COREE DU NORD

US NAVY : LE STRATAGÈME DE KIM?

Covid-19 : la Corée du Nord pêchera-t-il en eaux troubles?

Wed Apr 1, 2020 11:50AM

La Corée du Nord qui a fermé ses frontières et adopté des mesures de confinement drastiques défie déjà une US Navy pleinement touchée par la Covid-19/AFP

La Corée du Nord qui a fermé ses frontières et adopté des mesures de confinement drastiques défie déjà une US Navy pleinement touchée par la Covid-19/AFP

Le capitaine de vaisseau Brett Crozier, commandant de l’USS Theodore Roosevelt  a adressé une lettre de quatre pages au commandement de l’US Navy : « Nous ne sommes pas en guerre. Il n’y a aucune raison que des marins meurent », écrit-il alors que son équipage de 4 000 marins est fortement touché par l’épidémie de Coronavirus. En Corée du Sud, le nombre de contaminations continue à augmenter au sein des marines stationnés sur la base US. A ce qui parait, la présence US en Asie de l'est en prend des coups. Kim saura-t-il tourner cette situation à son avantage? 

La Corée du Nord a procédé, 20 mars 2020, au lancement de deux projectiles non identifiés depuis le site de lancement de missiles de Wonsan. Les deux projectiles non identifiés (missiles balistiques? Missiles de croisière? Roquettes à longue portée?) se sont abîmés en mer du Japon/mer de l’Est.

Les USA alertent sur la Corée du Nord

Les USA alertent sur la Corée du Nord

Pyongyang est en train de construire un missile balistique atomique à longue portée capable de transporter une ogive nucléaire.

Pyongyang a averti qu’il allait tester une nouvelle arme stratégique, ce qui laisse supposer que les deux projectiles tirés en direction de l’océan pacifique seraient des prototypes d’une nouvelle variante d’un missile balistique intercontinental (ICBM).

C'est dans ce contexte qu'un responsable nord coréen à violemment réagi aux récents propos de Pompéo, le secrétaire d'état US : «Nous avons perdu tout intérêt pour le dialogue après les commentaires de Pompeo. Si les États-Unis nous dérangent, cela fera mal », a menacé un haut fonctionnaire de Pyongyang en commentant l'appel de pression anti-nord-coréen du secrétaire d'état US. Or cet appel risque de rester lettre morte vu la situation qui règne au sein de l'US Navy dans la pacifique. 

Covid-19: la contre-offensive de Kim

Covid-19: la contre-offensive de Kim

Contre-offensive biologique de Kim sur fond d'un double test de missiles...

D'ailleurs, le commandant du  porte-avions américain l’ USS Theodore Roosevelt, confronté à une contamination galopante du coronavirus a appelé à l’aide dans une lettre, demandant l’autorisation d’évacuer son équipage sur l’île de Guam : « Nous ne sommes pas en guerre. Il n’y a aucune raison que des marins meurent », a écrit le capitaine de vaisseau Brett Crozier. Pour l'heure le Pentagone refuse de donner suite à cet appel à l'aide mais jusqu'où pourra-t-il s'obstiner? 

Parallèlement, le fossé continue de se creuser entre Washington et Séoul sur le coût de la présence des troupes américaines en Corée du Sud, le commandant américain dans le pays ayant appelé à un noiveau tour de négociation pour résoudre le problème.

L’armée US menace Séoul

L’armée US menace Séoul

Dans le droit fil des tensions entre la Corée du Sud et les États-Unis au sujet des dépenses militaires, l’armée américaine a averti qu’elle licencierait 9 000 employés sud-coréens si les deux pays ne parvenaient pas à un accord.

Le différend fait suite à une demande américaine pour que Séoul verse jusqu'à 5 milliards de dollars par an pour soutenir la présence de troupes, contre 870 millions de dollars en vertu de l'accord de l'an dernier. La situation a provoqué le licenciement des milliers de travailleurs locaux (sud-coréens) ce qui est compris par une majorité de Sud-coréens comme un "chantage" fait par les USA à l'adressé de la Corée du Sud. La situation est visiblement en défaveur des Etats-Unis qui  stationnent environ 28 500 soldats en Corée du Sud, sous prétexte de faire face aux menaces nord-coréennes qui mettraient en danger ce pays. La Covid-19 aura-t-elle raison de la présence US dans la péninsule? C'est ce sur quoi Kim semble avoir compter, au regard des essaies de tirs de missiles "stratégiques" qu'il cumule en ce moment. 

http://french.presstv.com/Detail/2020/04/01/622073/Ngociations-USACore-du-Nord--lagonie


 

REVOILÀ KIM. UNE AGENCE SUD-CORÉENNE INDIQUE QUE LA CORÉE DU NORD A TESTE UN LANCEUR DE MISSILES MULTIPLES DE GRANDE DIMENSION

Pyongyang

Pyongyang aurait testé un lanceur de missiles multiples

© CC0 / Lm2f / Pyongyangpanoramic

INTERNATIONAL

URL courte

24013

S'abonner

Après que la Corée du Nord a tiré dimanche matin de nouveaux projectiles en mer du Japon, l'agence sud-coréenne Yonhap indique que Pyongyang a procédé aux tests d'un lanceur de missiles multiples.

La Corée du Nord a testé un lanceur de missiles multiples «de grandes dimensions», selon l'agence sud-coréenne Yonhap. Les détails des essais restent à préciser.

Les représentants de la sécurité nationale sud-coréenne ont organisé dimanche 29 mars une visioconférence d'urgence afin de discuter les récents tirs de projectiles en mer du Japon, indique l'agence se référant au bureau présidentiel.

Tirs de nouveaux projectiles

Pour la quatrième fois en mars, Pyongyang a réalisé des tirs de projectiles, vraisemblablement des missiles balistiques. Les tirs de dimanche ont été réalisés dans le secteur de la ville portuaire de Wonsan, sur la côte est, et en direction de la mer du Japon.

Ces essais intervenaient sur fond d'impasse diplomatique totale entre la Corée du Nord et les États-Unis concernant le dossier nucléaire, et au moment où Washington vient de proposer une aide à Pyongyang pour combattre le nouveau coronavirus, a rappelé l'AFP.

https://fr.sputniknews.com/international/202003291043428163-pyongyang-aurait-teste-un-lanceur-a-ogives-multiples/


 

QUELLES MESURES PRISES PAR LA CORÉE DU NORD POUR FAIRE FACE AU CORONAVIRUS

Le leader nord-coréen Kim Jong-un

Quelles mesures en Corée du Nord face à la pandémie de coronavirus?

Пресс-служба губернатора Приморского края

INTERNATIONAL

URL courte

Dossier:

Propagation du coronavirus dépisté en Chine - 2020 (630)

 0 40

S'abonner

La Corée du Nord, a elle aussi pris des mesures afin de faire face à l'épidémie de Covid-19. Le personnel soignant du pays fait «tout le nécessaire» pour éviter sa propagation, affirme un diplomate nord-coréen dans une interview à Sputnik.

Les autorités nord-coréennes renforcent les mesures anti-épidémiques sur fond de pandémie de Covid-19, a fait savoir à Sputnik un représentant du consulat général de la République populaire démocratique de Corée dans la ville russe de Vladivostok.

La Corée du Nord n'a pour le moment pas divulgué les statistiques officielles concernant le nombre de cas de contamination au Covid-19 ou celui de morts des suites de la maladie. Par contre, selon les informations relayées vendredi 27 mars par la télévision du pays, deux étrangers et 2.280 autres personnes restaient en quarantaine sur son territoire. Dans le même temps, toutes les personnes sous surveillance médicale et n'ayant pas de symptômes du Covid-19 en ont été libérées, a fait ressortir le diplomate.

 

«Afin d’éviter les dégâts causés par le Covid-19, qui se répand dans presque tous les pays et régions à pas de géant, notre pays renforce le système anti-épidémique d'urgence de l'État», a indiqué le diplomate sans fournir plus de détails.

Quarantaine et surveillance médicale  

Une mesure primordiale pour lutter contre l'épidémie réside dans la surveillance médicale des gens dans les groupes à risques. Ainsi, le diplomate a noté que la Corée du Nord surveillait les étrangers et ceux qui avaient des contacts avec eux, tout comme ceux qui étaient en quarantaine ou qui en avaient été libérés.

 

 

Maria Zakharova

© SPUTNIK . VALERY MELNIKOV

Des tigres lâchés par Poutine pour maintenir la quarantaine? «Les ours sont plus efficaces», rit Maria Zakharova

Selon lui, pour analyser le travail d'urgence des services de l'État face au coronavirus, des vidéoconférences régulières sont organisées. Lors de la dernière réunion de ce type, ils ont été appelés à renforcer les mesures de prévention et la surveillance médicale.

 

Le diplomate a également indiqué que les professionnels de santé du pays faisaient «tout le nécessaire», fournissant par ailleurs à la population des moyens de désinfection pour enrayer l'épidémie qui a déjà fait plus de 28.000 morts dans le monde.

Une autre mesure concerne la favorisation des conditions pour ceux qui sont en quarantaine, le diplomate affirme que les médecins nord-coréens fournissent notamment des produits alimentaires à toutes les femmes enceintes.

https://fr.sputniknews.com/international/202003281043420349-quelles-mesures-en-coree-du-nord-face-a-la-pandemie-de-coronavirus/


 

LA COREE DU NORD TIRE TROIS PROJECTILES NON IDENTIFIES EN DIRECTION DE LA MER DU JAPON

 

La RPDC tire trois projectiles en direction de la mer de l'Est (Yonhap)

 
French.xinhuanet.com | Publié le 2020-03-09 à 08:51
 

SEOUL, 8 mars (Xinhua) -- La République populaire démocratique de Corée (RPDC) a tiré trois projectiles non identifiés en direction de la mer de l'Est (mer du Japon), une semaine après le lancement de deux autres projectiles à courte portée, a rapporté dimanche l'agence de presse Yonhap, citant des sources militaires sud-coréennes.

Ils ont été lancés vers le nord-est à partir de zones proches de la ville orientale de Sondok dans la province du Hamgyong du Sud, a déclaré l'état-major interarmées de la Corée du Sud (JCS) dans un bref communiqué.

D'autres détails sur les projectiles, y compris leur type, leur portée et leur altitude, n'étaient pas immédiatement disponibles.

"Notre armée surveille la situation en cas de lancements supplémentaires et maintient une posture de préparation", a déclaré le JCS dans le communiqué, selon Yonhap.

http://french.xinhuanet.com/2020-03/09/c_138857237.htm


 

KIM MET EN GARDE L'OTAN...

L'Europe joue-t-elle avec le feu?

Sun Mar 8, 2020 5:30PM

Pyongyang a menacé cinq pays européens de "réponse cuisante". ©KNCA

Pyongyang a menacé cinq pays européens de "réponse cuisante". ©KNCA

La France, le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Estonie et la Belgique ont, a rapporté NKI News, dénoncé lors d’une session secrète du Conseil de sécurité des Nations Unies sur la Corée du Nord jeudi dernier les essais de missile, qualifiés de « provocations », effectués par Pyongyang en violation des résolutions de l’ONU.

Ces pays ont également appelé la communauté internationale à rejoindre les sanctions contre la Corée du Nord.

L’armée nord-coréenne a annoncé la semaine dernière que la Corée du Nord avait tiré deux missiles de courte portée depuis la rive orientale en direction de la mer du Japon (mer de l’Est).

Pyongyang dévoilera une

 

Le dirigeant nord-coréen a averti que « le monde va découvrir dans un proche avenir une nouvelle arme stratégique que détient la Corée du Nord ».

Les négociateurs atomiques de la Corée du Nord et des États-Unis se sont réunis en Suède pour la première fois depuis la réunion à Vietnam (première rencontre Trump-Kim) à la fin de 2019 à Stockholm. Ces négociations ont été stériles.

Pentagone : la Corée du Nord construit un missile balistique atomique à longue portée

Pentagone : la Corée du Nord construit un missile balistique atomique à longue portée

Pyongyang est en train de construire un missile balistique atomique à longue portée capable de transporter une ogive nucléaire.

La Corée du Nord reproche aux États-Unis l’échec des pourparlers et les a menacés de reprendre son programme balistique si les États-Unis ne font pas de nouvelles propositions. Certaines sources diplomatiques ont prédit que la Corée du Nord testera une nouvelle arme stratégique dans un proche avenir. La Corée du Nord a testé en 2017 avant la négociation sur la dénucléarisation un missile balistique intercontinental.  

Pyongyang a testé le lance-roquettes KN-25, calibre 600 mm, portée de 400 km. Les deux projectiles lancés le 2 mars 2020 par l’artillerie nord-coréenne confirment la maîtrise par Pyongyang de la super artillerie. Le KN-25 est un lance-missile à calibre 600 mm à cadence de quatre tirs par minute. 

http://french.presstv.com/Detail/2020/03/08/620409/Core-du-Nord-mise-en-garde-UE-essai-de-missile-France-Allemagne-Estonie-Belgique-RoyaumeUni


 

COVID-19 : LA CONTRE-OFFENSIVE DE KIM

Mon Mar 2, 2020 9:42AM

Le Leader nord-coréen Kim Jong-un sur une image publiée le 29 février 2020. ©Reuters

Le Leader nord-coréen Kim Jong-un sur une image publiée le 29 février 2020. ©Reuters

À peine quelques heures après avoir lancé une alerte à la population nord-coréenne contre ce qu'il a qualifié de "guerre biologique" des impérialistes contre les nations asiatiques, le leader nord-coréen a procédé à une nouvelle démonstration de force. Deux projectiles "inconnus" ont été tirés en direction de la mer du Japon, depuis un site de lancement de missiles dans la ville côtière de Wonsan, dans l'est de la Corée du Nord.

Un peu plutôt Kim Jong-Un était apparu pour la première fois depuis le déclenchement de l’épidémie Covid-19 aux côtés de ses soldats, tous portant des masques médicaux de couleur noire. Kim a mis sévèrement en garde contre toute "négligence criminelle dans la lutte contre le nouveau coronavirus" en laissant entendre que des responsables auraient subi des sanctions en rapport avec des dérogations illégales ou clandestines à la quarantaine générale décrétée par la Corée du Nord.

Rebecca Rambar@RebeccaRambar

 

Corée du Nord : Vendredi, Kim Jong Un a dirigé les exercices de frappe conjointe menés par des unités de l'Armée populaire coréenne (KPA).

View image on TwitterView image on TwitterView image on TwitterView image on Twitter

12

Twitter Ads info and privacy

See Rebecca Rambar's other Tweets

S'il était confirmé, le test de lundi serait le premier de Pyongyang de l'année et le premier depuis plus de trois mois.

Le lancement précédent avait eu lieu le 28 novembre, lorsque l'armée sud-coréenne avait annoncé que son voisin avait tiré deux projectiles, vraisemblablement «à partir d'un lance-roquettes multiples de très gros calibre».

La nouvelle du lancement intervient après qu'un diplomate nord-coréen de haut niveau a déclaré en janvier qu'il n'y aurait aucune raison pour Pyongyang, qui respecte un moratoire auto-imposé sur les missiles à longue portée et les essais nucléaires, de respecter ses engagements à moins que Washington lève les «sanctions les plus brutales et les plus inhumaines».

Kim surprendra les USA

Kim surprendra les USA

Si l’administration Trump choisit d’intervenir un jour en Corée du Nord, la Maison-Blanche pourrait découvrir que Pyongyang est un adversaire plus redoutable que beaucoup ne le pensent.

La Corée du Nord avait précédemment fixé un délai de fin d'année pour que les États-Unis modifient leur approche tordue des négociations après que les pourparlers de dénucléarisation à Stockholm en octobre aient échoué, Pyongyang critiquant la position des États-Unis comme étant «écœurante».

Pyongyang/USA: la Grande guerre?

Pyongyang/USA: la Grande guerre?

La Corée du Nord se prépare à une action d’intimidation contre les États-Unis.

Alors que les négociations sont au point mort, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a averti en décembre que son pays continuerait de renforcer sa dissuasion nucléaire à moins que Washington n'abandonne ses «demandes de type gangster», tout en menaçant de prendre des «mesures réelles choquantes» si les États-Unis continuaient traînant ses pieds.

Pyongyang a par le passé tiré des missiles capables d’atteindre l’intégralité du territoire continental des États-Unis. La Corée du Nord a en outre réalisé six essais nucléaires, dont le dernier était celui d’un engin 16 fois plus puissant que la bombe qui a dévasté Hiroshima en 1945, selon les estimations hautes.

http://french.presstv.com/Detail/2020/03/02/619943/Mer-du-Japon-dmonstration-de-force-de-Pyongyang


 

KIM SURPRENDRA LES USA

Wed Feb 19, 2020 6:32PM

Un F-35 américain. (Photo d'archives)

Un F-35 américain. (Photo d'archives)

Si l’administration Trump choisit d’intervenir un jour en Corée du Nord, la Maison-Blanche pourrait découvrir que Pyongyang est un adversaire plus redoutable que beaucoup ne le pensent, selon le quotidien américain The National Interest.

Le quotidien continue : « Mis à part les armes nucléaires du régime nord-coréen, Pyongyang possède des défenses aériennes qui sont plus avancées que beaucoup ne le pensent. En outre, Pyongyang a également entrepris des mesures pour accroître sa résilience face à toute attaque aérienne que les États-Unis pourraient lancer en cas de guerre. La Corée du Nord n’a pas oublié les leçons de la guerre de Corée - qui, techniquement, n’est pas encore terminée ».

« Entre 1950 et 1953, l’US Air Force et la Marine ont rasé la Corée du Nord, celle-ci a donc eu 65 ans pour réfléchir à la façon de s’assurer que cela ne se reproduise pas et pour creuser beaucoup d’abris et de tunnels anti-bombes », a déclaré au National Interest le contre-amiral à la retraite, Mike McDevitt, chercheur principal au Center for Naval Analyses (CNA).

Pyongyang/USA: la Grande guerre?

Pyongyang/USA : la Grande guerre ?

La Corée du Nord se prépare à une action d’intimidation contre les États-Unis.

L’article ajoute : « Mais en plus de renforcer ses installations, Pyongyang met en place des défenses aériennes plus avancées qu’on ne pourrait le penser. Alors que la grande majorité des défenses aériennes nord-coréennes sont d’anciens systèmes soviétiques, Pyongyang utilise des armes de fabrication locale étonnamment capables ».

« On ne sait pas combien de batteries KN-06 SAM Pyongyang a construites, mais l’arme nord-coréenne est un système étonnamment capable qui est similaire aux premières versions du S-300 de construction russe », indique l’article.

Et d’ajouter : « Le KN-06 a un radar à balayage progressif et des pistes via un système de guidage de missile et peut-être équivalent aux premières versions du S-300P, mais avec une plus grande portée. Ainsi, bien que généralement primitives, les défenses nord-coréennes pourraient être plus difficiles à casser que beaucoup ne le pensent. De plus, bien que leur technologie soit ancienne, la philosophie d’autonomie de la Corée du Nord signifie qu’elle peut produire la plupart de son propre matériel militaire ».

http://french.presstv.com/Detail/2020/02/19/619058/Etats-Unis-Coree-du-Nord-guerre-armes-F35


 

KIM JONG UN EXPRIME SA SOLIDARITÉ AVEC XI JINPING POUR LE CORONAVIRUS. KIM DECLARE PARTAGER LA DOULEUR ET LE CHAGRIN DU PEUPLE CHINOIS FRÈRE.

Kim Jong Un exprime sa solidarité avec Xi Jinping pour le coronavirus
 
Pyongyang, 1er février (Prensa Latina) Le leader de la Corée du Nord, Kim Jong Un, a envoyé un message de solidarité au président chinois Xi Jinping, exprimant sa confiance dans la victoire de la Chine dans la lutte contre le coronavirus, selon la presse locale nord-coréenne.

L'Agence centrale de presse coréenne (KCNA) a rapporté que le président du Parti du travail coréen a informé le président chinois dans le texte de la décision du Bureau politique et du Comité central du Parti du travail coréen d'envoyer en Chine un fonds d'aide pour arrêter la propagation de l'épidémie.

Le KCNA n'a cependant pas précisé le type de soutien transmis, mais a souligné qu'il est destiné à aider le peuple chinois.

Dans un message adressé au secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois, Kim Jong Un a déclaré qu'il partageait la douleur et le chagrin du "peuple chinois frère".

Il a adressé ses "profondes consolations" aux familles des victimes du virus pour la perte de leurs proches.

Kim Jong Un a manifesté sa confiance dans le fait que le Parti, le gouvernement et le peuple chinois triompheront dans la lutte contre la maladie sous la sage direction de Xi Jinping.

rly/llp/mv/bjm

source :  https://www.plenglish.com/index.php?o=rn&id=51681&SEO=kim-jong-un-expresses-his-solidarity-with-xi-jinping-for-coronavirus

Tag(s) : #Coronavirus#RPDC#Chine


 

LA COREE DU NORD ANNONCE LA REPRISE DE SES ESSAIS NUCLÉAIRES ET BALISTIQUES, INVOQUANT LES SANCTIONS BRUTALES ET INHUMAINES US A L’ENCONTRE DU PAYS

La Corée du Nord annonce la reprise de ses essais nucléaires et balistiques

Wed Jan 22, 2020 4:40AM

Une parade des forces militaires nord-coréennes. (Archives)

Une parade des forces militaires nord-coréennes. (Archives)

La Corée du Nord a annoncé qu'elle ne respectera plus son moratoire sur les essais nucléaires et de missiles, invoquant les sanctions «brutales et inhumaines» prises par les États-Unis à l'encontre du pays.

Conseiller à la mission de la Corée du Nord auprès des Nations unies, Ju Yong-chol, a accusé Washington d'appliquer «les sanctions les plus brutales et les plus inhumaines» contre Pyongyang et a averti que si les États-Unis maintiennent une telle «politique hostile», il n'y aura jamais de dénucléarisation en Corée.

«Nous n'avons trouvé aucune raison d'être liés plus longtemps par l'engagement que l'autre partie ne respecte pas», a déclaré Ju Yong-chol lors de la Conférence mondiale du désarmement à Genève.

«Si les États-Unis tentent d'imposer leurs exigences unilatérales et persistent à imposer des sanctions, la Corée du Nord pourrait être contrainte de chercher une nouvelle voie», a-t-il ajouté.

Après le sommet de Hanoï, les négociations entre Washington et Pyongyang sont dans l’impasse.

Depuis début 2019, la Corée du Nord et les États-Unis s’accusent mutuellement d’avoir fait capoter le sommet de Hanoï au Vietnam entre Donald Trump et Kim Jong-un.

La Corée du Nord a mis en garde les troupes US dans la péninsule

La Corée du Nord a mis en garde les troupes US dans la péninsule

Pyongyang a averti le gouvernement américain de cesser 

De nombreux experts estiment que le désengagement international de Washington et le comportement imprévisible du président américain par rapport aux accords internationaux a remis en question la crédibilité des États-Unis sur la scène internationale et la possibilité d'un accord entre Washington et Pyongyang.

Iran: les USA supplient Kim...

Iran: les USA supplient Kim...

Selon le conseiller à la sécurité nationale de Trump, les autorités nord coréennes ont été informées par divers canaux que Washington veut reprendre les pourparlers avec Kim Jung-un.

http://french.presstv.com/Detail/2020/01/22/616738/Kim-brandit-son-arme-suprme


 

APRES L'ASSASSINAT DE SOLEIMANI, LES DIRIGEANTS DE LA CORÉE DU NORD DOIVENT-ILS CRAINDRE POUR LEUR VIE?

Après l’assassinat de Qassem Soleimani, les hauts dirigeants de la Corée du Nord doivent-ils craindre pour leur vie ?

 Depuis 6 heures  22 janvier 2020

soleimani_coree

 Asie et Afrique - Deux Corées

 

En cas de sérieuse détérioration des relations entre les États-Unis et la Corée du Nord, le président américain Donald Trump étudiera-t-il l’option d’éliminer un haut dirigeant politique ou militaire de la Corée du Nord ?

L’attaque a eu lieu dans la nuit. L’avion à bord duquel se trouvait le chef des forces spéciales du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) le général Qassem Soleimani a atterri à l’aéroport de Bagdad juste après minuit. Le général iranien a été accueilli par le chef adjoint des Unités de mobilisation populaire de l’Irak Abu Mahdi al-Muhandis – principal allié de l’Iran en Irak, écrit Daniel DePetris, collaborateur du centre analytique Defense Priorities, dans un article pour le média The National Interest.

9 minutes plus tard, un drone américain MQ-9 Reaper, qui suivait les deux voitures, a attaqué le convoi. Soleimani et al-Muhandis ont été tués. Depuis, le président américain Donald Trump ne cesse de qualifier cette opération de merveilleux exploit.

L’assassinat de Qassem Soleimani a été un événement choquant du point de vue de la politique des États-Unis. Ni George W. Bush ni Barack Obama n’avaient osé le faire, jugeant cette démarche trop risquée. Après le meurtre du général iranien de nombreux experts ont changé d’avis au sujet du chef de l’État américain. L’ancien ambassadeur de France aux États-Unis Gérard Araud a déclaré à Bloomberg News que désormais les Américains étaient complètement imprévisibles. Nathalie Tocci, conseillère de l’ancienne chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini, a qualifié la politique américaine de « plus irréfléchie » qu’au moment d’invasion de l’Irak 17 ans plus tôt.

D’où la question : si la tension dans les relations entre les États-Unis et la Corée du Nord se dégradaient sérieusement, Donald Trump songerait-il à l’élimination d’un haut dirigeant politique ou militaire de la Corée du Nord ? Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un deviendrait-il l’une des victimes potentielles ?

En temps normal une telle question semblerait étrange. Conformément à la législation, les États-Unis ne peuvent pas assassiner des hauts fonctionnaires politiques, sauf si ces derniers ne travaillent pas pour les gouvernements qui participent aux activités militaires dirigées contre Washington. C’est cet argument qui a été invoqué par la Maison blanche après la mort de Qassem Soleimani, qui a été également inscrit par Washington sur la liste des terroristes internationaux. Les États-Unis ont cessé les attentats contre de hauts fonctionnaires étrangers dans les années 1970, après l’interdiction d’une telle tactique par le président américain Gerald Ford.

Un attentat contre des dirigeants de pays dotés de l’arme nucléaire relève d’une pure folie. Même si l’arsenal nucléaire de la Corée du Nord n’est pas comparable à celui d’autres puissances nucléaires comme la France (30 ogives nucléaires), le Royaume-Uni (215 ogives nucléaires) ou le Pakistan (150 ogives nucléaires). Pyongyang possède entre 30 et 60 ogives nucléaires, ce qui est incomparable avec l’arsenal nucléaire américain (plus de 6.000 ogives).

Cependant, une arme nucléaire est une arme nucléaire. Le lancement d’une seule ogive entraînerait un immense préjudice, la mort de centaines de milliers d’individus, la paralysie politique et la panique au sein de la population. Ce n’est pas une voie qu’oserait suivre un dirigeant responsable. Tout président devrait d’abord se demander si l’assassinat d’un ministre, d’un général ou du dirigeant de la Corée du Nord vaudrait les conséquences et le préjudice pour la réputation subis suite à cette décision odieuse.

Conclusion : le meurtre du général d’un pays qui ne dispose pas de l’arme nucléaire est une démarche très risquée. Cependant, ce risque est d’autant plus grand s’il s’agit de l’assassinat d’un haut fonctionnaire d’un pays qui possède l’arme la plus meurtrière du monde.

Source : Observateur continental

http://french.almanar.com.lb/1622942