CUBA

Dans CUBA

CUBA ATTEINT LES 20 MILLIONS DE DOSES DU VACCIN ABDALA

Par Le 17/08/2021

16 Août 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-08-15 17:14:08

 

.

La Havane, 15 août, (RHC).- Le CIGB, le Centre de Génie Génétique et de Biotechnologie de La Havane et les laboratoires AICA ont atteint vendredi les 20 millions de doses du vaccin Abdala contre le Covid-19.

Cette réussite scientifique a été dédiée, au nom des scientifiques cubains et en particulier des travailleurs des laboratoires de l'AICA, au Commandant en chef Fidel Castro.

Ce 13 août, nous avons en effet célébré le 95e anniversaire de la naissance du leader historique de la Révolution cubaine.

Né du talent et des efforts des scientifiques et des travailleurs du Centre de Génie Génétique et de Biotechnologie, le vaccin Abdala, a démontré une efficacité de 92,28% dans la prévention de la maladie symptomatique causée par le virus.

Après l’autorisation accordée par le CECMED, le Centre pour le Contrôle des Médicaments, des Équipements et des Dispositifs médicaux, pour son utilisation d’urgence, Abdala est devenu le premier vaccin anti-Covid-19 développé et produit en Amérique Latine et dans les Caraïbes.

Source: Granma

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/267079-cuba-atteint-les-20-millions-de-doses-du-vaccin-abdala

 

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

CUBA : METTRE TOUT EN OEUVRE POUR SAUVER DES VIES

Par Le 17/08/2021

17 Août 2021

Le Centre de direction du gouvernement a été créé dans le but d'assurer l'approvisionnement en oxygène des établissements de santé dans tout le pays. Le président Diaz-Canel et le Premier ministre ont participé à l'une de ses séances de travail ce dimanche

Auteur:  | informacion@granmai.cu

16 août 2021 09:08:35

 

Photo : Studios Révolution

Le Premier secrétaire du Parti et président de la République, Miguel Diaz-Canel Bermudez, a conduit dimanche dans la matinée la réunion du Centre de direction du gouvernement qui, depuis ce week-end, suit 24 heures sur 24 la situation exceptionnelle créée à Cuba par le problème d’approvisionnement en oxygène, à la suite de l’arrêt de sa principale industrie et à l'augmentation des cas de COVID-19.

Le président a déclaré que dans tout le pays, à commencer par le personnel de santé, les scientifiques et dans cette opération millimétrique avec de l'oxygène, un effort énorme est réalisé pour que le peu d’oxygène dont nous disposons parvienne aux institutions de santé de la manière la plus efficace ; tout est mis en œuvre pour sauver des vies, a souligné Diaz-Canel.

En président, avec le Premier ministre Manuel Marrero Cruz, la session du Centre de direction - coordonnée par le vice-Premier ministre Ricardo Cabrisas Ruiz et le Premier colonel Antonio Tamayo Aballe - le chef de l'État a évoqué le moment complexe que traverse la nation, avec la circulation d'une souche de SARS-CoV-2 ayant un taux de transmission plus élevé, la situation économique difficile à laquelle nous sommes confrontés en raison du harcèlement et du blocus exercé par les États-Unis, ainsi qu'une cruelle campagne de diffamation.

En ces moments difficiles, le plus important, a-t-il souligné, est le dévouement, l'engagement et le sérieux avec lesquels le travail est effectué. « Ce qui a été le plus remarquable tout au long de cette période, c'est le patriotisme de la population, du personnel de santé, des scientifiques, de toutes les personnes impliquées dans ce travail, confrontées avec rigueur à une situation complexe, des personnes qui travaillent presque à temps plein dans des situations très compliquées.

Diaz-Canel a rappelé aux autorités locales la nécessité de tout économiser lorsque cela est possible et d'utiliser plus efficacement l'oxygène dans les établissements de santé. Il a également appelé à la discipline dans la lutte contre le COVID-19 afin d’endiguer les contaminations, ainsi que la demande de ce médicament qui en découle. Il a notamment alerté Pinar del Río, qui a tendance à augmenter le nombre de cas positifs par jour, contrairement à la diminution observée dans d'autres provinces.

Lors de la réunion, reliée par visioconférence à toutes les provinces et à l'Île de la Jeunesse, les participants ont pu évaluer la disponibilité d'oxygène dans chaque région, la production quotidienne des usines, sa distribution à l’ensemble du pays et la situation des importations et des dons attendus à Cuba dans les prochains jours. En réponse aux interventions des gouverneurs de Pinar del Rio et de Holguin, il a été immédiatement décidé que des hélicoptères des Forces armées révolutionnaires (FAR) seraient envoyés avec des bouteilles d’oxygène pour homogénéiser la couverture dans ces deux provinces.

Les participants à la réunion ont examiné la production quotidienne d'oxygène, sa distribution dans l'ensemble du pays, et la situation des importations et des dons attendus à Cuba dans les prochains jours. Photo : Endrys Correa Vaillant

Le Premier ministre, Manuel Marrero Cruz, a rappelé qu’à chaque minute nous réitérons notre reconnaissance pour tout le travail qui a été réalisé dans la quête de solutions, beaucoup d'entre elles même risquées, mais que la vie a montré qu'elles ont été utiles comme alternatives pour assurer la couverture d'oxygène.

Profitant de l'existence de ce Centre de direction, a-t-il ajouté, il est important qu'il y ait un flux constant d'informations qui nous permettent de prendre des décisions, en déplaçant la couverture d’oxygène d'une province à l'autre.

Cet organe nouvellement créé est composé de hauts fonctionnaires des ministères des Forces armées révolutionnaires (FAR), de l'Intérieur (Minint), de la Santé publique, de l'Économie et de la Planification, du Commerce extérieur et des Investissements étrangers, et de l'Industrie et des Transports. Cette structure est répliquée dans chaque province pour garantir une information en temps utile et une mise en œuvre rapide des décisions. L'objectif essentiel est d'assurer l'approvisionnement en oxygène des établissements de santé.

source : http://fr.granma.cu/cuba/2021-08-16/mettre-tout-en-oeuvre-pour-sauver-des-vies

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

LA JUSTICE ETASUNIENNE ATTAQUE UNE GRANDE ENTREPRISE FRANCAISE TRAVAILLANT A CUBA

Par Le 17/08/2021

16 août 2021

La justice étasunienne attaque une grande entreprise française travaillant à Cuba

COMAGUER

photo : Porte conteneurs en escale à Port Mariel

Le gouvernement cubain a lancé en 2013 une zone spéciale de développement dans le port de Mariel. Cette zone est destinée à accueillir des investissements étrangers dans des conditions fiscales et douanières privilégiées et à positionner Cuba dans le trafic maritime international très actif dans cette zone voisine du canal de Panama. En 2016 faisant suite au dégel diplomatique consécutif à la visite de François Hollande à Cuba la compagnie français CMA CGM, 3° transporteur mondial de conteneurs, a créé un terminal portuaire à Mariel. Son activité s’y poursuit en compagnie de sa filiale logistique CEVA. Depuis cette date des navires opérés par cette compagnie française font régulièrement escale dans ce port cubain.

Mais la CMA CGM vient d’être poursuivie par un tribunal étasunien en application de la loi Helms Burton. On peut trouver une excellente description des dispositions de cette loi et de son caractère illégal au regard du droit international dans le Journal officiel de la République française (voir ci-après).

Loi américaine Helms-Burton
10e législature
Question écrite n° 17434 de M. Xavier de Villepin (Français établis hors de France - UC)
publiée dans le JO Sénat du 12/09/1996 - page 2315
M. Xavier de Villepin attire l’attention de M. le ministre des affaires étrangères sur la loi américaine Helms-Burton à l’encontre de Cuba. Cette législation vise à un renforcement de l’embargo exercé par les Etats-Unis et ouvre des facultés de rétorsion de caractère extraterritorial. Il souhaiterait donc savoir si la France envisage d’intervenir auprès de l’Union européenne et de l’Organisation mondiale du commerce. La question se pose également pour la loi américaine d’Amato. Il serait intéressant de savoir si nos entreprises ne seront pas directement on indirectement affectées par ces législations d’inspiration profondément unilatérales.

Réponse du ministère : Affaires étrangères publiée dans le JO Sénat du 17/10/1996 - page 2701

Réponse. - La loi américaine dite Helms-Burton prévoit des sanctions à l’encontre d’entreprise et de particuliers d’Etats tiers supposés profiter de biens ayant appartenu à des ressortissants américains et expropriés par le Gouvernement cubain. Elle comporte des dispositions d’application extraterritoriale qui sont contraires au droit international et aux engagements internationaux des Etats-Unis. Plusieurs actions ont été engagées pour empêcher la mise en oeuvre de ce texte. Une étroite concertation entre les pays membre de l’Union européenne a permis d’engager diverses initiatives politiques (déclaration de l’Union, démarches auprès des autorités américaines). La procédure de règlement des différends prévue par le traité OMC a également été actionnée ; elle pourrait aboutir à la constitution prochaine d’un panel, la procédure de conciliation n’ayant pas donné de résultats. Enfin, la commission a reçu mandat du Conseil d’élaborer une législation " en miroir ", qui permettrait aux entreprises européennes de se prémunir contre les effets de la loi Helms-Burton. De son côté, la France s’est engagée à titre national dans la préparation d’une législation analogue qui donnerait aux sociétés françaises concernées par la loi Helms-Burton la possibilité de protéger leurs intérêts devant les tribunaux. Ces actions ont d’ores et déjà obtenu des résultats, puisque le Président des Etats-Unis a suspendu le droit ouvert à d’anciens propriétaires de biens expropriés d’attaquer en responsabilité civile devant les tribunaux américains les investisseurs ayant acquis les biens concernés. Ce premier pas, encourageant, n’est pas suffisant. Aussi, la France et l’Union européenne continuent-elles d’étudier et de mettre en place les diverses mesures adéquates. Il en va de même pour la loi d’Amato, qui institue un embargo secondaire contre l’Iran et la Libye (sanctions contre les entreprises d’Etats tiers effectuant des investissements nouveaux dans le secteur des hydrocarbures supérieurs à 40 millions de dollars dans ces deux pays). Des contre-mesures sont à l’étude au sein de l’Union européenne. Une action précontentieuse a été engagée à l’OMC. Aucune entreprise française n’a pour le moment été directement affectée par les lois Helms-Burton et d’Amato, ce qui ne signifie pas que nos entreprises ne puissent pas être touchées à l’avenir. En tout état de cause, l’effet de ces législations est avant tout dissuasif : elles visent autant à décourager l’investisseur potentiel qu’à sanctionner l’investisseur effectif. Aussi les autorités françaises, comme l’Union européenne dans son ensemble, sont-elles déterminées à réagir fermement et à assurer celles de nos entreprises qui hésitent à investir qu’elles seront défendues.
Erratum : JO du 31/10/1996 p.2865

On notera au passage que la fermeté ainsi affichée par la diplomatie française en 1996 ne semble plus de mise aujourd’hui.

La plainte émane d’une famille cubano-étasunienne de Miami qui, pour faire simple, prétend que la CMA CGM lui a volé sa place sur les quais de Mariel qu’elle a quittés en 1959.

Voir https://www.docdroid.net/xqjfqwW/demanda-familia-cubanoamericana-pdf

La CMA CGM risque une amende de 1 milliard de dollars.

Cette action est une démonstration flagrante que la politique anti cubaine de l’équipe Biden ne le cède en rien à celle de l’équipe Trump.

Question : La République française qui en Juin à l’ONU a voté pour la levée de l’embargo sur Cuba va-t-elle élever la voix et protester ?

URL de cet article 37293

   

Dans CUBA

MIGUEL DIAZ-CANEL : « HAÏTI PEUT TOUJOURS COMPTER SUR CUBA »

Par Le 16/08/2021

16 Août 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-08-15 17:54:19

 

Le séisme a endommagé des établissements de santé dans le sud d'Haïti. Les médecins cubains portent secours aux blessés en dehors des installations. Photo: Prensa Latina

La Havane, 15 août, (RHC)- Le président cubain, Miguel Díaz-Canel, a exprimé ce dimanche la solidarité de notre pays avec le peuple haïtien, victime d’un séisme de 7,2 sur l’échelle de Richter.

«Haïti pourra toujours compter sur Cuba» a-t-il souligné sur Twitter.

Il a rappelé dans son tweet que les cadres professionnels cubains de la santé qui prêtent leurs services en Haïti portent secours aux blessés et aux sinistrés du séisme.

«Dans ces moments difficiles, comme dans d'autres depuis de nombreuses années, notre personnel de santé y sauve des vies» a tweeté Miguel Díaz-Canel.

Il a également souligné que les plus de 200 membres de la brigade médicale cubaine en territoire haïtien se portent bien et qu’ils aident autant que possible.

Depuis samedi, les praticiens et les infirmiers cubains apportent leur aide aux blessés.

De son côté, le directeur général pour l'Amérique Latine et les Caraïbes au ministère cubain des Affaires étrangères, Eugenio Martínez, a signalé toujours sur Twitter que les établissements de santé de la zone sinistrée étant endommagés, les médecins et les infirmières cubains, ainsi que le personnel local, prêtent leurs services d'urgence en dehors des installations.

Source: Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/267088-haiti-peut-toujours-compter-sur-cuba-miguel-diaz-canel

 

Tag(s) : #Cuba#Haiti

Dans CUBA

DE L’ANGOLA, UN DON POUR CUBA POUR PALIER LA COVID-19

Par Le 16/08/2021

14 Août 2021

 

Luanda, 14 août (Prensa Latina) Les Cubains en Angola ont arrangé un premier envoi de masques, de seringues jetables et d'autres fournitures anti-Covid-19 à destination de Cuba,  selon plusieurs coordinateurs de l'initiative.

La cargaison, qui pèse près de 600 kilogrammes, part ce samedi pour La Havane, grâce aux contributions de nombreux compatriotes, qui vivent et travaillent dans différentes provinces.

“Nous ne soutenons aucune sorte d'intervention humanitaire dans notre patrie ; ce serait une agression extérieure, une question inacceptable", a dit  un des coodinateurs à Prensa Latina.

“À ceux qui sont confus et aux opposants”, a-t-on dit, “il convient de rappeler que la majorité des émigrés cubains sont certes à l'extérieur, mais nous restons à l'intérieur, parce que nous voulons le meilleur pour notre peuple". Quant à moi, je réponds toujours : "Je n'en suis jamais partie, je vis simplement plus loin".

jcc/mem/mjm

source : http://frances.prensa-latina.cu/index.php?option=com_content&view=article&id=886989:en-route-vers-cuba-depuis-langola-un-don-pour-palier-la-covid-19&opcion=pl-ver-noticia&catid=49&Itemid=101

Tag(s) : #Cuba#Angola

Dans CUBA

DES MEDECINS CUBAINS S'OCCUPENT DES BLESSES APRES LE SEISME EN HAÏTI

Par Le 15/08/2021

14 Août 2021

 

Port-au-Prince, 14 août (Prensa Latina) Les collaborateurs de la Brigade médicale cubaine en Haïti s'occupent aujourd'hui des personnes blessées par le tremblement de terre de 7,2 sur l'échelle de Richter qui a secoué le sud du pays.

« Nous travaillons dans les hôpitaux les plus touchés et nous nous occupons des personnes qui arrivent dans les centres », a confirmé à Prensa Latina Luis Orlando Olivero, coordinateur de la Brigade médicale cubaine.

En particulier dans les villes de Port Salut (sud), Jérémie (Grand Anse) et Aquin (sud), de nombreux blessés sont arrivés dans les installations où travaillent des médecins cubains, a indiqué M. Olivero.

Le tremblement de terre a eu son épicentre dans la ville de Petit Trou, dans le département des Nippes, à quelque 128 kilomètres au sud-ouest de la capitale.

Les médias locaux font état de dégâts importants, notamment à Jermie, Nippes et Les Cayes, avec plusieurs infrastructures détruites et un nombre de morts encore indéterminé.

De nombreuses personnes auraient également été piégées dans les décombres, tandis que la direction de la protection civile a activé le système de réponse rapide et demandé à la population de rester vigilante.

Le service sismologique nord-américain a émis une alerte au risque de tsunami, avec des vagues pouvant atteindre trois mètres de haut le long de la côte sud du pays.

jcc/mem/ane

source : http://frances.prensa-latina.cu/index.php?option=com_content&view=article&id=886987:des-medecins-cubains-soccupent-des-blesses-apres-le-seisme-en-haiti&opcion=pl-ver-noticia&catid=99&Itemid=101

Tag(s) : #Cuba#Haiti

Dans CUBA

L'ALBA-TCP REFUSE LES MESURES COERCITIVES DES ETATS-UNIS CONTRE CUBA

Par Le 15/08/2021

15 Août 2021

 

Caracas, 14 août (Prensa Latina) L'Alliance bolivarienne pour les peuples de Notre Amérique-Accord commercial entre les peuples (ALBA-TCP) a condamné aujourd'hui l'imposition de nouvelles mesures unilatérales par les États-Unis contre des fonctionnaires cubains.

Dans un communiqué publié samedi, le bloc d'intégration a répudié les sanctions envisagées par Washington à l'encontre de deux fonctionnaires du ministère de l'intérieur, ainsi que de l'unité des troupes de prévention, appartenant au ministère des forces armées révolutionnaires de Cuba.

L'ALBA-TCP a condamné l'application de mesures coercitives qui violent les principes fondamentaux de la Charte des Nations unies, et a réaffirmé que ces actions témoignaient du  caractère interventionniste d'un État cherchant à provoquer la déstabilisation politique.

L'Alliance a réaffirmé sa solidarité et son soutien au gouvernement et au peuple cubains en exigéant aux Etats-Unis de respecter les principes fondamentaux du droit international.

L'organisme a de même repris son appel à la communauté internationale à refuser ce type d'intimidation et à défendre la souveraineté, l'autodétermination et l'indépendance politique des États.

Le ministre cubain des Affaires étrangères, Bruno Rodríguez, a qualifié la veille d'opportunistes les nouvelles mesures imposées par le gouvernement nord-américain à l'encontre de deux fonctionnaires et d'une entité de l'île.

Le département du Trésor étasunien a sanctionné Romárico Vidal Sotomayor et Pedro Orlando Martínez du ministère de l'Intérieur, ainsi que les troupes de prévention du ministère des Forces armées révolutionnaires.

Washington annonce de nouvelles sanctions contre des responsables cubains, alléguant des " abus contre les manifestants " lors des émeutes du 11 juillet.

En d'autres occasions, le ministre des Affaires étrangères a accusé la Maison Blanche de mentir lorsqu'elle parle de manifestants pacifiques pendant qu'évite d'aborder des actes de vandalisme et ignore les liens entre l'État de Floride et le financement et la promotion de la violence à Cuba. 

jcc/mem/wup

source:http://frances.prensa-latina.cu/index.php?option=com_content&view=article&id=886990:lalba-tcp-refuse-les-mesures-coercitives-des-etats-unis-contre-cuba&opcion=pl-ver-noticia&catid=19&Itemid=101

Tag(s) : #ALBA#Cuba

Dans CUBA

CUBA : L'HERITAGE EMANCIPATEUR DE FIDEL A ETE LOUE AU FORUM DE SAO PAULO.

Par Le 15/08/2021

15 Août 2021

L'héritage émancipateur de Fidel a été loué au Forum de São Paulo.
AUG
14
2021

Participant à la réunion virtuelle internationale Fidel, un homme de science avec une vision de l'avenir, organisée par le Forum de São Paulo et le Parti communiste de Cuba, le premier secrétaire du parti et président de la République, Miguel Díaz-Canel Bermúdez, a salué la contribution du leader cubain aux efforts de l'archipel pour atteindre la souveraineté technologique et scientifique.

Le Premier Secrétaire du Parti et Président de la République, Miguel Díaz-Canel Bermúdez, a décrit le Commandant en chef Fidel Castro Ruz comme un homme politique exceptionnel qui, avec humanisme, intelligence, créativité et ténacité a fait la Révolution, en mettant au premier plan l'éducation et la santé du peuple, a déclaré le Premier Secrétaire du Parti et Président de la République, Miguel Díaz-Canel Bermúdez, Commandant en chef Fidel Castro Ruz.

Participant à la réunion virtuelle internationale Fidel, un homme de science avec une vision de l'avenir, organisée par le Forum de São Paulo et le Parti communiste de Cuba, le président a souligné comment, sous la direction de Fidel, la réalisation de l'unité des masses est la principale clé de la résistance de la Révolution à l'impérialisme américain.

Il a notamment salué la contribution du leader cubain aux efforts de l'archipel pour atteindre la souveraineté technologique et scientifique, base du développement d'une politique de promotion des centres de santé, des sciences et des écoles, malgré les obstacles du blocus américain.

Précisément parce que Cuba connaît bien les effets du siège impérialiste pour étouffer son peuple, Díaz-Canel a réitéré le soutien de l'île aux gouvernements progressistes de la région qui font face à l'hostilité des États-Unis, en pleine lutte contre le covid-19, et qui luttent contre les séquelles du néolibéralisme sauvage.

Dans le forum virtuel, le membre du Bureau politique du Parti et ministre des Affaires étrangères, Bruno Rodríguez Parrilla, a également salué l'héritage émancipateur de Fidel : "Ses contributions dans d'autres domaines du développement scientifique sont plus connues, mais son approche précoce de la communication sociale et des technologies de l'information est fascinante", a-t-il déclaré.

Fidel "a insisté pour adapter nos luttes aux réseaux et au domaine de la communication sans jamais abandonner la rue", a déclaré le ministre des affaires étrangères lors de l'événement, auquel ont également participé le président du Venezuela, Nicolás Maduro, l'ancien président de la Bolivie, Evo Morales, les intellectuels Frei Betto et Ignacio Ramonet, ainsi que d'autres personnalités.

source : http://misiones.minrex.gob.cu/es/articulo/exaltaron-en-foro-de-sao-paulo-legado-emancipador-de-fidel

Tag(s) : #Fidel

Dans CUBA

TOUS ET UN SEUL FIDEL

Par Le 14/08/2021

13 Août 2021

« Fidel, c’est Fidel ! », s’est exclamé un jour Raul, et il le restera. L’homme a la rare faculté la rare faculté, comme l'avait signalé l'ami algérien, de voyager dans le futur et de revenir pour nous le raconter

Auteur: Pedro de la Hoz | pedro@granma.cu

13 août 2021 09:08:10


Photo : Journal Vanguardia.
À 19 ans, son baccalauréat en poche, l'annuaire des diplômés du Collège de Belen fait une mention singulière, une prémonition pourrait-on dire : « Il a gagné l'admiration et l'affection de tous. Il étudiera le Droit et nous ne doutons pas qu'il remplira le livre de sa vie de pages brillantes. Fidel a l'étoffe d'un artiste. »

L'artiste fut au rendez-vous et, après quelques années, Fidel Alejandro Castro Ruz devenait Fidel. Le révolutionnaire, le politicien, le combattant, l'intellectuel, l'héritier de José Marti, le militant communiste, l'internationaliste, le défenseur de toute cause juste, l'être humain le plus extraordinaire né à Cuba au XXe siècle.

Fidel est et reste une référence. Des millions de compatriotes et de personnes dans le monde entier le savent, et l'ennemi lui-même a dû le reconnaître. « La seule chose dont nous puissions être sûrs, c’est que Fidel Castro possède ces qualités indéfinissables qui font les meneurs d'hommes. Quoi que nous puissions penser de lui, il sera un facteur important dans le développement de Cuba. Il a une capacité de leadership. »

C'est ce qu'a écrit le politicien étasunien Richard Nixon, à l’époque où il était vice-président, dans un rapport adressé au président Dwight Eisenhower en 1959, alors qu'ils élaboraient les plans d'agression et de blocus les plus perfides et les plus persistants de l'histoire moderne.

Chacun de ses contemporains eut un Fidel pour lui : le Commandant, l'Unique, le Chef, le Géant, le Visionnaire, épithètes prodiguées au fil du temps.

Dans l'anticipation poétique de Che Guevara, lorsqu'ils embarquèrent ensemble sur le yacht Granma, le guérillero argentino-cubain l'appela le « prophète de l'aube ».

Dans les vers de l'Argentin Juan Gelman : « On dira exactement de Fidel / grand meneur qui a mis le feu à l'histoire etcetera / mais le peuple l'appelle le Cheval et c'est vrai / Fidel est monté sur Fidel un jour / il s'est jeté à corps perdu contre la douleur, contre la mort. »

Dans la substance épique du Chilien Pablo Neruda : « Fidel, Fidel, le peuple te remercie / pour les mots en action et les actes qui chantent... ».

Dans le vers intrépide de Nicolas Guillen : « Le peuple chante, il a chanté / le peuple chante ainsi / Fidel est venu et a réalisé / ce que Martí avait promis. »

Des jeunes qui ne l’ont pas connu directement se sont alors rapprochés de lui en scandant une phrase : « Je suis Fidel ! ». Ce n'est pas un slogan qui révèle une allégeance circonstancielle, mais plutôt la projection nécessaire à l'élan et à l’éclat d’idées nobles

« Fidel, c’est Fidel ! », s’est exclamé un jour Raul, et il le restera. L’homme a la rare faculté la rare faculté, comme l'avait signalé l'ami algérien, de voyager dans le futur et de revenir pour nous le raconter.

Tous et un seul Fidel. Un seul peuple, un seul pays, un seul chemin, une seule vocation.
source : http://fr.granma.cu/cuba/2021-08-13/tous-et-un-seul-fidel

Tag(s) : #Cuba#Fidel

Dans CUBA

CUBA : APPROBATION DE L’ESSAI CLINIQUE D’UN CANDIDAT-VACCIN QUI STIMULE LA REPONSE IMMUNITAIRE CONTRE LES INFECTIONS RESPIRATOIRES AIGUËS

Par Le 14/08/2021

13 Août 2021

Cette proposition scientifique vise à stimuler la réponse immunitaire contre les infections respiratoires aiguës, y compris celles causées par le coronavirus

Auteur: Rédaction nationale | informacion@granmai.cu

13 août 2021 09:08:47


Photo : Prise sur Facebook.
Le Centre d'État pour le contrôle des médicaments, des équipements et des dispositifs médicaux (Cecmed) a autorisé le début de l'essai clinique avec le candidat-vaccin CIGB-2020, conçu pour stimuler la réponse immunitaire contre les infections respiratoires aiguës, y compris celles causées par les coronavirus.

Selon un message sur Twitter de Gerardo Guillén, directeur de la recherche biomédicale au Centre de génie génétique et de biotechnologie (CIGB), qui a mis au point le médicament, la nouvelle étude - supposée être un essai clinique randomisé et contrôlé chez les contacts et les suspects d'infection par le SARS-CoV-2 - vise à évaluer l'efficacité et la sécurité du traitement nasal et sublingual chez les personnes qui ont été contacts ou suspects d'infection par le SARS-CoV-2.

Cette démarche concernera les personnes âgées de 60 ans ou plus, quel que soit leur sexe, qui sont des contacts étroits avec des patients chez qui une infection respiratoire aiguë a été diagnostiquée.

source : http://fr.granma.cu/cuba/2021-08-13/approbation-de-lessai-clinique-dun-candidat-vaccin-qui-stimule-la-reponse-immunitaire-contre-les-infections-respiratoires-aigues


 

Tag(s) : #Cuba#CECMED

Dans CUBA

LE LIEN SPECIAL ENTRE FIDEL CASTRO ET SON PEUPLE

Par Le 14/08/2021

13 Août 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-08-13 09:19:31

      

Par María Josefina Arce

Entouré du peuple, de son peuple, c’est l’une des images les plus courantes du leader historique de la révolution cubaine. Dans tous les coins de l’archipel où Fidel Castro était présent, il était toujours suivi par une marée de personnes.

Sa seule présence convoquait une foule, désireuse de le voir, de le saluer et d’échanger avec lui. Sa préoccupation pour les problèmes et son intérêt pour le quotidien des étudiants, des ouvriers et des femmes au foyer était un trait distinctif.

Fidel partageait avec tout le monde. Sa parole précise, son geste aimable et surtout sa capacité d’écouter son peuple, lui a valu pour toujours une place dans le cœur des Cubains, avec lesquels il a forgé une relation spéciale.

Un peuple qui, ce 13 août, lui rend hommage à l’occasion du 95e anniversaire de sa naissance, et qui a à l’esprit tout ce qu’il a travaillé et s’est efforcé de nous léguer un meilleur pays, et surtout souverain et indépendant.

Fidel Castro a suivi le programme de la révolution, qu’il a esquissé dans son autodéfense lors du procès pour les assauts du 26 juillet 1953 contre les casernes Moncada et Carlos Manuel de Céspedes, dans l’est de Cuba.

Dans son argumentation historique appelée "L’histoire m’acquittera", il a dénoncé les maux du pays, qui après le triomphe révolutionnaire six ans plus tard se donnerait à la tâche de bannir pour toujours.

Sous sa direction, le processus révolutionnaire a permis aux Cubains de jouir de droits fondamentaux tels que la santé et l’éducation, qui sont gratuits et universels.

Grâce à l’élan et à la projection de l’avenir, Cuba a été placée au premier plan de l’International, à l’avant-garde de l’Amérique latine et des Caraïbes dans divers domaines tels que la santé et l’éducation.

Il a déployé de grands efforts pour le développement de la biotechnologie, car il a su voir dans la science le moteur du progrès économique et social de la Patrie. Grâce à cet engagement aujourd’hui, le pays dans l’affrontement avec la COVID 19 dispose d’Abdala, le premier vaccin d’Amérique latine et des Caraïbes, et de quatre autres candidats vaccinaux.

Mais la figure du leader révolutionnaire a dépassé nos frontières. Il s’est fait remarquer par sa défense passionnée sur diverses tribunes des causes nobles et des droits des plus humbles, des toujours oubliés et marginalisés.

Feu le président vénézuélien Hugo Chavez l’a dit à juste titre : "Fidel n’appartient pas seulement à Cuba, il appartient à notre monde, à notre Amérique".

IL a donné à la révolution cubaine un profond caractère humaniste et solidaire. Des médecins, des pédagogues et des spécialistes d’autres branches ont marché vers des terres lointaines pour aider à améliorer les conditions de vie des autres peuples.

Fidel Castro a été infatigable, combattant né, humain et d’une grande résistance et dignité. Il nous a laissé une vaste œuvre et une pensée profonde et sage qui, aujourd’hui, comme l’a affirmé Chávez, est plus que jamais nécessaire et éclairante, maintenant que l’empire contre-attaque.

source : https://www.radiohc.cu/fr/especiales/comentarios/266927-le-lien-special-entre-fidel-et-son-peuple

Tag(s) : #Fidel#Cuba

 

Dans CUBA

CUBA : LES RENEGATS ET LE JUGEMENT IMPLACABLE DE L’HISTOIRE

Par Le 13/08/2021

13 Août 2021

Tout au long de notre existence en tant que nation, aucun de ceux qui ont demandé une intervention étrangère dans nos affaires intérieures n'a pu compter sur autre chose que le mépris de ses compatriotes

Auteur: Raul Antonio Capote | informacion@granmai.cu

12 août 2021 10:08:54


Photo : Manuel 
Dans la Cuba du 19e siècle, il n'y avait pas de personnage plus détestable que le créole qui portait le Rayadillo, le célèbre uniforme colonial espagnol à rayures. La honte et l'opprobre planaient sur tous ceux qui servaient les intérêts coloniaux de l'Espagne.
Le Cuba qui se formait dans le maquis rebelle était né du courage et du dévouement sans bornes de ses meilleurs fils et filles ; il n'y avait pas d'espace moral dans la lutte à mort pour la liberté pour ceux qui tournaient le dos aux leurs et soutenaient la cruauté colonialiste.
L'histoire est implacable dans son jugement. Fidel y fit appel avec une certitude absolue au moment du procès de la Moncada, conscient que ceux qui portaient dans leur cœur l'héritage de José Marti justement jugés par Clio.
Tout au long de notre existence en tant que nation, aucun de ceux qui ont demandé une intervention étrangère dans nos affaires intérieures n'a pu compter sur autre chose que le mépris de ses compatriotes, d'autant plus si cette intervention signifie que des soldats d'un autre pays outragent le sol sacré de la patrie.
Un exemple on ne peut plus clair, pour illustrer l'étendue d'un tel grief, est celui de Don Tomas Estrada Palma, président élu en 1902. Certains parvinrent à convaincre le président qu'il était « nécessaire » qu'il soit réélu pour quatre années supplémentaires, ce qu'il accepta volontiers et annonça sa candidature.
Le parti libéral s'opposa aussitôt à sa réélection et fusionna en une force politique nationale dirigée par le général José Miguel Gomez et le Dr Alfredo Zayas, qui rejoignirent le ticket libéral en tant que président et vice-président, respectivement.
Estrada Palma remporta les élections, mais le 16 août 1906, de nombreux dirigeants libéraux prirent les armes dans ce qui est connu comme la « Guerrita de agosto » (la Petite guerre d'août). Le président réélu a appela ensuite à une intervention militaire des États-Unis, rejetant toute tentative de parvenir à un accord avec l'opposition.
Don Tomas demeura inflexible et, le 28 septembre 1906, le premier président de la République démissionna, laissant l'île acéphale, c’est-à-dire sans gouvernement.  Le lendemain, 2 000 marines débarquèrent à Cuba, déclenchant ainsi la deuxième intervention étasunienne.
Cette action méprisable provoqua une vague d'indignation et de désenchantement à tous les niveaux de la société cubaine. Depuis lors, le nom d'Estrada Palma est à jamais lié à cet acte honteux. L'histoire l'a condamné, le plaçant au rang des traîtres.
Cette action méprisable provoqua une vague d'indignation et de désenchantement à tous les niveaux de la société cubaine. Depuis lors, le nom d'Estrada Palma est à jamais lié à cet acte honteux. L'histoire l'a condamné, le plaçant au rang des traîtres.
Un jugement similaire a été porté sur les mercenaires de la baie des Cochons, dont les noms, quel que soit le déguisement qu'ils tentent d'utiliser pour dissimuler leur ignominie, sont indissolublement liés à l'outrage et à la honte d'avoir servi un gouvernement étranger contre le pays qui les a vus naître.
Ceux qui ont récemment demandé, en utilisant un verbiage scandaleux, l'intervention de l'armée des Etats-Unis à Cuba, ne sauraient s'attendre à un traitement clément de la part de l'histoire, ni même à la possibilité d'être oubliés.
Leurs mots sont gravés avec douleur et mépris dans le cœur des enfants de ce pays, ils ne seront jamais oubliés. Les générations futures se souviendront qu'un jour, un groupe de mauvais Cubains, ayant le choix entre la solidarité, l'honneur et la bienséance, s'est rangé du côté de la haine et a proclamé avec le plus grand mépris l'extermination de son peuple. L'histoire ne le leur pardonnera jamais. Cuba, encore moins.
source : http://fr.granma.cu/mundo/2021-08-12/cuba-les-renegats-et-le-jugement-implacable-de-lhistoire

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

LE BLOCUS AMERICAIN EMPECHE LES CUBAINS D’AVOIR UN ACCES LIBRE A L’INTERNET

Par Le 13/08/2021

13 Août 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-08-12 14:25:12

      

La Havane, 12 août (RHC)- Bruno Rodríguez,  ministre cubain des Affaires étrangères,  a réaffirmé  que le blocus économique, commercial et financier que les États-Unis infligent à notre pays, empêche les Cubains d'avoir un accès libre à Internet.

«Une nouvelle note d'information du @StateDept confirme que les services de communication et d'information entre #Cuba et les États-Unis, y compris l'internet, sont interdits, par la loi et par la politique, avec les exceptions décrites dans cette note. Le blocus empêche l'accès gratuit à Internet pour les Cubains», a tweeté le chef de la diplomatie cubaine en réaction à une note du département du Trésor des États-Unis assurant l’engagement présumé de Washington à soutenir la liberté d’Internet à Cuba.

Source: ACN

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/266845-le-blocus-empeche-les-cubains-davoir-un-acces-libre-a-linternet

Tag(s) : #Cuba#Blocus

Dans CUBA

CUBA : L’UTOPIE DEVENUE REALITE

Par Le 13/08/2021

13 Août 2021

Fidel Castro ne fut pas seulement un rénovateur permanent des méthodes de la lutte révolutionnaire, mais aussi un rêveur qui eut la chance de voir les plus belles utopies se réaliser

Auteur: Amador Hernández Hernández | informacion@granmai.cu

12 août 2021 10:08:56


Photo : Illustrative 
Fidel Castro ne fut pas seulement un rénovateur permanent des méthodes de la lutte révolutionnaire, mais aussi un rêveur qui eut la chance de voir les plus belles utopies se réaliser.
Il est bien connu que son caractère impatient et rebelle dès l'enfance a lui-même contribué à sa rapide maturité politique. À l'âge de 21 ans, en tant que président du Comité Pro Democracia Dominicana de la Fédération des étudiants universitaires (FEU), il promut des actions pour exiger la destitution du dictateur dominicain Rafael Leonidas Trujillo, et fit partie d'un projet militaire visant à renverser le despote militaire.
Un an plus tard, envoyé en Colombie en tant que délégué de la FEU à la 9e Conférence interaméricaine - convoquée pour rencontrer le candidat à la présidence Jorge Eliécer Gaitan, l'après-midi même de son assassinat lors de la révolte connue sous le nom de El Bogotazo - il se joint à la protestation du peuple colombien et demande des armes pour repousser le soulèvement militaire.
La mort du dirigeant orthodoxe Eduardo Chibas et la trahison de l'armée cubaine qui soutient le coup d'État du 10 mars 1952, dirigé par Fulgencio Batista, poussent définitivement le jeune avocat à concentrer tous ses efforts sur une lutte totale pour l'indépendance définitive et nécessaire de Cuba.
Il reprendrait les idéaux de l'Apôtre pour convoquer une génération de jeunes prêts à tout sacrifier pour réaliser les rêves de José Marti. Un leader authentique, clairvoyant et combatif était né pour Cuba, apportant la lumière nécessaire pour guider les grands événements.
Les événements du 26 juillet 1953 ne portèrent pas les fruits militaires souhaités à l'époque, mais ils réveillèrent un peuple forgé dans les plus belles traditions héroïques, qui fit sien le programme de la Moncada et s'accrocha à l'utopie qui lui redonna l'espoir et la motivation de combattre et de défendre la Révolution à venir, car Fidel Castro avait réellement le cran et l'intelligence de la réaliser.
Dans sa plaidoirie « L’Histoire m’acquittera », Fidel avait conduit son peuple vers l'avenir et lui avait montré un pays où les paysans étaient propriétaires de la terre qu'ils travaillaient ; il lui avait révélé un pays plein d'écoles, d'hôpitaux, de médecins, d'usines où les ouvriers gagnaient honnêtement leur pain ; un peuple de travailleurs, joyeux et solidaires ; un pays où le culte de la pleine dignité de l'Homme était la première loi de sa Constitution.
Et ce qui semblait être une nouvelle utopie de héros romantiques prit forme à partir de la prison fertile, de l'exil productif, de ce 25 novembre 1956, lorsque toute l'utopie, vêtue de vert-olive, débarqua à bord d’un yacht de la liberté, et sauva le projet « Nous serons libres ou martyrs », malgré la surprise du combat d'Alegria de Pio, les longues marches des survivants à travers la mangrove compacte, pour élever l'utopie sur le pic Turquino et la faire descendre triomphalement, avec l'étoile qui illumine et tue comme bannière de victoire de Marti, le 1er janvier 1959. C'est le rêve que le jeune avocat avait avancé dans son plaidoyer à la caserne Moncada.
Quand un pays naît avec un leader de la taille de Fidel, l'utopie est condamnée, inévitablement, à devenir réalité, et pour assurer cette réalité, voici Cuba qui partage le même rêve qu'un monde meilleur est possible, et c'est à nous, aux pauvres et aux dignes, qu’il revient de le concrétiser.

source : http://fr.granma.cu/cuba/2021-08-12/lutopie-devenue-realite

Tag(s) : #Fidel

Dans CUBA

DES SCIENTIFIQUES CUBAINS CONFIRMENT LEUR VOLONTE DE COOPERATION AVEC LES ETATS-UNIS

Par Le 12/08/2021

12 Août 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-08-11 10:13:14

      

Photo: Prensa Latina

La Havane, 11 août, (RHC)- Des scientifiques et des médecins cubains confirment leur volonté de coopération avec les États-Unis, y compris pour ce qui est du développement des vaccins contre le Covid-19, dans une lettre adressée au président des États-Unis Joe Biden.

La lettre fait référence à la volonté présumée du président Biden de fournir des quantités importantes de vaccins si une organisation internationale les administrait et le faisait de manière à ce que les citoyens moyens y aient accès.

Mayda Mauri, première vice-présidente du groupe des entreprises biotechnologiques et pharmaceutiques de Cuba, BioCubaFarma, a souligné en conférence de presse le développement de l'immunogène Soberana Plus par l’Institut Finlay, unique au monde pour les convalescents de la maladie.

Le Dr Agustín Lage, conseiller du président de BioCubaFarma, a de son côté fait état de la couverture vaccinale de plus de 99% chez les enfants et les adultes cubains contre 13 maladies, avec huit immunogènes produits au niveau national.

Il a rappelé les normes élevées de bonnes pratiques en matière de fabrication de vaccins appliquées à Cuba, classées par la revue scientifique Nature comme les meilleures établies dans les pays en développement.

La mise en œuvre du programme de vaccination des enfants a permis d'éradiquer des maladies telles que la polio, la diphtérie, la rougeole, la coqueluche, la rubéole et les oreillons, ainsi que deux formes cliniques graves chez les enfants de moins d'un an: le tétanos néonatal et la méningite tuberculeuse.

Ce programme de vaccination a en plus permis de réduire de plus de 95 % la morbidité et la mortalité liées à la fièvre typhoïde, aux maladies à méningocoques et à l'hépatite B.

Agustin Lage a souligné la coopération avec Washington dans le domaine de la recherche sur le cancer.

D'autre part, en ce qui concerne la lutte anti- Covid-19, Cuba a enregistré 41 185 cas par million d'habitants, 311 décès pour un taux de létalité de 0,76 pour cent, alors que la vaccination de masse avec l'Abdala, conçu par le CIGB, le Centre de Génie génétique et de Biotechnologie de La Havane, progresse.

De même, l'intervention sanitaire dans les territoires et les groupes à risque se poursuit avec les candidats Soberana 02 et Soberana Plus.

Outre les trois propositions mentionnées, Mambisa, destiné à une application nasale, a déjà reçu l'autorisation  pour les essais cliniques de phase II.

La lettre sera disponible la semaine prochaine sur Internet et un lien sera mis en place pour que les professionnels et les techniciens du reste du monde puissent souscrire électroniquement afin de soutenir le travail réalisé à Cuba dans la lutte contre la pandémie, la création de vaccins innovants et l'élimination d'autres maladies.

«Le rythme actuel de la vaccination pourrait permettre d'atteindre l'ensemble de la population d'ici octobre ou novembre, et les difficultés rencontrées dans cette campagne, notamment les importations d'ingrédients vitaux pour la production des vaccins, sont principalement dues aux restrictions financières imposées par les sanctions nord-américaines», indiquent les scientifiques cubains dans la lettre.

 «Monsieur le Président, vous pouvez faire beaucoup de bien en allant dans la bonne direction et en prenant en considération ce que veut la majorité des Cubains vivant à Cuba. Il ne s'agit pas d'ignorer et d'affaiblir leur système de santé publique, mais de respecter les réalisations de la nation», souligne la lettre.

Les scientifiques et médecins cubains expriment, à la fin de la lette, l'espoir que les menaces communes posées par la pandémie de Covid-19 conduiront à une plus grande collaboration et non à une nouvelle confrontation.

Sources: Prensa Latina et ACN

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/266706-des-scientifiques-cubains-confirment-leur-volonte-de-cooperation-avec-les-etats-unis

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

FIDEL, UN AMI INOUBLIABLE

Par Le 12/08/2021

12 Août 2021

Je ne saurais pas dire combien de conversations privées j'ai eues avec Fidel depuis que je l'ai rencontré en 1980 • Après notre première rencontre, à Managua, je me suis rendu à Cuba d'innombrables fois, et je pense qu'à partir de 1985, au cours de presque tous mes voyages, l'occasion de le rencontrer s'est présentée

Auteur:  | informacion@granmai.cu

11 août 2021 14:08:40

Je ne saurais pas dire combien de conversations privées j'ai eues avec Fidel depuis que je l'ai rencontré en 1980. Après notre première rencontre, à Managua, je me suis rendu à Cuba d'innombrables fois, et je pense qu'à partir de 1985, au cours de presque tous mes voyages, l'occasion de le rencontrer s'est présentée.

Mais je n'ai jamais eu un accès direct à Fidel. Les personnes qui m'appelaient pour me demander de lui apporter une lettre ou une requête se trompaient. Ce n'était pas quelqu'un que je pouvais appeler par téléphone, même si, lui, m'a appelé quelques fois.

L'un des appels eut lieu en 2010, peu avant les élections présidentielles qui allaient donner la victoire à Dilma Rousseff. Je me trouvais à São Paulo, au café Esch, en compagnie – par pure coïncidence – de l'ambassadeur cubain au Brésil et du consul cubain à São Paulo. Fidel voulait connaître les chances de Dilma, la candidate du Parti des Travailleurs et successeure de Lula, d'être élue présidente de la République. Les deux diplomates, surpris, ont dû s'imaginer que ces appels étaient fréquents...

Je pense que, comme moi, Fidel détestait parler au téléphone. Les rares fois où je l'ai vu le faire – une fois, dans son bureau, pour féliciter Carlos Rafael Rodriguez à l'occasion de son anniversaire, et une autre fois, un soir à La Havane, chez l'ambassadeur du Brésil, Italo Zappa, pour annuler un engagement – il fut si bref qu'il semblait être l’opposé de l'homme qui était capable de capter l'intérêt d'une foule pendant plusieurs heures depuis une tribune.

Le 19 février 2016, je me trouvais à La Havane. C'était mon dernier jour dans la ville et mes valises étaient prêtes pour rentrer au Brésil l'après-midi même. Je me suis rendu dans la matinée à la Casa de las Américas – la plus importante institution culturelle d'Amérique latine – pour assister à la projection du film Baptême de sang, basé sur mon livre du même nom.

J'avais prévu de déjeuner avec Homero Acosta, puis de me rendre à l'aéroport.

À ma surprise, Homero arriva beaucoup plus tôt que prévu et m'invita à sortir de la salle où le film était projeté. Dalia Soto del Valle, l'épouse de Fidel, l'avait appelé pour lui dire que le Commandant souhaitait me parler au téléphone. Pour des raisons de sécurité, l'appel ne pouvait pas se faire par téléphone portable. Nous devions retourner à l'hôtel pour utiliser le téléphone fixe dans la chambre où je logeais.

Or, ils avaient déjà fermé mon compte au Melia Habana. Néanmoins, Homero insista pour que nous retournions à l'hôtel. Heureusement, la chambre était encore vide. Homero composa le numéro et me tendit l’écouteur. Dalia me dit que, malheureusement, « le chef » n'avait pas pu me rencontrer ces jours-ci, mais qu'il avait au moins souhaité me saluer au téléphone avant mon départ. Fidel, toujours attentif à mon égard, me demanda si je devais retourner au Brésil l’après-midi même ou si je pouvais rester quelques jours de plus. Je lui ai expliqué mes difficultés.

–Mais tu peux au moins venir prendre un café ? me demanda-t-il.

Je lui répondis que oui. Une fois dans la voiture d'Homero, il ne savait pas où se trouvait la maison de Fidel. C'était un secret jalousement gardé pour des raisons de sécurité. Cependant, j'y étais déjà allé à plusieurs reprises et je connaissais bien l'itinéraire, si bien qu’une situation inhabituelle se présenta alors : un Brésilien indiquant à un haut fonctionnaire du Conseil d'État le chemin de la résidence du Commandant. En outre, c'était la première fois qu'Homero le rencontrait personnellement, ce qui se répéta lors de mes visites ultérieures à Cuba, y compris le jour de son 90e anniversaire.

Ce qui attirait d'abord l’attention lorsque l'on rencontrait Fidel, c'était son allure imposante. Il paraissait plus grand qu'il ne l'était, et l'uniforme l'investissait d'un symbolisme qui transmettait autorité et esprit de décision. Quand il entrait dans une pièce, c'était comme si son aura remplissait tout l'espace. Ceux qui l'entouraient se taisaient, attentifs à ses gestes et à ses paroles. Les premiers instants étaient souvent difficiles, car tout le monde attendait qu'il prenne l'initiative, choisisse le sujet, fasse une proposition ou lance une idée, tandis qu'il entretenait l'illusion que sa présence n'était que celle d'une personne de plus et qu'il serait traité de manière amicale, sans cérémonie ni révérences. Comme dans la chanson de Cole Porter, il devait se demander s'il n'aurait pas été plus heureux d'être un simple homme de la campagne, sans la célébrité qui le revêtait.

La légende raconte qu'il avait l'habitude de conduire sa jeep dans les rues de La Havane, à l’aube, incognito. Je sais qu'il se présentait souvent à l'improviste chez ses amis s'il voyait une lumière allumée, et même s’il prétendait qu’il n’allait rester que cinq minutes, il n'était pas surprenant qu'il reste jusqu'à ce que les premiers rayons du soleil annoncent le lever du jour.

Un autre détail de Fidel qui surprenait, c’était le timbre de sa voix. Le ton de fausset contrastait avec sa corpulence. Parfois, il parlait si bas que ses interlocuteurs devaient tendre l’oreille, comme quelqu'un qui écouterait des secrets et des révélations inédites. Et quand il parlait, il n'aimait pas être interrompu. Magnanime, il passait de la situation internationale à une recette de spaghettis, de la récolte de sucre aux souvenirs de sa jeunesse.

Mais il ne faut pas croire qu'il monopolisait la parole. Je n'ai jamais rencontré quelqu'un qui aimait converser autant que lui. C'est pourquoi il n'accordait pas d'audience. Il n'aimait pas les réunions protocolaires, où les mensonges diplomatiques résonnent comme des vérités définitives.

Fidel ne savait pas recevoir une personne pendant dix ou vingt minutes. Quand il rencontrait quelqu'un, la réunion durait au moins une heure. Souvent toute la nuit, jusqu'à ce qu'il réalise qu'il était temps de rentrer à la maison, de prendre un bain, de manger quelque chose et d'aller se coucher.

Dans une conversation personnelle, le leader cubain tentait de tirer le meilleur parti de son interlocuteur. Lorsqu'un thème l’enthousiasmait, il voulait en connaître tous les aspects. Il se renseignait sur tout : le climat d'une ville, la coupe d'un vêtement, le type de cuir d'une mallette ou les avions militaires d'un pays. Si l'interlocuteur ne maîtrisait pas les détails du sujet abordé par Fidel, la meilleure chose à faire était de changer de sujet.

Même s'il commençait le dialogue confortablement assis, rapidement il donnait l'impression que tout siège était trop étroit pour son grand corps.

Électrisé par l'excitation de ses propres idées, Fidel se levait, faisait les cent pas, s’arrêtait au milieu de la pièce, les pieds joints, le tronc penché en arrière, la tête sur la nuque et le doigt pointé ; il buvait un verre, goûtait un canapé, se penchait sur son interlocuteur, lui touchait l'épaule du bout de l'index et du majeur ; murmurait à son oreille, pointait l'index droit de manière incisive, gesticulait avec véhémence, relevait son visage couvert de barbe et ouvrait la bouche montrant ses dents courtes et blanches, comme si l'impact d'une idée exigeait de remplir à nouveau ses poumons ; il fixait son interlocuteur de ses petits yeux brillants, comme s'il voulait absorber toutes les informations transmises. Il fallait beaucoup d'agilité pour suivre son raisonnement.

En plus de sa mémoire prodigieuse, il avait une capacité enviable d’effectuer mentalement des opérations mathématiques compliquées, comme s'il faisait fonctionner un ordinateur dans son cerveau. Il aimait qu'on lui raconte des anecdotes et des histoires, qu'on lui décrive des processus de production, qu'on lui fasse le portrait de politiciens étrangers. Mais il ne permettait pas que l’on envahisse sa vie privée, qui était sous bonne garde. À moins que l'intérêt ne soit lié à sa seule passion : la Révolution cubaine.

Toujours entouré des membres attentifs de sa sécurité personnelle, Fidel savait qu'il n'était pas seulement la cible des attentions de ses admirateurs.

Pendant douze ans, entre 1960 et 1972, des mafieux comme Johnny Roselli et Sam Giancana, désireux de récupérer leurs casinos expropriés par la Révolution, tentèrent de l'assassiner en collusion avec la cia.

En dépit de tout, il survécut. Et il est mort à l'âge de 90 ans, paisiblement, dans son lit, entouré de sa famille.

source : http://fr.granma.cu/cuba/2021-08-11/fidel-un-ami-inoubliable

Tag(s) : #Fidel#Cuba

Dans CUBA

ETRE FIDEL ET L’ETRE MAINTENANT

Par Le 12/08/2021

12 Août 2021

Brisant la solennité du moment, comme une vague qui prend de la force, la clameur s’amplifia et peu à peu la place de la Révolution devint un chœur géant, scandant une seule phrase : « Je suis Fidel »

Auteur: Miguel Cruz Suárez | informacion@granmai.cu

11 août 2021 14:08:42


Photo: Granma Archive
Brisant la solennité du moment, comme une vague qui prend de la force, la clameur s’amplifia et peu à peu la place de la Révolution devint un chœur géant, scandant une seule phrase : « Je suis Fidel ». C'était le mardi 29 novembre 2016 et le peuple de La Havane, représentant tout Cuba, s’était donné rendez-vous pour rendre hommage au Commandant invaincu qui partait pour l'immortalité.

Alors que nous nous joignions les uns après les autres à l’acclamation collective, l'émotion grandissait et il était urgent de dire clairement que l'homme qui avait élevé sa voix tant de fois depuis ce lieu précis ne partirait pas, et que son héritage ne serait pas perdu à jamais. Affirmer sur cette place et répéter ensuite d'un bout à l'autre de l'Île que nous serions comme lui, que nous serions à sa place fut une décision juste et opportune. Mais avons-nous bien compris ce que cela signifie ?

On ne pourrait pas être Fidel et fermer les yeux devant ce qui est mal fait ou pactiser avec l'oisiveté ; on ne pourrait pas être Fidel et s'éloigner des urgences du peuple, sans l'écouter attentivement et en se joignant à ses efforts quotidiens pour aller de l’avant ; on ne pourrait pas être Fidel si, à l'heure du devoir, nous allons du côté où la vie est meilleure et que, depuis ce confort individuel, nous détournons le regard des urgences collectives. Nous ne pourrions pas non plus être Fidel si nous brisons l'unité, qui est et sera notre principal antidote contre la tentative permanente de nous réduire.

Pour être Fidel, dans les termes de cette vigoureuse consigne, il faut comprendre qu'ici et maintenant, nous avons grandement besoin de cette ingéniosité et de cette stratégie qui l'ont conduit à triompher des adversités et des limitations de toutes sortes. Aujourd'hui, c'est la covid-19, comme plus tard ce pourrait être un cyclone, la crainte de la sécheresse et même de nouvelles et plus cruelles mesures de blocus, ainsi que des intentions agressives de toutes sortes, mais dans tous les cas, si nous conservons la conviction d'agir comme il l'a fait, la défaite sera impossible.

Nombreux sont les exemples qui montrent qu'il nous est possible d'être fidèles à ce serment symbolique qui consiste à dire et à continuer à dire : « Nous sommes Fidel ! ». Il suffit de voir le dévouement sans limite des dirigeants du pays, avec le président en tête, face à chaque problème ; l’abnégation des scientifiques qui ne prennent  jamais de repos; la ténacité et l'humanisme des médecins qui ne renoncent pas ; les succès sportifs qui nous remplissent de fierté ; ceux qui produisent et sèment et les milliers de jeunes qui sont là où nous avons le plus besoin d'eux.

Nous devrons répéter cette consigne, encore et encore, et l'assumer comme le meilleur hommage à celui qui nous a montré que la seule option que nous ne devons jamais envisager, c’est celle de nous rendre.

source : http://fr.granma.cu/cuba/2021-08-11/etre-fidel-et-letre-maintenant

Tag(s) : #Cuba#Castro#Fidel

Dans CUBA

FIDEL, L’AUBE A JAMAIS

Par Le 12/08/2021

12 Août 2021

Fidel est pour nous le disciple le plus loyal, le plus grand et le plus lucide du maître José Marti. Il vient de la montagne et du ruisseau, de toutes parts et il va vers toutes parts ; dès sa naissance, il a jeté son sort avec les pauvres de la Terre et la justice, l'anti-impérialisme, l'anti-capitalisme ont déterminé sa marche

Auteur: Katiuska Blanco | informacion@granmai.cu

11 août 2021 14:08:35


Fidel était un au début, mais ensuite tous ses compagnons survécurent en lui. Photo : Ismael Francisco
Fidel est pour nous le disciple le plus loyal, le plus grand et le plus lucide du maître José Marti. Il vient de la montagne et du ruisseau, de toutes parts et il va vers toutes parts ; dès sa naissance, il a jeté son sort avec les pauvres de la Terre et la justice, l'anti-impérialisme, l'anti-capitalisme ont déterminé sa marche.

José Marti est le cœur de sa vie extraordinaire. Comme l'Apôtre, il est sans faille, rebelle, aux côtés des oubliés, et riche d'une lumière naturelle, pleine d’érudition, qui a été façonnée par l'effort et la volonté inlassables, avec la même ferveur que celle avec laquelle le soleil illumine notre univers.

Fidel vit dans cette dimension particulière des hommes dignes et courageux,  un Quichotte de notre temps. Une dimension dans laquelle rien n’est impossible et où chaque détail est respecté et conçu comme une poésie, une révolution, une philosophie, avec naturalité.

Dans l'insaisissable, il reconnaît les choses importantes : dans les héros, les symboles, l'histoire, la mémoire, la justice, le savoir, les idéaux, mais aussi dans la banalité quotidienne, «  sur la nappe de la table et dans le café d'hier » – comme le chante Silvio –, dans le décorum du refuge humble mais digne et éclairé auquel il aspire pour tous les habitants de la Terre. Porté par cette aspiration, il s'est uni à ceux qui rêvaient de partager les pains et les poissons, aux libérateurs de toutes les régions lointaines, de Notre Amérique et de l'archipel auquel nous appartenons, aux figures illustres de la pensée et des luttes sociales comme le maure Marx, le « général Engels » et Lénine.

Pour nous, Fidel est le fondateur d'un vieux rêve, d'un rêve qui a duré cent ans. Un centenaire qui n'a pas été vécu dans la solitude, mais habité par une multitude, par tout un peuple sur cette grande Île entourée de plus de 4 000 îles, de cayos et d’îlots dans le bleu intense de la mer des Caraïbes, à la confluence des vents, des courants et des traversées, de la profondeur physique et culturelle du monde, et pour cette raison même, un carrefour vital, une clé pour un avenir plus noble et plus humain pour tous.

Fidel a toujours été convaincu que l'aspiration à un pays juste et souverain était réalisable, et c'est avec cette foi ardente qu’il s’est entouré des meilleurs hommes et des meilleures femmes de notre peuple, peut-être à cause de tant de déceptions accumulées, incrédule jusqu'alors, jusqu'à cette aube de feu sur la ville endormie de Santiago.

De ce 26 [juillet] de poudre et de rêves, Fidel évoquait toujours chaque instant avec précision, y compris le moment où il parla à Guido Fleitas, au milieu de la fusillade intense qui faisait rage depuis environ une heure. C’est alors qu’il prit la décision du retrait, tandis que, sur la terrasse d'un bâtiment de la caserne, un homme armé d'une mitrailleuse de calibre 50 balayait toute la rue sans interruption, jusqu'à ce qu'il commença à le neutraliser. Il se souvenait également de l'ordre de retrait et de sa présence jusqu'à la fin du combat, lorsqu'il monta dans la dernière voiture pour en descendre quelques instants plus tard et laisser sa place à Abelardo Crespo, qui était blessé.

Il resta seul, cet homme au physique imposant, face à la caserne, avec pour seul compagnie son fusil sous le sifflement inquiétant et aigu des projectiles. Actif et en même temps envahi par des sentiments d’inquiétude, d’angoisse à l'idée de l’échec, de la défaite tactique. Il resta seul, seul. Il n'y avait personne dans la rue par laquelle il entreprit de se retirer, sans cesser de tirer au-dessus de sa tête, jusqu'à ce qu'une autre voiture, qui était déjà partie, fasse demi-tour et vienne le récupérer. Plus tard, il apprit qu’il s’agissait d’un jeune homme d'Artemisa, Ricardo Santana, qui, se rendant compte qu'il était resté en arrière, avait décidé de revenir pour le sortir de cet enfer.

Puis vint le regroupement à Siboney, l'heure difficile de surmonter l'adversité et de se mettre en route vers la montagne, de contourner la ville, d'atteindre les hauteurs et de réorganiser la lutte dans la Sierra Maestra. Il se mit en marche avec ses compagnons qui avaient les meilleures dispositions physiques et morales pour la guerre.

Ils étaient neuf hommes prêts à traverser la baie par l'ouest, depuis la péninsule de Renté, et à pénétrer dans les montagnes à l'est de la chaîne. Fidel était inspiré par la Révolution mexicaine, par la petite armée du général des hommes libres Augusto César Sandino et par les temps des mambises de Maximo Gomez et Antonio Maceo.

En tant que chef de file de l'action, il entendait au fond de lui le son métallique, aigu et désolé des cloches du début du roman d'Ernest Hemingway sur la résistance républicaine pendant la Guerre civile espagnole. La lecture de ces pages lui avait beaucoup appris sur la psychologie des hommes dans une guérilla, au cœur de l'arrière-garde montagneuse. Il s’était fait également une idée de la guerre irrégulière, de ses complexités et de ses efficacités, de sa dynamique dans les combats prévisibles, de ses retranchements en terrain accidenté inattendu, aux vastes possibilités de tendre des embuscades et à détruire des accès, et de se déplacer avec une constance aussi têtue qu'agile. Cependant, Fidel n'avait pas encore suffisamment d'expérience pratique.

Le 1er août, le lieutenant Pedro Sarria, ce jeune homme qui, pendant les examens universitaires, logeait dans le bâtiment du Corps des ingénieurs – en face de la maison où vivait Fidel dans le quartier du Vedado – surprit Pepe Suarez, Oscar Alcalde et Fidel en train de dormir dans une cabane sur les contreforts d’un massif. En effet, le groupe initial avait diminué à cause de la difficulté de la marche,  le manque de sommeil réparateur à cause des angoisses et des craintes, le besoin d’aliments et d’eau, ce qui avait conduit cinq des compagnons à accepter la proposition de Fidel de demander la médiation de l'Église, sous les auspices de Monseigneur Enrique Pérez Serantes, qui effectuait des démarches pour protéger de la mort les survivants. Le lieutenant reconnut Fidel et lui sauva la vie lorsque certains membres de sa patrouille s’apprêtaient à tuer les détenus. Sarria répétait comme s'il se murmurait à lui-même : « Ne tirez pas, ne tirez pas, ne faites pas cela, on ne tue pas les idées, on ne tue pas les idées ! »

Ce fut un moment très difficile. La patrouille fit irruption dans la fragile cabane où ils s'étaient réfugiés pour dormir. Envahis par un sommeil dense et irrépressible, Fidel et ses compagnons avaient commis l'erreur de s'abriter du jour et du froid dans ce lieu, où il fut facile de les localiser. Les soldats entrèrent en hurlant, déterminés à les assassiner, les veines de leur cou palpitant de rage et de haine.

Quant au lieutenant, il retenait ses subordonnés, et les exhortait à se calmer... et c’est alors que la discussion commença. Les soldats s’exclamèrent qu'ils étaient les héritiers de l'armée de Libération, et Fidel répondit : « C’est nous qui sommes les continuateurs de l'armée de Libération. Vous êtes des tyrans et des meurtriers. » Puis, après avoir fouillé l'endroit et découvert cinq armes appartenant aux attaquants de la Moncada, les soldats s’excitèrent encore plus. Ce fut un moment critique, mais finalement, l'autorité du lieutenant Sarria s’imposa et il leur dit : « Tranquilles, calmez-vous, ne tirez pas, on ne tue pas les idées ! » Fidel l’observait ; il était d'humeur égale, sans trop élever la voix, mais ferme dans sa volonté d'apaiser les soldats pour qu'ils ne tirent pas, ce qu’ils avaient coutume de faire lorsqu'ils faisaient des prisonniers.

Au moment de les transférer, de prendre la route, on entendit des coups de feu au loin. Immédiatement, Fidel pensa à un stratagème pour provoquer la fusillade et en finir avec eux. Sa mémoire enregistra l’instant où les soldats, exaspérés, pointèrent leur fusil sur eux, prêts à tout. Ils sortirent, traversèrent des buissons, alors que la fusillade se poursuivait. Le lieutenant leur ordonna de se jeter au sol, mais Fidel, toujours convaincu que tout cela n'était qu'un prétexte pour les assassiner, refusa et s’exclama : « Je ne me jette pas au sol, je ne me jette pas au sol, et si vous voulez me tuer, tuez-moi ». Attendant ce qui allait se passer, il se tenait debout, impassible.

Le lieutenant s'approcha alors de lui et lui murmura : « Vous êtes très courageux, les gars ! », un geste auquel Fidel répondit : « Écoutez, je veux vous dire une chose : je suis Fidel Castro », ce à quoi le lieutenant répondit : « Ne le dites à personne », puis en chemin, lorsqu'ils rencontrèrent le commandant Chaumont, chef des soldats qui avaient massacré les jeunes gens pendant toutes ces journées à la caserne Moncada, il refusa catégoriquement de lui remettre les prisonniers et parvint à les transférer au Vivac, une prison civile située au centre de la ville, ce qui sauva la vie de Fidel.

Pour lui, les chemins choisis sont invariablement ceux du devoir, et il en fut ainsi lorsqu'il défia les dangers du procès et éleva la voix pour dénoncer le crime commis contre ses compagnons d'armes, et lorsqu'il endura sans repos le froid de la prison et de l'exil jusqu'au débarquement dans la mangrove, la boue et les bombardements, jusqu'aux batailles sur la terre ferme de la Sierra Maestra.

Et lorsque la victoire fut une vérité absolue et que le désarroi passager de la fin de la guerre fut passé, il entreprit le chemin difficile avec encore plus de force, pour tout changer, pour une vie meilleure et plus épanouie. Au début, Fidel était un, mais ensuite tous ses compagnons survécurent en lui : Abel, Renato, Boris Luis, Tassende, et tant et tant d'autres jeunes gens propres et bons qui donnèrent leur vie pour une Patrie indépendante, souveraine et socialiste comme celle d'aujourd'hui, et qu'il honora à jamais en sacrifiant chaque moment de sa vie. Fidel se souvenait de manière récurrente des vers que José Marti avait dédiés aux huit étudiants en médecine abattus par l'ignominie de la politique espagnole à Cuba :

Cadavres bien-aimés, vous qui un jour/ avez rêvé de ma patrie,/ Jetez, jetez sur mon front/ la poussière de vos os décomposés ! / Touchez mon cœur de vos mains !/ Gémissez à mes oreilles !/ Chacun doit être de mes gémissements/ Larmes d'un tyran de plus !/ Marchez près de moi ; errez en attendant/ Que mon être reçoive votre esprit,/ Et donnez-moi des tombeaux la frayeur,/ car le sanglot est bien peu pour pleurer / Quand on vit dans l'infâme esclavage !

Eux, ses frères tombés à la Moncada et tout au long du chemin ardu, l'ont peuplé pour devenir une foule à laquelle se sont ajoutés plus tard les martyrs et ceux qui chaque jour encouragent le rêve. C'est pourquoi Fidel est une forêt, un maquis.  Fidel, est peuple, c’est la terre du mambi.

Dès qu’un rêve est réalisé, il en rêve immédiatement un nouveau. Fidel est racine, tronc et feuillage de la nation cubaine et de l'humanité, et comme les vieux horreos, greniers de la Galice d'où venait son père, il est réserve pour le dur hiver, pour la guerre ou pour l'oubli, il est source pour l'aube de ce 26 éternel, surtout aujourd'hui, à l'occasion d'un nouvel anniversaire de cette aurore que fut l’attaque de la Moncada : pour l'avenir.
source : http://fr.granma.cu/cuba/2021-08-11/fidel-laube-a-jamais

Tag(s) : #Fidel#Cuba

Dans CUBA

CUBA ET LA QUESTION DES DROITS DE L’HOMME : DE LA REPRESENTATION MEDIATIQUE A LA REALITE FACTUELLE

Par Le 12/08/2021

Cuba et la question des droits de l’homme : De la représentation médiatique à la réalité factuelle

 

10 Août 2021

   

Depuis 1959 et l’avènement de la Révolution cubaine, et tout particulièrement depuis 1991 et la chute de l’Union soviétique, Cuba est invariablement mise en accusation sur la question des droits de l’homme. Il existe un consensus largement répandu au sein de l’opinion publique, notamment en Occident, pour associer l’île à des violations des droits de l’homme. Sans chercher à nier les éventuelles atteintes aux droits fondamentaux qui peuvent survenir au sein de la société cubaine, il convient de se demander s’il y a une corrélation entre l’importance des violations des droits de l’homme recensés par les institutions internationales dans tel pays et l’exposition médiatique qui lui est accordée. Pour répondre à cette interrogation, ce travail se propose de réaliser une étude comparative, basée sur le dernier rapport annuel d’Amnesty International, entre quatre pays : Cuba, les États-Unis, la France et l’Espagne.

 

Depuis 1959 et l’avènement de la Révolution cubaine, et en particulier depuis 1991 et la chute de l’Union soviétique, Cuba est invariablement associée à la question des droits de l’homme. En effet, suite à l’effondrement du bloc de l’Est, les États-Unis ont ajusté leur rhétorique diplomatique pour justifier le maintien des sanctions économiques contre l’île de la Caraïbe. Le Président Eisenhower avait d’abord avancé l’argument des nationalisations et des expropriations lorsqu’il a imposé les premières mesures de rétorsion économique en19601. Par la suite, lorsque son successeur, John F. Kennedy, a décrété des sanctions totales en 1962, il a justifié cette mesure en raison de l’alliance entre La Havane et Moscou2. Les administrations postérieures ont maintenu cette politique d’hostilité en adaptant leur communication aux circonstances de l’époque. Ainsi, le Président Gerald Ford a évoqué le soutien apporté par Fidel Castro aux mouvements révolutionnaires et indépendantistes à travers le Tiers-monde pour expliquer le statu quo vis-à-vis de l’île3. Le Président Ronald Reagan a même placé Cuba sur la liste des pays soutenant le terrorisme en 1982 pour consolider l’état de siège imposé à la population cubaine4. Mais depuis 1992 et l’adoption de la loi Torricelli, les États-Unis évoquent exclusivement la question de la démocratie et des droits de l’homme pour maintenir les mesures coercitives contre Cuba5.

Il existe un consensus largement répandu au sein de l’opinion publique, notamment en Occident, pour associer Cuba aux violations des droits de l’homme. À l’évidence, il ne s’agit pas de nier les éventuelles atteintes aux droits fondamentaux qui peuvent survenir au sein de la société cubaine. Les organisations internationales et la presse en font régulièrement état dans des rapports et articles. En revanche, il convient de se questionner sur le fait de savoir s’il y a une corrélation entre le nombre et la gravité des manquements relevés par les institutions internationales et leur exposition médiatique ainsi que la place qu’occupe l’île sur ce sujet dans l’imaginaire collectif. En d’autres termes, y a-t-il davantage de violations des droits de l’homme à Cuba que dans le reste du monde ?

Pour répondre à cette interrogation, ce travail se propose de réaliser une étude comparative, basée sur le dernier rapport annuel d’Amnesty International, entre quatre pays : Cuba, les États-Unis, la France et l’Espagne. Après un constat sur l’opinion générale au sujet des droits de l’homme à Cuba, ce regard croisé permettra de découvrir s’il existe une spécificité cubaine tangible en matière de droits de l’homme ou si la représentation de cette problématique est motivée par d’autres considérations qui primeraient sur la réalité factuelle.

 

1. Constat sur l’opinion générale

Selon le Département d’État des États-Unis, Cuba est un « État autoritaire » responsable de « violations de droits de l’homme significatives » : abus contre les dissidents politiques, arrestations arbitraires et détentions, prisonniers politiques, censure, restriction du droit de réunion et de mouvements, trafic d’êtres humains, travail forcé et même « restrictions sévères de la liberté religieuse6 ».

La presse étasunienne partage un regard similaire sur la question des droits de l’homme à Cuba. Le New York Times évoque pour sa part le « sombre bilan du gouvernement [cubain] sur les droits de l’homme7 ». Pour le Washington Post, « les droits humains élémentaires » ne sont pas respectés à Cuba8. Selon le Los Angeles Times, « les violations des droits de l’homme et les politiques antidémocratiques » caractérisent l’île de Cuba9. De son côté, le Boston Globe a critiqué le voyage historique de Barack Obama à Cuba en 2016 en publiant un article intitulé « Les droits de l’homme sont bafoués à Cuba, mais Obama est impatient d’y effectuer une visite10 ». Pour USA Today, « les violations des droits de l’homme » sont courantes dans l’île11. D’après le Wall Street Journal, « les violations flagrantes des droits de l’homme » sont une réalité à Cuba12. Newsday souligne que « les accusations de violations des droits de l’homme ont poursuivi le gouvernement cubain dès le départ avec les jugements et exécutions sommaires après la Révolution de 195913 ». Pour le Chicago Tribune, « le bilan de Cuba sur les droits de l’homme est effarant depuis des décennies14 ».

Il en va généralement de même pour la presse européenne. En France, Le Monde évoque dans un éditorial l’« impitoyable répression intérieure » et un pays où « les libertés publiques sont anéanties15 ». Le Figaro parle pour sa part de « répression féroce contre toute opposition16 ». Libération souligne de son côté que l’opposition « est interdite et réprimée » dans l’île17. Le Journal du Dimanche souligne que Cuba est une nation « où la violation des droits de l’homme est une constante18 ». Au Royaume-Uni, l’image offerte par The Telegraph est celle d’un pays qui « met derrière les barreaux des milliers de prisonniers politiques19 ». En Espagne, El Mundo titre « À Cuba, les droits de l’homme sont quotidiennement bafoués » et évoque « la répression du régime20 ». El País fait allusion à « la persécution contre des artistes et des intellectuels » et au « harcèlement contre les voix dissidentes21 ».

De la même manière, mais plus rarement, certains travaux universitaires véhiculent une perspective similaire sur Cuba. Ainsi, un article publié dans la revue Nuevo Mundo/Mundos Nuevos souligne « la répression impitoyable frappant les “déviants” politiques » et parle même de « la société totalitaire cubaine22 ». De manière plus inattendue, la recension d’un ouvrage portant sur les relations entre Cuba et les États-Unis rédigée par une universitaire française conclut par ce propos : « Rien n’est dit sur ce que Cuba devrait faire en termes de droits de l’homme, par exemple23 ».

Il est temps à présent de jeter un œil sur les différents rapports d’Amnesty International et de voir si l’opinion générale est en adéquation avec la réalité. Il convient de préciser que l’organisation internationale ne peut pas être taxée de laxisme à l’égard des autorités cubaines. En effet, celles-ci, mécontentes des rapports de AI qu’elles considèrent comme étant partiaux et biaisés à l’égard de l’île, ont décidé de ne plus accepter de visite de l’entité basée à Londres depuis 1988.

 

2. La situation des droits de l’homme à Cuba

Le rapport d’Amnesty International recense plusieurs atteintes aux droits de l’homme à Cuba. Selon l’organisation, l’île emploie des « mécanismes de contrôle imposés de longue date pour réduire au silence les voix critiques ». AI les énumère : arrestations arbitraires, emprisonnement de journalistes et d’artistes indépendants, ainsi que de membres de l’opposition politique. AI dénombre « six prisonniers d’opinion » dans le pays, chiffre qui est passé à « cinq personnes ». Seuls deux sont nommément désignés : Roberto Quiñones Haces « journaliste pour le journal indépendant Cubanet », condamné à un an de prison pour résistance et désobéissance, et José Daniel Ferrer García24.

De la même manière, au niveau juridique, AI souligne que Cuba « n’a pas ratifié les principaux traités internationaux relatifs aux droits humains et a refusé de renforcer l’indépendance du pouvoir judiciaire ou d’adapter le droit pénal cubain afin de le rendre conforme au droit international relatif aux droits humains », sans fournir davantage de précisions25.

L’organisation note également que lors de l’adoption de la nouvelle constitution en 2019, un texte initial reconnaissant les unions entre les personnes du même sexe « a été retiré […] suite à l’opposition de représentants religieux ». Elle avance par ailleurs que la traditionnelle marche annuelle contre l’homophobie a vu son édition 2019 annulée et que le gouvernement a procédé à l’arrestation de militants qui avaient participé à une marche alternative « selon les médias ». Par cette mention, AI prend la précaution de déléguer la responsabilité de l’information à la presse26.

AI déclare que les autorités cubaines utilisent « divers mécanismes de contrôle pour réprimer les voix critiques et dissidentes » et les détaille. Ainsi, le gouvernement a « bloqué plusieurs sites Internet de médias indépendants » et a « commencé à utiliser des techniques de censure en ligne plus élaborées ». AI souligne également que le gouvernement cubain utilise « de faux comptes » et des « bots » pour contrôler les débats en ligne » sur Twitter. AI précise que « les médias indépendants continuaient de fonctionner » dans l’île, mais souligne que le « harcèlement » et la « détention arbitraire » sont utilisés contre certains journalistes et « artistes indépendants27 ».

Enfin, AI signale que « le contexte du nouveau renforcement de l’embargo économique des États-Unis imposé par l’administration Trump » a accentué les difficultés à Cuba, entraînant « une pénurie de denrées alimentaires, de médicaments et de pétrole ». Selon l’organisation, « le gouvernement des États-Unis a poursuivi son retour à la rhétorique de la guerre froide et a renforcé l’embargo en vigueur depuis des décennies qui porte atteinte aux droits économiques et sociaux à Cuba28 ».

Voyons maintenant quel regard porte AI sur la situation des droits de l’homme aux États-Unis.

 

3. La situation des droits de l’homme aux États-Unis

Amnesty International fait part de diverses violations des droits humains aux États-Unis dans son dernier rapport. Selon l’organisation, « le gouvernement des États-Unis s’est largement désengagé du système international de protection des droits humains » et n’a pas répondu « aux nombreuses communications d’experts de l’ONU ni accepté leurs demandes d’invitation en vue d’effectuer une visite officielle ». Dans un courrier adressé à AI, Washington a précisé qu’il « participait désormais aux procédures de l’ONU relatives aux droits humains uniquement lorsqu’elles servaient les objectifs de la politique étrangère des États-Unis, écartant ainsi toute coopération avec ces mécanismes lorsqu’ils veulent examiner la situation des droits humains dans le pays ». AI précise par ailleurs que la Maison-Blanche a mis en place une « Commission dans l’objectif déclaré de restreindre le soutien des États-Unis aux droits humains reconnus internationalement », à savoir « des garanties qui protègent les femmes, les personnes LGBTI et d’autres personnes contre la discrimination29 ».

L’organisation note que Washington a annulé le visa de la procureure de la Cour pénale internationale, « qui enquêtait sur de possibles crimes de guerre commis par les forces américaines et leurs alliés en Afghanistan ». AI souligne que le secrétaire d’État et le conseiller à la sécurité nationale ont « brandi des menaces d’annulation de visas, de saisie des avoirs ou de poursuites pénales contre des responsables de la CPI en cas d’enquête sur les crimes de guerre qu’auraient pu commettre les États-Unis30 ».

AI signale que les États-Unis ont adopté des « politiques hostiles aux personnes originaires de pays à population majoritairement musulmane et de pays de l’Amérique centrale », en allusion au « décret anti-immigration » de l’administration Trump. Les autorités ont renvoyé « de force de façon illégale des dizaines de milliers de personnes en quête d’asile », leur causant ainsi « un tort irréparable ». L’organisation note également que les États-Unis « ont séparé de force des milliers de familles en quête d’asile, leur infligeant délibérément des souffrances extrêmes ». Pour AI, dans certains cas, les traitements subis étaient « constitutifs d’actes de torture31 ».

Ainsi, les autorités ont placé arbitrairement des demandeurs et des demandeuses d’asile en détention pour une durée indéterminée, afin de les dissuader de déposer une demande de protection ou de les contraindre à renoncer à leur demande, ce qui constituait une peine ou un traitement cruel, inhumain ou dégradant. Les enfants, les femmes, les personnes âgées, les personnes LGBTI et les personnes porteuses de handicaps ou ayant un problème de santé grave étaient particulièrement susceptibles de pâtir du calvaire que représentaient la détention arbitraire et l’enfermement dans des locaux inadaptés. Les demandeurs et demandeuses d’asile étaient maintenus en détention parfois pendant plusieurs années sans aucune chance de libération conditionnelle – les services américains chargés de l’immigration opposant un refus systématique à toutes les demandes en ce sens32.

L’organisation signale que ces traitements ont également concerné les enfants, lesquels « ont été maintenus en détention pendant une durée prolongée et indéterminée » bien au-delà des 10 jours autorisés par la législation des États-Unis33.

Selon AI, aux États-Unis, le gouvernement fédéral et les gouvernements de certains États « ont multiplié les initiatives visant à restreindre les droits sexuels et reproductifs » en cherchant « à réprimer pénalement l’avortement et à contrôler par la loi le comportement des femmes pendant la grossesse, et en limitant l’accès aux services de santé reproductive ». L’organisation en souligne les conséquences : un accroissement du taux de mortalité maternelle « déjà élevé dans le pays34 ».

Les violences faites aux femmes et aux filles sont également pointées du doigt. AI souligne que « les femmes autochtones continuaient d’être victimes de manière disproportionnée de viols et de violences sexuelles ». L’organisation recense plus de 500 cas de femmes et de filles autochtones « tuées ou ayant disparu » dans 71 villes des États-Unis. Elle note que « ce chiffre est bien inférieur à la réalité, car les données des forces de l’ordre et des médias sur cette question sont loin d’être complètes35 ».

AI souligne par ailleurs que les droits des personnes issues de la diversité sexuelle sont bafoués de manière récurrente. « Selon les chiffres officiels, le nombre de crimes de haine fondés sur l’orientation sexuelle ou l’identité de genre a légèrement augmenté pour la quatrième année consécutive ». L’organisation précise que les femmes transgenres de couleur sont les principales cibles des crimes violents motivés par la haine. Dans de nombreux États, les dispositions législatives prévoyant des sanctions plus lourdes pour les crimes de haine ne prennent pas en compte l’orientation sexuelle et l’identité de genre parmi les motifs. En outre, alors que l’arsenal législatif reste faible pour protéger contre la discrimination à l’embauche liée à l’orientation sexuelle ou à l’identité de genre, « le gouvernement fédéral a cherché, au moyen de diverses mesures et d’actions judicaires, à supprimer les protections contre la discrimination fondée sur l’orientation sexuelle dans l’éducation, l’armée, l’emploi et les autres domaines relevant de son autorité36 ».

AI dénonce également la répression menée contre des personnes en raison de leurs idées politiques :

À coup de menaces, d’actes de harcèlement et d’enquêtes pénales, le gouvernement des États-Unis a mené, pour des raisons politiques, une campagne illégale d’intimidation contre des dizaines de personnes qui défendaient les droits des personnes migrantes, réfugiées ou demandeuses d’asile à la frontière américano-mexicaine, bafouant leur droit de ne pas subir de discrimination en raison de leurs opinions, politiques ou autres. Le Département de la sécurité intérieure et le ministère de la Justice ont recouru de façon abusive au système judiciaire pour sanctionner les hommes et les femmes qui rassemblaient des informations sur les violations systématiques des droits humains des personnes demandeuses d’asile ou réfugiées ou protestaient contre ces actes, ou pour les dissuader d’agir37.

AI signale des atteintes à la liberté d’expression aux États-Unis en provenance du plus haut sommet de l’État, notamment contre les lanceurs d’alerte. L’organisation évoque le cas de Julian Assange, incarcéré en Angleterre, et dont Washington exige l’extradition. Elle souligne que « les accusations pesant sur Julian Assange sont liées à des activités tout à fait classiques pour les journalistes d’investigation et risquent d’avoir un effet paralysant sur le droit à la liberté d’expression38 ».

AI dénonce en outre les emprisonnements arbitraires « et pour une durée indéterminée » de 40 personnes sur le centre de détention de la base navale de Guantanamo, « en violation du droit international ». Elle précise qu’« aucun des 40 hommes encore détenus n’avait accès aux soins médicaux nécessaires ; ceux qui avaient été torturés par des agents américains ne bénéficiaient pas de services de réadaptation appropriés ». Par ailleurs, plusieurs détenus ont été jugés devant une commission militaire. « Or, il est contraire aux normes internationales et au droit international de faire juger des civils par des tribunaux militaires », rappelle AI39.

L’organisation internationale signale également les crimes commis par les États-Unis à travers le monde « au nom de leur doctrine infondée de “guerre mondiale” ». Washington a eu « recours à plusieurs reprises à la force meurtrière dans divers pays du monde […], en violation de [ses] obligations au regard du droit international relatif aux droits humains ». AI évoque « des actes constitutifs pour certains de crimes de guerre » et mentionne la commission d’« homicides illégaux » – expression inattendue – contre la population civile, soulignant avoir exposé dans un rapport « des preuves irréfutables de ces homicides40 ».

AI évoque « des disparitions forcées et des actes de torture » commis « dans le cadre d’un programme de détention secrète géré par l’Agence centrale du renseignement (CIA), qui a donné lieu à des violations systématiques des droits humains ». L’organisation regrette qu’aucun des responsables présumés n’ait été traduit en justice « pour répondre de ces crimes41 ».

Par ailleurs, AI pointe du doigt la violence par armes à feu et souligne que « le gouvernement ne protégeait toujours pas les personnes […], les privant de ce fait de leurs droits humains, et notamment des droits à la vie et à la sécurité ». Les États-Unis présentent les chiffres de détention d’armes à feu les plus élevés au monde, tant en données absolues qu’en proportion par rapport au nombre d’habitants. Ainsi, en un an, près de 40 000 personnes ont été tuées par arme à feu et 134 000 autres ont survécu à leurs blessures. L’organisation souligne par ailleurs que « les homicides par arme à feu continuaient de toucher de manière disproportionnée les populations de couleur, en particulier les jeunes Noirs de sexe masculin ». Ainsi, les Afro-Américains constituent 13 % de la population totale, mais représentent 58,5 % de l’ensemble des victimes d’homicides par arme à feu. AI précise qu’il s’agit là de « la première cause de mortalité chez les hommes noirs âgés de 15 à 34 ans42 ».

Les violences policières sont responsables de la mort de près d’un millier de personnes par an, souligne AI, qui ajoute que les Afro-Américains sont touchés « de manière disproportionnée par le recours à la force meurtrière par les policiers ». Ils représentent 23 % des personnes tuées, alors qu’ils ne constituent que 13 % de la population du pays43.

Par ailleurs, la peine de mort est toujours appliquée aux États-Unis. AI précise que « des études démontrent que la couleur de la peau, en particulier de la victime d’un meurtre, joue un rôle dans les condamnations à la peine capitale ». En outre, dans de nombreux cas, des détenus ont été exécutés alors qu’il existait des doutes sérieux sur la procédure ayant mené à leur condamnation. L’organisation ajoute que la peine de mort continue « d’être infligée à des personnes porteuses de handicaps mental ou intellectuel, en violation du droit international44 ».

Il est temps d’analyser à présent la situation des droits de l’homme en France.

 

4. La situation des droits de l’homme en France

Selon Amnesty International, de nombreuses atteintes à la liberté de réunion ont eu lieu en France, notamment dans le cadre des manifestations des Gilets jaunes. AI souligne que « les forces de l’ordre ont très souvent fait un usage arbitraire ou disproportionné de la force, en particulier, mais pas seulement, dans le cadre de manifestations ». L’organisation mentionne l’utilisation d’« armes dangereuses et imprécises », telles que des balles en caoutchouc et des grenades lacrymogènes de type GLI-F4. Au moins 25 personnes ont perdu un œil et cinq ont eu une main arrachée. AI rapporte que deux personnes Steve Maia Caniço, âgé de 24 ans, et Zineb Redouane, une femme âgée de 80 ans, « ont tout deux perdu la vie lors d’opérations de maintien de l’ordre ». Elle regrette également l’impunité dont bénéficient les responsables de violences policières :

L’Inspection générale de la Police nationale (IGPN), unité de la police chargée d’enquêter sur les allégations de recours excessif à la force par des policiers, avait ouvert 313 enquêtes judiciaires depuis le début du mouvement social. À la fin de l’année, un policier seulement avait été déclaré coupable d’usage illégal de la force lors de ces manifestations45.

Amnesty International souligne que 11 000 manifestants ont été placés en garde à vue et que plus de 3 000 ont été condamnés, « la plupart du temps à l’issue de procédures expéditives ». L’organisation ajoute que « plusieurs centaines de manifestant.e.s ont été arrêtés et poursuivis en justice pour des faits pourtant protégés par le droit relatif aux droits humains46 ».

AI ajoute que la répression policière ne s’est pas limitée aux manifestants : « Plusieurs centaines de journalistes ont signalé avoir été blessés alors qu’ils couvraient des manifestations […] Dans la plupart des cas, les blessures résultaient de l’utilisation arbitraire ou excessive de la force par la police47 ».

L’organisation internationale dénonce par ailleurs la vente d’armes par la France à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis alors qu’il « existe un risque majeur qu’elles puissent être utilisées pour commettre des atteintes au droit international humanitaire et relatif aux droits humains », en référence à la guerre au Yémen. AI signale ainsi que la France ne respecte pas le Traité sur le commerce des armes, qu’elle a pourtant ratifié. La France a été en 2019, le troisième plus gros exportateur d’armes au monde, et « le gouvernement français a manqué à son obligation de fournir des informations détaillées, exhaustives et à jour sur les transferts d’armes48 ».

AI pointe également du doigt la répression politique contre « des militant.e.s écologistes et des défenseur.e.s des droits de personnes réfugiées et migrantes ». Ces derniers ont été la cible « de mesures de harcèlement et d’intimidation ou de poursuites judiciaires ». L’organisation note que « ces poursuites étaient symptomatiques de la criminalisation des actes de solidarité constatée au niveau européen ». Elle signale également le renvoi de migrants dans des pays où ils « risquaient de subir des atteintes à leurs droits fondamentaux49 ».

AI dénonce enfin la loi adoptée par le Sénat qui interdit aux parents de porter des symboles religieux lors des sorties scolaires. Elle souligne que ce texte viole « les droits à la liberté d’expression et à la liberté de religion et de conviction » et instaure « à l’égard des personnes musulmanes une discrimination fondée sur la religion et la conviction50 ».

Il convient à présent d’analyser le regard que porte AI sur la situation des droits de l’homme en Espagne.

 

5. La situation des droits de l’homme en Espagne

Dans son rapport sur l’Espagne, Amnesty International évoque le cas des 12 dirigeants catalans jugés et condamnés pour sept d’entre eux à des peines allant de neuf à 13 ans de prison pour avoir organisé en 2017 un référendum sur l’indépendance de la Catalogne. La position de l’organisation internationale est peu claire sur le sujet. D’un côté, AI souligne que « rien n’indique que le droit à un procès équitable de ces 12 dirigeants catalans ait été violé ». De l’autre, elle considère que « le crime de sédition est défini en termes vagues par la loi et qu’il a été interprété par les juges de façon large et d’une façon qui restreint de manière disproportionnée l’exercice des droits humains ». AI souligne également que les condamnations pour sédition « ont représenté une restriction excessive et disproportionnée de leurs droits à la liberté d’expression et de réunion pacifique ». Pour ces raisons, AI demande « l’annulation de leur condamnation et leur libération immédiate ». Mais elle ne les qualifie pas pour autant de prisonniers politiques51.

AI signale également les violences policières commises en Espagne, notamment lors des manifestations. Elle souligne que quatre personnes ont perdu l’usage d’un œil après avoir été touchées par des balles en caoutchouc tirées par la police. L’organisation dénonce l’impunité pour les responsables de violence et note qu’« aucune des enquêtes ouvertes sur des cas présumés de recours excessif à la force de part de la police […] n’avait donné lieu à des poursuites judiciaires52 ».

AI dénonce les atteintes à la liberté d’expression et de réunion et souligne que les autorités ont infligé des sanctions administratives et de fortes amendes à des personnes ayant défendu les droits humains, y compris « à des journalistes, restreignant illégalement, dans certains cas, leurs droits », ainsi que l’accès aux informations53.

L’organisation évoque par ailleurs des cas de « torture et autres mauvais traitements » en Espagne, notamment au Pays basque. AI souligne que le Comité des droits de l’homme des Nations unies « a demandé à l’Espagne de mettre fin à la pratique de la détention au secret au motif qu’elle facilite le recours à la torture et à d’autres formes de mauvais traitements54 ».

Les violences faites aux femmes et aux filles sont également mentionnées dans le rapport d’AI qui souligne que « les victimes de violences sexuelles se heurtaient à des obstacles quand elles tentaient d’obtenir justice, et étaient en butte à l’absence de mesures de protection, d’aide et de soutien adéquates55 ».

AI précise enfin dans son rapport que les droits en matière de logement sont violés en Espagne et souligne que plus de 40 000 personnes aux ressources limitées, ne pouvant rembourser leur emprunt ou payer leur loyer, ont été expulsées de leur lieu de résidence56.

45L’organisation ajoute également que les mesures d’austérité prises par le gouvernement affectent le droit à la santé des Espagnols les plus vulnérables : « Un grand nombre de ces réformes continuaient à avoir des effets disproportionnés sur les personnes ayant de faibles revenus, en particulier celles atteintes d’un handicap ou d’une maladie chronique, sur les personnes âgées et sur celles qui avaient besoin de soins de santé mentale ». AI souligne que le Comité des droits des personnes handicapées des Nations unies a demandé à l’Espagne de « garantir l’accessibilité et la disponibilité des services à toutes les personnes porteuses de handicaps ». Par ailleurs, l’organisation fait mention d’un cas particulier :

La Cour suprême a rendu un arrêt empêchant une femme cubaine qui avait en toute légalité rejoint sa fille en Espagne de recevoir des soins de santé, au motif que le permis de séjour temporaire délivré à un membre de la famille d’une personne ressortissante de l’UE n’entraînait pas automatiquement l’existence d’un tel droit. Cette décision était contraire aux recommandations adressées à l’Espagne par les Nations unies et le Conseil de l’Europe, qui lui avaient demandé de garantir un accès égal et sans discrimination aux soins de santé57.

Amnesty International achève son rapport en mentionnant la persistance de l’impunité pour les crimes commis durant l’époque franquiste : « Aucune enquête n’a été ouverte sur les crimes de droit international, tels que les disparitions forcées et les actes de torture, commis pendant la guerre d’Espagne (1936-1939) et sous le régime de Franco ». L’organisation regrette que les victimes de violations de droits humains commises sous la dictature soient « privées de leur droit à la vérité, à la justice et à réparation58 ».

 

Conclusion

L’analyse comparative des rapports d’Amnesty International sur la situation des droits humains à Cuba, aux États-Unis, en France et en Espagne, permet de tirer plusieurs enseignements. Tout d’abord, l’organisation fait état de sérieuses violations des droits humains dans les quatre pays à l’étude. Ainsi, pour Cuba, AI fait mention d’arrestations arbitraires, d’emprisonnement de journalistes et d’artistes indépendants, de six prisonniers d’opinion, de censure en ligne et d’une indépendance du pouvoir judiciaire pas assez renforcée.

Pour les États-Unis, AI évoque des crimes de guerres, des actes de torture, des détentions arbitraires de femmes, enfants, personnes âgées et handicapées demandeuses d’asile, ce qui constitue un traitement cruel, inhumain et dégradant, des atteintes aux droits sexuels et reproductifs, des violences faites aux femmes et aux filles issues des populations autochtones, des violations des droits des personnes issues de la diversité sexuelle, une répression à l’encontre de personnes en raison de leurs idées politiques, des atteintes au droit à la liberté d’expression, des emprisonnements arbitraires et pour une durée indéterminée de suspects, des homicides illégaux, des disparitions forcées et une impunité pour les responsables de crimes, des recours à la force meurtrière par des policiers ciblant de façon disproportionnée les jeunes hommes noirs et une application de la peine de mort, y compris contre des personnes porteuses de handicaps mental ou intellectuel.

Pour la France, AI recense des atteintes à la liberté de réunion, un usage disproportionné ou arbitraire de la force par la police, une utilisation d’armes dangereuses par la police ayant entraîné la mort de deux personnes et une mutilation permanente (œil ou main) pour au moins 30 personnes, une impunité pour les responsables de violences policières, de condamnations prononcées à l’issue de procédures expéditives, des arrestations et de poursuite en justice à l’encontre de manifestants pour des faits protégés par les droits humains, des centaines de journalistes blessés par l’utilisation arbitraire ou excessive de la force par la police, la vente d’armes à des pays impliqués dans des violations du droit international humanitaire, une répression politique contre des militants écologistes et des défenseurs des droits des migrants, des violations des droits à la liberté d’expression et à la liberté de religion et de conviction.

Pour ce qui concerne l’Espagne, AI exige la libération immédiate de sept dirigeants catalans condamnés à des peines allant de 9 à 12 ans de prison, dénonce des violences policières ayant entraîné, entre autres, des infirmités permanentes, les atteintes à la liberté d’expression et de réunion, des violations des droits des journalistes, des cas de torture et autres traitements dégradants, des cas de détentions au secret, de violences faites aux femmes et aux filles et une protection insuffisante des victimes, de cas de violations du droit au logement et du droit à la santé, et une impunité persistante sur les crimes commis durant la période franquiste.

Selon ces rapports d’Amnesty International, Cuba ne présente pas la situation la plus grave au sujet des droits humains. Quelles sont donc les raisons de ce courant d’opinion majoritaire au sujet de la situation des droits de l’homme à Cuba, alors qu’il n’est visiblement pas corroboré par la réalité factuelle ? Il semblerait qu’en réalité ce soit davantage le rejet suscité par le système politique à parti unique et le modèle socio-économique étatique présent à Cuba auprès des États-Unis et de la presse occidentale, plutôt que la situation des droits humains, qui explique cette matrice d’opinion dominante.

En 1960, en pleine guerre non déclarée contre la Révolution cubaine, face à la popularité de Fidel Castro à travers le monde et face à l’inefficacité des accusations portées à l’encontre de La Havane au sujet des accointances avec Moscou et le communisme international, l’administration Eisenhower avait décidé d’opter pour une nouvelle approche. Celle-ci fut élaborée par Roy R. Rubottom Jr., alors sous-secrétaire d’État aux Affaires interaméricaines, qui conseilla d’utiliser certains éléments de langage pour expliquer le différend avec Cuba. Les arguments jusqu’alors brandis devaient être remplacés par d’autres, à savoir : « 1. L’élimination de la liberté de la presse à Cuba, 2. Le non-respect des procédures judiciaires, 3. La violation des droits de l’homme59 ». Theodore C. Achilles, ancien ambassadeur des Etats-Unis au Pérou de 1956 à 1960 et conseiller du Département d’État, avait élaboré une approche similaire : « Il serait plus efficace pour nous de nous concentrer sur les peuples d’Amérique du Sud en insistant sur le concept de Castro en tant que dictateur plutôt que Castro en tant que communiste60 ». Là se trouve sans doute une partie de la réponse.

 

 

Source: Journal Open Editions

 

Notes

1 Don Paarlberg, “Memorandum of Discussion, White House”, 6 juillet 1960, Eisenhower Library, Project “Clean UP” Records, Cuba. Foreign Relations of the United States, 1958–1960, p. 979-80; Andrew Jackson Goodpaster, “Memorandum of a Conference With the President, White House, Washington”, 17 octobre 1960, Eisenhower Library, Whitman File, Miscellaneous Material. Secret. Foreign Relations of the United States, 1958–1960, p. 1089-90.

2 John F. Kennedy, “Proclamation 3447. Embargo on All Trade With Cuba”, The White House/U.S. Department of State, 3 février 1962. https://www.govinfo.gov/content/pkg/STATUTE-76/pdf/STATUTE-76-Pg1446.pdf (site consulté le 20 février 2021).

3 Thomas J. Noer, “International Credibility and Political Survival: The Ford Administration’s Intervention in Angola”, Presidential Studies Quaterly, Volume 23, n° 4, automne 1993, p.771-785.

4 Mark P. Sullivan, “Cuba and the State Sponsors of the Terrorism List”, U.S. Congress, 13 mai 2005, p. 2. https://fas.org/sgp/crs/row/RL32251.pdf (site consulté le 20 février 2021).

5 United States Congress, “Cuban Democracy Act”, 1992. https://www.congress.gov/bill/102nd-congress/house-bill/5323/text (site consulté le 16 février 2021).

6 U.S. Departement of State, “2019 Country Reports on Human Rights Practices: Cuba”, 2019. https://www.state.gov/reports/2019-country-reports-on-human-rights-practices/cuba/ (site consulté le 8 février 2021).

7 Michael R. Gordon, “Test for U.S. Shift on Cuba Is Whether Rights Improve”, The New York Times, 24 décembre 2014, section A, p. 4.

8 The Washington Post, “Obama Gives the Castro Regime in Cuba an Undeserved Bailout”, 17 décembre 2014.

9 The Los Angeles Times, “Obama’s Historic Shift on Cuba”, 17 décembre 2014.

10 Jeff Jaccoby, “Human Rights Are On the Ropes in Cuba, But Obama Is Eager to Visit”, The Boston Globe, 24 février 2016.

11 Tracey Eaton, “Cuban Rights Abuses, Jailings Up in New Repressive Wave”, USA Today, 6 janvier 2013.

12 Paula J. Dobriansky & Danvid R. Rivkin Jr., “How Trump or Biden Can Get Serious About Human Rights in Cuba”, The Wall Street Journal, 11 novembre 2020.

13 Newsday, « Cuba’s Human Rights Record in Spotlight after U.S. Opens Up Relations », 20 décembre 2014.

14 The Chicago Tribune, “Don’t Step Back on Cuba Relations”, 12 juin 2017.

15 Le Monde, « Cuba et Fidel Castro : une histoire d’espoir et de désespérance », 26 novembre 2016.

16 Mathilde Golla, « Les visages sombres de Fidel Castro », Le Figaro, 26 novembre 2016.

17 François-Xavier Gomez, « Manuel Cuesta Morúa : “Cuba a accentué sa campagne de diabolisation des dissidents” », Libération, 29 décembre 2019.

18 François Clémenceau, « Fabius s’est-il compromis à Cuba ? », Le Journal du Dimanche, 13 avril 2014.

19 James Kirkup, « How Can Anyone Committed to Human Rights Mourn Fidel Castro – A Man Who Killed and Repressed His Own People”, The Telegraph, 26 novembre 2016.

20 Nuria López, « En Cuba se violan los derechos humanos a diario », El Mundo, 12 juillet 2016.

21 Carlos Salinas Maldonado, “Decenas de académicos exigen un diálogo nacional en Cuba y el cese del acoso a las voces disidentes”, El País, 7 décembre 2020.

22 Vincent Bloch, « Les rumeurs à Cuba », Nuevo Mundo/Mundos Nuevos, 9 mars 2007. https://journals.openedition.org/nuevomundo/3651 (site consulté le 8 février 2021).

23 Isabelle Vagnoux, « Une relation en attente d’évolution : les États-Unis et Cuba », IdeAs [En ligne], 12 | Automne/Hiver 2018, mis en ligne le 21 décembre 2018. http://journals.openedition.org/ideas/4787 (site consulté le 8 février 2021).

24 Amnesty International, « République de Cuba », rapport annuel 2019. https://www.amnesty.be/infos/rapports-annuels/rapport-annuel-2019/ameriques-rapport-annuel-2019/article/cuba-rapport-annuel-2019 (site consulté le 13 février 2021).

25 Ibid.

26 Ibid.

27 Ibid.

28 Ibid.

29 Amnesty International, « Etats-Unis », rapport annuel 2019. https://www.amnesty.org/fr/countries/americas/united-states-of-america/report-united-states-of-america/ (site consulté le 13 février 2021).

30 Ibid.

31 Ibid.

32 Ibid.

33 Ibid.

34 Ibid.

35 Ibid.

36 Ibid.

37 Ibid.

38 Ibid.

39 Ibid.

40 Ibid.

41 Ibid.

42 Ibid.

43 Ibid.

44 Ibid.

45 Amnesty International, « France », rapport annuel 2019. https://www.amnesty.org/fr/countries/europe-and-central-asia/france/report-france/ (site consulté le 13 février 2021).

46 Ibid.

47 Ibid.

48 Ibid.

49 Ibid.

50 Ibid.

51 Amnesty International, « Espagne », rapport annuel 2019. https://www.amnesty.org/fr/countries/europe-and-central-asia/spain/report-spain/ (site consulté le 13 février 2021).

52 Ibid.

53 Ibid.

54 Ibid.

55 Ibid.

56 Ibid.

57 Ibid.

58 Ibid.

59 Roy R. Rubottom Jr., “Memorandum From the Assistant Secretary of State for Inter-American Affairs (Rubottom) to the Secretary of State”, 11 août 1960, Department of State, Central Files, 737.00/8–1160. Secret, No Distribution. Foreign Relations of the United States, 1958–1960, p. 1053-54.

60 Edward T. Long, “Memorandum of Discussion at the Department of State-Joint Chiefs of Staff Meeting, Pentagon, Washington”, 11 mars 1960, Department of State, State -JCS Meetings, Lot 70 D 328, March 1960. Top Secret. Foreign Relations of the United States, 1958–1960, p. 841-45.

https://www.investigaction.net/fr/cuba-et-la-question-des-droits-de-lhomme-de-la-representation-mediatique-a-la-realite-factuelle/

Dans CUBA

MAITRE JOSE PERTIERRA A AVERTI QUE LA POLITIQUE DE WASHINGTON ENVERS CUBA POURRAIT PRECIPITER UNE CRISE MIGRATOIRE

Par Le 11/08/2021

11 Août 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-08-10 12:27:56

      

La Havane, 10 août, (RHC)- Maître José Pertierra a averti que le renforcement du blocus en pleine pandémie encourage la migration irrégulière, ce qui risque d’avoir des conséquences négatives pour l’administration Biden.

Dans une interview accordée au programme Mundo 20/20 de la chaîne Cubavision Internacional, l'expert en migration a déclaré que le président  Joe Biden fomente une crise migratoire en partance de Cuba alors qu’il met en œuvre un plan visant à réduire l'arrivée de sans-papiers  par la frontière sud.

«La solution que le gouvernement nord-américain a trouvée pour arrêter le flux migratoire est d'envoyer de l'argent aux pays d'Amérique Centrale pour améliorer les infrastructures et promouvoir l'emploi afin d'empêcher le transit de personnes vers les États-Unis», a expliqué l'analyste cubano-américain.

«Cependant, a-t-il souligné, Washington utilise en même temps la pandémie à Cuba comme une arme de combat pour «serrer les vis du blocus », tout comme l'a fait l'ancien président Donald Trump avec 243 mesures supplémentaires pour asphyxier la population, une situation capable de précipiter une émigration illégale massive par le détroit de Floride» a souligné maître Pertierra.

Malgré cela, «les Cubains ne vont pas se rebeller», a déclaré l’analyste en répondant à ceux qui misent sur la stratégie de Washington depuis le 1er janvier 1959, date à laquelle le mouvement révolutionnaire dirigé par Fidel Castro a triomphé sur l'île.

«La Révolution cubaine ne va pas tomber, mais avec sa stratégie, l'administration actuelle pourrait précipiter une émigration irrégulière massive, et ce serait un problème pour Biden», a averti l'avocat dans son dialogue avec José Ramón Cabañas, directeur du Centre de la Recherche sur la Politique internationale.

Maître Pertierra a assuré que la Maison Blanche est optimiste quant à la volonté de La Havane de freiner les départs illégaux par voie maritime, mais «si cela ne se produisait pas pour certaines raisons, le leader démocrate serait en difficulté» a-t-il averti.

«Si Biden était raisonnable, il penserait à améliorer les conditions de vie des Cubains pour éviter un problème plus important», a déclaré l'expert en migration, qui a indiqué que les mesures humanitaires et d'urgence sont entre les mains du président.

Il a souligné qu'il est inconcevable de penser qu'en plein milieu d'une pandémie, on puisse empêcher les gens d'avoir accès à la nourriture, aux médicaments et favoriser une crise de santé publique parce que si le peuple se rebelle, il installera peut-être un nouveau gouvernement à Cuba, «c'est du jamais vu» a-t-il lancé.

«Plus les Américains se comportent de manière belliqueuse, plus les Cubains seront unis», a déclaré José Pertierra dans l'interview accordée à Cubavision Internationale.

La Havane dénonce l'incitation de Washington à des flux migratoires irréguliers et désordonnés entre les deux pays et exhorte la Maison Blanche à respecter les accords bilatéraux existants dans ce domaine afin d'éviter toute perte de vie.

Selon un rapport des garde-côtes américains, 595 Cubains ont été interceptés en mer au cours de cette année fiscale, un nombre record si l'on considère les 49 en 2020 et les 313 en 2019.

Source : Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/266614-la-politique-de-washington-envers-cuba-pourrait-precipiter-une-crise-migratoire

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

RESOLUTION DE SOLIDARITE DES PARTIS COMMUNISTES ET OUVRIERS EN SOUTIEN AU PARTI COMMUNISTE DE CUBA

Par Le 11/08/2021

11 Août 2021

 

Résolution de solidarité des partis communistes et ouvriers en soutien à la lutte du parti communiste de Cuba
8/11/21 11:22 AM
Les impérialistes sont de plus en plus flagrants dans leurs tentatives de renverser le système socialiste à Cuba.

Les récentes manifestations anti-gouvernementales à Cuba sont le produit des manœuvres incessantes contre le pays, mises en place par les Etats-Unis sur une longue période de temps pour anéantir la révolution cubaine.

Depuis la victoire de la révolution cubaine, les États-Unis n'ont cessé de commettre des actes d'intervention militaire, de subversion et de sabotage ainsi que de blocus économique contre Cuba dans le cadre de leur projet d'étouffer par tous les moyens le premier pays socialiste de l'hémisphère occidental.

Dernièrement, les Etats-Unis, en collusion avec une poignée d'éléments contre-révolutionnaires à Cuba, ont eu recours avec acharnement à la guerre psychologique de conspiration et à des tactiques de perturbation sociale afin de saper la foi de la population dans le Parti communiste et le système socialiste, et de créer et d'aggraver l'instabilité politique dans le pays.

La réalité montre que la "coexistence pacifique" prônée par les États-Unis n'est qu'une ruse pour trouver un moyen facile de réaliser leur ambition agressive en instillant des illusions sur le capitalisme dans les pays anti-impérialistes et indépendants.

La nature de l'impérialisme ne change jamais.

Les leçons de l'histoire témoignent que nous ne pouvons défendre les acquis de la révolution, du système socialiste et de la dignité du peuple que si nous ne nous complaisons pas dans une quelconque fantaisie à propos de l'impérialisme, mais intensifions constamment la lutte contre lui.

Les Etats-Unis se trompent terriblement sur la foi et la volonté inébranlables du Parti communiste et du peuple cubains qui ont ouvert leur voie à la cause socialiste avec leur sang et qui ont résisté avec force aux sanctions et au blocus prolongés imposés par les impérialistes et à toutes les autres épreuves.

 

Les partis communistes et ouvriers apprécient grandement la volonté du parti communiste de Cuba de protéger la souveraineté et la dignité du pays et de défendre le système socialiste jusqu'au bout, en s'opposant résolument aux tentatives vicieuses des États-Unis de renverser son système, et nous exprimons une forte solidarité avec le parti communiste de Cuba.

Les partis communistes et ouvriers s'opposent et condamnent dans les termes les plus forts les sanctions et le blocus immoraux des États-Unis contre Cuba et exigent que toutes les sanctions et le blocus qui violent les droits du peuple cubain à l'existence et au développement soient levés.

Les partis communistes et ouvriers soutiendront et encourageront constamment et activement la lutte du parti communiste de Cuba, du gouvernement et du peuple cubains pour défendre et faire avancer fermement la cause du socialisme.

 

Partis SolidNet

Parti communiste d'Argentine
Parti communiste d'Arménie
Parti communiste d'Australie
Parti communiste d'Azerbaïdjan
Tribune démocratique progressiste, Bahreïn
Parti communiste du Bangladesh
Parti des travailleurs du Bangladesh
Parti communiste du Bélarus
Parti communiste brésilien
Parti communiste du Brésil
Parti communiste de Grande-Bretagne
Nouveau parti communiste de Grande-Bretagne
Parti communiste de Bulgarie
Parti des communistes bulgares
Parti communiste du Canada
Parti communiste colombien
Parti de l'avant-garde du peuple, Costa Rica
Parti socialiste des travailleurs de Croatie
Parti communiste de Bohème et Moravie
Parti communiste du Danemark
Parti communiste du Danemark
Parti communiste égyptien
Parti communiste unifié de Géorgie
Parti communiste allemand
Parti communiste de Grèce
Parti des travailleurs hongrois
Parti communiste de l'Inde (marxiste)
Parti communiste de l'Inde
Parti Tunteh d'Iran
Parti communiste du Kurdistan-Irak
Parti communiste d'Israël
Parti communiste (Italie)
Parti communiste italien
Parti communiste jordanien
Parti communiste du Kazakhstan
Mouvement socialiste du Kazakhstan
Parti des travailleurs de Corée
Parti révolutionnaire populaire lao
Parti communiste libanais
Parti communiste de Malte
Parti communiste du Mexique
Parti socialiste populaire du Mexique
Parti des Communistes de la République de Moldavie
Parti communiste de Norvège
Parti communiste du Pakistan
Parti communiste palestinien
Parti du peuple palestinien
Parti du peuple, Panama
Parti communiste paraguayen
Parti communiste péruvien
Parti communiste philippin (PKP-1930)
Parti communiste de Pologne
Parti communiste portugais
Parti socialiste roumain
Parti communiste de la Fédération de Russie
Parti communiste ouvrier russe
Parti communiste de l'Union soviétique
Union des partis communistes-CPSU
Nouveau parti communiste de Yougoslavie
Communistes de Serbie
Parti communiste de Slovaquie
Parti communiste sud-africain
Parti communiste d'Espagne
Parti communiste des peuples d'Espagne
Parti communiste des travailleurs d'Espagne
Communiste de Catalogne
Parti communiste du Sri Lanka
Parti communiste du Swaziland
Parti communiste de Suède
Parti communiste syrien
Parti communiste syrien (unifié)
Parti communiste du Tadjikistan
Parti communiste de Turquie
Parti communiste d'Ukraine
Union des Communistes d'Ukraine
Parti communiste de l'Uruguay
Parti communiste des Etats-Unis
Parti communiste du Venezuela

Autres partis

Parti communiste de Grande-Bretagne (marxiste-léniniste)
Parti communiste du Canada (marxiste-léniniste)
Parti Communiste Révolutionnaire de France
Ligue Communiste de Finlande
Parti communiste d'Allemagne
Parti Communiste de l'Ile Maurice
Parti National Socialiste, Roumanie
Union populaire de Galice
Parti Communiste (Suisse)
Parti des Communistes USA
Parti Socialiste des Travailleurs, USA

source : http://www.solidnet.org/article/WP-of-Korea-Solidarity-Resolution-by-Communist-and-Workers-Parties-in-Support-of-the-Struggle-of-the-Communist-Party-of-Cuba/

Tag(s) : #RIPCO#Solidnet#Communiste#Cuba

Dans CUBA

J.O. DE TOKYO : UNE DELEGATION OLYMPIQUE DIGNE DE SON PEUPLE. CUBA A LA 14 ème PLACE ET, ELLE CONTINUERA DE VAINCRE!

