POURQUOI LE MONDE REJETTE-T-IL L’INCLUSION DE CUBA DANS LA LISTE DES PAYS QUI PARRAINENT LE TERRORISME ?

Pourquoi le monde rejette-t-il l'inclusion de Cuba dans la liste des pays qui parrainent le terrorisme ?

Les nombreux messages envoyés à Cuba par des partis politiques, des mouvements sociaux, des parlementaires, des intellectuels, des universitaires, des syndicalistes, des artistes et d'autres personnalités éminentes du monde entier témoignent du rejet massif suscité par l'inclusion de Cuba dans la liste des pays qui parrainent le terrorisme.

Auteur:  | internet@granma.cu

2 février 2021 10:02:09

« Papi, c’est vrai que le plus grand des terroristes nous a inclus sur une liste de pays terroristes ? » Photo: Granma

Les nombreux messages envoyés à Cuba par des partis politiques, des mouvements sociaux, des parlementaires, des intellectuels, des universitaires, des syndicalistes, des artistes et d'autres personnalités éminentes du monde entier témoignent du rejet massif suscité par l'inclusion de Cuba dans la liste des pays qui parrainent le terrorisme.

Depuis la patrie de Bolivar, le Parti socialiste unifié du Venezuela (psuv) a souligné l'internationalisme, la coopération et la solidarité du peuple cubain, et a condamné l'impérialisme étasunien pour avoir associé Cuba au terrorisme.

Le Parti communiste uruguayen a reconnu que cette liste est entachée d’une absence de motifs sérieux, qu'elle sert à menacer des pays et à justifier des blocus et des mesures à leur encontre, tandis que les communistes grecs soulignent dans leur message : « Ce qui est certain, c'est qu'à travers de telles actions agressives ou une politique plus conciliante, l'effort étasunien pour renverser Cuba se poursuivra. » Un avis partagé par la Centrale syndicale pit-cnt, qui exige la cessation immédiate du blocus économique, commercial et financier exercé contre Cuba.

La Conférence permanente des partis politiques d'Amérique latine et des Caraïbes, qui regroupe 68 organisations d’une trentaine de pays, s'est prononcée dans le même sens : « Nous réaffirmons notre solidarité avec le peuple et le gouvernement de Cuba, et nous exigeons que l'administration étasunienne revienne sur cette grave décision contraire au Droit international ». Cette initiative a été soutenue par le Parti du travail du Mexique.

Pour sa part, le Parti communiste colombien a assuré que la stratégie de la Maison-Blanche est impuissante face à la force de la construction et de la consolidation du projet socialiste cubain et à sa décision de poursuivre dignement sa lutte de rébellion et de résistance.

La Fédération syndicale mondiale, par la voix de son Secrétaire général, George Mavrikus, a affirmé : « Cuba non seulement ne soutient pas le terrorisme, mais elle a été elle-même victime de dizaines d'attaques et d'actions terroristes, orchestrées et financées par des agences et des administrations étasuniennes, qui ont déjà fait 3 478 morts et 2 099 handicapés à vie. »

Le Parlement du Belarus a envoyé un message à l'Assemblée nationale du Pouvoir populaire dans lequel il a réaffirmé son opposition à toute forme d'ingérence dans les affaires intérieures des États.

Par ailleurs, le Front démocratique de libération de la Palestine a condamné la décision des États-Unis de réinscrire Cuba sur cette liste unilatérale.

L'Association culturelle José Marti-Solidarité Cuba-Grèce souligne
qu' « il est absolument frauduleux et hypocrite de réinscrire Cuba sur cette liste, et il est clair pour tout le monde qu'elle sert les contradictions internes du système politique étasunien, avant la prise de fonction de la nouvelle administration, et qu'elle ne fait que couronner l'escalade de guerre économique à laquelle Cuba a été confrontée ces dernières années ».

Dans son message, le Parti communiste des peuples d'Espagne signale que « malgré le blocus et les sanctions internationales inhumaines – injustes et lourdes de conséquences sur les plans économique et social pour le peuple –Cuba n'a jamais cessé d'être un exemple de solidarité pour le monde, en s'occupant des victimes de l'accident nucléaire de Tchernobyl, en envoyant des brigades médicales dans le monde entier, en mettant ses avancées scientifiques au service de la communauté humaine et en ouvrant ses universités aux jeunes du monde entier ».

Un communiqué en provenance d'Afrique du Sud, émis par l'Association d'amitié avec Cuba au Cap, a qualifié la liste étasunienne d'ironique, alors que la Grande Île des Antilles apporte son assistance médicale pour aider à sauver le monde de la covid-19. Et d’ajouter : « Il est de l'intérêt des États-Unis et de Cuba de normaliser leurs relations le plus rapidement possible. Cependant, ces relations ne pourront être normales tant que l’illégal blocus exercé contre Cuba ne sera pas complètement levé et que la Baie Guantanamo ne sera pas restituée à ses propriétaires légitimes. »

Une lettre signée par Alexandre Romanovitch, le dirigeant du parti Russie Juste, fait part de son indignation face aux sanctions adoptées par Washington à l’encontre de Cuba et reconnaît les succès obtenus par l’Île caraïbe en dépit des mesures coercitives et unilatérales.

Le Parti communiste révolutionnaire de Grande-Bretagne a joint sa voix à celles des forces démocratiques du monde entier pour dénoncer ce geste scandaleux, et a appelé la classe ouvrière et le peuple de toute la nation britannique à s'unir.

De même, le parti allemand Die Linke (La Gauche) entend se servir de son influence politique à l'Union européenne pour poursuivre et renforcer la lutte contre le blocus étasunien et pour gagner de nouveaux appuis politiques au sein de l'ue.

Des messages continuent d'arriver de partout pour appuyer notre cause, car le monde connaît la volonté des Cubains de se battre pour leur patrie jusqu'à leur dernier souffle.

http://fr.granma.cu/mundo/2021-02-02/pourquoi-le-monde-rejette-t-il-linclusion-de-cuba-dans-la-liste-des-pays-qui-parrainent-le-terrorisme

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire