COREE DU NORD

"DOMES DE FER" PASSOIRES ANTI-CORÉE DU NORD

Les missiles nord-coréens prouveront eux aussi que le dôme de fer n'est qu'une passoire ...

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Des missiles de courte portée nord-coréens tirés en mars 2020/Yonhop

Il y a quelques jours, la presse sioniste faisait état de la livraison de deux batteries de missiles antimissile Dôme de fer, surnommé "passoires" aux États-Unis, batteries que les Américains veulent "perfectionner". Il semblerait que ce "perfectionnement" devrait se faire sur le dos des Sud-coréens qui voici peu, ont eu l'outrecuidance de refuser aux Yankée une rallonge du loyer qu'ils paient pour que l'Amérique préserve sa nuisible présence militaire dans la péninsule coréenne. C'est ainsi que ce mardi 11 août, Yonhop fait état de la décision de Séoul de créer une "réplique" de Dôme de fer pour faire face aux missiles de courte portée de Kim.

Il est vrai que fin 2019, la Corée du Nord a fait bien peur à Israël en envoyant des délégations à Damas et en y discutant des contrats d’armements et que mêmes certaines sources ont évoqué une possible livraison des missiles Iskandar coréen à l'armée syrienne. Quoi qu'il en soit, les Sud-coréens sont désormais chargés par Big Brother de dépenser 6% de plus d'ici 2025, 253 milliards de dollars, et ce, dans le cadre de leurs "plan de défense" signé US Army!  

La Corée du Sud a dévoilé ce plan de défense ce mardi lequel plan envisage entre autres le développement d’un système d’intercepteur "propre" à la Corée du Sud, mais similaire au « Dôme de fer » israélien. Le ministère sud coréen de la Défense s'en explique : « La Corée du Sud commencera à développer son propre système d'intercepteur durant les cinq prochaines années pour défendre les infrastructures de la capitale face aux menaces d'artillerie à longue portée de la Corée du Nord. Lorsque nous parlons du système de défense antimissile de la Corée du Sud, il se réfère généralement à celui qui cible les missiles de type Scud ou plus puissants de la Corée du Nord, alors que ce nouveau système d'interception (Dôme de fer) se concentrera sur la protection de la région de la capitale contre l'artillerie à longue portée du Nord, comme ses lance-roquettes multiples 240 mm ou 300 mm ».

French Presstv

French Presstv

Les prochaines mesures de Pyongyang contre Séoul pourraient être inimaginables, indique un quotidien d’État nord-coréen.

C'est donc une "optimisation" de Dôme de fer israélien que Séoul est censé financer puisque la version israélienne se veut l'intercepter des engins de courte portée, bien que cette mission, elle la rate souvent face aux missiles de la Résistance.

En effet, Israël a déjà proposé à plusieurs reprises, ses batteries de missiles antimissiles à Séoul sans pour autant être pris au sérieux. Cette offre a d'ailleurs été évoquée par le site du magazine américain Foreign Policy qui estime que "le prix exorbitant du système de défense israélien", constitue l'entrave principale devant son exportation. Et pourtant ce n'est pas l'unique entrave, "puisqu'il n'est pas incontestable, affirmait la Corée du Sud, que le système israélien soit habilité à riposter aux menaces de la Corée du nord". 

En effet, " les experts sud-coréens estiment que le système du «Dôme de fer» est peu efficace à défendre le front sud israélien et il serait encore moins efficace sur la scène coréenne, puisque les missiles balistiques nord-coréens et leurs nombres ne sont pas similaires aux missiles de la Palestine ou de son entourage. Un fait qui signifie que l'interception de ces missiles nécessite un nombre énorme de batteries du «Dôme de fer» pour protéger uniquement la capitale Séoul. Auquel cas, si le dôme de fer israélien était efficace comme le prétendent les israéliens, l'investissement y serait très coûteux et injustifié'.

Les USA sont-ils sur le point de rectifier le tir et de corriger Dôme de fer sioniste aux frais de Séoul? Possible.  les Sud-coréens sont incités sinon quasi contraints par les États-Unis à fabriquer un bouclier antimissile voire à "optimiser" un système à base israélienne qui est loin d'être ce qu’Israël prétend, et ce, face à une Corée du nord dont l'arsenal balistique a prouvé qu'il est à toute épreuve. Et puis cela incitera Pyongyang à raffermir ses liens avec l'axe anti-US anti-Israël, note un expert. 

 

Les tueurs de navire US testés en Chine, une semaine après l'exercice Grand Prophète-14 en Iran

Les tueurs de navire US testés en Chine, une semaine après l'exercice Grand Prophète-14 en Iran

La Chine teste deux missiles balistiques "tueurs " de porte-avions... 

https://french.presstv.com/Detail/2020/08/11/631536/coree-du-sud-construit-dome-de-fer-israel


 

KIM JONG-UN : L'ARSENAL NUCLÉAIRE EST LE GARANT DE LA SÉCURITÉ DE LA CORÉE DU NORD

L’arsenal nucléaire garant de la sécurité de la Corée du Nord (Kim Jong Un)

L’arsenal nucléaire garant de la sécurité de la Corée du Nord (Kim Jong Un)

folder_openAsie access_timedepuis 12 heures

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AFP

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a insisté mardi sur le fait que l'arsenal nucléaire nord-coréen était le garant de sa sécurité, à l'occasion du 67e anniversaire de l'armistice de la guerre de Corée.

«Grâce à notre arsenal nucléaire de dissuasion efficace et sûr, le mot de +guerre+ n'aura plus cours dans ce pays», a-t-il déclaré lors d'une rencontre avec des vétérans, selon l'agence officielle nord-coréenne KCNA.

Ainsi, «notre sécurité nationale et notre avenir seront assurées pour l'éternité», a-t-il ajouté, douchant les espoirs d'une éventuelle renonciation de Pyongyang à ses programmes nucléaire et balistique.

Le dialogue entre Pyongyang et Washington achoppe sur l'incapacité des deux parties à se mettre d'accord sur les concessions que la Corée du Nord devrait faire en échange de la levée des sanctions ordonnées pour la contraindre à renoncer à ses programmes nucléaire et balistique.

La Guerre de Corée (1950-1953) a été ponctuée par un armistice, non par un accord de paix, ce qui signifie que les deux voisins sont encore, techniquement, en état de guerre.

https://www.french.alahednews.com.lb/36104/341


 

LA VICE-MINISTRE DES AE DE LA RPDC : LA COREE DU NORD NE RESSENT PAS LE BESOIN DE RELANCER LES POURPARLERS AVEC LES ETATS-UNIS

La Corée du Nord n’a «pas besoin» de relancer les pourparlers avec les États-Unis

La Corée du Nord n’a «pas besoin» de relancer les pourparlers avec les États-Unis

folder_openAsie access_timedepuis un jour

starAJOUTER AUX FAVORIS

 

Par AlAhed avec agences

La Corée du Nord «ne ressent pas le besoin» de relancer les pourparlers avec les États-Unis, qui ne seraient rien de plus qu'un «outil politique» pour Washington, a déclaré samedi une diplomate nord-coréenne de haut rang, en amont de la visite d'un émissaire américain en Corée du Sud.

La vice-ministre des Affaires étrangères, Choe Son Hui, a affirmé que des négociations entre Washington et Pyongyang n'aboutiraient à rien et qu'il n'y aurait aucun changement dans la politique de la Corée du Nord.

«Nous ne ressentons pas le besoin de nous retrouver face à face avec les États-Unis, car pour eux le dialogue avec la République populaire démocratique de Corée (RPDC) n'est rien d'autre qu'un instrument à des fins politiques face à la crise dans leur pays», a déclaré Mme Choe dans un communiqué publié par l'agence de presse KCNA.

Le secrétaire d'État adjoint des États-Unis, Stephen Biegun, doit se rendre en Corée du Sud la semaine prochaine pour évoquer les pourparlers bloqués avec la Corée du Nord.

Mardi, le président sud-coréen Moon Jae-in avait appelé le président américain Donald Trump et le leader nord-coréen Kim Jong Un à se rencontrer à nouveau avant la présidentielle américaine de novembre, même si la situation est actuellement au point mort.

Le chef de l'Etat sud-coréen a eu un grand rôle dans l'organisation du premier sommet entre la Corée du Nord et les Etats-Unis à Singapour il y a deux ans.

Les deux dirigeants se sont à nouveau réunis au Vietnam en 2019, mais ont échoué à se mettre d’accord pour signer une déclaration conjointe portant sur la dénucléarisation, la paix sur la péninsule coréenne et un assouplissement des sanctions de l’ONU visant la Corée du Nord.

Lors de leur troisième réunion, en juin 2019 dans la zone démilitarisée séparant les deux Corées, Ils avaient pris la décision de relancer les négociations pour la signature d’un futur accord et s'étaient invités mutuellement dans leur capitale respective.

https://www.french.alahednews.com.lb/35763/341



 

VENEZUELA/IRAN : KIM PRÊT A RALLIER L'AXE?

Corridor maritime anti-sanction Est-Ouest Iran-Venezuela s'étendra à la péninsule coréenne?

Sat Jun 27, 2020 10:47AM

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un prend la parole lors d'une réunion de la septième Commission militaire centrale du Parti du travail de Corée, le 24 mai 2020, en Corée du Nord. ©AP

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un prend la parole lors d'une réunion de la septième Commission militaire centrale du Parti du travail de Corée, le 24 mai 2020, en Corée du Nord. ©AP

Une forte explosion s'est produite le 23 juin dans la plus grande base américaine dans le Pacifique, située juste en face de la mer de Chine orientale alors que les médias dominants ont préféré se taire. Et pourtant Kadena, située sur l'île d'Okinawa, abrite quelque 20 000 marines américains et leurs familles tout comme la 18ème unité de l'US Air Force, la 353ème division des forces spéciales US, la 733ème division des escadrons mobiles US, la 82ème division des escadrons de reconnaissance de l'Armée US, le 390ème escadron d'Intelligence. Et le fait de ne pas en parler a étonné bien du monde.

Japon : forte explosion dans la plus grande base aérienne US, Kadena, dans le Pacifique

Japon : forte explosion dans la plus grande base aérienne US, Kadena, dans le Pacifique

Surtout qu'outre la Chine en plein guerre d'influence contre les USA, il y a la Corée du Nord qui se montre de plus en plus intriguée par les actes de sabotage US. L'effondrement de négociations entre l'administration Trump et Kim Jong-un place Pyongyang à vrai dire devant une seule option qu'elle reconnait elle-même  : « arme nucléaire contre arme nucléaire ».

Vendredi 26 juin, la Corée du Nord a menacé d'employer des armes nucléaires contre les États-Unis, réaffirmant qu’il s’agissait de "la seule option" restant pour contrer les menaces proférées par l'administration US. Rappelons que ces menaces ont franchi une étape ces derniers temps avec des groupes de rebelles anti-Pyongyang, implantés sur la frontière. 

« Afin de neutraliser les menaces nucléaires des États-Unis, le gouvernement de la RPDC [République populaire démocratique de Corée, NDLR] a fait tous les efforts possibles soit par le dialogue, soit en recourant au droit international, mais tout s'est terminé en vain. Mais cela n'a rien donné. La seule option qui reste est "arme nucléaire vs arme nucléaire" », a écrit, vendredi matin, un journal nord-coréen dans un essai.

« Aucune autre nation sur cette planète que la nation nord-coréenne n'a souffert aussi directement des menaces nucléaires US depuis si longtemps », a indiqué Pyongyang en allusion claire aux sanctions imposées depuis des décennies aux Nord-Coréens qui n'ont toutefois fléchi. « Pour notre peuple, la menace nucléaire n'est pas du tout un concept abstrait mais une expérience réelle et concrète ».

Base US: Pyongyang en position de tir

Base US: Pyongyang en position de tir

En réaction aux menaces proférées par les États-Unis, la Corée du Nord a promis de mettre fin à l’« Empire américain » en cas d’une reprise de guerre sur la péninsule coréenne.

La Corée du Nord, sous Kim, a accéléré ses essais d'armes nucléaires, tant pour les ogives que pour les missiles balistiques. Et les analystes estiment que le pays considère de plus en plus ces technologies comme son seul moyen de « niveler les règles du jeu », étant donné l'immense arsenal militaire des États-Unis.

« Exiger que la Corée du Nord abandonne ses armes nucléaires avant d’obtenir un quelconque avantage est tout simplement naïf », a déclaré Harry Kazianis, directeur du département des études coréennes au Center for The National Interest. « Si vous voulez que la Corée du Nord vienne à la table des négociations, Washington doit proposer une approche "action pour action" selon laquelle les deux parties obtiennent des avantages simultanément, en s'attaquant d'abord aux plus petits problèmes », a-t-il ajouté. Mais l'analyste américain ne voit peut-être pas le nuance: ce que suggère Pyongyang, c'est de changer littéralement la donne dans la péninsule coréenne et ce, en rapport direct avec le régime de plus en plus contesté des sanctions US à travers le monde. Parallèlement aux cinq navires-citernes que l'Iran a envoyés fin mai au Venezuela, l'Iran aurait aussi expédié des navires similaires en Chine. Ce corridor maritime anti-sanction Est-Ouest que l'Iran vient d'ouvrir n'oubliera peut-être pas la péninsule coréenne. 

http://french.presstv.com/Detail/2020/06/27/628360/Etats-Unis-Coree-du-Nord-Pyongyang-Trump-Kim-jong-un-armes-nucleaires


 

BASES US : LA CORÉE DU NORD EN POSITION DE TIR

Des troupes nord-coréennes prennent position sur les frontières

Sun Jun 21, 2020 5:26PM

Pyongyang renforce ses unités militaires le long de la frontière avec son voisin du sud. (Photo d'archives)

Pyongyang renforce ses unités militaires le long de la frontière avec son voisin du sud. (Photo d'archives)

Les diplomates nord-coréens ont affirmé que depuis le début de 2020, l’armée américaine a organisé plusieurs manœuvres militaires en Corée du Sud dont l’objectif était de déployer des forces aux alentours de la péninsule coréenne afin de se préparer pour une attaque rapide contre Pyongyang.

« La Corée du Nord possède des missiles nucléaires pour punir quiconque ose lever la main contre Pyongyang », a averti l’ambassade nord-coréenne en Russie.

Kim frappera les bases US ?

Kim frappera les bases US ?

Les prochaines mesures de Pyongyang contre Séoul pourraient être inimaginables, indique un quotidien d’État nord-coréen.

« Une nouvelle guerre en Corée mettrait fin à un autre empire appelé les États-Unis », a-t-elle ajouté.

Pyongyang a récemment protesté contre les propagandes de Séoul contre le Nord le menaçant de représailles.

La Corée du Nord a multiplié ses actions militaires à la frontière avec son voisin du sud augmentant les inquiétudes quant à la possibilité d’une confrontation entre ces deux pays.

Pyongyang envoie de petites unités de soldats à ses postes frontaliers avec la Corée du Sud en vue de restaurer ses routes.

Pourquoi Kim envoie des troupes sur les frontières avec le Sud?

Pourquoi Kim envoie des troupes sur les frontières avec le Sud ?

Des infiltrations organisées par la CIA dans la zone tampon...? Kim a coupé court...

Cette information a été annoncée par une autorité gouvernementale alors que les inquiétudes sur une confrontation militaire entre les deux Corées se sont intensifiées.

La Corée du Nord envoie des petites unités de cinq soldats vers les zones frontalières. Pour Séoul, cette action n’est pas nécessairement signe d’une confrontation militaire imminente entre les deux parties.

« Bien entendu, les postes de contrôle sont normalement utilisés pour des activités militaires. Or, de tels agissements militaires sont donc normaux », a déclaré une source d’information sous le sceau de l’anonymat.

La tension entre les deux Corées est récemment montée d’un cran. Le bureau de liaison intercoréen installé dans la ville nord-coréenne de Kaesong a été détruit mardi dernier dans la matinée par la Corée du Nord. 

Le bureau de liaison entre les deux Corées a été créé le 27 avril 2018 après un accord entre les dirigeants des deux pays. Entre 10 et 15 représentants de Séoul et de Pyongyang étaient toujours présents dans ce bureau.

Le quartier général des forces armées sud-coréennes a annoncé mercredi dernier dans un communiqué que Séoul renforcerait ses postes de contrôle à la frontière et qu’il y reprendrait les exercices militaires comme d’habitude.

« Ce n’est que le début, car cette explosion est la voix de la justice qui se poursuivra et pourra aller au-delà de l’imagination », a écrit jeudi un quotidien officiel nord-coréen.

http://french.presstv.com/Detail/2020/06/21/627949/Core-du-Nord-Core-du-Sud-EtatsUnis-menace-pninsule-corenne


 

LA CORÉE DU NORD PRÊTE A TESTER SES MISSILES INTERCONTINENTAUX

Kim prêt à tester ses missiles intercontinentaux

Sat Jun 20, 2020 5:39PM

Un avion espion E-8C Joint STARS de l'armée de l'air américaine décolle de la base aérienne japonaise de Kadena (Okinawa). (Capture d'écran)

Un avion espion E-8C Joint STARS de l'armée de l'air américaine décolle de la base aérienne japonaise de Kadena (Okinawa). (Capture d'écran)

Pyongyang a averti Washington qu’une nouvelle guerre dans la péninsule coréenne pourrait détruire les États-Unis.

L’avertissement est apparu dans un message de l’ambassade de Corée du Nord à Moscou à l’agence russe TASS, à la veille du 70e anniversaire du déclenchement de la guerre de Corée (25 juin 1950).

La lettre indiquait que « cette année, l'armée américaine mène toute sorte d’exercices militaires en Corée du Sud et dans ses régions adjacentes, dont le principal objectif est de transférer et de déployer les forces armées américaines sur la péninsule coréenne depuis l’étranger pour attaquer rapidement la République populaire démocratique de Corée ».

L’ambassade a rappelé à cet égard que la Corée du Nord possède aujourd'hui des missiles stratégiques et des armes nucléaires « capables de punir ceux qui oseraient imaginer une attaque où qu'ils se trouvent sur la planète ».

La mission diplomatique nord-coréenne à Moscou a souligné : « Les événements qu’une nouvelle guerre dans la péninsule coréenne pourra créer, changeront le cours de l’histoire de l’humanité et mettront fin à un autre empire appelé les États-Unis. »

Kim frappera les bases US ?

Kim frappera les bases US ?

Les prochaines mesures de Pyongyang contre Séoul pourraient être inimaginables, indique un quotidien d’État nord-coréen.

Par ailleurs, des avions d’espionnage américains auraient fait le tour de la péninsule coréenne alors que les tensions montent entre le Nord et le Sud.

Un avion espion de l’armée de l’air américaine a survolé la péninsule coréenne samedi dans le cadre d'une série de survols censés surveiller la Corée du Nord à la suite de ses récentes menaces de recourir à une action militaire contre le Sud, a rapporté l’agence de presse sud-coréenne Yonhap.

Un E-8C Joint Stars de l’US Air Force aurait décollé de la base aérienne japonaise de Kadena (Okinawa) le 19 juin survolant la péninsule coréenne jusqu’à tôt samedi, précise l’agence.

D’autres avions de surveillance américains ont également été aperçus au-dessus du territoire sud-coréen, notamment un RC-135W Rivet Joint et un Navy EP-3E, selon la même source.

Les vols de surveillance surviennent alors que des tensions montent sur la péninsule après que la Corée du Nord a interrompu ses communications avec la Corée du Sud et a détruit un bureau de liaison conjoint dans la ville frontalière de Kaesong, le 16 juin.

Plus tôt, la Corée du Nord avait critiqué le Sud pour une campagne de tracts de propagande anti-Nord envoyés à travers la frontière. Dans ce cadre, Pyongyang a coupé toute communication avec Séoul et a fait exploser le bureau de liaison intercoréen.

Kim sort sa « nouvelle » armée

Kim sort sa « nouvelle » armée

La Corée du Nord a formulé vendredi des critiques cinglantes à l'égard des États-Unis, accusés d'hypocrisie deux ans jour pour jour après le sommet historique de Singapour.

http://french.presstv.com/Detail/2020/06/20/627884/Washington-fait-monter-la-tension-entre-les-deux-Corees


 

LA CORÉE DU NORD A DÉTRUIT LE BUREAU DE LIAISON AVEC LE SUD. POURQUOI?

Pourquoi l’armée nord-coréenne a frappé le bureau du dialogue dans la zone tampon?

Tue Jun 16, 2020 10:46AM

La tension entre Séoul et Pyongyang est montée d’un cran après la distribution de tracts à la frontière commune. (Image d'illustration)

La tension entre Séoul et Pyongyang est montée d’un cran après la distribution de tracts à la frontière commune. (Image d'illustration)

La guerre des nerfs qui consistait il y a à peine un mois à annoncer à tort et à travers la mort du leader nord-coréen, façon de déstabiliser l'État a fini par pousser la Corée du Nord à procéder à de vastes et rapides réformes au sein de l'armée et à se préparer à une riposte militaire "imprévisible" à tout aventurisme US. Les récents agissements américains, eux, ont fait déborder le vase : ces derniers jours,  des "opérations d'infiltration" ont été tentées à destination de la Corée du Nord, et ce, visiblement, par le biais des "transfuges nord-coréens" que la CIA aurait répartis en "milice" et chargés d'envoyer, d'abord, et depuis le territoire du sud " des ballons chargés de messages menaçants" avant que ces menaces se concrétisent en acte armé. Évidemment, pour Pyongyang, il s'agit d'un acte de guerre surtout que Séoul a repris ses exercices militaires avec les Américains et que le dialogue dans ce contexte ne veut rien dire : les ponts sont coupés, suivant une décision de Pyongyang. 

Puis, larmée nord-coréenne a déclaré dans un communiqué qu'elle était prête à envoyer des troupes dans les zones frontalières avec la Corée du Sud et à répondre militairement à tout acte hostile. Le bureau du dialogue Sud-Nord vient d'ailleurs être pris pour cible d'une explosion et il n'est plus. 

« Les relations entre les deux Corée s’étant détériorées, nos forces militaires surveillent de près la situation actuelle et sont pleinement prêtes à concrétiser toute décision prise par le gouvernement  de mener une action extrafrontalière », a ajouté déclaré le chef d'état-major interarmées de l'armée nord-coréenne.

La mise en garde de Pyongyang aux États-Unis

La mise en garde de Pyongyang aux États-Unis

La  Corée du Nord a mis en garde les États-Unis contre toute ingérence dans les relations des deux Corées.

Dans la foulée, l'armée sud-coréenne a intensifié sa supervision sur les activités militaires de son voisin du nord. Plus tôt, Kim Yo-jong, première vice-directrice du Comité central du Parti et conseillère principale du leader nord-coréen et sa sœur, a critiqué l'attaque généralisée de Séoul contre Pyongyang, menaçant la Corée du Sud de rompre les relations bilatérales. Voilà une chose qui est faite.

Entre-temps, à la veille du deuxième anniversaire de la rencontre controversée entre Kim Jong-un et Donald Trump pour la dénucléarisation de la Corée du Nord et pour mettre fin aux tensions entre Pyongyang et Washington, le ministre nord-coréen des Affaires étrangères Ri Son Gwon a annoncé dans un communiqué que les deux ans de relations diplomatiques et diplomatiques avec les États-Unis sont devenus un "cauchemar horrible" et que "Pyongyang continuera de renforcer sa capacité nucléaire".

Kim: un coup à la

Kim: un coup à la "vénézuélienne"?

Les USA auraient retiré leurs Patriot d'Arabie puisqu'ils s'inquiètent d'une "menace combinée"... Iran/Chine/Corée du Nord...

C'est un avertissement bien grave alors même que les USA et la Chine passent à la vitesse supérieure dans leur face-à-face. Certains analystes estiment que l'escalade militaire entre les deux Corée n'est pas sans rapport avec les tensions sino-américaines. Mais quoi qu'il en soit, elle peut mener trop loin. Suites à l'escalade des tensions dans la péninsule coréenne, Pyongyang a menacé de mettra fin à l'accord militaire avec la Corée du Sud conclu en 2018 si Séoul n'empêche pas les activités des anti-Pyongyang dans les zones frontalières. Une question qui dépasse évidemment la volonté sud-coréenne, les bases US servant  en Corée du Sud de base arrière à des activités de déstabilisation dans le Nord. 

http://french.presstv.com/Detail/2020/06/16/627555/Core-du-nord-Core-du-Sud-Kim-Jongun-Ri-Son-Gwon-action-militaire


 

CORÉE DU NORD : LES USA NE DOIVENT PAS SE MÊLER DES AFFAIRES INTERCOREENNES

Washington ne doit pas se mêler des affaires intercoréennes, avertit Pyongyang

 Depuis 12 heures  11 juin 2020

Kim Jong Un
Kim Jong Un

 Asie et Afrique - Deux Corées

 

Rédaction du site

La Corée du Nord s’est insurgée, jeudi 11 juin, contre le fait que Washington ait déploré sa décision de couper les ponts avec Séoul, en estimant que les Etats-Unis ne devaient pas se mêler des affaires intercoréennes s’ils souhaitaient la bonne tenue de la présidentielle américaine en novembre.

Dans un communiqué relayé par l’agence officielle nord-coréenne KCNA, un haut responsable du ministère nord-coréen des Affaires étrangères qualifie de « dégoûtant » le « double-jeu » de Washington.

Les Etats-Unis devraient « tenir leur langue et s’occuper d’abord de leurs affaires intérieures » s’ils veulent la « bonne tenue » de la présidentielle, a déclaré le directeur général du département des affaires américaines du ministère, Kwon Jong Gun.

Cette menace voilée intervient deux jours avant le deuxième anniversaire du sommet historique entre Kim Jong Un et Donald Trump à Singapour, le premier entre un leader nord-coréen et un président américain en exercice.

Au-delà de la symbolique, cette rencontre n’avait débouché que sur une déclaration très vague en faveur de la dénucléarisation de la péninsule. Mais les négociations sur le dossier nucléaire nord-coréen sont au point mort depuis le fiasco du deuxième sommet entre les deux hommes, en février 2019 à Hanoï.

Les Etats Unis n’ont toujours pas levé les sanctions internationales pesant sur la Corée du Nord.

Pyongyang a exprimé sa colère contre Washington à travers d’une série d’essais d’armement ces derniers mois.

Depuis la semaine dernière, la Corée du Nord a proféré des reproches acrimonieux envers son voisin du sud au sujet de l’envoi sur son territoire de prospectus anti-Pyongyang par des militants. Pyongyang a annoncé, mardi 9 juin, qu’il coupait toutes les communications officielles avec son voisin.

Le département d’Etat américain s’est dans la foulée dit « déçu » par la décision nord-coréenne et a « exhorté la Corée du Nord à reprendre le chemin de la diplomatie et de la coopération ».

Les Etats-Unis maintiennent en permanence 28.500 soldats au Sud « pour protéger » leur allié de la « menace nord-coréenne ».

Pyongyang est sous le coup de multiples sanctions du Conseil de sécurité en raison de ses programmes nucléaire et balistique.

http://french.almanar.com.lb/1781639

 

LA CORÉE DU NORD SE RETIRE DU BUREAU DE LIAISON INTERCOREEN (KCNA)

 

La RPDC se retire du bureau de liaison intercoréen (KCNA)

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-06-06 à 10:55
 

PYONGYANG, 6 juin (Xinhua) -- La République populaire démocratique de Corée (RPDC) va se retirer du bureau de liaison intercoréen parce que la Corée du Sud n'a pas suffisamment agi pour empêcher des groupes de distribuer fin mai des tracts anti-Pyongyang sur le territoire de la RPDC, a déclaré un responsable de la RPDC vendredi soir.

Cette décision a été annoncée par un porte-parole du département du Front uni du Comité central du Parti des travailleurs de Corée (PTC) qui supervise les relations avec la Corée du Sud, a rapporté l'agence officielle KCNA. Ce bureau se trouve dans la zone industrielle de Kaesong en RPDC.

"La première vice-directrice du département (du PTC), Kim Yo Jong, a donné vendredi des instructions au responsable des affaires avec la Corée du Sud pour commencer l'examen de la mise en œuvre technique du contenu mentionné dans la déclaration", a déclaré le porte-parole.

Kim Yo Jong, qui est la sœur cadette de Kim Jong Un, le dirigeant suprême de la RPDC, avait averti jeudi Séoul que son pays fermerait le bureau de liaison, voire se retirerait de l'accord militaire intercoréen signé en 2018, si la Corée du Sud ne prenait pas rapidement des mesures contre ces envois de tracts anti-Pyongyang en RPDC.

http://french.xinhuanet.com/2020-06/06/c_139118481.htm


 

KIM RÉAFFIRME A RAUL SON SOUTIEN ET SA SOLIDARITÉ AVEC CUBA

Kim Jong Un réaffirme à Raul Castro son soutien et sa solidarité avec Cuba
16 h 38 mn 59 s  
Pyongyang, 3 juin (RHC) Le président du Parti du travail de Corée (PTC), Kim Jong Un, a confirmé à Raul Castro, premier secrétaire du Comité central du Parti communiste de Cuba (PCC), son soutien et sa solidarité avec l'île.

Selon l'Agence centrale de presse coréenne (KCNA), Kim Jong Un a rendu publique cette déclaration dans une lettre personnelle adressée à Raul, qui aura 89 ans ce mercredi.

Kim Jong Un a exprimé sa conviction que les relations stratégiques et de camaraderie d'amitié et de coopération entre le PTC et le PCC et les deux pays, fondées sur leur longue histoire et leur tradition, se poursuivront et se développeront comme d'habitude.

Dans ce même texte, il décrit le peuple cubain comme un peuple frère et reconnaît que la souveraineté et la dignité de Cuba sont fermement défendues sur l'île.

Le président du Comité d'État de la République populaire démocratique de Corée a également souligné que sous la direction du PCC et de Raul Castro, les Cubains font avancer la cause socialiste par des victoires et surmontent les nombreuses épreuves et difficultés (Source:PL)

Publié sous la direction de María Candela

source :  http://www.radiohc.cu/noticias/nacionales/224631-kim-jong-un-ratifica-a-raul-castro-apoyo-total-y-solidaridad-con-cuba