Par Le 10/08/2021

9 Août 2021

La fierté… La poitrine de Cuba se gonfle d’une immense une immense fierté

Auteur: Julio Martínez Molina | internet@granma.cu

Auteur: Ventura de Jesus | informacion@granmai.cu

9 août 2021 10:08:48


La fierté… La poitrine de Cuba se gonfle d’une immense une immense fierté.

Quelques heures avant le tomber du rideau des Jeux olympiques de Tokyo, l’Île a assisté au couronnement d’un nouveau champion, par l’intermédiaire du boxeur Andy Cruz, propulsant la délégation olympique cubaine de 16e à la 14e place.

« Quatorzièmes parmi plus de 200 délégations. La fierté que nous ressentons pour nos sportifs et le travail promu par Fidel est immense », a jubilé sur Twitter le Premier secrétaire du Comité central du Parti et président de la République, Miguel Diaz-Canel Bermudez. « En des jours comme aujourd'hui, je réaffirme la conviction que rien n'est impossible pour la patrie. Nous continuerons à vaincre ! »

« Le blocus pervers ; la Numance d'aujourd'hui ; le point noir sur la carte expansionniste des États-Unis ; le pays qui est attaqué jusqu'au délire par les impérialistes, par les serfs annexionnistes, par les Cubano-américains à la rhétorique sanglante en faveur d'une invasion de leur propre pays, par les "confus", par les lâches et les idiots utiles à la Maison-Blanche, qui pullulent sur la scène numérique, a montré une fois de plus à la planète qu'il n'est pas un "État en faillite", mais un archipel de géants, incomparable. »

Au lieu de se retrouver sur des listes manipulées et malhonnêtes, Cuba - s'il y a une justice dans un monde qui semble la perdre au milieu des décisions perverses et des mensonges à répétition des puissants - devrait occuper celles qui exaltent les peuples qui résistent et triomphent.

Les sportifs cubains ont placé le pays, une fois de plus, au premier rang de l'élite olympique, malgré une atroce pandémie qui a durement frappé l'économie nationale et limité drastiquement leurs compétitions sur la scène internationale.

L'aspiration de la délégation cubaine à figurer parmi les 20 premières nations au tableau des médailles des Jeux était un immense défi, une chimère, mais ce défi a été surmonté avec brio !

Avec sept médailles d'or, trois d'argent et cinq de bronze, soit 15 médailles au total, Cuba s'est surpassée, et a terminé devant des nations puissantes, confirmant à Tokyo le succès de la promotion du sport de masse, une volonté politique de la Révolution, promue par Fidel.

Notre pays a exposé, aux yeux du monde, une autre de ses grandes conquêtes sociales : le sport révolutionnaire au service de tous : des Blancs, des Noirs, possible dans les quartiers les plus aisés et dans les moins favorisés ; le sport comme une réelle possibilité d'amélioration humaine, à la portée de toute une société.

La fierté, une fierté immense nous  fierté infinie envahit ceux d'entre nous qui prêchent l’amour et non pas la haine, en cette minute de gloire pour la patrie, pour notre peuple. Ce que nous avons fait aux Jeux olympiques de Tokyo est héroïque, mais c'est aussi une conséquence de ce que nous sommes et de ce que nous défendons : Cuba toujours en Révolution.

source : http://fr.granma.cu/deportes/2021-08-09/cuba-a-la-14e-place-et-elle-continuera-de-vaincre

Tag(s) : #Cuba

 

Une délégation olympique digne de son peuple

Les membres de la délégation olympique cubaine qui ont participé aux Jeux olympiques de Tokyo-2020 ont été reçus le 9 août à l'aéroport international José Marti par Miguel Diaz-Canel Bermudez, Premier secrétaire du Comité central du Parti communiste de Cuba et président de la République

Auteur:  | informacion@granmai.cu

10 août 2021 10:08:19

Photo: Ricardo López Hevia

« Nous vous recevons avec beaucoup de gratitude et d'émotion pour l'exploit sportif que vous avez accompli durant ces journées olympiques, car vous avez tous été à la hauteur des attentes, ce qui a démontré votre courage, votre bravoure et, surtout, votre engagement, des caractéristiques qui ont fait de ce groupe une délégation digne de son peuple, tant pour son comportement que pour ses résultats », a déclaré le dirigeant cubain.

À la descente de l'avion, le quadruple champion olympique Mijain Lopez et Julio César La Cruz, double médaillé d'or olympique, leur médaille d'or sur la poitrine et portant le drapeau de l’Étoile solitaire, venaient en tête de la délégation sportive, suivis par les autres athlètes, entraîneurs et membres de la presse présents aux Jeux.

Les nouveaux arrivants ont été rejoints par les médaillés olympiques Idalys Ortiz, Leuris Pupo et Rafael Alba, qui étaient déjà revenus après avoir conclu leurs performances aux Jeux.

« Notre délégation a beaucoup de mérite, compte tenu de la préparation complexe de la plupart de nos représentants, avec peu de mois d'entraînement et peu de compétitions internationales, en raison de la COVID-19. Cependant, ils sont tous partis avec un grand cœur, encouragés par les 11 millions de Cubains qui les ont suivis depuis notre pays, et pour lesquels les victoires de nos athlètes  ont été la plus grande joie, en ces journées complexes d'agression et de siège contre la Révolution », a déclaré Diaz-Canel.

« Nous revenons dans notre Patrie avec la fierté d'avoir rempli notre engagement envers notre peuple. Au-delà des médailles, notre place au palmarès a réaffirmé la force du mouvement sportif cubain, nous plaçant parmi l'élite des pays développés. Chaque sortie sur la scène de la compétition a été dédiée à ceux qui nous ont soutenus de loin. Eux aussi ont mené leur combat ici, contre le blocus étasunien, qui ne s'arrête pas même face à une activité aussi noble que le sport », a déclaré Julio César La Cruz, au nom des sportifs.

La cérémonie s'est déroulée en présence de membres du Bureau politique du Parti, de Teresa Amarelle Boué, Secrétaire générale de la Fédération des femmes cubaines, du général de corps d'armée Alvaro Lopez Miera, ministre des FAR, et du général de division Lazaro Alberto Alvarez Casas, ministre de l'Intérieur, ainsi que de membres du Secrétariat du Comité central du Parti, de dirigeants d'organisations politiques et de masse, et de gloires du sport cubain.

Au terme de la réception à l'aérogare, la délégation sportive a parcouru plusieurs des rues principales de la capitale, où elle a reçu l'affection et l'admiration de la population, fière des qualités sportives et humaines de ses champions.

Arrivée à Cuba de la délégation sportive aux Jeux olympiques de Tokyo 2020. Photo: Ricardo López Hevia

Photo: Ricardo López Hevia

Photo: Ricardo López Hevia

Photo: Ricardo López Hevia

Photo: Ricardo López Hevia

Photo: Ricardo López Hevia

http://fr.granma.cu/deportes/2021-08-10/une-delegation-olympique-digne-de-son-peuple

Dans CUBA

CUBA : L’ESSAI CLINIQUE SOBERANA PEDIATRIE PROGRESSE AVEC UNE TROISIEME DOSE

Par Le 10/08/2021

10 Août 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-08-09 13:09:06

      

.

La Havane, 9 août, (RHC)- Les 25 premiers adolescents inclus dans l'essai clinique cubain Soberana Pédiatrie contre le Covid-19 ont reçu  ce lundi une dose du candidat vaccin Soberana Plus, concluant ainsi le calendrier de vaccination, ont annoncé les responsables du projet.

Le groupe de volontaires âgés de 12 à 18 ans a déjà reçu deux injections du projet Soberana 02, développé - comme Soberana Plus - par l’Institut Finlay de vaccin, institution chargée de l'étude.

Le schéma hétérologue qui a été administré dans l'essai pédiatrique a récemment montré une efficacité de 91,2 % contre la maladie symptomatique, considérée comme le critère principal de l'étude de phase III de Soberana 02.

La proposition a montré dans son examen intermédiaire 75,7 % pour l'infection et 100 % pour la prévention des cas sévères ou graves et une valeur égale pour les décès.

Ces derniers jours, l'administration de la deuxième dose au groupe d'âge de 12 à 18 ans de la deuxième phase de Soberana Pédiatrie, ainsi qu'aux enfants de 3 à 11 ans de la phase I de l'essai, a été achevée.

La sélection des enfants de moins de 12 ans a été faite après que la sécurité de la première injection de Soberana 02 ait été prouvée chez les adolescents qui ont eu un suivi médical de 24, 48, 72 heures et une semaine après l'immunisation.

Sur la base de ces résultats, un rapport a été établi pour recevoir l'approbation du CECMED, le Centre pour le contrôle des médicaments, des équipements et des dispositifs médicaux, l'autorité de réglementation, sur l'inclusion du reste des jeunes enfants, et l'échantillon d'adolescents a été étendu à 150.

La directrice de la recherche à l’Institut Finlay, Dagmar García, a expliqué qu'ils espèrent disposer des premières données de la recherche sur les groupes d'âge pédiatriques d'ici fin août-début septembre, puis présenter les documents nécessaires pour commencer à vacciner cette population.

Les autorités sanitaires cubaines ont souligné à diverses occasions que la vaccination contre le Covid-19 chez les enfants et les adolescents, joue un rôle fondamental, car elle pourrait avoir un effet très positif pour contenir la progression de cette maladie.

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/266485-lessai-clinique-soberana-pediatrie-a-cuba-progresse-avec-une-troisieme-dose

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

LE PRESIDENT DIAZ-CANEL DEPLORE LE DECES D’UN DES FONDATEURS DE LA MILICE PAYSANNE CUBAINE

Par Le 10/08/2021

10 Août 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-08-09 13:18:07

      

.

La Havane, 9 août, (RHC)- Le président cubain, Miguel Díaz-Canel, a déploré ce lundi le décès de Juan Quintín Paz, membre de la première milice paysanne cubaine connue sous le nom de Los Malagones.

Par le biais de son compte Twitter, le président a transmis ses condoléances à la famille et aux amis.

«Juan Quintín Paz Camacho, le dernier des légendaires Malagones, a fait ses adieux», a tweeté Miguel Díaz-Canel.

Juan Quintín Paz était le plus jeune des 12 combattants qui, après le triomphe de la Révolution ont affronté une bande d'assassins financés par la CIA opérant dans les montagnes de Pinar del Río, la province la plus occidentale de notre pays.

Après avoir réussi cet objectif, il a rejoint la lutte contre les bandits jusqu'en 1965.

Juan Quintin Paz est décédé à Pinar del Rio à l'âge de 83 ans des suites du Covid-19.

Des gerbes de fleurs envoyées par le général d'armée Raúl Castro et le président Díaz-Canel ont escorté la dépouille du paysan pendant le service funèbre.

Source: Granma

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/266488-le-president-diaz-canel-deplore-le-deces-dun-des-fondateurs-de-la-milice-paysanne-cubaine

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

CUBA : MIGUEL DIAZ-CANEL EXHORTE LES AGRICULTEURS A SURMONTER LES DIFFICULTES CAUSEES PAR LE BLOCUS

Par Le 09/08/2021

9 Août 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-08-08 18:33:30

      

.

La Havane, 8 août, (RHC)- Le président cubain, Miguel Díaz-Canel, a exhorté les producteurs agricoles à surmonter les difficultés découlant du blocus nord-américain et à démontrer qu'il est possible de développer une agriculture durable et efficace.

Miguel Díaz-Canel a lancé cet appel lors d'un échange, cette fin de semaine, avec des agriculteurs des provinces d'Artemisa et de Mayabeque, dans l'ouest du pays.

Le président a souligné qu'étant donné la permanence du blocus imposé par Washington, il n'y a pas d'autres options que de produire les aliments dont la population a besoin afin d'en importer moins.

Il a salué la contribution des paysans à l’approvisionnement des centres d'isolement ouverts à l’intention des patients de Covid-19, des hôpitaux et des institutions sociales.

La réunion, dont l'objectif était de recueillir des avis sur les mesures appliquées pour dynamiser le secteur agricole, a permis à Miguel Díaz-Canel de confirmer l'impact positif des plus de 60 mesures approuvées au cours de l'année.

Les participants ont souligné comment ces décisions ont encouragé les producteurs. Toutefois, ils ont souligné la nécessité de mettre les ressources limitées du pays là où elles sont le mieux utilisées, ce qui signifie les donner à ceux qui ont les meilleurs résultats.

Le Président a déclaré que les agriculteurs, avec leurs critères et la sincérité avec laquelle ils ont abordé les problèmes découlant de la réunification monétaire, ont été les artisans de toutes les transformations mises en marche.

Il les a remerciés pour leur confiance, car malgré les plaintes initiales, les désaccords et les contradictions de ce processus, ils n'ont pas cessé de semer et de récolter, grâce à quoi il y a actuellement une légère augmentation de la distribution des produits agricoles.

Le président a appelé à poursuivre dans cet esprit et à proposer de nouvelles actions contribuant à éliminer tous les obstacles existants et à augmenter les niveaux de production.

Source: Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/266422-miguel-diaz-canel-exhorte-les-agriculteurs-a-surmonter-les-difficultes-causees-par-le-blocus

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

CUBA : LA VACCINATION ANTI-COVID-19 DU PERSONNEL DE SANTE EST TERMINEE

Par Le 09/08/2021

9 Août 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-08-08 18:15:02

      

Photo: Granma

La Havane, 8 août (PL)- Le ministère cubain de la Santé a fait savoir ce dimanche que tout son personnel convalescent de la maladie Covid-19 a été vacciné.

Actuellement, souligne la source sur le réseau social Twitter, les conditions sont en cours de préparation pour étendre l'utilisation de Soberana Plus au reste de la population.

Le ministère de la Santé a d’autre part fait état, ce samedi, de l’administration de 10 millions 713 mille 247 doses des vaccins cubains contre le Covid-19. Elle a souligné que 4 millions 597 mille 637 personnes ont reçu au moins une dose d'un des vaccins cubains, tandis que 3 millions 317 mille 481 ont déjà reçu la deuxième dose et 2 millions 798 mille 129 la troisième.

Cuba dispose de trois vaccins anti-Covid-19 qui dépassent la limite imposée par l'Organisation mondiale de la santé (50 %) pour être déclarés vaccins, et l'un d'entre eux, Abdala, a été autorisé pour une utilisation d'urgence sur l'île.

Source: Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/266413-cuba-la-vaccination-anti-covid-19-du-personnel-de-sante-est-terminee

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

PONTS D’AMOUR DEMANDE A BIDEN DE METTRE FIN AU BLOCUS DE CUBA

Par Le 09/08/2021

9 Août 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-08-08 18:25:25

      

Photo: Prensa Latina

La Havane, 8 août, (RHC)- Carlos Lazo, leader de l’initiative Ponts d’Amour, a demandé une nouvelle fois au président Biden de mettre fin au blocus de Cuba. «Ce sont les familles cubaines qui en souffrent le plus» a-t-il souligné cette fin de semaine sur son profil Facebook.

Il a demandé au président des États-Unis de faire cesser la rhétorique absurde avec laquelle la Maison Blanche justifie les sanctions et les hostilités envers notre pays.

L’argument est le même: «priver le régime de ressources, sacrifier la famille pour faire tomber le gouvernement cubain. Mais la douleur est toujours celle de la famille de quelqu'un d'autre», a dénoncé l'activiste.

Beaucoup de ceux qui ont conçu cette cruauté il y a trois décennies sont les mêmes qui ont conçu et soutenu les mesures anti-famille de l'ère Trump.

Le congressiste Mario Diaz-Balart était l'un des artisans de ces interdictions qui ont causé tant de douleur à la famille cubaine.

«Diaz-Balart, Maria Elvira et Marco Rubio ont presque toute leur famille aux États-Unis. Il est facile pour ces marchands de haine d'être les bourreaux de la famille cubaine», a-t-il déclaré.

Source: Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/266418-ponts-damour-demande-a-biden-de-mettre-fin-au-blocus-de-cuba

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

LE COORDINATEUR DE PUENTES DE AMOR PARLE SUR CUBA AVEC UNE ELUE DEMOCRATE DU CONGRES

Par Le 08/08/2021

7 Août 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-08-07 00:47:30

      

Photo: Prensa Latina

La Havane, 6 août, (RHC)- Carlos Lazo, coordinateur du projet Puentes de Amor ( Pont d’amour en français) s'est entretenu aujourd'hui avec Pramila Jayapal, leader du mouvement progressiste du Parti Démocrate des États-Unis.
Carlos Lazo a abordé l’impact du blocus et la nécessité de lever les sanctions prises contre Cuba.
Au cours de la réunion, qui s'est déroulée à Seattle, les membres de Ponts d’Amour ont rappelé à Pramila Jayapal que les sanctions adoptées en pleine pandémie, empêchent  la communauté cubaine aux États-Unis d’envoyer de fonds à leur familles à Cuba.
S'adressant à Prensa Latina, Lazo a déclaré que la rencontre avec la députée était une opportunité pour parler de la nécessité de rétablir le programme de réunification familiale et de rouvrir les services consulaires de l'ambassade des États-Unis à La Havane.
«Nous continuons d'avancer dans la lutte pour lever les sanctions qui étouffent la famille cubaine», a ajouté Carlos Lazo.

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/266325-le-coordinateur-de-puentes-de-amor-parle-sur-cuba-avec-une-elue-democrate-du-congres

Tag(s) : #Cuba#USA

Dans CUBA

CUBA : PAPA, VOICI TA MEDAILLE !

Par Le 08/08/2021

7 Août 2021

Lorsque vous l'avez en face de vous, vous savez que les impossibles sont des utopies ou des mensonges. Elle vous inspire et vous imprègne de fierté, elle a foi en la victoire, et non parce que quelque chose de divin ou de surnaturel lui a donné les qualités nécessaires pour ne pas faiblir. Idalys Ortiz est protégée par les dieux de la reconnaissance, car elle n'a jamais failli à son engagement, à sa responsabilité de capitaine de l'équipe cubaine de judo.

Auteur: Oscar Sanchez Serra | internet@granma.cu

4 août 2021 14:08:58


Photo: Marcelino Vázquez (AIN)
Lorsque vous l'avez en face de vous, vous savez que les impossibles sont des utopies ou des mensonges. Elle vous inspire et vous imprègne de fierté, elle a foi en la victoire, et non parce que quelque chose de divin ou de surnaturel lui a donné les qualités nécessaires pour ne pas faiblir. Idalys Ortiz est protégée par les dieux de la reconnaissance, car elle n'a jamais failli à son engagement, à sa responsabilité de capitaine de l'équipe cubaine de judo. À Tokyo, elle et ses déités ont ramené Cuba sur le podium.

C'est facile à dire, mais  cette fille de la province d’Artemisa vient d’accrocher à son palmarès sa quatrième médaille olympique consécutive, et la troisième à l'issue d'une finale. Un véritable tour de force. « C'est un honneur pour moi de pouvoir poursuivre dans la voie amorcée par Hector Rodriguez il y a 45 ans aujourd'hui, aux Jeux de Montréal, lorsqu'il remporta la médaille d'or. Depuis lors, sur les tatamis, Cuba a toujours gagné une médaille dans ces compétitions. »

—Il y a cinq ans, nous nous sommes rencontrés dans un contexte similaire : le dernier jour de la compétition de judo à Rio de Janeiro, ce sport n’avait remporté aucune médaille. Aujourd'hui, vous êtes de retour pour sauver cette continuité sur le podium.

—C'était à moi de le faire, c'est aussi ma responsabilité, mais mes coéquipiers se sont battus becs et ongles pour y parvenir, ils ont tous été mes entraîneurs aujourd'hui, en me soutenant.

—L’entraîneur Ronaldo Veitia…

—Ces quatre médailles constituent son héritage, défendre cet enseignement, grâce auquel nous sommes ici, est une immense satisfaction et un grand bonheur. Je le porte dans chaque combat, vous le savez.

—C'est la première fois que votre père ne peut pas vous voir...

Idalys, respire profondément, s'excuse de cet instant de fragilité. « C'est très difficile... Il a toujours été là », dit-elle, la voix brisée par l'émotion au souvenir de son père dont elle était très proche.

« Dans deux jours, cela fera neuf mois qu'il est décédé. C'est la première fois qu'il ne me voit pas, mais il savait que je ne le décevrais pas. Il ne m’a pas abandonné, il était avec moi, il ne m’abandonnera jamais. C’est grâce à son exemple et à l'éducation qu'il m'a donnée que je suis ici, que j’ai pu faire ce que j’ai fait pour mon pays. Il le sait, et je sais aussi que tout le monde me pardonnera si je dis que cette médaille lui appartient. »

Rochele Nunes, une judoka qui l'avait déjà battue, alors qu'elle concourait pour le Brésil et qui représente à présent le Portugal, a été le premier défi. « Le combat a été serré, nous avons même dû aller en prolongation, mais je ne me suis jamais sentie en danger. » Et c'est ainsi que, deux minutes après le début de la prolongation, grâce à sa technique favorite, le seoi nage (un mouvement d'épaule), qu’Odalys s’est imposée par ippon.

Contre la Chinoise Shityan Xu, la Cubaine a montré toute sa polyvalence technique : un tsuri-goshi (mouvement de hanche), aurait dû mettre fin au combat après 56 secondes, mais l'arbitre a marqué wazari. Une minute et 25 secondes plus tard, son seoi est de retour, mais cette fois, en plus de son épaule, elle se sert de sa jambe pour le transformer en un seoi-otoshi très propre.

En demi-finale, elle devait affronter une adversaire plus coriace comme la Française Romane Dickson, double championne d'Europe. La Cubaine est parvenue à débloquer la situation lorsque, à un peu plus de deux minutes de la fin, elle a choisi le moment tactique pour réduire l'élan offensif de son adversaire, avec une contre-attaque magistrale de yoko-guruma, une technique de sacrifice, avec laquelle elle réédité l'exploit d'une autre grande judoka cubaine, Driluis Gonzalez, originaire de la province de Guantanamo.

—Vous totalisez une médaille d’or, deux d’argent et une de bronze…

—Driluis n'a pas été dépassée, mais seulement égalée, et j'en suis très heureuse et très fière, car elle fait aussi partie des indispensables, c’est mon idole. Je voulais être comme elle, et ce qui m'arrive aujourd'hui est grâce à son inspiration et à ma chance de l'avoir si proche. Driulis est la judoka la plus capée de notre pays.

—Pourquoi Arika Sone, la gagnante de cette finale, est-elle si difficile pour vous ?

—Elle est japonaise, elle s'entraîne avec une autre fille qui pourrait être ici, puisqu’elle figure toujours parmi les trois premières du classement mondial. C'est une jeune femme très talentueuse et de grande qualité technique, qui s’est très bien entraînée. Elle est rapide et dispose d'un vaste arsenal technico-tactique. Toutes les judokas présentes à Tokyo présentaient un niveau très élevé.

Le combat pour la médaille d'or face à Sone a duré presque jusqu'à neuf minutes et dans le sport de haute performance, un entraînement insuffisant se paie cash, même s’il s’agit d’une surdouée comme Idalys.

Le combat s’est surtout joué sur le plan physique. Tout le temps perdu en raison de la covid-19, la participation quasi nulle aux compétitions internationales et l'absence de la salle de sport ont beaucoup pesé, mais Idalys a tenu bon, la belle métisse cubaine n'a pas abdiqué, et son pays et son peuple lui en sont reconnaissants.

« Oui, je suis heureuse. J'aurais aimé une médaille d'or, tout le monde vient pour ça, mais c'est un prix à l'effort, au sacrifice, et aussi une réponse à ceux qui n’y croyaient pas. Je leur avais dit à La Havane qu'après ma cinquième place aux championnats du monde, certains avaient des doutes, mais je leur ai répondu que, personnellement, je n’avais pas le moindre. Il y a trop de choses dans cette victoire pour que je doute...

Lorsqu'on lui a demandé si c’étaient ses adieux à la compétition, elle a souri, remercié les Français, les Japonais et tous ceux qui sont venus la féliciter pour sa médaille d'argent, et elle nous a fait un clin d'œil pour nous laisser en suspens.

source : http://fr.granma.cu/deportes/2021-08-04/papa-voici-ta-medaille

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

CUBA DENONCE LA MANŒUVRE DE DESTABILISATION LANCEE SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Par Le 07/08/2021

6 Août 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-08-05 11:39:42

      

.

La Havane, 5 août, (RHC)- Le ministère cubain des Affaires étrangères a condamné l'utilisation ce jeudi sur les réseaux sociaux, en particulier Twitter, d’une étiquette associée à une campagne promue par les États-Unis dans le but de déstabiliser le pays des Caraïbes.

Le directeur général de la presse, de la communication et de l'image du ministère des Affaires étrangères, Juan Antonio Fernández, a montré dans un graphique comment, ces dernières heures et avec l'utilisation de l’étiquette SOSCuba, les réseaux  sociaux pourraient devenir le théâtre d'une nouvelle opération contre notre pays.

En trois minutes seulement, a-t-il précisé, 500 messages ont été postés sous cette étiquette, ce qui a déclenché plus de 315 000 impressions (le nombre de fois où le tweet d'un utilisateur a été publié dans le timeline ou dans les résultats de recherche) et 132 réponses.

«SOSCuba 500 tweets en trois minutes, est-ce spontané ou s'agit-il d'une nouvelle opération des réseaux dans le cadre de la guerre qui est menée contre nous? #LetCubaLive», a tweeté le fonctionnaire.

D'autres utilisateurs ont dénoncé le cynisme de la campagne promouvant une supposée intervention humanitaire sur l'île, et ainsi «Twitter permet une fois de plus que ses règles soient violées à des fins de coup d'État».

Selon les autorités et les spécialistes, la nation caribéenne est la cible d'une guerre sur plusieurs fronts: médiatique, symbolique, économique, politique, toutes reliées par la technologie, qui exacerbe la violence dans les espaces numériques et diffuse de fausses nouvelles à l'échelle mondiale pour déformer la réalité et encourager la déstabilisation.

La Havane a accusé le gouvernement nord-américain d'être directement impliqué dans les émeutes du 11 juillet dans certaines parties du territoire insulaire, en finançant et en étant l'instigateur d'événements qui ont déclenché des actes de vandalisme.

Le monde entier réclame la fin de l'hostilité de Washington à l'égard de Cuba et, ces derniers mois, des dizaines de pays ont ratifié leur solidarité avec l'île.

En juin dernier, rappelons-le, 184 pays ont voté à l’Assemblée générale des Nations Unies pour l’adoption d'une résolution contre le blocus économique, commercial et financier imposé par la nation nord-américaine au pays des Caraïbes.

Source: Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/266185-cuba-denonce-la-manoeuvre-de-destabilisation-lancee-sur-les-reseaux-sociaux

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

LE PRESIDENT DE CUBA, MIGUEL DIAZ-CANEL, SOULIGNE SON ENGAGEMENT ENVERS LA JEUNESSE

Par Le 07/08/2021

7 Août 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-08-07 00:53:19

      

La Havane, 7 août, (RHC)- Le président Miguel Díaz-Canel a souligné ce vendredi l'engagement de Cuba envers sa jeunesse dans l'effort de construire l'avenir de la nation.

Commentant sur Twitter une rencontre qui s'est tenue la veille avec une centaine de jeunes de divers secteurs, sur la Place Cadenas, de l'université de La Havane, le président cubain a déclaré : «Quand on parle avec vous, on est surs que nous allons avoir un meilleur pays dans les plus brefs délais.

J'avais hâte de passer plus de temps à l’université de La Havane. J'ai senti que les jeunes - et pas seulement les étudiants - voulaient en dire plus. Pour avancer vers l’avenir. Il faut les écouter. #ACubaPonleCorazón, (Met ton cœur à Cuba), a twitté le chef de l'État.

Des travailleurs du secteur privé, des paysans, des transporteurs et des étudiants ont participé jeudi à ce dialogue, au cours duquel Miguel Díaz-Canel a affirmé que la culture est la clé pour comprendre les processus que traverse le pays et les relations avec le gouvernement des États-Unis.

Il a insisté sur le fait qu'il est essentiel de reconnaître que le blocus économique, commercial et financier imposé par les Etats Unis à Cuba existe et qu’il a des raisons historiques.

Entre autres questions, lors de la rencontre, ils ont discuté de la nécessité de promouvoir la production alimentaire, ainsi que la participation communautaire, sur laquelle le Président a exhorté les jeunes à proposer et à mener des projets axés sur la communauté.

 

Source: Prensa Latina

 

source  : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/266326-le-president-de-cuba-souligne-son-engagement-envers-la-jeunesse

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

UN PARTISAN DE TRUMP NOMME JOE BIDEN ET LA BATAILLE DE CUBA

Par Le 07/08/2021

6 Août 2021

C'est le peuple cubain qui a payé avec des milliers de vies le droit de décider de son avenir en paix, c’est pour la justice que les jeunes gens de la Génération du Centenaire ont attaqué la caserne Moncada et qu'ils sont arrivés jusqu'à aujourd’hui en la protégeant

Auteur:  | informacion@granmai.cu

4 août 2021 15:08:03

 

Photo : Affiches.

Le romancier Mario Vargas Llosa a déclaré dans les pages du quotidien espagnol El País que Cuba était une « dictature militaire » et que, pour parvenir à cette conclusion, il avait eu des informations en lisant les « chroniques des correspondants ». On peut ne pas partager son opinion, mais il faut d’abord comprendre que pour un écrivain de fiction, comme il en est un, et parmi les meilleurs, la vérité, ce n'est pas le plus important ; et c'est précisément la vérité qui a fait défaut dans les reportages sur Cuba publiés par les grands médias.

La presse, qui réclame à Cuba la pluralité depuis des décennies, a une nouvelle fois construit un récit dans lequel toute voix qui s'identifie à la Révolution cubaine est exclue. Et cette fois, elle est allée encore plus loin. Aussi bien le New York Times que CNN se sont appropriés des images de révolutionnaires dans les rues de La Havane et les ont fait passer pour des manifestations antigouvernementales. Ils ne peuvent rien faire d’autre, car pour parler de « manifestations pacifiques », il faut des symboles, comme les drapeaux cubains et celui du 26 juillet que portaient les révolutionnaires sur des photos que la presse corporatiste a attribuées le plus souvent à la contre-révolution, et aussi des idées, comme celles exprimées sur les pancartes que Fox News s’est empressée d'effacer lors de l'interview du sénateur étasunien Ted Cruz.

Il est curieux que les manifestants que ces médias présentent comme des personnes tourmentées uniquement par les coupures d'électricité et d'eau, lesquelles tourmentent également tous ceux qui sont descendus dans la rue pour défendre la Révolution, ne l'aient pas exprimé sur des pancartes ou par des slogans. Scander « liberté » – le mot qui, selon Frances Stonor Saunders, auteure du livre Qui mène la danse – La CIA et la guerre froide culturelle, est en tête de presque tous les projets de propagande de Washington – ou reprendre en chœur des couplets de chansons fabriquées à Miami dans le feu du chantage et de l'extorsion, à un moment où la COVID-19 a laissé de nombreux musiciens sans revenus faute de concerts, n'est pas exactement un symptôme de spontanéité. « Spontanéité » dont a fait preuve le conseiller pour l'Amérique latine au Conseil national de sécurité des États-Unis, Juan Gonzalez, lorsqu’il a déclaré à un youtuber trumpiste qu'ils allaient « continuer à soutenir ces artistes, ces journalistes » qu'il appelle indépendants, dans un oxymore que la littérature devrait recueillir pour l'anthologie universelle du cynisme.

Quant à Joe Biden, il pourrait rivaliser avec M. Gonzalez pour le même genre de déclaration. Après la mise en lumière de l’usage fait par son gouvernement des plateformes telles que Twitter et Facebook visant à inciter à la violence à Cuba, Biden a déclaré à CNN que « la désinformation sur les réseaux sociaux peut tuer des gens ». Or, s’agissant de la question de Cuba, le président démocrate est le plus fidèle des partisans de Donald Trump, non seulement pour avoir maintenu en place les 243 mesures avec lesquelles ce dernier s’était chargé de colmater toutes les brèches par lesquelles l'économie cubaine pouvait échapper à la guerre économique, mais aussi pour ses alliances avec le secteur le plus trumpiste du sud de la Floride.

C'est ce même Biden qui avait fait campagne en critiquant sans merci la politique de Trump, y compris celle suivie contre Cuba, et avait préconisé d'emprisonner les manifestants qui avaient envahi le Capitole à Washington le 6 janvier dernier, ainsi que leur instigateur qui l'avait précédé dans ses fonctions, mais il approuve le fait que les trumpistes cubains appellent à prendre le Capitole de La Havane sur les réseaux numériques.

On sait désormais qu'il n'y a eu aucune spontanéité à San Antonio de los Baños, que des personnes depuis Miami, dont les noms et prénoms ont été publiés, ont incité et encouragé à la manifestation. Depuis des mois, on a mis un prix au vandalisme et chaque acte délictueux est côté sur les réseaux numériques, par exemple pour caillasser une vitrine ou incendier une voiture de police, même si malheureusement les médias auprès desquels Vargas Llosa «  s’informe », et une grande partie du monde, continuent à ne parler que de « protestations spontanées » et de « manifestants pacifiques » à Cuba. Pas un mot pour les professeurs d'université blessés par les «  pacifiques », ni pour les mères, les médecins et les infirmières terrifiés par les jets de pierres contre l'hôpital pédiatrique de Cardenas, ni pour les femmes de l'ambassade de Cuba à Paris dont la vie et celle de leurs enfants ont été mises en danger lorsque les instigateurs « pacifiques » du 11 juillet, poussés par la frustration, ont attaqué avec des cocktails Molotov le siège diplomatique de Cuba en France.

Après avoir échoué à imposer la terreur à Cuba, comme dans les années 1970, ils tentent à nouveau « la guerre sur les routes du monde », menée par des personnages de triste mémoire au service de la CIA, dont la sinistre besogne a coûté la vie à de nombreux Cubains et étrangers.

Ceux qui prédisaient depuis des décennies que, comme en URSS, le socialisme cubain allait tomber sans que les révolutionnaires ne le défendent ont été contredits par les faits et, faisant mine d'oublier leurs prédictions, ils accusent le président cubain d’être responsable de la violence, afin de dissimuler sous des analyses la défaite de leurs vieilles aspiration. Ils passent sous silence Roger Waters, une légende de la musique mondiale, lorsqu'il défend Cuba, et amplifient ceux qui, sans avoir plus de stature artistique que Waters, corroborent ce que dit Biden. Quelle importance accordent-ils à l'art, à la liberté d'expression ? Qui est maintenant le « larbin docile de la pensée officielle », Waters ou Vargas Llosa ?

L'agression impériale contre Cuba est plus forte que jamais. Démocrates et républicains, tous pro-Trump font front commun lorsqu'il s'agit d'écraser Cuba. Le blocus renforcé et la violence induite fournissent la matière première pour que des journaleux qui émargent en dollars nous présentent la réalité telle que l'empire le leur demande comme si c’était leurs propres idées. Quoi qu’il en soit, ce que nous ferons ici sera toujours déterminant, en rassemblant tous les patriotes et toutes les personnes honnêtes, à Cuba et dans le monde.

Comme le 5 août 1994, le 11 juillet doit être un tournant pour ceux d'entre nous qui défendent la Révolution cubaine. Il ne suffit pas de la défendre un jour contre les complots impérialistes ; la défendre, c'est aussi faire face chaque jour à nos manques de sensibilité, nos dogmatismes et nos médiocrités. C'est au moment le plus difficile de la période spéciale que Raul a parcouru le pays pour analyser de manière critique la façon dont les principaux cadres de chaque province faisaient face à ces circonstances défavorables et avec un énergique «  Oui, c’est possible » avec la direction ferme et intelligente de Fidel, il a contribué de manière décisive à l'unité du pays pour aller de l'avant.

Les ennemis tentent de séparer le peuple et le gouvernement, le peuple et le Parti, car ils savent que l'unité est notre ressource la plus précieuse. Une unité qui n’inclut ni les annexionnistes, ni les vendus ni les corrompus ; une unité qui est érodée par des pratiques négatives qui ne peuvent pas représenter la Révolution. Les bulles de confort sont aliénantes sur les réseaux numériques, mais aussi dans les processus de direction. Ce n'est pas en nous entourant de ceux qui ne disent que ce qu'ils pensent que le chef veut entendre que nous pourrons conduire la transformation révolutionnaire de la réalité.

Celui qui promet et ne tient pas ses promesses ; celui qui, loin de l'exemple personnel, a appelé depuis ses fonctions à une participation active sur les réseaux sociaux et qui aujourd'hui – désormais sans cette responsabilité – garde le silence sur son profil dans des moments de définition, ou pire, flirte avec ceux qui nous condamnent, fait autant de dégâts que plusieurs plans subversifs réunis. L'exclusion de la critique honnête et frontale au profit de l'opportuniste qui, loin de servir le peuple et la Révolution, ne veut que se perpétuer dans ses fonctions, est un virus qui a pour vaccin l'intégrité des candidats face à l'adulation.

Nous vivons une guerre symbolique. La dignité du cri du boxeur Julio César La Cruz à Tokyo, nous a rappelé que nous n'avons pas toujours estimé le symbolique à sa juste valeur, alors que les productions à caractère épique ou ludique destinées à nos plus jeunes compatriotes sont devenues de plus en plus rares, et que nous savons, grâce à Fidel, que l'approche désidéologisante, économiciste et à courte vue de la culture et du sport ne doit pas prévaloir parmi nous.

Ne pas communiquer efficacement sur les nouvelles circonstances de la lutte idéologique à l'époque d'Internet, le traitement bureaucratique de revendications légitimes telles que celle ne pas se résigner à la file d'attente comme méthode de distribution, la démobilisation qui ne considère pas le peuple comme le protagoniste central de la confrontation avec l'impérialisme, la sous-estimation du coût de ne pas se préparer culturellement à l'échelle de toute la société au scénario numérique, la dévalorisation des méthodes fidélistes de reconnexion avec les secteurs sociaux vulnérables, la vision technocratique des solutions, ne sont pas des pratiques révolutionnaires et doivent être écartées de notre pratique politique.

Au nom de cette unité, le Premier secrétaire de notre Parti a appelé à défendre la paix pour tous et toutes, à l'instar des vaccins, des écoles et des hôpitaux qui, depuis plus de 60 ans à Cuba, ne posent jamais à personne la question de l’affiliation politique. Nous défendons la paix, même pour ceux qui sont descendus dans la rue pour la mettre en pièce, parce que les bombes qui tomberaient ici, si nous nous divisions, feraient plaisir à ceux qui les exigent contre nous confortablement installés à 90 miles de distance, des bombes cependant qui n'auraient ni noms ni prénoms, et ne demanderaient pas si vous êtes révolutionnaire ou non.

C'est le peuple cubain qui a payé avec des milliers de vies le droit de décider de son avenir en paix, c’est pour la justice que les jeunes gens de la Génération du Centenaire ont attaqué la caserne Moncada et qu'ils sont arrivés jusqu'à aujourd’hui en la protégeant, et nous devons être à leur hauteur, avec tous les Cubains qui veulent une Cuba libérée du joug yankee, quoi que fassent et quoi que disent les impérialistes, qu'ils s’appellent Joe Biden ou Donald Trump.

source : http://fr.granma.cu/cuba/2021-08-04/un-partisan-de-trump-nomme-joe-biden-et-la-bataille-de-cuba

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

CUBA SIGNE SA MEILLEURE PERFORMANCE OLYMPIQUE DEPUIS 2004

Par Le 06/08/2021

6 Août 2021

 

Tokyo, 6 août (Prensa Latina) Avec la victoire aujourd'hui du boxeur Julio César La Cruz, Cuba a remporté sa sixième médaille d'or aux Jeux olympiques de Tokyo 2020, et avec cela, sa meilleure performance depuis Athènes 2004. 

La Cruz s'est imposé de manière convaincante en finale des 91 kg pour offrir à la délégation antillaise une médaille d'or, dépassant les cinq titres remportés à Rio 2016 et Londres 2012 et les trois de Pékin 2008.

Jusqu'à présent, l'équipe des Caraïbes a  remporté trois médailles d'argent et quatre médailles de bronze, ce qui lui vaut une treizième place au classement général des médailles par pays.

Ils ont ainsi dépassé les résultats des dernières épreuves sous les cinq anneaux, avec un bilan de 5-2-4 à Rio, 5-3-7 à Londres et 3-10-17 en Chine.

Les autorités sportives de l'île prévoyaient quatre ou cinq médailles d'or, un chiffre susceptible de leur assurer une place parmi les 20 meilleures équipes de l'événement organisé par le Japon.

À Rio 2016, elle s'est classée 18e parmi les pays en lice, 16e dans la capitale britannique, 19e en Chine et 11e en Grèce, avec toutefois neuf médailles d'or qui semblent désormais inatteignables.

Toutefois, à trois dates de la fin de la compétition estivale, le plus grand des Antilles pourrait se rapprocher de cette position, car le boxeur Andy Cruz a déjà obtenu au moins l'argent dans la catégorie des 63 kg.

Avec les six médailles d'or remportées à Tokyo, Cuba en a maintenant remporté 84 dans l'histoire de ces compétitions et fait partie des 20 premiers pays au cumul des médailles, soit le deuxième pays le plus médaillé des Amériques, derrière les États-Unis.

C'est précisément la boxe qui est responsable de près de la moitié de ces règnes, 40 à ce jour, dont trois par personne par les légendaires Teófilo Stevenson et Félix Savón.

jcc/jf/lp

source:http://frances.prensa-latina.cu/index.php?option=com_content&view=article&id=886901:cuba-signe-sa-meilleure-performance-olympique-depuis-2004&opcion=pl-ver-noticia&catid=109&Itemid=101

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

LE PRESIDENT CUBAIN, MIGUEL DIAZ-CANEL, ECHANGE AVEC UNE CENTAINE DE JEUNES A L’UNIVERSITE DE LA HAVANE

Par Le 06/08/2021

6 Août 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-08-05 12:03:14

      

La rencontre a eu lieu sur la place intérieure de l'université de La Havane.

La Havane, 5 août, (RHC)- Le président cubain, Miguel Díaz-Canel, a échangé ce jeudi sur la place intérieure de l'université de La Havane avec une centaine de jeunes.

L’expérience vécue en ces jours complexes et historiques que traverse notre pays a été au centre de la conversation.

Le site de la présidence précise que les interlocuteurs du Chef de l’État ont été cette fois-ci des étudiants, des enseignants, des médecins et des jeunes travailleurs à leur compte.

Source: ACN

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/266193-le-president-cubain-echange-avec-une-centaine-de-jeunes-a-luniversite-de-la-havane

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

CUBA : QU’EST-CE QU’UN JEUNE COMMUNISTE ?

Par Le 05/08/2021

6 Avril 2021

L’Union des Jeunesses Communistes doit se définir en un seul mot : avant-garde. Vous, camarades, vous devez être l’avant-garde de tous les mouvements. Les premiers dans les sacrifices qu’exige la Révolution, quelle que soit la nature de ces sacrifices. Les premiers dans le travail. Les premiers dans l’étude. Les premiers dans la défense du pays

Auteur:  | informacion@granmai.cu

5 avril 2021 10:04:16

 

Tout jeune communiste se doit d’être essentiellement humain, tellement humain qu’il se rapproche du meilleur de l’humain de purifier le meilleur de l’Homme par le travail, l’étude, l’exercice de la solidarité permanente avec le peuple et avec tous les peuples du monde. Photo : Archives de Granma

L’Union des Jeunesses Communistes doit se définir en un seul mot : avant-garde. Vous, camarades, vous devez être l’avant-garde de tous les mouvements. Les premiers dans les sacrifices qu’exige la Révolution, quelle que soit la nature de ces sacrifices. Les premiers dans le travail. Les premiers dans l’étude. Les premiers dans la défense du pays.
Je pense que la première caractéristique d’un jeune communiste doit être l’honneur qu’il ressent à être un jeune communiste. Cet honneur qui le pousse à montrer à tout le monde sa condition de jeune communiste, non pas à se cacher dans la clandestinité, ni à réduire sa condition à des formules, mais à l’exprimer à chaque instant et à la prouver parce que c’est sa fierté.
En même temps, le jeune communiste doit avoir un sens aigu du devoir envers la société que nous construisons, avec nos semblables humains et avec tous les hommes du monde.
D’autre part, le jeune communiste doit être très sensible à tous les problèmes, très sensibles à l’injustice. Il doit se rebeller devant tout ce qui est injuste, quel qu’en soit l’auteur. Il doit poser des questions sur tout ce qu’il ne comprend pas. Discuter et demander des explications sur tout ce qui n’est pas clair. Déclarer la guerre à tout les types de formalisme. Rester toujours ouvert aux nouvelles expériences, pour accorder la grande expérience de l’humanité, qui avance depuis de longues années sur la voie du socialisme, aux conditions concrètes de notre pays, aux réalités cubaines; et penser, ensemble et individuellement, aux moyens de changer la réalité de la rendre meilleure.
Le jeune communiste doit vouloir être toujours et partout le premier, lutter pour être le premier et se sentir mal à l’aise quand il occupe une autre place. Naturellement, vous ne pouvez pas tous être le premier, mais vous devez être parmi les premiers, dans le groupe d’Avant-garde. Le jeune communiste doit être un exemple vivant, le miroir où se regardent ceux qui n’appartiennent pas aux Jeunesses Communistes; l’exemple que peuvent contempler les hommes et les femmes le plus âgés qui ont perdu un certain enthousiasme juvénile, qui ont perdu la foi dans la vie et qui réagissent toujours bien è l’impulsion de l’exemple. C’est là une autre tâche des jeunes communistes.
Il doit joindre è toutes ces qualités un grand esprit de sacrifice, pas seulement pour les grands jours héroïques, mais à tout moment. Se sacrifier pour aider un camarade dans les petites tâches, pour qu’il puisse faire son travail, faire son devoir au collège, pour qu’il puisse se perfectionner d’une manière ou d’un autre. Être toujour attentif à tous ceux qui l’entourent.
Autrement dit, le devoir de tout jeune communiste est d’être essentiellement humain, tellement humain qu’il se rapproche du meilleur de l’humain de purifier le meilleur de l’homme par le travail, l’étude, l’exercice de la solidarité permanente avec le peuple et avec tous les peuples du monde; de développer sa sensibilité au point de ressentir de l’angoisse quand on assassine un homme quelque part dans le monde et d’être exalté quand se lève quelque part dans le monde un nouveau drapeau de la liberté.
Le jeune communiste ne doit pas être limité par les frontières d’un territoire : il doit pratiquer l’internationalisme prolétarien et le ressentir personnellement. Il doit se rappeler, comme nous tous à Cuba qui aspirons à être communistes, qu’il est un examen réel et palpable pour toute notre Amérique, et plus encore que pour notre Amérique, pour d’autres pays du monde qui luttent sur d’autre continents pour leur liberté, contre le colonialisme, contre le néocolonialisme, contre l’impérialisme, contre toutes les formes d’oppression des systèmes injustes. Il soit toujours se rappeler que nous sommes un flambeau allumé, que tout comme nous sommes, chacun de nous individuellement, un miroir pour le peuple de Cuba, nous sommes aussi un miroir pour les peuples d’Amérique, pour les peuples du monde opprimés qui luttent pour leur liberté, Et nous devons en être dignes à tout moment et à toute heure.
Voilà ce que nous pensons que doit être un jeune communiste. Et si l’on nous dit que nous sommes presque des romantiques des idéalistes invétérés, que nous pensons des choses impossibles et que l’on ne peut pas demander à la masse d’un peuple d’être presque un archétype humain, nous devons répondre avec certitude que si, que c’est possible, que tout le peuple peut progresser, se débarrasser des mesquineries humaines (…) ; se perfectionner comme nous nous perfectionnons de jour en jour, se débarrasser sans transiger de tous ceux qui restent en arrière qui ne sont pas capables de marcher au rythme de la Révolution cubaine (…)
Pour atteindre cet objectif, il faut travailler tous les jours. Travailler au sens profond de nous perfectionner, d’accroître nos connaissances, de mieux comprendre le monde qui nous entoure. Rechercher, vérifier et bien connaître le pourquoi des choses, et considérer toujours les grands problèmes de l’humanité comme des problèmes personnels.
Ainsi, à un moment donné, un jour des prochaines années – après de nombreux sacrifices, après nous être trouvés peut-être plusieurs fois au bord de la destruction – après avoir vu peut-être nos usines détruites et après les avoir reconstruites, après avoir assisté à l’assassinat, à la tuerie de plusieurs d’entre nous, et reconstruit ce qui aura été détruit, après tout cela, un jour, presque sans nous en rendre compte, nous aurons créé , avec les autres peuples du monde, la société communiste, notre idéal.
Note : Extraits du discours qu'il prononça lors du deuxième anniversaire de l'intégration des Organisations de jeunesse, le 20 octobre 1962.

source : http://fr.granma.cu/cuba/2021-04-05/quest-ce-quun-jeune-communiste

Tag(s) : #Cuba#Communiste#UJC

Dans CUBA

APPEL A UNE CARAVANE POUR LA PAIX, L’AMOUR ET LA SOLIDARITE A CUBA

Par Le 05/08/2021

4 Août 2021

Appel à une caravane pour la paix, l'amour et la solidarité à Cuba
La Havane, 4 août (Prensa Latina) Une caravane pour la paix, l'amour et la solidarité a été convoquée aujourd'hui par l'Union de la jeunesse communiste cubaine (UJC) pour demain jeudi sur le Malecon de La Havane.

Les temps difficiles sont ceux qui montrent la grandeur du peuple et Cuba, cette petite île, devient plus grande face aux difficultés, dit un tweet du groupe de jeunes en accord avec l'appel.

La solidarité du peuple nous permettra de surmonter et de renforcer notre unité", ajoute-t-il.

La caravane coïncidera avec le 27e anniversaire des événements du 5 août 1994, lorsqu'un groupe de personnes a commis des actes de violence et de vandalisme dans les rues proches de la côte de La Havane.

À cette occasion, le leader historique de la révolution cubaine, Fidel Castro, est apparu dans la zone de conflit et sa présence a suscité le soutien du public.

Il y a quelques heures, Aylín Álvarez, qui était la deuxième secrétaire de l'UJC, a été promue première secrétaire de l'UJC.

Le président Miguel Díaz-Canel a reconnu sur Twitter la carrière d'Álvarez, " une enseignante d'art sensible, mère de deux enfants et animatrice de jeunesse avec de très bons résultats ".

mgt/ool/lrg

source : https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=467149&SEO=convocan-en-cuba-caravana-por-la-paz-amor-y-solidaridad

Tag(s) : #UJC#Cuba

Dans CUBA

CUBA : HENRY REEVE, UN NOM A VOCATION SOLIDAIRE

Par Le 05/08/2021

5 Août 2021

 

La Havane, 4 août (Prensa Latina) Aujourd'hui, à l'occasion du 145e anniversaire de sa mort, Cuba se souvient de Henry Reeve, un jeune d’origine étasunienne dont le nom est connu dans nombre de pays du monde grâce à la solidarité médicale de l'île des Caraïbes. 

Connu comme "le petit Anglais", il s’est rendu à l'âge de 19 ans dans la plus grande des Antilles pour rejoindre la cause de l'émancipation cubaine. Ses  mérites lui ont valu le titre de général de brigade dans l'armée de libération dans la seconde moitié du XIXe siècle.

Reeve a participé à environ 400 actions de combat. Il  était proche du Major Général Ignacio Agramonte et  connu d’ailleurs pour avoir participé au sauvetage épique du Brigadier Général Julio Sanguily.

Son attitude solidaire a inspiré le leader historique de la révolution cubaine Fidel Castro à donner son nom à une brigade médicale composée de professionnels spécialisés dans les situations de catastrophe, offrant leurs services dans différents pays du monde.

Le rôle principal de cette brigade, officiellement fondée le 19 septembre 2005, est de coopérer dans tout pays se trouvant en proie à une catastrophe (ouragans, inondations, entre autres), aussi  bien que de faire face aux grandes épidémies à l’origine des désastres naturels  voire sociaux.

En 2006, le contingent Henry Reeve est arrivé en Indonésie pour aider cette nation touchée par un tremblement de terre, comme il l'a fait en 2010 au Chili et en Haïti, ce dernier frappé par l'épidémie de choléra.

Cependant,  l'une des missions les plus difficiles pour ses membres a sans doute été l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest. Un groupe de 260 professionnels de la santé s'est rendu en 2014 en Sierra Leone, en Guinée et au Liberia, les pays les plus durement touchés par la maladie, et selon les chiffres officiels  a réussi à sauver la vie de quelque sept mille personnes.

Suivant les données rendues publiques jusqu'en mars par le ministère de la santé publique (Minsap),  il y a eu  57 contingents Henry Reeve dans 40 pays, tous envoyés surtout  dans le but de faire face à la pandémie de Covid-19.

jcc/jha/ghp/cvl

source : http://frances.prensa-latina.cu/index.php?option=com_content&view=article&id=886884:henry-reeve-un-nom-a-vocation-solidaire&opcion=pl-ver-noticia&catid=69&Itemid=101

Tag(s) : #Cuba#Reeve

Dans CUBA

COVID-19 : LE PRESIDENT CUBAIN INSISTE SUR LA RESPONSABILITE INDIVIDUELLE ET LA SOLIDARITE DE LA POPULATION

Par Le 04/08/2021

3 Août 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-08-03 00:17:46

      

Photo: Estudios Revolución

La Havane, 2 août, (RHC)- Le président cubain, Miguel Díaz-Canel, a appelé lundi à la responsabilité individuelle et à la solidarité de la population pour faire face à la pandémie de Covid-19.

«Nous devons y faire face entre tous, avec solidarité. Nous avons les connaissances de nos médecins et de nos scientifiques, il y a la volonté du système de santé et le travail conjoint de toutes les institutions, mais il faut aussi une participation adéquate et responsable de notre population. La solidarité entre les personnes est importante, car nous devons tous faire face à cette situation ensemble et nous devons tous nous sortir de cette situation complexe», a souligné le président cubain.

Lors d'une réunion du groupe gouvernemental pour la prévention et le contrôle de la maladie, le président a rappelé que notre pays dispose des connaissances des médecins, des scientifiques et de la volonté du système de santé, mais qu’il faut également la collaboration des citoyens.

Il a souligné qu'il reste encore des semaines difficiles dans la lutte contre la pandémie, un contexte rendu plus complexe par la circulation sur le territoire national de souches à plus grande transmissibilité, comme la Delta, qui a déclenché un rebond des contagions et dépassé la capacité d'hospitalisation et d'isolement des personnes confirmées et suspectées d'être atteintes de Covid-19.

En ce sens, il a souligné l'urgence d'approfondir l'application des protocoles établis, de parvenir à une gestion plus efficace des sorties cliniques, ainsi que d'améliorer l'admission à domicile des patients à moindre risque.

Miguel Díaz-Canel a souligné les efforts déployés par le système de santé depuis plus de 16 mois pour faire face à la pandémie, au milieu du renforcement du blocus économique, commercial et financier imposé par les États-Unis à l'île depuis près de six décennies.

En juillet dernier, Cuba a signalé le plus grand nombre de cas confirmés par jour, de cas actifs, de patients graves et critiques et de décès depuis l'arrivée de Covid-19 dans le pays en mars 2020.

Source: Radio Rebelde

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/265900-covid-19-le-president-cubain-insiste-sur-la-responsabilite-individuelle

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

CUBA CONDAMNE LES SANCTIONS DE L’UE CONTRE LE NICARAGUA

Par Le 04/08/2021

4 Août 2021

Cuba condamne les sanctions de l'UE contre le Nicaragua.
AUG
03
2021

La Havane, 3 août (Prensa Latina) Le ministre cubain des Affaires étrangères, Bruno Rodríguez, a condamné aujourd'hui les sanctions imposées par l'Union européenne (UE) contre la vice-présidente du Nicaragua, Rosario Murillo, et sept autres citoyens nicaraguayens.

Depuis son compte Twitter, le plus haut représentant de la diplomatie de l'île a dénoncé le fait que l'UE recourt une fois de plus au double standard et à la politisation des droits de l'homme, dans une ingérence flagrante dans les affaires intérieures de cette nation d'Amérique centrale.

Les mesures coercitives imposées la veille par le bloc concernent également la présidente de la Cour suprême de justice, Alba Luz Ramos, et le chef de l'Assemblée nationale (Parlement), Gustavo Porras.
Parmi les personnes sanctionnées figurent également la procureure générale, Ana Julia Porras, les commissaires de la police nationale, Fidel Domínguez et Juan Antonio Valle, le conseiller présidentiel Bayardo Arce et le directeur de Canal 8, Juan Carlos Ortega Murillo.

Ces actions de l'UE contre le Nicaragua concernent au total 14 fonctionnaires et hauts responsables nicaraguayens, qui sont interdits de voyage ou de transit sur le territoire de l'UE sous prétexte de violations présumées des droits de l'homme "ou d'actions portant atteinte à la démocratie".
Selon le communiqué publié par l'Union, les citoyens et les entreprises des pays de l'Union "sont soumis à une interdiction de mettre des fonds à leur disposition".

source : http://misiones.minrex.gob.cu/es/articulo/cuba-condena-sanciones-de-union-europea-contra-nicaragua

Tag(s) : #Cuba#nicaragua

Dans CUBA

LES TRADITIONNELS PARTISANS DE LA HAINE APPELLENT A BOMBARDER CUBA

Par Le 03/08/2021

2 Août 2021

Face à l'échec du plan de coup d'État en douceur contre Cuba, les représentants de l'extrême droite anticubaine la plus radicale de Miami, chargés haine et de ressentiment, ont demandé à plusieurs reprises à l’administration de Joe Biden une invasion militaire de l'Île, une intervention qui serait précédée du bombardement des principales villes, localités et cibles économiques du pays

Auteur:  | informacion@granmai.cu

29 juillet 2021 14:07:47

Photo: Martirena

Face à l'échec du plan de coup d'État en douceur contre Cuba, les représentants de l'extrême droite anticubaine la plus radicale de Miami, chargés haine et de ressentiment, ont demandé à plusieurs reprises à l’administration de Joe Biden une invasion militaire de l'Île, une intervention qui serait précédée du bombardement des principales villes, localités et cibles économiques du pays.

Tel était le plan : fabriquer un scénario de chaos et d'ingouvernabilité, comme ils l'ont fait auparavant en Libye, en Syrie ou en Bolivie, lors du coup d'État contre Evo Morales, puis intervenir pour « sauver » les Cubains, pour apporter avec leurs bombardiers la pax yanqui, c'est-à-dire la paix des cimetières.

Dans une récente interview accordée à la chaîne Fox News, le maire de Miami, Francis Suarez, a proposé au président Biden de procéder à un bombardement militaire à Cuba pour « soutenir la population qui manifeste dans les rues ».

Suarez a déclaré : « ce qu'il faut envisager, c'est une coalition d'éventuelles actions militaires à Cuba », semblables aux interventions des troupes des États-Unis au Panama et en ex-Yougoslavie.

Le chœur des médias numériques à la solde du gouvernement de Washington, les youtubers, haters et cyber-hitmen engagés par la Task Force organisée par la cia pour subvertir l'ordre à Cuba, les haters de métier, les opportunistes, les génuflecteurs qui ont vendu leur âme, réclament à cor et à cri de semer la mort dans leur pays d'origine.

Pour les Cubains dignes, pour les personnes honnêtes de ce monde, il est difficile de comprendre le langage de l'hystérie et de la rancœur avec lequel des gens qui, il n'y a pas si longtemps, vivaient sur l'Île et bénéficiaient de l'ample liberté, de la justice et du bien-être social qui caractérisent la Révolution, s'expriment en faveur de la mort et de la destruction. Encore moins compréhensibles sont ceux qui plaident, dans le pays, pour qu’on y lance des bombes.

L'histoire jugera ceux qui appellent aujourd'hui au massacre de tout un peuple qui ne cessera pas d'être libre et indépendant, même si les mers du Nord et du Sud devaient se mélanger.

Alors que l'agressivité impérialiste et le chœur des laquais montent le ton face à l'échec constant de ses efforts contre l'Île, le monde répond avec plus de solidarité et de respect pour la souveraineté de ceux qui ont su résister à toutes les attaques depuis plus de 60 ans.

Quelque 400 personnalités mondiales ont signé une lettre adressée au président des États-Unis Joe Biden, appelant la Maison-Blanche à lever les 243 mesures unilatérales imposées par l'administration de Donald Trump pour renforcer le blocus.

La lettre, intitulée « Laissez vivre Cuba », a été publiée dans le New York Times et fait partie d'une initiative conjointe du People's Forum, de CodePink et de la Coalition Answer pour tenter de modifier la politique étasunienne à l'égard de Cuba et de fournir des médicaments et du matériel médical au peuple cubain.

Parmi les signataires figurent les acteurs Jane Fonda, Susan Sarandon, Danny Glover et Mark Ruffalo, ainsi que les anciens présidents Lula da Silva (Brésil) et Rafael Correa (Équateur), et les intellectuels Roxanne Dunbar-Ortiz, Judith Butler et Cornel West, en plus d'autres hommes politiques, intellectuels de premier plan, scientifiques, membres du clergé, artistes, musiciens, dirigeants et militants.

« Il est inconcevable, surtout en période de pandémie, d’interdire délibérément les envois d’argent et l'utilisation par Cuba des institutions financières mondiales, étant donné que l'accès aux dollars est nécessaire pour l'importation de nourriture et de médicaments », souligne le texte, devenu un appel public et urgent au président Biden, à qui il est demandé de « signer immédiatement un ordre exécutif et d'annuler les 243 mesures coercitives de Trump ». •

Pie de foto :

Photo : Martinera

Palabras claves :

source : http://fr.granma.cu/mundo/2021-07-29/les-traditionnels-partisans-de-la-haine-appellent-a-bombarder-cuba

Dans CUBA

CUBA, L'URSS ET L'EMPREINTE DU COSMONAUTE YOURI GAGARINE

Par Le 02/08/2021

2 Août 2021

Cuba, l'URSS et l'empreinte du cosmonaute Youri Gagarine
 
Par Danay Galletti Hernandez

La Havane, 1er août (Prensa Latina) L'homme d'affaires canadien Gregory Biniowsky, fondateur du restaurant rétro-soviétique Nazdarovie - qui signifie "À votre santé" en espagnol - estime qu'"absolument tous les Cubains savent qui est Youri Gagarine".

La décoration de cet espace gastronomique, situé en face de l'emblématique Malecon de La Havane, comprend des photos du célèbre cosmonaute, et même les visiteurs étrangers remarquent qui est le protagoniste des images.

S'ils ne le connaissent pas, les serveurs les éduquent sur le sujet. Il est un symbole de l'Union soviétique et de ses exploits et, précisément, l'idée de créer ce site fait partie du grand héritage et de la nostalgie qui existent au sujet de l'URSS à Cuba", a déclaré M. Biniowsky à Prensa Latina.

Bien que le site reste fermé dans le cadre des restrictions imposées par Covid-19, il est depuis sa création une allégorie et un souvenir des peuples d'Europe de l'Est et un rappel de la façon dont, pendant la guerre froide, des milliers de Cubains ont étudié dans les républiques socialistes.

Il existe une familiarité et une nostalgie de la culture soviétique", déclare Gregory Biniowsky. Ainsi, les murs du restaurant évoquent également les outils de communication et de masse et leurs multiples facettes : romantisme naïf, avant-gardisme abstrait, futurisme ou art de l'affiche.

Outre la cuisine typique avec des recettes telles que le Pirozhki au chou, la Cotleta à la Kiev, le Pielmeni, la soupe Borsh et le Stroganoff, le projet socioculturel Nazdarovie reproduit des images de Vladimir Ilyich Lénine, d'ouvriers miniers et industriels, des symboles de la faucille et du marteau et des posters d'athlètes de l'époque.

L'un des établissements d'enseignement créés par la Révolution, avec l'idée de Fidel Castro de combiner les études et le travail agricole, était la "Escuela Secundaria Básica en el Campo Yuri Gagarin", située dans l'actuelle municipalité de Caimito, dans la province occidentale d'Artemisa.

En 1980, après son retour à Cuba, le cosmonaute Arnaldo Tamayo nous a rendu visite. Des représentants des pays socialistes sont également venus et ont laissé des objets typiques de ces lieux, qui ont ensuite été exposés dans des chaises et des bureaux", a déclaré à Prensa Latina Roberto G. Saavedra, professeur au centre. Saavedra, qui y a enseigné de 1976 à 1984.

Aujourd'hui, en tant qu'institut polytechnique avec plus de 10 spécialités, les professeurs participent à ce que l'on appelle la zone rouge, travaillent comme collaborateurs bénévoles dans le camp international Julio Antonio Mella et dans l'hôpital pour positifs asymptomatiques de l'université d'Artemisa.

Gagarine et sa visite dans la nation des Caraïbes

L'histoire nous apprend que le 3 novembre 1957, l'Union soviétique a mis en orbite le premier vaisseau spatial Spoutnik avec un être vivant comme passager : le chien Laika. Deux ans plus tard, Youri Gagarine était l'un des candidats au poste de cosmonaute dans le programme spatial soviétique avec 3500 volontaires.

À bord du premier vaisseau spatial habité "Vostok-1", lancé le 12 avril 1961 depuis le cosmodrome de Baïkonour, se trouvait ce jeune homme de 27 ans originaire de l'oblast de Smolensk. Selon l'agence de presse TASS, avant le décollage, Gagarine a prononcé la phrase emblématique : "Allons-y".

Depuis l'altitude cosmique, sous le pseudonyme peu connu de "Cedar", il dira peu après : "Je vois la Terre parfaitement, je suis ému. Je suis ému. Comme c'est beau". Cet exploit a permis d'établir trois records spatiaux absolus : une durée de vol de 108 minutes, une altitude de 327 kilomètres et une charge utile de 4 725 kilos.

La presse soviétique a repris l'intérêt de Gagarine pour Cuba à son retour sur le continent. Ainsi, le 24 juillet de cette année-là, le protagoniste de l'exploit et le leader de la révolution cubaine, Fidel Castro, se sont embrassés sous une pluie torrentielle sur la piste de l'aéroport international José Martí.

Les témoignages de l'époque révèlent que les principales boutiques et rues de La Havane ornaient leurs vitrines de photos de Gagarine et de drapeaux. Une fois le protocole avec le corps diplomatique et les honneurs militaires achevés, les deux hommes sont montés dans la voiture décapotable de l'Institut cubain d'amitié avec les peuples.

Au cours de sa visite dans la plus grande des Antilles, le héros soviétique a échangé avec des étudiants de l'université de La Havane, rencontré les blessés de l'invasion de la baie des Cochons, une opération militaire organisée par des Cubains en exil, armés et entraînés par le gouvernement américain en avril 1961.

Quelques jours plus tard, lors de la commémoration du 8e anniversaire des assauts contre les casernes Moncada et Carlos Manuel de Céspedes depuis la Plaza de la Revolución à La Havane, le président de l'époque, Osvaldo Dorticós, a annoncé que le voyageur du cosmos recevrait l'Ordre de Playa Girón.

Après avoir prononcé ses remerciements, Youri Gagarine a exprimé son souhait, pour beaucoup prémonitoire : "Je suis sûr que le moment n'est pas loin où les cosmonautes cubains, les glorieux fils du peuple cubain, s'envoleront vers le cosmos pour contribuer au progrès de l'humanité dans cette branche".

mem/dgh/cvl
 

source : https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=466328&SEO=cuba-la-urss-y-la-impronta-del-cosmonauta-yuri-gagarin

Tag(s) : #URSS#Cuba#Gagarine

Dans CUBA

POURQUOI LA MONCADA ?

Par Le 02/08/2021

2 Août 2021

Avant la Révolution, seuls 4 % des personnes interrogées mentionnaient la viande comme faisant partie de leur ration habituelle, 3,4 % le pain et moins de 1 % le poisson. Les œufs étaient consommés par 2,1 % des travailleurs agricoles, et seulement 11,2 % buvaient du lait. Il n'est donc pas étonnant que la taille moyenne d'un ouvrier agricole ait été de 1,62m, tandis que l’on rapportait un taux de malnutrition de 91 %

Auteur:  | internet@granma.cu

28 juillet 2021 15:07:53

 

Photo: Granma

Lorsque Fidel attaqua la caserne Moncada le 26 juillet 1953, à Cuba, il n'y avait pas de coupures de courant. Il ne pouvait pas y en avoir. La première condition qu’il y ait des coupures de courant, c’est que les maisons aient de l'électricité. Or à l'époque, 56 % d'entre elles étaient éclairées par des lampes à pétrole.

Nous étions un pays sombre, personne ne me l'a raconté. Je suis né sur un lopin de terre isolé de Taguasco, sous une lampe à pétrole, aidé par une sage-femme, à 40 kilomètres de l'hôpital le plus proche. Ma famille faisait partie de ces 60 % de Cubains qui vivaient dans des huttes de guano et de feuilles de palmier, sans latrines ni eau courante, dans ces campagnes où les gens mouraient de maladies curables, et où les enfants étaient littéralement dévorés par les parasites.

En 1953, il n'y avait pas non plus de files d'attente à Cuba. Ni pour la viande, ni pour le pain. Pour qu'il y ait une file d'attente, il faut qu'il y ait beaucoup de gens avec assez d'argent pour acheter, et ce n'était pas des aliments à la portée des maigres ressources dans les parages où je suis né. Cette même année 1953, un recensement fut effectué et quatre ans plus tard, en 1957, l’Association catholique universitaire parcourut 126 municipalités pendant cinq mois pour établir, pour la première fois à Cuba, des statistiques détaillées sur les conditions de vie des travailleurs agricoles. Les résultats de ces deux études nous bouleversent encore.

Certes, pour certains, cela peut sembler des chiffres froids – et peut-être que d'autres diront que c'est de la fiction ou de la propagande – mais ils ne le sont pas pour moi et mes proches, qui les portons encore dans nos mémoires, non pas sous forme de données, mais de douloureux témoignages.

La propagande et la fiction, c’étaient ces cartes postales colorées où le fermier apparaissait au volant d'un petit tracteur Ferguson rutilant, tandis que sa femme, en jupe plissée et chemisier en dentelle, nourrissait les poules avec de généreuses poignées de maïs qu'elle sortait du panier gracieusement calé sur sa taille.

Parce qu’à l'époque, seuls 4 % des personnes interrogées mentionnaient la viande comme faisant partie de leur ration habituelle, 3,4 % le pain et moins de 1 % le poisson. Les œufs étaient consommés par 2,1 % des travailleurs agricoles, et seulement 11,2 % buvaient du lait. Il n'est donc pas étonnant que la taille moyenne d'un ouvrier agricole ait été de 1,62m, tandis que l’on rapportait un taux de malnutrition de 91 %.

Le moment le plus cruel de mon enfance est encore gravé dans ma mémoire. Ce fut la fois où j'ai passé une semaine entière avec un terrible mal de dents, et que mes parents n'avaient pas les trois pesos nécessaires pour la faire extraire. La Révolution avait déjà triomphé, mais les transformations sociales ne se font pas du jour au lendemain, et les anciennes structures étaient toujours en place.

Dans cette étude de 1957, il était rapporté que 14% des paysans avaient souffert ou souffraient de la tuberculose, tandis que 13% avaient eu la fièvre typhoïde. Cette année-là, ceux d'entre nous qui vivaient dans la région de Taguasco perdirent Jorge Ruiz Ramirez, le seul médecin qui avait coutume de soigner les pauvres sans les faire payer. Il fut assassiné par les gardes de Batista, après avoir été sauvagement torturé : son crime, avoir soigné un jeune révolutionnaire blessé.

Pourquoi alors l’attaque de la caserne Moncada ? Parce qu'il semblait que l'Apôtre José Marti allait mourir l'année de son centenaire. « L’affront était tellement grand ! », déclara Fidel dans son plaidoyer de défense, connu sous le nom de L'histoire m'acquittera. Mais, Marti n'était pas mort, il vivait dans le cœur de ceux qui allaient monter à l’assaut de la forteresse, armés de la dignité de nombreux hommes.

source : http://fr.granma.cu/cuba/2021-07-28/pourquoi-la-moncada

Tag(s) : #Cuba#Moncada

Dans CUBA

L’AIDE HUMANITAIRE DE LA BOLIVIE ARRIVE A CUBA

Par Le 01/08/2021

31 Juillet 2021

Un avion transportant des seringues, de la nourriture et des fournitures de biosécurité est arrivé aujourd'hui à Cuba en provenance de Bolivie pour soutenir la situation du pays des Caraïbes face au Covid-19.

source : https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=466141&SEO=arriba-a-cuba-ayuda-humanitaria-proveniente-de-bolivia

Tag(s) : #Bolivie#Cuba

Dans CUBA

CUBA : NOS MARTYRS SONT TOUJOURS DEBOUT A CHAQUE HEURE DE DANGER

Par Le 31/07/2021

30 Juillet 2021

Nos martyrs sont debout à chaque heure de danger (+Vidéo)
30 juillet 2021
Eduardo Palomares Calderón
Granma
L'affection avec laquelle Cuba se souvient de Frank País a fait de lui "l'inoubliable".

Photo : Granma
Photo : Granma
Si pour Fidel, il était "le plus précieux, le plus utile, le plus extraordinaire de nos combattants", et si Raúl le définissait comme "courageux jusqu'à la témérité et (...) le genre d'homme qui pénètre profondément et définitivement dans le cœur du peuple", l'affection avec laquelle Cuba se souvient de Frank País fait de lui "l'inoubliable".

Il avait à peine 18 ans le 26 juillet 1953 lorsque, réveillé par les tirs de l'attentat de Moncada, il a su que sa voie serait aussi de lutter contre la tyrannie de Batista. C'est dans cet esprit, la raison de son existence, qu'il est entré dans l'immortalité à peine quatre ans plus tard, après avoir été assassiné dans les rues de Santiago le mardi 30 juillet, il y a 64 ans jour pour jour.

Les pages d'un profond dévouement, d'un sens élevé des responsabilités et d'un leadership incontestable, seraient le soulèvement du 30 novembre 1956, qui à l'appui du débarquement du Granma a fait apparaître l'uniforme vert olive à Santiago de Cuba, et l'organisation de l'envoi d'armes et d'hommes à l'armée rebelle naissante.

La prison n'a pas entamé sa détermination : "le jour où il n'y aura plus qu'un seul Cubain qui croira en cette révolution, ce Cubain sera moi", a-t-il déclaré, malgré la persécution féroce du régime, responsable de sa mort.

On dit que les coups de feu du crime lâche ont provoqué un pressentiment tragique dans chaque coin de la ville, qui s'est ensuite transformé en une douleur aiguë, plus terrible dans les poitrines de ses camarades de lutte, de sa petite amie, de la mère qui, pour contrôler le sang généreux, a bouché, un par un, les 36 trous dans le corps de son fils bien-aimé.

La foule qui a accompagné, au milieu des slogans révolutionnaires, son enterrement et celui de son camarade tombé au champ d'honneur, Raúl Pujol, a montré que Frank País restait vivant dans la mémoire des honnêtes gens de son peuple.

Symbole du meilleur de sa génération, la date de sa mort marque le Jour des Martyrs de la Révolution, à la tête desquels Frank, toujours debout, impétueux et mobilisateur, à chaque heure de danger pour la patrie.

source : https://www.pcc.cu/noticias/nuestros-martires-en-pie-en-cada-hora-de-peligro-video

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

DES VENTILATEURS PULMONAIRES DONNES PAR LA CHINE ARRIVENT A CUBA

Par Le 31/07/2021

 

30 Juillet 2021

 

RÉDACTION ACN 
30 JUILLET 2021
FacebookTwitteryoutubePartager

La Havane, 30 juillet (ACN) Le ministère du Commerce extérieur et de l’Investissement étranger de Cuba (Mincex) a informé aujourd’hui de l’arrivée au pays de 30 ventilateurs pulmonaires de haute performance en provenance de la République populaire de Chine.

Selon le Mincex, ces équipements font partie d’un premier don d’articles médicaux, offert par le Gouvernement chinois à Cuba pour faire face au nouveau foyer de la COVID-19 dans le territoire national.

L’entité cubaine du commerce extérieur souligne que le reste des articles, essentiellement des moyens de protection, arriveront dans les prochaines semaines.

L’arrivée de ce don est une nouvelle expression de l’amitié profonde entre les deux nations, qui depuis le début de la pandémie ont travaillé ensemble dans la lutte contre la COVID19, a écrit le Mincex .

source : http://www.cubainfo.acn.cu/cuba/3202-des-ventilateurs-pulmonaires-donnes-par-la-chine-arrivent-a-cuba?fbclid=IwAR2GngxEDY2TtdeJWPp2I1nuwTWdhJhhmQLrLE1RSrB0bioW4bzzDfgC5ME

Tag(s) : #Chine#Cuba

Dans CUBA

MELBA HERNANDEZ : EXEMPLE DE LOYAUTE ENVERS LA REVOLUTION CUBAINE

Par Le 30/07/2021

29 Juillet 2021


28 juillet 2021
Par : Dr. María Caridad Pacheco González
Secrétaire de l'UNHIC pour la sensibilisation et les relations publiques
Avec Haydée, Melba a été condamnée et envoyée à la prison nationale pour femmes de Guanajay, d'où elles ont été libérées en février 1954 à la suite du mouvement populaire en faveur de l'amnistie.
 

Elle est née à Cruces le 28 juillet 1921, alors que le village faisait partie de l'ancienne province de Las Villas. Melba Hernández Rodríguez del Rey figure dans l'histoire cubaine parmi ceux qui ont consacré leur vie à la lutte révolutionnaire. Combattante hors pair, ses états de service sont couronnés des titres d'Héroïne de la République de Cuba, d'Héroïne du travail et de Docteur Honoris Causa de l'Institut supérieur des relations internationales.

Élevée dans un foyer de lignée Mambisa, elle a lutté activement contre la tyrannie de Fulgencio Batista. À La Havane, plus précisément dans l'appartement situé à l'angle de la 25e et de l'O, elle a rencontré Fidel Castro, leader du mouvement qui se mettait en place et qu'elle a rejoint. En raison de ses idéaux et de son courage, il n'est pas surprenant qu'elle ait participé, avec Haydée Santamaría, au commando qui a pris possession de l'hôpital "Saturnino Lora" pour soutenir les assaillants de la caserne Moncada le 26 juillet 1953. À l'exception de Ramón Pez Ferro, qui a réussi à s'échapper avec l'aide d'un vétéran de notre guerre d'indépendance, tous ses camarades ont ensuite été emprisonnés et tués.

Puis vint le procès contre les agresseurs, qui dura du 21 septembre au 16 octobre 1953. Lors des premières audiences, la voix de Melba s'est fait entendre pour dénoncer les crimes contre les agresseurs et elle a mis entre les mains du tribunal la lettre écrite par Fidel dans laquelle il déclarait qu'il n'était pas malade, comme on le prétendait, dans le cadre de la stratégie de la dictature visant à l'écarter du procès à ce moment-là.

Avec Haydée, Melba a été condamnée et envoyée à la prison nationale pour femmes de Guanajay, d'où elles ont été libérées en février 1954 à la suite du mouvement populaire en faveur de l'amnistie. Plus tard, avec d'autres combattantes, elles se consacrent à la compilation et à l'organisation des notes que Fidel Castro réussit à faire sortir de prison, écrites avec du jus de citron, dans lesquelles il reconstitue sa plaidoirie au procès de la Moncada et qui deviendront plus tard connues sous le titre de La Historia me Absolverá (l'histoire m'absoudra), dont elle se charge également de la distribution avec d'autres combattants clandestins.

Membre de la direction nationale du Mouvement du 26 juillet, il a effectué d'innombrables missions. Il a participé aux préparatifs de l'expédition du yacht Granma, qui a quitté le port de Tuxpan (Veracruz), au Mexique, en novembre 1956. À son retour à Cuba, elle rejoint les rangs du troisième front "Mario Muñoz Monroy".

Cette héroïne de la révolution cubaine, qui a obtenu un diplôme d'avocat à la faculté de droit de l'université de La Havane en 1943 et un diplôme en sciences sociales, a assumé d'importantes responsabilités après le triomphe de la révolution. Parmi les tâches qu'elle a accomplies, citons sa participation à la nationalisation des compagnies pétrolières Shell et Esso, la création de l'Institut cubain du pétrole, la vice-présidence de la Caisse d'épargne du peuple, la présidence du Comité cubain de solidarité avec le Viêt Nam, le Cambodge et le Laos ; elle a été membre du présidium du Conseil mondial de la paix et secrétaire générale de l'Organisation de solidarité avec les peuples d'Asie, d'Afrique et d'Amérique latine. Elle a également été ambassadrice de Cuba auprès de la République socialiste du Vietnam et du Kampuchea, ainsi que directrice du Centre d'études sur l'Asie et l'Océanie.

Melba Hernández a fait partie des fondateurs du Parti communiste de Cuba et a été membre de son comité central depuis le troisième congrès, ainsi que membre de l'Assemblée nationale jusqu'à sa mort le 9 mars 2014.

La simplicité, l'humanisme et la fidélité inaltérable à la Révolution qui la caractérisaient resteront dans la mémoire des Cubains pour veiller sur la patrie et la continuité d'une œuvre qu'elle a contribué à élever de sa vie.

source : https://www.pcc.cu/noticias/melba-hernandez-ejemplo-de-fidelidad-la-revolucion

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

CUBA REJETTE LA DECLARATION DU HAUT REPRESENTANT DE L’UNION EUROPEENNE

Par Le 30/07/2021

29 Juillet 2021

 

La Havane, 29 juillet (Prensa Latina) Le ministre des Affaires étrangères de Cuba, Bruno Rodriguez, a rejeté aujourd’hui les déclarations du haut représentant de l’Union européenne (UE) pour la Politique étrangère, Josep Borrell, concernant les troubles qui ont eu lieu dans le pays le 11 juillet dernier. 

Dans un message publié sur son compte Twitter, le ministre cubain a rejeté le communiqué divulgué par le groupe, qui « oublie » de mentionner par son nom le blocus des États-Unis contre l’île.

'Je rejette fermement la déclaration du Haut Représentant de l’UE qui n’ose pas citer nommément le blocus génocidaire des États-Unis qui viole la souveraineté européenne et lui impose ses lois et ses tribunaux. À propos de Cuba, il ment et il manipule, a-t-il manifesté.

Rodriguez a appelé le représentant du bloc à s’occuper de la répression policière brutale dans l’Union européenne.

Dans un communiqué publié ce jeudi, le bloc des 27 a exprimé son soutien sans équivoque aux participants aux émeutes du 11 juillet, tout en réclamant la libération des détenus.

Le texte a considéré 'un pas dans la bonne direction' la levée des restrictions pour que les voyageurs puissent entrer des quantités illimitées de nourriture et de médicaments dans la nation caribéenne.

Dans le même temps, il a évoqué la nécessité de 'réformes politiques et économiques et d’une croissance durable' et a jugé utile d’ 'assouplir les contraintes extérieures, y compris les envois de fonds et les voyages'.

Cependant, la déclaration passe sous silence les dénonciations de l’île qui lient le gouvernement de l’État de Floride et d’autres entités au financement et à la promotion de milliers de fausses informations et à la manipulations sur les réseaux pour obtenir une explosion sociale dans le pays.

Les autorités cubaines ont relié les émeutes à une croisade politico-communicationnelle impliquant des laboratoires médiatiques basés aux États-Unis, selon la dénonciation du propre ministre des Affaires étrangères.

De même, le Gouvernement de La Havane a reconnu l’impact du siège économique de Washington comme la principale cause de la crise actuelle dans le pays caribéen.

peo/car/ebr

source : http://frances.prensa-latina.cu/index.php?option=com_content&view=article&id=886842:cuba-rejette-la-declaration-du-haut-representant-de-lunion-europeenne&opcion=pl-ver-noticia&catid=19&Itemid=101

Tag(s) : #Cuba#UE

Dans CUBA

CUBA DEPASSE 9 MILLIONS DE DOSES D'ANTI-COVID-19 ADMINISTREES

Par Le 30/07/2021

30 Juillet 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-07-29 18:58:30

 

 

La Havane, 29 juillet (RHC) Le Ministère de la Santé Publique de Cuba (Minsap) a rapporté ce jeudi que jusqu’au 27 juillet dernier, 9 millions 85 mille 122 doses de candidats vaccinaux anti-COVID-19 cubains ont été administrées dans le pays.

À ce jour, trois millions et demi de personnes ont reçu au moins une dose d’un candidat vaccin  cubain, dont trois millions et 48468 personnes ont déjà reçu une deuxième dose et deux millions et 536 mille 149 une troisième dose.

S’agissant de l’intervention sanitaire dans les groupes et territoires à risque, l’entité cubaine signale que depuis mai 2021, des travailleurs de la santé, de BioCubaFarma, des étudiants en sciences médicales et d’autres groupes à risque sont impliqués dans cette tâche; ainsi que la population des territoires choisis par étapes.

Dans ce cas, un total de 8 millions 487914 doses ont été administrées dans ce groupe.

Dans le cadre des recherches associées aux candidats vaccinaux cubains 'Soberana 02' et 'Abdala' (vaccin depuis début juillet), une étude d’intervention ciblant des sujets appartenant à des groupes à risque et pouvant fournir des données pertinentes a été réalisée. (Source : ACN)

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/265503-cuba-depasse-9-millions-de-doses-danti-covid-19-administrees

 

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

UN DEUXIEME BATEAU DU MEXIQUE TRANSPORTANT DE L’AIDE POUR CUBA A QUITTE LE PORT DE VERACRUZ

Par Le 29/07/2021

28 Juillet 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-07-27 19:04:57

 

 

Mexico, 27 juillet  (RHC) Le navire polyvalent Arm Libertador Bal-02 est parti aujourd’hui  du port de Veracruz avec de l’aide du Mexique pour Cuba, le second qui quitte cet état et demain, un troisième, le vaisseau de guerre amphibie Arm Papaloapan A-41, appareillera.

Hier, 26 juillet, 68e anniversaire de l’attaque des casernes Moncada et Carlos Manuel de Céspedes,  qui a marqué le début de la Révolution cubaine dirigée par Fidel Castro, le bateau José María Morelos II, avec 100 000 barils de diesel pour ravitailler en énergie les hôpitaux de Cuba avait, quitté le port de Veracruz.

Celui de ce mardi transporte du matériel médical comme des seringues, des réservoirs d’oxygène et des masques, pour répondre à l’urgence sanitaire et des fournitures telles que du lait en poudre, des haricots, de la farine de blé, des boîtes de thon et de l’huile comestible, et celui de demain portera une charge similaire.

 

Un communiqué de presse du ministère des Affaires Étrangères indique que le gouvernement du Mexique, en tant que président pro tempore de la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes (CELAC), a entrepris, conjointement avec les pays membres, de multiples actions de coopération internationale pour le développement en faveur des pays membres de la région latino-américaine et caribéenne.

À cet égard, ajoute-t-il, dans le cadre de la Convention de base pour la coopération en matière de développement entre le Gouvernement mexicain et le Gouvernement cubain, l’Agence mène des actions de coopération internationale et d’assistance humanitaire en faveur des Cubains afin d’aider à atténuer les effets générés par le Covid-19.

Ce qui précède, ajoute-t-il, est conforme à la politique du Gouvernement mexicain de solidarité internationale pour soutenir le peuple cubain face à la situation sociale, économique et sanitaire qu’il vit actuellement et, compte tenu des besoins du système hospitalier cubain.

 

Il est très symbolique que les navires avec DE L'AIDE POUR Cuba partent des ports de Veracruz, l’état où se trouve le port de Tuxpan d’où est parti le yacht Granma avec les 82 expéditionnaires dirigés par le commandant en chef Fidel Castro, après son entraînement en terres mexicaines.

 

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/265251-le-deuxieme-bateau-du-mexique-transportant-de-laide-pour-cuba-a-quitte-le-port-de-veracruz

 

Tag(s) : #Cuba#Mexique

Dans CUBA

LE VIETNAM FAIT DON DE 12 000 TONNES DE RIZ A CUBA

Par Le 29/07/2021

29 Juillet 2021

Le Vietnam fait don de 12 000 tonnes de riz à Cuba
29 juillet 2021
ACN
ACN
Le Premier ministre Pham Minh Chinh a remis symboliquement la cargaison à Orlando Hernández Guillén, ambassadeur de Cuba à Hanoï, selon l'agence de presse Prensa Latina.
Le Vietnam a fait don de 12 000 tonnes de riz à Cuba aujourd'hui.

Un don de 12 000 tonnes de riz a été fait aujourd'hui par le Vietnam à Cuba pour l'aider à faire face aux difficultés alimentaires causées par le blocus économique, commercial et financier imposé par les États-Unis et la pandémie de Covid-19.

Le Premier ministre Pham Minh Chinh a remis symboliquement la cargaison à Orlando Hernández Guillén, ambassadeur de Cuba à Hanoï, selon l'agence de presse Prensa Latina.

Sur ce volume, 10 000 tonnes ont été données par le Parti communiste (PCV), l'État vietnamien et le peuple vietnamien, a déclaré le chef du gouvernement, tandis que les 2 000 tonnes restantes ont été apportées par le Comité de l'organisation politique de la capitale de ce pays.

Ces dons, a déclaré Pham Minh Chinh, démontrent les liens particuliers de fraternité et de solidarité qui nous unissent à Cuba.

Nous serons aux côtés du peuple cubain qui, dans les moments les plus difficiles de notre histoire, nous a soutenus et a rendu valide la phrase de son leader Fidel Castro : "Pour le Viêt Nam, Cuba est prêt à donner jusqu'à son propre sang", a-t-il déclaré.

En remerciant de tels gestes, Hernández Guillén a cité Miguel Díaz-Canel, premier secrétaire du Parti communiste de Cuba et président de la nation, comme une manifestation éclatante de la solidarité immuable du Vietnam et une source d'encouragement pour la Révolution et le peuple cubain.

Le diplomate a souligné que cette solidarité s'exprime tout particulièrement en ce moment où Cuba doit faire face au blocus américain, intensifié pendant la pandémie, et aux forces qui cherchent à détruire la Révolution en utilisant la tromperie et la déformation des faits sur les réseaux sociaux.

Il a rappelé que ce soutien a été palpable aux Nations unies et à travers les déclarations du ministère des affaires étrangères, de l'Union des organisations d'amitié, de l'Association d'amitié Vietnam-Cuba, du Club des diplômés de la nation des Caraïbes et de l'Union des femmes vietnamiennes.

Également, grâce aux précieuses contributions matérielles du PCV, de l'État, du gouvernement et des ministères de la défense nationale et de la sécurité publique.
Il y a deux jours, lors d'une conversation téléphonique avec Miguel Díaz-Canel, le secrétaire général du PCV Nguyen Phu Trong a réaffirmé la solidarité indéfectible de son pays avec Cuba.

En recevant le don de riz jeudi, l'ambassadeur Hernández Guillén a déclaré : "Aujourd'hui, nous recevons une fois de plus la main de la solidarité, fraternelle, ferme, du Vietnam, géographiquement éloigné, mais proche dans nos sentiments et nos cœurs".

source : https://www.pcc.cu/noticias/vietnam-dona-12-mil-toneladas-de-arroz-cuba

Tag(s) : #vietnam#Cuba

Dans CUBA

ATTAQUE CONTRE L’AMBASSADE DE CUBA EN FRANCE : PARIS CONDAMNE, LA HAVANE ACCUSE LES ETATS-UNIS

Par Le 28/07/2021

28 Juillet 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-07-27 10:54:16

      

Paris, 27 juillet (RHC) L'ambassade de Cuba à Paris a été la cible d'engins incendiaires le 26 juillet. La mission diplomatique a dénoncé une attaque «terroriste» et accusé les Etats-Unis de procéder à des «campagnes incessantes [...] qui encouragent ces comportements».

Les mesures de sécurité ont été renforcées le 27 juillet autour de l'ambassade de Cuba à Paris, cible d'une attaque au cocktail molotov condamnée par la France et dont La Havave a rendu les Etats-Unis responsables. Deux engins incendiaires ont été lancés dans la nuit de du 26 au 27 juillet sur la mission diplomatique cubaine, située rue de Presles dans le XVe arrondissement et qui a subi des dégâts mineurs, selon les pompiers de Paris. «Nous dénonçons une attaque terroriste aux cocktails molotov contre notre ambassade à Paris», s'est indigné le ministre cubain des Affaires étrangères Bruno Rodriguez sur Twitter. «Je tiens le gouvernement américain pour responsable de ces campagnes incessantes contre notre pays qui encouragent ces comportements et des appels à la violence, en toute impunité, depuis son territoire», a-t-il ajouté.

 «La France condamne l'attaque», a déclaré de son côté la porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, évoquant «quelques dégâts matériels» et précisant que «des mesures de renforcement du dispositif de sécurité ont été mises en place autour de l'ambassade».

Les pompiers français ont indiqué avoir été alertés de l'attaque un peu après minuit et précisent que «les deux engins, qui ont causé des dégâts mineurs, ont été éteints avant leur arrivée». L'incident n'a pas été revendiqué dans l'immédiat. Selon le ministère cubain des Affaires étrangères, l'attaque s'est produite à 23h45 avec trois cocktails molotov et un départ de feu qui a été éteint par des fonctionnaires de la mission. Durant le week-end et le 26 juillet, des manifestations en faveur dugouvernement cubain ont été organisées dans diverses capitales à l'occasion de la fête nationale du 26 juillet.

 Une vingtaine de pays, dont le Brésil, la Colombie et l'Equateur, se sont joints le 26 juillet au secrétaire d'Etat américain Antony Blinken pour appeler le gouvernement cubain à «respecter les droits et libertés légalement garantis du peuple cubain» et à «libérer les détenus» interpellés le 11 juillet lors des manifestations. Les «déclarations du secrétaire d'Etat américain ont le soutien d'une poignée de pays qui ont subi des pressions pour se conformer à ses diktats», a affirmé le ministre des Affaires étrangères Bruno Rodriguez dans un autre tweet. «Cuba a le soutien de 184 nations qui exigent la fin du blocus», a-t-il ajouté en référence aux sanctions américaines contre l'île. Interrogé par l'AFP, le parquet de Paris a indiqué le 27 juillet au matin avoir ouvert une enquête en flagrance du chef de «dégradations par substance explosive ou engin incendiaire». Les investigations ont été confiées au 3e district de police judiciaire parisienne (3e DPJ).

 

Source Russia Today

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/265189-attaque-contre-lambassade-de-cuba-en-france-paris-condamne-la-havane-accuse-washington

Tag(s) : #Cuba#France

Dans CUBA

CUBA : RAUL CASTRO ET DIAZ-CANEL ENVOIENT DES OFFRANDES DE FLEURS AUX MARTYRS DE L’ATTAQUE CONTRE LA CASERNE MONCADA

Par Le 26/07/2021

26 Juillet 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-07-26 13:49:51

      

La Havane, 26 juillet (RHC) Le général d’armée, Raúl Castro Ruz et le premier secrétaire du Comité central du Parti communiste de Cuba (PCC) et président de la République, Miguel Diaz-Canel, ont envoyé des offrandes florales au monument aux martyrs de l’attaque de la caserne Moncada, le 26 juillet 1953.

L’hommage du président du Conseil d’État, Esteban Lazo Hernández, et du peuple cubain est également arrivé sur le site funéraire du cimetière Santa Ifigenia de Santiago de Cuba.

Lors du 68e anniversaire de l’épopée héroïque, des fleurs ont également été posées devant les tombes de José Marti, le héros national de Cuba; de Carlos Manuel de Céspedes, le père de la patrie; de Mariana Grajales, la Mère de la Patrie et devant le monolithe qui garde les cendres du leader historique de la Révolution cubaine, Fidel Castro Ruz.


Photo : Jorge Luis Guibert

Le meeting de commémoration était présidé par le commandant de la Révolution et vice-premier ministre de la République, Ramiro Valdés Menéndez  l’un des participants à l’attaque contre la deuxième forteresse militaire cubaine.

Lázaro Expósito et Beatriz Johnson, respectivement premier secrétaire du PCC et gouverneur de la province de Santiago de Cuba ont également assisté à la cérémonie.

Le Jour de la Rébellion Nationale est célébré dans tout Cuba chaque année à l’occasion de cette date, à laquelle des jeunes révolutionnaires ont également attaqué la caserne Carlos Manuel de Céspedes, de Bayamo, une autre victoire des idées contre la tyrannie de Fulgencio Batista (1952-1958). (Source : Sierra Maestra)

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/265070-raul-castro-et-diaz-canel-envoient-des-offrandes-florales-aux-martyrs-de-lattaque-contre-la-caserne-moncada

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

CUBA AGIT AVEC TRANSPARENCE DANS LES PROCEDURES JUDICIAIRES SUITE AUX EMEUTES

Par Le 26/07/2021

26 Juillet 2021

 

La Havane, 25 juillet (Prensa Latina) Cuba enquête sur la participation de personnes aux troubles du 11 juillet, et développe les procédures judiciaires avec transparence et respect des droits des personnes concernées, a ratifié hier la procureure générale Yamila Peña. 

Lors d’une conférence de presse, elle a indiqué que la constitution des éléments de preuve relatifs aux affaires avancée afin que ce qui soit soumis aux tribunaux puisse être jugé de manière objective.

Les sanctions seront conformes à ce qui est établi dans la Constitution de la République, aux lois, en respect de la procédure, et elles seront plus sévères dans les cas les plus graves, a-t-elle précisé.

Parmi ces derniers, a précisé Peña, il y a les causes pour lesquelles il existe des preuves que les citoyens ont organisé, promu ou financé les événements ayant eu le plus d’impact sur la sécurité collective et la tranquillité de la nation.

Selon la source, des progrès ont été réalisés concernant les entretiens avec les accusés, ce qui a permis de prendre des décisions de procédure.

La représentante du parquet général de la République (FGR, pour ses sigles en espagnol) a précisé que certaines personnes avaient déjà été libérées et que d’autres avaient fait l’objet de mesures administratives.

Il y a d’autres faits d’extrême violence et de plus grande connotation, et ces enquêtes nécessite plus de temps, a-t-elle signalé.

Lors des événements du 11 juillet, dont certains ont duré jusqu’au 12 juillet, il y a eu des agressions contre des personnes, des entités, des biens, des incitations à la délinquance et à la subversion de l’ordre constitutionnel, d’où l’urgence de démontrer la participation des sujets avec les preuves pertinentes, a-t-elle souligné.

Elle a ajouté que le parquet garantit que tous les citoyens soient respectés, ce qui est appliqué dans chaque processus, y compris ceux réglés dans un délai plus court.

De même, elle a mentionné la volonté du Bureau du Procureur de prendre en charge et de guider la population dans ses démarches par le biais des différents canaux (de manière personnelle, par téléphone, sur son portail Web ou sur les réseaux numériques), de traiter les plaintes éventuelles et d’y répondre.

Les troubles qui se sont produits récemment dans différentes parties de l’île ont donné lieu à des enquêtes pénales à Cuba sur des actes criminels présumés, et le parquet général de la République a pour mission de contrôler les enquêtes et assurer le respect des dispositions de la Constitution et des lois, a déclaré Peña.

En outre, elle a réaffirmé l’engagement à toujours protéger l’ordre public et la tranquillité des personnes.

Les autorités de la nation caribéenne ont accusé les États-Unis de complicité dans les événements du 11 juillet à partir de l’utilisation d’outils technologiques et de la diffusion de fausses informations pour encourager la déstabilisation.

peo/rc/cgc

source : http://frances.prensa-latina.cu/index.php?option=com_content&view=article&id=886794:cuba-agit-avec-transparence-dans-les-procedures-judiciaires-suite-aux-emeutes&opcion=pl-ver-noticia&catid=39&Itemid=101

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

ALERTE SUR FAUSSE CAMPAGNE DE MOBILISATION EN FAVEUR DE CUBA A L’ETRANGER

Par Le 25/07/2021

24 Juillet 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-07-23 10:57:53

      

La Havane, 23 Juillet (RHC) La Fédération Unitaire des Travailleurs d'Amérique Latine et des Caraïbes (FTAC) a appelé à la vigilance face aux faux appels circulant actuellement sur les réseaux sociaux en faveur de Cuba et de sa Révolution.
Marco Lombardi, leader de la FTAC, qui regroupe les travailleurs du secteur des transports et communications, a dénoncé dans un message que "ces actions viennent de la contre-révolution".
Il a indiqué qu'en principe, ils appellent à de prétendus actes de solidarité avec la plus grande des Antilles pour le dimanche 25 juillet à 09h00 devant les ambassades cubaines.
"Il s’agit d’une action organisé par l'ennemi, c'est l'impérialisme qui essaie de semer la confusion", a déclaré le dirigeant syndical dans un appel aux membres du Réseau Continental Latino-Américain et Caribéen de Solidarité avec Cuba.
Les fausses convocations circulant sur les réseaux sociaux, certains peuvent invoquer l'Institut Cubain de l'Amitié avec les Peuples (ICAP) ou d'autres organisation  comme l'Organisation Communiste Internationale, a souligné Lombardi.
"Il n'existe aucune convocation à ces actes de solidarité lancées par l'Organisation Communiste Internationale (OCI), l'Organisation Continentale Anti-Impérialiste ou l'ICAP ", a-t-il fait remarquer.
Sur sa page Facebook, l'OCI a convoqué aux  mobilisations en plusieurs langues le 18 juillet sous l’étiquette  #CubaNoEstaSola, Cuba n’est pas seule  en français.
Le leader de la Fédération Unitaire des Travailleurs d'Amérique Latine et des Caraïbes(FTAC) a affirmé que seules les actions coordonnées par chaque mouvement, visant à défendre la Révolution cubaine "en ces moments d'agression", s’avèrent légitimes.
 
Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/264784-alerte-sur-fausse-campagne-de-mobilisation-en-faveur-de-cuba-a-letranger

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

DIAZ-CANEL : LES MESURES COERCITIVES DES ETATS-UNIS NE FERONT PAS PLIER CUBA

Par Le 25/07/2021

25 Juillet 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-07-24 09:46:01

      

La Havane, 24 juillet (Red Web) Le premier secrétaire du Comité central du Parti communiste de Cuba et président de la République, Miguel Diaz-Canel  a réaffirmé ce vendredi que les mesures coercitives des États-Unis qui prétendent réduire par la faim et par les pénuries notre peuple ne nous ferons pas plier.
Sur son compte Twitter, le président a indiqué que le locataire de la Maison-Blanche, Joe Biden, ne soutient pas le peuple cubain parce que son administration maintient la politique qui est responsable des carences économiques et des souffrances de millions de familles dans ce pays.
Dans le message, Diaz-Canel partage une vidéo d’une affiche lumineuse contre le blocus économique, commercial et financier des États-Unis que des amis de Cuba ont posté soir sur la façade d’un immeuble situé à l’intersection emblématique d’Union Square à New York.
L’action, promue par les organisations américaines Codepink et The People’s Forum, fait partie de la campagne Let Cuba Live (Laisse vivre Cuba) qui a fait publier aujourd’hui à pleine page dans le quotidien The New York Times, une lettre avec plus de 400 signatures de personnalités soutenant l’île.
Les autorités cubaines ont dénoncé à plusieurs reprises et dans des contextes différents le siège criminel que Washington nous impose depuis près de 60 ans, causant d’importants dommages humains et matériels, et un frein marqué au développement de la nation.
La politique hostile de la Maison-Blanche s’est intensifiée ces derniers mois lorsque le gouvernement de Donald Trump (1917-2021) a imposé 243 mesures qui tentent d’asphyxier davantage la vie de la nation caribéenne, au milieu de la pandémie de la Covid-19.
Les pénuries auxquelles sont confrontées les familles cubaines et les autres résultats des mesures coercitives sont pris comme prétexte par un groupuscule de contre-révolutionnaires sur l’île, encouragés par les États-Unis eux-mêmes, pour déstabiliser notre processus social qui, par humaniste et inclusif, est soutenu par des millions de personnes sous toutes les latitudes.
Les actes de vandalisme commis le 11 juillet dernier en divers points de la géographie nationale ont été avortés grâce à l’unité du peuple sous la direction de notre unique et invincible parti communiste, l’État et le gouvernement.
 
Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/264872-diaz-canel-les-mesures-coercitives-des-etats-unis-ne-feront-pas-plier-cuba

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

LE PRESIDENT ET LE PREMIER MINISTRE DE CUBA COMMEMORENT LA JOURNEE DE LA REBELLION NATIONALE

Par Le 25/07/2021

25 Juillet 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-07-24 10:19:48

      

La Havane, 24 juillet (RHC) Avec les travailleurs du Palais de la Révolution, le président de Cuba, Miguel Diaz-Canel, et le Premier ministre, Manuel Marrero, ont commémoré le Jour de la Rébellion Nationale, qui sera célébré le 26 juillet prochain.
Dans un message publié sur son compte sur le réseau social Twitter, le Premier ministre a assuré que le peuple cubain reste fidèle aux idées de Fidel Castro, leader historique de la Révolution qui a dirigé les assauts des casernes Moncada et Carlos Manuel de Céspedes le 26 juillet 1953.
La date rappelle les tentatives de prendre les deux forteresses, dans les provinces de Santiago de Cuba et Granma respectivement, toutes les deux dans l’Est de notre pays.
Bien que l’objectif initial n’ait pas été atteint, ces opérations militaires poussèrent la lutte révolutionnaire jusqu’au triomphe définitif, le 1er janvier 1959.
L’action a été déclenchée par la lutte armée contre le régime du dictateur Fulgencio Batista. (Source : Prensa Latina).
source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/264879-le-president-et-premier-ministre-de-cuba-commemorent-la-journee-de-la-rebellion-nationale

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

LE MINISTRE CUBAIN DES AE DENONCE LA PRESSION DES ETATS-UNIS SUR LES PAYS MEMBRES DE L’OEA POUR SOUTENIR LA CAMPAGNE CONTRE CUBA

Par Le 24/07/2021

24 Juillet 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-07-23 11:09:37

      

La Havane, 22 juillet (RHC) Le Ministre des Affaires Etrangères de Cuba, Bruno Rodríguez, a dénoncé ce mercredi via son compte Twitter que le département d'État nord-américain exerce des pressions sur certains pays membres de l'Organisation des États Américains (OEA) afin qu'ils signent une déclaration contre la nation caribéenne.
Le Ministre Cubain des Affaires Etrangères a demandé aux autorités des États-Unis (USA) de reconnaître ou de démentir le texte. "Je convoque le secrétaire d'Etat, Antony Blinken à reconnaître ou à nier l'authenticité de ce texte rédigé par le département d'Etat", a déclaré le diplomate.
Le texte susmentionné souligne, sans faire mention des pays qui soutiennent le document, que les signataires condamnent les prétendues arrestations « massives » à Cuba à la suite des manifestations du 11 juillet.
"Le gouvernement de Etats Unis est maintenant impliqué dans une campagne frénétique et obscène pour forcer d'autres nations, en de l'Amérique Latine, à publier des déclarations contre Cuba", a déclaré la diplomatie cubaine.
"En utilisant à nouveau la pression et le chantage, Washington veut que les gouvernements de ces pays soutiennent ses sophismes, fondés sur la haine, et pour y parvenir, ils font appel à la coercition et aux menaces", a ajouté l'entité diplomatique.
Le département d'État a déclaré  le 19 juillet, qu'il « intègre la diplomatie cybernétique et technologique dans nos travaux dans tous les domaines. Rien n'a plus de répercussion sur notre compétitivité, notre sécurité et même, notre démocratie ».
 
Source Prensa Latina
source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/264794-le-ministre-des-affaires-etrangeres-denonce-la-pression-des-etats-unis-sur-des-pays-membres-de-loea-pour-soutenir-la-campagne-contre-cuba

Tag(s) : #Cuba#OEA

Dans CUBA

CUBA : LE PRESIDENT DIAZ-CANEL DEMENT LE PRETENDU SOUTIEN DES USA AU PEUPLE CUBAIN

Par Le 24/07/2021

23 Juillet 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-07-23 11:25:03

 

La Havane, 23 juillet (RHC) Le président de Cuba, Miguel Diaz-Canel, a démenti aujourd’hui les déclarations du gouvernement des États-Unis, dans lesquelles il affirme aider le peuple de l’île, alors qu’il est en réalité responsable de ses carences économiques.

Sur son compte Twitter, Miguel Díaz-Canel a indiqué que le président américain Joe Biden ne soutient pas la population de la nation caribéenne, mais qu’au contraire il appuie la politique qui cause la souffrance de millions de familles.

'Les mesures coercitives qui prétendent rendre notre peuple par la faim et par le besoin ne feront pas plier #CubaSoberana', a souligné le chef de l’Etat.

La veille, Biden a publié un communiqué, dans lequel il assurait son soutien aux habitants de l’île antillaise, mais il ne s’est pas référé au blocus économique, commercial et financier que son pays maintient depuis 60 ans contre Cuba, qui provoque des besoins en ressources essentielles.

Il n’a pas non plus annoncé de mesures pour assouplir les 243 dispositions adoptées par son prédécesseur, Donald Trump (2017-2021), qui aggravent le siège unilatéral et étouffent l’économie de la nation caribéenne.

En revanche, il a averti qu’il pouvait imposer de nouvelles sanctions, sous prétexte des troubles du 11 juillet, lors desquels, selon lui, des abus auraient été commis par les autorités cubaines, bien que des vidéos diffusées montrent des manifestants se livrant à des actes de vandalisme et à des attaques contre des agents de la force publique.

Le président des États-Unis a réitéré les prétendus 'efforts' pour faciliter l’accès des Cubains à Internet. Il a indiqué qu’il envisageait la possibilité de reprendre les envois de fonds de manière à ne pas bénéficier au gouvernement, ainsi qu’il analyse la réouverture des services consulaires à La Havane.

À cet égard, le ministre cubain des Affaires Étrangères, Bruno Rodriguez, a déclaré ce jeudi que les États-Unis mentent et calomnient sur leur politique en matière de transferts de fonds à Cuba, et a déclaré que Biden a été erratique sur la question et les enlève à des fins politiques.

Il a également rappelé que les services consulaires ont été interrompus en prenant prétexte de s prétendus incidents de santé de diplomates américains, bien que personne n’ait pu jusqu’à présent prouver leur cause ou qu’il s’agisse d’un acte provoqué.

Rodriguez a qualifié de cruelle la décision de contraindre les citoyens cubains à se rendre dans des pays tiers pour faire leurs démarches de regroupement familial et de migration, dans les conditions de la pandémie et avec le coût élevé que cela représente.

 

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/264798-diaz-canel-dement-le-pretendu-soutien-des-usa-au-peuple-cubain

 

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

LES USA POURSUIVENT LEUR ESCALADE AGRESSIVE ET ANNONCENT DES SANCTIONS CONTRE LES DIRIGEANTS CUBAINS

Par Le 23/07/2021

22 Juillet 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-07-22 09:56:25

      

Washington, 22 Juillet (RHC) Le gouvernement des États-Unis poursuit son escalade agressive contre Cuba et annonce qu'il imposera un embargo contre plusieurs responsables cubains, les accusant de répression présumée lors des récentes émeutes.
"Le Département du Trésor continuera d'analyser les dirigeants cubains désignés comme responsables de la violence, de la répression et de la violation des droits de l'homme contre les manifestants pacifiques à Cuba", a déclaré la porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki.
Lors d'une conférence de presse tenue à Washington, le responsable américain a affirmé que les États-Unis cherchaient un moyen d'apporter son aide « directement » au peuple cubain.
La porte-parole de la Maison Blanche a ajouté que les Etats Unis, appliquant depuis des années des sanctions contre Cuba sous n'importe quel prétexte, souhaite désormais travailler avec le secteur privé, le Congrès et les organisations internationales pour "augmenter les flux d'aide humanitaire" vers La Havane.
La Directrice Adjointe Américaine du Ministère Cubain des Affaires Etrangères, Johana Tablada, a dénoncé que Washington, à travers une "campagne d'ingérence", veut forcer d'autres pays à afficher leur  position contre Cuba.
 
(Source HispanTV)
source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/264662-les-etats-unis-poursuivent-leur-escalade-agressive-et-annoncent-des-sanctions-contre-les-dirigeants-cubains

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

MISE EN GARDE DE CUBA CONTRE LES PROVOCATIONS DES ETATS-UNIS

Par Le 23/07/2021

23 Juillet 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-07-23 11:21:49

 

 

La Havane, 23 juillet (RHC) Le ministre des Affaires Étrangères de Cuba, Bruno Rodriguez, a alerté les autorités nord-américaines de plans provocateurs qui, depuis ce pays, prétendent organiser des moyens navals pour arriver aujourd’hui dans une zone proche de l’île.

Nous avons appris qu’une flottille des États-Unis se préparait pour Cuba. J’avertis le Gouvernement des États-Unis d’agir sérieusement pour éviter des incidents qui ne conviennent à aucune des parties', a-t-il déclaré la veille lors d’une conférence de presse.

Rodriguez a affirmé que des organisations anticubaines basées dans l’État de Floride, soutenues et encouragées par les autorités gouvernementales de cet État, orchestraient pour ce vendredi cette traversée, qu’il a qualifiée de provocation.

Dans son intervention, le Ministre des relations extérieures a rejeté les déclarations et les accusations de Washington comme un acte grossier d’ingérence dans les affaires intérieures de La Havane, visant à violer le droit international et ses propres lois.

Les États-Unis n’ont aucune autorité morale pour réclamer à Cuba en matière de droits de l’homme, a-t-il dit en réponse aux sanctions imposées par ce pays contre le ministre des Forces armées révolutionnaires de Cuba, Álvaro López Miera, et la Brigade spéciale du ministère de l’Intérieur.

Washington a annoncé jeudi de nouvelles mesures à l’encontre de ces fonctionnaires de l’île en alléguant des 'abus contre des manifestants', à la suite des émeutes du 11 juillet dernier.

À cet égard, le chef de la diplomatie cubaine a démenti le président des États-Unis, Joe Biden, et l’a sommé de mentionner les personnes présumées disparues à la suite des incidents violents signalés la semaine précédente.

Dans le même temps, il a appelé les autorités étasuniennes à identifier les prétendus mineurs emprisonnés pour de tels faits, comme le prétendent des fonctionnaires et des hommes politiques américains, ainsi que des médias intéressés.

 

Le ministre a réitéré la dénonciation par son pays des effets de 'la manipulation extrême des réseaux numériques et le comportement inapproprié des plates-formes technologiques', largement contrôlées par le pays voisin, a-t-il dit.

 

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/264796-cuba-met-en-garde-contre-les-provocations-organisees-depuis-les-etats-unis

 

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

CUBA REMERCIE LA SOLIDARITE DU PEUPLE NORD-AMERICAIN

Par Le 23/07/2021

23 Juillet 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-07-23 11:17:56

 

 

La Havane, 23 Juillet (RHC) Le Président de Cuba, Miguel Díaz-Canel, a remercié aujourd'hui la solidarité du peuple des États-Unis et ratifié la possibilité d'une coexistence pacifique et harmonieuse entre les deux pays.

Le Président a exprimé sa gratitude dans un message sur le réseau social Twitter, où il a souligné qu'il est possible de "vivre en paix et en harmonie, en construisant des ponts et pas des blocages".

Le 17 juillet, les deux premiers millions de seringues données par le mouvement de solidarité avec la nation caribéenne sur le territoire nord-américain sont arrivées sur l'île antillaise. Le mouvement de solidarité a annoncé qu'il enverrait jusqu'à six millions de seringues, nécessaires à la campagne de vaccination contre le Covid -19.                      

Lors d'une conférence de presse tenue mardi dernier à l'ambassade de Cuba à Washington, des membres de ce mouvement ont expliqué que l'achat et l'arrivée de la cargaison étaient effectués par Global Health Partners.

Pendant ce temps, plusieurs groupes d'américains et de cubains résidant aux États-Unis ont participé à la collecte de fonds, qui dépasse à ce jour les 500 000 $.

Medea Benjamín, une militante pro-cubaine, a déclaré qu'ils continueraient à collecter des fonds afin envoyer des médicaments, notamment des antibiotiques, des analgésiques, des contraceptifs et des vitamines.

 

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/264795-cuba-remercie-la-solidarite-du-peuple-nord-americain

 

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

LA DELEGATION OLYMPIQUE CUBAINE EST AVEC SON PRESIDENT, AVEC LA REVOLUTION

Par Le 22/07/2021

22 Juillet 2021

Dans quelques jours, nos sportifs ajouteront à notre histoire de nouvelles pages de gloire. Ce 14 juillet, plus d'une personne a cherché à reconnaître parmi les voyageurs les athlètes cubains qui quittaient l'aéroport international José Marti, à destination des Jeux olympiques de Tokyo 2020.

Auteur:  | informacion@granmai.cu

22 juillet 2021 10:07:22

Photo: Estudios Revolución

Dans quelques jours, nos sportifs ajouteront à notre histoire de nouvelles pages de gloire. Ce 14 juillet, plus d'une personne a cherché à reconnaître parmi les voyageurs les athlètes cubains qui quittaient l'aéroport international José Marti, à destination des Jeux olympiques de Tokyo 2020.
Certains, présents à l'aéroport, étrangères au monde du sport, ont regardé les visages de nos champions avec curiosité et admiration.
Il est impossible d'être indifférent quand on côtoie certains des sportifs les plus performants de notre époque, dont plusieurs ont déjà rapporté beaucoup de lauriers au pays. Parmi eux, des champions olympiques et du monde.
« L'idée de ne pas abandonner, de tout donner sur la scène de la compétition et de représenter son peuple dignement, prévaut dans chacune des qualifications pour l'événement multisports », a déclaré la pongiste Daniela Fonseca Carrazana.
À 18 ans, elle est le plus jeune membre de notre délégation sportive. Pour elle, admet-elle, c'est un honneur et un privilège de participer à une compétition comme celle-ci, et elle est impatiente de concourir, même si elle est consciente que monter sur le podium est un objectif difficile à atteindre.
Elle a rappelé que les Jeux olympiques sont le rêve de chaque sportif, le couronnement d’une préparation de longue date, au prix de nombreux sacrifices. Sereine et intense à la fois sur la scène de la compétition, cette jeune femme originaire de la province de Matanzas, qui était visiblement heureuse, a remercié ceux qui l'ont félicité lors de sa qualification pour le grand événement, ainsi que les autorités cubaines pour le soutien reçu dans sa formation.
« Cuba a toujours été très attentive à notre égard, même si actuellement la situation économique est difficile en raison de la pandémie et du blocus. Ces actes de vandalisme et cette agression nous affectent tous, et ce n'est pas la façon de résoudre les choses », a-t-elle signalé.
Le tireur cubain Leuris Pupo, champion olympique à Londres en 2012, a également condamné les actes de vandalisme et de violence à Cuba comme étant la conséquence des instigateurs qui, poussés et payés par le gouvernement des États-Unis, veulent aggraver la situation que traverse actuellement le pays.
Ce sportif aux nerfs d’acier participe à ses sixièmes Jeux olympiques et ne cache pas son ambition de monter à nouveau sur le podium. « Je me sens parfaitement bien. Il y a un groupe de tireurs très homogène ; tout dépendra de mon état d’esprit le jour de la compétition, de la partie psychologique », a expliqué Pupo, qui est le sportif le plus expérimenté de la délégation cubaine.
Quant à la triple médaillée olympique Idalys Ortiz, au champion de Rio de Janeiro en lutte gréco-romaine Ismael Borrero, au boxeur Andy Cruz et au triple champion olympique de lutte gréco-romaine Mijain Lopez, ils ont tous convenu que leur objectif pour Tokyo est clair : donner le maximum.
En toute sérénité, sans se demander s’il parviendra à décrocher  son quatrième titre olympique, Mijain Lopez a assuré que toute la délégation cubaine est avec son président, avec la Révolution et avec le socialisme. « C'est ce que Fidel nous a appris », a-t-il conclu.*

source : http://fr.granma.cu/deportes/2021-07-22/la-delegation-olympique-cubaine-est-avec-son-president-avec-la-revolution

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

LE GOUVERNEMENT CUBAIN DEMENT LES DISPARITIONS PRESUMEES A LA SUITE D’EMEUTES

Par Le 22/07/2021

21 Juillet 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-07-21 10:37:14

      

La Havane, 21 juillet (RHC) Cuba a confirmé qu’il n’y a pas de personnes disparues à la suite des récents troubles dans le pays et a réaffirmé son engagement à respecter les garanties juridiques des détenus.

Le colonel Victor Alvarez, deuxième chef de l’organe spécialisé de la Direction générale des enquêtes criminelles du Ministère de l’intérieur (Minint), l’a assuré lors d’une émission télévisée.

'Quand quelqu’un est conduit dans un commissariat de police, la première chose qu’on lui fait est de prendre les données et de rédiger un procès-verbal, donc la personne sait dès le début pourquoi elle est détenue', a-t-il ajouté.

Selon l’officier, dans les premières 24 heures, la famille est informée de l’endroit où se trouve l’accusé parce que les unités du Minint ont un système de communication relié dans tout le pays.

De l’avis du colonel, les listes de personnes présumées disparues à Cuba qui ont été présentées par différents médias internationaux ne sont ni sérieuses ni fiables.

'Nous avons constaté qu’il y a beaucoup de ces personnes qui n’ont pas été arrêtées en ce moment, il y a aussi des noms avec soit le prénom ou soit le nom de famille sans plus de détails', a-t-il précisé.

Le représentant du Minint a assuré que Cuba respecte l’article 17 de la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées.

'Ces listes sont une illusion des ennemis de la Révolution qui insistent pour documenter de présumées disparitions et n’ont jamais pu le prouver parce qu’elles n’ont jamais existé', a-t-il précisé.

Alvarez a nié le recours à la force pour obtenir des aveux des détenus et a rappelé que l’île était signataire de la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

José Luis Reyes, chef du Département de la Direction des procédures pénales du Bureau du Procureur général de la République, a ajouté que l’arrestation d’une personne était précédée d’une plainte.

'La présence du parquet dès le début du procès contribue à accompagner l’enquête et à vérifier qu’il n’y a pas de disparus à Cuba', a-t-il affirmé.

Selon le spécialiste, il existe des voies de communication entre le peuple et le parquet pour dénoncer toute violation des organes de l’administration centrale de l’État.

'Depuis le 12 juillet, pour des faits liés aux émeutes, 63 personnes se sont adressées au ministère public, principalement en face à face, pour faire part de certaines préoccupations et rechercher des informations sur les arrestations', a-t-il indiqué.

Le Procureur a fait observer que les informations demandées avaient été fournies à toutes les personnes concernées en raison d’une étroite coordination avec le Minint.

'Les articles 94 et 95 de la Constitution cubaine garantissent la sécurité juridique sur l’île', a-t-il déclaré.

Reyes Blanco a détaillé que tous les accusés sont en mesure de nommer leurs avocats, 'mais ils les ont actuellement car ils l’ont choisi'.

Parmi ces listes de personnes présumées disparues, 'il y a un groupe de personnes qui ont été libérées, une partie a été frappée des amendes et d’autres ont des mesures conservatrices'.

Le spécialiste a indiqué qu’il y avait aussi des détenus placés en détention provisoire par l’autorité compétente, dont la pertinence est constamment évaluée.

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/264549-le-gouvernement-cubain-dement-les-disparitions-presumees-de-personnes-a-la-suite-demeutes

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

FRERE DOMINICAIN FREI BETTO : « LA CRISE EXISTE MAIS IL FAUT DEFENDRE CUBA »

Par Le 22/07/2021

Frei Betto : “La crise existe mais il faut défendre Cuba”

Par Frei Betto et Claudia Fanti

Mondialisation.ca, 22 juillet 2021

ilmanifesto.it

Région : 

 0   0  0  New

Peu de gens connaissent Cuba mieux que l’écrivain et théologien de la libération brésilien Frei Betto. Pendant quarante années, comme il le rappelle lui même dans son récent article sur les protestations qui ont eu lieu sur l’île, intitulé “Cuba résiste”, il s’est rendu dans le pays pour divers “engagements de travail et invitations”. “Je connais en détail la vie quotidienne cubaine, y compris les difficultés auxquelles la population fait face, les défis à la Révolution, les critiques des intellectuels et des artistes. J’ai visité des prisons, parlé avec les opposants, vécu avec des prêtres et des laïcs cubains hostiles au socialisme”.

 Pourtant, pour le frère dominicain, Cuba reste une source d’inspiration pour tous ceux qui “luttent pour un monde plus juste”. Car il est vrai, écrit-il, que celui qui est riche et va vivre à Cuba “connaîtra l’enfer”, ne pouvant pas se permettre tous les luxes auxquels il est habitué ni “exploiter le travail des autres”, et celui qui appartient à la classe moyenne “vivra le purgatoire”. Mais pour qui est pauvre, sans maison et sans terre, ce sera comme aller “au paradis” : nourriture, maison, travail, instruction et assistance sanitaire. Et c’est pour cela, nous dit-il, que Cuba mérite la solidarité des militants et militantes du monde entier.

As-tu été surpris par les manifestations contre le gouvernement ?

Cuba fait face, en ce moment, à une conjoncture extrêmement difficile. En plus de l’embargo, criminel et génocidaire, imposé par la Maison Blanche, exacerbé par les 243 nouvelles mesures restrictives adoptées par Trump et non encore révoquées par Biden, on enregistre un déclin de l’activité économique provoqué par la pandémie, surtout avec l’écroulement du tourisme qui était une des principales sources de revenus du pays. Pour autant, je considère comme normale l’insatisfaction d’une partie de la population, due surtout à la rareté de certains produits des habitudes alimentaires cubaines. Ce n’est pas un hasard si le président Diaz-Canel a été dans la rue dialoguer avec les manifestants, en reconnaissant que leurs revendications sont justes. Toutefois il a rejeté ceux qui, sous l’impulsion de la contre-révolution installée à Miami, visent la déstabilisation du pays, en craignant que Biden n’adopte la même politique de flexibilité de l’embargo qu’avait lancée Obama, lequel avait repris les relations diplomatiques entre les deux pays et favorisé l’amélioration du tourisme et du commerce.

Mais il ne semble pas que Biden ait pour le moment cette intention. L’acharnement des USA contre Cuba continue…

Les États-Unis ont toujours essayé de saboter la Révolution cubaine, que ce soit par l’embargo, qui dans les dernières soixante années a provoqué dans le pays un dommage de 144 milliards de dollars (dont 5 milliards durant la pandémie), ou par l’invasion ratée de la Baie des Cochons et les successifs attentats terroristes à l’intérieur et à l’extérieur de l’île. Le gouvernement a déjà fait la démonstration de l’existence d’agitateurs professionnels financés par les contre-révolutionnaires de Miami. Heureusement, cependant, malgré les difficultés, la majorité de la population reste ferme dans la défense du socialisme et de la souveraineté de Cuba.

Comment évalues-tu la situation économique actuelle de l’île ?

Cuba avait deux monnaies : le Cuc, le peso cubain convertible équivalent au dollar, qui était utilisé par les touristes, et le peso (Cup), utilisé par la population. 1 Cuc valait 24 pesos. Maintenant, avec l’unification des deux monnaies, on enregistre une croissance de l’inflation comme c’est arrivé en Europe quand toutes ses monnaies ont été unifiées autour de l’euro. Et cela, aggravé par la pandémie, et en considérant que Cuba importe plus de 60% des aliments qu’elle consomme, crée de nombreuses difficultés, surtout face aux obstacles que l’embargo impose aux importations et aux exportations de l’île. Et, pour finir, on assiste à une crise énergétique, qui frappe la production, les écoles et toute la population cubaine.

Penses-tu que la réponse du gouvernement aux protestations aurait dû être différente ? Le fait qu’il y ait eu un mort, en plus de nombreuses arrestations, n’a-t-il pas terni l’image du gouvernement ?

J’ignore les circonstances de cette mort mais je sais que la police a agi avec respect à l’égard des manifestants, en procédant à des arrestations seulement chez ceux qui ont commis des actes de vandalisme, par exemple en brisant les vitrines de magasins et en s’attaquant à des édifices publics. Rien à voir avec les répressions auxquelles on assiste dans les soit-disants démocraties de l’Amérique latine, comme au Brésil et comme dans de nombreux autres pays.

Que réponds-tu à ceux qui accusent Cuba de manquer de démocratie ?

Le changement par les élections ne fait pas en soi la démocratie. Le Brésil et l’Inde sont considérés comme des pays démocratiques, et pourtant ils sont un modèle de misère, d’exclusion et d’oppression. La Révolution, au contraire, assure les trois droits fondamentaux de l’être humain : nourriture, éducation et assistance sanitaire, outre la maison et du travail. Cuba, par ailleurs, est le seul pays latino-américain qui a réussi, grâce à son progrès scientifique, à créer deux vaccins contre le Covid : Soberana 2 et Abdala, nom tiré d’un livre de José Marti où le jeune Abdala part à la guerre pour défendre sa patrie. Abdala présente 92,28% d’efficience en trois doses. D’ici août, 70% des 11 millions d’habitants de l’île seront vaccinés. Les États-Unis enregistrent 1.724 morts par millions d’habitants contre les 47 seulement de Cuba.

Tu as écrit que la résilience du peuple cubain, nourrie d’exemples comme Marti, Che Guevara et Fidel, s’est démontrée invincible. La Révolution y arrivera-t-elle cette fois aussi ?

Vivre dans un pays socialiste est comme vivre dans ces micros sociétés socialistes que constituent des couvents et monastères, où je vis. Il faut penser, en premier lieu, à la collectivité. Ce qui n’est pas facile. Alors il est normal qu’il y ait des gens qui placent leurs intérêts individuels au-dessus de ceux de la communauté, en gravitant dans l’orbite du rêve américain. Et c’est là que, dans le cas de Cuba, intervient la contre-révolution financée par les États-Unis, dont les initiatives et les millionnaires n’ont jamais accepté, jusqu’à présent, d’avoir perdu leurs propres bien avec le succès de la Révolution. Tous ceux qui luttent pour un monde plus juste doivent exprimer leur solidarité à l’égard peuple cubain.

Claudia Fanti

Édition de mardi 20 juillet 2021 d’il manifesto

https://ilmanifesto.it/frei-betto-la-crisi-ce-ma-cuba-va-difesa/

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

La source originale de cet article est ilmanifesto.it

Copyright © Frei Betto et Claudia Fantiilmanifesto.it, 2021

https://www.mondialisation.ca/frei-betto-la-crise-existe-mais-il-faut-defendre-cuba/5658529

Dans CUBA

LE PRESIDENT CUBAIN M. DIAZ-CANEL FELICITE LE PRESIDENT ELU DU PEROU, M. PEDRO CASTILLO

Par Le 21/07/2021

20 Juillet 2021

 M. Díaz-Canel félicite le président élu du Pérou, M. Pedro Castillo.
20 juillet 2021
ACN
ACN
Dans son message, le chef d'État cubain a également souligné le grand soutien populaire dont a bénéficié M. Castillo, qui a obtenu plus de huit millions 800 mille voix, soit 50,12 %.
Díaz-Canel : Félicitations chaleureuses au Président Pedro Castillo pour sa victoire aux élections et le grand soutien populaire du peuple péruvien.

Miguel Díaz-Canel, premier secrétaire du Comité central du Parti communiste de Cuba et président de la République, a félicité aujourd'hui sur Twitter le nouveau président du Pérou, Pedro Castillo, pour sa victoire électorale.

Dans son message, le chef de l'État cubain a également souligné le grand soutien populaire dont a bénéficié M. Castillo, qui a obtenu plus de huit millions 800 mille voix, soit 50,12 %.

"Félicitations cordiales au président Pedro Castillo pour sa victoire aux élections et le grand soutien populaire du peuple péruvien", a écrit M. Díaz-Canel.

Lundi, le Jury national des élections à Lima a proclamé Pedro Castillo, candidat du parti Pérou Libre, Président de la République, à l'issue du second tour des élections du 6 juin.

Après sa proclamation, le nouveau président péruvien a déclaré à la population que son gouvernement serait plus juste pour tous, et a exhorté ses rivaux politiques à se rapprocher.

source : https://www.pcc.cu/noticias/felicita-diaz-canel-presidente-electo-de-peru-pedro-castillo

Tag(s) : #Cuba#Pérou

Dans CUBA

CUBA SE DOTE D'UN LABORATOIRE DE NANO-BIOMEDECINE

Par Le 21/07/2021

21 Juillet 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-07-21 10:24:33

 

 

La Havane, 21 juil (RHC) Cuba disposera bientôt d'un laboratoire de nano-biomédecine, dont le but est la mise en pratique des projets visant à concevoir et à obtenir des médicaments, a rapporté aujourd'hui la presse locale.

Cette réussite scientifique émane d'un accord conjoint entre le Centre de Génie Génétique et de Biotechnologie (CIGB) et l'Université de La Havane (UH) montrant ainsi l'intégration entre les entreprises et les universités, rapporte le quotidien Granma.

Le laboratoire travaillera avec des médicaments innovants du CIGB et d'autres conçus dans différentes institutions scientifiques du pays caribéen, comme le Centre de Recherche et de Développement de Médicaments et le Centre de Produits Chimiques Bioactifs de l'Université Centrale Marta Abreu", a précisé la source.

Le journal Granma précise que les molécules sur lesquelles on travaille déjà comprennent des médicaments contre le cancer et les maladies cardiovasculaires, ainsi que des composés antiviraux contre les virus de la dengue et du Zika, des antibiotiques et des agents antifongiques.

 

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/264542-cuba-se-dote-dun-laboratoire-de-nano-biomedecine

 

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

TROUBLES RECENTS A CUBA : UN EXEMPLE TYPE DE FAKE NEWS ET DE GUERRE MEDIATIQUE

Par Le 21/07/2021

Troubles récents à Cuba : un exemple type de fake news et de guerre médiatique

 

20 Juil 2021

 

   

Dimanche 11 juillet, pour la première fois depuis plus de 20 ans, les Cubains sont descendus dans la rue pour exprimer leur mécontentement. Ce qui de prime abord semblait être une action spontanée, s’est avérée bien plus que cela. Les États-Unis essaient de provoquer un changement de régime depuis 60 ans déjà. Ces dernières années, ceux-ci ont utilisé les médias sociaux et les médias grand public de manière sophistiquée, et les événements récents en sont un exemple typique.

« L’obsession hystérique de Washington
d’écraser Cuba depuis les premiers jours
de son indépendance en 1959
est l’un des phénomènes les plus étranges de l’histoire moderne,
mais ce sadisme mesquin
continue à nous surprendre encore et encore. »
Noam Chomsky

 

Robots numériques

Une campagne numérique intense a précédé les manifestations du dimanche 11 juillet. Le célèbre analyste informatique espagnol Julián Macías Tovar a méticuleusement étudié et cartographié cette campagne. Ses conclusions sont déconcertantes.

Dans les jours précédant les manifestations, le hashtag #SOSCuba a commencé à circuler fortement en Floride. La campagne SOS Cuba a été lancée dès le 15 juin à New York dans le but d’influencer le vote de l’Assemblée générale des Nations unies contre le blocus américain sur Cuba. Sans succès. 184 pays ont condamné le blocus, qui étrangle Cuba depuis plus de six décennies. Seuls Israël et les États-Unis ont voté contre.

La dégradation de la situation du COVID à Cuba de ces dernières semaines était l’occasion rêvée de relancer la campagne. Depuis le 5 juillet, la plateforme médiatique SOS Cuba, qui opère depuis la Floride, a lancé une campagne sur Twitter pour une intervention humanitaire à Cuba. Cela s’est passé sous la direction d’Agustín Antonelli. Cet Argentin est membre de la fondation d’extrême droite Fundación Libertad. Il n’en est pas à son coup d’essai. Auparavant, il avait entrepris des campagnes numériques contre Evo Morales en Bolivie et Andrés Manuel López Obrador au Mexique.

Le premier compte à utiliser #SOSCuba en rapport avec la situation du COVID à Cuba se trouve en Espagne. Les 10 et 11 juillet, ce compte a envoyé plus de mille tweets, avec un rythme automatique de 5 retweets par seconde. Cette opération est réalisée par des « bots ».[1]

Certains des robots utilisés dans cette campagne sont ultramodernes, onéreux et très difficilement détectables. Il ne faut pas oublier que les États-Unis ont récemment créé un commandement spécial pour la guerre dans le cyberespace.

Dans ses recherches, Tovar souligne que des tweets ont été envoyés à des artistes à Cuba et à Miami afin qu’ils participent à #SOSCuba, qu’ils protestent contre les morts causés par le COVID et le manque de moyens médicaux. Ce tweet a reçu plus de 1 100 réactions. Pratiquement toutes proviennent de comptes créés récemment ou depuis tout au plus un an. Plus de 1 500 comptes de ce type ont été créés entre le 10 et le 11 juillet. Toute cette opération a été menée avec un usage intensif de robots, d’algorithmes et de comptes créés spécialement pour l’occasion.

Avec des centaines de milliers de tweets et la participation de nombreux comptes d’artistes, le dimanche 11 juillet, le hashtag est devenu tendance dans plusieurs pays à travers le monde. La seule chose qu’il fallait en plus, c’était des manifestations de quelques centaines de personnes dans les rues de Cuba.

La première manifestation dans la ville de San Antonio de Los Baños, à 26 km de La Havane, a été médiatisée sans délai aux États-Unis par le compte de Yusnaby avec des milliers de retweets. Yusnaby (US Navy) est un exemple typique de faux compte automatisé.

Tout ceci indique qu’il s’agit d’une campagne concertée pour attaquer le gouvernement cubain et le rendre responsable des privations auxquelles le peuple cubain doit faire face.

« Fake news »

Les messages envoyés dans le monde abondent de fausses nouvelles. Un message qui a été retweeté des centaines de fois montre une foule de dix mille personnes défilant prétendument sur le Malecón, le principal boulevard côtier de La Havane. Les vérificateurs de photos de Reuters ont découvert qu’il s’agit en fait d’une photo – en faible résolution – d’une manifestation de masse à Alexandrie, en Égypte, en février 2011. Des fragments agrandis montrent des drapeaux égyptiens.

La photo des manifestants devant la statue de Máximo Gómez à La Havane est également une info bidon envoyée à travers le monde. Il ne s’agissait pas de contre-manifestants mais de partisans de la révolution cubaine. Des dizaines de médias et de grands journaux, tels que le New York Times et The Guardian, ont diffusé cette fausse information. Inverser la réalité est une astuce utilisée fréquemment dans le passé, notamment au Venezuela. 

Un autre canular divulgué était la fuite de Raúl Castro dans un avion privé secret. Ce faux message a été retweeté près de deux mille fois. La photo censée prouver la fuite de Raúl Castro date de quatre ans, notamment lorsqu’il s’est rendu à un sommet à l’étranger.

Ce ne sont là que quelques exemples. Des dizaines d’autres mensonges ont circulé sur le réseau social ces derniers jours, notamment sur les brutalités policières.

La source du mécontentement

À cause du COVID-19, le tourisme, la principale source de revenus du pays, a pratiquement été mis à l’arrêt. Les prix des denrées alimentaires ont augmenté dans le monde entier. Pour Cuba, c’est d’autant plus difficile que l’île doit importer 70 % de ses denrées alimentaires.  La dernière récolte de sucre a également été décevante. En outre, Trump avait encore renforcé le blocus économique par 243 nouvelles sanctions. Cuba figure à nouveau sur la liste des États soutenant le terrorisme, ce qui complique très fort les transactions en dollars.  Biden n’a encore rien changé à ces mesures.

En conséquence, le pays est confronté à une grave pénurie de devises étrangères, entraînant à son tour une pénurie de produits de base, de denrées alimentaires et de médicaments. Grâce au système égalitaire, cela ne mène pas à la famine, mais les Cubains doivent parfois faire la queue pendant des heures pour se procurer de la nourriture ou d’autres biens. Il y a également des pénuries de carburant et de pièces de rechange qui entraînent quelquefois des coupures d’électricité pendant des heures. Cela paralyse le transport et cela signifie aussi qu’il faut se passer de climatisation ou de réfrigérateur. Dans un climat tropical, c’est tout sauf agréable.

En raison du renforcement du blocus, la Western Union a dû fermer ses bureaux à Cuba en novembre de l’année dernière. Beaucoup de Cubains dépendent fortement de « remesas » pour leur pouvoir d’achat : l’envoi d’argent par des proches depuis l’étranger. La quasi disparition de ces « remesas » a appauvri d’un seul coup de nombreux Cubains.

À toute cette misère s’est encore ajoutée une vague de COVID éprouvante. La campagne de vaccination bat son plein, mais la population n’a pas encore été suffisamment vaccinée pour qu’on puisse maîtriser les nouveaux variants infectieux. Les nombreuses nouvelles infections ont mis le système de soins de santé à rude épreuve.

Sponsors étrangers

Pour les insulaires, la situation est en tout cas extrêmement difficile. Le mécontentement est grand. Selon les médias dominants, les Cubains sont spontanément descendus dans la rue. Ce faisant, ils ignorent les campagnes numériques dont nous avons parlé plus haut, mais il y a plus que cela. 

Un journaliste péruvien de Prensa Alternativa – El Jota a étudié en détail les images des manifestations. Dans douze villes, entre cent et cinq cents manifestants sont descendus dans la rue. Il est frappant de constater que dans toutes ces villes, les mêmes slogans ont été entendus : contre le président et pour plus de liberté. Il ne s’agissait donc pas de plaintes concrètes concernant la pénurie de médicaments dans l’hôpital voisin, ou les problèmes de transport dans leur ville ou les longues files d’attente dans les magasins.

Plus frappant encore, des bannières identiques avec le logo « Cuba’Decide » sont apparues dans les manifestations. Cuba Decide est une campagne de la Fundación para la Democracia Panamericana. Il s’agit d’une ONG de Miami disposant d’importantes ressources, qui vise un changement de régime à Cuba.

Nul doute qu’il y a eu des personnes qui ont spontanément rejoint les manifestations, mais tout indique que les manifestations étaient planifiées, organisées et préparées. De plus, cela a été fait depuis l’étranger dans le but de créer des troubles et un changement de régime. Aucun pays qui se respecte ne tolérerait une telle chose. Dans le pays, l’activité politique dirigée depuis l’étranger est sévèrement punie.[2]

En 2010, les États-Unis ont déjà tenté d’installer un système Twitter à Cuba. Selon le New York Times, l’objectif de ZunZuneo (nom que portait ce système), était de « fournir aux Cubains une plateforme pour partager des messages avec un public de masse, et finalement organiser des “smart mobs“ ». Un outil parfait donc pour organiser des incidents.

Ces dernières années, le gouvernement étasunien a augmenté son soutien financier aux opposants à Cuba et aux opposants cubains à Miami. Cela représente 20 millions de dollars par an. Une partie de cet argent provient directement de la National Endowment for Democracy et de l’USAID, deux organisations liées à la CIA. Leur mandat consiste à transformer tout mécontentement à l’intérieur de Cuba en un défi politique pour la révolution cubaine.

Framing par les médias

La couverture des événements qui se sont passés à Cuba par les grands médias est un exemple classique de cadrage médiatique. Nous en dévoilons certains aspects.

Voyons tout d’abord le vocabulaire utilisé. On ne parle pas de gouvernement ou d’administration, mais de « régime ». Cela suggère un système politique répréhensible, qu’il vaudrait mieux changer (« changement de régime »). Ce terme ne sera jamais utilisé pour les nations amies, même si elles présentent beaucoup de problèmes avec la démocratie ou les droits humains. Plus de 400 meurtres politiques ont été commis en Colombie ces dernières années, et pourtant on continue de parler de « gouvernement » colombien. En Inde, des camps massifs ont été construits pour déporter deux millions d’habitants, principalement des musulmans. Pourtant, jamais le terme de régime indien ne sera utilisé.

S’agissant de Cuba, on parle souvent et à la légère de « dictature » sans aucune nuance, alors que le pays dispose d’un système de consultation très étendu. Aucune décision fondamentale n’est prise sans une consultation approfondie de la population. Cela ne se fait pas dans une dictature.  En vérité, dans nos systèmes politiques, on n’a ni l’habitude ni la volonté de consulter le peuple sur les décisions importantes. L’actuel gouvernement cubain, tout comme les précédents, a toujours pu compter sur un fort soutien populaire, sinon la révolution n’aurait jamais pu survivre dans des conditions extrêmement hostiles et difficiles. 

Le framing signifie aussi que certains faits sont soit surexposés soit sous-exposés.  Par exemple, le fait que les manifestations anti-gouvernementales étaient nettement moins nombreuses que les manifestations pro-gouvernementales. Ci-dessous vous trouverez deux photos de manifestations de soutien au gouvernement, respectivement à Camagüey et à La Havane. Les images de ces manifestations ont été soigneusement tenues à l’écart par les médias grand public. En fait, comme nous l’avons vu plus haut, elles ont même été utilisées pour démontrer le contraire.

En outre, le contexte économique et le facteur du blocus étasunien (« embargo » selon les médias grand public[3]) sont totalement sous-estimés. En trente ans, Cuba a perdu deux fois ses principaux partenaires commerciaux et ses investisseurs étrangers.[4] Pour n’importe quel pays, c’est un désastre économique. En outre, le pays est soumis au blocus économique le plus long de l’histoire de l’humanité et est privé de l’utilisation des dollars. Le blocus coûte au pays environ 5 % de son PIB par an. Imaginez qu’un pays comme la Belgique ne puisse pas commercer avec l’UE et utiliser l’euro dans ses transactions. Pourtant, « l’embargo » n’est pas un facteur important pour les médias grand public. Selon eux, la cause des difficultés économiques réside dans l’incurie du gouvernement.

Nos médias s’empressent de donner une tribune à Joe Biden. Sans aucun commentaire, le président du pays qui maintient l’étau économique sur Cuba peut affirmer qu’il est solidaire du peuple cubain. Le président mexicain Obrador a répondu à cette déclaration en disant que si les États-Unis veulent vraiment aider Cuba, ils doivent mettre fin au blocus économique. Ce message d’Obrador n’a pas été relayé par les médias grand public.

La question clé

En Afrique du Sud, plus de 70 personnes ont été tuées lors d’émeutes ces derniers jours. En Inde, des millions d’agriculteurs sont descendus dans la rue pendant des semaines. En Colombie, au moins 44 personnes ont été tuées lors de manifestations au cours des trois derniers mois, et 500 autres personnes ont « disparu ». Ces faits n’ont pas ou quasiment pas été mentionnés dans les médias.  À Cuba, il y a eu quelques milliers de manifestants au cours d’une seule journée et cela a fait la une de la presse du monde entier. 

Dans le cas d’événements graves tels que des catastrophes naturelles majeures, des troubles sociaux de masse, des guerres civiles, des coups d’État, etc., il va de soi qu’ils deviennent des nouvelles mondiales de premier plan. Si ces événements n’entrent pas dans une telle catégorie, la première question à se poser est la suivante : pourquoi la presse mondiale s’intéresse-t-elle à cet événement, pourquoi le souligne-t-elle alors qu’ailleurs des événements similaires ne sont même pas mentionnés ?

En d’autres termes, qu’est-ce qui constitue l’actualité ? Et c’est bien de cela qu’il s’agit, car la nouvelle est construite. Ou plutôt, une sélection est réalisée à partir de l’approvisionnement quotidien en nouveaux faits et événements dans le monde entier. Cette sélection est ensuite présentée dans un framing. Cette sélection et ce framing se font à partir d’un certain cadre idéologique, en faveur d’intérêts non exprimés mais spécifiques.

Cuba ne doit certainement pas être passée sous silence dans les médias. Il y a certainement des nouvelles à glaner. Par exemple, Cuba est le seul petit pays au monde à avoir développé ses propres vaccins contre le COVID-19. D’ici la fin de l’année, l’île aura produit 100 millions de doses. La majeure partie sera exportée vers des pays qui en ont besoin. Il serait également intéressant d’examiner pourquoi le pays compte 15 fois moins de décès dus au COVID que la Belgique, malgré sa situation économique désastreuse et son manque de médicaments. Ou, à l’approche des Jeux olympiques, on pourrait se demander comment il se fait que le pays a depuis longtemps réussi à obtenir un nombre proportionnellement élevé de médailles olympiques.

Apparemment, de tels articles ne s’inscrivent pas dans le cadre idéologique dans lequel opèrent nos médias. Dans ce cadre, la sélection et la présentation des sujets d’actualité concernant Cuba servent principalement à dénigrer le pays. Les derniers événements en sont une fois de plus l’exemple type.

 

Source originale: De Wereld Morgen

 

Notes:

[1] Le mot bot est dérivé de robot. Un bot ou bot social est un compte de média social qui n’est pas contrôlé par une personne, mais par un algorithme. Un tel bot partage et réutilise des messages existants, par exemple en fonction de certains sujets et hashtags.

[2] Art. 4, §1 Loi du 22 mars 1940 (Belgique): Quiconque se livre à la propagande politique ou à toute autre activité politique et reçoit ainsi des instructions d’une puissance ou d’une organisation étrangère sera puni d’un emprisonnement d’un an à cinq ans et d’une amende de 100 à 1500  francs, augmentée par les décimes additionnels.

[3] Un embargo signifie qu’un pays refuse des relations commerciales avec un autre pays. Un blocus est une tentative d’interdire ou d’entraver le commerce avec des pays tiers. C’est clairement le cas avec le boycott économique étasunien de Cuba. Néanmoins, on utilisera le mot embargo, car cela donne l’illusion que c’est moins grave.

[4] La première fois, c’était en 1959, lorsque les États-Unis étaient le principal partenaire commercial et investisseur du pays. En 1989, c’était le cas du Bloc de l’Est.

https://www.investigaction.net/fr/troubles-recents-a-cuba-un-exemple-type-de-fake-news-et-de-guerre-mediatique/

Dans CUBA

LA FEDERATION SYNDICALE MONDIALE (FSM) APPELLE A UNE CONFERENCE DE SOLIDARITE AVEC CUBA

Par Le 20/07/2021

20 Juillet 2021

La Fédération syndicale mondiale appelle à une conférence de solidarité avec Cuba
 
Athènes, 19 juil (Prensa Latina) La Fédération syndicale mondiale (FSM) et ses organisations affiliées et amies ont appelé aujourd'hui à la tenue d'une conférence internationale virtuelle en solidarité avec le peuple cubain, face à l'assaut déstabilisateur contre la nation antillaise.

Dans un message diffusé sur les réseaux sociaux, l'organisation qui rassemble 105 millions de travailleurs dans 133 pays, a également appelé à condamner "les provocations impérialistes et le blocus criminel" de plus de 60 ans contre La Havane.

L'acte de solidarité aura lieu jeudi à 17h00, heure locale, par le biais de la plateforme Zoom, à laquelle les résidents de l'île des Caraïbes n'ont pas accès en raison du siège économique, commercial et financier.

La FSM, ses membres et ses amis du monde entier ont dès le premier instant exprimé leur soutien et leur solidarité avec les travailleurs cubains, en organisant divers événements de solidarité, indique le texte publié sur Facebook.

Le secrétariat de l'organisation mondiale des travailleurs a condamné il y a quelques jours les tentatives de déstabilisation organisées et financées par les États-Unis pour générer le chaos et justifier une intervention militaire étrangère sur l'île.

Dans un message envoyé le 14 juillet à la Central de Trabajadores de Cuba (CTC), la Fédération a exprimé sa solidarité avec le peuple de l'île et a exigé le respect du droit des Cubains à décider de leur avenir, sans ingérence extérieure.

L'organisation a demandé la levée du blocus et a dénoncé le fait qu'il cause de graves problèmes pour l'économie et la vie de la nation caribéenne.

La semaine dernière, de nombreuses voix de travailleurs du monde entier ont exprimé leur soutien et leur solidarité avec Cuba dans des messages envoyés à la CCT et par des actions de mobilisation dans leurs pays.

Depuis le Pérou, la Fédération des travailleurs de la construction civile a rejeté les tentatives de déstabilisation du 11 juillet, promues par les États-Unis et les "vers cubains basés à Miami", en Floride.

La Confédération des travailleurs universitaires des Amériques, pour sa part, a exigé la fin du "blocus sanglant" imposé par Washington au commerce extérieur de Cuba, notamment dans le contexte de la pandémie.

La Fédération latino-américaine des travailleurs de la construction, du bois et des matériaux de construction a également soutenu le peuple cubain et son président Miguel Díaz Canel et a condamné le refus d'empêcher l'île d'importer de la nourriture, des médicaments, des seringues et des respirateurs pour faire face au Covid-19.

Pour leur part, la Confédération des éducateurs américains et la Fédération des syndicats de professeurs d'université d'Amérique du Sud ont jugé impératif de "lever le blocus criminel contre la République de Cuba et de mettre fin à l'ingérence menée depuis des décennies par les États-Unis".

oda/jcd
source : https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=463386&SEO=federacion-sindical-mundial-convoca-a-conferencia-solidaria-con-cuba

Tag(s) : #FSM#Cuba

Dans CUBA

CUBA : LA VERITE QUE L’ON PRETEND REDUIRE AU SILENCE

Par Le 20/07/2021

20 Juillet 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-07-18 16:36:07

      

Par María Josefina Arce

Cuba est vivante et poursuit sa marche, en dépit des provocations et des ingérences encouragées depuis les États-Unis. On n’a jamais négligé la lutte contre le covid-19 voire au milieu des actions déstabilisatrices et les pénuries imposées par le blocus états-unien.

Et sur cette voie, la nation avance dans le processus d’immunisation avec ses propres vaccins, grâce à l’effort et au dévouement de nos scientifiques et à la volonté politique des autorités qui ont toujours accordé la priorité à la santé des citoyens.

Environ 8 millions de doses de Soberana 02 et d’Abdala ont été déjà appliquées, ce dernier, ayant une efficacité de 92,28% est le premier vaccin de l’Amérique Latine contre le Covid-19.

Dans son allocution lors de l’émission de télévision Mesa Redonda, le premier ministre cubain, Manuel Marrero, a précisé que le pays dépasse la moyenne mondiale concernant le pourcentage de personnes qui ont reçu au moins une dose d’un vaccin contre la maladie causée par le nouveau coronavirus.

Cuba présente par ailleurs le taux le plus élevé de personnes vaccinées chaque jour pour cent mille habitants.

À l’île de la Jeunesse, municipalité spéciale de la nation, on a déjà fini l’immunisation de toutes les personnes à partir de 19 ans, et à La Havane, plusieurs municipalités ont déjà conclu la vaccination et le reste est prêt à finir.

Ce processus s’est étendu à Matanzas, Camaguey, Santiago de Cuba, Ciego de Ávila et à d’autres territoires de l’archipel, selon le chronogramme prévu et la complexité de leur situation épidémiologique.

En outre, la première étude autorisée de la nation caribéenne pour les enfants âgés de 3 à 18 ans est déjà en cours, il s’agit de l’essai clinique de Soberana-Pédiatrie, dont le schéma de vaccination comprend deux doses de Soberana02 et une de Soberana Plus, tous deux, développés par l’institut Finlay de Vaccins et qui ont démontré 91,2% d’efficacité.

Un essai clinique pédiatrique a été entamé également à Camaguey avec le vaccin Abdala. Six cents enfants participeront en deux phases à cette étude nommé Ismaelillo.

Pour le prochain mois de septembre on espère bien entamer  le processus d’immunisation de la population pédiatrique, qui a enregistré au cours de dernières semaines une augmentation des contagions par le virus.

Malgré les difficultés générées par le renforcement du blocus états-unien et de la crise économique mondiale provoquée par la pandémie, Cuba envisage d’immuniser la totalité de sa population contre le Covid-19 avant la fin de cette année.

Il s’agit d’un effort considérable, qui  a nécessité le dévouement et le sacrifice de nombreuses personnes, mais qui témoigne de l’engagement en faveur de la santé de chaque citoyen, un effort que beaucoup tentent de faire passer sous silence mais que beaucoup d’autres connaissent et soutiennent.

source : https://www.radiohc.cu/fr/especiales/comentarios/264234-la-verite-que-lon-pretend-reduire-au-silence

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

DECLARATION DU PARTI COMMUNISTE DE BIELORUSSIE : USA ! NE TOUCHEZ PAS A LA REPUBLIQUE DE CUBA !!

Par Le 19/07/2021

19 Juillet 2021

Déclaration du Comité central et du Conseil du Parti communiste de Biélorussie
JUL
16
2021
Déclaration du Comité central et du Conseil du Parti communiste de Biélorussie


16.07.2021 №42

Ambassade de la République de Cuba

dans la République du Belarus

 

DÉCLARATION

DU COMITÉ CENTRAL ET DU CONSEIL DU PARTI COMMUNISTE DE BÉLARUS

USA ! NE TOUCHEZ PAS À LA RÉPUBLIQUE DE CUBA !

 

Après le Venezuela, la Bolivie et l'Equateur, maintenant avec Cuba, Washington suit la mise en œuvre de ses nouveaux concepts de "changement de régime" des systèmes politiques de gauche et communistes en Amérique du Sud et en Amérique latine en général.

Les communistes observent un schéma général : aujourd'hui, les actions des États-Unis sont dirigées contre les États qui ont construit leur politique sur des normes élevées de sécurité sociale pour la population. Les États-Unis profitent du fait que la politique sociale de tout État est affectée par un certain nombre de facteurs négatifs liés à la pandémie.

L'agression américaine est également due à un certain nombre de raisons intérieures, la principale étant que les États-Unis connaissent aujourd'hui une crise prolongée, un conflit des élites qui s'est formé pendant l'administration Trump. Ce regroupement durera plusieurs années, et pendant la période de transition et d'affaiblissement interne, les Etats-Unis tenteront d'entraîner autant que possible les Etats de la région dans un enchaînement de conflits territoriaux, ethniques et militaires. Ils tentent donc de préserver leurs fonctions de "gendarme du monde", bien qu'il soit évident que les États-Unis ne disposent plus des forces et des moyens nécessaires à un contrôle militaire à grande échelle des différentes régions du monde.

Les communistes biélorusses ont écouté avec beaucoup de respect les propos du président cubain Miguel Diaz-Canel selon lesquels la soi-disant "opposition" à Cuba n'obtiendra le pouvoir qu'à travers son cadavre et que personne ne remettra la révolution de Fidel à qui que ce soit. Il y a un an, le président biélorusse Alexandre Loukachenko a affiché une position politique similaire. Il est très important de rassembler tous les partisans des idées du socialisme et du choix de la gauche socialiste. Nous assistons également à de nombreuses manifestations de masse sous le slogan général "Je suis Fidel !", organisées pour montrer leur soutien au parti communiste de Cuba.

La République du Belarus, qui est l'un des rares États au monde à avoir réussi à s'opposer à la "révolution de couleur" en Europe de l'Est, est toujours prête à venir en aide au peuple frère de Cuba. Nous sommes convaincus que la tentative de déstabilisation des États-Unis échouera !

Ne touchez pas à la révolution cubaine !

 

Premier secrétaire /Signé/ A.N. Sokol

source : http://misiones.minrex.gob.cu/es/articulo/declaracion-del-comite-central-y-el-consejo-del-partido-comunista-de-belarus

Tag(s) : #Biélorussie#Communiste#Cuba

Dans CUBA

LES ETATS-UNIS TENTENT DE BRISER L’ORDRE INSTITUTIONNEL A CUBA

Par Le 19/07/2021

18 Juillet 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-07-16 11:55:14

   

  

Par : Roberto Morejón

Le ministre cubain des Relations Extérieures, Bruno Rodriguez, a apporté des preuves et des appréciations fortes sur le montage d’un laboratoire social de haute technologie en Floride , braqué sur La Havane.

En utilisant le mensonge et en manipulant les données et les comptes sur le réseau social Twitter, la société a réussi à promouvoir l’image de ce qu’ils appellent un chaos sanitaire à Cuba en raison de la hausse des cas de Covid-19.

En complément, l’idée de mettre en œuvre une intervention ou un couloir humanitaire à Cuba a été associée.

Le mouvement perfide de communication visant à tromper l’opinion publique sur la réalité dans la plus grande des Antilles, prétend faire croire que le gouvernement cubain a perdu le contrôle devant le cours de la situation sanitaire et les difficultés économiques.

Dans ce contexte, l’intervention étrangère, à l’image de celle qui s’est produite en Yougoslavie, serait prudente prétend-on.

Mais il ne s’agit pas d’actions isolées en marge de l’influence du gouvernement des États-Unis.

Comme l’a catégoriquement dénoncé le chef de la diplomatie cubaine, l’actuelle administration nord-américaine ne se contente pas de maintenir intactes toutes les mesures criminelles du blocus, renforcées à l’extrême par le président Donald Trump,  mais elle renforce aussi son discours agressif et les opérations de désinformation, ces dernières financées par des fonds fédéraux du budget.

Cuba a souligné que l’appel à des protestations devant le siège de l’ONU par des individus payés et la création d’un logo sur les réseaux sociaux pour induire l’idée d’anarchie à Cuba et d’une intervention humanitaire, a été réalisée par une société américaine basée en Floride.

Rodriguez Parrilla a indiqué que l’entité a reçu le certificat de validité du département d’État de la péninsule du sud.

En conséquence, les essais de guerre non conventionnels contre Cuba se sont multipliés depuis le 15 juin.

Les sites du gouvernement antillais mettent à nu un comportement très grave des Etats-Unis, en période d’angoisse sanitaire mondiale, ce qui se distingue par son opportunisme et son hypocrisie.

Ces manœuvres et les salariés qui peuvent les suivre à l’intérieure de Cuba, auront des réponses des forces des Cubains et des Cubaines qui dans leur grande majorité partagent les idées du projet social actuel.

source : https://www.radiohc.cu/fr/especiales/comentarios/264061-les-etats-unis-tentent-de-briser-lordre-institutionnel-a-cuba

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

L'OPS ENVERRA A CUBA UN DON DE FOURNITURES SANITAIRES

Par Le 19/07/2021

19 Juillet 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-07-19 09:53:18

      

La Havane, 19 juillet (RHC) Cuba recevra prochainement un don de 12 tonnes de fournitures sanitaires envoyé par l’Organisation panaméricaine de la santé (OPS) pour soutenir la réponse à la pandémie de Covid-19.

Sur les réseaux sociaux, le bureau de l’OPS/OMS à Cuba a indiqué que la cargaison comprend des médicaments, des tests de laboratoire et des produits de protection du visage, ainsi que d’autres moyens de protection.

La plus grande île des Antilles est confrontée à une situation épidémiologique défavorable associée au Covid-19, avec des chiffres de contagion dépassant les 6000 pendant 10 jours consécutifs, en raison d’une forte transmission autochtone du virus SRAS-Cov-2.

La province occidentale de Matanzas constitue l’épicentre de la maladie avec des rapports quotidiens qui couvrent les deux mille cas.

Parallèlement, on met en œuvre une stratégie de vaccination par injection. L’un des vaccins, ‘Abdala', a déjà reçu la permission des autorités réglementaires pour son utilisation d’urgence et pouvoir étendre le processus au reste du pays.

Les données officielles révèlent qu’à ce jour 8,146 milliards 748 doses de ces produits anti-Covid-19 ont été administrées, et 2,91 millions 439 personnes ont reçu les trois injections du programme de vaccination conçu dans la nation caribéenne. (Source : PL)

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/264296-lops-enverra-a-cuba-un-don-de-fournitures-sanitaires

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

FIDEL CASTRO : POURQUOI NOUS N’AVONS PAS BESOIN DE PLUS D’UN PARTI

Par Le 19/07/2021

18 Juillet 2021

Fidel Castro - Pourquoi nous n'avons pas besoin de plus d'un parti


Extraits du discours prononcé par le Comandante en Jefe Fidel Castro, le 26 juillet 1988 : 
Il y a une idée très essentielle, c'est de ne jamais oublier où nous sommes situés, qui n'est pas dans la Mer Noire, mais dans les Caraïbes, pas à 90 miles d'Odessa, mais à 90 miles de Miami, avec une frontière sur notre propre terre, dans une partie occupée de notre territoire, avec l'impérialisme. Notre peuple est aux commandes dans notre pays ; et notre Parti est responsable de sa politique, de sa ligne, de sa défense.


Notre Parti sait que des erreurs sont commises qui l'affaiblissent idéologiquement... Il n'y aura rien qui puisse affaiblir l'autorité du Parti ! Sans le Parti, aucune révolution n'est possible, sans le Parti, aucune construction du socialisme n'est possible !

Et nous devons dire ici, une fois pour toutes, que nous n'avons pas besoin de plus d'un parti, de la même manière que Martí n'a pas eu besoin de plus d'un parti pour mener la lutte pour l'indépendance de Cuba, de la même manière que Lénine n'a pas eu besoin de plus d'un parti pour faire la Révolution d'Octobre. Je dis cela pour que ceux qui croient qu'ici nous allons commencer à autoriser des partis dans les poches de quelqu'un d'autre. Pour organiser qui ? Les contre-révolutionnaires, les pro-Yankees, la bourgeoisie ? Non, ici il n'y a qu'un seul parti, qui est le parti de notre prolétariat, de nos paysans, de nos étudiants, de nos ouvriers, de notre peuple, solidement et indestructiblement unis...

Nous n'avons pas besoin des formules politiques capitalistes, c'est de la pure camelote, elles sont inutiles, avec leur penchant pour la politique politicienne incessante. Je parlais de la façon dont, ici, on exigeait des votes en échange de soins médicaux ; aucun de ces phénomènes n'existe maintenant. Nous avons créé notre propre forme d'organisation politique adaptée au pays, nous ne copions pas ; le Pouvoir populaire est notre propre forme d'organisation...

Nous n'avons pas besoin de rectifier quoi que ce soit, étant donné que nous avons un système très démocratique, beaucoup plus démocratique que tous les systèmes de la bourgeoisie, des millionnaires, de la ploutocratie qui est, en réalité, celle qui gouverne, en général, dans les pays capitalistes.

Nous n'avons rien à apprendre et nous ne nous écarterons pas d'un iota de cette voie, sur laquelle le pouvoir émane du peuple. Et vous savez que notre Parti est issu du peuple, il n'est pas tombé du ciel, et que nos membres sont choisis parmi les meilleurs de la jeunesse et parmi les meilleurs travailleurs....

Et vous savez très bien ce que signifie être membre du Parti : c'est être le premier en tout quand il y a une tâche difficile, une mission internationaliste, un sacrifice, un risque ; prendre le premier quart, la première possibilité est pour le membre du Parti, le nôtre n'est pas un parti de privilégiés, mais un parti né du cœur du peuple, dont les membres doivent servir d'exemples, et quand ils ne le font pas, le Parti se charge de les éliminer de ses rangs.

fr.granma.cu


source : http://www.idcommunism.com/2021/07/fidel-castro-why-we-dont-need-more-than.html

Tag(s) : #Cuba#Castro

Dans CUBA

LA JEUNESSE CUBAINE REAFFIRME SON SOUTIEN A LA REVOLUTION

Par Le 18/07/2021

18 Juillet 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-07-17 09:29:24

      

La Havane, 17 juillet (RHC) Les jeunes de Cuba ont réaffirmé ce samedi leur soutien à la Révolution en condamnant  la guerre non conventionnelle et la campagne médiatique qui accompagne les tentatives de déstabilisation orchestrées de l’extérieur contre le pays caribéen.

Lors d’un meeting politique et culturel avec la participation de plus de 100000 personnes, dirigé par le général d’armée Raúl Castro et le président Miguel Diaz-Canel, la deuxième secrétaire de l’Union des jeunes communistes, Aylín Alvarez a qualifié de sinistre le plan qui veut mettre fin au projet de nation.

Sur l’esplanade de La Piragua, sur le Malecón, la promenade du bord de mer de La Havane,  Álvarez a condamné les haines et les intérêts mesquins qui prétendent transformer les rues en lieux de violence, de destruction et de mort, et arracher aux citoyens la paix et la solidarité.

La dirigeante a assuré que face à l’agressivité et aux tentatives d’ingérence, aux mensonges et aux deux poids, deux mesures, les Cubains défendront leur souveraineté.

'Nous ne sommes ni naïfs, ni idiots ; il n’est pas possible de concevoir que l’on veuille un bien pour Cuba tout en prétendant l’étouffer', a-t-elle souligné.

Elle a rejeté le blocus économique, commercial et financier imposé par les États-Unis depuis près de soixante ans, considéré comme le principal obstacle au développement du territoire insulaire.

Elle a déclaré que des progrès ne pourront être réalisés que si l’on travaille en paix pour l’harmonie et l’unité, et a souligné l’importance de maintenir le dialogue et le respect.

'Les principes ne seront jamais négociés' et 'dans ces efforts pour sauver la Patrie, vous pouvez compter sur les jeunes', a-t-elle affirmé. (Source/PL)

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/264149-la-jeunesse-cubaine-reaffirme-son-soutien-a-la-revolution

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

LE PARTI DU TRAVAIL DE COREE REAFFIRME SON SOUTIEN INCONDITIONNEL A LA REVOLUTION CUBAINE

Par Le 18/07/2021

17 Juillet 2021

Le Parti du travail de Corée réaffirme son soutien inconditionnel à la Révolution cubaine
17 juillet 2021
Bertha Mojena Milian
PCC
Lors d'une réunion qui s'est tenue ce vendredi au siège du Comité central du Parti communiste de Cuba, l'ambassadeur de Corée à Cuba a remis une lettre du Comité central du P.T. dans laquelle il condamne et rejette fermement la manifestation contre-révolutionnaire organisée par des éléments internes hostiles de Cuba, instigués par des forces extérieures.
Le Parti des travailleurs de Corée ( PTC ) a réitéré son soutien inconditionnel et sa solidarité avec la juste lutte du Parti, du gouvernement et du peuple cubain pour défendre pleinement la révolution cubaine.
Le Parti des travailleurs de Corée ( PTC ) a réitéré son soutien inconditionnel et sa solidarité avec la juste lutte du Parti, du gouvernement et du peuple cubain pour défendre pleinement la Révolution cubaine, initiée victorieusement sous la direction de Fidel et Raul Castro.

Lors d'une réunion tenue ce vendredi au siège du Comité central du Parti communiste de Cuba, l'ambassadeur de Corée à Cuba, Ma Chol Su, a remis une lettre du Comité central du PT dans laquelle il condamne et rejette fermement la manifestation contre-révolutionnaire organisée par des éléments hostiles à l'intérieur de Cuba, sous l'impulsion de forces extérieures.

"Les ennemis de la Révolution se trompent sur la conviction, la volonté et l'esprit de combat sans compromis de son Parti et de son peuple qui ont réalisé la cause socialiste dans le sang et en avançant régulièrement depuis 60 ans en surmontant les sanctions et le blocus des ennemis et toutes sortes de difficultés", précise la missive.

Il exprime également la certitude que le PCC, sous la direction du camarade Premier secrétaire Miguel Mario Díaz-Canel Bermúdez, "rétablira sans faute l'ordre social, en défendant fermement les conquêtes révolutionnaires et les causes socialistes".

Du côté cubain, le chef adjoint du département des relations internationales, Juan Carlos Marsán, a demandé au diplomate coréen de remercier son parti et son gouvernement pour leur soutien aux Grandes Antilles et a réaffirmé sa conviction absolue que le peuple cubain gagnera.

source : https://www.pcc.cu/noticias/ratifica-partido-del-trabajo-de-corea-apoyo-incondicional-la-revolucion-cubana

Tag(s) : #PTC#Cuba#PCC#RPDC

Dans CUBA

NE TOUCHER PAS A CUBA ! LE CONSEIL DE LA PAIX DES ETATS-UNIS EST SOLIDAIRE DE LA REVOLUTION CUBAINE !

Par Le 18/07/2021

17 Juillet 2021

NE TOUCHEZ PAS À CUBA ! Le Conseil de la Paix des Etats-Unis est solidaire de la révolution cubaine !
Vendredi, 16 Juillet, 2021

Déclarations
Les récentes protestations à Cuba concernant la détérioration des conditions de vie ont une base matérielle qui ne peut être ignorée. Peu importe l'héroïsme d'un peuple, le socialisme doit pourvoir à ses besoins matériels. Le blocus américain de Cuba est précisément conçu pour contrecarrer cela et pour discréditer le socialisme à Cuba et partout ailleurs où des personnes opprimées tentent d'améliorer leur sort.

Le président cubain Díaz-Canel a averti en 2019 :

"Les États-Unis ont commencé à intensifier une série de mesures restrictives, un renforcement du blocus, de la persécution financière contre le secteur de l'énergie dans le but d'étouffer notre économie et en s'attendant à ce que cela provoque l'épidémie sociale massive souhaitée, qui sème les possibilités pour toute la campagne idéologique qu'ils ont faite, pour pouvoir appeler à une intervention humanitaire qui se termine par une intervention et une ingérence militaires, et qui affecte les droits, la souveraineté et l'indépendance de tous les peuples."

Quels que soient les prétendus problèmes de Cuba, on l'attaque précisément parce que cette petite nation insulaire promet une alternative humaine à l'ordre néolibéral en décomposition du capitalisme actuel et à sa crise de légitimité en suspens. Si un coup de projecteur critique est nécessaire, ce n'est pas sur la façon dont les Cubains, avec si peu, auraient dû faire mieux, mais sur la façon dont les impérialistes, avec tant, doivent être vaincus. C'est notamment le cas de ceux d'entre nous qui sont assez privilégiés pour prendre pour acquis l'eau potable sortant d'un robinet et l'accès à l'électricité 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, ce qui n'est pas la condition d'une grande partie de l'humanité.

D'Eisenhower à aujourd'hui, la politique américaine à l'égard de Cuba a été une continuation ininterrompue de sanctions économiques, de soutien actif aux activités de changement de régime et d'occupation de Guantánamo. Il convient de dissiper toutes les illusions selon lesquelles un changement de l'occupant du Bureau ovale entraînerait un impérialisme américain plus humain. Les tactiques spécifiques peuvent varier d'un président à l'autre, mais l'objectif d'étrangler le socialisme a toujours été le principe directeur.

La cruauté froide et calculatrice du capitalisme américain a été exposée lorsqu'il a saisi la crise du COVID comme une occasion de punir davantage le peuple cubain avec des sanctions illégales accrues imposées par l'administration Trump et poursuivies par son successeur.

Malgré des feintes à gauche pendant la campagne, Biden, au lieu de mettre fin à la politique d'expulsion de Trump, l'a intensifiée. Au lieu d'ouvrir le dialogue avec le gouvernement démocratiquement élu du Venezuela, Biden a embrassé le président fantoche Guaidó au nom de la "souveraineté." Et au lieu d'accepter la prérogative du peuple nicaraguayen de choisir ses propres dirigeants, Biden a imposé de nouvelles sanctions illégales visant à saper leurs prochaines élections au nom de la "démocratie". La "Troïka de la tyrannie" de Trump - qui vise Cuba (avec 243 nouvelles sanctions), le Nicaragua et le Venezuela - est aussi celle de Biden... et notre défi.

Depuis son triomphe il y a six décennies, la Révolution cubaine a nécessairement résisté aux assauts des États-Unis et de leurs alliés. Le fait que Cuba ait réussi non seulement à persister mais à être un modèle international pour les réalisations du socialisme ne signifie pas qu'il en sera toujours ainsi. Les Cubains peuvent résister, mais c'est nous, qui - pour reprendre les mots de Che Guevara - vivons dans "le ventre de la bête", qui devons défendre la révolution en mettant fin au siège qu'elle subit. L'heure n'est pas à la complaisance. L'intensification de l'ingérence des États-Unis à Cuba est un signal d'alarme pour de plus grands efforts de solidarité.

Nous appelons tous les partisans de la paix, de la souveraineté des peuples et de la justice sociale aux Etats-Unis et dans le monde à se donner la main pour mettre fin aux sanctions criminelles et anti-humaines des Etats-Unis et à leurs interventions illégales dans les affaires de Cuba et d'autres nations souveraines.

Le U.S. Peace Council est solidaire de la Révolution cubaine !

- Bas les pattes de Cuba !

- Mettez fin à toutes les sanctions criminelles contre Cuba et d'autres nations souveraines !

Conseil de la paix des États-Unis
14 juillet 2021

Conseil de la paix des États-Unis

source : http://www.wpc-in.org/statements/hands-cuba-us-peace-council-stands-solidarity-cuban-revolution-0

Tag(s) : #Cuba#USA

Dans CUBA

NON AUX PROVOCATIONS DES IMPÉRIALISTES ! SOLIDARITÉ AVEC LE PEUPLE DE CUBA !

Par Le 18/07/2021

18 Juillet 2021

 

NON AUX PROVOCATIONS DES IMPÉRIALISTES ! SOLIDARITÉ AVEC LE PEUPLE DE CUBA !
Samedi 17 juillet 2021

Déclarations
Le Comité grec pour la détente internationale et la paix (EEDYE) dénonce les actions organisées par les impérialistes ces derniers jours afin de provoquer une déstabilisation politique à Cuba. Les États-Unis, ainsi que la mafia et d'autres forces contre-révolutionnaires à l'intérieur de Cuba, profitent des pénuries dues au blocus de 60 ans sur les produits importés, les produits de première nécessité et les coupures de courant constantes en organisant des protestations et en appelant au renversement du gouvernement.

Les États-Unis et l'UE, main dans la main, osent se présenter comme de prétendus protecteurs des droits démocratiques, alors qu'ils intensifient la répression, la surveillance des citoyens, la limitation et la restriction des libertés populaires les plus élémentaires, l'introduction de lois dites antiterroristes et la recherche constante de prétextes anciens et nouveaux pour se retourner contre les peuples et leur lutte. Il est provocateur pour les États-Unis, l'UE, mais aussi pour leurs partisans en Grèce, de parler de paix, de démocratie, de liberté, alors qu'ils établissent des bases et des infrastructures US-NATO d'un bout à l'autre, alors qu'ils sont responsables d'une série d'interventions - effusion de sang de peuples entiers afin d'assurer les profits de leurs groupes d'affaires.

L'administration Biden poursuit sa politique criminelle et inhumaine de blocage de Cuba, tuant quotidiennement le peuple cubain. Elle maintient les 243 mesures supplémentaires de l'administration Trump, qui conduisent à une nouvelle asphyxie du peuple cubain. Jo Biden déclare même qu'il n'a pas l'intention de changer sa politique envers Cuba. Les illusions pour un gouvernement Biden plus populaire et amical, qui avaient été cultivées dans notre pays par des forces politiques telles que SYRIZA et MERA25, s'effondrent une fois de plus, car l'"espoir" dont ils parlaient s'est avéré être un danger réel non seulement pour le peuple cubain, mais pour les peuples du monde. Ces forces politiques portent des responsabilités criminelles parce qu'elles lavent l'impérialisme américain à chaque occasion.

Le peuple héroïque de Cuba, depuis soixante ans, malgré l'étranglement économique dû au blocus, malgré les carences en matière de besoins fondamentaux, ne renonce pas ! La supériorité du socialisme est mise en évidence par Cuba, qui malgré les difficultés, bien que Cuba soit littéralement situé dans la "gueule du loup", a réussi à obtenir des acquis que même les pays capitalistes développés ne sont pas en mesure de fournir à leurs peuples. Le peuple cubain a empêché par sa lutte d'innombrables provocations impérialistes comme celle d'aujourd'hui, tout en donnant au monde de glorieuses leçons de solidarité et de dignité internationales. À l'heure où les impérialistes font couler le sang dans les pays, les médecins cubains organisent des missions dans le monde entier pour aider les personnes souffrant de maladies et de catastrophes naturelles. Même pendant la pandémie, Cuba a aidé avec des missions médicales dans les pays du monde entier, alors que dans le même temps, malgré les conditions extrêmement difficiles, Cuba développe ses propres vaccins, avec l'engagement d'aider les peuples pauvres et opprimés du monde.

EEDYE exprime sa pleine solidarité avec le peuple héroïque de Cuba et sa révolution. Nous exprimons notre soutien au Mouvement cubain pour la paix (MOVPAZ). Nous exigeons la levée du blocus et de toutes les sanctions contre Cuba.
Non aux provocations impérialistes ! Cuba n'est pas seule ! Cuba vaincra !

Athènes, 13 juillet 2021 Le bureau de presse d'EEDYE

source : http://www.wpc-in.org/statements/no-provocations-imperialists-solidarity-people-cuba

Tag(s) : #EEDYE#Cuba

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans CUBA

RAUL CASTRO ET DIAZ-CANEL PRESIDENT UN MEETING DE REJET DE L’INGERENCE A CUBA

Par Le 18/07/2021

18 Juillet 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-07-17 09:08:11

      

La Havane, 17 juillet (RHC) Le général d’armée Raúl Castro et le président cubain Miguel Diaz-Canel dirigent ont présidé ce samedi une manifestation dans cette capitale pour exiger la fin des tentatives de déstabilisation de l’extérieur contre la nation caribéenne.

Depuis le Malecón, la promenade du bord de mer de La Havane, dans le quartier de la capitale du Vedado, plus de 100 000 personnes ont demandé la levée du blocus économique, commercial et financier imposé par les États-Unis depuis près de six décennies, considéré comme le principal obstacle au développement de l’archipel et aggravé par la pandémie de la Covid-19.

La rencontre publique, convoquée exceptionnellement dans les circonstances épidémiologiques actuelles à cause du Covid-19, tient compte de la demande de larges secteurs de la société cubaine qui souhaitent exprimer de manière présentielle leur condamnation des troubles survenus le 11 juillet dernier en divers points de la géographie nationale.

Cette semaine, le ministre des Affaires étrangères de Cuba, Bruno Rodriguez, a accusé le gouvernement des États-Unis d’utiliser des outils de haute technologie et des mensonges pour générer le désordre, l’instabilité et les protestations à Cuba.

Ces actions ont causé des dommages humains et matériels et ont cherché à troubler la paix et la tranquillité des citoyens. (Source/PL)

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/264146-raul-castro-et-diaz-canel-president-un-meeting-de-rejet-de-lingerence-a-cuba

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

DES EGLISES CUBAINES APPELLENT A LA PAIX ET A LA TRANQUILLITE ET CONDAMNENT LA POLITIQUE AMERICAINE ENVERS CUBA

Par Le 17/07/2021

17 Juillet 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-07-16 12:24:53

      

La Havane, le 16 juillet (RHC) Des institutions religieuses cubaines se sont prononcées en faveur de la paix et de la tranquillité dans le pays, ainsi que de la cessation de la violence et de l’élimination de l’une des principales causes des troubles récents : l’impact du durcissement du blocus des États-Unis sur la nation antillaise.

La Ligue évangélique de Cuba, avec sa Pastorale et le groupe de congrégations qui la composent, dans un communiqué, a exprimé son rejet de toute incitation à la violence, ainsi que de toutes ses manifestations, tout acte de vandalisme et tout appel à la confrontation qui engendre la violence.

Cette entité religieuse a déclaré que chaque Cubain a le droit d’exprimer son opinion pacifiquement sans troubler l’ordre public et sur la base du respect, que chaque citoyen doit être entendu, ainsi que de contribuer au bien de la société en faisant usage de sa participation citoyenne.

La Plate-forme interreligieuse cubaine a déclaré que "nous avons le devoir spirituel d’être unis, toujours ensemble en fonction du Dieu qui unit et qui bénit et aime cette terre qui est déjà libre et toujours au-delà."

Le Centre Oscar Arnulfo Romero a lancé "un appel à l’unité de la nation dans le respect, l’amour, la souveraineté et la paix, tout en demandant aux peuples du monde de ne pas se laisser emporter par des informations malveillantes ou fausses qui ne servent qu’à désinformer sur la réalité cubaine."

Signé par Gabriel Coderch Diaz, directeur de l’institution, le communiqué exprime la condamnation du Centre "tout d’abord du blocus inhumain et contraire à l’éthique imposé par les Etats-Unis à Cuba, en même temps que toutes sortes de manifestations contraires à l’ordre public, à la paix et à la sécurité nationale, d’autant plus en cette période de pandémie et de carences qui y sont associées, qui ne servent qu’à retarder la reprise et à augmenter les cas de Covid 19, tout en faisant obstacle aux efforts considérables de l’État cubain pour sortir de cette situation".

Il rejette également toute forme d'"intervention humanitaire" à Cuba qui, selon lui, "l’expérience a montré que ces interventions ne résolvent pas les problèmes des pays et ne servent qu’à accroître les inégalités et la violence."

Le document fait état de la vision de ce Centre sur la façon dont "depuis plus de 60 ans, les Etats-Unis ont imposé à Cuba leur politique hégémonique et géopolitique, cherchant à porter atteinte à la souveraineté et à l’indépendance de cette nation, ainsi qu’à établir son régime économique, politique et social par le blocus génocidaire imposé à notre pays."

Cela "a entraîné des dommages considérables dans tous les aspects de la vie, rendant plus coûteux et plus difficile l’accès aux ressources et aux matières premières de première nécessité, indispensables à l’Etat cubain et au fonctionnement normal des structures économiques et sociales, ce qui s’est accentué depuis l’administration Trump et sa politique d’usure et de coup doux", a souligné le texte.

L’hebdomadaire évangélique théologique, basé à Matanzas, a publié un communiqué indiquant que "Ces derniers jours, en particulier le dimanche 11 juillet dernier, il y a eu des émeutes, des protestations et des actes de vandalisme, principalement causés par de nombreuses insatisfactions accumulées, toutes ces années, qui se sont aggravées ces derniers mois, mais aussi parce qu’elles ont été encouragées et promues de l’extérieur du pays (de manière très opportuniste) et aussi de l’intérieur de la nation, à travers les réseaux sociaux.

"En tant qu’Eglises, nous intercédons pour notre peuple en consolant, en prenant soin, en produisant et en partageant un sens, en offrant un message de foi (force et espérance), de dialogue, de réconciliation et de paix dans la justice. En outre, en offrant ‘solidarité et témoignage', en réalisant des œuvres de diaconie ou de service", précise la note.

Le texte a indiqué que la politique agressive du blocus et son durcissement par les 243 mesures imposées par l’administration Trump, ainsi que l’impact de la pandémie, ont été des éléments décisifs dans la détérioration de la situation économique et sociale à Cuba.

Il rapporte que le siège de cet hebdomadaire est devenu depuis le 21 juin dernier un centre annexe de l’hôpital pédiatrique de Matanzas pour accueillir les enfants suspects d’avoir contracté le COVID-19, accompagnés de leurs accompagnateurs respectifs, selon une demande du ministère de la santé publique à laquelle la direction de cette institution a accédé." Il a été possible de mettre en place 120 capacités distribuées aux enfants positifs, aux enfants suspectés de la maladie et à un membre de leur famille qui les accompagne. En outre, li accueille des adultes, des suspects et des positifs, ainsi qu’une équipe de 10 personnes, médecins et infirmières pour les soins hospitaliers. Depuis le 21 juin, l’établissement a été occupé au maximum de sa capacité, laissant partir ceux qui ont été rétablis, mais aussi en transférant à l’unité de soins intensifs ceux qui l’ont requis", précise le document.

"Actuellement, 10 employés du SET travaillent dans les différents secteurs. L’équipe de cuisine prépare chaque jour des aliments pour 140 personnes, comprenant le petit déjeuner, le déjeuner, le déjeuner et deux collations. En outre, bien que le Ministère de la Santé publique fournisse toute la logistique, y compris les vivres, le SET apporte avec l’infrastructure, en couvrant ses frais", conformément au document signé par Carlos E. Ham S., directeur de l’entité.

L’Eglise épiscopale de Cuba a elle aussi lancé un appel au "bien-aimé peuple cubain", à la "Paix et à la Vie en cette heure cruciale que traverse la patrie cubaine".

Le document fait une large évaluation de la réalité du pays à l’heure actuelle et mentionne parmi ses points "qu’il faut admirer le travail des scientifiques qui avec tant de passion ont pu obtenir des candidats vaccinaux pour le soulagement du peuple, et reconnaître le personnel médical et paramédical qui travaillent jour et nuit sans relâche et presque sans ressources en essayant de sauver des vies.

Source ACN

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/264066-des-eglises-cubaines-appellent-a-la-paix-et-a-la-tranquillite-et-condamnent-la-politique-americaine-envers-la-nation-caribeenne

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

ROGER WATERS ASSURE QUE CUBA PERDURE ET PERDURERA.

Par Le 17/07/2021

17 Juillet 2021

Roger Waters assure que Cuba perdure et perdurera.
 
Londres, 15 juil (Prensa Latina) Le musicien britannique Roger Waters, l'un des fondateurs du groupe de rock Pink Floyd, a assuré que le Cuba socialiste perdurera et perdurera malgré les nouvelles tentatives promues aujourd'hui de l'étranger pour le déstabiliser.

Si j'étais parieur, je parierais qu'il y a des problèmes économiques à Cuba, et que certaines personnes souffrent, mais s'ils rendent le pays à la mafia et au gouvernement américain, je suis sûr que la situation ne s'améliorera pas, a déclaré M. Waters au média alternatif Peoples Dispatch.

Interviewé par le journaliste et historien indien Vijay Prashad à la suite des récentes émeutes à La Havane et dans d'autres villes, le bassiste et chanteur a déclaré que l'île des Caraïbes était la "figure de proue" de la lutte contre l'impérialisme depuis le triomphe de la révolution de 1959.

Ils ont résisté et ont réussi à rester là, comme une épine dans le pied de la Doctrine Monroe, a-t-il ajouté.

Waters, 78 ans, a rappelé qu'il avait entendu parler de Cuba pour la première fois par sa mère communiste, mais a déclaré qu'avant 1959, tout ce qu'il savait était qu'il s'agissait d'un pays des Caraïbes dirigé par des gangsters et des despotes.

Il a souligné qu'après le triomphe de la Révolution dirigée par Fidel Castro, le gouvernement et le peuple de l'île ont non seulement résisté aux tentatives de renversement promues par les États-Unis, y compris des invasions comme celle de Playa Girón, mais se sont également consacrés à aider le reste du monde à petite et grande échelle.

À cet égard, il a mentionné la participation des troupes cubaines à la lutte contre l'apartheid en Afrique de l'Ouest et l'aide apportée par les médecins cubains à des dizaines de pays pendant la pandémie de Covid-19.

Il est impossible de parler d'un pays d'Amérique latine qui a tenté de construire une société égalitaire sans mentionner Cuba, a-t-il fait remarquer.

Le musicien des Pink Floyd a également assuré à M. Prashad qu'il aimerait beaucoup participer à la prochaine foire internationale du livre à La Havane pour présenter ses mémoires, qui sont sur le point de sortir de presse.

msm/nm

source : https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=462524&SEO=roger-waters-asegura-que-cuba-perdura-y-perdurara

Tag(s) : #Waters#Cuba

Dans CUBA

CUBA METTRA EN ŒUVRE DES ESSAIS CLINIQUES POUR DES CONVALESCENTS DU COVID-19

Par Le 17/07/2021

17 Juillet 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-07-16 11:27:06

      

La Havane, 16 juillet (RHC) Le vaccin cubain Abdala, la première en Amérique Latine contre le Covid-19, et le candidat vaccin ‘Mambisa’ vont se joindre au deuxième essai clinique pour les convalescents du Covid-19 dans le pays, ont informé ce mardi les autorités régulatrices.

Environ 120 personnes qui ont eu la maladie seront inclues dans l’étude de phase I/II pour analyser les deux produits, du Centre de Génie Génétique et de Biotechnologie de la Havane (CIGB). 

Selon le registre public cubain d’études cliniques, parmi les objectifs de cette étape se trouvent la démonstration de l’immunogénicité et la fonctionnalité de l’administration par voie nasale et à travers de goutes du projet Mambisa.

En outre, les scientifiques travailleront afin d’identifier, d’après le bilan risque-cout-bénéfice, la variante Mambisa d’administration nasale qui sera utilisée dans l’étape II de l’étude.

Ils vont également évaluer l’immunogénicité et la fonctionnalité de l’administration par voie intramusculaire d’ Abdala, également   produit par le CIGB, qui a démontré une efficacité de 92,28% dans son schéma de trois doses.

L’étude en convalescents où interviendront les deux produits, sera d’intervention, ouverte, aléatoire et non contrôlée pour des volontaires entre 19 et 80 ans qui ont seu la maladie et qui ont guéri au moins depuis deux mois.

Selon le registre public, avec cet essai clinique on espère que 55% ou plus des sujets traités avec les deux candidats vaccins, augmentent quatre fois la détermination initiale des titres d’anticorps spécifiques contre le virus SARS-CoV-2, responsable du Covid-19.

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/264058-cuba-mettra-en-oeuvre-des-essais-cliniques-pour-des-convalescents-du-covid-19

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

L’ALBA-TCP COORDONNE DES ACTIONS CONTRE LES AGRESSIONS MEDIATIQUES CONTRE CUBA

Par Le 17/07/2021

17 Juillet 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-07-16 18:44:43

      

Caracas, 16 juillet (RHC) L’Alliance Bolivarienne pour les Peuples de Notre Amérique- Traité de Commerce des (ALBA-TCP) a organisé une réunion de représentants des médias publics pour élaborer des stratégies face aux attaques médiatiques contre Cuba.

Dans des déclarations diffusées par la télévision vénézuélienne, le secrétaire exécutif de ce bloc, Sacha Llorenti, a réaffirmé le soutien de l’ALBA-TCP au gouvernement et au peuple cubains face aux récentes tentatives de déstabilisation fomentées par les États-Unis.

Le président de cette entité a condamné les agressions médiatiques perpétrées à travers les médias et les réseaux sociaux, visant à créer le chaos dans la nation caribéenne afin de justifier une intervention humanitaire.

Llorenti a averti que Cuba subissait la même tactique que celle appliquée précédemment dans des pays du bloc comme le Venezuela, la Bolivie et le Nicaragua, dans le cadre de la stratégie états-unienne pour renverser des gouvernements souverains.

À cet égard, le Secrétaire exécutif de l’ALBA-TCP a condamné la cyber-attaque perpétrée depuis le 11 juillet dernier contre le site Web du Ministère des relations extérieures de Cuba, qui a donné lieu à de faux accès en grand nombre et compromis l’intégrité de ses serveurs.

'Le message est d’un soutien total et d’un travail permanent pour contrer ces attaques', a-t-il souligné en insistant sur l’objectif d’élaborer des stratégies communes à partir de l’entité intégrationniste pour contrer ces menaces.

Dans un communiqué récent, le mécanisme d’intégration a dénoncé la campagne de discrédit et les actions visant à provoquer une explosion sociale, afin de justifier une intervention extérieure dans l’île.

L’ALBA-TCP a en outre dénoncé la position de Washington consistant à renforcer le blocus économique, commercial et financier criminel et inhumain contre l’île, au milieu de la pandémie de Covid-19.

'L’Alliance rejette toute tentative de déstabilisation politique contre Cuba et exige la levée immédiate de toutes les mesures coercitives unilatérales appliquées par les États-Unis', a souligné le bloc intégrationniste.

Il a également condamné les actes de violence fomentés et exécutés par des éléments criminels, y compris les attaques contre la population et les forces de l’ordre.

L’ALBA-TCP a également réitéré sa reconnaissance pour la contribution de Cuba à la réponse à la situation pandémique et a salué la coopération médicale de l’île au profit de dizaines de pays, en tant qu’exemple de solidarité internationale.

 

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/264102-lalba-tcp-coordonne-des-actions-contre-les-agressions-mediatiques-contre-cuba

Tag(s) : #ALBA

Dans CUBA

MIGUEL DIAZ-CANEL DENONCE QUE LES ETATS-UNIS TENTENT DE DETRUIRE CUBA

Par Le 17/07/2021

17 Juillet 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-07-16 14:57:37

      

La Havane, 16 juillet (RHC) Le président de Cuba, Miguel Diaz-Canel, a déclaré aujourd’hui que les États-Unis ont échoué dans leur tentative de détruire la nation caribéenne malgré les milliards de dollars qu’ils ont gaspillés à cette fin.

Si Biden avait une véritable préoccupation humanitaire pour le peuple cubain, il pourrait supprimer les 243 mesures appliquées par Donald Trump, y compris les plus de 50 cruellement imposées pendant la pandémie, comme premier pas vers la levée du blocus, a écrit le chef d’état sur Twitter.

'Un État défaillant est celui qui, pour plaire à une minorité réactionnaire et qui se livre au chantage,  est capable de multiplier les dommages à 11 millions d’êtres humains en ignorant la volonté de la majorité des Cubains, des Américains et de la communauté internationale', a-t-il ajouté.

Cuba est et restera un pays de paix, a affirmé le Président

Le dirigeant cubain a rejeté les déclarations de son homologue nord-américain, Joe Biden, qui a qualifié le gouvernement de l’île d’État défaillant à propos des troubles signalés dans le pays, suite à une campagne politique médiatique dénoncée par les autorités locales.

Aux États-Unis, a-t-il ajouté, en raison de l’inefficacité de son gouvernement, beaucoup des 600000 morts par Covid-19 n’ont pu être sauvés.

Ce pays, a-t-il souligné, possède un record honteux de guerres et de violence, de répression brutale et d’assassinats de citoyens par la police, de racisme et de violations des droits de l’homme.

'Les États-Unis n’ont pas réussi à détruire Cuba, bien qu’ils aient gaspillé des milliards de dollars pour y parvenir', a-t-il déclaré.

Lors d’une conférence de presse avec la chancelière allemande Angela Merkel, le locataire de la Maison Blanche a déclaré que les Etats-Unis ont refusé de rétablir les envois de fonds par les Cubains résidant aux États-Unis à leurs proches à Cuba et a fait part de leurs préoccupations parce qu’il a prétendu que l’exécutif cubain 'confisque ces envois ou de grandes portions'.

'Il y a un certain nombre de choses que nous envisagerions de faire pour aider le peuple cubain, mais cela nécessiterait une circonstance différente ou une garantie que le gouvernement n’en profitera pas', a-t-il souligné.

À cet égard, Diaz-Canel a affirmé que le discours absurde que Biden prétend imposer sur son pays est offensant, blessant et indigne.

'Ni tués ni disparus. La dernière dictature cubaine a été renversée en 1959. La haine ne vit pas ici. Nous sommes un territoire de paix', a-t-il affirmé.

Le dirigeant cubain a appelé à l’unité du peuple et des familles au milieu de journées difficiles.

'Pour défendre la tranquillité de nos rues, nous continuerons à déployer tous nos efforts', a-t-il souligné.

 

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/264083-miguel-diaz-canel-denonce-que-les-etats-unis-tentent-de-detruire-cuba

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

CUBA DENONCE LA SUBVERSION AMERICAINE

Par Le 17/07/2021

Cuba dénonce la « subversion » américaine

Pékin exhorte Washington à lever le blocus contre La Havane

Par GT

Mondialisation.ca, 14 juillet 2021

Global Times

Région : 

Thème: 

 5   0  1  8

L’ambassade de Cuba en Chine a dénoncé mardi le projet de guerre non conventionnel des États-Unis contre Cuba, qui tentait de provoquer le « changement de régime » tant attendu, à la suite de la manifestation sans précédent de dimanche, affirmant que la réponse du peuple cubain était  » La patrie ou la mort, nous gagnerons. »

Selon une déclaration que l’ambassade a envoyée au Global Times mardi, les actions subversives du week-end ont été encouragées et manipulées dans les réseaux sociaux contrôlés depuis les États-Unis, sous l’étiquette « SOS Cuba » , et le «gouvernement de l’État de Floride a accordé des fonds au société qui a créé le label, qui est basée à Miami. »

Les opérateurs politiques du gouvernement américain et Twitter ont utilisé les labels, robots collectifs, trolls, qui sont des utilisateurs coordonnés par des moyens automatisés,

« Cuba présentera bientôt de nombreuses preuves de ces accusations au gouvernement américain et à Twitter » , a déclaré l’ambassade.

Le ministre cubain des Affaires étrangères, Bruno Rodriguez, a également blâmé les mercenaires financés par les États-Unis pour la manifestation. Il a demandé à Washington de confirmer ou d’infirmer que l’entreprise avec la campagne  » SOS Cuba  » a reçu un financement du département d’Etat américain.

Ces actions de violence sociale font partie du plan de guerre non conventionnel que les gouvernements américains ont appliqué contre Cuba pour provoquer le « changement de régime » tant attendu.

Cette fois, la situation complexe à Cuba impliquant la pandémie de COVID-19, la pénurie de fournitures sanitaires et de nourriture en raison de l’intensification du blocus économique, commercial et financier des États-Unis, a été mise à profit, a déclaré l’ambassade.

« Face à ce type de vandalisme, écrit et promu en détail dans les manuels de subversion américains, la réponse du peuple cubain continuera d’être : la patrie ou la mort, nous gagnerons ! dit l’ambassade.

La manifestation de dimanche était la plus grande manifestation antigouvernementale à Cuba, les manifestants exprimant leur mécontentement face à ce qu’ils pensaient être un manque de liberté, une augmentation des cas de COVID-19 et une économie dégradée. Des contre-marches de soutien au gouvernement ont également eu lieu dans plusieurs villes.

Cuba est dans sa pire situation économique depuis les années 1990, car la pandémie de COVID-19 a dévasté le tourisme, et le pays a souffert de l’inflation, des pannes de courant et des pénuries de nourriture, de médicaments et de produits de base.

La situation à Cuba était normale, la vie des gens se déroulait de manière ordonnée mardi, et le gouvernement cubain, sous la direction du Parti communiste, a poursuivi ses fonctions exécutives, a appris le Global Timesde l’ambassade de Cuba et des personnes vivant à Cuba.

Un Chinois qui vit à Cuba a déclaré mardi au Global Times sous couvert d’anonymat que la police patrouillait presque dans chaque pâté de maisons du quartier Playa de La Havane où vivent la plupart de ses amis, et que les gens vivent leur vie de manière ordonnée.

Il a déclaré que la manifestation avait eu lieu simultanément dans plusieurs villes dimanche, impliquant principalement des jeunes chômeurs.

« Cela prouve que la manifestation était préméditée » , a-t-il déclaré, notant que certains des manifestants tenaient des drapeaux américains et scandaient des slogans américains typiques tels que « Libertad ». Lui et beaucoup de ses collègues et amis à Cuba pensent que les États-Unis étaient derrière la manifestation.

Après la manifestation, plusieurs pays, dont la Chine, ont exprimé leur soutien au gouvernement cubain et ont appelé les États-Unis à lever le blocus contre Cuba.

Le président mexicain Andres Manuel Lopez a proposé lundi de soutenir Cuba avec des médicaments, des vaccins et de la nourriture. Il a également appelé à la levée du blocus américain et condamné l’ingérence dans l’île, a rapporté la Prensa Latina.

Mardi, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a déclaré que la Chine soutenait fermement les efforts de Cuba dans la lutte contre le COVID-19 et le maintien de la stabilité sociale et que les États-Unis devraient lever complètement leur blocus contre Cuba, car, tout comme Cuba l’a dit, le blocus américain était la cause première des problèmes de Cuba, y compris la pénurie de médicaments.

La Chine pense que sous la direction du parti et du gouvernement cubains, Cuba maintiendra sûrement la stabilité sociale, a déclaré Zhao lors d’une conférence de presse de routine.

Certains internautes chinois se sont également rendus dans la section des commentaires du compte Weibo de l’ambassade de Cuba en Chine pour exprimer leur soutien au peuple cubain et à son gouvernement tout en alertant Cuba de l’incitation et de l’ingérence des États-Unis dans ses affaires intérieures.

« Allez, peuple cubain, s’il vous plaît soyez unis et laissez la ‘révolution de couleur’ incitée par les États-Unis faire faillite » , a déclaré un internaute.

L’ambassadeur de Cuba en Chine, Carlos Miguel Pereira, a déclaré lors d’une conférence de presse en mai que les États-Unis utilisaient depuis longtemps le réseau social comme un outil pour subvertir Cuba et déstabiliser Cuba. L’espace des réseaux sociaux est devenu un important champ de bataille d’idées.

« Les tentatives et tactiques des États-Unis pour désintégrer et déstabiliser la société cubaine de l’intérieur n’ont pas changé », a-t-il déclaré, notant que les approches américaines impliquent de créer de l’incertitude chez les jeunes, puis de les exciter.

À Washington, plusieurs responsables et politiciens américains ont exprimé à plusieurs reprises leur soutien aux manifestants antigouvernementaux à Cuba d’une manière qui semblait tenter d’attiser les flammes. Le sénateur Marco Rubio a été très actif sur Twitter, avec des dizaines de tweets faisant chaque jour l’éloge des manifestants antigouvernementaux tout en attaquant le gouvernement cubain, le parti communiste et le socialisme. Il a appelé les médias à rapporter la manifestation et a affirmé que la manifestation avait eu lieu parce que « le socialisme est toujours un désastre ».

Certains médias occidentaux se sont apparemment déchaînés avec les manifestations, affirmant que des milliers de personnes ont défilé à Cuba, tandis que le média officiel cubain Prensa Latina a déclaré qu’il n’y avait que des centaines de manifestants.

Le Guardian dans un rapport de lundi a utilisé une photo AP qui a confondu les partisans du gouvernement avec les manifestants anti-gouvernementaux dans la légende. Plus tard, le journal a publié une correction, affirmant que « la légende originale de l’agence sur l’image des personnes sur le monument de Máximo Gómez les décrivait à tort comme des manifestants anti-gouvernementaux. Ils étaient en fait des partisans du gouvernement ».

Source original en anglais :

https://www.globaltimes.cn/page/202107/1228564.shtml

Traduction : Le blog de Michel Aymerich

La source originale de cet article est Global Times

Copyright © GTGlobal Times, 2021

https://www.mondialisation.ca/cuba-denonce-la-subversion-americaine/5658282

Dans CUBA

CUBA VAINCRA ! DECLARATION DES PARTIS COMMUNISTES ET OUVRIERS

Par Le 16/07/2021

15 Juillet 2021

Jeudi 15 juillet 2021
Cuba vaincra ! Déclaration conjointe des partis communistes et ouvriers

Dans une déclaration commune, plus de 60 partis communistes et ouvriers expriment leur solidarité à Cuba, dénonçant la provocation orchestrée par les États-Unis et les groupes contre-révolutionnaires. 
La déclaration se lit comme suit : 


Les partis communistes et ouvriers dénoncent les provocations orchestrées et les actes de sape des groupes contre-révolutionnaires à Cuba et à l'étranger, qui tentent de créer une image de déstabilisation pour justifier l'intervention impérialiste contre Cuba et son peuple, en utilisant les problèmes causés par le renforcement du blocus criminel des Etats-Unis, aggravé dans le contexte de la pandémie du COVID-19. 

Nous dénonçons la politique des Etats-Unis et de leurs alliés qui, depuis plus de 60 ans, intensifient le blocus inacceptable et criminel au mépris des résolutions de l'Assemblée générale de l'ONU, incluent Cuba dans la liste des "Etats sponsors du terrorisme" de manière arbitraire et unilatérale, et instiguent tous les groupes mercenaires aventuristes contre Cuba et son peuple. 

Nous réitérons notre entière solidarité avec le peuple, le Parti communiste et le gouvernement de Cuba, contre toutes les attaques impérialistes contre la souveraineté de Cuba et les droits de son peuple.

Bas les pattes de Cuba ! 

Levez immédiatement le blocus américain et arrêtez toute forme d'intervention impérialiste dès maintenant ! 

Les partis de SolidNetParti communiste d'Albanie
Parti communiste d'Arménie
Parti communiste d'Australie
Parti du travail d'Autriche
Parti communiste du Bangladesh
Parti communiste de Belgique
Parti communiste brésilien
Parti communiste du Brésil
Nouveau parti communiste de Grande-Bretagne
Parti communiste de Grande-Bretagne
Parti communiste du Canada
Parti communiste de Bohème et Moravie
Parti socialiste ouvrier de Croatie
Parti communiste de Cuba
Parti communiste du Danemark
Parti communiste de Finlande
Parti communiste français
Parti communiste allemand
Parti communiste de Grèce
Parti des travailleurs hongrois
Parti communiste de l'Inde (marxiste)
Parti communiste de l'Inde
Parti communiste irakien
Parti Tudeh d'Iran
Parti des travailleurs d'Irlande
Parti communiste d'Irlande
Parti communiste (Italie)
Mouvement socialiste du Kazakhstan
Parti communiste du Luxembourg
Parti communiste du Mexique
Parti socialiste populaire du Mexique
Nouveau parti communiste des Pays-Bas
Parti communiste de Norvège
Parti communiste du Pakistan
Parti du peuple palestinien
Parti communiste paraguayen
Parti communiste de Pologne
Parti communiste portugais

Parti socialiste roumain
Parti communiste ouvrier russe
Parti communiste de la Fédération de Russie
Parti communiste de l'Union soviétique
PCU-CPSU
Nouveau parti communiste de Yougoslavie
Communiste de Serbie
 Parti communiste sud-africain
Parti communiste d'Espagne
 Parti communiste des travailleurs d'Espagne
Parti Communiste des Peuples d'Espagne
 Communistes de Catalogne
Parti communiste du Sri Lanka
Parti communiste syrien - unifié
Parti communiste de Turquie
Parti communiste d'Ukraine
Union des Communistes d'Ukraine
Parti communiste des Etats-Unis
Parti communiste du Venezuela
Autres partis

Pôle de renaissance communiste en France
Front Communiste (Italie)
JVP Sri Lanka
Parti communiste suisse
La déclaration est ouverte à d'autres soutiens !

http://solidnet.org
source : https://www.idcommunism.com/2021/07/cuba-will-win-joint-statement-of-communist-and-workers-parties.html

Tag(s) : #Cuba#Communiste

Dans CUBA

DEPUIS LES ETATS-UNIS LE MOUVEMENT ANTIBLOCUS DEMANDE LE RESPECT POUR LA SOUVERAINETE DE CUBA

Par Le 16/07/2021

16 Juillet 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-07-16 11:16:28

 

 

Washington, 16 juillet, (RHC) Le mouvement Mondial Anti-Blocus à Cuba, connu sous le nom de NEMO, a rejeté ce mercredi quelconque tentative de ‘coup souple’ et d’assaut à la souveraineté du pays caribéen et a condamné la position du gouvernement des États-Unis.

La situation de pénurie d’aliments et de médicaments est la conséquence directe de 62 ans de blocus cruel, signale une déclaration envoyée à Prensa Latina par Manuel Tejeda y José Oro, du Conseil de direction de l’organisation, qui comptabilise plus de 100 mille membres.

NEMO- NO Embargo Cuba Movement- (Pas d’embargo à Cuba, en français) a rappelé qu’à ce scénario se sont ajoutés les 243 sanctions supplémentaires, imposées par l’ancien président Donald Trump (2017-2021) et elles ont été maintenues par Joe Biden de manière lâche durant une féroce pandémie.

Ceux qui encouragent ce type de manifestation prétendent provoquer plus de contagions de Covid-19, plus de désespoir, et de transmettre une fausse image de chaos et de ‘manque de contrôle’ qui leur permettent de justifier une invasion militaire à Cuba sous des soi-disant fins ‘humanitaires’, précise le texte.

Les activistes anti-blocus ont condamné, en outre, la position assumée par l’administration Biden, la complicité du Département d’État et la collaboration des médias, qui publient des vidéos fabriqués qui prétendent confondre l’opinion publique internationale.

Ces provocations constituent un attentat direct contre la souveraineté du peuple cubain et son gouvernement légitime, qui a été ratifié par plus de 86% des voix en référendum, lorsqu’on a approuvé la nouvelle Constitution, il y a deux ans, précise la déclaration.

 

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/264055-depuis-les-etats-unis-le-mouvement-anti-blocus-demande-du-respect-pour-la-souverainete-de-cuba

 

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

BAS LES PATTES DE CUBA : DECLARATIONS DE SOLIDARITE DE LA FSM ET DU PAME

Par Le 15/07/2021

14 Juillet 2021

Mardi 13 juillet 2021
Bas les pattes de Cuba ! Déclarations de solidarité de la FSM et du PAME


Dans une déclaration sur la récente provocation contre Cuba soutenue par l'impérialisme, la Fédération syndicale mondiale (FSM) souligne :
La Fédération syndicale mondiale, qui est la voix militante de 105 millions de travailleurs dans 133 pays sur les cinq continents, transmet sa solidarité internationaliste aux travailleurs et au peuple cubains. Nous condamnons fermement les récentes provocations orchestrées par des éléments contre-révolutionnaires à Cuba, organisées et financées depuis les Etats-Unis à des fins de déstabilisation.

Le mouvement syndical mondial de classe soutient le peuple cubain dans sa lutte contre ces actions. Nous exigeons la levée du blocus criminel qui, depuis 60 ans, crée de graves problèmes pour l'économie et la vie du peuple cubain.


Nous soutenons le droit du peuple cubain à décider lui-même, librement et démocratiquement, de son présent et de son avenir, sans l'intervention des impérialistes. Nous saluons les travailleurs de Cuba, qui pendant la pandémie ont démontré la solidarité et l'internationalisme d'un système qui ne traite pas la santé et les besoins du peuple comme des marchandises et qui s'oppose à l'exploitation de l'homme par l'homme.
 
Nous assurons l'héroïque Central de Trabajadores de Cuba (CTC) que nous sommes fermement à ses côtés pour repousser cette nouvelle provocation anti-cubaine.  Ensemble jusqu'à la victoire, toujours.

PAME : Ne touchez pas à Cuba !

Le Front militant des travailleurs (PAME) de Grèce a publié la déclaration suivante :

Le PAME condamne les efforts des impérialistes et de leurs mercenaires à Cuba qui utilisent la pandémie pour renverser les conquêtes de la Révolution cubaine.

Cuba se bat pour sa vie et pour l'avenir contre les conséquences d'un embargo meurtrier de 6 décennies qui, même en période de pandémie, empêche l'importation d'une série de fournitures médicales et de biens essentiels. L'escalade des difficultés rencontrées par le peuple cubain est une conséquence de l'escalade des mesures d'embargo par le président Trump, qui est maintenue et continue par Biden.

Et aujourd'hui viennent ceux qui ont imposé et poursuivent l'embargo meurtrier et parlent d'une "crise humanitaire" à Cuba et sont soi-disant inquiets pour la "Démocratie et les droits de l'homme" des Cubains. Les mêmes forces qui tuent des gens en Irak, en Afghanistan, en Palestine, où le meurtre raciste de Noirs par la police est un phénomène quotidien. Là où, lors de la pandémie, elles ont adopté des lois visant à criminaliser les grèves et les actions syndicales des travailleurs et à fermer les hôpitaux comme étant "inutiles", les mêmes forces prétendent se soucier des droits du peuple cubain. L'hypocrisie et les mensonges des impérialistes sont couverts du sang de leurs précédentes interventions pour la "démocratie et les droits de l'homme".

Alors qu'aux États-Unis, on creusait des fosses communes pour les victimes de la pandémie et de la privatisation de la santé, et que dans l'UE, les gouvernements utilisaient la pandémie pour réduire les salaires, les pensions et les droits des travailleurs, l'île de Fidel et du Che a pris des mesures de protection sanitaire pour son peuple. Ils ont mis au point 5 vaccins contre le coronavirus et ont envoyé une aide médicale dans plusieurs pays du monde.

Des millions de travailleurs du monde entier saluent et expriment leur gratitude au peuple cubain pour sa contribution internationale et humanitaire constante dans les domaines de la santé, de l'éducation et de la culture. En défense des conquêtes ouvrières et populaires qui, aujourd'hui encore, sont un symbole de la lutte ouvrière internationale.

Le PAME exprime sa solidarité avec les travailleurs et le peuple de Cuba contre les nouvelles tentatives impérialistes de frapper et de saper la révolution cubaine.

Cuba n'est pas seul !

¡Hasta La Vistoria, Siempre !

wftucentral.org/pamehellas.gr
source : https://www.idcommunism.com/2021/07/hands-off-cuba-solidarity-statements-from-wftu-and-pame.html

Tag(s) : #FSM#PAME#Cuba

Dans CUBA

MIGUEL DIAZ-CANEL : QUE L’UNITE, LE RESPECT ET L’AMOUR DE LA VIE NE FASSENT JAMAIS DEFAUT AUX CUBAINS

Par Le 15/07/2021

15 Juillet 2021

Diaz-Canel a appelé à « l'unité des Cubains et au respect des Cubains, en nous dépouillant de tout sentiment de haine, de toute vulgarité, de tout comportement indécent, mais en exigeant les règles de la discipline, les règles qui garantissent la tranquillité sociale dans notre société »

Auteur: Alina Perera Robbio, | internet@granma.cu

14 juillet 2021 09:07:37


Photo: Estudio Revolución
«  Quiconque veut connaître la situation de Cuba, comment on y vit, comment ce peuple écrit chaque jour des pages d'héroïsme, comment ce peuple au milieu des circonstances a fait face à la pandémie, comment un gouvernement s'engage chaque jour à travailler sur les questions qui touchent le plus la population, verra combien est différent le monde sur lequel nous parions, le monde que nous voulons construire ». C’est ainsi, invitant ceux qui veulent aller au fond de la vérité, que le Premier Secrétaire du Comité Central du Parti Communiste et président de la République, Miguel Diaz-Canel Bermudez, s'est exprimé mardi après-midi au Palais de la Révolution.
Ses paroles, qui s’inscrivent dans une dénonciation bien argumentée, ont été prononcées lors de la réunion ordinaire du Groupe temporaire de travail du gouvernement pour la lutte contre la COVID-19, qui était également présidé par le Premier ministre Manuel Marrero Cruz, ainsi que par le président de l'Assemblée nationale du Pouvoir populaire, Esteban Lazo Hernandez.
Le chef de l'État a signalé que « nous n’obtenons pas toujours tous les résultats escomptés car nous n'avons pas toujours les ressources nécessaires, parce que le blocus entrave également l’acquisition de ces ressources », mais, comme il l'a également souligné, notre boussole reste « la réalité de la prospérité que nous voulons pour notre peuple ».
Les motivations qui animent les efforts de Cuba en Révolution, cette détermination « contrecarre, détruit toute la perversité des plans de l'empire, les plans de la mafia cubano-américaine qui est déterminée à empêcher la renaissance d'un dialogue de respect, d'égal à égal, sans mesures restrictives, sans mesures coercitives entre deux pays très différents idéologiquement, mais proches géographiquement et qui pourraient entretenir une relation totalement civilisée, basée sur le respect mutuel. Tels sont, a-t-il souligné, « les arguments, les convictions que nous devons continuer à défendre, et pour lesquels nous devons continuer à montrer notre fermeté et nos vérités ».
Le président Diaz-Canel a expliqué aux personnes présentes à la réunion - y compris les autorités de toutes les provinces et de la municipalité spéciale de l’Île de la Jeunesse, par visioconférence - qu'il fallait être clair sur les programmes avec lesquels l'ennemi « a l'intention de nous déstabiliser, et où il essuie une grande déception ».
Le président a affirmé que l'ennemi de la Révolution « tente de nous compliquer la tâche selon deux scénarios » : le premier concerne la COVID-19 et le pari qu' « il continuera à nous compliquer les choses et que nous n'aurons pas la capacité d'affronter la pandémie avec succès », ce pour quoi, a-t-il averti, « nous devons continuer à intensifier les mesures, à renforcer les protocoles, les exigences, la manière de faire les choses et, surtout, à assurer la vaccination ».
À cet égard, le Premier secrétaire du Comité central du Parti a insisté sur l'importance de l'isolement physique, de l'isolement social, de la distanciation sociale et des mesures qui ont été prescrites. L'autre objectif sur lequel mise l'ennemi, a dénoncé Diaz-Canel Bermudez, « est de créer des troubles sociaux, de l'incertitude. La campagne sur les réseaux sociaux est une campagne irritante, totalement mensongère et calomnieuse ».
Le président a souligné que « les appels sur les réseaux sociaux sont totalement agressifs, incitant au meurtre, au lynchage, menaçant, à la destruction d'installations, à perpétrer des attaques contre les domiciles, et en particulier de personnes identifiées comme révolutionnaires ».
« En d'autres termes, ce discours selon lequel le gouvernement réprime les manifestations pacifiques, ou cette demande que Cuba ou le gouvernement doit respecter l'opinion de ses citoyens est un mensonge total et une calomnie totale. Ceux qui manifestent ne le font pas de manière pacifique. Ils sont mus par la haine qui leur a été inculquée par toute cette stratégie de subversion si outrageusement montée, si perverse, si diabolique, qui a été orchestrée sur les réseaux sociaux. »
Diaz-Canel a affirmé qu'il s'agit de « terrorisme médiatique, par conséquent, un jour nous discuterons également devant le monde - et je crois que Bruno, notre ministre des Relations extérieures, a dénoncé très fermement cette manipulation - nous dénoncerons que ceux qui ont rejoint ces campagnes en ce moment l'ont fait en soutenant le terrorisme. »
« Si quelqu'un devait figurer sur une liste de terroristes, ou de pays qui soutiennent le terrorisme, c’est bien tous ceux qui se sont prêtés au petit jeu de l'empire. Par conséquent, nous devons être très calmes, patients et sereins. »
« Ne nous laissons pas intoxiquer par les réseaux sociaux », a-t-il averti, « car ce qu'ils essaient d'y construire est une réalité qui n'est pas celle dans laquelle nous vivons. Ils ont construit la réalité d'une Cuba en désarroi, ingouvernable, qui va d'une explosion à l'autre ; et ils ont été si cyniques, menteurs, faibles d'esprit, qu'ils ne peuvent pas avancer un seul argument sérieux, qu'ils ont ridiculement recouru à la mise en avant de photos, d'arguments et d'informations mensongers qui n’ont rien à voir avec notre réalité ».
Le président a expliqué que ceux qui ont perpétré ce terrorisme médiatique « ont utilisé les manifestations mêmes en faveur de la Révolution, ils les ont utilisées comme s'il s'agissait d'actes publics contre la Révolution ». Et il a fait allusion au fait qu'ils se sont également servi « d’images, de photographies, de moments d'autres pays, d'autres latitudes qui n'ont rien à voir avec Cuba. Ils ont publié une photo d'Égypte, d'une manifestation en Égypte, pour faire croire qu’il s’agissait d’une manifestation sur le Front de mer de La Havane. Ils se sont servis des célébrations en Argentine dans le cadre de la victoire de la coupe de football, dont Cuba se réjouit également, et ils l'ont également présentée comme une manifestation (à Cuba). C'est tellement ridicule... mais c’est de l’intox, et le pire, c'est que nous avons des gens qui sont tellement imprégnés de cela et se laissent berner par ce genre d’informations. Par conséquent, je pense que nous devons être très cohérents, nous devons continuer à dénoncer ce qui se passe sur les réseaux sociaux, et ne pas nous laisser intoxiquer. »
Le président Diaz-Canel précisé que « nous donnons des informations transparentes sur ce qui se passe, et aussi des informations très transparentes sur ce qui ne se passe pas et ce qu'ils veulent qu'il se passe. Parce que qu'est-ce qu'ils essaient d'encourager dans toute cette mise en scène ? Qu'il n'y ait pas de tranquillité parmi les citoyens. Ils savent que c'est l'un des patrimoines de la Révolution, que c'est l'une des choses qu'un étranger apprécie le plus lorsqu'il vient à Cuba, un touriste, les diplomates qui nous rendent visite, les gens qui visitent notre pays, et c'est aussi une conquête de notre peuple, c'est notre façon de vivre, sans aucune expression de haine ».
Il a mis en garde contre l'objectif de ceux qui pratiquent le terrorisme médiatique. Ils « tentent de créer un scénario dans lequel il y a des guarimbas (comme on appelle les violences de rues au Venezuela), les lapidations, les barricades et tous ces phénomènes qu'ils ont essayé de mettre en place dans d'autres pays, et qui, comme cela a déjà été expliqué, font partie du fameux manuel par lequel sont menés les coups d'État en douceur et leurs différentes phases ».
Voilà comment ils agissent, a dénoncé Diaz-Canel, pour ensuite « dire qu'il n'y a pas de gouvernabilité, et ils ont les prétextes, ils se posent en gendarmes du monde, pour ensuite proposer des canaux d'aide humanitaire, des couloirs humanitaires, et nous devons assumer cette situation en nous engageant dans une lutte décisive, ferme, basée sur la conviction, comme nous le faisons, et où nous avons déjà eu le soutien de la majorité de notre peuple. Par conséquent, nous ne pouvons pas baisser la garde. Nous devons rester vigilants ».
À un autre moment de son intervention, Diaz-Canel a demandé : « Sommes-nous les violents ? Sommes-nous les répresseurs ? Nous n'agissons contre personne, nous sommes simplement, aux côtés du peuple, en train de défendre les droits du peuple. Et partout dans le monde, lorsqu'il y a des actes de délinquance, ne s'affrontent-ils pas ? Il y a une différence : ici, ces provocations sont traitées par le peuple, et bien sûr par les institutions et les forces de l'ordre. »
Il a rappelé que le peuple ne peut pas être forcé, le peuple se défend spontanément, « il défend ses raisons et ses vérités, et nous avons beaucoup de camarades, beaucoup de gens de ce peuple qui ont été blessés, qui ont été frappés, qui ont été attaqués à coups de pierres par toute cette délinquance ».
« Nous devons continuer à travailler pour éliminer les vestiges de délinquance, les vestiges que nous pouvons avoir de comportements indécents ; nous devons continuer à avancer avec nos programmes sociaux, qui sont aussi très touchés par la situation économico-financière, mais nous avons toute la volonté politique pour travailler, et nous ne pouvons pas baisser la garde : nous devons continuer à augmenter les mesures de protection qui garantissent la paix des citoyens, nous devons continuer à renforcer ou réactiver la surveillance des Comités de défense de la Révolution, des travailleurs et la garde administrative. Là où il y a une vigilance révolutionnaire, il n'y aura pas de place pour les provocations, pas de place pour la propagande contre-révolutionnaire, pas de place pour le vandalisme. Et parfois, nous devons agir face à cette agressivité, nous devons agir de manière énergique, mais en évitant toujours de porter atteinte aux vies humaines. »
Diaz-Canel a appelé « à l'unité entre les Cubains et au respect entre les Cubains, en nous dépouillant de tout sentiment de haine, de toute vulgarité, de tout comportement indécent, mais en exigeant les règles de la discipline, les règles qui garantissent la tranquillité sociale au sein de notre société. Et nous verrons, lorsqu'à un autre moment nous évaluerons ce que ce moment a signifié et ce qu'ils voulaient faire à Cuba et à notre peuple, combien de mensonges, combien de haine, combien de méchanceté, combien de malice se cachait derrière pour tout cela ».
source : http://fr.granma.cu/cuba/2021-07-14/que-lunite-le-respect-et-lamour-de-la-vie-ne-fassent-jamais-defaut-aux-cubains

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

LE CONSEIL MONDIAL DE LA PAIX MET EN GARDE CONTRE LE PLAN IMPERIALISTE CONTRE CUBA

Par Le 14/07/2021

14 Juillet 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-07-14 11:20:20

      

Brasilia, 14 juillet (RHC) Le Conseil Mondial de la Paix a dénoncé aujourd'hui le plan impérialiste orchestré et financé pour créer le chaos et le désordre à Cuba, en utilisant comme prétexte la crise d'approvisionnement causée par le blocus américain.

Dans un communiqué, l'organisation internationale prévient notamment qu'au cours de la dernière période, dans des conditions de pandémie mondiale, "Cuba est empêchée, par de nouvelles mesures et sanctions, d'acquérir des médicaments et des matières premières pour les fabriquer, ainsi que des équipements médicaux. "
En citant  les souffrances du peuple cubain, le Conseil souligne fermement son rejet de toute ingérence et d’action subversive visant à un changement de gouvernement par « des éléments parrainés et des mercenaires, comme on l’a déjà vu  dans d'autres régions du monde ».

Selon l’organisation internationale, "le peuple cubain sait très bien que les impérialistes n'ont jamais arrêté la guerre contre leur pays, malgré les méthodes actuelles, ou le changement de gouverneur de la Maison Blanche".

Ces politiques criminelles et inhumaines, dit-il, "sont soutenues par les alliés impérialistes de l'Union Européenne et leurs agents à Cuba et en Floride, qui exigent une intervention ouverte, sous prétexte humanitaire, comme on l’a déjà connu dans d'autres pays auparavant".

Le Conseil souligne que  "cet intérêt cynique entraine des souffrances, causées par des sanctions politiques et économiques".

Pour l’organisation, Cuba a donné de nombreuses leçons de solidarité et de dignité depuis le triomphe révolutionnaire de 1959, mais ces derniers temps, pendant la pandémie de Covid-19, « l'île de la Révolution a une nouvelle fois montré son aide altruiste et son internationalisme ».

Le Conseil Mondial de la Paix réitère son indignation face à l’attitude impérialiste visant à générer le mécontentement social et à remonter le peuple contre le gouvernement cubain souverain. Les réussites de Cuba socialiste sont un exemple et une source d'inspiration pour les peuples d'Amérique Latine et du monde entier » souligne-t-il enfin.
 

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/263826-le-conseil-mondial-de-la-paix-met-en-garde-contre-le-plan-imperialiste-contre-cuba

Tag(s) : #CMP#WPC#Cuba

Dans CUBA

CUBA RATIFIE QU’ELLE RECEVRA TOUJOURS DES DONS SOLIDAIRES

Par Le 13/07/2021

12 Juillet 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-07-11 18:33:15

      

La Havane, 11 juillet, (RHC)- Le ministère cubain des Affaires étrangères a indiqué que durant les 16 mois de présence du Covid-19, notre pays a reçu des dons solidaires de l'étranger et continuera à le faire, par le biais des mécanismes existants.

Ernesto Soberon, chef de la direction des affaires consulaires et des Cubains vivant à l'étranger au ministère des affaires étrangères, a souligné en conférence de presse que les mécanismes pour envoyer l’aide fonctionnent et que les ressources parviennent à leurs destinataires depuis n’importe où dans le monde.

Ernesto Soberon a indiqué que depuis l’arrivée du Covid-19 en mars 2020, Cuba a reçu 543 dons. Il a précisé que des Cubains résidant dans une vingtaine de pays ont envoyé des dons notamment des masques, de seringues  et d'autres fournitures.

Il a expliqué que 13 autres livraisons sont en cours, et a remercié la collaboration de toutes les personnes qui manifestent leur solidarité avec l'île antillaise.

«Dans des situations exceptionnelles, Cuba a toujours compté sur l'aide internationale, qu'elle provienne de gouvernements, d'entreprises, d'amis d'autres latitudes ou de ressortissants vivant à l'étranger, mais cela est très différent «d'un couloir humanitaire ou d'une intervention humanitaire», a déclaré Ernesto Soberon.

Ces deux termes se multiplient, de façon trompeuse, dans les réseaux sociaux.

Sur ce point, le diplomate a précisé qu'il s'agit là de concepts liés aux conflits armés et aux violations des droits de l'homme, concepts qui ne s'appliquent pas à la situation dans notre pays.

«Il existe un véritable intérêt de la part des Cubains à l'étranger pour aider à soulager la situation actuelle dans le contexte de l'impact du Covid-19, a-t-il déclaré, mais il existe également une campagne tous azimuts visant à présenter une image de chaos qui ne correspond pas à la situation nationale.

Même au milieu du scénario complexe que connaît le pays, reconnu par les autorités, et en particulier dans certaines provinces, le tableau n'est pas celui qu'on tente de dépeindre», a-t-il souligné.

«Le but est de discréditer Cuba et la gestion de la pandémie par le gouvernement, en ignorant les efforts de la nation caribéenne pour préserver la vie, efforts qui ont permis d'obtenir des indicateurs tels qu'un taux de mortalité de 0,65, bien inférieur à la moyenne internationale, qui est de 2,16».

En outre, cinq candidats vaccins ont été obtenus, dont deux ont une efficacité prouvée de plus de 90%, et dans le cas d'Abdala, il dispose déjà d'une autorisation d'utilisation d'urgence délivrée par l'autorité réglementaire nationale.

Ernesto Soberón a tenu à faire remarquer que ces résultats ont été obtenus avec les propres ressources du pays et malgré le renforcement du blocus économique, commercial et financier que les États-Unis infligent à Cuba.

Source: Prensa Latina

 

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/263519-cuba-ratifie-quelle-recevra-toujours-des-dons-solidaires

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

LE PRESIDENT DIAZ-CANEL EXHORTE LES ETATS-UNIS A LEVER LE BLOCUS CONTRE CUBA

Par Le 13/07/2021

13 Juillet 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-07-12 18:19:05

 

 

La Havane, 12 juillet (RHC) Le premier secrétaire du Comité central du Parti communiste de Cuba et président de la République, Miguel Diaz-Canel, a exhorté ce lundi son homologue des États-Unis, Joe Biden, à écouter les cris du monde et à mettre fin au blocus imposé à l’île depuis six décennies.

Lors d’une conférence de presse télévisée, le chef de l’État a affirmé que cette nation caribéenne n’a pas besoin d’intervention humanitaire, mais la suspension immédiate des 243 mesures de renforcement de ce siège mises en place par l’ancien président nord-américain  Donald Trump qui sont maintenues.

"Ce dont Cuba et le monde ont besoin aujourd’hui, c’est de solidarité", a déclaré Diaz-Canel dans un large exposé sur cette politique génocidaire, qui est la véritable cause de toutes les carences et contraintes du pays face à la pandémie.

Évoquant la situation épidémiologique complexe que connaît le pays en raison de l’apparition de souches agressives du Covid-19, il a indiqué que Cuba maintenait une résistance créative pour maîtriser cette maladie et faire face aux adversités sans renoncer à son développement.

À cet égard, il a exprimé l’engagement constant du gouvernement cubain en faveur de la santé de la population.

Il a également condamné les actes de vandalisme commis la veille dans le contexte de protestations encouragées de l’extérieur et à travers les réseaux sociaux, tout en réaffirmant le droit et le devoir de l’île de défendre son projet social socialiste.

"La Révolution défend les droits de tous, sans discrimination, mais nous ne pouvons pas mettre en danger l’indépendance et la souveraineté du pays", a souligné le chef d’état cubain.

Il a noté que "Cet idéal partagé par la majorité, nous, les révolutionnaires et ceux qui s’y associent, nous le défendront. C’est le sens de la phrase selon laquelle à Cuba la rue est aux révolutionnaires".

 

 

Source : Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/263628-le-president-diaz-canel-exhorte-les-etats-unis-a-lever-le-blocus-contre-cuba

 

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

CUBA REJETTE LES CAMPAGNES VISANT A DISCREDITER SON SYSTEME DE SANTE

Par Le 12/07/2021

11 Juillet 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-07-10 11:02:37

      

La Havane, 10 juillet, (RHC)- Différentes voix à Cuba ont rejeté les campagnes de discrédit contre le système de santé et le gouvernement de notre pays, orchestrées sur les réseaux sociaux en plein milieu de la lutte contre le Covid-19.

Sur Twitter, le ministre cubain des Affaires étrangères, Bruno Rodriguez, a souligné qu'alors que le peuple et les dirigeants du pays luttent contre la maladie et allouent toutes les ressources à la santé, ceux qui bloquent la nation caribéenne tentent de mener ces croisades médiatiques à leur encontre.

«Malgré l'asphyxie économique et l'opportunisme médiatique, personne dans notre pays n'est ou ne sera abandonné à son sort», a ajouté le chef de la diplomatie cubaine.

Pour sa part, Ernesto Soberón, chef du département des affaires consulaires et des Cubains vivant à l'étranger du ministère des Affaires étrangères, a rappelé à ceux qui affirment que notre pays refuse l'aide de solidarité que, pendant la pandémie, les Cubains vivant à l’étranger ont envoyé divers dons.

 

Selon les informations du ministère cubain du Commerce extérieur et des Investissements étrangers, ces quatre dernières années, la coopération a atteint un taux annuel de 200 millions de pesos en devises librement convertibles et, rien qu'en 2020, il y a eu plus de 400 offres provenant de 27 pays et de huit agences.

«Cuba pratique la solidarité à l'intérieur et à l'extérieur de ses frontières, comment pourrait-elle refuser de la recevoir», s’est pour sa part demandé Anayansi Rodriguez, vice-ministre des Affaires étrangères. Elle a fait remarquer qu'une aide sincère et désintéressée sera toujours la bienvenue.

De son côté, Johana Tablada, de la direction des États-Unis au ministère des Affaires étrangères, a souligné que le véritable objectif des campagnes actuelles est de détourner l'attention de la responsabilité du blocus économique maintenu par Washington dans les dommages causés au bien-être et à la santé des Cubains.

Selon les autorités cubaines, cette politique, ainsi que les plus de 240 mesures coercitives appliquées par l'administration de Donald Trump  et toujours en vigueur, affectent l'accès de la nation caribéenne aux médicaments, fournitures et équipements médicaux nécessaires contre le Covid-19.

Source: Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/263452-cuba-rejette-les-campagnes-visant-a-discrediter-son-systeme-de-sante

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

35 JEUNES MEDECINS DE LA HAVANE SE RENDENT DANS LA PROVINCE DE MATANZAS, DANS L’OUEST DE CUBA, FORTEMENT TOUCHE PAR LE COVID-19

Par Le 12/07/2021

12 Juillet 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-07-11 18:43:36

 

La Havane, 11 juillet, (RHC)- Une trentaine de professionnels de la santé récemment diplômés de l'université des sciences médicales de La Havane se sont rendus dimanche dans la province de Matanzas, dans l'ouest de Cuba, fortement touchée par le Covid-19.

Luis Antonio Torres Iribar, premier secrétaire du Parti Communiste dans notre capitale, a remis le drapeau national à cette brigade de jeunes médecins partis en renfort pour Matanzas.

60 jeunes professeurs de médecine se sont joints à ce groupe.

Luis Antonio Torres Iribar les a tous remerciés pour ce geste d’amour, d’altruisme, de solidarité, d’humanisme et d’engagement envers la noble profession qu'ils exercent et envers leur peuple.

Luis Antonio Torres Iribar a félicité en particulier les jeunes diplômés qui ont renoncé à leurs vacances pour se lancer dans cette bataille pour la santé et la vie, et pour aider leurs frères et sœurs de Matanzas, comme la grande famille qu'est le peuple cubain, à surmonter cette période difficile.

«C'est votre Moncada, celle de ces temps», a déclaré le premier secrétaire du PCC à La Havane, en faisant allusion à l’attaque de la Caserne Moncada, à Santiago de Cuba, commandée par Fidel Castro. Cette action a donné le coup d’envoi des luttes révolutionnaires qui ont abouti le 1er janvier 1959.

Luis Antonio Torres Iribar a exhorté ces jeunes professionnels à lutter avec la même passion pour Cuba que la Génération du Centenaire il y a 68 ans, avec le même esprit de sacrifice, de force d'âme et de conviction absolue dans la victoire.

Ces 35 jeunes diplômés sont ceux qui ont eu les meilleures notes de leur classe et les premiers à répondre à l'appel. L'un d'entre eux, le Dr Fabian Perez, a résumé les sentiments de tous en exprimant que cette volonté est le résultat des valeurs semées par Fidel et la Révolution et la détermination à faire face et à surmonter la douleur, la souffrance, la mort et à aider ceux qui en ont besoin.

«Matanzas n'est pas seule, mais, tout comme dans ce territoire, où et quand on aura besoin de nous, nous serons toujours prêts à tout faire pour notre chère Cuba», a déclaré le jeune médecin qui a reçu des mains de Luis Antonio Torres Iribar le drapeau en tant que chef de la brigade

Un groupe de jeunes étudiants de l’université technologique de La Havane «José Antonio Echeverría» s’était rendu samedi dans la province de Matanzas contribuer à l’informatisation des centres aménagés pour l’hospitalisation de malades.

Des médecins et infirmiers d’autres provinces appuient également leurs collègues de Matanzas.

Source: ACN

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/263523-des-jeunes-medecins-havanais-se-rendent-a-matanzas-pour-lutter-contre-le-covid-19

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

LE PRESIDENT CUBAIN MIGUEL DIAZ-CANEL : « LA RUE EST AUX REVOLUTIONNAIRES »

Par Le 12/07/2021

12 Juillet 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-07-11 18:48:42

      

Le président s'est joint à San Antonio de los Baños à une manifestation des Révolutionnaires contre des individus qui tentaient de manipuler les pénuries de la population pour troubler l’ordre.

La Havane, 11 juillet, (RHC)- «La rue est aux Révolutionnaires» a souligné ce dimanche le président Miguel Díaz-Canel, au cours d’une intervention spéciale à la télévision nationale.

Il a ainsi répondu aux appels aux troubles lancés sur diverses plateformes numériques et à la manipulation des difficultés que traverse Cuba en plein milieu d’un rebond du Covid-19, de la crise économique que la pandémie a déclenchée dans le monde et du blocus par lequel Washington tente de réduire le peuple cubain par la faim et la maladie.

Le président a fait un tour d'horizon des difficultés découlant du blocus dont la persécution par Washington des cargaisons de carburant.

Il a souligné que les mesures prises contre notre pays par l’administration Trump et maintenues jusqu’à présent par le gouvernement de Joe Biden reflètent une politique de méchanceté.

Le président venait de se joindre à San Antonio de los Baños à une manifestation des Révolutionnaires contre des individus qui tentaient de manipuler les pénuries de la population pour troubler l’ordre.

Miguel Díaz-Canel a confirmé la volonté de dialogue du gouvernement sur les véritables causes de la situation nationale.

Dans son allocution, le président Miguel Díaz-Canel a souligné que les ennemis de la Révolution profitent de la situation défavorable que nous vivons actuellement pour orchestrer des campagnes et déstabiliser le gouvernement.

Miguel Díaz-Canel a dénoncé le cynisme de ceux qui ont toujours appuyé le blocus de Cuba et qui demandent maintenant d’ouvrir un couloir «humanitaire» pour faire parvenir de l’aide.

Il a invité ceux qui, depuis les États-Unis, incitent au désordre et tentent de décourager la population à lever le siège et permettre que notre pays puisse se développer.

Source: Prensa Latina

 

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/263525-la-rue-est-aux-revolutionnaires-souligne-miguel-diaz-canel

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

PONTS D’AMOUR RECUEILLE 26 000 SIGNATURES AUX ETATS-UNIS CONTRE LE BLOCUS DE CUBA

Par Le 11/07/2021

10 Juillet 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-07-09 18:41:15

      

Sur initiative des Ponts d'Amour des dizaines de Cubano-américains marchent sur Washington pour remettre à la Maison Blanche la lettre demandant la levée du blocus.

La Havane, 9 juillet, (RHC)- Le projet de solidarité Puentes de Amor, Ponts d’Amour en français, a déjà récolté aux États-Unis 26 mille signatures contre le blocus de Cuba. 

Carlos Lazo, l’un des promoteurs de cette initiative de solidarité, espère que la pétition atteindra probablement les 30 mille dans les prochains.

Il a réitéré que l'un des objectifs est de réactiver l'ambassade des États-Unis à La Havane, de normaliser les services consulaires et de reprendre le programme de regroupement familial.

De même, Puentes de Amor demande de rétablir les vols des États-Unis vers toutes les provinces cubaines, d'éliminer les restrictions  empêchant les Nord-américains de visiter l'île et de faciliter l'envoi illimité de fonds vers la nation des Caraïbes.

Qui peut s'opposer à tout cela?, s'est interrogé le professeur cubano-américain qui a décrit comme un manque d'humanité de maintenir les familles séparées et de vouloir l'effondrement économique de Cuba.

Source: Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/263397-ponts-damour-recueille-26-mille-signatures-aux-etats-unis-contre-le-blocus-de-cuba

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

CUBA APPRECIE LA RESOLUTION APPROUVEE EN ESPAGNE CONTRE LE BLOCUS

Par Le 11/07/2021

10 Juillet 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-07-09 18:46:30

      

La Havane, 9 juillet, (RHC)- La Directrice Adjointe chargée des États-Unis au Ministère Cubain des Affaires Etrangères, Johana Tablada, a remercié ce vendredi le Chambre Espagnole des Députés pour pour l’adoption d’une résolution contre de l’île par Washington.

Le document de la Commission des Affaires étrangères de la Chambre des Députés demande au gouvernement espagnol d’encourager l’administration nord-américaine à la levée effective du blocus économique et financier  et commercial.

Le texte, adopté lors d'une séance le 29 juin, demande également la suspension du titre III et laisser inapplicable le numéro IV de la loi Helms-Burton, condamnée par les autorités cubaines pour son caractère extraterritorial.

Source: Prensa Latina 

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/263399-cuba-apprecie-la-resolution-approuve-en-espagne-contre-le-blocus

Tag(s) : #Cuba#Espagne

Dans CUBA

CUBA : ABDALA, LE PREMIER VACCIN MIS AU POINT ET PRODUIT EN AMERIQUE LATINE

Par Le 10/07/2021

10 Juillet 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-07-09 19:04:50

      

Cuba est devenu le premier pays en Amérique Latina à développer et produire un vaccin contre le Covid-19.

La Havane, 9 juillet, (RHC).- Le CECMED, le Centre pour le Contrôle des Médicaments, des Équipements et des Dispositifs médicaux de notre pays a autorisé ce vendredi l'utilisation d'urgence  du vaccin cubain Abdala mis au point par le CIGB, le Centre de Génie Génétique et de Biotechnologie de La Havane.

Le CECMED a certifié la réponse d’Abdala aux exigences et aux paramètres demandés en termes de qualité, de sécurité et d’efficacité.

Fin juin, les autorités sanitaires cubaines ont confirmé l’efficacité de 92,28% de l’immunogène.

Abdala devient ainsi le premier vaccin produit et développé en Amérique Latine, à bénéficier d'une autorisation d'utilisation d'urgence.

Source: Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/263403-abdala-le-premier-vaccin-mis-au-point-et-produit-en-amerique-latine

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

CUBA : LE CECMED APPROUVE LE LANCEMENT D’UN ESSAI PEDIATRIQUE AVEC LE VACCIN ABDALA

Par Le 09/07/2021

7 Juillet 2021

Le Centre de contrôle d'État des médicaments, des équipements et des dispositifs médicaux (Cecmed) a approuvé le 1er juillet le début de l'essai clinique pédiatrique avec le candidat-vaccin Abdala, produit par le Centre de génie génétique et de biotechnologie

Auteur: Dairon Martínez Tejeda | informacion@granmai.cu

7 juillet 2021 11:07:36


La plupart des personnes (environ 80 %) se remettent de la maladie sans avoir besoin d'un traitement particulier. Photo : Infomed
Le Centre de contrôle d'État des médicaments, des équipements et des dispositifs médicaux (Cecmed) a approuvé le 1er juillet le début de l'essai clinique pédiatrique avec le candidat-vaccin Abdala, produit par le Centre de génie génétique et de biotechnologie.

Selon une information apportée lors d l'émission télévisé La table ronde, l'essai inclura 592 enfants et adolescents âgés de trois à 18 ans. Il est pratiqué sur la base du volontariat et portera le nom d'Ismaelillo, tiré du poème que José Martí dédia à son fils. Il s'agit d'un exercice clinique adaptatif de phase i-ii, randomisé, en groupes parallèles et en double aveugle, visant à évaluer la sécurité et l'immunogénicité, chez des enfants et des adolescents cubains apparemment en bonne santé, avec deux doses du candidat-vaccin mis au point pour la prévention de la covid-19.

Pour participer à l’essai, la signature d'un consentement éclairé des parents ou des tuteurs légaux est exigée, et un assentiment éclairé pour les adolescents de plus de 12 ans.

L'autorisation délivrée par le Cecmed se fonde sur le contexte épidémiologique complexe actuel, sur l'augmentation considérable des cas positifs dans la population pédiatrique et sur les résultats obtenus avec les candidats-vaccins dans le cadre d'essais cliniques antérieurs.

Il a également été signalé que Soberana 02 a été approuvé par l'Institut Pasteur d'Iran (ipi) pour une utilisation d'urgence en République islamique.

Selon une déclaration du ministre iranien de la santé, le Dr Said Nemeki, le vaccin sera commercialisé en Iran sous le nom de Pasteur, dans le cadre d'un accord de coopération signé en janvier avec l’Institut Finlay des vaccins

L'autorisation de l'utilisation d'urgence de Soberana 02 en Iran a été réalisée sur la base des résultats du développement pharmaceutique du produit, qui a démontré sa sécurité et son immunogénicité dans les essais cliniques de phase i et ii réalisés à Cuba, selon lesquels il a montré une efficacité de 62% pour le schéma à deux doses.
source : http://fr.granma.cu/cuba/2021-07-07/le-cecmed-approuve-le-lancement-dun-essai-pediatrique-avec-le-vaccin-abdala

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

LES ETATS-UNIS MENTENT DANS LEUR RAPPORT LORSQU’ILS ACCUSENT CUBA DE TRAITE D’ETRES HUMAINS

Par Le 08/07/2021

5 Juillet 2021

Déclaration du Ministre des Relations extérieures

Auteur: MINREX | internet@granma.cu

5 juillet 2021 12:07:25


Photo: MINREX
Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a présenté, le 1er juillet 2021, le rapport 2020 du Département d’État sur la traite des êtres humains, un document qui, comme d’autres de ce genre publiés par cette institution, n’a aucune autorité, ni internationale, ni morale, et dont les fins sont clairement la calomnie et le chantage politique.

Cuba y est accusée mensongèrement, une fois de plus, de ne pas respecter les normes minimales pour l’élimination de la traite des êtres humains et de ne pas réaliser d’efforts significatifs en ce sens. Cette accusation fait partie de la campagne étasunienne visant à discréditer la coopération internationale cubaine en matière de santé, laquelle a valu à notre pays la reconnaissance de dizaines de gouvernements, l’estime des populations qui en bénéficient – presque toujours les plus modestes et défavorisées des pays où elle se déploie –, et les éloges des Nations unies, de l’Organisation mondiale de la santé et d’autres organismes internationaux.

Le Ministère des Relations extérieures rejette dans les termes les plus énergiques cette campagne diffamatoire menée par le gouvernement des États-Unis et promue par les secteurs les plus réactionnaires et corrompus de ce pays, dont des groupes extrémistes d’origine cubaine représentés au Congrès par des personnalités telles que les sénateurs Marco Rubio et Robert Menéndez.    

Cuba a une politique de « tolérance zéro » vis-à-vis de toutes les modalités de la traite des êtres humains, et a réalisé un excellent travail de prévention et de lutte contre celles-ci, ainsi que de protection des victimes, ce qui est attesté aux Nations unies et dans d’autres organisations internationales.

L’accès à la santé est un droit humain. Le gouvernement des États-Unis commet un crime lorsqu’il cherche à priver de ce droit ceux qui bénéficient de ces services grâce aux accords bilatéraux souscrits librement et souverainement entre Cuba et des dizaines de pays, et au travail professionnel, dévoué, altruiste et solidaire de milliers de travailleurs cubains de la santé.    

En répétant les calomnies de l’administration Trump, les États-Unis remettent en cause la sincérité de leur engagement dans la lutte contre ce terrible fléau qu’est la traite des êtres humains, tout en faisant peu de cas des efforts menés à l’échelle internationale pour le combattre.

Les États-Unis sont l’un des pays au monde à avoir le plus de problèmes en matière de traite d’êtres humains. Leurs politiques d’asphyxie économique de Cuba et de non-respect des accords migratoires bilatéraux favorisent les organisations liées au crime international, au trafic de migrants et à la traite d’êtres humains.

La Havane, le 3 juillet 2021.
source : http://fr.granma.cu/cuba/2021-07-05/les-etats-unis-mentent-dans-leur-rapport-lorsquils-accusent-cuba-de-traite-detres-humains

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

LE BUDGET DE L’ETAT CUBAIN SOUTIENT LA LUTTE CONTRE LE COVID-19 ET LA REPARATION DES DEGATS CAUSES PAR LA TEMPETE ELSA

Par Le 08/07/2021

7 Juillet 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-07-06 11:48:02

      

La Havane, 6 juillet, (RHC)- Le budget de l'État cubain soutient les dépenses liées à la lutte contre la pandémie de Covid-19 et au redressement après les catastrophes, a confirmé à La Havane la ministre des Finances et des Prix, Meisi Bolaños.

Dans un tweet, elle a rappelé qu’en raison de  l'urgence sanitaire, Cuba avait débloqué, à la fin du mois de mai, plus de 4 milliards 300 millions de pesos (plus de 170 millions de dollars).

«Une réserve est prévue pour la reprise en cas de catastrophes, y compris météorologiques», a-t-elle indiqué sur Twitter.

Dans un autre message, Meisi Bolaños a déclaré que plus de 1 400 bureaux de procédures sont prêts dans le pays à l’intention des personnes nécessitant de crédits et de subventions pour réparer les dégâts causés par la tempête.

Source: Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/262999-le-budget-de-letat-cubain-soutient-la-lutte-contre-le-covid-19-et-la-reparation-des-degats-causes-par-la-tempete-elsa

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

MIGUEL DIAZ-CANEL APPELLE A L’UNITE POUR LA DEFENSE DE LA PAIX AU SOMMET DU CENTENAIRE DU PC CHINOIS

Par Le 07/07/2021

7 Juillet 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-07-06 14:54:05

 

"Unissons-nous dans la lutte urgente et nécessaire pour la paix, la vie et le bien-être de tous les êtres humains".

La Havane, 6 juillet, (RHC).- Miguel Díaz-Canel, premier secrétaire du Comité central du Parti Communiste de Cuba et président de la République, a appelé ce mardi à l'unité dans la lutte urgente et nécessaire pour la paix, la vie et le bien-être de tous les êtres humains.

S’exprimant par visioconférence au Sommet à l’occasion du centenaire du Parti Communiste Chinois, Miguel Diaz-Canel a qualifié la fondation du Parti Communiste Chinois et la proclamation de la Chine nouvelle d’événements fondamentaux dans l'histoire de l'humanité.

«Aujourd'hui, après plus de quatre décennies de réforme et d'ouverture, la République populaire de Chine est reconnue dans le monde entier pour sa base économique solide, fondée sur un énorme marché intérieur et l'expérience acquise dans le processus d'exploration de la construction du socialisme aux caractéristiques chinoises», a-t-il souligné.

Le premier secrétaire du Parti Communiste de Cuba a d’autre part dénoncé les desseins de Washington de présenter la Chine comme une menace pour sa sécurité, tout en insistant pour dénigrer l'image du Parti communiste chinois.

Il a déclaré que dans le contexte de la situation internationale complexe actuelle, la République populaire de Chine est un élément important d'équilibre, de stabilité et de sauvegarde de la paix mondiale, qui n'impose pas son modèle, n'adopte pas de mesures coercitives unilatérales, n'applique pas de lois extraterritoriales, défend le multilatéralisme et les principes du droit international.

Miguel Díaz-Canel a d’autre part mis en avant les liens étroits entre les peuples et les partis communistes de Cuba et de la Chine  fondés sur l'égalité, le respect mutuel, l'amitié et la coopération.

«Nous sommes unis par la détermination à construire le socialisme, sur la base des réalités nationales, de la confiance politique mutuelle, d'une vision commune du développement durable et du plus grand souci du bien-être de nos peuples», a-t-il assuré.

À la fin de son discours  Miguel Diaz-Canel a réitéré la position immuable de Cuba, à savoir le soutien au principe d'une seule Chine, ainsi que le rejet et la condamnation de l'ingérence dans ses affaires intérieures, tout en remerciant la position sans équivoque de cette grande nation en solidarité avec notre petit pays, qui a dû payer un coût économique élevé et en vies humaines, pour avoir fermement défendu ses nobles idéaux.

Source: Site du Parti Communiste de Cuba

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/263015-miguel-diaz-canel-appelle-a-lunite-pour-la-defense-de-la-paix-au-sommet-pour-le-centenaire-du-pcch

 

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

DIAGNOSTIQUEUR DE COVID-19 100% CUBAIN. UN AUTRE EXPLOIT DE LA SCIENCE CUBAINE

Par Le 07/07/2021

7 Juillet 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-07-06 11:36:17

 

UMELISA, nom commercial du diagnostiqueur de Covid-19 100% cubain, sera intégré aux protocoles de santé de notre pays dès qu’il passera des tests exhaustifs d’efficacité.

La Havane, 6 juillet, (RHC)- Le Centre d’Immuno-essais de La Havane vient de mettre au point un kit diagnostic du Covid-19 qui identifie en quatre heures seulement la présence du coronavirus SARS-Cov-2.

«Un autre exploit de la science cubaine, a tweeté le président cubain, Miguel Díaz-Canel»

UMELISA, tel est le nom commercial du diagnostiqueur de Covid-19 100% cubain, sera intégré aux protocoles de santé de notre pays dès qu’il passera des tests exhaustifs d’efficacité.

Les 644 premiers kits du produit biotechnologique attendent la certification du CECMED, le Centre pour le Contrôle des Médicaments, des Équipements et des Dispositifs médicaux, pour être remis à l’entreprise cubaine chargée de la commercialisation et de la distribution de médicaments, ENCOMED.

Selon Irina Valdivia, directrice adjointe du développement et de la production de diagnostics de l'institution scientifique, 826 kits devraient être livrés le 8 juillet, et d'ici le 15 juillet, plus de 1 600.

Source: Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/262992-diagnostiqueur-de-covid-19-100-cubain-un-autre-exploit-de-la-science-cubaine-miguel-diaz-canel

 

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

TEMPETE TROPICALE ELSA A CUBA : EVITER LES PERTES MATERIELLES ET HUMAINES, TELLE EST LA DEVISE.

Par Le 06/07/2021

6 Juillet 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-07-05 11:58:48

 

Le président Díaz-Canel est en contact permanent avec les autorités des provinces les plus touchées par la tempête tropicale.

La Havane, 5 juillet, (RHC).- Le président cubain, Miguel Díaz-Canel, a souligné ce lundi que face au passage de la tempête tropicale Elsa, éviter les pertes humaines et matérielles est la devise.

«Nous suivons attentivement la trajectoire de la tempête Elsa. Pour qu'une grande partie du pays puisse se reposer tranquillement, les autorités s'activent dans tout le pays. Éviter les pertes humaines et matérielles est la devise. Force Cuba. Nous vivrons et nous vaincrons», a tweeté le président.

Lorsque la tempête tropicale Elsa tourbillonnait dans la mer au sud de notre pays, Miguel Díaz-Canel a indiqué dans un tweet qu’il était en contact permanent avec les présidents des Conseils de la défense des territoires touchés par les pluies et les averses associées à Elsa.

Il a alors qualifié d’organisé, responsable et agile le travail réalisé dans les provinces de l’est de notre pays, à Camagüey et à Ciego de Avila.

Des dizaines de milliers de personnes ont été évacuées notamment chez des parents et des amis ou dans des établissements scolaires aménagés en centres d’accueil.

Le bétail a été conduit dans des lieux sûrs. Les agriculteurs ont récolté le plus possible les végétaux à point.

Les travailleurs ont renforcé les toitures des entreprises.

Source: Cubasi

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/262880-eviter-les-pertes-materielles-et-humaines-telle-est-la-devise

 

La Défense civile de Cuba décrète le retour à la normale dans tout le pays

Le Bulletin d'information n° 8 de l'État-major national de la Défense civile sur la tempête tropicale Elsa a été publié ce 6 juillet et entre en vigueur à 8h00

Auteur:  | informacion@granmai.cu

6 juillet 2021 09:07:23

Photo: Internet

Selon les informations du Centre de prévision de l'Institut de météorologie, la tempête tropicale Elsa s'éloigne du territoire national et ne présente plus aucun danger pour Cuba. Il a donc été décidé de passer à la normale dans les provinces de Sancti Spiritus, Cienfuegos, Villa Clara, Matanzas, Mayabeque, La Havane, Artemisa, Pinar del Rio et la municipalité spéciale de l’Île de la Jeunesse, à partir de 08h00 aujourd'hui.
Il est conseillé de rester attentif à la probabilité de pluies et d'orages isolés associés à la circulation externe de cet organisme cyclonique.
Pendant le retour à la normale, il est nécessaire d'accorder une attention particulière au respect des mesures prévues dans les plans de prévention et de contrôle du nouveau coronavirus, ainsi qu'aux instructions émises par les autorités locales à cet égard.
Évaluer les dommages causés dans des lieux spécifiques et mener des actions pour rétablir au plus vite les services essentiels.
Il est rappelé de prendre toutes les mesures de redressement dans les lieux qui ont été touchés, et de maintenir la surveillance des précipitations ou des déversements des réservoirs susceptibles de provoquer des inondations
Nous saluons le travail déployé par les organes de direction dans tous les territoires, la discipline et la solidarité dont a fait preuve la population pour se conformer aux mesures prises lors des préparatifs et de la réponse à cet événement.

ÉTAT-MAJOR NATIONAL DE LA DÉFENSE CIVILE

http://fr.granma.cu/cuba/2021-07-06/la-defense-civile-de-cuba-decrete-le-retour-a-la-normale-dans-tout-le-pays

Dans CUBA

LE PRESIDENT CUBAIN REJETTE LE RAPPORT AMERICAIN SUR LA TRAITE DES ETRES HUMAINS

Par Le 05/07/2021

4 Juillet 2021

Le président cubain rejette le rapport américain sur la traite des personnes
 

Le président cubain rejette le rapport américain sur la traite des êtres humainsHavana, 4 juil. (Prensa Latina) Le président cubain Miguel Diaz-Canel a rejeté aujourd'hui le rapport du Département d'État américain qui accuse le pays des Caraïbes de ne pas se conformer suffisamment à l'élimination de la traite des êtres humains.

Selon le président, les États-Unis mentent, diffament et calomnient en accusant La Havane dans son rapport sur ce fléau, publié le 1er juillet par le secrétaire d'État Antony Blinken.

Il est gêné par l'exemple moral, solidaire et humaniste de nos brigades médicales de coopération internationaliste", a écrit le chef de l'État sur Twitter.

Une récente déclaration du ministère cubain des affaires étrangères a rejeté la campagne de Washington contre la coopération internationale dans le domaine de la santé et a ratifié la politique de tolérance zéro du pays antillais contre toute forme de trafic d'êtres humains.

Selon le texte, le rapport du Département d'État est une initiative diffamatoire promue par les secteurs les plus réactionnaires et corrompus du pays nord-américain.

Cuba a une politique de tolérance zéro à l'égard de toute forme de traite des êtres humains, et d'excellents résultats en matière de prévention, de confrontation et de protection des victimes, des résultats enregistrés par les Nations unies et d'autres organisations internationales, a écrit le ministre des affaires étrangères Bruno Rodríguez sur Twitter.

Le rapport accuse Cuba de ne pas se conformer suffisamment aux normes minimales pour l'élimination de la traite des êtres humains et de ne pas faire d'efforts significatifs à cette fin.

Cette accusation fait partie de la campagne visant à discréditer la coopération internationale de Cuba dans le domaine de la santé, pour laquelle le pays a reçu la reconnaissance de dizaines de gouvernements et l'appréciation des populations bénéficiaires, ajoute la note publiée par La Havane.

Elle rejette également le lien dans la campagne de groupes extrémistes d'origine cubaine représentés au Congrès par des personnalités telles que les sénateurs Marco Rubio et Robert Menendez.

Les États-Unis sont l'un des pays qui connaissent les plus grands problèmes de trafic d'êtres humains, avec des politiques d'asphyxie économique contre Cuba et la violation d'accords migratoires bilatéraux qui favorisent les organisations liées au crime international, au trafic de migrants et au trafic d'êtres humains, conclut le rapport.

ga/ebr

source : https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=459833&SEO=presidente-de-cuba-desestima-informe-de-eeuu-sobre-trata-de-personas

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

LE PRESIDENT CUBAIN, MIGUEL DIAZ-CANEL : « CUBA EST PRETE A AFFRONTER LA TEMPETE ELSA »

Par Le 05/07/2021

5 Juillet 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-07-04 19:23:44

      

Photo: Estudios Revolución

La Havane, 4 juillet, (RHC).- Le président cubain, Miguel Díaz-Canel, a souligné ce dimanche que Cuba est prête à affronter la tempête tropicale Elsa dans les conditions de complexité épidémiologique dues au Covid-19.

Le président Díaz-Canel a tenu ces propos lors de la réunion du Groupe de travail temporaire du gouvernement pour la prévention et le contrôle du Covid-19 et de l'organe socio-économique du Conseil de la défense nationale.

«Cet événement s'approche déjà au milieu de la complexité de la situation du Covid-19 et aujourd'hui matin nous avons montré que le pays est préparé pour faire face, dans ces conditions, à la tempête tropicale et garantit les actions de travail pour commencer rapidement la réparation des dégâts après son passage», a déclaré le président.

Sur ce point, il a appelé les autorités de tout le pays à évaluer et préciser comment chacune des structures, notamment les plus proches de la population, s'y sont préparées.

Le Premier secrétaire du Parti Communiste de Cuba a souligné la nécessité d'adopter une attitude responsable et engagée  envers la population et de participer à tous les efforts déployés en tant que pays pour faire face à cette situation météorologique.

Il a indiqué que les derniers décès survenus lors de ces événements sont essentiellement dus à trois causes: les personnes qui se baignent de manière irresponsable dans les rivières en crue, celles qui touchent des câbles électriques sans savoir s'ils sont alimentés ou non et celles qui ne se protègent pas des décharges électriques.

«Nous pouvons affirmer de manière responsable que nous avons travaillé sur l'organisation pour faire face à cette tempête tropicale même si elle pénètre dans le pays dans la catégorie d’ouragan.

Il a ensuite souligné qu’il faut une participation responsable de la part de la population en respectant toutes les mesures adoptées; en observant les informations qui sont données, en se réfugiant dans les lieux prévus, avec un comportement discipliné, où tout le monde coopère pour pouvoir amorcer la réparation des dégâts le plus vite possible notamment dans l’agriculture et la production alimentaire.

Enfin, il a insisté sur le fait que «la confiance, la sécurité et l'expérience existent et que, par conséquent, une fois de plus, avec optimisme et avec la certitude que nous allons bien faire, nous ferons face à ce phénomène, ce sera un autre moment où l'unité du peuple, du Parti, du gouvernement et de la Révolution sera consolidée, où nous pourrons donner une réponse victorieuse à l'adversité et où nous continuerons à travailler très dur pour éliminer, dans les plus brefs délais, les conséquences que le Covid-19 nous cause de manière intensifiée ces dernières semaines».

Pour sa part, le Premier ministre, Manuel Marrero, a estimé qu'il était essentiel de suivre l'évolution de la tempête sans désespoir, calmement, en se conformant à ce qui est établi. Ne pas se précipiter au-delà de ce qui est prévu dans les plans mais ne pas rester en deçà non plus.

Il a appelé la population à suivre de près l’évolution et à respecter chacune des dispositions annoncées pour chaque étape de l’évolution du phénomène naturel.

Le second en chef de l'état-major national de la défense civile, le colonel Luis Angel Macareño, a attiré l'attention sur l'évaluation faite par l'Institut de météorologie qui a été exacte dans toutes ses prévisions. Il a dit que même si Elsa ne devient pas un ouragan d'aucune des intensités, la tempête tropicale présente les éléments destructeurs de ce genre de phénomène météorologique: les vents, les pluies et les inondations que ces dernières risquent de déclencher.

«Les fleuves peuvent rencontrer des obstacles dans leur cours vers la mer et provoquer des inondations à certains endroits. N’oublions pas que les pluies de la tempête sont en train d’affecter les quatre massifs montagneux», a-t-il signalé.

Dans l'analyse générale réalisée lors de la réunion du groupe de travail temporaire pour la prévention et le contrôle du Covid-19 et de l'organe socio-économique du Conseil de la défense nationale, la situation épidémiologique actuelle du pays était également à l'ordre du jour.

Pour la première fois la province de Matanzas a dépassé le millier de cas positifs pour une journée, et le pays dans son ensemble a connu un nouveau triste record: 3 mille 519 infections en 24 heures.

Par vidéoconférence, les plus hautes autorités gouvernementales des quinze provinces du pays ont fait le point sur la lutte contre la pandémie et les mesures prises pour minimiser l'impact sur chaque territoire lors du passage de la tempête tropicale Elsa.

Source: Radio Rebelde

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/262788-cuba-est-prete-a-affronter-la-tempete-tropicale-elsa-miguel-diaz-canel

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

CUBA SALUE LE 48e ANNIVERSAIRE DE LA FONDATION DE LA CARICOM

Par Le 05/07/2021

5 Juillet 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-07-04 19:11:06

 

 

La Havane, 4 juillet, (RHC).- Le ministre cubain des Affaires étrangères, Bruno Rodriguez, a salué ce dimanche le 48e anniversaire de la Communauté des États de la Caraïbe (CARICOM), qu'il a qualifiée d’espace de consultation, d'unité et d'intégration.

Dans un message posté sur Twitter, le ministre des Affaires étrangères a mis l’accent sur la nécessité de renforcer les alliances dans la région «pour répondre aux objectifs et défis communs».

La CARICOM célèbre sa journée le 4 juillet en l'honneur de la signature du traité de Chaguaramas, et le 5 juillet, le 20e anniversaire de la signature de cet accord révisé.

La Communauté des États des Caraïbes est composée d'Antigua-et-Barbuda, des Bahamas, de la Barbade, du Belize, de la Dominique, de la Grenade, du Guyana, d'Haïti, de la Jamaïque et de Montserrat, ainsi que de Saint-Kitts-et-Nevis, de Sainte-Lucie, de Saint-Vincent-et-les-Grenadines, du Suriname et de Trinité-et-Tobago.

Source: Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/262785-cuba-salue-le-48e-anniversaire-de-la-fondation-de-la-caricom

 

Tag(s) : #CARICOM#Cuba

Dans CUBA

CUBA A CELEBRE LE CENTENAIRE DU PARTI COMMUNISTE CHINOIS

Par Le 04/07/2021

Cuba a célébré le centenaire du Parti communiste chinois

Dans un message adressé au Secrétaire général du PCC, le président cubain a souligné que « nous sommes heureux que les relations entre nos partis se caractérisent par leur pleine maturité, exprimée par la confiance politique, l'échange d'expériences, l'égalité et le respect mutuel »

Auteur:  | internet@granma.cu

2 juillet 2021 08:07:25

Photo: Studios Revolution

Lors d'une cérémonie présidée par le général d'armée Raul Castro Ruz, et le Premier secrétaire du Comité central du Parti et président de la République, Miguel Diaz-Canel Bermudez, Cuba a commémoré jeudi le centenaire de la fondation du Parti communiste chinois, et a réaffirmé les liens d'amitié indéfectibles entre les deux nations.

Dans un message adressé au Secrétaire général du Parti communiste chinois, le président cubain a souligné que « nous sommes heureux que les relations entre nos partis se caractérisent par leur pleine maturité, exprimée par la confiance politique, l'échange d'expériences, l'égalité et le respect mutuel ».

Au cours de la cérémonie, le membre du Bureau politique et Secrétaire de l'organisation et de la politique des cadres du Comité central du Parti communiste de Cuba, Roberto Morales Ojeda, a adressé, au nom de cette organisation politique et du peuple cubain, des félicitations fraternelles à tous les communistes chinois pour le 100e anniversaire de leur Parti.

Il a réaffirmé le soutien de l'archipel au principe d' « une seule Chine » et rejeté toute tentative d'ingérence dans ses affaires intérieures. Il a également remercié le géant asiatique pour son soutien indéfectible à la lutte de Cuba contre le blocus exercé par les États-Unis.

Photo: José Manuel Correa

Il a souligné la volonté des deux partis de perfectionner les mécanismes de coordination et d'échange, le soutien aux liens économiques et de coopération, ainsi que la consultation permanente sur les questions stratégiques.

La Chargée d'affaires de l'ambassade de Chine à Cuba, Zhang Yiwen, a remercié dans son discours l'initiative cubaine de célébrer cette date : « Les relations entre la Chine et Cuba sont au meilleur moment de leur histoire, et sont caractérisées par une pleine maturité et une grande confiance », a-t-elle déclaré.

http://fr.granma.cu/cuba/2021-07-02/cuba-a-celebre-le-centenaire-du-parti-communiste-chinois

Dans CUBA

TRAFIC US DE LA VERITE EN INSCRIVANT CUBA SUR LEUR LISTE NOIRE

Par Le 04/07/2021

Les États-Unis « trafiquent » de la vérité en inscrivant Cuba sur leur liste noire

L'objectif d'inclure Cuba sur une telle liste n'a qu'un seul but : justifier l'hostilité du gouvernement des États-Unis et les mesures unilatérales croissantes de blocus et de coercition économique

Auteur:  | internet@granma.cu

2 juillet 2021 09:07:49

Fidèles à leur politique agressive à l'égard de Cuba, les États-Unis ont décidé ce jeudi de maintenir notre pays sur leur « liste noire » des pays qui ne font pas assez pour lutter contre la traite des êtres humains.

Le membre du Bureau politique et ministre des Relations extérieures (Minrex) de Cuba, Bruno Rodriguez Parrilla, à propos de cette nouvelle agression, a souligné sur Twitter que les accusations du Secrétaire d'État Antony Blinken contre Cuba sur la traite des êtres humains sont malhonnêtes et une offense au personnel de santé cubain.

Ils répètent sans vergogne les mensonges fabriqués sous l’administration de Donald Trump pour justifier l'agression. Un exemple de corruption politique, a ajouté le chef de la diplomatie cubaine.

En raison de son caractère calomnieux, le ministère des Relations extérieures avait également rejeté énergiquement en 2019 et 2020 cette inscription diffamatoire et restrictive.

Cuba mène une politique de « tolérance zéro » à l'égard du trafic, fondée sur une stratégie intégrale. Nous jouissons également d'un prestige international reconnu dans la mise en œuvre du Plan d'action national pour prévenir et combattre la traite des personnes et protéger les victimes (2017-2020).

L'objectif d'inclure Cuba dans un tel cas n'a qu'un seul but : justifier l'hostilité du gouvernement des États-Unis et les mesures unilatérales croissantes de blocus et de coercition économique visant à détériorer le niveau de vie de la population, à limiter les flux financiers vers le pays, à entraver les approvisionnements, à endommager les processus productifs et à nuire aux services sociaux, a publié le Minrex dans un communiqué en 2019.

Il cherche également à discréditer la coopération médicale internationale qui a sauvé ou contribué à sauver la vie de millions de personnes dans plus de 160 nations et qui, notamment pendant la pandémie, a apporté son aide dans une quarantaine de pays.

La nouvelle liste dressée par les États-Unis comprend le Nicaragua, le Venezuela et la Chine, et est complétée par l'Afghanistan, l'Algérie, le Myanmar, les Comores, l'Érythrée, la Guinée-Bissau, l'Iran, la République populaire démocratique de Corée, la Malaisie, la Russie, le Sud-Soudan, la Syrie et le Turkménistan.

http://fr.granma.cu/mundo/2021-07-02/les-etats-unis-trafiquent-de-la-verite-en-inscrivant-cuba-sur-leur-liste-noire

Dans CUBA

USA : CLAMEUR EN FAVEUR D’UNE COOPERATION AVEC CUBA SUR LES VACCINS ANTI-COVID-19

Par Le 04/07/2021

4 Juillet 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-07-03 09:33:50

      

La Havane, 3 juillet (RHC) L’organisation américaine Knowledge Ecology International (KEI) a adressé un mémorandum à la Maison Blanche demandant des éclaircissements sur la politique de sanctions contre Cuba afin de collaborer à la mise au point de vaccins contre le Covid-19.

Selon la plate-forme d’information sur la santé Health Policy Watch, le KEI, un groupe à but non lucratif en faveur de l’accès abordable aux médicaments a demandé que les agences fédérales collaborent avec les instituts de recherche cubains pour financer des essais cliniques supplémentaires ou élargis.

Dans son message à l’exécutif, l’entité a reconnu qu’au cours de la dernière année et demie, dans le contexte de la pandémie de Covid-19, les sanctions de Washington contre la plus grande île des Antilles ont affecté la capacité des entreprises et des organisations à but non lucratif de travailler avec Cuba sur son programme de vaccins.

"Le président Joe Biden doit clarifier les choses et s’assurer qu’aucune des sanctions de Washington ne s’étende aux activités de fabrication, de vente ou de distribution d’immunisants du pays caribéen", a réclamé la KEI.

L’organisation demande ainsi à l’administration actuelle de rendre compte de l’état d’avancement du mémorandum d’accord signé en juin 2016 entre le Département de la santé et des services humains des États-Unis et le Ministère de la santé publique de Cuba.

 

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/262698-etats-unis-clameur-en-faveur-dune-cooperation-avec-cuba-sur-les-vaccins-anti-covid-19

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

CUBA : L’IMMUNISATION AVEC ABDALA EST TERMINEE SUR L’ILE DE LA JEUNESSE

Par Le 03/07/2021

2 Juillet 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-07-01 11:30:30

      

Nueva Gerona, chef lieu de l'île de la Jeunesse. Photo: Granma

La Havane, 1er juillet, (RHC)- La stratégie cubaine de lutte contre le Covid-19 a accompli ce jeudi une étape importante. L’île de la Jeunesse vient de terminer l’immunisation de la population éligible avec le candidat vaccin Abdala.

Un peu plus de 50 mille personnes résidant dans cette île ayant le statut de municipalité spéciale, (95,6% de la population considérée comme vaccinable), ont en effet reçu les trois doses de l’immunogène.

Le Dr Victor Doeste, coordinateur de l’intervention sanitaire sur l’île de la Jeunesse, a déclaré à Granma que ce chiffre représente 77% du total de la population de cette municipalité spéciale.

Il a souligné que cet indicateur correspond à la limite inférieure requise par l’OMS, pour obtenir une immunité de groupe contre le Covid-19.

Source: Granma

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/262465-covid-19-limmunisation-avec-abdala-est-terminee-sur-lile-de-la-jeunesse

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

CUBA ET LA MYOPIE GEOPOLITIQUE DE L’ADMINISTRATION BIDEN

Par Le 02/07/2021

Cuba et la myopie géopolitique de l’administration Biden

Par Germán Gorraiz López

Mondialisation.ca, 01 juillet 2021

Observateur continental

Région : 

Thème: 

 1   0  0 

 

  1

La fin du blocus américain contre Cuba, réclamée pour la vingt-neuvième année consécutive à l’Assemblée générale de l’Onu et approuvée à une écrasante majorité par 184 voix pour, 2 contre et 3 abstentions réaffirme la liberté de commerce et de navigation face à un blocus anachronique instauré par John Fitzgerald Kennedy en 1962 et qui aurait entraîné des pertes directes et indirectes pour l’île estimées à 110 000 millions de dollars selon le programme de l’Onu pour le développement (PNUD) et des milliards de dollars selon le gouvernement cubain.

Le renouvellement automatique par les Etats-Unis pour une année supplémentaire de l’embargo commercial sur l’île menacerait le système financier et politique international actuel et pourrait entraîner des pertes pour Cuba estimées à environ 7 000 millions de dollars, conduisant le régime cubain à l’étouffement économique qui peut devenir mortel après le déclenchement de la pandémie de coronavirus.

Cuba, l’obsession de Trump. Donald Trump a eu la volonté d’éliminer l’héritage de Barack Obama. Après la tentative de mettre fin à l’Obamacare, l’annonce de la révision du traité de l’accord de libre-échange nord-américain (ALENA) et le retrait des Etats-Unis de l’accord de Paris contre le changement climatique, l’étape suivante consistait à défaire les avancées diplomatiques et commerciales réalisées avec Cuba dans le cadre du mandat de Barack Obama.

Les changements proposés par l’administration Trump visaient à accroître les réglementations et la supervision afin de rendre difficile pour les entreprises américaines de signer des accords avec Cuba ainsi que pour les Américains de continuer à voyager dans le pays. D’éminents républicains d’origine cubaine en seraient l’origine: Marco Rubio et Mario Díaz-Balart. Selon une étude d’Engage Cuba, la nouvelle politique «coûterait 6,6 milliards de dollars à l’économie américaine et affecterait 12 295 emplois pendant le premier mandat de Trump».

Mike Pence a annoncé la mise en œuvre de nouvelles mesures contre deux compagnies qui transportent du brut vénézuélien à Cuba ainsi que contre les 34 navires utilisés par PDVSA pour provoquer «l’asphyxie énergétique de Cuba» au moyen de l’amputation du cordon ombilical reliant le Venezuela et Cuba suivant la théorie kentienne de la «carotte et du bâton» exposée par Sherman Kent dans son livre Strategic Intelligence for North American World Politics (1949). Sherman Kent déclare que «la guerre n’est pas toujours conventionnelle: une grande partie de la guerre, lointaine et rapprochée, a toujours été menée avec des armes non conventionnelles: […] armes […] politiques et économiques. Le genre de guerre où ils sont utilisés […] (sont) la guerre politique et la guerre économique».

A la suite de l’escalade répressive, le département du Trésor américain a imposé des sanctions à la société d’Etat cubaine Cubametales pour «sa poursuite de l’importation de brut vénézuélien et son soutien au gouvernement du président du Venezuela, Nicolás Maduro». Les avoirs que l’entreprise pourrait avoir sous juridiction américaine sont gelés et les transactions financières avec des entités américaines sont interdites puisque Cubametales serait, selon le gouvernement américain, «chargé de garantir la totalité des importations et exportations de carburants à Cuba».

L’objectif est d’étouffer l’île après l’effondrement du tourisme provoqué par la pandémie de coronavirus. L’administration Trump a bloqué les achats et livraisons de masques, des ventilateurs pulmonaires et d’autres fournitures de santé de base pour le traitement des patients atteints de la Covid-19. Le but de cette administration était de parvenir à une pénurie totale de pétrole, de nourriture et de fournitures de santé vitales pour ébranler le statu quo actuel de l’île. Pour en finir, Donald Trump a de nouveau inclus Cuba dans la liste des «Etats parrainant le terrorisme» jusqu’à achever le nombre record de 240 sanctions contre l’île.

Joe Biden dans un entretien à CBS a déclaré qu’ «en cas de victoire des élections, il reprendrait la politique menée par Barack Obama envers Cuba», ce qui pourrait se traduire par un changement significatif dans les relations cubaines dans un avenir proche. Dans ce contexte, la demande du think tank Cuba Study Group (CSG) à l’administration Biden pour «un engagement diplomatique renouvelé avec Cuba» serait encadrée. Ledit groupe d’analystes présidé par l’homme d’affaires Carlos Saladrigas représenterait la tendance modérée de la communauté cubano-américaine et serait composé d’éminents hommes d’affaires et militants politiques qui ont activement participé à l’amélioration des relations avec Cuba pendant la présidence Obama.

Dans sa pétition à l’administration Biden, il souligne qu’ «une politique de rapprochement vers Cuba est vitale pour promouvoir les intérêts nationaux des Etats-Unis et un avenir plus libre et plus prospère pour le peuple cubain» tout en joignant un agenda exhaustif des démarches nécessaires pour l’obtenir. Ainsi, le chemin à parcourir sera marqué par les défis du règlement du blocus énergétique de l’île, le retrait de Cuba de la liste des «Etats soutenant le terrorisme», l’abrogation de la loi Hemls-Burton et enfin, la suspension du blocus anachronique en vigueur depuis 1962. Cela laisserait la place à l’échange d’ambassadeurs et à la normalisation souhaitée des relations entre Cuba et les Etats-Unis.

Cependant, dans une interview à CNN, le conseiller de Joe Biden pour l’Amérique latine, le Colombien Juan González, a exclu un nouveau dégel avec Cuba et a assuré que «Joe Biden n’est pas Barack Obama dans la politique envers l’île», rajoutant que «le moment politique a considérablement changé», ce qui démontrerait la myopie géopolitique de l’administration Biden qui pourrait générer des résultats imprévisibles en pleine Guerre froide 2.0 entre les Etats-Unis et la Russie.

Germán Gorraiz López, analyste politique

La source originale de cet article est Observateur continental

Copyright © Germán Gorraiz LópezObservateur continental, 2021

https://www.mondialisation.ca/cuba-et-la-myopie-geopolitique-de-ladministration-biden/5657902

Dans CUBA

CUBA : L’ENSEMENCEMENT CULTUREL DE LA REVOLUTION EST PEUT-ETRE SON EQUILIBRE LE PLUS BEAU ET LE PLUS ESSENTIEL

Par Le 02/07/2021

1 Juillet 2021

Dialogue avec le ministre de la Culture, le poète Alpidio Alonso

Auteur: Pedro de la Hoz | pedro@granma.cu

1er juillet 2021 08:07:33


Alpidio Alonso a déclaré : « La culture est au cœur du projet socialiste cubain ». Photo: Ariel Cecilio Lemus
Cet entretien avec le ministre de la culture, le poète Alpidio Alonso, a été convenu quelques jours avant la commémoration du 60e anniversaire de « Paroles aux intellectuels ». Nous l'avons interrogé sur la pertinence de ce discours fondateur et sur la manière dont ses concepts s'incarnent dans la création, la promotion et la réception de la production artistique et littéraire aujourd'hui.
‒ Comment le dialogue entre l'avant-garde politique et l'avant-garde artistique et littéraire s'articule-t-il et s'actualise-t-il dans le contexte actuel ?
‒ Ce dialogue, créé par Fidel, a été la clé. Sans ce climat de confiance et de rétroalimentation établi dès le début, il n'aurait pas été possible d'obtenir les résultats que la culture cubaine peut afficher aujourd'hui. La fécondité de ce dialogue se manifeste par un travail extraordinaire et indéniable, par le niveau de couverture institutionnelle du développement et de la promotion de la culture et par la participation de nos écrivains et de nos artistes en tant que protagonistes du vaste programme culturel de la Révolution. Comment expliquer, sinon à partir de la priorité accordée à la culture, non seulement la force et la vigueur de l'art et de la culture à Cuba, mais aussi ce qu'a été et ce qu'est la Révolution en termes d'émancipation, de justice sociale et de qualité de vie du peuple ?
Le meilleur de l'intelligentsia cubaine a embrassé et fait sienne la Révolution triomphante. Dans sa politique culturelle, nos écrivains et artistes ont trouvé des réponses à des aspirations d'épanouissement maintes fois négligées dans la République bourgeoise. La Révolution ne s'est pas contentée de rendre leur travail digne et de créer les conditions et le climat propices à leur travail ; elle a fait plus, beaucoup plus : par une véritable démocratisation de l'accès à la culture, elle a ouvert les portes de l'éducation et de l'auto-amélioration et a formé un public de masse, capable de profiter pleinement du travail artistique.
 L'impact de cette politique sur le développement éducatif et culturel est indiscutable. La culture est au cœur du projet socialiste cubain. La culture et la Révolution sont indissociables entre nous. C'est ainsi que Fidel l'a vu dès le début et il en est toujours ainsi aujourd’hui. L'ensemencement culturel de la Révolution est peut-être son équilibre le plus beau et le plus essentiel.
Quand on évoque ce sujet, il est inévitable de penser à Fidel, à la relation très particulière et attachante qu'il entretint avec la culture et les intellectuels. Dans quel autre endroit du monde quelque chose de semblable s'est-il produit ? Fidel n'était pas seulement le leader de la Révolution, mais aussi le premier de ses intellectuels et le principal défenseur et promoteur de la culture. Il pensait toujours au peuple, ce qui, comme il nous l'a appris, est le principal objectif.
Au-delà des difficultés, des obstacles et aussi de quelques erreurs regrettables, que nous n’avons pas à cacher, et qui ont été rectifiées depuis longtemps, pendant toutes ces années, l'agenda culturel a été au centre de l'agenda national.
Cette priorité est demeurée inchangée sous la direction de Raul, dans une période marquée par de profondes transformations dans le pays, où, notamment depuis les Congrès du Parti et la nouvelle Constitution, le rôle décisif de la culture dans la construction de la société à laquelle nous aspirons a été redéfini et réaffirmé.
Cette vocation culturelle et de dialogue a trouvé un canal naturel dans la sensibilité et le travail du président Diaz-Canel à la tête de l'État et du gouvernement d'abord, et maintenant du Parti. Sa façon d'associer les processus de leadership et la gestion gouvernementale à la connaissance, à l'innovation et à la science montre clairement qu'il y a là aussi une volonté de continuité.
Depuis le dernier Congrès de l'Union des écrivains et des artistes de Cuba (Uneac), qui s'est conclu par un discours de sa part qui a brillamment remis au goût du jour les paroles de Fidel aux intellectuels et a secoué la plénière pour son courage, son honnêteté et son acuité, le président a maintenu un suivi systématique de l'exécution des accords qui y ont été conclus et a favorisé divers espaces de réflexion avec l'avant-garde, pour évaluer les problèmes de la vie culturelle et le travail des institutions.
Dans ses discours, il a clairement exprimé ce que la culture représente pour la nation, il a été le principal critique des obstacles et des distorsions bureaucratiques qui entravent le travail des créateurs, et il a défendu la culture et les artistes contre les attaques mercenaires et ceux qui cherchent à nous diviser et à détruire tout ce que nous avons accompli.
‒ Lorsque Fidel s'adressa aux intellectuels le 30 juin 1961, il déclara que « la Révolution défend la liberté (...), que la Révolution ne peut pas être par essence l'ennemi des libertés ». Cela a-t-il été un principe de notre politique culturelle ?
‒ La validité de ce principe réside dans l'originalité, la complexité et la diversité de l'art et de la littérature produits à Cuba au cours de ces années. Ceci serait impossible à réaliser dans un climat d'intolérance et d'oppression, « comme celui que nous vivons dans notre pays », selon ce que nous disent chaque jour les libelles mercenaires et la presse ennemie.
Peut-être parce que c'est un fait quotidien, parce que c'est devenu si naturel chez nous, nous en parlons trop peu : s'il y a un pays qui peut être fier de l'art qu'il promeut, c'est bien Cuba. Malgré les conditions d'une tranchée assiégée dans laquelle elles sont obligées de travailler, nos institutions ont créé de l'espace et ont soutenu les tendances et les styles de création les plus divers, sans les conditions mercantiles habituelles, si fréquentes dans d'autres domaines. Par ailleurs, ici, les prix qui sont décernés, les livres et les revues qui sont publiés, les disques qui sont enregistrés, les films qui sont tournés, les expositions qui sont inaugurées, les spectacles qui sont présentés, sont décidés par les artistes dans le cadre d'une relation responsable et transparente avec les institutions. Aucune de nos institutions ne prend de décisions importantes en matière de politique culturelle sans l’avis des collectifs spécialisés, qui sont tous majoritairement composés de créateurs. Dans le même temps, l’Uneac et les brigades de l’Association Hermanos Saiz (AHS) soumettent le travail de nos institutions à un examen permanent. Je ne justifie pas l'arbitraire, qui s'est produit à plus d'un moment parmi nous, et que nous devons éviter à tout prix, mais nous ne pouvons pas non plus accepter la matrice mensongère et perverse de ceux qui présentent Cuba comme un paradis de la censure. La rigueur et la responsabilité de cet exercice sont à peine mentionnées dans les grands circuits d'information. Cette vérité est systématiquement passée sous silence par des médias vénaux qui font la chasse au moindre incident, qui peut se produire n'importe où, pour le transformer en scoop.
Aux antipodes de ce que nous défendons, cette presse, cohérente avec les intérêts qu'elle représente, ne parle évidemment pas de la crise culturelle dévastatrice que connaît le capitalisme, où tout a été réduit à la catégorie de marchandise et où, donc, les critères omniprésents de rentabilité ont le dernier mot. Là, les règles du jeu, y compris les limites éthiques, sont fixées par le grand capital. Cela n'a pas été et ne sera pas notre voie. Les critères de liberté que nous défendons sont fondés sur des hypothèses éthiques qui ont été balayées depuis longtemps. C'est pourquoi nous estimons que le rôle de l'institution, sa responsabilité dans ce qui est offert au peuple, est si important. C'est aussi pour cela, d'ailleurs, que nous devons être si rigoureux et si critiques vis-à-vis de ce que nous faisons.
Ceux qui aujourd'hui nient ou tentent de minimiser le rôle des institutions au nom d'une supposée liberté créative, reproduisent les mêmes hypothèses et approches néolibérales qui proposent de réduire autant que possible le rôle de l'État et de donner toute la place au marché, qui soi-disant, de manière miraculeuse, résoudra tout.
Je me demande quelle place trouveraient dans ce modèle les milliers d'étudiants de nos écoles d'art, dont la seule condition pour entrer dans ces écoles et obtenir un diplôme est le talent, ou l'un des centaines de jeunes poètes de notre pays, dont cinq, dix livres et plus ont été publiés par des éditeurs sérieux, qui n'ont aucun scrupule à accepter la complexité de leurs œuvres et qui ont pris l'initiative de les distribuer et de les promouvoir ?
La réalité contrastante entre le soutien que les artistes ont reçu ici pendant la pandémie et celui des artistes qui sont livrés à eux-mêmes dans d'autres endroits, y compris dans des pays infiniment plus riches, devrait suffire à juger où se trouve le véritable engagement envers l'art et le travail des artistes dans le monde actuel.
Nous ne croyons pas à la possibilité d'un art aseptisé, stérilisé, sans ancrage dans les contradictions de la réalité et de l'être humain. Ceux qui maîtrisent le sujet savent très bien que ce n'est pas un art complaisant et frivole que nous soutenons. Pour corroborer cette affirmation, il y a les œuvres de tous les grands artistes et écrivains qui ont travaillé à Cuba au fil des ans sans avoir besoin de faire de concessions.
source : http://fr.granma.cu/cultura/2021-07-01/lensemencement-culturel-de-la-revolution-est-peut-etre-son-equilibre-le-plus-beau-et-le-plus-essentiel

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

ONU : CUBA CONDAMNE LES LISTES UNILATERALES ETABLIES PAR WASHINGTON

Par Le 02/07/2021

1 Juillet 2021

 

Nations Unies, 30 juin (Prensa Latina) Cuba a condamné hier devant l’ONU les actes unilatéraux de certains gouvernements, comme celui des États-Unis qui s’arroge le droit d’établir des listes de pays parrainant prétendument le terrorisme en tant que moyen de coercition politique. 

Ces actions sapent l’autorité centrale de l’Assemblée générale de l’ONU dans la lutte contre le terrorisme et entravent la coopération internationale en la matière, a déclaré l’ambassadeur cubain Pedro Luis Pedroso.

Prenant la parole lors de la deuxième conférence de haut niveau des chefs des services de lutte contre le terrorisme des États membres de l’Organisation des Nations Unies, le diplomate a de nouveau rejeté l’inscription de Cuba sur la liste unilatérale du Département d’État des États-Unis d’Amérique des nations qui parrainent prétendument ce type d’actions.

'Cette désignation est un acte calomnieux, hypocrite et opportuniste' a-t-il manifesté en rappelant la façon dont son pays a été victime d’actions terroristes perpétrées depuis les États-Unis, et qui ont coûté la vie à 3.478 personnes et qui ont frappé d’incapacité 2.099 citoyens cubains.

Selon Pedroso, il est démagogique que le Gouvernement nord-américain refuse de qualifier de terroriste l’attaque armée perpétrée contre l’ambassade de Cuba à Washington le 30 avril 2020.

Il viole ainsi la 'Convention sur la prévention et la répression des infractions contre les personnes jouissant d’une protection internationale, y compris les agents diplomatiques', à laquelle il est partie, a souligné l’ambassadeur.

Il s’est également déclaré préoccupé par l’utilisation abusive des technologies de l’information et des communications pour commettre, inciter, recruter, financer ou planifier des actes de terrorisme, en violation de la Charte des Nations Unies et du droit international.

Le terrorisme ne peut être associé à aucune religion, nationalité, civilisation ou groupe ethnique, et sa lutte doit être globale, avec des actions directes, incluant la prévention pour éradiquer ses causes profondes, a souligné Pedroso.

Cuba a réaffirmé son soutien aux mécanismes mis en place par l’Organisation des Nations Unies pour lutter contre le terrorisme et a réaffirmé rejeter ce fléau sous toutes ses formes, y compris celles dans lesquelles des États étaient directement ou indirectement impliqués.

Mon pays est exemplaire dans la lutte contre le terrorisme, il honore ses engagements en la matière, il est partie aux 19 conventions internationales relatives à cette question et il a mis en place des mesures pour faire face à ce fléau, a-t-il précisé.

L’engagement de l’île dans la lutte contre ce mal a été élevé au rang constitutionnel en 2019, a souligné le représentant permanent de Cuba auprès de l’Organisation des Nations Unies.

Par ailleurs l’ambassadeur cubain a signalé que le chef de la délégation insulaire n’a pas pu participer à la rencontre car il n’a pu accéder depuis La Havane à la plate-forme Interprefy, utilisée lors de l’évènement de l’ONU, car les adresses IP cubaines ont un accès limité à cette application en raison du blocus illégal imposé par les États-Unis, qui a été condamné par l’écrasante majorité de la communauté internationale la semaine dernière.

peo/mem/ifb

source:http://frances.prensa-latina.cu/index.php?option=com_content&view=article&id=886670:cuba-condamne-a-lonu-les-listes-unilaterales-etablies-par-washington&opcion=pl-ver-noticia&catid=19&Itemid=101

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

CUBA CONFIRME SON ENGAGEMENT ENVERS LE DESARMEMENT NUCLEAIRE

Par Le 30/06/2021

30 Juin 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-06-29 13:06:08

 

Capture d'écran. ACN

La Havane, 29 juin, (RHC)- Cuba a confirmé son engagement envers le désarmement nucléaire général et complet.

Cuba était en effet présente lundi à l'ouverture de la conférence internationale sur la science et la technologie de l'Organisation du Traité d'interdiction complète des essais nucléaires (OTICE), qui se tient à Vienne, en Autriche, jusqu'au 2 juillet.

«#Cuba participe à l'ouverture de la conférence internationale sur la science et la technologie de l'Organisation du traité d'interdiction complète des essais nucléaires (OTICE)», a tweeté l’ambassade de Cuba en Autriche.

Dans un autre tweet, la mission diplomatique cubaine a précisé que lors de la cérémonie de haut niveau en hommage au 25e anniversaire de l'OTICE, un message vidéo du ministre cubain des affaires étrangères, Bruno Rodríguez, a été projeté.

Le chef de la diplomatie cubaine a ainsi ratifié l'engagement de Cuba en faveur du désarmement nucléaire général et complet.

Bruno Rodríguez a souligné dans son message que l'interdiction et l'arrêt des essais nucléaires de toute nature sont essentiels pour atteindre l'objectif de l'élimination complète des armes nucléaires.

En février dernier, le secrétaire exécutif de l'OTICE, Lassina Zerbo, a officiellement accueilli Cuba en tant qu'État membre à part entière de l'organisation.

Lassina Zerbo a qualifié l'inclusion de Cuba de décision historique et il a exprimé l'espoir qu'elle contribuera à la ratification du traité d'interdiction complète des essais nucléaires.

Source: ACN

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/262230-cuba-confirme-son-engagement-envers-le-desarmement-nucleaire

 

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

LA MARCHE SUR WASHINGTON UNIT CUBAINS ET AMERICAINS

Par Le 30/06/2021

30 Juin 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-06-29 12:53:30

 

Les participants à la marche s'arrêtent en chemin pour expliquer à qui veut les entendre l'impact du blocus sur les familles cubaines. Photo: PL

La Havane, 29 juin, (RHC)- Un sentiment de fraternité et de solidarité unit les Cubains-américains qui marchent sur Washington, D.C., pour demander la levée du blocus de Cuba.

Des membres de la nouvelle initiative du projet Bridges of Love (Ponts d’amour en français) ont déclaré qu'ils se sont joints au pèlerinage pour demander au président Joe Biden de mettre fin à toutes les sanctions contre le peuple cubain à l'intérieur et à l'extérieur de l'île.

Carlos Lazo, leader des Ponts d’amour a annoncé qu’en chemin d’autres personnes vont rejoindre la marche contre le blocus, une initiative sans précédents aux États-Unis.

Carlos Lazo a ajouté que la joie règne parmi les participants. «Ils se sentent fiers parce qu’ils font quelque chose pour leurs amis, pour leurs voisins, pour la terre où ils sont nés», a-t-il ajouté dans des déclarations à l’agence Prensa Latina.

«Certains Américains qui nous voient sur la route viennent nous poser des questions et nous pouvons expliquer toutes les sanctions qui pèsent sur la famille cubaine, beaucoup sont solidaires avec nous et nous soutiennent dans la revendication de la levée de ces mesures», a déclaré l'activiste.

«Nous allons gagner cette bataille, l'amour l’emportera», a déclaré Carlos Lazo, qui a réitéré son soutien aux familles aux États-Unis et à Cuba, car les deux souffrent.

Enrique Mendez, qui vit à Los Angeles, en Californie, a déclaré avoir rejoint le projet pour demander la levée de toutes les sanctions qui nuisent au peuple cubain.

Nous plaidons également pour la réouverture de l'ambassade des États-Unis à La Havane, la reprise des envois de fonds à Cuba et le rétablissement des liens de coopération entre les peuples des deux pays.

Pour sa part, Abel Martinez, un résident de Tampa, en Floride, a rappelé qu'il fait partie de «cette lutte depuis longtemps».

J'ai participé à la première caravane à vélo pour Bridges of Love et en solidarité avec la famille cubaine, et je ferai partie des autres activités à venir, toutes visant à obtenir la fin du siège de Washington, a-t-il déclaré.

«Nous voulons la levée du blocus injuste qui harcèle notre peuple depuis tant d'années et qui a pour but de mettre les gens dans une situation de privation économique», a pour sa part souligné Sandra Soca, une Cubano-américaine qui vit également à Tampa.

Ce siège est subi par la médecine cubaine car elle ne peut pas avoir accès aux produits nécessaires tels que les seringues pour la vaccination contre le Covid-19, ou les médicaments pour les enfants atteints de cancer ou les technologies avancées pour le diagnostic des maladies, a-t-elle dit.

Elle a également évoqué la question des transferts de fonds, des visas, du programme de regroupement familial et du droit des Nord-américains à pouvoir se rendre librement à Cuba.

Source: Prensa Latina.

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/262228-la-marche-sur-washington-contre-le-blocus-unit-les-cubano-americains

 

Tag(s) : #Cuba#USA

Dans CUBA

CUBA : « AU SEIN DE LA REVOLUTION, IL Y A DE LA PLACE POUR TOUT ET POUR TOUS » SOULIGNE MIGUEL DIAZ-CANEL

Par Le 29/06/2021

29 Juin 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-06-28 19:22:54

 

La cérémonie a eu lieu à l'endroit même où Fidel Castro a prononcé ses Paroles aux intellectuels. Photo: Estudios Revolución

La Havane, 28 juin, (RHC) Le président cubain Miguel Díaz-Canel, a souligné ce lundi à La Havane qu'au sein de la Révolution, il y a de la place pour tout et pour tous, sauf pour ceux qui cherchent à détruire le projet collectif.

Le président a exprimé ces idées lors de la cérémonie de commémoration du 60e anniversaire du discours du leader historique de la Révolution cubaine, Fidel Castro, connu sous le nom de «Paroles aux intellectuels».

La cérémonie s’est déroulée à la Bibliothèque nationale José Martí, théâtre de la rencontre de Fidel et les intellectuels cubains en juin 1961.

Le chef de l'État a souligné que lorsque Fidel Castro faisait allusion au fait que «tout est dans la révolution», il voulait dire que la seule chose qui n'était pas discutée était précisément le processus révolutionnaire.

Ce n'est pas un fait contesté. C'est le fait même, la raison d'être de cette «rencontre» avec des intellectuels et des artistes cubains, a-t-il déclaré. «Paroles aux intellectuels» est considéré comme un texte essentiel, dans lequel il projette ce qui allait devenir la politique culturelle du pays.

Des questions telles que la liberté de création, les liens des artistes avec les institutions et les besoins culturels du pays ont fait l'objet du débat de juin 1961.

Ces échanges d'idées ont constitué une plate-forme d'unité, tout en marquant la voie de la politique culturelle cubaine. Ils ont également été le point de départ de l’UNEAC, l’Union des Écrivains et Artistes de Cuba.

Source: Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/262139-au-sein-de-la-revolution-il-y-a-de-la-place-pour-tout-et-pour-tous-souligne-miguel-diaz-canel

 

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

LE PRESIDENT CUBAIN EXPRIME SA SOLIDARITE AU PRESIDENT BOLIVIEN, CIBLE D’UNE TENTATIVE D’ASSASSINAT

Par Le 20/10/2021

20 Octobre 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-10-19 16:05:00

 

Sur la photo, les présidents de Bolivie et de Cuba, Luis Arce et Miguel Díaz-Canel peu après la clôture du VIe Sommet de la CELAC, le 18 septembre, au Mexique.

La Havane, 19 oct. (RHC)- Le président cubain, Miguel Díaz-Canel, a exprimé sur Twitter sa solidarité avec le président bolivien, Luis Arce, après avoir appris la tentative d'assassinat dont il a fait l’objet.

Il a d’autre part fermement condamné le plan de déstabilisation ourdi contre la Bolivie, plan qui comprend même des assassinats, afin d'empêcher la réalisation de la volonté populaire.

Miguel Díaz-Canel a joint à son message une vidéo de la chaîne de télévision multiétatique latino-américaine TeleSur, dans laquelle Luis Arce confirme que le gouvernement de facto de Jeanine Añez a tenté de l'assassiner il y a un an, après avoir remporté les élections, en engageant des mercenaires colombiens et américains.

Dans un autre tweet, le chef d'État cubain a commenté que la vérité éclate toujours au grand jour.

Source: Prensa Latina

source  : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/274313-le-president-cubain-exprime-sa-solidarite-avec-son-homologue-bolivien-cible-dune-tentative-dassassinat

 

Tag(s) : #Bolivie#Cuba

Dans CUBA

CUBA CONDAMNE LES MANOEUVRES POUR SUBVERTIR L'ORDRE CONSTITUTIONNEL EN BOLIVIE

Par Le 20/10/2021

20 Octobre 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-10-19 17:30:49

 

 

La Havane, 19 octobre (RHC) Le ministre des Affaires Étrangères de Cuba, Bruno Rodriguez, a réaffirmé aujourd’hui l’appui de son pays au peuple et au gouvernement boliviens, ainsi que sa condamnation ferme des manœuvres persistantes des oligarchies pour subvertir l’ordre constitutionnel dans cet État.

Sur son compte Twitter officiel, le ministre des Affaires étrangères a rejeté les tentatives visant à renverser dans la nation sud-américaine les processus progressistes, développés 'avec un large soutien populaire et légitimement au pouvoir', écrit-il.

La veille, le ministre bolivien du Gouvernement, Eduardo del Castillo, a révélé les plans orchestrés par la droite en collusion avec des mercenaires étrangers pour assassiner le président Luis Arce.

Au cours d’une conférence de presse, Del Castillo a parlé d’audio, de modèles de contrats et de courriels interceptés qui attribuent le plan de déstabilisation à Fernando López, ancien ministre de la Défense du gouvernement de facto de Jeanine Áñez.

Cette même journée, le président cubain, Miguel Diaz-Canel, a exprimé sa solidarité avec Arce et a dénoncé que ces actes visaient à empêcher l’accomplissement de la volonté populaire exprimée aux urnes en faveur du retour au pouvoir du parti Mouvement vers le socialisme il y a un an.

 

Source Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/274327-cuba-condamne-les-manoeuvres-pour-subvertir-lordre-constitutionnel-en-bolivie

 

Tag(s) : #Cuba#Bolivie

Dans CUBA

CUBA RATIFIE SON ENGAGEMENT ENVERS LA PRESERVATION DE L'ENVIRONNEMENT

Par Le 19/10/2021

19 Octobre 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-10-18 15:40:45

      

Sur la photo, la vallée de Viñales, l'une des nombreuses réserves naturelles de Cuba.

La Havane, 18 oct. (RHC) Le président cubain, Miguel Díaz-Canel, a ratifié ce lundi l'engagement du gouvernement révolutionnaire envers la préservation de l'environnement.

«La Journée mondiale de la protection de la nature nous invite à repenser nos engagements pour l'avenir de la planète, sa préservation et l'utilisation durable de notre biodiversité.

Nous devons promouvoir les énergies renouvelables, recycler et rêver de villes plus vertes, éradiquer le trafic d'animaux sauvages et réduire notre empreinte carbone. Nous devons relever ces défis avec science, responsabilité et sens du devoir», a tweeté le président cubain

«Notre engagement en faveur de l'avenir de Cuba et de la nature est également un héritage de Fidel : «Et comme la justice est l'idéal naturel de tous les peuples, la nature sera aussi toujours notre force », a d’autre part souligné Miguel Díaz-Canel.

Cette année, le plan d'État pour faire face au changement climatique, connu sous le nom de Tarea Vida (Tâche Vie), a célébré son quatrième anniversaire à Cuba, où des actions concrètes sont prises pour prendre soin de Mère Nature.

Les questions environnementales sont passées des cercles scientifiques à une priorité pour le gouvernement cubain.

Cette question n'est pas nouvelle ; depuis les années 1990, des recherches ont été menées sur la variation des températures, des précipitations, des périodes de sécheresse et de l'élévation du niveau de la mer.

Des données étayées par des études scientifiques confirment que le climat à Cuba se réchauffe, qu'il y a une variabilité de l'activité cyclonique avec des ouragans intenses, et que les inondations représentent un danger pour le patrimoine naturel et bâti près des côtes.

Toutes les connaissances acquises au fil des ans ont aidé le gouvernement à approuver le 25 avril 2017 le plan d'État pour faire face au changement climatique.

La question environnementale a été responsabilisée dans tous les domaines du pays caribéen, où des politiques à court, moyen et long terme sont établies, et bien que la nation lutte actuellement contre la pandémie de Covid-19, les actions sur ce front se poursuivent.

Source: Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/274186-cuba-ratifie-son-engagement-envers-la-preservation-de-lenvironnement

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

LE PARTI COMMUNISTE DE CUBA DENONCE LA CAMPAGNE MEDIATIQUE SUR INTERNET

Par Le 19/10/2021

 

19 Octobre 2021

Le parti communiste cubain dénonce la campagne médiatique sur Internet
 
Havana, 18 oct (Prensa Latina) Le Parti communiste de Cuba (PCC) a dénoncé aujourd'hui " la violente et intense campagne politico-médiatique " qui cherche à discréditer la Révolution sur les réseaux sociaux.

Dans un message vidéo adressé au Parti communiste du Brésil (PCdoB) et publié sur son site officiel, l'organisation politique cubaine a remercié le soutien permanent du militantisme de ce pays face au siège des États-Unis.

Le vice-président et coordinateur du département des relations internationales du comité central du PCC, Ángel Arzuaga, a dénoncé l'intensification de la politique hostile de Washington à l'égard de l'île.

'Cuba a fait face pendant plus de 60 ans au blocus économique, commercial et financier criminel imposé par le gouvernement des États-Unis, recruté sous l'administration Trump avec les 243 mesures maintenues aujourd'hui par l'actuel président Biden malgré la pandémie de Covid-19', a-t-il souligné.

Dans ce message, le PCC a également salué et félicité le PCdoB pour son 15e congrès qui vient de se terminer.

Le leader a appelé à l'articulation de la gauche progressiste, des forces démocratiques et révolutionnaires pour faire face au néolibéralisme qui aggrave la crise économique-financière et environnementale au niveau mondial.

L'organisation politique cubaine a souligné que dans le scénario actuel, il est nécessaire de rechercher une véritable justice sociale émancipatrice.

Il est essentiel de réaliser l'unité dans la diversité et une plus grande coordination", a souligné le PCC sur son site officiel.

Le parti communiste cubain a prôné les principes d'internationalisme, de coopération et d'intégration comme éléments décisifs pour faire face à la situation complexe, qu'il a décrite comme un défi pour toutes les forces politiques du monde.

oda/idm
source : https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=482734&SEO=partido-comunista-de-cuba-denuncia-campana-mediatica-en-internet

Tag(s) : #Cuba#Communiste#PCC

Dans CUBA

LES VACCINS CUBAINS CONTRE LE COVID-19 FONT LA FIERTE DU PEUPLE

Par Le 18/10/2021

18 Octobre 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-10-17 18:38:55

      

Estudios Revolución

La Havane, 18 oct. (RHC)-  «Nous devrons être éternellement reconnaissants à la science cubaine», a souligné le président Miguel Díaz-Canel lors d'une rencontre cette fin de semaine au Palais de la Révolution avec plusieurs membres de l'Académie des Sciences de Cuba.

Il a évoqué les circonstances et les raisons pour lesquelles le gouvernement révolutionnaire au eu recours aux scientifiques cubains pour la recherche d’un vaccin contre le coronavirus.

«Quatre mois plus tard, a-t-il rappelé, nous avions deux candidats vaccins; un mois plus tard, le troisième; et un peu plus tard, nous avions cinq candidats vaccins dont trois sont déjà des vaccins.

Au cours du dialogue, qui a duré plus de trois heures, le président a déclaré que nous nous sommes engagés à atteindre une culture de l'action, de la pensée, afin que dans tout ce que nous allons affronter, nous nous tournions automatiquement vers la recherche scientifique, en cherchant l'innovation pour résoudre les problèmes.

«Je suis convaincu que nous pouvons le faire, car nous y sommes déjà parvenus dans un certain nombre de domaines. Nous devons également comprendre qu'il s'agit d'un processus progressif et que certaines institutions devront gagner en maturité».

Nous sommes extrêmement reconnaissants, a d’autre part signalé Miguel Díaz-Canel, du soutien apporté à la science cubaine, surtout en ces temps très difficiles et complexes, dont nous sortons grâce à elle.

Source: Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/274094-les-vaccins-cubains-contre-le-covid-19-font-la-fierte-du-peuple

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

LE PRESIDENT CUBAIN SALUE LE 62e ANNIVERSAIRE DES FORCES ARMEES REVOLUTIONNAIRES

Par Le 18/10/2021

18 Octobre 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-10-17 18:31:07

      

.

La Havane, 17 oct. (RHC)- Le président cubain, Miguel Díaz-Canel a reconnu ce dimanche la trajectoire historique du MINFAR, le ministère des Forces Armées Révolutionnaires à l'occasion du 62e anniversaire de sa fondation.

Sur Twitter, le président a exprimé « sa reconnaissance de l'histoire révolutionnaire de ce ministère efficace et ferme».

La loi 600 adoptée en octobre 1959, quelques mois seulement après le triomphe de la Révolution, a dissous l'ancien ministère de la Défense nationale et  donné naissance au MINFAR.

 Source: Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/274091-le-president-cubain-salue-le-62e-anniversaire-du-ministere-des-forces-armees-revolutionnaires

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

LA PLUS GRANDE PEINTURE MURALE D'UN DRAPEAU CUBAIN

Par Le 17/10/2021

17 Octobre 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-10-13 10:52:28

Ce grand drapeau cubain est visible d'un peu partout à Matanzas.

La Havane, 13 oct. (RHC)- Matanzas, une ville à une centaine de kilomètres à l’est de La Havane, est fière de montrer au monde depuis lundi la plus grande peinture murale d’un drapeau cubain.

Les franges bleues et blanches du drapeau cubain vont du haut en bas d’un édifice à 12 étages. Le triangle rouge couronne le bâtiment et reliant les deux corps de l’immeuble, une grande étoile solitaire.

Visible de presque n'importe quel point de l'environnement urbain, ce drapeau cubain, actuellement le plus grand au monde, vise, selon des déclarations de son auteur, l’artiste peintre Jésus Mederos, à exalter le sentiment patriotique des Cubains.

Jésus Mederos a fait dévoiler son œuvre à l’occasion lundi du 328e anniversaire de Matanzas.

Source: ACN

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/cultura/273630-la-plus-grande-peinture-murale-dun-drapeau-cubain

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

CUBA REJETTE LES TENTATIVES DE SUBVERSION CONTRE SON SYSTEME POLITIQUE

Par Le 16/10/2021

16 Octobre 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-10-15 20:27:28

 

La Havane, 15 oct. (RHC) Le ministère cubain des Affaires étrangères, par le biais de son compte officiel  de Twitter, a ratifié ce vendredi que ni aujourd'hui ni dans l'avenir, le droit de manifester ne peut être utilisé pour subvertir le système politique, le projet socialiste, ou pour établir des alliances avec des groupes financés depuis l'étranger.

Cette déclaration intervient au moment où la nation des Caraïbes est la cible d'une nouvelle tentative de déstabilisation.

Récemment, les autorités de plusieurs municipalités ont qualifié de provocation l'appel à une marche initialement prévue pour le 20 novembre, dans le respect supposé des préceptes constitutionnels, et ont refusé la réalisation de la même.

Egalement dans un tweet la vice-ministre des Affaires étrangères, Anayansi Rodríguez, a souligné l'implication directe du gouvernement nord-américain dans l'organisation de cette farce contre-révolutionnaire.

Anayansi  Rodríguez a d’autre part souligné qu'il est «inconstitutionnel, illégitime et immoral de souscrire à un projet annexionniste ou d'agir en faveur des intérêts d'une puissance étrangère, en mettant en danger la stabilité des citoyens».

 Source: Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/273948-cuba-rejette-les-tentatives-de-subversion-contre-son-systeme-politique

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

UNE SEULE VOLONTE COMMUNE DE CUBA ET DE LA RUSSIE : RENFORCER LES LIENS

Par Le 16/10/2021

15 Octobre 2021

Édité par Reynaldo Henquen
2021-10-14 15:48:15

      

Auteur María Josefina Arce (RHC)

Cuba et la Russie ont examiné à la Havane l’état des leurs relations économiques, commerciales, financières et de coopération, que les deux parties ont qualifiées de fructueuses, d’excellentes et de stratégiques.

Lors de la rencontre entre les autorités cubaines et le vice-premier ministre russe, Yuri Borisov ils ont constaté les nombreuses perspectives s’ouvrant à l’élargissement et à la diversification de ces liens.

Tant La Havane que Moscou ont réitéré à plusieurs reprises leur intérêt de continuer à approfondir leur relation de longue date, basée sur le respect mutuel, la coïncidence d’approches dans divers aspects et la solidarité.

Les présidents de Cuba, Miguel Díaz-Canel et celui de Russie, Vladimir Poutine, maintiennent un contact téléphonique étroit et fluide afin d’analyser des thèmes d’intérêt au bénéfice des deux peuples.

La visite de Borisov, en sa qualité d’envoyé spécial de Poutine, donne un élan à ces liens, que le vice-premier ministre russe a qualifiés d’extrêmement importants pour la nation eurasiatique, qui se trouve parmi les principaux partenaires commerciaux du pays caribéen.

Au début de cette année le vice- premier ministre russe avait déjà visité l’archipel pour participer à la 18ème session de la Commission Intergouvernementale russo-cubaine, qui a assuré le suivi de la collaboration bilatérale et a mis en exergue le potentiel existant.

Le transport, la biotechnologie, l’énergie et l’éducation sont quelques-uns des secteurs dans lesquels des projets entre les deux États ont été mis au point.

L’année dernière un accord scientifique a également été signé qui a permis de renforcer les liens entre les universités et des centres de recherche, ainsi que de développer les études sur des thèmes essentiels tels que l’environnement, la biophysique et la biotechnologie.

Depuis 2020 le groupe cubain de Biotechnologie et de produits pharmaceutiques compte sur une représentation basée à Moscou. Plusieurs accords ont été déjà signés avec des institutions russes afin de développer des produits biotechnologiques cubains, de prestige mondial.

Par ailleurs, on prévoit la création en Russie d’un centre scientifique et pratique pour la formation de spécialistes cubains hautement qualifiés dans le domaine de la science pharmaceutique.

Le Covid-19 n’a pas empêché la Havane et Moscou de continuer à rechercher de nouveaux domaines de collaboration et à renforcer leur amitié. En fait, la Russie a démontré une fois de plus qu’elle est une grande amie de Cuba en ces temps difficiles de pandémie et de renforcement du blocus états-unien.

Le pays eurasiatique a envoyé au peuple cubain environ 200 tonnes d’aide notamment de la nourriture et des fournitures médicales. De même, face à la pénurie d’oxygène médical qu’a vécu le pays suite à une panne dans son centre de production, les autorités russes ont fait don de 20 concentrateurs de gaz médicaux, une ressource vitale pour les personnes atteintes de Covid-19.

Cuba et la Russie entretiennent des liens historiques de coopération et d’amitié. Leur compréhension mutuelle et respectueuse se traduit par la recherche de nouvelles voies pour la coopération entre les deux peuples et l’élévation de leurs niveaux de vie.

source : https://www.radiohc.cu/fr/especiales/comentarios/273805-renforcer-les-liens-une-volonte-commune-de-cuba-et-de-la-russie

Tag(s) : #Cuba#Russie

Dans CUBA

CUBA : LE CONSEIL D'ETAT ADOPTE CINQ NOUVEAUX DECRETS-LOIS

Par Le 15/10/2021

Le Conseil d'État adopte cinq nouveaux décrets-lois

Sous la conduite du président de l'Assemblée nationale du Pouvoir populaire, Esteban Lazo Hernandez, et avec la participation, par visioconférence, du Premier secrétaire du Comité central du Parti et président de la République de Cuba, Miguel Diaz-Canel Bermudez, et du Premier ministre, Manuel Marrero Cruz, le Conseil d'État a tenu séance ce mercredi.

Auteur:  | internet@granma.cu

14 octobre 2021 09:10:55

Photo: ACN

Le Conseil d'État a tenu séance ce mercredi sous la conduite du président de l'Assemblée nationale du Pouvoir populaire, Esteban Lazo Hernandez, et avec la participation, par visioconférence, du Premier secrétaire du Comité central du Parti et président de la République de Cuba, Miguel Diaz-Canel Bermudez, et du Premier ministre, Manuel Marrero Cruz.
Cet organe a émis cinq décrets-lois sur des programmes pertinents d'intérêt national et a analysé, en vue de leur présentation aux députés lors de la prochaine session ordinaire du Parlement cubain, les projets de loi sur les Tribunaux de justice, la Procédure administrative, la Procédure pénale et le Code de procédure.
Les membres du Conseil d'État ont approuvé les décrets-lois : Sur la Banque populaire d'épargne et Sur la Banque extérieure de Cuba, règles dont l'objectif principal, selon Marta Wilson Gonzalez, ministre-présidente de la Banque centrale de Cuba, est d'adapter leur contenu aux dispositions du Décret-loi 362 Sur les institutions du système bancaire et financier, du 14 septembre 2018, qui établit le régime juridique de constitution, d'organisation, de fonctionnement, de réglementation, de supervision, de contrôle et de sanction des institutions et entités opérant dans ce secteur.
Par ailleurs, le Décret-loi sur le système d'aides à la navigation du Service hydrographique et géodésique de la République de Cuba réglemente cet aspect dans les espaces aquatiques sous la juridiction de notre pays, conformément à la législation nationale en vigueur, ainsi qu'aux traités et conventions internationaux auxquels l'État cubain est partie.
Selon le site web de l'Assemblée nationale du Pouvoir populaire, le Décret-loi sur la maternité des travailleuses et les responsabilités familiales des femmes qui travaillent établit des règlements pour étendre les avantages approuvés dans ce domaine. À cet égard, Teresa Amarelle Boué, Secrétaire générale de la Fédération des femmes cubaines, a souligné que ce règlement est un autre signe de la volonté politique de l'État en faveur de la promotion des femmes.
Le Conseil d'État a également publié le Décret-loi sur le statut du travail et le régime spécial de sécurité sociale des travailleurs créatifs dans le domaine de la communication sociale, en vue de reconnaître le statut de ces travailleurs dans le domaine de la communication sociale, ainsi que d'établir le régime spécial de sécurité sociale.
Les projets de loi sur les Tribunaux de justice, la Procédure administrative, la Procédure pénale et le Code de procédure, présentés par Ruben Remigio Ferro, président du Tribunal suprême populaire, ont également été analysés.

https://fr.granma.cu/cuba/2021-10-14/le-conseil-detat-adopte-cinq-nouveaux-decrets-lois

Dans CUBA

MIGUEL DIAZ-CANEL DEVANT LE CONSEIL ECONOMIQUE SUPREME D’EURASIE : COOPERER LE VERBE CLE

Par Le 15/10/2021

14 Octobre 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-10-14 11:28:16

      

.

La Havane, 14 oct. (RHC)- Le président cubain, Miguel Díaz-Canel, a mis en avant ce jeudi les opportunités de coopération avec les pays eurasiatiques.

Lors d’une intervention en ligne au Conseil économique suprême d’Eurasie, dont Cuba est membre observateur depuis décembre 2020, Miguel Díaz-Canel a indiqué que dans un premier moment, la coopération mutuelle pourrait démarrer dans le domaine des sources d’énergies renouvelables, une priorité pour notre pays.

Il a d’autre part évoqué le potentiel de coopération qu’offre le secteur du tourisme, comme le montrent les résultats des échanges avec la Russie, devenue ces derniers mois le premier marché touristique de notre pays.

Miguel Díaz-Canel a souligné qu'à partir du 15 novembre, date à laquelle plus de 90% de la population cubaine devrait être vaccinée selon les prévisions du gouvernement, les frontières du pays s'ouvriront progressivement et les protocoles de santé et d'hygiène pour l'admission des voyageurs seront assouplis.

Le président cubain a mis en relief la priorité accordée par le gouvernement révolutionnaire à la production alimentaire.

«Compte tenu de l'expérience et des résultats des pays de l'Union dans le secteur agricole, un échange entre les principales entreprises agroalimentaires des pays membres et celles de Cuba nous aiderait à progresser plus rapidement dans ce domaine», a signalé le président Miguel Díaz-Canel.

Il a d’autre part offert la coopération de Cuba en matière de lutte contre le Covid-19 et appelé à la promotion des relations interbancaires.

À cet égard, il a souligné la participation prochaine d'une délégation cubaine de haut niveau au Forum international des douanes, qui se tiendra à Moscou dans les prochains jours.

Il a avancé que lors de cette réunion Cuba fera part de sa volonté d'établir des accords avec ses homologues des États de l'UEE.

Source: Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/273778-miguel-diaz-canel-devant-le-conseil-economique-supreme-deurasie-cooperer-le-verbe-cle

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

CUBA : REFUS D’UNE MANIFESTATION PROVOCATRICE ORGANISEE PAR DES INDIVIDUS LIES A DES ORGANISATIONS SUBVERSIVES

Par Le 14/10/2021

13 Octobre 2021

Édité par Francisco Rodríguez Aranega
2021-10-12 17:38:50

 

Façade de l'Assemblée municipale de la Vieille Havane. Photo: Facebook

La Havane, 12 oct. (RHC)- La mairie de la Vieille Havane a refusé ce mardi l’autorisation d’une manifestation organisée par des individus liés à des organisations subversives.

Dans une résolution rendue publique à La Havane, la mairie de la Vieille Havane souligne que les objectifs d’une telle manifestation étaient une provocation dépourvue de légalité.

Le texte cite l'article 56 de la Constitution qui prévoit, parmi les conditions d'exercice du droit de manifester, la légalité et «le respect de l'ordre public et la conformité aux préceptes établis par la loi».

Le texte ajoute que dès son annonce, la manifestation a reçu le soutien public de législateurs, d'opérateurs politiques et de médias nord-américains qui encouragent les actions contre le peuple cubain, tentent de déstabiliser le pays et appellent à une intervention militaire.

Le maire Alexis Acosta souligne que la Constitution actuelle a été largement débattue et approuvée par 86,85 % des électeurs lors d’un référendum populaire.

Il s'avère, a-t-il souscrit, qu'une majorité écrasante a choisi souverainement et librement le système socialiste, son irrévocabilité et le droit de lutter par tous les moyens contre quiconque tente de renverser l'ordre politique, social et économique établi.

Et il conclut: il est clair que, si un droit constitutionnel est invoqué, il ne peut être exercé contre les autres droits, garanties et postulats essentiels de la Constitution elle-même, ce qui détermine le caractère illégal de la marche.

A Miami, Carlos Lazo, leader de «Ponts d’Amour» qui mouvement qui œuvre à la levée du blocus et à la normalisation des relations entre Cuba et les États-Unis, a nié le soutien de cette organisation aux manifestations convoquées à Cuba depuis les États-Unis.

«Les plateformes haineuses diffusent de fausses nouvelles en profitant de la popularité d'une initiative qui a touché le cœur des gens, a déclaré Carlos Lazo dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, où il dénonce le fait que les objectifs de ces appels n'ont rien à voir avec ceux de son projet.

Source: Prensa Latina

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/nacionales/273546-une-manifestation-provocatrice-se-voit-refuser-lautorisation-a-cuba

 

Tag(s) : #Cuba

Dans CUBA

CUBA : LA RAISON EST NOTRE BOUCLIER

Par Le 14/10/2021

14 Octobre 2021

La dignité, la résistance et l'unité sont nos forces les plus puissantes face à l'action annexionniste déshonorante et méprisable qui sert l'ennemi historique de la nation cubaine dans son plan pour nous fracturer et nous diviser afin de nous asservir

Auteur:  | internet@granma.cu

13 octobre 2021 09:10:41

Photo: Yaimí Ravelo

Après de durs mois de pandémies, une grave crise économique mondiale et un blocus intensifié et persistant - qui ont ostensiblement affecté notre peuple - Cuba commence à relancer sa vie sociale, ses espaces et services publics, ses écoles, son tourisme et d'autres secteurs de l'économie.
Nous sommes désormais le pays des Amériques qui compte le plus grand pourcentage de la population ayant reçu au moins une dose de vaccins anti-COVID-19, celui qui affiche le taux de vaccination quotidienne le plus élevé au monde et le seul qui ait pu mener une campagne massive auprès des enfants dès l'âge de deux ans ; tout cela a été possible grâce à la capacité du pays à produire ses propres vaccins, fruit de la politique scientifique conçu et encouragée par Fidel et du talent des hommes et des femmes forgés par la Révolution.
Nous nous relevons avec nos propres forces, avec l'esprit inflexible, la dignité et la résilience de notre peuple, avec la direction sereine et ferme du pays, avec l'esprit de victoire et la créativité qui ont été cultivés au cours de tant d'années de dures batailles.
Ceux qui ont parié sur l'échec du socialisme à Cuba et qui ont vu le 11 juillet comme le coup définitif porté à la Révolution, sont frustrés et pressés dans leurs plans. Ils tentent d'empêcher toute possibilité de bien-être, de développement individuel et collectif, de tranquillité civique et de paix dans notre patrie.
C'est pourquoi ils encouragent diverses actions de déstabilisation dans le pays, dans le but de provoquer un incident qui puisse déboucher sur une explosion sociale et entraîner l'intervention militaire tant attendue, qu'ils réclament avec véhémence à Miami et aussi devant la Maison-Blanche.
Ni 62 ans de blocus ni ses 243 mesures supplémentaires n'ont pu et ne pourront nous faire plier, d'où la tentative répétée d'un « coup d'État en douceur ». Ces manœuvres font fait partie de la guerre non conventionnelle qu'ils nous livrent avec acharnement.
Dans le rapport central au 8e congrès du Parti, le général d’armée Raul Castro Ruz avertissait :
« Le programme de subversion et d'influence idéologique et culturelle visant à discréditer le modèle socialiste de développement s’est intensifié et tend à nous présenter la restauration capitaliste comme la seule alternative.
La composante subversive de la politique étasunienne à l'égard de Cuba vise à saper l'unité nationale. En ce sens, la priorité est donnée aux actions destinées aux jeunes, aux femmes et aux universitaires, au secteur artistique et intellectuel, aux journalistes, aux sportifs, aux personnes issues de la diversité sexuelle et aux religions. Des questions d'intérêt pour des groupes spécifiques liés à la protection des animaux, de l'environnement, ou des manifestations artistiques et culturelles sont manipulées, le tout dans le but d’ignorer les institutions existantes.
Ils continuent de financer les actions d'agression en utilisant des stations de radio et de télévision basées aux États-Unis, alors que dans le même temps, le soutien monétaire augmente en vue de la création de plateformes pour la génération de contenus idéologiques qui exhortent ouvertement à renverser la Révolution, lancent des appels à des manifestations dans des espaces publics, incitent à l'exécution de sabotages et d’actes terroristes, y compris l'assassinat d'agents des forces de l’ordre et de représentants du pouvoir révolutionnaire. Sans la moindre vergogne, ils révèlent les montants des sommes versées depuis les États-Unis aux exécutants de ces actes criminels.
N'oublions pas que le gouvernement des États-Unis a créé le « Groupe de travail Internet pour Cuba », qui vise à transformer les réseaux sociaux en voies de subversion, en créant des réseaux sans fil échappant au contrôle de l'État et en menant des cyberattaques contre les infrastructures critiques.
[…]
Le mensonge, la manipulation et la propagation de fausses nouvelles ne connaissent plus de limites. À travers ces pratiques, on façonne et diffuse aux quatre vents une image virtuelle de Cuba, présentée comme une société moribonde et sans avenir, sur le point de s'effondrer et de sombrer dans l'explosion sociale tant attendue. »
Des secteurs de la contre-révolution traditionnelle et de nouveaux personnages, formés dans des cours de leadership financés par des fondations étasuniennes ou le budget fédéral des États-Unis, ont uni leurs forces pour tenter d'atteindre ces objectifs. Ils n'ont aucune base sociale dans le pays, mais ils sont dûment formés, financés et soutenus depuis l'étranger.
L'empire met de l'argent et des espoirs dans les annexionnistes formés par ses soins, qui, sous la fausse bannière du pacifisme, cherchent à provoquer de nouveaux troubles, à générer le chaos et à induire la déstabilisation du pays.
Ces dernières semaines, ils ont rendu publique leur intention d'organiser une marche prétendument pacifique en novembre, conçue pour se dérouler simultanément dans plusieurs villes du pays. Leurs intentions déclarées et leur schéma organisationnel révèlent une provocation articulée dans le cadre de la stratégie de « changement de régime » pour Cuba, qui a déjà été testée dans d'autres pays.
Ils choisissent des dates ayant un certain symbolisme ? Mais cette fois, il semble qu'ils aient également voulu afficher leurs velléités annexionnistes : voulaient-ils célébrer l'anniversaire du président Biden en s'attaquant à la Révolution qui dérange tant les administrations impériales depuis 62 ans ? Ils sont restés sur leur faim.
L'un de leurs promoteurs a suivi des cours parrainés par la fondation argentine de droite CADAL, des universités étasuniennes et des groupes de réflexion tels que le Fonds Carniege pour la Paix (dirigé jusqu'à récemment par l'actuel directeur de la CIA, William J. Burns). Parmi les thèmes de leur endoctrinement figurent la formation au leadership, la confrontation avec les structures gouvernementales, la dynamique de la mobilisation et le rôle des Forces armées dans la « transition démocratique ».
Le 11 juillet, il a organisé une tentative de prise de contrôle de l'Institut cubain de radio et de télévision (ICRT), répondant ainsi à la consigne 167 de l'Atelier d'action non violente, qui stipule : « Attaques » non violentes : invasions : commencer par une marche et prendre possession pacifiquement d'un lieu ou d'un immeuble.
Plus récemment, il a rejoint un projet subversif sous une apparence universitaire, dont il partage le siège au conseil délibératif avec le terroriste Orlando Gutierrez Boronat.
Parmi les personnes qui appellent à la manifestation de novembre, figurent des dirigeants contre-révolutionnaires du soi-disant Conseil pour la transition démocratique à Cuba, une plateforme qui s'articule autour du coup d'État anticonstitutionnel dans le pays, et qui a ouvertement reconnu recevoir des fonds de la National Endowment for Democracy (NED), une fondation écran du gouvernement des États-Unis.
Dès son annonce par ses organisateurs, la marche a reçu le soutien public et notoire de législateurs étasuniens, d'opérateurs politiques de la mafia anticubaine et de médias qui encouragent les actions contre la Révolution.
Tweets, déclarations, assemblées de résistance et autres actions frénétiques inondent Miami ces jours-ci, comme si la manifestation devait avoir lieu dans cette ville. Le changement de régime, le renversement du gouvernement et l'intervention militaire sont une fois de plus le récit dominant dans le sud de la Floride.
Parmi les plus fervents partisans de la provocation figurent les membres du Congrès Marco Rubio, Mario Diaz-Balart et Maria Elvira Salazar, le terroriste reconverti Gutiérrez Boronat (qui a déclaré soutenir cette action « pour renverser le régime »), la Fondation nationale cubano-américaine et l'escadron de mercenaires de la Brigade 2506, dont l'actuel président a déclaré à Miami que « ces mesures provoqueront une explosion à l'intérieur de Cuba afin que nos frères descendent à nouveau dans la rue pour forcer le renversement d'un régime… »
Comme l'a dénoncé le média étasunien MintPressNews, bon nombre des opérateurs de la campagne numérique sur les médias sociaux en faveur de la manifestation sont des résidents de Floride et d'autres États américains. « La participation de citoyens étrangers aux affaires intérieures de Cuba atteint un niveau difficilement concevable aux États-Unis », indique la publication.
L'implication directe du gouvernement des États-Unis dans la farce contre-révolutionnaire est également explicite et provocatrice. Aucun soin n'a été pris pour le dissimuler et personne ne peut le faire honnêtement. Les hauts fonctionnaires du gouvernement sont directement impliqués dans sa promotion et, avec le soutien des services spéciaux, dans son organisation. Un instrument important, mais pas le seul, est l'ambassade des États-Unis à Cuba, dont les déclarations publiques incluent souvent une ingérence flagrante dans les affaires internes de la nation.
Ce bureau, fruit des accords bilatéraux signés en 2015 pour formaliser les relations diplomatiques entre les deux pays, ne remplit aucune fonction diplomatique depuis des années. Il ne sert même pas à fournir les services migratoires et consulaires que les citoyens des deux pays demandent et dont ils dépendent.
Ses fonctionnaires, y compris le Chargé d'affaires, sont contraints de jouer le rôle indigne de nounou des exposants et provocateurs contre-révolutionnaires dans notre pays, avec la tâche ingrate de se ranger derrière eux, de leur fournir un soutien logistique et matériel, ainsi que des conseils et des instructions. Tout est connu et documenté. L'activité de l'ambassade elle-même sur les réseaux numériques fournit des preuves de ce qui se passe et des agissements de la contre-révolution.

Ce comportement est en totale contradiction avec le Droit international et en particulier avec la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques.
Avec de tels sponsors et de telles intentions déclarées, il est très difficile de présumer de la civilité et du pacifisme dans l'action appelée en novembre. Et encore moins d'intentions légitimes et souveraines.
Ce qui est en jeu ici, et il ne devrait y avoir aucun doute dans l'esprit de quiconque, c'est le droit de Cuba à se défendre contre une agression étrangère, quelle qu'en soit la forme.
Les organisateurs tentent de se réfugier dans la Constitution pour légitimer la provocation. Ils utilisent des préceptes constitutionnels pour défendre des stratégies anticonstitutionnelles. Ils invoquent le droit de manifester exprimé dans la Constitution, mais ils oublient, à tort, que la Constitution elle-même, dans son article 45, précise que les droits des individus sont limités, entre autres, par le respect de cette norme suprême : « L'exercice des droits des individus n'est limité que par les droits d'autrui, la sécurité collective, le bien-être général, le respect de l'ordre public, de la Constitution et des lois. »
Cette Constitution, approuvée par référendum il y a tout juste trois ans par 86,85 % des électeurs, définit clairement dans son article 4 que : « Le système socialiste soutenu par cette Constitution est irrévocable ». L'article 229 stipule également que « les déclarations sur l'irrévocabilité du système socialiste établies à l'article 4, et l'interdiction de négocier dans les circonstances prévues à l'article 16 (a), ne sont en aucun cas réformables ».
Il est clair que ni aujourd'hui ni à l'avenir, le droit de manifester ne peut être utilisé pour subvertir le système politique, pour renverser le projet socialiste cubain ou pour établir des alliances avec des groupes et des organisations qui reçoivent des fonds étrangers dans le but de promouvoir les intérêts du gouvernement des États-Unis et d'autres puissances étrangères.
Il n'y a aucun droit dans notre pays à agir en faveur des intérêts d'une puissance étrangère et à mettre en danger la stabilité de nos citoyens. Il est inconstitutionnel, illégitime et immoral de souscrire à un projet annexionniste. Nos lois et notre histoire le confirment.
Notre Héros national José Marti avait averti : « Il existe a un autre plan dans notre pays, plus sinistre que celui que nous connaissons jusqu'à présent, et c'est le plan inique de forcer l'Île, de la précipiter dans la guerre afin d'avoir un prétexte pour y intervenir, et avec le crédit de médiateur et de garant, de la garder pour eux. (...) Mourir, afin de donner une base sur laquelle s'élever à ces gens qui nous poussent à la mort pour leur propre bénéfice ? Nos vies valent plus, et l'Île doit en prendre conscience à temps, et il y a des Cubains, des Cubaines, qui servent ces intérêts, avec des démonstrations de patriotisme déguisées. »
Assez de mensonges et de manipulation grossière des faits. Personne ne sera écrasé par les chars dans les rues, comme l'ont annoncé les porte-parole de la prochaine provocation. L'exercice Moncada fait partie de l'entraînement que nous effectuons en permanence pour nous préparer à la défense. Face à des provocations comme celle-ci, nous sommes assistés par l'acte le plus légitime pour défendre le peuple et ses conquêtes.
La dignité, la résistance et l'unité sont nos forces les plus puissantes face à l'action annexionniste déshonorante et méprisable qui sert l'ennemi historique de la nation cubaine dans son plan pour nous fracturer et nous diviser afin de nous asservir.
Ils n'ont pas pu et ne pourront pas le faire. La raison est notre bouclier.

source : https://fr.granma.cu/cuba/2021-10-13/la-raison-est-notre-bouclier

Tag(s) : #Cuba