratoire sur les essais nucléaires et de missiles, invoquant les sanctions «brutales et inhumaines» prises par les États-Unis à l'encontre du pays.

Conseiller à la mission de la Corée du Nord auprès des Nations unies, Ju Yong-chol, a accusé Washington d'appliquer «les sanctions les plus brutales et les plus inhumaines» contre Pyongyang et a averti que si les États-Unis maintiennent une telle «politique hostile», il n'y aura jamais de dénucléarisation en Corée.

«Nous n'avons trouvé aucune raison d'être liés plus longtemps par l'engagement que l'autre partie ne respecte pas», a déclaré Ju Yong-chol lors de la Conférence mondiale du désarmement à Genève.

«Si les États-Unis tentent d'imposer leurs exigences unilatérales et persistent à imposer des sanctions, la Corée du Nord pourrait être contrainte de chercher une nouvelle voie», a-t-il ajouté.

Après le sommet de Hanoï, les négociations entre Washington et Pyongyang sont dans l’impasse.

Depuis début 2019, la Corée du Nord et les États-Unis s’accusent mutuellement d’avoir fait capoter le sommet de Hanoï au Vietnam entre Donald Trump et Kim Jong-un.

La Corée du Nord a mis en garde les troupes US dans la péninsule

La Corée du Nord a mis en garde les troupes US dans la péninsule

Pyongyang a averti le gouvernement américain de cesser 

De nombreux experts estiment que le désengagement international de Washington et le comportement imprévisible du président américain par rapport aux accords internationaux a remis en question la crédibilité des États-Unis sur la scène internationale et la possibilité d'un accord entre Washington et Pyongyang.

Iran: les USA supplient Kim...

Iran: les USA supplient Kim...

Selon le conseiller à la sécurité nationale de Trump, les autorités nord coréennes ont été informées par divers canaux que Washington veut reprendre les pourparlers avec Kim Jung-un.

http://french.presstv.com/Detail/2020/01/22/616738/Kim-brandit-son-arme-suprme


 

APRES L'ASSASSINAT DE SOLEIMANI, LES DIRIGEANTS DE LA CORÉE DU NORD DOIVENT-ILS CRAINDRE POUR LEUR VIE?

Par Le 22/01/2020

Après l’assassinat de Qassem Soleimani, les hauts dirigeants de la Corée du Nord doivent-ils craindre pour leur vie ?

 Depuis 6 heures  22 janvier 2020

soleimani_coree

 Asie et Afrique - Deux Corées

 

En cas de sérieuse détérioration des relations entre les États-Unis et la Corée du Nord, le président américain Donald Trump étudiera-t-il l’option d’éliminer un haut dirigeant politique ou militaire de la Corée du Nord ?

L’attaque a eu lieu dans la nuit. L’avion à bord duquel se trouvait le chef des forces spéciales du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) le général Qassem Soleimani a atterri à l’aéroport de Bagdad juste après minuit. Le général iranien a été accueilli par le chef adjoint des Unités de mobilisation populaire de l’Irak Abu Mahdi al-Muhandis – principal allié de l’Iran en Irak, écrit Daniel DePetris, collaborateur du centre analytique Defense Priorities, dans un article pour le média The National Interest.

9 minutes plus tard, un drone américain MQ-9 Reaper, qui suivait les deux voitures, a attaqué le convoi. Soleimani et al-Muhandis ont été tués. Depuis, le président américain Donald Trump ne cesse de qualifier cette opération de merveilleux exploit.

L’assassinat de Qassem Soleimani a été un événement choquant du point de vue de la politique des États-Unis. Ni George W. Bush ni Barack Obama n’avaient osé le faire, jugeant cette démarche trop risquée. Après le meurtre du général iranien de nombreux experts ont changé d’avis au sujet du chef de l’État américain. L’ancien ambassadeur de France aux États-Unis Gérard Araud a déclaré à Bloomberg News que désormais les Américains étaient complètement imprévisibles. Nathalie Tocci, conseillère de l’ancienne chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini, a qualifié la politique américaine de « plus irréfléchie » qu’au moment d’invasion de l’Irak 17 ans plus tôt.

D’où la question : si la tension dans les relations entre les États-Unis et la Corée du Nord se dégradaient sérieusement, Donald Trump songerait-il à l’élimination d’un haut dirigeant politique ou militaire de la Corée du Nord ? Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un deviendrait-il l’une des victimes potentielles ?

En temps normal une telle question semblerait étrange. Conformément à la législation, les États-Unis ne peuvent pas assassiner des hauts fonctionnaires politiques, sauf si ces derniers ne travaillent pas pour les gouvernements qui participent aux activités militaires dirigées contre Washington. C’est cet argument qui a été invoqué par la Maison blanche après la mort de Qassem Soleimani, qui a été également inscrit par Washington sur la liste des terroristes internationaux. Les États-Unis ont cessé les attentats contre de hauts fonctionnaires étrangers dans les années 1970, après l’interdiction d’une telle tactique par le président américain Gerald Ford.

Un attentat contre des dirigeants de pays dotés de l’arme nucléaire relève d’une pure folie. Même si l’arsenal nucléaire de la Corée du Nord n’est pas comparable à celui d’autres puissances nucléaires comme la France (30 ogives nucléaires), le Royaume-Uni (215 ogives nucléaires) ou le Pakistan (150 ogives nucléaires). Pyongyang possède entre 30 et 60 ogives nucléaires, ce qui est incomparable avec l’arsenal nucléaire américain (plus de 6.000 ogives).

Cependant, une arme nucléaire est une arme nucléaire. Le lancement d’une seule ogive entraînerait un immense préjudice, la mort de centaines de milliers d’individus, la paralysie politique et la panique au sein de la population. Ce n’est pas une voie qu’oserait suivre un dirigeant responsable. Tout président devrait d’abord se demander si l’assassinat d’un ministre, d’un général ou du dirigeant de la Corée du Nord vaudrait les conséquences et le préjudice pour la réputation subis suite à cette décision odieuse.

Conclusion : le meurtre du général d’un pays qui ne dispose pas de l’arme nucléaire est une démarche très risquée. Cependant, ce risque est d’autant plus grand s’il s’agit de l’assassinat d’un haut fonctionnaire d’un pays qui possède l’arme la plus meurtrière du monde.

Source : Observateur continental

http://french.almanar.com.lb/1622942


 

CORÉE DU NORD : COMMENT KIM A ROULE TRUMP DANS LA FARINE

Par Le 09/12/2019

Comment Kim Jong-Un a roulé Donald Trump dans la farine

Par

 Sam Boton

 -

   (Tout le monde en parle) 

1

FacebookTwitterLinkedInGmailTelegramWhatsAppPartager

Kim Jong-un avec des militaires nord-coréens. KCNA/Reuters
 

En Corée du nord, un événement important semble s’être produit en l’espace de quelques jours. Alors que Kim Jong-Un a mis en scène sa visite sur un lieu considéré comme sacré par le peuple nord-coréen, des échanges tendus ont eu lieu par presses interposées, entre les européens et Pyongyang d’une part et entre Donald Trump et les autorités nord-coréennes d’autres parts.

Et pour cause, la Corée du nord a peu apprécié les récentes critiques des européens concernant les derniers tests de missile du pays. Il faut rappeler que l’Europe considère ses tirs comme dangereux pour la sécurité mondiale et ont appelé à maintenir les sanctions contre le pays déjà durement éprouvé par les sanctions américaines et internationales. «C’est encore une provocation grave contre la Corée du Nord », a affirmé l’ambassadeur Kim Song qui affirme que les européens jouent les « chiens de garde des États-Unis »

Remise en cause de la dénucléarisation et grande annonce

Une déclaration qui a poussé la Corée du nord à retirer la question de la dénucléarisation de la table de négociation. Un acte qui remet en cause toute la stratégie du président américain qui voulait encore croire en la dénucléarisation de la péninsule assumant sa tactique de rapprochement avec le leader du pays communiste.

Plus récemment, Pyongyang avait également vivement critiqué le président Trump après l’utilisation du sobriquet “homme fusée” qui rappelle les moments de tension entre lui et Kim Jong-Un. Pour couronner le tout, le pays a annoncé ce samedi avoir fait un test très important sur une base qu’ils avaient promi fermer. Est-ce là un test qui confirmera le statut de puissance nucléaire du pays? Rien n’est encore sûr.

https://lanouvelletribune.info/2019/12/comment-kim-jong-un-a-roule-donald-trump-dans-la-farine/


 

LA CORÉE DU NORD N'EST PAS INTÉRESSÉE PAR UN NOUVEAU SOMMET INUTILE AVEC LES ETATS-UNIS

Par Le 18/11/2019

 
 
 

La RPDC n'est pas intéressée par un nouveau sommet inutile avec les Etats-Unis

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2019-11-19 à 03:45
 

PYONGYANG, 18 novembre (Xinhua) -- Un responsable de la République populaire démocratique de Corée (RPDC) a déclaré lundi que Pyongyang n'était pas intéressé par un nouveau sommet entre la RPDC et les Etats-Unis, dans la mesure où celui-ci "n'apporterait rien" à son pays.

Kim Kye Gwan, un conseiller du ministère des Affaires étrangères de RPDC, a déclaré avoir appris que le président américain Donald Trump avait appelé dimanche sur Twitter à un nouveau sommet RPDC-Etats-Unis, selon un communiqué publié par l'Agence de presse centrale coréenne (KCNA), l'agence de presse officielle de RPDC.

"Je suis le seul à pouvoir vous amener là où vous voulez aller. Vous devriez agir rapidement et conclure un accord. A bientôt !", a déclaré M. Trump à Kim Jong Un, dirigeant suprême de RPDC.

Kim Kye Gwan a cependant indiqué que les trois séries de rencontres au sommet et de pourparlers organisées entre la RPDC et les Etats-Unis depuis juin 2018 n'avaient apporté aucune amélioration particulière aux relations entre les deux pays.

"Les Etats-Unis ne cherchent qu'à gagner du temps en prétendant avoir accompli des progrès dans le règlement du problème de la péninsule coréenne", a-t-il déclaré.

Le conseiller a souligné que la RPDC n'avait encore rien reçu en retour de ces sommets. En conséquence, "nous ne ferons plus au président américain aucun cadeau dont il puisse se vanter ; nous voulons obtenir quelque chose en contrepartie", a-t-il ajouté.

"Si les Etats-Unis veulent vraiment poursuivre le dialogue avec la RPDC, il leur faudra prendre des décisions plus audacieuses et renoncer à leur politique hostile à l'égard de la RPDC", a-t-il déclaré.

La Corée du Sud et les Etats-Unis ont par ailleurs annoncé dimanche avoir décidé de remettre à plus tard un exercice militaire conjoint prévu pour la fin du mois, et ce afin de pouvoir consolider leur dialogue avec la RPDC.

Pyongyang avait en effet critiqué cet exercice militaire comme hostile à la RPDC, soulignant qu'il ne ferait que nuire aux nouvelles négociations sur la dénucléarisation de la péninsule coréenne. Fin

http://french.xinhuanet.com/2019-11/19/c_138565018.htm


 

COREE DU NORD : ROYAL COUP ASSENE PAR KIM NON SEULEMENT AUX USA FRAPPES DANS LEUR JARDIN, MAIS AUSSI ET SURTOUT A « ISRAËL »

Par Le 31/10/2019

L'armée égyptienne construit un arsenal indépendant des USA à l'aide de l'axe Moscou/Pyongyang?

Mon Oct 28, 2019 10:06AM [Updated: Tue Oct 29, 2019 05:09AM ]

Une lance-roquette de fabrication nord-coréenne.(Archives)

Une lance-roquette de fabrication nord-coréenne.(Archives)

Qui aurait cru que Kim frappe les USA en son pré-carré. Alors que les États-Unis ont fait voler ce dimanche deux bombardiers stratégiques B-52 au-dessus de la mer de Chine orientale, non loin de l'espace aérien de la Corée du Nord, et ce, en représailles aux tests balistiques largement réussis de la Corée du Nord, Washington Post nous apprend que Pyongyang aurait signé un accord avec l'Égypte pour lui livrer des missiles! À en croire le journal, al-Sissi qui s'est fait démarquer cette semaine par ce spectaculaire rapprochement avec la Russie en ouvrant le ciel égyptien aux éléments de la DCA russe, dans le cadre des « exercices de défense aérienne "Arrow of Friendship" 2019 », aurait caché le contrat aux Américains par "crainte des sanctions".

PressTV-USA : Kim passe à l'offensive!

PressTV-USA : Kim passe à l'offensive!

L’agence de presse officielle nord-coréenne KCNA rapporte ce dimanche que le leader nord-coréen Kim Jong-un avait supervisé samedi des essais de lance-roquettes multiples à longue portée et d’armes tactiques guidées.  

Quoi qu'il en soit, si l'info s'avère telle qu'elle est décrite par le journal américain, il convient d'y voir un royal coup asséné par Kim non seulement aux USA, mais aussi et surtout à Israël. Car on sait comment l’Égyptien est aux prises avec le terrorisme version daechiste au Sinaï, un terrorisme créée et nourri par les services secrets israéliens et qui a pour mission, d'abord, d'épuiser l'armée égyptienne et ensuite justifier les ingérences militaires israélo-égyptiennes dans cette vaste contrée où le Deal du siècle ambitionnait loger les Palestiniens de Gaza. Que la Corée du Nord livre donc des missiles au Caire pour lutter contre Daech de Sinaï et ce, à l'insu des USA, c'est là un coup de maître qui rappelle une nouvelle fois aux maîtres de la Maison Blanche de ne jamais sous-estimer leur adversaire. Surtout que Kim a à plus d'une reprise manifesté sa haine et son aversion contre Israël.  

Se référant à cette information, The Washington Post a écrit dans son édition du 26 octobre : « Des documents internes du gouvernement égyptien montrent que des autorités égyptiennes se démènent pour détruire certaines lettres officielles après que des agences d'espionnage américaines aient découvert un stratagème visant à transporter clandestinement une cargaison militaire nord-coréenne en Égypte, et ce, au mépris des sanctions internationales. »

« De nouveaux documents indiquent le rôle apparent de l'armée égyptienne dans l'achat de 30 000 mortiers trouvés dans un cargo nord-coréen il y a trois ans. Le navire se dirigeait vers un port en Égypte situé sur le canal de Suez et, après sa saisie, les Nations unies ont parlé de la plus importante saisie d'armes de l'histoire des sanctions nord-coréennes », selon le journal.

La DCA russe active en Egypte?

La DCA russe active en Égypte?

Les premiers exercices conjoints de défense aérienne Arrow of Friendship 2019 ont débuté en Égypte, a annoncé dimanche le district militaire sud de la Russie.

Selon The Washington Post, l'accord entre Le Caire et Pyongyang qui a permis une première livraison de missiles à l'Égypte, serait toujours en vigueur : " À Washington, des membres de l’administration américaine s'inquiètent du rapprochement du Caire avec Pyongyang, un pays qui demeure malgré tout un important client des armements US, mais qui a tendance de plus en plus à se fournir auprès de la Russie, et maintenant auprès de la Corée du Nord.

The Washington Post a publié pour la première fois la nouvelle de l’achat égyptien d’armes nord-coréennes en octobre 2008 et de sa livraison maritime au moment où des tentatives se multiplient pour des actes de piratage visant le trafic maritime mondial. En été, les Américains ont saisi un pétrolier iranien à Gibraltar sous prétexte d'avoir à contrer les tentatives iraniennes de fournir la Syrie en pétrole sous sanction US. Le cas égyptien, évoqué sous le label "révélation" par le journal américain, répond à cette même logique. La presse américaine a déjà rapporté que l’armée égyptienne avait tenté d’acheter à la Corée du Nord, souvent, des armes, des munitions et des connaissances pour la fabrication de produits de l’industrie militaire égyptienne, mais elle a été contrecarrée par les Américains qui ont peur de l'émergence d'une armée égyptienne dépositaire d'un arsenal dépassant les capacités de l'armée israélienne. Aussi c'est avec inquiétude que l'axe Tel-Aviv-Washington a réagi aux informations concernant les exercices aériens conjoints égypto-russes. 

PressTV-Israël ressort ses Spyder contre l’Égypte!

PressTV-Israël ressort ses Spyder contre l’Égypte!

Le déploiement par Israël des systèmes de missile Spyder, aux alentours du barrage éthiopien de la Renaissance, n’est pas allé non sans attiser la tension entre ce régime et l’Égypte.

Dimanche 27 octobre, le porte-parole des forces armées égyptiennes a annoncé que "des éléments des forces de défense antiaérienne russe sont arrivés en Égypte pour participer aux activités de formation conjointes égypto-russes de la défense antiaérienne (Arrow Friendship-1), organisées par l'Égypte pour la première fois entre les deux parties".

https://www.presstv.com/Detail/2019/10/28/609753/Afrique-un-trio-EgypteRussieCore-du-Nord


KIM REMPORTE UN DÉFI IMMENSE : LE TEST DU MISSILE BALISTIQUE A CAPACITÉ NUCLÉAIRE, PUKKUKSONG-3 TIRE D’UN SOUS-MARIN DE NOUVELLE GENERATION

Par Le 08/10/2019

"Savoir dire "non" aux USA, Téhéran et Pyongyang devront nous l'apprendre"(Atwan)

Mon Oct 7, 2019 11:33AM

Les médias nord-coréens ont publié cette photo du "nouveau type SLBM Pukguksong-3" tiré dans les eaux au large de la baie de Wonsan, dans l'est de la mer de Corée, en octobre 2019. ©AFP

Les médias nord-coréens ont publié cette photo du "nouveau type SLBM Pukguksong-3" tiré dans les eaux au large de la baie de Wonsan, dans l'est de la mer de Corée, en octobre 2019. ©AFP

Aucun analyste occidental ne l'a vu venir. Le dernier essai balistique de la Corée du Nord a impliqué un tir d’un missile balistique de portée intermédiaire à capacité nucléaire lancé à partir d’un submersible de nouvelle génération de construction locale. Pyongyang a donc remporté haut la main un défi immense : le test du Pukkuksong-3 à partir d’un sous-marin de nouvelle génération, marquant là son entrée dans le club très fermé des pays disposant de capacités de lancement de missiles balistiques nucléaires à partir de submersibles. Et bien cet essai a assommé bon nombre d’observateurs occidentaux qui traitent la Corée du Nord comme un "pays arriéré" disposant au mieux d’"un arsenal obsolète", état que " les sanctions US ne cessent d'empirer". Une image que ces mêmes pays occidentaux tentent de coller à l'Iran et à l'axe de la Résistance. La prouesse balistique nord-coréenne intéresse de près toutes les composantes de cet axe. 

Dans son nouvel éditorial, le journal en ligne Rai al-Youm a salué la position de l'Iran et de la Corée du Nord envers le maximalisme américain.

Se rapportant au dernier fiasco des négociations Corée du Nord/États-Unis en Suède, le journal écrit que « Pyongyang a lancé un défi au président américain Donald Trump et a décidé de tenir tête à Washington. L'Iran fait de même pour sa part, si bien qu’il a réussi à faire capituler l'Amérique, ce dont devraient tirer des leçons les Arabes. »

Le tir du SLBM achève la création de la deuxième composante de la dissuasion nucléaire nord-coréenne. ©Strategika51

Pour ce qui est de l’échec des récentes négociations Pyongyang/Washington, l’auteur fait allusion à la position de force des Nord-Coréens face aux Américains, en mettant en cause la politique des régimes arabes de la région :  « La Corée du Nord a suspendu les pourparlers avec Washington en Suède et ne tarde pas à tester par la suite de nouveaux missiles balistiques afin de défier le président américain Donald Trump. Les USA se sont fait piéger par les Nord-Coréens au pire moment. Alors que Trump fait face à une possible motion de censure, Pyongyang a annoncé la suspension des pourparlers avec les États-Unis sur son programme nucléaire, fournissant aux ennemis de Trump un argument de plus sur le fiasco qu'a été le bilan de la Maison-Blanche en termes de politique étrangère". 

USA: le coup de grâce de Kim

USA : le coup de grâce de Kim

La nouvelle tentative de renouer le dialogue USA/Corée du Nord est tombée à l'eau. Pyongyang juge Washington responsable de l'échec des pourparlers.

Signe de succès, « c'est Pyongyang qui a prévenu Washington, qui lui a lancé un ultimatum et non l'inverse! Comme l'a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères de la Corée du Nord, Pyongyang donnera aux États-Unis jusqu'à la fin de cette année pour faire des propositions acceptables sur les problèmes qui se posent entre les deux pays. Ce faisant, la Corée du Nord apprend d’une certaine façon aux pays de l’Asie de l'Ouest à rester déterminants et forts face aux États-Unis. Cette leçon est destinée à tous les pays de la région à part un seul : l'Iran. En termes de supplications US à son adresse, l'Iran n'a non plus rien à envier. Au fait le dernier test de Pyongyang est bien révélateur : le missile Pukkuksong-3 lancé lors du dernier test nord-coréen a non seulement échappé à la surveillance satellitaire et aérienne assurée 24h/24 par les pays hostiles à la Corée du Nord, mais a suivi une trajectoire des plus étranges qu’aucune station de contrôle n’a pu suivre. Ce missile dont on ignore la portée aurait donc non seulement des capacités de “Mirvage” (têtes multiples à entrées indépendantes dans l’atmosphère en phase de ré-entrée), mais également à évader les systèmes d’interception ABM ennemis. C'est un peu comme les coups que font les Iraniens à l'oncle Sam et à ses acolytes ».

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/10/07/608063/Teheran-Pyongyang-symboles-de-la-Resistance


 

LA COREE DU NORD, CARTE ROYALE DE LA CHINE ?

Par Le 07/05/2019

«Iskander nord-coréens» menaceraient les USA mais aussi et peut-être Israël

Mon May 6, 2019 8:18AM

Le leader nord-coréen surveille un tir de missile en 2018. ©NBCNEWS

Le leader nord-coréen surveille un tir de missile en 2018. ©NBCNEWS

Il y a quelque temps, les États-Unis ont annoncé avoir déployé des batteries de missiles THAAD au sud de la Palestine occupée puis presque simultanément en Arabie saoudite, mesure destinée à "renforcer la défense antimissile" d'Israël et de l'Arabie saoudite face à "l'Iran et à ses proxies" dans la région. Les analystes politiques y ont vu toutefois plus qu'une démarche exclusivement destinée à "contrer l'axe de la Résistance" puisque le système THAAD reste intégré au bouclier antimissile OTAN/USA déployé en Europe de l'est ( braqué sur la Russie) ainsi qu'au système antimissile US à Diego Garcia en océan Indien qui vise les intérêts chinois. La Chine et la Russie sont-elles indifférentes à ces menaces qui impliquent directement l'axe Riyad-Tel-Aviv et qui ciblent la présence croissante de la Chine et de la Russie au Moyen-Orient? Si Moscou détient désormais des troupes dans la région quitte à y défendre militairement ses intérêts, ce n'est pas encore le cas de Pékin. Mais Pékin a une carte royale, la Corée du Nord.  

PressTV-Israël: THAAD braqué sur la Russie?

PressTV-Israël: THAAD braqué sur la Russie?

Après Israël et l’Arabie saoudite, c’est au tour de la Roumanie d’abriter le système de défense antimissile américain THAAD, plus proche que jamais des frontières russes.

À peine quelque jours après sa rencontre avec Poutine à Vladivistock et au terme de ses entretiens avec le président Xi Jinping à Pékin, le Leader nord-coréen, Kim jong-Un a lancé un violent défi à l'adresses des États-Unis en assistant en personne aux essais d’armes « tactiques », arme similaire au système balistique russe 9K720 Iskander. Les analystes ont affirmé que ces essais significatifs de Pyongyang laissent entendre à la partie américaine que même en l’absence de ses missiles balistiques, la Corée du Nord serait capable de viser les cibles américaines dans n’importe endroit dans la péninsule de Corée. Kim veut dire en réalité à Trump que sa patience arrive à bout et il ne reste pas beaucoup de temps pour sa volte-face. Mais il y a peut-être plus que cela

L'agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA) a publié les 16 photos des tests de «lance-roquettes multiples de gros calibre et d'armes tactiques guidées par des unités de défense. Pour les experts, il y a là un message totalement clair que la Corée du Nord veut envoyer aux Américains : Pyongyang a la capacité de tenir bon face aux menaces des États-Unis et leurs alliés régionaux, même s’il n’accédait pas à ses missiles balistiques intercontinentaux.Toujours selon les experts, cette «arme tactique guidée» et testée par Pyongyang pourrait désormais être produite en série pour être mise à la disposition de l’Armée populaire de la Corée du Nord. 

Ces mêmes experts soulignent surtout  les caractéristiques et les capacités de la nouvelle arme qui se rapproche du système balistique russe 9K720 Iskander surtout en termes de portée laquelle peut varier d'une toute petite distance de 50 à 60 km à 500 km. La nouvelle arme peut également modifier l’angle d’attaque au dernier tronçon. Or un tel système est parfaitement apte à neutraliser le système THAAD ou des systèmes antimissiles similaires de l’armée américaine. Soit des systèmes que les Américains tendent à planter partout y compris en Israël et en Arabie saoudite. 

La semaine dernière, la visite d'une délégation nord-coréenne en Syrie a suscité de nombreux commentaires sur le ralliement de la Corée du Nord à l'axe formé au Moyen-Orient par la Syrie, l'Iran et la Russie auquel participe désormais plus activement la Chine. 

PressTV-USA : Kim passe à l'offensive!

PressTV-USA : Kim passe à l'offensive!

L’agence de presse officielle nord-coréenne KCNA rapporte ce dimanche que le leader nord-coréen Kim Jong-un avait supervisé samedi des essais de lance-roquettes multiples à longue portée et d’armes tactiques guidées.  

Selon des sources proches des négociations, la délégation nord-coréenne aurait évoqué en présence des interlocuteurs syriens la possibilité d'une optimisation des systèmes S-200 syriens, lesquels ont largement contribué à contrer l'aviation israélienne depuis 2011. Ces mêmes sources n'écartent pas non plus le possible transfert de nouveaux missiles tactiques nord-coréen en Syrie, là où ils pourraient être employé à l'effet de neutraliser le THAAD israélien ou saoudien. D'autant plus que l’essai des lance-roquettes multiples à longue portée ne fait pas l’objet des sanctions américaines. Mais quoiqu'il en soit l'émergence du facteur nord-coréen dans le conflit en Syrie est une très mauvaise nouvelle pour les Etats-Unis qui semblent avoir totalement raté leurs chances de compromis avec Pyongyang. Si la Russie et ses capacités balistiques livrées à la Syrie pourront à tout moment faire l'objet de compromis entre Moscou et Tel-Aviv, il n'en est pas de même pour les capacités balistiques que la Corée du Nord pourraient livrer à Damas. On y voit les prémices d'une subtile manœuvre de Pékin qui commence à peser plus lourd au Moyen-Orient  par Corée du Nord interposé, note un expert des questions militaires joint par Mashregh News. 

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/05/06/595220/Iskander-nordcoren-menacerait-les-USA


 

COMMENT LE COMMUNISTE NORD COREEN KIM JONG-UN A "DESARME" LE FASCISTE PRESIDENT US TRUMP

Par Le 01/03/2019

Comment Kim Jong-un a trompé Trump à Hanoï

Fri Mar 1, 2019 6:35PM

Sommet entre Kim Jong-un et Donald Trump, respectivement leader nord-coréen et président des États-Unis, le 28 février 2019, à Hanoï au Vietnam. ©AP

Sommet entre Kim Jong-un et Donald Trump, respectivement leader nord-coréen et président des États-Unis, le 28 février 2019, à Hanoï au Vietnam. ©AP

Le président américain est rentré les mains vides du sommet de Hanoï avec Kim Jong-un. Pour la simple raison que le dirigeant nord-coréen, en faisant preuve d’une adresse et d’une fermeté à toute épreuve, a conditionné tout dialogue au sujet de la dénucléarisation de Pyongyang à une levée de toutes les sanctions économiques contre son pays.

Le journal Rai al-Youm, basé à Londres, estime que le président américain a eu tort de prendre le dirigeant nord-coréen pour un pigeon dont il pourrait se servir pour détourner l’opinion publique des multiples crises auxquelles il est confronté à Washington.

Le journal écrit :

« Cette ferme position de Kim s’explique par le soutien des autorités chinoises, à l’origine de l’échec du sommet. Agissant dans les coulisses, elles ont ainsi infligé une gifle à un Trump qui est en pleine guerre commerciale avec Pékin.

Si nous doutons du succès du sommet américano-nord-coréen, ce n’est pas parce que nous pouvons lire l’avenir dans le marc de café, mais parce que nous sommes d’avis que Kim Jong-un est bien conscient que renoncer à ses armes nucléaires le conduira au même sort que Saddam Hussein et Mouammar Kadhafi. »

PressTV-Kim: les USA mis échec et mat

PressTV-Kim : les USA mis échec et mat

Les négociations entre la Corée du Nord et les États-Unis au Vietnam ce jeudi 28 février se sont terminées sans accord et plus tôt que prévu.

« Trump, qui a fait 22 heures de vol pour participer au sommet, tâche à présent de se consoler en se disant que Kim lui a promis de ne pas procéder à de nouveaux essais nucléaires ou balistiques. Il disait sans doute vrai, car à l’heure actuelle, Pyongyang dispose d’un nombre suffisant d’ogives nucléaires et de missiles balistiques pour prendre pour cible le sol américain et n’a donc pas besoin d’une quantité plus importante d’armes », écrit Rai al-Youm.

« Nous sommes donc sur la même longueur d’onde avec ceux qui soulignent que le dirigeant nord-coréen, opposé à la dénucléarisation de son pays, a tiré profit de l’inintelligence du président américain », a conclu le journal.

Kim a désarmé les Etats-Unis

Kim a désarmé les Etats-Unis

Le président des États-Unis, qui avait précédemment insisté sur la nécessité du désarmement nucléaire nord-coréen, a déclaré à la veille d’une réunion avec Kim Jong-un que Washington était satisfait de l’arrêt des essais nucléaires nord-coréens.

https://www.presstv.com/DetailFr/2019/03/01/589898/Pyongyang-Trump-sestil-fait-avoir