« S’IL EXISTAIT UNE LISTE DE PAYS PARRAINANT LA SOLIDARITE ET LA VIE, CUBA SERAIT EN PREMIERE PLACE »

tourtaux-jacques Par Le 14/01/2021 0

Dans CUBA

« S'il existait une liste de pays parrainant la solidarité et la vie, Cuba serait en première place. »

L'opinion internationale condamne l'inclusion de Cuba dans une liste unilatérale d'États soutenant le terrorisme et critique le caractère insolite de cette nouvelle mesure prise par le gouvernement sortant de la Maison-Blanche

Auteur:  | informacion@granma.cu

13 janvier 2021 14:01:13

Foto: Martirena

L'opinion internationale condamne l’inclusion de Cuba dans une liste unilatérale d'États parrainant le terrorisme et critique la nature insolite de cette nouvelle mesure prise par le gouvernement sortant de la Maison-Blanche.

Dans sa déclaration, Sacha Llorenti, Secrétaire exécutif de l'Alliance bolivarienne pour les peuples de Notre Amérique-Traité de commerce des peuples (ALBA-TCP), a qualifié la décision de Washington d'arbitraire, considérant qu'elle violait « la Charte des Nations unies et le droit international ».

Llorenti a également rappelé que Cuba envoie des médecins dans d'autres pays, sauvant ainsi des milliers de vies, au milieu de la pandémie de COVID-19 et des effets du blocus économique, commercial et financier imposé à Cuba il y a six décennies.

Par ailleurs, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a exprimé sa position concernant la dernière décision des États-Unis à l’encontre de Cuba.

Selon Telesur, Zhao a déclaré que « la Chine a toujours préconisé que la communauté internationale travaille de concert afin de combattre le terrorisme, mais elle est fermement opposée à la répression politique et aux sanctions économiques des États-Unis contre Cuba, au nom de la lutte contre le terrorisme ».

De même, la République bolivarienne du Venezuela, par une déclaration de son ministère des Affaires étrangères, a rejeté la décision du président étasunien sortant Donald Trump contre la nation des Caraïbes.

La déclaration, qui a été publiée sur le compte Twitter officiel du ministre des Affaires étrangères Jorge Arreaza, indique que « dans son ultime agonie », cette administration « prétend s'ériger en juge dans une question dont elle devrait se dessaisir du fait de son immoralité ».

Le texte rappelle que le gouvernement des États-Unis « a créé et financé le plus grand nombre de groupes terroristes au cours des dernières décennies », en plus d'avoir mis en œuvre « des politiques systématiques de terrorisme d'État » contre de nombreuses nations, ajoute-t-il.

Le président du Nicaragua, Daniel Ortega, et l'ancien président de Bolivie, Evo Morales, ont également dénoncé cette annonce et ont ratifié leur soutien à La Havane.

Huit sénateurs étasuniens ont également demandé au Secrétaire d'État Mike Pompeo des explications sur l'inclusion injustifiée de Cuba dans cette liste calomnieuse, selon le profil Facebook de Johana Tablada.

« Nous vous écrivons pour vous faire part de notre profonde inquiétude », ont déclaré les sénateurs. « Dans les derniers jours de l’administration, les efforts visant à politiser des décisions importantes concernant notre sécurité nationale sont inacceptables et menacent de nuire aux futurs efforts diplomatiques envers Cuba. »

Plusieurs membres du Parlement européen ont condamné cette nouvelle mesure. Javier Moreno a déclaré sur Twitter que le président Donald Trump passe de folie en folie jusqu’à la défaite finale, et sa lubie la plus récente est d'avoir inscrit l'Île sur cette liste.

Manu Pineda a également ironisé à propos de ces nouvelles sanctions en déclarant : « Étrange forme de terrorisme que d'envoyer des médecins dans le monde entier pour aider à combattre la pandémie et sauver des vies ». L'eurodéputé Javi Lopez a critiqué la décision étasunienne, qu'il a jugée arbitraire et idéologique.

La Russie a condamné l'inclusion de Cuba et de l'Iran dans la liste établie par le gouvernement étasunien, par la voix du président de la Commission des relations internationales du Conseil de la Fédération, Konstantin Kosachev, qui a déclaré que s'il existe quelque chose de stable dans la politique de Washington, au milieu de ses turbulences internes et de ses élections scandaleuses, c'est bien son harcèlement constant de Cuba et de l'Iran.

Saeed Khatibzadeh, porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, a qualifié de répugnante l'habitude du gouvernement des États-Unis d'accuser ses adversaires, et a assuré que l'île des Caraïbes est un leader dans la lutte contre l'impérialisme et l'arrogance mondiale, selon HispanTV.

Au moment de mettre sous presse, des messages de soutien à Cuba et contre son inclusion sur cette liste par les États-Unis continuaient à être diffusés, en réponse à cette nouvelle position hégémonique et arrogante de l'actuelle administration de la Maison-Blanche.

http://fr.granma.cu/cuba/2021-01-13/sil-existait-une-liste-de-pays-parrainant-la-solidarite-et-la-vie-cuba-serait-en-premiere-place

 

 
  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire