COREE DU NORD

ICBM DE KIM : VERS UN PREMIER PROJET MILITAIRE CONJOINT IRAN-COREE DU NORD?

Après la levée de l'embargo anti-Iran, quel pourrait être un 1er projet militaire conjoint Iran-Corée du Nord?

 
US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

 

Ce tir de missile de croisière antinavire Jask-2 à partir du sous-marin iranien Ghadir continue à ébahir les puissances « orientales ». Qu'un tout petit sous-marin invisible aux radars et capable de reposer des heures au tréfonds des mers parvienne à tirer en immersion un puissant missile de croisière cela ne pourrait qu'intéresser la Chine en plein face-à-face avec la marine US en mer de Chine ou encore la Corée du Nord, à qui les agissements militaires US et alliés paraissent de plus en plus alarmants. « L'Iran a réussi à améliorer la portée du missile de croisière Jask-2, tiré désormais, depuis le sous-marin Ghadir, un bâtiment construit sous sanction et par les moyens nationaux », avait constaté en août Rodong Sinmun, l'organe du parti communiste que cite Russia Today.

« Entre l'Iran et la Corée du Nord, puisque bientôt l'embargo anti-Iran sera levé, il y a beaucoup de choses à être échangées. Pyongyang dévoilera en effet et à l'occasion du 75e anniversaire du Parti au pouvoir sa nouvelle arme stratégique, soit le missile balistique intercontinental Hwasung-15. En effet, l'Iran dispose d'un satellite militaire de lancement efficace, doté d’un lanceur à réaction rapide et partant pourrait à tout instant être intéressé par une arme ICBM, propre à détruire les satellites US dans la région. C'est à peu près ce qui explique l'intérêt que l'Iran pourrait apporter aux ICBM nord-coréens. La Corée du Nord a testé en novembre 2017 le Hwasung-15, qui aurait une portée de 13000 kilomètres. Les évaluations des forces américaines en Corée du Sud ont reconnu l'année dernière que ce missile peut frapper n'importe quel point aux États-Unis. Le missile Nour-1 que l'Iran a mis en orbite basse en avril, avec un lanceur Qassed, pourrait servir de base à un ICBM. Hwasung-15 est à même d'attiser l'intérêt de l'Iran tout comme Jusk-2 qui attire visiblement les Nord-coréens », avait continué le média russe. 

Ce mardi, un autre média russe revient à la perspective de coopération militaire Iran-Corée du Nord, cette fois en faisant état de deux sous-marins « capables de tirer des missiles balistiques » que les Nord-coréens auraient construits. 

« Les premiers rapports sur les préparatifs de la Corée du Nord pour la construction de sous-marins dotés de missiles balistiques avancés sont apparus en 2016 », dit le média en allusion aux propos de Kim Jong-un prononcé à l'occasion du 75eme anniversaire de l'indépendance : « Nous continuerons à renforcer notre armée, à des fins d'autodéfense et de dissuasion », a lancé à la foule le leader nord-coréen, dans un discours retransmis en différé par la télévision d'État. « Si vous n'avez pas la force, vous devrez essuyer les larmes et le sang qui couleront de vos deux poings serrés », a-t-il ajouté.

Et le média de poursuivre :  « En effet il s'agit d'un projet que l'Iran a concrétisé tout récemment en testant des missiles balistiques antinavires. Y-a-il une connexion? Possible. "Zolfaqar Bassir" est le nom du récent missile balistique antinavire iranien de 700 kilomètres de portée que l'Iran a testé  non loin de ses côtes en août. L'exercice a succédé de peu "Zolfaqar-99" des forces navales iraniennes pendant lequel l'Iran a procédé au tir en immersion d'un missile de croisière antinavire Jask-2 à partir de son sous-marin furtif Ghadir. Tout ceci les Nord Coréens semblent y être intéressés et de plus en plus.

Surtout depuis que l'embargo sur le commerce des armes avec l'Iran a été levé et que les Iraniens commencent à étendre leurs horizons. En août dernier, Pyongyang a effectué cinq essais en plusieurs semaines avec des transporteurs et des missiles balistiques à plus courte portée. Ces missiles ont volé environ 400 km. En tout, il y a eu 13 tests de missiles l’année dernière. Le nouvel ICBM présenté par la Corée du Nord «semble être un dérivé de ce qui a été testé fin 2017, connu sous le nom de Hwason-15, mais il est bien plus gros et clairement plus puissant que n’importe quoi d’autre qui soit dans l’arsenal de la République nord-coréenne. ». 

Il va sans dire que l'Iran pourrait bien être intéressé par la technologique d'ICBM, soit une technologie dont un premier pas a été franchi en avril dernier quand l'Iran a mis en orbite son premier satellite. Tout comme Pyongyang qui apprécie visiblement la technologie iranienne. Outre le projet Jask, les Nord-coréens se montrent intéressés par les récents exercices aériens de l'Iran où les hélicoptères Mi-17 de la Force aérospatiale du Corps des gardiens de la Révolution islamique, équipés de systèmes de vol de nuit et de lance-roquettes, ont mené des opérations d’invasion amphibies des commandos marine. Voici genre de chose qui pourrait intéresser à la marine nord-coréenne.

https://french.presstv.com/Detail/2020/11/03/637813/Cor%C3%A9e-du-Nord-missile-balistique-sous-marin-ICBM

 

GHADIR, LE 1er SOUS-MARIN IRANIEN DE PYONGYANG ?

1er sous-marin iranien à frapper l'US Navy en péninsule coréenne?

 
US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le sous-marin iranien de classe "Fateh". ©YJC/Illustration

Fin septembre la presse nord-coréenne a commenté avec beaucoup d'intérêt le projet Jask-2, qui s'est illustré par un tir en pleine immersion du missile de croisiere Jask-2 à partir des sous-marins furtifs iraniens. L'un de ces sous-marins capables de se poser pendant une longue période au fond de la mer en attendant que le navire ennemi passe est Ghadir. Sera-t-il le 1er bâtiment iranien à trouver le chemin de la peninsue coréenne ? 

Selon les experts, les deux exemples réussis de sous-marins iraniens « Ghadir » et « Fateh », ont la capacité d’être exportés et d’être sortis sur les marchés mondiaux, car tous deux ont utilisé les dernières technologies de pointe dans le domaine sous-marin.

Le sous-marin semi-lourd « Fateh », conçu et fabriqué de A à Z en Iran, et qui a pris part pour la première fois aux exercices conjoints Zolfaqar-99 de l’armée iranienne sera bientôt exporté à l’étranger. Mais quelles sont les caractéristiques du sous-marin « Fateh » ?

Le sous-marin Fateh pèse 527 tonnes et comporte plus de 412 000 pièces. Il est le fruit du travail effectué par des spécialistes de l’Organisation de l’industrie maritime du ministère de la Défense, de la Force navale de l’armée, des universités et des sociétés de la connaissance.

Équipé de 12 types de sonars, actifs et passifs, le Fateh a la capacité de fouiller ses alentours et détecter tout agissement en profondeur. Grâce à ses mesures de soutien électronique (MSE), une branche des télécommunications militaires qui s’occupe de la guerre électronique, le Fateh peut mesurer les caractéristiques radioélectriques émises par les navires, les hélicoptères, les sous-marins et d’autres sources et se prépare ainsi à s’engager dans un conflit pour se défendre ou défendre des navires iraniens. 

Le sous-marin « Fateh » est capable de tirer des missiles sol-air et des missiles à épaule ou missile portable sol-air sur une cible spécifique, et si besoin est, il est en mesure de transférer des forces de commando au point d’opération.

Le sous-marin iranien peut transporter des missiles subsurface, des missiles sol-air ainsi que des commandos. Le vaisseau est capable de tirer, à partir de quatre rampes, des torpilles d’un diamètre de 533 millimètres et transporter huit mines navales et deux torpilles de réserve.

Bien sûr, une autre caractéristique de ce sous-marin est d’être équipé des systèmes de tir et de guidage de missiles de croisière subsurface-surface, grâce auxquels toutes les cibles au niveau de la mer n’ont pas d’échappatoire au conquérant (Fateh) iranien.

En raison de ses caractéristiques stratégiques, ce sous-marin est capable de mener des opérations de guérilla et grâce aux dimensions de sa coque et de son hélice et l’intelligence des appareils et des systèmes, il est capable d’entrer dans les ports et les zones côtières limitées et de déplacer les commandos marins de l’armée vers ces zones.

Et plus intéressant encore, les scientifiques iraniens ont utilisé 76 technologies de pointe mondiales pour la construction de ce sous-marin, dont certains comprennent des systèmes de sonar avancés, la dérive électrique, la gestion de bataille combinée, le système de guidage de missiles subsurface-surface, le guidage des torpilles, les guerres électroniques et de télécommunications, des systèmes de télécommunication sécurisés et intégrés et de nombreux autres systèmes modernes et sophistiqués.

Quelle est la tâche du sous-marin « Fateh » dans d’éventuels conflits ?

En cas d’attaque possible de l’ennemi, le sous-marin « Fateh » peut faire exploser des mines sur les côtes et les frontières maritimes déterminées en utilisant la station de transport de 8 mines maritimes, et en cas d’attaque amphibie sur les côtes du pays, il peut affronter l’ennemi en tant qu’unité d’avant-garde à une distance appropriée. Bien entendu, en temps de paix, ce sous-marin est également chargé de mener des opérations de reconnaissance et de collecte de renseignements.

Mais sa caractéristique primordiale est son système de tir et de guidage de missiles de croisière subsurface. Aucune cible circulant à la surface de l’eau ne peut donc lui échapper.

COREE DU NORD/IRAN : PREMIER ECHANGE POST EMBARGO ?

Fin de l'embargo sur les armes : quelle composante de l'arsenal iranien intéresserait la Corée du Nord?

 
 

Le méga ICBM nord-coréen exposé lors du défilé du 10 octobre. (Archives)

D'ici 3 jours, à savoir le 18 octobre 2020  la technologie militaire iranienne s'ouvrirait au monde et il y a des puissances avérées qui s'intéressent à cette ouverture car tout compte fait les pays souverains et hostiles à la politiques impérialistes US, commencent à se multiplier : Le défilé militaire géant de la Corée du Nord a présenté un arsenal fort intéressant.

Il a fait rouler son missile balistique Hwasong-15 et un missile balistique intercontinental géant qui a dû être tracté sur un véhicule de transport à 11 essieux, une «arme stratégique» propre à basculer bien des équations. En août dernier, Pyongyang qui vient tout l'Iran tirer leçon de son amère expérience d'avoir fait confiance dialogique avec les USA, a effectué cinq essais en plusieurs semaines avec des transporteurs et des missiles balistiques à plus courte portée. Ces missiles ont volé environ 400 km. En tout, il y a eu 13 tests de missiles l’année dernière.  The National Interest et expert  a noté que le nouvel ICBM présenté par la Corée du Nord «semble être un dérivé de ce qui a été testé fin 2017, connu sous le nom de Hwason-15, mais il est bien plus gros et clairement plus puissant que n’importe quoi d’autre qui soit dans l’arsenal de la République nord-coréenne. »

Il va sans dire que l'Iran pourrait bien être intéressé par la technologique d'ICBM, soit une technologie dont un premier pas a été franchi en avril dernier quand l'Iran a mis en orbite son premier satellite. Mais Pyongyang intéresserait-il à un armement iranien? Il y a peu l'organe officiel du parti au pouvoir s'étonnait de la performance du missile de croisière antinavire Jask-1 tiré lors des récents manœuvres Zolfaqar en immersion. Mais il y a d'autres innovations iraniennes qui pourrait intéresser les Nord-coréens car après tout l'appui aérien aux combats navals, Pyongyang a toutes les raisons du monde d'y penser : au cours des récents exercices, les hélicoptères Mi-17 de la Force aérospatiale du Corps des gardiens de la Révolution islamique, équipés de systèmes de vol de nuit et de lance-roquettes, se sont montrés capables de soutenir les opérations d’invasion amphibies des commandos marine. En effet, la marine du CGRI est fondée sur trois piliers : flottant, commando et missile. Des unités opérationnelles (drones, aéronautique navale et guerre électronique) ont été formées et une unité subsurface devrait bientôt renforcer la Force marine du CGRI

Ce serait cette unités aéronautique navale qui pourrait intéresser les Nord-coréens surtout qu'elle est composée d'hélicoptères Mi-17, d'aéroglisseurs Bavar ou encore d'hélicoptères 206, 412, d’avions amphibies, soit des éléments absents de l'arsenal nord-coréen. 

Récemment, lors de la livraison en masse de drones de combat et de reconnaissance à la marine du CGRI, les onbservateurs se sont intéressés par un hélicoptère Mi-17 que le CGRI avait équipé d'un lance-roquettes S5 de 57 mm et d'une caméra de vision nocturne

le CGRI avait déjà doté ses Mi-17 de missiles de croisière anti-navires Nour et Qadir, mais de là à les équiper de lance-roquettes et de systèmes de vision nocturne, quitte à les rendre capables de soutenir les opérations de combat amphibies des forces spéciales et des fusiliers de la marine, ce fut une innovation inouïe qui n'a pas échappé aux observateurs nord-coréens. car ces hélicoptères pourront transporter des équipements et des effectifs jour et nuit, dans toutes les conditions météorologiques. Ils seront utilisés dans des opérations d'invasion amphibie pour protéger les îles du golfe Persique

En échange, les Iraniens auront toutes les raisons du monde pour s'intéresser au missile massif nord-coréen et surtout à son transporteur-monteur-lanceur (TEL) sur lequel il est monté.  Il s’agit probablement du plus grand ICBM mobile routier au monde et on pense qu’il est à carburant liquide. Le chantier balistique est vaste et l'Iran a déjà investi dans le secteur d'ICBM. C'est ce dont les ennemis de l'Iran ont diablement peur. Mercredi, le PM sioniste a menacé de "perturber" le trafic pétrolier iranien, visiblement trop impressionné par ce non évènement qu'est la normalisation avec les Emirats et Bahreïn. Mais il a même affirmé qu'il n'hésiterait pas à lancer des frappes nucléaires sur l'Iran! Ces délires demandent à être contrés à la lumière des cartes que l'Iran ne tardera pas à jouer : le courant passe merveilleusement entre l'Iran et la Corée du Nord. 

https://french.presstv.com/Detail/2020/10/14/636362/Helicopteres-du-CGRI-%C3%A9quipes-de-roquettes-air-sol

 

AU GRAND DAM DES USA, LA COREE DU NORD RENFORCE SON ARSENAL MILITAIRE. BRAVO KIM!

Pyongyang enrichit son arsenal militaire 

 
 

Cette photo publiée par l’Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA) montre des véhicules lance-roquettes lors d’un défilé militaire organisé sur la place Kim Il-sung à Pyongyang le 10 octobre 2020, pour marquer le 75e anniversaire de la fondation du Parti du travail.

Pyongyang a dévoilé la version nord-coréenne du S-400.

Un système de défense antiaérienne très semblable au S-400 russe a été dévoilé lors de la cérémonie du 75e anniversaire de la fondation du Parti du travail de la Corée du Nord
Ce système de défense antiaérienne à longue portée, qui partage beaucoup de caractéristiques avec le S-400 russe, compte parmi les armes les plus importantes que la Corée du Nord vient d’ajouter à son arsenal. 

De nouveaux radars mobiles ont été également dévoilés lors de cette cérémonie. 
On ne sait pas encore si les nouveaux systèmes anti-missiles nord-coréens sont dotés des radars qui ressemblent à ceux des S-400 ou à ceux du Patriot américain dont la portée atteint les 250 kilomètres. 

Samedi 10 octobre, la Corée du Nord a surpris le monde entier en dévoilant son nouveau missile de croisière lors du récent défilé militaire de Pyongyang. Le « Monstre » nord-coréen est décrit par les analystes comme un défi sérieux pour la Défense américaine et pour la prochaine administration américaine. Ils ont également averti du test de la nouvelle arme par Pyongyang en 2021.

Les analystes ont rapidement convenu que le missile était le plus grand missile à propulsion liquide au monde et qu'il était probablement conçu pour transporter plusieurs ogives dans le système de ciblage indépendant à grande échelle (Mirvage).

Le missile visait clairement à vaincre le système de défense antimissile américain en Alaska, a déclaré l’expert en non-prolifération nucléaire et géopolitique, Jeffrey Lewis, lié à l'Institut Middlebury d'études internationales à Monterey (MIIS).

Il a ajouté sur Twitter que l'ajout d'une ogive au système de missiles revenait beaucoup moins cher en Corée du Nord que celui d'un intercepteur aux États-Unis. 

« Si le missile de croisière porte quatre ou cinq ogives, les États-Unis devront dépenser environ 1 milliard de dollars pour 12 à 16 intercepteurs par missile. Par conséquent, je suis convaincu que la Corée du Nord pourra augmenter ses ogives plus tôt que nous ajoutons des intercepteurs », a dit l’expert de l’Institut Middlebury.

https://french.presstv.com/Detail/2020/10/13/636329/Coree-du-Nord-Patriot-missile-S400-Russie-radars-

 

ICBM : LE MESSAGE DE KIM ?

La Corée du Nord dévoile son "Monstre": un message au prochain président US

 
 

Nouveau missile de croisière nord-coréen, le 10 octobre 2020. ©AFP

Samedi 10 octobre, la Corée du Nord a surpris le monde entier en dévoilant son nouveau missile de croisière lors du récent défilé militaire de Pyongyang. Le « Monstre » nord-coréen est décrit par les analystes comme un défi sérieux pour la Défense américaine et pour la prochaine administration américaine. Ils ont également averti du test de la nouvelle arme par Pyongyang en 2021.

Les analystes ont rapidement convenu que le missile était le plus grand missile à propulsion liquide au monde et qu'il était probablement conçu pour transporter plusieurs ogives dans le système de ciblage indépendant à grande échelle (Mirvage).

Le missile visait clairement à vaincre le système de défense antimissile américain en Alaska, a déclaré l’expert en non-prolifération nucléaire et géopolitique, Jeffrey Lewis, lié à l'Institut Middlebury d'études internationales à Monterey (MIIS).

Il a ajouté sur Twitter que l'ajout d'une ogive au système de missiles revenait beaucoup moins cher en Corée du Nord que celui d'un intercepteur aux États-Unis

« Si le missile de croisière porte quatre ou cinq ogives, les États-Unis devront dépenser environ 1 milliard de dollars pour 12 à 16 intercepteurs par missile. Par conséquent, je suis convaincu que la Corée du Nord pourra augmenter ses ogives plus tôt que nous ajoutons des intercepteurs », a dit l’expert de l’Institut Middlebury.

L’expert américain a cependant prétendu que le missile était cependant si grand et si lourd qu'il est pratiquement inutilisable. Il a par ailleurs tenté de remettre en cause la capacité de la nouvelle arme de Pyongyang, en affirmant que cela n’aurait pour but d’exagérer la capacité militaire de la Corée du Nord sur fond de menaces qui enverraient le message suivant : « Nous avons maintenant un missile de croisière, doté du système de ciblage indépendant Mirvage. Ayez très peur ! »

Les spécialistes de la Corée du Nord tentent de laisser croire que les engins exposés par Pyongyang lors des défilés ne peuvent être que des maquettes et que rien ne prouve qu'ils fonctionnent.

Samedi, le missile était sur un tracteur-érecteur-lanceur qui comprenait 22 essieux, du jamais vu jusqu'à présent. Ce modèle est bien plus grand que les véhicules à 16 essieux fabriqués en Chine et jusqu'à présent utilisés par le Nord.

La chercheuse au sein de l’organisation Open Nuclear Netword, Melissa Hanham a indiqué : « Cet engin est peut-être plus terrifiant que le missile ». 

Peu de temps avant la cérémonie de son investiture en 2017, le président américain, Donald Trump, avait prétendu dans un tweet que la Corée du Nord ne pourrait jamais fabriquer une arme, capable d’atteindre le territoire américain. Mais il a compris aussitôt son erreur.

https://french.presstv.com/Detail/2020/10/12/636200/Pyongyang-montre-les-muscles


 

ICBM : KIM A BIEN EU L' "INVINCIBLE" AMERIQUE !

E-Press du 11 octobre 2020

 30 

Parmi le nouveau matériel militaire présenté lors d’un défilé à Pyongyang marquant le 75e anniversaire du régime communiste, il y avait ce qui semblait être un nouveau missile balistique intercontinental (ICBM) et un nouveau missile balistique lancé par sous-marin (SLBM). ©news-24.fr

Regardez et téléchargez cette vidéo sur Urmedium.com

Au sommaire :

1-Les relations sino-iraniennes plus approfondies que jamais

 Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, qui effectue une visite de deux jours en Chine, a tweeté en chinois samedi 10 octobre que Téhéran et Pékin approfondiraient leurs relations pour mettre en œuvre un programme global de coopération bilatérale de 25 ans.

 «Aujourd'hui, j'ai eu une réunion en face à face fructueuse avec mon bon ami M. Wang Yi, membre éminent du Conseil d'État et ministre des Affaires étrangères de la Chine », a tweeté le très haut diplomate iranien.

Il a ajouté : « Cette rencontre à ce moment précis suffit à montrer que les deux parties attachent une grande importance aux relations bilatérales. »

« Lors de cette rencontre, nous sommes parvenus à un bon consensus sur l'approfondissement des relations bilatérales et la mise en œuvre du programme global de coopération bilatérale de 25 ans, la protection de l'accord nucléaire et l'opposition à l'unilatéralisme », a posté Zarif via l’oiseau Twitter.

Le ministre iranien des Affaires étrangères est arrivé en Chine vendredi 9 octobre et a rencontré samedi son homologue chinois Wang Yi dans la province du Yunnan (sud-ouest de la Chine) pour discuter des questions les plus importantes d'intérêt commun, régional et international.

Source : IRNA

2-Amende record contre Nord Stream 2 

Les opposants au projet Nord Stream 2 ne désarment pas. À mesure que le projet de deuxième conduite du gazoduc reliant la Russie à l’Allemagne via la mer Baltique s’achemine vers sa mise en service, les initiatives pour le faire dérailler se multiplient, quitte à pousser le bouchon trop loin.

Le 7 octobre, l’office polonais de la concurrence et de la protection des consommateurs (UOKiK), qui a le projet dans son collimateur depuis 2016, a infligé une amende de 29 milliards de zlotys (soit 6,46 milliards d’euros) à Gazprom pour avoir bâti sans l’accord de Varsovie ce gazoduc qui ne passe pas par le territoire polonais.

Estimant que le gazoduc « viole l’intérêt des consommateurs » polonais, l’UOKiK donne 30 jours à Gazprom et à ses partenaires européens pour résilier les accords de financement de ce projet, dans lesquels ont déjà été investis 10 milliards d’euros. Une amende d’un montant « sans précédent », près de 10 % du chiffre d’affaires du géant gazier russe (le maximum légal) et qui selon ce dernier témoigne de la volonté de Varsovie de « s’opposer à la mise en œuvre du projet Nord Stream 2 par tous les moyens ».

Source : Sputnik

2-La méga surprise de Kim 

À quoi ressemble la très grosse surprise nord-coréenne de ce mois d’octobre : un très gros ICBM pour missile balistique intercontinental à propergol liquide ou en anglais, Intercontinental ballistic missile.

Première observation : Personne à Pyongyang ne porte de masque et cela semble être un mot d’ordre.

Seconde observation : Le nouveau ICBM est énorme, probablement l’un des plus gros jamais construit. Le tel, c’est-à-dire le (tracteur érecteur lanceur) sur lequel il est porté est encore plus impressionnant avec ses onze axes et ses 22 roues.

Troisième observation : La Corée du Nord dispose d’un nouveau SLBM ou missile balistique lancé à partir d’un submersible, de nouveaux chars de bataille, une variante inconnue du MiG-29 fabriquée localement et de nouveaux MLRS.

La parade a même inclue un « éléphant walk » nocturne regroupant des MiG-29 et des avions d’attaque au sol, suivi par un survol de nuit de Pyongyang.

Quatrième observation : Le nouveau missile géant semble destiné à emporter une charge thermonucléaire de très grande puissance.

Source : Strategika51.org

3- L’OTAN soutient en sous-main Bakou

L’Azerbaïdjan s’appuie sur les membres des services secrets de l’OTAN dans l’ancien Pacte de Varsovie pour mobiliser la presse internationale contre les Arméniens.

Le Nizami Ganjavi International Center, du nom d’un célèbre poète du XIIe siècle, a été fondé à Bakou le 30 septembre 2012.

Son conseil d’administration comprend de nombreuses personnalités politiques du Caucase, des Balkans, d’Europe orientale et des pays baltes. Le Centre est cofinancé par l’Azerbaïdjan et la compagnie Exxon-Mobil.

Dans la revue du Centre Ganjavi datée d’avril 2020, Robert Cekuta, ancien ambassadeur des États-Unis à Bakou (2015-18) annonçait que le moment était venu pour Washington de s’engager au Karabakh.

Source : Voltairenet.org

5-18 banques iraniennes passent sous les sanctions US (entretien)

« Les sanctions imposées par les États-Unis contre 18 banques iraniennes constituent un autre acte criminel du régime américain contre la vie des citoyens iraniens. L’Europe a une lourde responsabilité à cet égard. », a déclaré le représentant permanent d’Iran auprès des organisations internationales à Vienne.

« Les Américains, qui parlent des droits de l’homme, bien qu’ils aient un bilan noir dans ce domaine, ont directement mis en danger la vie des citoyens iraniens et leur droit à la vie. À cet égard, l’Europe ne doit pas se contenter d’exprimer son regret verbal face à ces actions destructrices des États-Unis », a ajouté l’ambassadeur d’Iran auprès des organisations internationales à Vienne.

« L’Europe, si elle est sérieuse dans sa revendication sur la protection des droits de l’homme, a une lourde responsabilité, en termes de lutte contre les violations des droits de l’homme par les États-Unis, et en termes de respect de ses obligations dans le cadre du JCPOA [PGAC, Plan global d'action conjoint] », a ajouté le diplomate iranien.

Gharib Abadi a poursuivi : « L’Iran et les Iraniens feront tout leur possible pour contrer les actions américaines et réduire les effets des sanctions afin que les États-Unis n’atteignent pas leurs objectifs électoraux ou post-électoraux. »

L’économiste belge Xavier Dupret commente la nouvelle décision du Trésor US...

https://french.presstv.com/Detail/2020/10/11/636131/La-m%C3%A9ga-surprise-de-Kim%C2%A0


 

KIM EXPLIQUE POURQUOI LA COREE DU NORD AUGMENTE SON POTENTIEL MILITAIRE

Kim Jong-un (archive photo)

Kim Jong-un explique pourquoi la Corée du Nord augmente son potentiel militaire

© Sputnik . Valeri Melnikov

ASIE

URL courte

Par 

1716122

S'abonner

Le dirigeant de la Corée du Nord a expliqué pourquoi Pyongyang renforçait son armée, en dévoilant de nouveaux missiles stratégiques pendant un défilé militaire dédié au 75e anniversaire du Parti du travail.

Pyongyang augmente son potentiel militaire pour se protéger, elle n’a pas l’intention de frapper la première, a déclaré samedi 10 octobre le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un lors d’un défilé militaire consacré au 75e anniversaire du Parti du travail au pouvoir.

«La Corée du Nord n’augmente pas ses forces armées pour les diriger contre quelqu’un. Nous essayons de nous protéger et n’utiliserons jamais la force les premiers», a indiqué M.Kim, avant de promettre qu’un «châtiment» attend les ennemis de Pyongyang en cas d’attaque.

Le dirigeant n’a pas mentionné les États-Unis dans son discours.

Lors du défilé de ce samedi, la Corée du Nord a dévoilé de nouvelles armes stratégiques. Selon plusieurs spécialistes, le missile balistique intercontinental (ICBM) géant Pukguksong 4-A (Étoile polaire), qui a été présenté sur un véhicule à 11 essieux, serait l'un des plus grands missiles balistiques intercontinentaux mobiles (ICBM) au monde s'il devenait opérationnel.

En mars, les médias ont annoncé que la Corée du Nord avait effectué des essais de nouveaux missiles tactiques

https://fr.sputniknews.com/asie_pacifique/202010101044558280-kim-jong-un-explique-pourquoi-la-coree-du-nord-augmente-son-potentiel-militaire/


 

SELON SEOUL, LA COREE DU NORD A DEVOILE CE SAMEDI UN MISSILE BALISTIQUE INTERCONTINENTAL (ICBM) GEANT

La Corée du Nord dévoile un nouveau missile intercontinental

PHOTO KCNA VIA KNS/AFP

Des missiles balistiques intercontinentaux nord-coréens Hwasong-12 ont été présentés lors d'un défilé militaire marquant le 75e anniversaire de la fondation du Parti des travailleurs, samedi à Pyongyang.

(Séoul) La Corée du Nord a dévoilé samedi un missile balistique intercontinental (ICBM) géant lors d’un défilé militaire à Pyongyang, selon des analystes militaires.

 

Partager   

  •  
  •  
  •  
  •  

CLAIRE LEE
AGENCE FRANCE-PRESSE

Chacun des missiles était tracté sur un véhicule à 11 essieux et Akit Panda, de la Federation of American Scientists, une ONG scrutant les risques liés au nucléaire, a estimé dans un tweet qu’il s’agissait du « plus gros missile mobile à combustion liquide jamais vu à ce jour ».

Le dirigeant nord-coréen Kim Jung-un avait assuré samedi qu’il continuerait de renforcer son armée et soutenu qu’il n’y avait pas un seul cas de coronavirus dans son pays, lors du défilé devant faire étalage de ses dernières technologies de défense.

PHOTO KRT VIA AP

Le dirigeant nord-coréen Kim Jung-un

Ce défilé a été organisé à l’occasion du 75e anniversaire de la fondation du Parti des travailleurs au pouvoir dans le pays doté de l’arme nucléaire.

« Nous continuerons à renforcer notre armée, à des fins d’autodéfense et de dissuasion », a déclaré le leader nord-coréen dans un discours retransmis en différé par la télévision d’État.

La télévision d’État KCTV a montré des escadrons de soldats armés et des véhicules militaires alignés dans les rues de Pyongyang, prêts à marcher vers la place Kim Il-sung, qui doit son nom au fondateur du régime.

PHOTO KRT VIA AP

Aucun des participants ni personne dans le public ne portait de masque, mais il y avait moins de monde que d’habitude sur cette place.

Kim Jong-un a assuré qu’il n’y avait « pas une seule personne » atteinte de coronavirus dans son pays alors que la pandémie a touché le monde entier.

Il a souhaité « une bonne santé à tous les gens à travers le monde qui combattent les maux » de la COVID-19, alors que le président américain Donald Trump, testé positif, a récemment été hospitalisé.

PHOTO KCNA VIA KNS/AFP

Selon l’état-major sud-coréen, le défilé militaire s’est déroulé tôt samedi matin et a été « attentivement » suivi par les services de renseignement sud-coréens et américains.

L’évènement intervient dans un contexte intérieur très lourd du fait de l’impact de la pandémie et d’une série de typhons qui ont durement touché ce pays en proie à des sanctions drastiques.

PHOTO KRT VIA AP

Pas de médias étrangers

Contrairement à de précédents défilés, aucun média étranger n’a été invité cette année. Nombre d’ambassades sont fermées du fait des restrictions liées au coronavirus, ce qui fait que le nombre d’observateurs étrangers est limité.  

Les experts sont convaincus que la Corée du Nord a poursuivi ses programmes nucléaire et balistique, qu’elle justifie par la menace américaine, y compris pendant les négociations avec les États-Unis, dans une impasse depuis plus d’un an.

Certains experts estiment que Pyongyang pourrait exhiber un nouveau missile mer-sol balistique stratégique (MSBS) ou un missile balistique intercontinental (ICBM) susceptible d’atteindre le territoire continental américain, voire un missile doté de multiples corps de rentrée qui permettrait ainsi de tromper les systèmes de défense américains.  

Fin décembre, le leader nord-coréen avait menacé de présenter une « nouvelle arme stratégique », mais certains experts pensent que Pyongyang n’a pas l’intention d’irriter la Maison-Blanche avant la présidentielle américaine.  

Présenter ces armes stratégiques lors d’un défilé serait « cohérent avec les promesses de Kim Jong-un », en étant moins provocateur qu’un essai militaire, a estimé Rachel Lee, une experte des questions nord-coréennes qui travaillait auparavant pour le gouvernement américain.

Dans ce contexte, le message adressé par le régime lors du défilé devrait surtout être à destination de la population nord-coréenne, en mettant en avant « les réalisations du Parti, l’unité autour du leader, l’amélioration de l’économie avant le Huitième Congrès du Parti », a-t-elle poursuivi en référence à une réunion prévue en janvier.

Reste que l’évènement, qui implique des milliers de personnes, pourrait être très propice à la propagation du coronavirus, à moins que des « précautions extrêmes » ne soient prises, observe Harry Kazianis, du Center for National Interest, un centre de recherche.

Ce genre de mesure est cependant « très improbable », poursuit-il : « Masques et missiles ne font pas bon ménage ».

https://www.lapresse.ca/international/asie-et-oceanie/2020-10-10/la-coree-du-nord-devoile-un-nouveau-missile-intercontinental.php


 

ICBM : LE DEAL IRAN-COREE DU NORD?

Missiles de croisière tirés en immersion contre ICMB

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le leader nord-coréen, Kim Jong-un. ©AFP/Archives

Ce tir de missile de croisière antinavire Jask-2 à partir du sous-marin iranien Ghadir continue à ébahir les puissances "orientales". Qu'un tout petit sous-marin invisible aux radars et capable de reposer des heures au tréfondre des mers parvienne à tirer en immersion un puissant missile de croisière cela ne pourrait qu'intéresser la Chine en plein face-à-face avec la marine US en mer de Chine ou encore la Corée du Nord, à qui les agissements militaires US et alliés paraissent de plus en plus alarmants.

" L'Iran a réussi à améliorer la portée du missile de croisière Jask-2,  tiré désormais, depuis le sous-marin Ghadir, un bâtiment construit sous sanction et par les moyens nationaux, constate Rodong Sinmun, l'organe du parti communiste que cite Russia Today. "Le journal nord-coréen n'en reste pas pour autant et revient aussi sur deux nouveaux radars de fabrication iranienne appelés « Sorouch » et « Missagh ». Il n'est pas rare que les médias nord-coréens publient des rapports sur les nouvelles armes de l'Iran. On suppose que la Corée du Nord et l'Iran sont étroitement liés dans le développement de missiles depuis les années 1980 », écrit RT qui voit visiblement à travers cet intérêt de nouveaux terrains de coopération de part et d'autre. 

1er missile

1er missile

"Les systèmes radars conçus et développés par les experts de l’armée de l’air iranienne ont été présentés le 24 septembre de l’année en cours en présence du commandant des forces de défense aérienne de l’armée. Le système radar Soroush peut détecter des cibles avec de petites sections transversales à basse et moyenne altitude dans un rayon de 220 kilomètres, et il peut effectuer des missions dans toutes les conditions météorologiques en utilisant les technologies des semi-conducteurs. L'autre système radar Misaq est un système intelligent incorporant un mélange de radars primaires et secondaires. C'est une belle innovation des Iraniens. Et on pourrait s'en inspirer d'autant plus qu'il s'agit de radar à intégrer dans un système de DCA intégrée. Que les Nord-coréens s'y intéressent, cela pourrait montrer que le système A2/AD iranien commence à les intéresser aussi"

Et RT d'ajouter : "Entre l'Iran et la Corée du Nord, puisque bientôt l'embargo anti-Iran sera levé, il y a beaucoup de choses à être échangées. Pyongyang dévoilera en effet et à l'occasion du 75e anniversaire du Parti au pouvoir sa nouvelle arme stratégique, soit le missile balistique intercontinental Hwasung-15. En effet, l'Iran dispose d'un satellite militaire de lancement efficace, doté d’un lanceur à réaction rapide et partant pourrait à tout instant être intéressé par une arme ICBM, propre à détruire les satellites US dans la région. C'est à peu près ce qui explique l'intérêt que l'Iran pourrait apporter aux ICBM nord-coréens. La Corée du Nord a testé en novembre 2017 le Hwasung-15, qui aurait une portée de 13000 kilomètres. Les évaluations des forces américaines en Corée du Sud ont reconnu l'année dernière que ce missile peut frapper n'importe quel point aux États-Unis. Le missile Nour-1 que l'Iran a mis en orbite basse en avril, avec un lanceur Qassed, pourrait servir de base à un ICBM. Hwasung-15 est à même d'attiser l'intérêt de l'Iran tout comme Jusk-2 qui attire visiblement les Nord-coréens". 

https://french.presstv.com/Detail/2020/10/06/635762/Iran-Cor%C3%A9e-du-Nord-missile-Jask-2-sous-marin


 

"JACK-2", PREMIER MISSILE DE CROISIÈRE IRANIEN TIRE EN IMMERSION INTÉRESSE KIM?!

Jask-2, missile de croisière tiré en immersion qui attire la Corée du Nord

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le personnel de la marine est de la Corée du Nord assis devant un missile balistique lancé par un sous-marin «Pukguksong», Pyongyang, le 15 avril 2017. © AP

Le vieux Eliott Abrams a fait ce jeudi 17 septembre une sortie bien attendue : alors que l'armée de l'air vénézuélienne, visiblement renforcée depuis que les conseillers militaires iraniens se trouvent en République bolivarienne, vient d'abattre un deuxième avion US en l'espace de quelques semaines, laissant entendre que les missiles sol-air iraniens ou encore les drones de combat made in Iran ont déjà été livrés au Venezuela, Abrams s'est mis à menacer "les firmes qui oseraient vendre des armes à l'Iran".

Venezuela: un avion américain abattu

Venezuela: un avion américain abattu

Immatriculé aux États-Unis, un avion de trafiquants de drogue a été abattu par des militaires vénézuéliens.

Vu que la crainte anti-Iran au sein de l'administration US s'est transformée en une vraie obsession poussant même un Pompeo à voir le Hezbollah se doter instamment sous peu de "chars chinois et de la DCA russe", la sortie est bien compréhensible. Seul hic : la levée de l'embargo militaire contre l'Iran n'inclut pas seulement la vente d'armes aux Iraniens mais aussi la vente des armes iraniennes. Qu'Abrams se tienne bien, une première arme iranienne semble avoir trouvé son client et pas des moindres : la Corée du Nord. A peine quelques jours après la tenue de vastes exercices militaires Zolfaqar-99, exercices qui a impliqué quelques-unes des plus belles performances des unités aérospatiale de la marine iranienne, Pyongyang a annoncé vouloir tester un missile anti navire en immersion. 

1er missile à frapper la Ve flotte US?

1er missile à frapper la Ve flotte US?

Jask-2 embarqué sur Ghadir : une plongée de toutes les surprises pour les USA et Cie

"Jask-2" iranien, ce missile de croisière embarqué à bord du sous-marin furtif Ghadir a fait un tabac, quitte à impressionner les attachés militaires nord-coréens présents aux exercices. Jask-2 est en effet un projet stratégique, parfaitement iranien et rare en termes de portée et de complexité qui fait classer l'Iran parmi les 10 pays du monde qui le maîtrise. Il a tout bonnement doté des sous-marin furtifs iraniens de missile de croisière de type Nasr de façon à ce qu'il soit tiré en immersion sans se faire ni traquer ni intercepter.

Mercredi un haut responsable militaire sud-coréen a déclaré que la Corée du Nord pourrait bientôt effectuer son premier test de missiles balistiques lancés en immersion.

A en croire les médias sud coréens, la Corée du Nord aurait réparé les récents dommages causés par le typhon dans son chantier naval du nord-est de Sinpo, un endroit où elle construit des sous-marins.

Kim met en garde l'OTAN...

Kim met en garde l'OTAN...

Pyongyang donnerait par le biais du Conseil de sécurité de l’ONU une « réponse cuisante » à la récente action de cinq pays européens qui ont condamné les essais de missiles de la Corée du Nord.

« Peu de temps après la fin des réparations, il est possible qu'il effectue un test de missile balistique lancé par sous-marin », a déclaré Won. Et de poursuivre : « L’armée sud-coréenne suit de près l’évolution de la situation dans ce pays ».

Ces dernières années, la Corée du Nord a fait de gros efforts pour accéder à la capacité de lancer des missiles à partir de sous-marins, ce que les experts considèrent comme une évolution importante car ces armes sont difficiles à détecter avant leur lancement. Le test du missile lancé sous l'eau par la Corée du Nord serait un premier depuis trois ans. Pour les milieux US qui ne cessent de souligner l'origine nord coréenne de l'arsenal balistique iranienne, cette coïncidence devrait être bien significative. 

Les USA alertent sur la Corée du Nord

Les USA alertent sur la Corée du Nord

Pyongyang est en train de construire un missile balistique atomique à longue portée capable de transporter une ogive nucléaire.

La Corée du Nord pourrait effectuer donc un test de missile balistique lancé par sous-marin, ou SLBM, pour améliorer sa capacité d'attaque nucléaire et faire pression sur Washington après l'élection présidentielle américaine de 2020.

Lire plus: Le leader nord-coréen appelle ses généraux à prendre des mesures offensives

Il y a eu des spéculations selon lesquelles la Corée du Nord pourrait tester un tel missile avant l'anniversaire de la fondation de son Parti des travailleurs au pouvoir, le 10 octobre. Cela tombe bien puisque l'embargo sur le commerce d'armes avec l'Iran sera levé dès le premier octobre, que le vieux Abrams le veuille ou pas... 

https://french.presstv.com/Detail/2020/09/17/634288/Cor%C3%A9e-du-Nord-Test-Missiles-sous-marins-Cor%C3%A9e-du-Sud-%C3%89tats-Unis-D%C3%A9nucl%C3%A9arisation-N%C3%A9gociations-Trump-Kim