COREE DU NORD

LA COREE DU NORD TIRE TROIS PROJECTILES NON IDENTIFIES EN DIRECTION DE LA MER DU JAPON

 

La RPDC tire trois projectiles en direction de la mer de l'Est (Yonhap)

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-03-09 à 08:51
 

SEOUL, 8 mars (Xinhua) -- La République populaire démocratique de Corée (RPDC) a tiré trois projectiles non identifiés en direction de la mer de l'Est (mer du Japon), une semaine après le lancement de deux autres projectiles à courte portée, a rapporté dimanche l'agence de presse Yonhap, citant des sources militaires sud-coréennes.

Ils ont été lancés vers le nord-est à partir de zones proches de la ville orientale de Sondok dans la province du Hamgyong du Sud, a déclaré l'état-major interarmées de la Corée du Sud (JCS) dans un bref communiqué.

D'autres détails sur les projectiles, y compris leur type, leur portée et leur altitude, n'étaient pas immédiatement disponibles.

"Notre armée surveille la situation en cas de lancements supplémentaires et maintient une posture de préparation", a déclaré le JCS dans le communiqué, selon Yonhap.

http://french.xinhuanet.com/2020-03/09/c_138857237.htm


 

KIM MET EN GARDE L'OTAN...

L'Europe joue-t-elle avec le feu?

Sun Mar 8, 2020 5:30PM

Pyongyang a menacé cinq pays européens de "réponse cuisante". ©KNCA

Pyongyang a menacé cinq pays européens de "réponse cuisante". ©KNCA

La France, le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Estonie et la Belgique ont, a rapporté NKI News, dénoncé lors d’une session secrète du Conseil de sécurité des Nations Unies sur la Corée du Nord jeudi dernier les essais de missile, qualifiés de « provocations », effectués par Pyongyang en violation des résolutions de l’ONU.

Ces pays ont également appelé la communauté internationale à rejoindre les sanctions contre la Corée du Nord.

L’armée nord-coréenne a annoncé la semaine dernière que la Corée du Nord avait tiré deux missiles de courte portée depuis la rive orientale en direction de la mer du Japon (mer de l’Est).

Pyongyang dévoilera une

 

Le dirigeant nord-coréen a averti que « le monde va découvrir dans un proche avenir une nouvelle arme stratégique que détient la Corée du Nord ».

Les négociateurs atomiques de la Corée du Nord et des États-Unis se sont réunis en Suède pour la première fois depuis la réunion à Vietnam (première rencontre Trump-Kim) à la fin de 2019 à Stockholm. Ces négociations ont été stériles.

Pentagone : la Corée du Nord construit un missile balistique atomique à longue portée

Pentagone : la Corée du Nord construit un missile balistique atomique à longue portée

Pyongyang est en train de construire un missile balistique atomique à longue portée capable de transporter une ogive nucléaire.

La Corée du Nord reproche aux États-Unis l’échec des pourparlers et les a menacés de reprendre son programme balistique si les États-Unis ne font pas de nouvelles propositions. Certaines sources diplomatiques ont prédit que la Corée du Nord testera une nouvelle arme stratégique dans un proche avenir. La Corée du Nord a testé en 2017 avant la négociation sur la dénucléarisation un missile balistique intercontinental.  

Pyongyang a testé le lance-roquettes KN-25, calibre 600 mm, portée de 400 km. Les deux projectiles lancés le 2 mars 2020 par l’artillerie nord-coréenne confirment la maîtrise par Pyongyang de la super artillerie. Le KN-25 est un lance-missile à calibre 600 mm à cadence de quatre tirs par minute. 

http://french.presstv.com/Detail/2020/03/08/620409/Core-du-Nord-mise-en-garde-UE-essai-de-missile-France-Allemagne-Estonie-Belgique-RoyaumeUni


 

COVID-19 : LA CONTRE-OFFENSIVE DE KIM

Mon Mar 2, 2020 9:42AM

Le Leader nord-coréen Kim Jong-un sur une image publiée le 29 février 2020. ©Reuters

Le Leader nord-coréen Kim Jong-un sur une image publiée le 29 février 2020. ©Reuters

À peine quelques heures après avoir lancé une alerte à la population nord-coréenne contre ce qu'il a qualifié de "guerre biologique" des impérialistes contre les nations asiatiques, le leader nord-coréen a procédé à une nouvelle démonstration de force. Deux projectiles "inconnus" ont été tirés en direction de la mer du Japon, depuis un site de lancement de missiles dans la ville côtière de Wonsan, dans l'est de la Corée du Nord.

Un peu plutôt Kim Jong-Un était apparu pour la première fois depuis le déclenchement de l’épidémie Covid-19 aux côtés de ses soldats, tous portant des masques médicaux de couleur noire. Kim a mis sévèrement en garde contre toute "négligence criminelle dans la lutte contre le nouveau coronavirus" en laissant entendre que des responsables auraient subi des sanctions en rapport avec des dérogations illégales ou clandestines à la quarantaine générale décrétée par la Corée du Nord.

Rebecca Rambar@RebeccaRambar

 

Corée du Nord : Vendredi, Kim Jong Un a dirigé les exercices de frappe conjointe menés par des unités de l'Armée populaire coréenne (KPA).

View image on TwitterView image on TwitterView image on TwitterView image on Twitter

12

Twitter Ads info and privacy

See Rebecca Rambar's other Tweets

S'il était confirmé, le test de lundi serait le premier de Pyongyang de l'année et le premier depuis plus de trois mois.

Le lancement précédent avait eu lieu le 28 novembre, lorsque l'armée sud-coréenne avait annoncé que son voisin avait tiré deux projectiles, vraisemblablement «à partir d'un lance-roquettes multiples de très gros calibre».

La nouvelle du lancement intervient après qu'un diplomate nord-coréen de haut niveau a déclaré en janvier qu'il n'y aurait aucune raison pour Pyongyang, qui respecte un moratoire auto-imposé sur les missiles à longue portée et les essais nucléaires, de respecter ses engagements à moins que Washington lève les «sanctions les plus brutales et les plus inhumaines».

Kim surprendra les USA

Kim surprendra les USA

Si l’administration Trump choisit d’intervenir un jour en Corée du Nord, la Maison-Blanche pourrait découvrir que Pyongyang est un adversaire plus redoutable que beaucoup ne le pensent.

La Corée du Nord avait précédemment fixé un délai de fin d'année pour que les États-Unis modifient leur approche tordue des négociations après que les pourparlers de dénucléarisation à Stockholm en octobre aient échoué, Pyongyang critiquant la position des États-Unis comme étant «écœurante».

Pyongyang/USA: la Grande guerre?

Pyongyang/USA: la Grande guerre?

La Corée du Nord se prépare à une action d’intimidation contre les États-Unis.

Alors que les négociations sont au point mort, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a averti en décembre que son pays continuerait de renforcer sa dissuasion nucléaire à moins que Washington n'abandonne ses «demandes de type gangster», tout en menaçant de prendre des «mesures réelles choquantes» si les États-Unis continuaient traînant ses pieds.

Pyongyang a par le passé tiré des missiles capables d’atteindre l’intégralité du territoire continental des États-Unis. La Corée du Nord a en outre réalisé six essais nucléaires, dont le dernier était celui d’un engin 16 fois plus puissant que la bombe qui a dévasté Hiroshima en 1945, selon les estimations hautes.

http://french.presstv.com/Detail/2020/03/02/619943/Mer-du-Japon-dmonstration-de-force-de-Pyongyang


 

KIM SURPRENDRA LES USA

Wed Feb 19, 2020 6:32PM

Un F-35 américain. (Photo d'archives)

Un F-35 américain. (Photo d'archives)

Si l’administration Trump choisit d’intervenir un jour en Corée du Nord, la Maison-Blanche pourrait découvrir que Pyongyang est un adversaire plus redoutable que beaucoup ne le pensent, selon le quotidien américain The National Interest.

Le quotidien continue : « Mis à part les armes nucléaires du régime nord-coréen, Pyongyang possède des défenses aériennes qui sont plus avancées que beaucoup ne le pensent. En outre, Pyongyang a également entrepris des mesures pour accroître sa résilience face à toute attaque aérienne que les États-Unis pourraient lancer en cas de guerre. La Corée du Nord n’a pas oublié les leçons de la guerre de Corée - qui, techniquement, n’est pas encore terminée ».

« Entre 1950 et 1953, l’US Air Force et la Marine ont rasé la Corée du Nord, celle-ci a donc eu 65 ans pour réfléchir à la façon de s’assurer que cela ne se reproduise pas et pour creuser beaucoup d’abris et de tunnels anti-bombes », a déclaré au National Interest le contre-amiral à la retraite, Mike McDevitt, chercheur principal au Center for Naval Analyses (CNA).

Pyongyang/USA: la Grande guerre?

Pyongyang/USA : la Grande guerre ?

La Corée du Nord se prépare à une action d’intimidation contre les États-Unis.

L’article ajoute : « Mais en plus de renforcer ses installations, Pyongyang met en place des défenses aériennes plus avancées qu’on ne pourrait le penser. Alors que la grande majorité des défenses aériennes nord-coréennes sont d’anciens systèmes soviétiques, Pyongyang utilise des armes de fabrication locale étonnamment capables ».

« On ne sait pas combien de batteries KN-06 SAM Pyongyang a construites, mais l’arme nord-coréenne est un système étonnamment capable qui est similaire aux premières versions du S-300 de construction russe », indique l’article.

Et d’ajouter : « Le KN-06 a un radar à balayage progressif et des pistes via un système de guidage de missile et peut-être équivalent aux premières versions du S-300P, mais avec une plus grande portée. Ainsi, bien que généralement primitives, les défenses nord-coréennes pourraient être plus difficiles à casser que beaucoup ne le pensent. De plus, bien que leur technologie soit ancienne, la philosophie d’autonomie de la Corée du Nord signifie qu’elle peut produire la plupart de son propre matériel militaire ».

http://french.presstv.com/Detail/2020/02/19/619058/Etats-Unis-Coree-du-Nord-guerre-armes-F35


 

KIM JONG UN EXPRIME SA SOLIDARITÉ AVEC XI JINPING POUR LE CORONAVIRUS. KIM DECLARE PARTAGER LA DOULEUR ET LE CHAGRIN DU PEUPLE CHINOIS FRÈRE.

Kim Jong Un exprime sa solidarité avec Xi Jinping pour le coronavirus
 
Pyongyang, 1er février (Prensa Latina) Le leader de la Corée du Nord, Kim Jong Un, a envoyé un message de solidarité au président chinois Xi Jinping, exprimant sa confiance dans la victoire de la Chine dans la lutte contre le coronavirus, selon la presse locale nord-coréenne.

L'Agence centrale de presse coréenne (KCNA) a rapporté que le président du Parti du travail coréen a informé le président chinois dans le texte de la décision du Bureau politique et du Comité central du Parti du travail coréen d'envoyer en Chine un fonds d'aide pour arrêter la propagation de l'épidémie.

Le KCNA n'a cependant pas précisé le type de soutien transmis, mais a souligné qu'il est destiné à aider le peuple chinois.

Dans un message adressé au secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois, Kim Jong Un a déclaré qu'il partageait la douleur et le chagrin du "peuple chinois frère".

Il a adressé ses "profondes consolations" aux familles des victimes du virus pour la perte de leurs proches.

Kim Jong Un a manifesté sa confiance dans le fait que le Parti, le gouvernement et le peuple chinois triompheront dans la lutte contre la maladie sous la sage direction de Xi Jinping.

rly/llp/mv/bjm

source :  https://www.plenglish.com/index.php?o=rn&id=51681&SEO=kim-jong-un-expresses-his-solidarity-with-xi-jinping-for-coronavirus

Tag(s) : #Coronavirus#RPDC#Chine


 

LA COREE DU NORD ANNONCE LA REPRISE DE SES ESSAIS NUCLÉAIRES ET BALISTIQUES, INVOQUANT LES SANCTIONS BRUTALES ET INHUMAINES US A L’ENCONTRE DU PAYS

La Corée du Nord annonce la reprise de ses essais nucléaires et balistiques

Wed Jan 22, 2020 4:40AM

Une parade des forces militaires nord-coréennes. (Archives)

Une parade des forces militaires nord-coréennes. (Archives)

La Corée du Nord a annoncé qu'elle ne respectera plus son moratoire sur les essais nucléaires et de missiles, invoquant les sanctions «brutales et inhumaines» prises par les États-Unis à l'encontre du pays.

Conseiller à la mission de la Corée du Nord auprès des Nations unies, Ju Yong-chol, a accusé Washington d'appliquer «les sanctions les plus brutales et les plus inhumaines» contre Pyongyang et a averti que si les États-Unis maintiennent une telle «politique hostile», il n'y aura jamais de dénucléarisation en Corée.

«Nous n'avons trouvé aucune raison d'être liés plus longtemps par l'engagement que l'autre partie ne respecte pas», a déclaré Ju Yong-chol lors de la Conférence mondiale du désarmement à Genève.

«Si les États-Unis tentent d'imposer leurs exigences unilatérales et persistent à imposer des sanctions, la Corée du Nord pourrait être contrainte de chercher une nouvelle voie», a-t-il ajouté.

Après le sommet de Hanoï, les négociations entre Washington et Pyongyang sont dans l’impasse.

Depuis début 2019, la Corée du Nord et les États-Unis s’accusent mutuellement d’avoir fait capoter le sommet de Hanoï au Vietnam entre Donald Trump et Kim Jong-un.

La Corée du Nord a mis en garde les troupes US dans la péninsule

La Corée du Nord a mis en garde les troupes US dans la péninsule

Pyongyang a averti le gouvernement américain de cesser 

De nombreux experts estiment que le désengagement international de Washington et le comportement imprévisible du président américain par rapport aux accords internationaux a remis en question la crédibilité des États-Unis sur la scène internationale et la possibilité d'un accord entre Washington et Pyongyang.

Iran: les USA supplient Kim...

Iran: les USA supplient Kim...

Selon le conseiller à la sécurité nationale de Trump, les autorités nord coréennes ont été informées par divers canaux que Washington veut reprendre les pourparlers avec Kim Jung-un.

http://french.presstv.com/Detail/2020/01/22/616738/Kim-brandit-son-arme-suprme


 

APRES L'ASSASSINAT DE SOLEIMANI, LES DIRIGEANTS DE LA CORÉE DU NORD DOIVENT-ILS CRAINDRE POUR LEUR VIE?

Après l’assassinat de Qassem Soleimani, les hauts dirigeants de la Corée du Nord doivent-ils craindre pour leur vie ?

 Depuis 6 heures  22 janvier 2020

soleimani_coree

 Asie et Afrique - Deux Corées

 

En cas de sérieuse détérioration des relations entre les États-Unis et la Corée du Nord, le président américain Donald Trump étudiera-t-il l’option d’éliminer un haut dirigeant politique ou militaire de la Corée du Nord ?

L’attaque a eu lieu dans la nuit. L’avion à bord duquel se trouvait le chef des forces spéciales du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) le général Qassem Soleimani a atterri à l’aéroport de Bagdad juste après minuit. Le général iranien a été accueilli par le chef adjoint des Unités de mobilisation populaire de l’Irak Abu Mahdi al-Muhandis – principal allié de l’Iran en Irak, écrit Daniel DePetris, collaborateur du centre analytique Defense Priorities, dans un article pour le média The National Interest.

9 minutes plus tard, un drone américain MQ-9 Reaper, qui suivait les deux voitures, a attaqué le convoi. Soleimani et al-Muhandis ont été tués. Depuis, le président américain Donald Trump ne cesse de qualifier cette opération de merveilleux exploit.

L’assassinat de Qassem Soleimani a été un événement choquant du point de vue de la politique des États-Unis. Ni George W. Bush ni Barack Obama n’avaient osé le faire, jugeant cette démarche trop risquée. Après le meurtre du général iranien de nombreux experts ont changé d’avis au sujet du chef de l’État américain. L’ancien ambassadeur de France aux États-Unis Gérard Araud a déclaré à Bloomberg News que désormais les Américains étaient complètement imprévisibles. Nathalie Tocci, conseillère de l’ancienne chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini, a qualifié la politique américaine de « plus irréfléchie » qu’au moment d’invasion de l’Irak 17 ans plus tôt.

D’où la question : si la tension dans les relations entre les États-Unis et la Corée du Nord se dégradaient sérieusement, Donald Trump songerait-il à l’élimination d’un haut dirigeant politique ou militaire de la Corée du Nord ? Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un deviendrait-il l’une des victimes potentielles ?

En temps normal une telle question semblerait étrange. Conformément à la législation, les États-Unis ne peuvent pas assassiner des hauts fonctionnaires politiques, sauf si ces derniers ne travaillent pas pour les gouvernements qui participent aux activités militaires dirigées contre Washington. C’est cet argument qui a été invoqué par la Maison blanche après la mort de Qassem Soleimani, qui a été également inscrit par Washington sur la liste des terroristes internationaux. Les États-Unis ont cessé les attentats contre de hauts fonctionnaires étrangers dans les années 1970, après l’interdiction d’une telle tactique par le président américain Gerald Ford.

Un attentat contre des dirigeants de pays dotés de l’arme nucléaire relève d’une pure folie. Même si l’arsenal nucléaire de la Corée du Nord n’est pas comparable à celui d’autres puissances nucléaires comme la France (30 ogives nucléaires), le Royaume-Uni (215 ogives nucléaires) ou le Pakistan (150 ogives nucléaires). Pyongyang possède entre 30 et 60 ogives nucléaires, ce qui est incomparable avec l’arsenal nucléaire américain (plus de 6.000 ogives).

Cependant, une arme nucléaire est une arme nucléaire. Le lancement d’une seule ogive entraînerait un immense préjudice, la mort de centaines de milliers d’individus, la paralysie politique et la panique au sein de la population. Ce n’est pas une voie qu’oserait suivre un dirigeant responsable. Tout président devrait d’abord se demander si l’assassinat d’un ministre, d’un général ou du dirigeant de la Corée du Nord vaudrait les conséquences et le préjudice pour la réputation subis suite à cette décision odieuse.

Conclusion : le meurtre du général d’un pays qui ne dispose pas de l’arme nucléaire est une démarche très risquée. Cependant, ce risque est d’autant plus grand s’il s’agit de l’assassinat d’un haut fonctionnaire d’un pays qui possède l’arme la plus meurtrière du monde.

Source : Observateur continental

http://french.almanar.com.lb/1622942


 

CORÉE DU NORD : COMMENT KIM A ROULE TRUMP DANS LA FARINE

Comment Kim Jong-Un a roulé Donald Trump dans la farine

Par

 Sam Boton

 -

   (Tout le monde en parle) 

1

FacebookTwitterLinkedInGmailTelegramWhatsAppPartager

Kim Jong-un avec des militaires nord-coréens. KCNA/Reuters
 

En Corée du nord, un événement important semble s’être produit en l’espace de quelques jours. Alors que Kim Jong-Un a mis en scène sa visite sur un lieu considéré comme sacré par le peuple nord-coréen, des échanges tendus ont eu lieu par presses interposées, entre les européens et Pyongyang d’une part et entre Donald Trump et les autorités nord-coréennes d’autres parts.

Et pour cause, la Corée du nord a peu apprécié les récentes critiques des européens concernant les derniers tests de missile du pays. Il faut rappeler que l’Europe considère ses tirs comme dangereux pour la sécurité mondiale et ont appelé à maintenir les sanctions contre le pays déjà durement éprouvé par les sanctions américaines et internationales. «C’est encore une provocation grave contre la Corée du Nord », a affirmé l’ambassadeur Kim Song qui affirme que les européens jouent les « chiens de garde des États-Unis »

Remise en cause de la dénucléarisation et grande annonce

Une déclaration qui a poussé la Corée du nord à retirer la question de la dénucléarisation de la table de négociation. Un acte qui remet en cause toute la stratégie du président américain qui voulait encore croire en la dénucléarisation de la péninsule assumant sa tactique de rapprochement avec le leader du pays communiste.

Plus récemment, Pyongyang avait également vivement critiqué le président Trump après l’utilisation du sobriquet “homme fusée” qui rappelle les moments de tension entre lui et Kim Jong-Un. Pour couronner le tout, le pays a annoncé ce samedi avoir fait un test très important sur une base qu’ils avaient promi fermer. Est-ce là un test qui confirmera le statut de puissance nucléaire du pays? Rien n’est encore sûr.

https://lanouvelletribune.info/2019/12/comment-kim-jong-un-a-roule-donald-trump-dans-la-farine/


 

LA CORÉE DU NORD N'EST PAS INTÉRESSÉE PAR UN NOUVEAU SOMMET INUTILE AVEC LES ETATS-UNIS

 
 
 

La RPDC n'est pas intéressée par un nouveau sommet inutile avec les Etats-Unis

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2019-11-19 à 03:45
 

PYONGYANG, 18 novembre (Xinhua) -- Un responsable de la République populaire démocratique de Corée (RPDC) a déclaré lundi que Pyongyang n'était pas intéressé par un nouveau sommet entre la RPDC et les Etats-Unis, dans la mesure où celui-ci "n'apporterait rien" à son pays.

Kim Kye Gwan, un conseiller du ministère des Affaires étrangères de RPDC, a déclaré avoir appris que le président américain Donald Trump avait appelé dimanche sur Twitter à un nouveau sommet RPDC-Etats-Unis, selon un communiqué publié par l'Agence de presse centrale coréenne (KCNA), l'agence de presse officielle de RPDC.

"Je suis le seul à pouvoir vous amener là où vous voulez aller. Vous devriez agir rapidement et conclure un accord. A bientôt !", a déclaré M. Trump à Kim Jong Un, dirigeant suprême de RPDC.

Kim Kye Gwan a cependant indiqué que les trois séries de rencontres au sommet et de pourparlers organisées entre la RPDC et les Etats-Unis depuis juin 2018 n'avaient apporté aucune amélioration particulière aux relations entre les deux pays.

"Les Etats-Unis ne cherchent qu'à gagner du temps en prétendant avoir accompli des progrès dans le règlement du problème de la péninsule coréenne", a-t-il déclaré.

Le conseiller a souligné que la RPDC n'avait encore rien reçu en retour de ces sommets. En conséquence, "nous ne ferons plus au président américain aucun cadeau dont il puisse se vanter ; nous voulons obtenir quelque chose en contrepartie", a-t-il ajouté.

"Si les Etats-Unis veulent vraiment poursuivre le dialogue avec la RPDC, il leur faudra prendre des décisions plus audacieuses et renoncer à leur politique hostile à l'égard de la RPDC", a-t-il déclaré.

La Corée du Sud et les Etats-Unis ont par ailleurs annoncé dimanche avoir décidé de remettre à plus tard un exercice militaire conjoint prévu pour la fin du mois, et ce afin de pouvoir consolider leur dialogue avec la RPDC.

Pyongyang avait en effet critiqué cet exercice militaire comme hostile à la RPDC, soulignant qu'il ne ferait que nuire aux nouvelles négociations sur la dénucléarisation de la péninsule coréenne. Fin

http://french.xinhuanet.com/2019-11/19/c_138565018.htm


 

COREE DU NORD : ROYAL COUP ASSENE PAR KIM NON SEULEMENT AUX USA FRAPPES DANS LEUR JARDIN, MAIS AUSSI ET SURTOUT A « ISRAËL »

L'armée égyptienne construit un arsenal indépendant des USA à l'aide de l'axe Moscou/Pyongyang?

Mon Oct 28, 2019 10:06AM [Updated: Tue Oct 29, 2019 05:09AM ]

Une lance-roquette de fabrication nord-coréenne.(Archives)

Une lance-roquette de fabrication nord-coréenne.(Archives)

Qui aurait cru que Kim frappe les USA en son pré-carré. Alors que les États-Unis ont fait voler ce dimanche deux bombardiers stratégiques B-52 au-dessus de la mer de Chine orientale, non loin de l'espace aérien de la Corée du Nord, et ce, en représailles aux tests balistiques largement réussis de la Corée du Nord, Washington Post nous apprend que Pyongyang aurait signé un accord avec l'Égypte pour lui livrer des missiles! À en croire le journal, al-Sissi qui s'est fait démarquer cette semaine par ce spectaculaire rapprochement avec la Russie en ouvrant le ciel égyptien aux éléments de la DCA russe, dans le cadre des « exercices de défense aérienne "Arrow of Friendship" 2019 », aurait caché le contrat aux Américains par "crainte des sanctions".

PressTV-USA : Kim passe à l'offensive!

PressTV-USA : Kim passe à l'offensive!

L’agence de presse officielle nord-coréenne KCNA rapporte ce dimanche que le leader nord-coréen Kim Jong-un avait supervisé samedi des essais de lance-roquettes multiples à longue portée et d’armes tactiques guidées.  

Quoi qu'il en soit, si l'info s'avère telle qu'elle est décrite par le journal américain, il convient d'y voir un royal coup asséné par Kim non seulement aux USA, mais aussi et surtout à Israël. Car on sait comment l’Égyptien est aux prises avec le terrorisme version daechiste au Sinaï, un terrorisme créée et nourri par les services secrets israéliens et qui a pour mission, d'abord, d'épuiser l'armée égyptienne et ensuite justifier les ingérences militaires israélo-égyptiennes dans cette vaste contrée où le Deal du siècle ambitionnait loger les Palestiniens de Gaza. Que la Corée du Nord livre donc des missiles au Caire pour lutter contre Daech de Sinaï et ce, à l'insu des USA, c'est là un coup de maître qui rappelle une nouvelle fois aux maîtres de la Maison Blanche de ne jamais sous-estimer leur adversaire. Surtout que Kim a à plus d'une reprise manifesté sa haine et son aversion contre Israël.  

Se référant à cette information, The Washington Post a écrit dans son édition du 26 octobre : « Des documents internes du gouvernement égyptien montrent que des autorités égyptiennes se démènent pour détruire certaines lettres officielles après que des agences d'espionnage américaines aient découvert un stratagème visant à transporter clandestinement une cargaison militaire nord-coréenne en Égypte, et ce, au mépris des sanctions internationales. »

« De nouveaux documents indiquent le rôle apparent de l'armée égyptienne dans l'achat de 30 000 mortiers trouvés dans un cargo nord-coréen il y a trois ans. Le navire se dirigeait vers un port en Égypte situé sur le canal de Suez et, après sa saisie, les Nations unies ont parlé de la plus importante saisie d'armes de l'histoire des sanctions nord-coréennes », selon le journal.

La DCA russe active en Egypte?

La DCA russe active en Égypte?

Les premiers exercices conjoints de défense aérienne Arrow of Friendship 2019 ont débuté en Égypte, a annoncé dimanche le district militaire sud de la Russie.

Selon The Washington Post, l'accord entre Le Caire et Pyongyang qui a permis une première livraison de missiles à l'Égypte, serait toujours en vigueur : " À Washington, des membres de l’administration américaine s'inquiètent du rapprochement du Caire avec Pyongyang, un pays qui demeure malgré tout un important client des armements US, mais qui a tendance de plus en plus à se fournir auprès de la Russie, et maintenant auprès de la Corée du Nord.

The Washington Post a publié pour la première fois la nouvelle de l’achat égyptien d’armes nord-coréennes en octobre 2008 et de sa livraison maritime au moment où des tentatives se multiplient pour des actes de piratage visant le trafic maritime mondial. En été, les Américains ont saisi un pétrolier iranien à Gibraltar sous prétexte d'avoir à contrer les tentatives iraniennes de fournir la Syrie en pétrole sous sanction US. Le cas égyptien, évoqué sous le label "révélation" par le journal américain, répond à cette même logique. La presse américaine a déjà rapporté que l’armée égyptienne avait tenté d’acheter à la Corée du Nord, souvent, des armes, des munitions et des connaissances pour la fabrication de produits de l’industrie militaire égyptienne, mais elle a été contrecarrée par les Américains qui ont peur de l'émergence d'une armée égyptienne dépositaire d'un arsenal dépassant les capacités de l'armée israélienne. Aussi c'est avec inquiétude que l'axe Tel-Aviv-Washington a réagi aux informations concernant les exercices aériens conjoints égypto-russes. 

PressTV-Israël ressort ses Spyder contre l’Égypte!

PressTV-Israël ressort ses Spyder contre l’Égypte!

Le déploiement par Israël des systèmes de missile Spyder, aux alentours du barrage éthiopien de la Renaissance, n’est pas allé non sans attiser la tension entre ce régime et l’Égypte.

Dimanche 27 octobre, le porte-parole des forces armées égyptiennes a annoncé que "des éléments des forces de défense antiaérienne russe sont arrivés en Égypte pour participer aux activités de formation conjointes égypto-russes de la défense antiaérienne (Arrow Friendship-1), organisées par l'Égypte pour la première fois entre les deux parties".

https://www.presstv.com/Detail/2019/10/28/609753/Afrique-un-trio-EgypteRussieCore-du-Nord