CUBA : CELIA SANCHEZ, LA FLEUR LA PLUS AUTOCHTONE DE LA REVOLUTION

9 Mai 2021

Celia Sánchez, la fleur la plus autochtone de la Révolution
09 mai 2021
MSc. Jorge Luis Aneiros Alonso
Président de l'UNHIC
Lorsque Fulgencio Batista réalise le coup d'État militaire du 10 mars 1952, Celia commence à organiser les premiers groupes de conspirateurs sur la côte. En 1953, à l'occasion du centenaire de la naissance de José Martí, elle participe avec son père à la pose d'un buste de l'apôtre au sommet du Pico Turquino dans la Sierra Maestra.
Celia, un exemple de femme combative et révolutionnaire. (Photo : prise sur Internet)
Celia Esther de los Desamparados Sánchez Manduley est née le 9 mai 1920 dans la ville de Media Luna, dans l'actuelle province de Granma. Ses parents étaient Manuel Sánchez Silveira, un médecin rural, et Acacia Manduley Alsina, qui est décédée lorsque Celia avait six ans.

À la fin de l'année 1940, le Dr Sánchez Silveira accepte l'opportunité qui lui est offerte dans le centre de Cape Cruz, à Pilón, de poursuivre son travail de médecin rural et s'installe avec sa famille dans cette ville. Dans la nouvelle colonie, le Dr Sanchez jouit du respect des villageois pour son esprit combatif, son intelligence et sa vaste culture. Il a créé, avec un groupe de sympathisants, une représentation du Parti populaire cubain (orthodoxe). La capacité d'organisation, la sympathie et le dynamisme de Celia ont contribué au succès remporté par l'orthodoxie dans cette région.

Lorsque Fulgencio Batista réalise le coup d'État militaire du 10 mars 1952, Celia commence à organiser les premiers groupes de conspirateurs sur la côte. En 1953, à l'occasion du centenaire de la naissance de José Martí, elle participe avec son père à l'érection d'un buste de l'Apôtre au sommet du Pico Turquino dans la Sierra Maestra.

À la fin de 1954 et au début de 1955, il regroupe ses contacts clandestins et crée le Mouvement révolutionnaire Masó. L'expérience acquise à ce stade du travail clandestin lui a été précieuse lorsqu'il a serré les rangs du mouvement dirigé par Fidel Castro. En novembre 1955, il avait déjà structuré un solide dispositif clandestin à Pilón et dans les villes voisines, qui préparait l'arrivée de l'expédition dirigée par Fidel.

Tôt le matin du 2 décembre 1956, Celia a été arrêtée à Campechuela alors qu'elle revenait d'une veillée anxieuse de deux jours à attendre l'arrivée de ses compatriotes. Elle a réussi à s'échapper de façon spectaculaire.

Elle participe à l'organisation des premiers secours qui arrivent du Llano à la guérilla naissante qui se regroupe dans la Sierra Maestra. Le matin du 16 février 1957, à la ferme d'Epifanio Díaz, il a sa première rencontre avec Fidel. Lors de la première réunion de la direction nationale du Mouvement du 26 juillet, qui s'y est tenue, elle a obtenu le statut de membre de la direction nationale du Mouvement.

Celia a été la principale organisatrice dans la région de Manzanillo du soutien logistique à la guérilla et a assumé à ce stade de sa vie clandestine la condition d'exécutante documentaire de la Révolution, car elle a su reconnaître à temps la nécessité de consacrer son attention, en même temps que les tâches immédiates et urgentes posées par la lutte, à la sauvegarde du témoignage documentaire de celle-ci.

Fin avril 1957, il remonte dans la Sierra, rejoint l'escadron du Commandement et commence immédiatement à gagner une place importante dans le mouvement de guérilla. Il participe au combat d'Uvero et retourne ensuite dans la plaine pour réorganiser l'infrastructure de soutien à la guérilla dans la région de Manzanillo.

À la mi-octobre 1957, il retourne dans la Sierra et reste dans la guérilla jusqu'au triomphe définitif de la lutte. Il a accompagné Fidel dans l'offensive finale et dans la Caravane de la liberté.

Sous la direction immédiate de Fidel, il a assumé la fonction très importante d'organiser l'assurance des rebelles et l'attention permanente aux combattants et aux familles paysannes.

Après le triomphe de janvier 1959, il reste aux côtés de Fidel avec le même esprit et la même volonté. Les activités qu'il a entreprises sont nombreuses et diverses, et les questions dans lesquelles il est intervenu, les besoins auxquels il a voulu répondre, les œuvres qu'il a promues et créées directement. Rien ne l'empêchait de continuer à s'occuper des problèmes de la population.

Parmi les nombreuses tâches qu'elle a accomplies, citons : le secrétariat de la présidence et du Conseil des ministres, puis du Conseil d'État ; la création du Bureau des affaires historiques, de l'école Sierra Cojímar pour les enfants de la Sierra Maestra et des écoles pour le perfectionnement des travailleurs domestiques et de l'école pour les femmes conductrices à Santa María del Mar. Il a également souligné son attention directe à la construction d'œuvres d'utilité sociale telles que le centre touristique Guamá, le parc La Güira, la maison des cosmonautes, le glacier Coppelia, le parc Lénine, la cité des pionniers José Martí, le camp Volodia, le palais central des pionniers Ernesto Che Guevara, le zoo national, le palais des congrès et l'hôpital Frank País, entre autres centres.

En 1965, elle a été élue membre du Comité central du Parti et en 1976, députée à l'Assemblée nationale du pouvoir populaire, étant membre du Conseil d'État, jusqu'à sa disparition physique le 11 janvier 1980.

Lors de ses funérailles - auxquelles assistaient Fidel, Raúl et des milliers de Cubains qui lui ont spontanément rendu un dernier hommage - Armando Hart, dans ses mots d'adieu, l'a caractérisée de la manière la plus authentique, en disant que Celia était la fleur la plus autochtone de la Révolution.

source : https://www.pcc.cu/noticias/celia-sanchez-la-flor-mas-autoctona-de-la-revolucion

Tag(s) : #Cuba

Partager cet article

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire