CUBA

LES JEUNES CUBAINS PARIENT SUR L'INTEGRATION MONDIALE, UN DES HERITAGES DU LEADER FIDEL CASTRO

Les jeunes Cubains parient sur l'intégration mondiale, un des héritages du leader Fidel Castro
C
haque 12 août, les jeunes Cubains célèbrent la Journée mondiale de la jeunesse en vue d'une intégration régionale et mondiale, un principe promu par le leader Fidel Castro.

source :  https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=388770&SEO=jovenes-cubanos-apuestan-por-la-integracion-global-uno-de-los-legados-del-lider-fidel-castro

Tag(s) : #Cuba#Castro


 

LE PRESIDENT CUBAIN MIGUEL DIAZ-CANEL : NOUS AGISSONS A LA DEMANDE DU PEUPLE AUQUEL NOUS NOUS DEVONS ET NON A L’ESSAIM ANNEXIONNISTE

Nous agissons à la demande du peuple, auquel nous nous devons, et non à l'essaim annexionniste

La lutte contre des comportements nocifs à notre société, « est une lutte populaire, à laquelle participent toutes les forces révolutionnaires, car c’est une réclamation de la population », a déclaré le président de la République de Cuba, Miguel Diaz-Canel Bermúdez, lors de la réunion au cours de laquelle le plan du gouvernement pour lutter contre ces illégalités a été approuvé.

Auteur:  | internet@granma.cu

Photo: Studios Revolution

La lutte contre des comportements nocifs à notre société, telles que les « coleros » [personnes qui passent leur temps à faire la queue pour revendre les produits plus cher], les revendeurs et les spéculateurs « est une lutte populaire, à laquelle participent toutes les forces révolutionnaires, car c’est une réclamation de la population », a déclaré le président de la République de Cuba, Miguel Diaz-Canel Bermúdez, lors de la réunion au cours de laquelle le plan du gouvernement pour lutter contre ces illégalités a été approuvé.

Ce que nous proposons, a-t-il précisé, c'est de ne pas tolérer l'activité économique illicite et, à cet égard, plusieurs éléments ressortent qui déterminent la manière d'agir : l'identification des personnes afin qu'il n'y ait pas d'erreurs, la prophylaxie, le système d'ordre et d'action populaire sans donner lieu à l'impunité, avec rigueur et, en même temps, dans le strict respect de la justice.

Diaz-Canel a également attiré l'attention sur les matrices d'opinion qui tentent de dénaturer l'objectif de l'opération et de présenter en victimes les « coleros ». Ici, a-t-il souligné, nous agissons contre une chaîne : « colero » - accaparateur - spéculateur et trafic de devises. Ceux qui les défendent ne veulent pas reconnaître qu'ils commettent des délits et des illégalités qui irritent et affectent le peuple.

Le président a rappelé que ces individus cherchent à tirer profit de la pénurie, associée, selon eux, à des « incapacités » du gouvernement, et non au blocus et autres limitations ; mais c’est une attitude malhonnête qui en dit long sur leur décrépitude morale. Ils insistent pour justifier ce genre de comportements, ce qui impliquerait de donner du crédit à ceux qui revendent les produits que le pays doit importer à des prix élevés.

Ils tentent de remettre en question le travail de l'État et du gouvernement, alors que, selon le président, « nous sommes les premiers à reconnaître nos insuffisances ; mais il y a un travail de continuité qui se traduit dans la façon dont, avec le peuple, nous avons lutté contre la pandémie, grâce aux enseignements de la Révolution et à l'unité.

« Nous agissons à la demande du peuple, qui condamne ces comportements et a fait part de son mécontentement, à la demande du peuple à qui nous nous devons, et non à l'essaim annexionniste », a-t-il indiqué.

Diaz-Canel a souligné que des mesures seront prises contre ceux qui prennent le contrôle des files d'attente, ceux qui monopolisent les places et les vendent, qui font des bénéfices, profitent des besoins de la population pour empocher de l’argent au détriment d’une majorité honnête, contre ceux qui favorisent les indisciplines sociales, les vulgarités et l’outrage à l’autorité.

Ici, a souligné le président, nous n'agirons jamais motivés par la haine ou en semant la haine, ce qui serait contraire aux principes éthiques, de solidarité et de justice sociale de la Révolution, qui se préoccupe chaque jour de résoudre les problèmes de tous et pas seulement de quelques-uns.

Et là où les dispositions ne sont pas respectées – et Diaz-Canel a été énergique sur ce point –, nous agirons avec sévérité, car les rues de Cuba appartiennent aux révolutionnaires et au peuple laborieux.

« À ceux qui croient qu'avec cette situation ils vont nous diviser, nous pouvons leur assurer une fois de plus que leurs plans et leurs tentatives de déstabilisation de la situation du pays et de la Révolution seront déjoués ou le sont déjà grâce aux actions du peuple, sans céder aux pressions, au chantage ou aux propositions de ceux qui rêvent d'annexer la Patrie cubaine au Nord brutal. Et c'est de cette manière légitime que nous allons agir contre ces manifestations qui sont indésirables au sein de notre société », a-t-il conclu.

NOUS ALLONS LIVRER CETTE BATAILLE ET LA GAGNER

Le Plan gouvernemental de lutte contre les illégalités, dont la mise en œuvre a démarré ce lundi de manière satisfaisante, a été présenté dans le cadre de l’émission télévisée Mesa Redonda (Table ronde) par le Premier ministre, Manuel Marrero Cruz, qui a souligné qu’il a été très bien accueilli par la population et a permis, en peu de temps, une meilleure organisation et une meilleure discipline dans les files d'attente.

Au début de son intervention, il a rappelé que notre peuple a toujours été le protagoniste des principales batailles de la Révolution, qu'elles soient politiques, sociales ou économiques, et qu'il a toujours accompagné et soutenu la Révolution.

Parmi ces batailles, a-t-il dit, nous devons souligner la lutte contre la COVID-19, dans laquelle la contribution de la population a été décisive, de par sa compréhension et son niveau élevé de perception des risques, malgré certaines indisciplines.

Dans ce combat, a souligné Marrero Cruz, trois axes sont clairement définis :

• Le plan de mesures pour faire face à la COVID-19, selon les étapes et les phases.

• La stratégie économique et sociale pour faire face à la crise découlant de l'impact de la pandémie à l’échelle mondiale, qui dans le cas de Cuba est plus complexe en raison de l'intensification du blocus. Cette stratégie bien pensée définit des priorités telles que la nécessité d’augmenter la production de denrées alimentaires, de relancer l'industrie nationale et de se défaire de la dépendance aux importations.

• La lutte contre les illégalités et la corruption, des phénomènes qui se sont répandus en cette période de pandémie et qui doivent être combattus énergiquement et systématiquement, et avec le concours du peuple, car ce sont des comportements incompatibles avec la société que nous défendons.

Les files d'attente en elles-mêmes ne sont pas un problème, a indiqué le Premier ministre, le problème est de savoir comment les organiser pour éviter qu’elles ne deviennent un lieu de risque ou pour se livrer à des activités économiques illicites, en mettant l'accent sur les « coleros », les accaparateurs, les spéculateurs et les revendeurs.

Il a indiqué que, du fait de la lutte contre ces comportements délictueux, des mesures ont été prises à l’encontre de plus de 1 300 personnes qui ont tenté de profiter des besoins de la population. Tout d'abord, des mesures prophylactiques et des amendes ont été infligées. Toutefois, pour cause de récidive, des mesures pénales ont été prises à l'encontre de 280 citoyens.

Dans son intervention, Marrero Cruz a également expliqué certains des modes opératoires des « coleros », des spéculateurs et des revendeurs, et il a attiré l'attention sur la responsabilité des personnes qui louent des locaux et ne les utilisent pas.

Le Premier ministre a souligné qu'en raison de l'importance des actions, ce plan avait bénéficié du soutien du Premier secrétaire du Comité central du Parti communiste de Cuba, le général d'armée Raul Castro Ruz, qui l'a considéré comme une opération populaire.

De plus, le général d’armée a donné des instructions pour que les Forces armées révolutionnaires, en appui au ministère de l'Intérieur, se joignent à cette opération, et il a souligné l'importance de la participation des Comités de défense de la Révolution, de la Fédération des femmes cubaines et de la Centrale des travailleurs de Cuba, qui sont au centre des actions, car ces organisations sont l'expression de la force du peuple.

Comme l’a fait remarquer Marrero Cruz, le Général d'armée a d'abord suggéré de convaincre, de persuader et de sensibiliser et rallier à cette cause les personnes qui s'engagent dans ce genre de comportements ; mais face au manque de respect, il ne faut pas hésiter à les mettre en état d’arrestation et les traduire en justice. Il s'agit d'agir sans excès, dans le strict respect de la Constitution et des lois ; sans baisser la garde afin que l'opération soit viable et durable.

LE PLAN DE LUTTE EN DÉTAILS

Dans le cadre de la conception du plan, a expliqué le Premier ministre, un travail a été effectué avec tous les organismes, en particulier 11 institutions nationales, qui a débouché sur les actions à mettre en œuvre contre les « coleros », les spéculateurs, les revendeurs et le trafic illégal de devises.

Il a affirmé que les principes de base de l'opération consistent à intégrer tous les facteurs de la société dans une force de lutte dans cette opération ; à identifier les lieux les plus complexes où ces actes et illégalités sont commis ; à définir les responsables et à renforcer la participation des forces de l’ordre, des travailleurs des centres impliqués et des acteurs de la communauté.

Le plan comprend :

• Les plans des 11 institutions et 166 actions concrètes à mener dans le cadre de la lutte.

• 2 979 centres ou établissements commerciaux ont été identifiés où ces illégalités doivent être combattues.

• En fonction de leur complexité, 361 plans d'action ont été élaborés par les territoires.

• 3 054 groupes de lutte ont été constitués, regroupant 22 281 personnes, qui représentent le peuple et les différentes institutions et organisations.

http://fr.granma.cu/cuba/2020-08-05/nous-agissons-a-la-demande-du-peuple-auquel-nous-nous-devons-et-non-a-lessaim-annexionniste


 

CUBA : EVITER TOUT CE QUI EST NUISIBLE AU BIEN-ETRE DU PEUPLE

Éviter tout ce qui nuit au bien-être du peuple

Le Premier ministre, Manuel Marrero Cruz, a souligné lors de l’émission télévisée Mesa Redonda (Table ronde), que la lutte contre les illégalités et les comportements opportunistes qui affectent la population au milieu des effets indésirables de la pandémie

Auteur:  | internet@granma.cu

Photo: Endrys Correa Vaillant

Le Premier ministre, Manuel Marrero Cruz, a souligné lors de l’émission télévisée Mesa Redonda (Table ronde), que la lutte contre les illégalités et aux comportements opportunistes qui affectent la population au milieu des effets indésirables de la pandémie, fait l’objet d’une l'attention très particulière de la part du Premier secrétaire du Parti communiste de Cuba, le général d'armée Raul Castro Ruz, qui a indiqué que les Forces armées révolutionnaires doivent se joindre aux actions visant à éviter les comportements susceptibles de nuire au bien être de la population.

Il a également ajouté que toute personne enfreignant la loi doit être mise à la disposition des organes judiciaires.

Raul a souligné que nous devons agir avec fermeté, sans excès et, comme il se doit, dans le respect strict de la loi, face aux illégalités qui pourraient troubler la paix des citoyens.

Le Premier secrétaire a estimé que les organisations ont un rôle essentiel à jouer en tant que représentantes des intérêts du peuple.

http://fr.granma.cu/cuba/2020-08-05/eviter-tout-ce-qui-nuit-au-bien-etre-du-peuple


 

 

 

CUBA : CHASSER L'INDISCIPLINE, MOBILISER LA CONSCIENCE

Chasser l'indiscipline, mobiliser la conscience

Stopper l'indiscipline est non seulement nécessaire, mais impératif. Rejoignons cette équipe appelée conscience, qui fait appel au respect et au bon sens

Auteur:  | informacion@granma.cu

 

Il y a eu un jour où La Havane, qui en était encore à la première phase de la désescalade de la pandémie, s'est réveillée avec l'heureuse nouvelle qu'aucun nouveau cas positif n’avait été signalé. Le moral a alors repris le dessus, car le zéro tant attendu marquait le résultat de l’immense effort d'un pays, disons, parmi de nombreux travailleurs, celui de ses médecins, en premier lieu.

Aujourd'hui, les visages ne sont plus les mêmes. L'inquiétude grandit ces jours-ci au même rythme que les chiffres viennent compromettre le déploiement de tant de dévouement. Les failles qui, du fait d’irresponsables et d’indisciplinés, ont ruiné les résultats obtenus sont impardonnables. Il s’agit d’un manque de considération insolente envers un système de santé et une gestion de l'État cubain, applaudis pour leur efficacité, y compris par ceux qui s'obstinent à voir des imperfections dans un scénario sanitaire de plus en plus admirable.

Viennent alors les « il faut faire… », les «  ils doivent prendre des mesures … », comme si chasser la désobéissance n'était l'affaire que de quelques-uns. Ce n'est un secret pour personne que la réglementation et les autorités policières ont eu – et ce dès le premier jour – une grande influence sur le respect des mesures. Cependant, il est impensable que la solution ne réside que dans l'application d'amendes ou en faisant en sorte que les agents de la force publique se trouvent là où se commet chaque indiscipline.

Il suffit de se pencher à son balcon, ou de se promener dans nos rues, pour voir, dans un environnement parfaitement calme, où la police n'a pas à être présente, deux ou trois personnes qui discutent, pratiquement collées l'une à l'autre, sans masque ! – une barrière de contention élémentaire de la salive –, ou buvant en partageant le même un verre, ou parfois la même bouteille. Faudra-t-il vraiment un policier pour chacun de ces cas ? ?

Il y a deux camps. D'un côté, ceux qui se protègent et protègent leur famille, leurs collègues et leurs voisins grâce à de bonnes pratiques d'hygiène et à la distanciation, ceux qui contribuent à la disparition du virus ; ceux qui saluent avec discipline la vigilance du personnel de santé et valorisent le bonheur de vivre à Cuba, alors que le monde souffre quotidiennement de scènes éprouvantes.

Les autres, ceux qui s'informent à peine, ceux qui ne respectent rien et qui jouent avec le danger et mettent les autres en danger ; ceux qui acceptent la proximité, et sans masque ; ceux qui savent qu’ils seront soignés si le virus frappait à leur porte ; ceux qui passent leur vie à s’ennuyer, qui ont besoin d’assister à la fête qu'un autre, qui lui aussi s’ennuie, prépare…

Stopper l'indiscipline est non seulement nécessaire, mais impératif. Rejoignons cette équipe appelée conscience, qui fait appel au respect et au bon sens.

http://fr.granma.cu/cuba/2020-08-04/chasser-lindiscipline-mobiliser-la-conscience


 

BIOFARMA INNOVATIONS, UNE ENTREPRISE MIXTE POUR LES PRODUITS BIOTECHNOLOGIQUES DE CUBA

La Havane, 3 août, (RHC).- BioCubaFarma, chargé de la production et distribution des produits biopharmaceutiques de notre pays et la société Sg Innovations du Royaume-Uni ont annoncé ce lundi la création d’une entreprise mixte appelée BioFarma Innovations.

Celle-ci vise au développement et à la commercialisation en Europe et dans la Communauté britannique des médicaments leaders obtenus par la biotechnologie cubaine.

Les essais cliniques de plusieurs produits développés par BioCubaFarma pour le traitement du Covid-19 ont eu des résultats encourageants et de grandes perspectives s’ouvrent pour leur usage dans plusieurs pays.

BioFarma Innovations aura son siège à Londres. Lord David Triesman qui assumera la présidence de la nouvelle entreprise, a plus de 40 ans d’expérience dans le service national de santé.

«Au moment où la demande de l’industrie de la santé n’a jamais été plus forte et où le besoin de nouveaux médicaments est plus urgent, je suis très enthousiasmé par la distribution que cette nouvelle entreprise peut faire maintenant et dans les années à venir » a-t-il signalé dans des déclarations que recueille le communiqué annonçant la création de BioFarma Innovations.

Edité par Francisco Rodríguez Aranega

 

source : http://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/230417-biofarma-innovations-une-entreprise-mixte-pour-les-produits-biotechnologiques-de-cuba


 

CUBA : QUE TA VIE SOIT HEUREUSE, HISTORIEN, DANS LA POSTÉRITÉ!

Que ta vie soit heureuse, Historien, dans la postérité !

Cela devait arriver un jour • Nous le savions et nous savions que tu le savais aussi, parce que tu as évoqué le crépuscule, la plus humaine des craintes, avec un vigoureux courage depuis cette fois où tu es tombé malade et que La Havane, en ton absence, ne cessait de te chercher

Auteur:  | informacion@granma.cu

Photo: Julio Larramendi

Cela devait arriver un jour. Nous le savions et nous savions que tu le savais aussi, parce que tu as évoqué le crépuscule, la plus humaine des craintes, avec un vigoureux courage depuis cette fois où tu es tombé malade et que La Havane, en ton absence, ne cessait de te chercher.
Mais non. La mort amoureuse n’a pas voulu, elle y a pensé à deux fois et elle nous a laissé un peu plus longtemps avec toi. La Havane n’avait pas encore fêté ses 500 ans, si bien qu’elle a évité le sacrilège. Comme tu nous le confiais : « Heureusement, elle est passée, elle m’a envoyé un message affectueux, et elle m’a dit, pas pour l’instant. » Et tu t’es remis au travail, aux livres, à la Foire du livre de la Cabaña, et aux fêtes de ta fiancée bleue. Et les veines de l’amour furent le soutien de ton retour.
Aujourd’hui, nul ne viendra nous dire que c’est un mensonge. Que tu vas mieux, et que tu vas revenir. Aujourd’hui, « la grande claque » est vraie, le « coup de poing glacé », et il ne faut inviter personne pour faire ton éloge. Toi, qui n’aspiras à rien de grand, si ce n’est servir, que la gloire n’a pas séduit, mais le désir de glorifier, aujourd’hui tu es en chaque Cubain une parole qui se dit avec pudeur, un symbole d’intégrité.
Penser qu’ils t’ont même utilisé parfois pour mettre à l’épreuve le soubresaut d’un peuple et, pour le contrarier, ils t’ont inventé une fausse mort… Aujourd’hui, avec finesse, le président te nomme : «  Don Eusebio Leal à la mémoire amoureuse est mort, celui qui nous a fait pleurer et rire en nous racontant l’histoire de la nation que nous sommes, en lui donnant du caractère et une âme,  en lui donnant des noms et en illuminant ses obscurités comme quelqu’un qui allume des lumières au milieu de la nuit. » Et il a invité à célébrer ton « merveilleux passage dans la vie, trop brève pour nous qui l’avons aimé pour son œuvre et pour lui-même ». Miguel Diaz-Canel nous appelle à suivre «  ces traces, l’œuvre patiente et infinie qui fut celle de sauver le patrimoine de notre Cuba qu’il a tant aimée et à laquelle il a consacré sa vie : Eusebio Leal ».
« Aujourd’hui s’en est allé le Cubain qui a sauvé La Havane à la demande de Fidel, et il s’en est chargé avec une telle passion que son nom n’est déjà plus le sien, mais synonyme de Ville », a déclaré Diaz-Canel, très justement. Ancré dans la mémoire, il n’est pas possible de penser La Havane sans que tu ne viennes avec elle,  et t’évoquer serait impossible sans que la ville ne te fasse compagnie. Que ta vie soit heureuse, Historien, dans ta postérité !

http://fr.granma.cu/cuba/2020-08-03/que-ta-vie-soit-heureuse-historien-dans-la-posterite


 

PLUS DE 90% DE CUBAINS CONTRÔLES POSITIFS AU COVID-19 SONT RÉTABLIS

 

La Havane, 1er  août, (RHC).- Le ministre cubain de la Santé, le Dr José Angel Portal, a rappelé ce jeudi que plus 90% des Cubains contrôlés positifs au Covid-19 sont d’ores et déjà rétablis.

Au cours de la réunion quotidienne du groupe temporaire pour la prévention et le contrôle du nouveau coronavirus, les plus hautes autorités de notre pays ont appelé à ne pas négliger la surveillance épidémiologique.

Vendredi, les autorités sanitaires ont confirmé 11 nouveaux cas de Covid-19. Pourtant l’enquête médicale qui se fait porte à porte s’intensifie notamment à La Havane et dans la province d’Artemisa. Ces deux territoires recensent en ce moment le gros de cas actifs.

Le Dr Portal a précisé au cours de la rencontre que l’enquête active atteint tous les jours presque 30% de la population de tout le pays. Il a insisté sur la réalisation chaque jour de plus de 3 mille tests PCR pour le diagnostic de la maladie.

Edité par Francisco Rodríguez Aranega
source :  http://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/230330-plus-de-90-de-cubains-controles-positifs-au-covid-19-sont-d%E2%80%99ores-et-deja-retablis


 

CUBA : EUSEBIO LEAL SPENGLER EST DÉCÉDÉ. HASTA SIEMPRE, CHER HISTORIEN!

Eusebio Leal Spengler est décédé. Hasta siempre, cher Historien !

Ce vendredi, aux premières heures de la matinée, le camarade Eusebio Leal Spengler est décédé, victime d'une pénible maladie. Dans les prochaines heures, notre peuple sera informé de l'organisation des funérailles

Auteur:  | internet@granma.cu

Eusebio Leal Spengler (1942 - 2020). Photo: Ariel Cecilio Lemus

BIOGRAPHIE D'EUSEBIO LEAL

(Tirée du site officiel du Bureau de l'Historien de La Havane)

Eusebio Leal est né dans sa Havane bien-aimée le 11 septembre 1942.

Il était Docteur en sciences historiques de l'Université de La Havane -2000

Master en études latino-américaines, caribéennes et de Cuba

Spécialiste en sciences archéologiques

Il a étudié à l'Université de La Havane en 1975 où il obtint un diplôme en histoire.

Études de troisième cycle en Italie sur la restauration des centres historiques grâce à une bourse accordée par le ministère des Affaires étrangères de la République italienne – 1980

Membre du Comité central du Parti communiste de Cuba depuis le 4e Congrès - 1991

Député à l'Assemblée nationale du Pouvoir populaire dans la IV-1993. V-1998, VI-2003, VII-2008, VIII-2013 et IX -2018 Législatures

Ambassadeur de bonne volonté de l’Organisation des Nations unies - 1996

Il commença à travailler en 1959 à l'Administration métropolitaine de La Havane et en 1967 il fut nommé directeur du Musée de la Ville de La Havane, succédant au Dr Emilio Roig de Leushenring, dont il était le disciple.

Il prit en charge les travaux de restauration de la Maison du Gouvernement, de l'ancien Palais des Capitaines généraux et de la Maison capitulaire, qui furent achevés en 1979.

En 1981, il a été chargé de diriger les investissements des travaux de restauration approuvés par le gouvernement de la ville, le 5 mai de cette même année.

Le 16 avril 1986, il se voit confier la responsabilité des travaux de la Forteresse de San Carlos de La Cabaña et, plus tard, du Château des Trois Rois d’El Morro.

Conformément à la déclaration de l'UNESCO, le périmètre des anciennes murailles et le système de fortifications pour la défense de la ville ont été enregistrés dans l'Index du patrimoine mondial en 1982 sous le numéro 27.

Historien de la Ville de La Havane.

Président honoraire du Comité cubain du Conseil international des musées (ICOM) et Président honoraire du Comité cubain du Conseil international des monuments et des sites (ICOMOS) et de la société civile Patrimoine, communauté et environnement ; Doyen de la Faculté du « Collège No 2 Universitaire San Geronimo de La Havane », Titre de professeur de mérite de l'Université de La Havane, Président du Réseau des Bureaux de l'historien et du conservateur des villes patrimoniales de Cuba, Président honoraire de la Société économique des amis du pays.

Président du Groupe de parlementaires de l'amitié Cuba - Mexique.

Vice-président du Groupe de parlementaires de l'amitié Cuba-Japon.

http://fr.granma.cu/cuba/2020-07-31/eusebio-leal-spengler-est-decede-hasta-siempre-cher-historien


 

DIAZ-CANEL RENCONTRE DES MEMBRES DES BRIGADES MEDICALES HENRY REEVE : «LA MÉDECINE N’EST PAS SEULEMENT DE LA SCIENCE, C’EST AUSSI DE L’HUMANISME»

Diaz-Canel : Avec les missions, vous avez apporté une lumière d'espoir, d'affection et de solidarité

Le 29 juillet, au Centre international de santé La Pradera, le Président de la République a rencontré les membres des brigades médicales Henry Reeve qui ont combattu la COVID-19 dans la ville italienne de Turin et à Saint-Vincent-et-les-Grenadines.

Auteur:  | internet@granma.cu

Photo: Estudio Revolución

« (...) Vous avez apporté avec vos missions une lumière d'espoir, une lumière d'affection et une lumière de solidarité (...) », a déclaré le Président de la République Miguel Diaz-Canel Bermudez à nos coopérants de la santé qui, dans le cadre du Contingent Henry Reeve, ont combattu la COVID-19 dans la ville italienne de Turin et à Saint-Vincent-et-les-Grenadines, avec lesquels il s'est réuni le 29 juillet au Centre international de santé La Pradera pour leur souhaiter la bienvenue au pays.

Telle est l'essence qui nous définit et nous arme définitivement en tant que nation et qui a fait le tour du monde avec plus de force en ces mois difficiles de lutte contre la pandémie ; car pour notre personnel de santé, « la médecine n'est pas seulement de la science, c'est aussi de l'humanisme ».

« Je suis certain que vous avez beaucoup appris de cette expérience, et il y a surtout une leçon à en tirer, un résultat très ennoblissant, à savoir qu'en plus des enseignements de ce que vous avez vécu, vous avez aussi beaucoup donné dans les missions que vous avez accomplies avec succès », a ajouté le chef de l'État

Photo: Estudio Revolución

Ainsi, lors de cette rencontre pleine de symbolisme et qui « apparaît déjà comme une tradition », le président s'est félicité de cette occasion de partager les riches expériences que nos professionnels ont pu vivre durant ces dures journées de mission dans la lutte contre la pandémie dans des pays amis et dont s'enrichissent tous les protocoles qui ont été élaborés à Cuba. De plus, il les a assurés que leurs expériences nous aident à nous améliorer et nous permettent d'avancer encore plus loin.

« Ces deux brigades que nous rencontrons aujourd'hui revêtent une signification particulière, elles ont leurs particularités », a ajouté Diaz-Canel lors de la réunion à laquelle, outre d'autres autorités du pays, a également participé le Premier ministre Manuel Marrero Cruz.

Il a considéré comme une « tâche énorme » le travail accompli par les 38 membres de l'équipe qui étaient en poste à Turin. « Vous vous êtes rendus dans l'un des scénarios les plus complexes en Italie même, et ce que vous y avez fait a été reconnu par les Turinois, par le peuple italien, et en particulier par les autorités de ce pays. Les images qui ont fait le tour du monde ces derniers jours, lorsque la Mole Antonelliana - l'un des bâtiments les plus emblématiques de toute l'Italie - a été illuminée en votre honneur, montrent à quel point votre présence là-bas a été précieuse pour euxC'est un très beau geste, un geste très précieux », a-t-il indiqué.

Photo: Estudio Revolución

Avec une joie particulière, il a souligné la performance de la brigade médicale qui est arrivée de Saint-Vincent-et-les-Grenadines, un endroit où, « bien que la situation n'ait pas été si dramatique », cette brigade a été accueillie avec beaucoup d’enthousiasme et d'affection. En plus de contribuer largement au contrôle de la pandémie, les professionnels cubains ont également été en relation avec d'autres services de santé.

« Ce sont deux brigades qui contribuent beaucoup à toutes ces histoires de vie et de solidarité que nous avons vécues à des moments très complexes », a affirmé Diaz-Canel.

Le chef de l'État a ensuite évoqué la manière dont Cuba a fait face à l'épidémie, grâce à une stratégie gouvernementale, à la contribution du personnel de santé, de la population et des scientifiques, qui nous ont permis de prouver la force de nos convictions et de notre système de santé.

Photo: Estudio Revolución

En dépit de la complexité de la maladie et du blocus intense qui nous est imposé par le gouvernement des États-Unis et de ses attaques constantes contre notre pays, nous avons donné un exemple de leçon sur la manière dont un idéal socialiste, un pays socialiste, où la santé est gratuite et de qualité peut obtenir les résultats que nous avons obtenus.

Diaz-Canel leur a également parlé du travail réalisé et des bonnes pratiques mises en place pendant ces presque cinq mois dans le pays ; des protocoles qui se perfectionnent progressivement et des médicaments biotechnologiques qui y sont introduits et permettent de réduire la létalité, de sorte qu'aucun membre du personnel de santé, aucun enfant, aucune femme enceinte ne soient décédés.

« Mais ces résultats remarquables ne doivent pas nous conduire à un excès de confiance, car la pandémie constitue un défi de taille », a-t-il souligné, commentant les cas locaux de transmission qui, par irresponsabilité, se sont malheureusement produits ces derniers jours.

LA MÉDECINE EST L'EXERCICE DE L'HUMANISME

Il convient de souligner l’importance de cette occasion comme un moment de gratitude, de témoignages et d'enseignements ; où les expériences racontées par nos coopérants ont renforcé notre certitude qu'ils sont définitivement des héros, nos héros qui continuent à revenir au pays… Le ministre de la Santé publique, José Angel Portal Miranda, a donné la parole à une dizaine d'entre eux, qui ont livré des témoignages émouvants et des véritables leçons d’humanisme.

Photo: Estudio Revolución

Il était impossible de ne pas remarquer la fierté avec laquelle le Dr Julio Guerra Izquierdo, spécialiste en médecine générale intégrale et en néphrologie, qui était à la tête de la brigade médicale de Turin, a parlé du travail minutieux effectué par tous ses collègues, et en particulier par ces sept jeunes, qui n'avaient jamais rempli de mission internationaliste auparavant. « Le mélange de la jeunesse et de l'expérience a également été un facteur clé dans les bons résultats obtenus. »

La reconnaissance qui nous a été accordée dans ce pays nous remplit de fierté, a-t-il dit, mais tout cela n'est rien d'autre qu'un prix gagné par notre pays, par la santé publique cubaine. « Nous avons toujours gardé à l'esprit que nous faisions ce travail au nom de Cuba. »

« Nous étions 38 Cubains représentant l'essence d'un pays », a déclaré quant à lui le Dr René Aveleira Cutiño, spécialiste en hygiène et en épidémiologie. Peut-être y trouverons-nous la réponse à la question de savoir comment, en si peu de mois, les professionnels débarqués à Turin simplement en « camarades » ont quitté le sol italien en « amis », comme nous l'a souligné l’infirmier Leonardo Baños Carmona.

À Cuba, comme chacun sait, la méthode clinique est essentielle pour soigner les patients, car l'examen physique fixe toujours les lignes directrices du traitement et définit la manière d'agir de nos professionnels de la santé. Des essences qui ont également été reconnues en terre étrangère et qui ont été évoquées par le Dr Miguel Acebo Rodriguez, spécialiste en médecine générale intégrale et en pneumologie.

Pour sa part, le Dr Luis Miguel Osoria Mengana, spécialiste en médecine et chirurgie générales intégrales, l'un des plus jeunes débarqués sur le sol italien, a fait part de sa satisfaction d'avoir pu enrichir son apprentissage de nouvelles procédures, au milieu du dur labeur effectué pendant ces mois difficiles. « Sachez que vous pouvez compter sur les jeunes pour n’importe quelle situation », s’est-il exclamé.

Photo: Estudio Revolución

Au début, ils nous voyaient comme des « extraterrestres », se souvient le Dr Osmani Machado Rojas, spécialiste de premier degré en soins de santé primaires qui faisait partie de la brigade dépêchée à Saint-Vincent-et-les-Grenadines. Au fil des jours, a-t-il indiqué, nous étions déjà « des professionnels de la santé qui prodiguent des soins à un patient ». Dans les rues et les hôpitaux, la reconnaissance de Cuba n'a jamais cessé, a-t-il affirmé.

Sans aucun doute, avec ses professionnels de la santé, Cuba était présente à Turin, ainsi qu'à Saint-Vincent-et-les-Grenadines, comme elle l’est dans de nombreux autres pays pour prodiguer soins et sauver des vies.

Comme l'a souligné l'intellectuel et journaliste Enrique Ubieta Gomez, que le président Diaz-Canel a qualifié de chroniqueur de la collaboration cubaine en temps de pandémie, « lorsque le médecin prend la main du patient, lorsqu'il lui parle avec affection, lorsqu'il y a une relation humaine, le patient récupère plus vite, et cela n'est pas inscrit dans les livres, cela va bien au-delà… ».

Nous sommes très fiers de nos compatriotes qui ont su une nouvelle fois porter bien haut la bannière de la solidarité.

http://fr.granma.cu/cuba/2020-07-30/diaz-canel-avec-les-missions-vous-avez-apporte-une-lumiere-despoir-daffection-et-de-solidarite



 

CUBA RÉAFFIRME SA SOLIDARITÉ AVEC LE VENEZUELA ET LE NICARAGUA

Cuba réaffirme sa solidarité avec le Venezuela et le Nicaragua 
 
Diaz CanelHavana, 28 juillet (Prensa Latina) Le président cubain Miguel Diaz-Canel a ratifié aujourd'hui la solidarité de son pays avec les gouvernements et les peuples du Venezuela et du Nicaragua, face aux agressions américaines.

Diaz-Canel appelle à une intégration progressive au Forum de Sao Paulo

Le Forum de Sao Paulo renouvelle les idéaux socialistes, reconnaît Díaz-Canel

Dans son discours lors de la réunion des dirigeants pour le 30e anniversaire du Forum de Sao Paulo, il a souligné qu'au milieu du drame humain le plus complexe que la planète traverse, en raison de la crise provoquée par Covid-19, le gouvernement américain ne met pas fin à ses plans hégémoniques.

Il a déclaré que les occupants actuels de la Maison Blanche ont relancé la doctrine Monroe, le maccarthysme et l'ingérence, ainsi que la menace de l'utilisation de la force et la promotion de la judiciarisation de la politique contre les dirigeants et organisations de gauche et progressistes.

Il a également souligné qu'ils maintiennent une pression permanente sur les gouvernements qui ne sont pas comme eux, et reçoivent le soutien dans cet effort de laquais régionaux, qui agissent dans leur intérêt.

Dans ce panorama méprisable, a déclaré le chef de l'État, se détachent les actions d'ingérence et les violations du droit international contre le Venezuela, qu'il condamne avec la même véhémence que celle avec laquelle il réaffirme sa solidarité avec le président légitime Nicolas Maduro et son peuple.

Il a également réaffirmé son soutien au gouvernement et au peuple du Nicaragua, dirigé par le commandant Daniel Ortega, et a rejeté les mesures coercitives unilatérales qui menacent la paix, le bien-être, la justice et le développement de cette nation et de son peuple.

Díaz-Canel a également réitéré le soutien de la plus grande des Antilles à la proclamation de l'Amérique latine et des Caraïbes comme zone de paix, signée par les chefs d'État et de gouvernement d'Amérique latine et des Caraïbes en janvier 2014 ; ainsi que l'engagement indéfectible à l'éradication du colonialisme.

Il a fait remarquer que le monde d'aujourd'hui observe comment les armes les plus puissantes et les plus sophistiquées ne peuvent pas mettre fin à la pandémie et que l'essence du capitalisme devient plus visible et plus terrifiante, lorsque les dirigeants regardent, impuissants, leurs systèmes de santé s'effondrer.

Il a déclaré qu'il est triste de voir la manière dont les politiques néolibérales placent la nécessité de sauver le marché au-dessus des vies humaines, comme c'est le cas même aux États-Unis.

Les paradigmes néolibéraux sont tombés en discrédit, que cela plaise ou non à leurs croyants et à leurs partisans, a déclaré le président cubain, ajoutant que l'histoire de cette expérience économique est sur le point de prendre fin, ou l'existence humaine sera encore plus compromise.

agp/kmg

source :  https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=385298&SEO=cuba-ratifica-solidaridad-con-venezuela-y-nicaragua-en-foro-virtual