Equateur

CONTRE TOUTE ATTENTE, L’ANCIEN BANQUIER, CANDIDAT DE LA DROITE GUILLERMO LASSO PRESIDERA L’EQUATEUR

12 Avril 2021

Contre toute attente, Guillermo Lasso présidera l'Équateur
Par Sinay Céspedes Moreno

Quito, 12 avril (Prensa Latina) L'ancien banquier Guillermo Lasso sera le prochain président de l'Équateur, selon le décompte officiel des voix et malgré le rejet de son programme par plusieurs secteurs sociaux qui regrettent aujourd'hui sa victoire.

Avec 98,47 % des bulletins dépouillés par le Conseil national électoral (CNE), le candidat conservateur de l'alliance de centre-droit CREO-Parti social-chrétien (PSC) a accumulé 52,50 % des votes valides après minuit.

Pendant ce temps, son concurrent dans les sondages, le représentant de la coalition progressiste et de gauche Union pour l'espoir (UNES), Andres Arauz, a atteint 47,50 points de pourcentage. La victoire a été un choc pour les secteurs qui avaient soutenu l'UNES pendant la campagne pour le second tour de scrutin la veille, ainsi que pour ceux qui avaient fait confiance aux sondages qui donnaient l'UNES en tête.

De même, c'est un coup dur pour ceux qui craignaient une éventuelle victoire de Lasso, puisque de l'avis de beaucoup, il co-gouvernait avec Lenín Moreno, actuel président, dont l'administration s'est distancée de la plateforme programmatique avec laquelle il a obtenu un soutien majoritaire lors de l'élection de 2017.

Lorsqu'il a été proclamé dignitaire, le représentant de CREO-PSC a ratifié des promesses telles que la récupération des sources d'emploi, l'augmentation du salaire de base de 400 à 500 dollars, le soutien financier aux entrepreneurs, une éducation de qualité, des universités accessibles à tous et de meilleurs soins de santé.

Ses propositions coïncident avec une période difficile pour le pays, plongé dans une crise économique et sanitaire due à la propagation du Covid-19, à laquelle le défenseur de la banque privée devra faire face.

Pour plusieurs groupes sociaux, le coût de la décision populaire sera élevé, avec un impact particulier sur la classe ouvrière, mécontente des licenciements, de la baisse des revenus et de l'augmentation des produits de première nécessité, entre autres problèmes.

En ce qui concerne les résultats du second tour des élections, l'universitaire et analyste politique Fernando Casado a déclaré à Prensa Latina que l'UNES a perdu le vote pour trois raisons fondamentales et avec une différence de cinq points, pas très grande, mais clé pour parler d'une victoire claire pour Lasso.

D'une part, il y a une très nette victoire à Pichincha, où, le dépouillement étant presque terminé, l'écart est de 30 points, compte tenu du fait que la province concentre 17 % de l'électorat total", a-t-il déclaré.

Le deuxième point, a-t-il estimé, est lié à Guayas, où se trouvent 22 % des électeurs et où l'on s'attendait à une marge en faveur d'Arauz supérieure aux cinq pour cent obtenus à l'égard de Lasso, bien qu'il ait jugé nécessaire de tenir compte du fait que ce territoire a toujours été le fief du social-chrétien.

Enfin, il a souligné comme décisif que le vote nul promu par le parti Pachakutik, troisième au premier tour des élections, a fini par constituer un soutien massif à CREO-PSC.

N'oublions pas que dans certaines provinces, la marge est de 75 % contre 25 %, donc même si dans des territoires comme Cotopaxi, Chimborazo et Tungurahua, la différence n'est que de deux ou trois points, au final, elle a été écrasante", a-t-il souligné.

Dans la même ligne, il a dit que dans le scrutin a été gagné par le candidat de l'extrême droite, de la guerre sale et des campagnes basées sur la banalisation de la politique, vidant de contenu une proposition programmatique rationnelle et d'une certaine manière, le cliché de la peur a également triomphé.

Nous l'avons vu ailleurs avec Jair Bolsonaro (Brésil), Donald Trump (États-Unis) et ici encore, ce genre de politique, parce qu'ils ont été victorieux", a-t-il ajouté.

Selon lui, à partir de maintenant, un panorama très complexe s'ouvre pour l'Équateur, dans la continuité des quatre dernières années.

Il faudra également voir comment le nouveau président résout la question à l'Assemblée nationale, où son parti dispose d'un nombre minoritaire de législateurs et devra pactiser avec un Parlement extrêmement fragmenté.

En tout cas, la vague progressiste en Amérique latine, avec les dernières victoires de la gauche, a été stoppée en Équateur", a-t-il conclu. jf/scm

source : https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=441841&SEO=contra-los-pronosticos-guillermo-lasso-presidira-ecuador

Tag(s) : #equateur#Elections#Lasso

PARTI COMMUNISTE DE L'EQUATEUR : SOUTIEN AU BINOME ARAUZ RABASCAL

1 Avril 2021

Parti communiste de l'Équateur : soutien au binôme Arauz Rabascal
3/24/21 4:47 PM
Communiqué du CC. du Parti Communiste de l'Equateur

 

Le 21e jour du mois de mars 2021, le Plénum du Comité central du PCE s'est réuni. L'ordre du jour comportait deux points :

1.- Traitement de la situation politique électorale et,

2.- questions organiques.

Le Plénum a rendu hommage au camarade PEDRO CAICEDO TORRES, Secrétaire d'Organisation de notre Parti, décédé récemment. Le décès du camarade SOLON GUERRERO METZ, ancien secrétaire général de la JCE et dirigeant du PCE, a également été signalé avec regret.

Winston Alarcón, Secrétaire général du PCE sur la campagne électorale pour élire le Président et le Vice-président de la République, l'Assemblée nationale et le Parlement andin. Pour le moment, la campagne pour le second tour a commencé entre Andrés Aráuz - Carlos Rabascall et Guillermo Lasso - Alfredo Borrero.

La plénière a souligné et exprimé sa solidarité avec les peuples de Notre Amérique dans la lutte pour la démocratie et le progrès social, la paix et le socialisme. Il a salué la résolution qui a annulé toutes les condamnations grossières à l'encontre du camarade Lula da Silva, ancien président du Brésil ; il a souligné le triomphe démocratique en Bolivie, ainsi que la force populaire croissante au Chili et au Pérou.

Nous, communistes équatoriens, avons réitéré notre solidarité avec Cuba socialiste et les processus révolutionnaires au Venezuela et au Nicaragua.

Dans le rapport, on souligne la participation et l'orientation du PCE et de la JCE dans tout le pays et avec nos frères migrants, en soutien à la liste UN du binôme Aráuz - Rabascall et pour les assemblées et les parlementaires andins. D'une importance singulière pour le PCE est la candidature triomphante, en tant que député national, du camarade José Agualsaca Guamán, membre de l'exécutif du Comité central du PCE et président de la FEI. L'élection en tant que député de Guayas du camarade Kelber Salvador Bermudez, leader de la Jeunesse communiste de l'Équateur, a également été soulignée, ainsi que les performances et le travail politique exceptionnels du Front de l'unité pour gagner, qui recherche l'unité des forces démocratiques, progressistes et révolutionnaires dans la transition vers le socialisme comme étape immédiate et révolutionnaire.

 

Le Plénum du CC du PCE a analysé la manière la plus efficace de mener à bien la campagne du second tour pour la victoire du binôme Arauz Rabascal à travers les fronts UNES et Unité pour gagner dans lesquels sont actifs d'éminents dirigeants communistes.

Pour le PCE, la proposition de reprendre la politique souveraine face à l'impérialisme, en affrontant le néolibéralisme qui vise à piller les biens et les avoirs de tous les peuples par le biais du Fonds monétaire international, est fondamentale. Dans le même sens, la justification de la politique intégrationniste auprès d'organisations régionales telles que l'UNASUR, l'ALBA et la CELAC est remarquable.

La crise sanitaire mondiale confirme notre position sur la responsabilité de l'État dans la satisfaction des droits humains fondamentaux tels que la santé, l'éducation à tous les niveaux et la sécurité sociale. Ces droits ne peuvent être entre les mains d'entreprises capitalistes privées.

Dans tous ces aspects, le PCE développe des propositions pour organiser notre peuple en défense de ses droits dans le domaine du travail, en dénonçant les traîtres et en reprenant la CTE historique ; en luttant pour la révolution agraire dans les termes proposés par la FEI ; en promouvant le travail dans les fronts des femmes et des jeunes.

Le Plénum du CC. Du PCE a approuvé à l'unanimité le rapport présenté par le Secrétaire Général, en tenant compte des précieuses contributions des camarades présents.

Dans le deuxième point il a été nommé à l'unanimité M. José Regato Cordero comme Secrétaire d'Organisation du PCE.

Quito, 22 mars 2021

source : http://www.solidnet.org/article/CP-of-Ecuador-Comunicado-del-CC.-del-Partido-Comunista-del-Ecuador/

Tag(s) : #equateur#Communiste#PCE

 

L'ONU APPELLE A LA RESPONSABILITE EN VUE DES ELECTIONS

7 Mars 2021

Nations Unies, 5 mar (Prensa Latina) Le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a exhorté mardi dernier les acteurs politiques en Équateur à agir avec responsabilité et conformément à la loi pendant la période précédant le deuxième tour des élections présidentielles.

Dans un communiqué diffusé par le bureau de son porte-parole, le plus haut représentant des Nations Unies a appelé au respect des cadres institutionnels et juridiques en vue de ce deuxième tour des élections, le 11 avril prochain.

Il a également exprimé l’espoir que le Tribunal de contentieux électoral répondrait promptement aux plaintes formulées dans le cadre de ce processus.

Guterres s’est félicité de la tenue d’élections générales pacifiques le 7 février dernier et a pris note de l’annonce des résultats officiels par le Conseil national électoral le 21 février.

Selon les médias locaux équatoriens, le chemin vers le second tour des élections présidentielles sera marqué par des allégations de fraude présumée de la part du Parti Pachakutik, représentant des peuples et nationalités indigènes et de son candidat Yaku Pérez.

Mardi dernier, le Conseil National Electoral de l’Equateur a annoncé que le calendrier pour le second tour reste inchangé, après avoir recompté des votes du premier tour.

Un total de 1 million 413 mille 683 bulletins ont été recomptés en présence de délégués de différents mouvements rivaux et d’observateurs internationaux.

Selon les données officielles, le candidat Andrés Arauz, de la coalition progressiste Union pour l’Espoir, a recueilli 32,72 % des suffrages.

Dans le même temps, Guillermo Lasso, pour l’alliance de centre droit CREO, a terminé avec 19,74 pour cent de soutien, et Yaku Pérez, de Pachakutik, avec 19,38.

peo/jcm/ifb

source : http://frances.prensa-latina.cu/index.php?option=com_content&view=article&id=885756:lonu-appelle-a-la-responsabilite-en-vue-des-elections-en-equateur&opcion=pl-ver-noticia&catid=39&Itemid=101

Tag(s) : #equateur#ONU#Elections

PLAINTE CONTRE LE PROCUREUR ET LE CONTROLEUR DE L’EQUATEUR POUR INGERENCES DANS LES QUESTIONS ELECTORALES

23 Février 2021

Quito, 22 février (RHC)- La force politique gagnante au premier tour des élections en Équateur, Union pour l’Espoir (UNES) a porté plainte contre la procureure générale Diana Salazar et le contrôleur Pablo Celi pour ingérence dans les questions électorales.

La plainte a été déposée dans deux documents distincts devant le Tribunal du contentieux électoral, par le procureur commun de l’UNES Santiago Diaz et l’avocat Carlos Alvear, qui ont saisi l’instance.

Selon la coalition progressiste, les deux autorités violent le Code de la démocratie, c’est-à-dire, la loi électorale, en prenant des mesures pour suspendre le second tour du scrutin prévu pour le 11 avril.

Le second tour opposera Andrés Arauz, de ce mouvement, et le candidat de l’alliance de centre-droit CREO-Parti Social Chrétien, Guillermo Lasso.

Le procureur de l’UNES fonde sa requête contre la procureure générale sur la disposition de cette fonctionnaire d’effectuer une expertise du système informatique du Conseil National Electoral (CNE) pour élaborer un rapport sur les procès-verbaux, de prétendues incohérences dans la province de Guayas.

En même temps, le recours contre Diana Celi répond à sa demande au CNE d’adopter une résolution pour un audit informatique, préalablement à la tenue du second tour de scrutin.

Après la remise des documents, Diaz a affirmé dans des déclarations aux médias que les autorités avaient empiété sur le processus électoral.

'Beaucoup d’expertises se terminent avec le retrait des équipements et cela paralyserait le processus', a-t-il ajouté, il y a des mécanismes de contrôle pour cela, mais il faut attendre et le faire après les élections.

Il s’est également déclaré préoccupé par cette révision et il a appelé l’attention sur le fait que l’expert en charge était un capitaine de police et n’était pas qualifié pour cette tâche.

'La Constitution est très claire et interdit l’ingérence d’un fonctionnaire dans le processus électoral et cela devrait entraîner une sanction et la destitution', a-t-il averti.

Pour sa part, l’avocat de l’UNES, Carlos Alvear, a souligné que, conformément à l’article 279 du Code de la démocratie, il y a lieu de séparer de leurs postes des personnes qui s’y opposent et de leur infliger des amendes.

Les actions du Bureau du Procureur et du Contrôleur ont eu lieu peu de temps avant l’annonce officielle des résultats du premier tour des joutes générales, ce matin par le CNE, qui placent Arauz et Lasso en tant que adversaires second tour, après avoir obtenu le plus grand nombre de voix au niveau national.

Édité par Reynaldo Henquen

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/248439-plainte-contre-le-procureur-et-le-controleur-de-lequateur

Tag(s) : #equateur#Elections

 

EQUATEUR : LE CANDIDAT PRESIDENTIEL PROGRESSISTE ANDRES ARAUZ DENONCE UNE INGERENCE GROSSIERE DES INSTITUTIONS DE L’ETAT DANS LE PROCESSUS ELECTORAL

22 Février 2021

Quito, 22 février (RHC) Le candidat présidentiel Andrés Arauz a dénoncé la "grossière ingérence » du Bureau du Contrôleur et du Procureur de l’Équateur dans le processus électoral.

Lors d’une conférence de presse, le candidat pour l’alliance progressiste Union pour l’Espoir (Unes) a mis en garde contre les intrigues visant à modifier la date ou à suspendre le vote, prévu pour le 11 avril, quand il disputera la présidence avec Guillermo Lasso, représentant du mouvement de centre-droite Creo.

Il a rejeté et critiqué l’annonce faite par le Bureau du Contrôleur général de l’État et le Bureau du Procureur général de l’État de procéder à un audit et d’ouvrir une enquête sur le processus électoral, alors que le deuxième tour n’a pas encore eu lieu.

"Ce que le Bureau du Contrôleur a déclaré hier dans son intention de se mêler des audits au milieu du processus électoral, et plus grave encore, la diligence demandée par le Bureau du Procureur pour effectuer une expertise du système informatique au milieu du processus électoral doit être clairement perçue comme une ingérence et une ingérence dans le processus électoral, ce qui est clairement illégal", a critiqué Arauz.

Arauz a rejeté avec une "fermeté absolue" les "ingérences grossières et l’ingérence" d’autres institutions de l’Etat dans le processus électoral et a rappelé qu’il existe une "autorité électorale unique" dans le pays sud-américain.

Le candidat de l’UNES a exhorté le Tribunal Contentieux Électoral (TCE) à agir de manière "expéditive" et à "appliquer la loi avec les sanctions appropriées face à cette immixtion et à cette ingérence dans le processus électoral".

À son tour, dans une publication de Twitter le même jour, Lasso a dénoncé l’intervention des deux institutions pour contrôler le travail du Conseil National Electoral (CNE) de l’Équateur au milieu du processus électoral. "Ce n’est pas le moment de défendre des personnes ou des intérêts particuliers, et il faut renforcer la démocratie" dans le pays, a-t-il insisté.

L’observateur électoral de l’Organisation des États américains (OEA) a, à son tour, exprimé sa préoccupation face aux ingérences de ces institutions "étrangères" à la fonction électorale qui "entravent" un "bon" processus électoral.

L’Équateur tiendra le second tour de l’élection présidentielle le 11 avril prochain et le vainqueur prendra ses fonctions le 24 mai pour gouverner la période 2021-2025.

 

(Hispantv)

Édité par Reynaldo Henquen

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/248443-arauz-denonce-une-ingerence-grossiere-des-institutions-de-letat-dans-le-processus-electoral-equatorien

Tag(s) : #Arauz#equateur#Elections

LES COMMUNISTES EQUATORIENS CONFIRMENT LE SOUTIEN ELECTORAL A LA CANDIDATURE DU BINOME PRESIDENTIEL PROGRESSISTE ANDRES ARAUZ-CARLOS RABASCALL

21 Février 2021

Andrés Arauz et Carlos Rabascall sont en tête des intentions de vote en Équateur. Photo: PL

Quito, 19 février (RHC) Le Parti communiste équatorien (PCE) a ratifié aujourd'hui son soutien à la candidature du binôme présidentiel progressiste Andrés Arauz-Carlos Rabascall pour le second tour des élections prévues en avril.

La position de l'organisation politique a été annoncée lors d'une conférence de presse virtuelle par le secrétaire général, Winston Alarcón, qui a également dénoncé les irrégularités détectées lors de la campagne précédant les élections  du 7 février, pour empêcher la participation de la formule de l'Union pour l’Espoir (UNES).

"Le Parti communiste équatorien exprime un soutien ferme et déterminé au binôme Arauz-Rabascall, qui, déjà lors de ce premier tour, a un écart de plus d'un million de voix, par rapport aux autres concurrents", a déclaré Alarcón.

À cet égard, il a souligné que le binôme jouit d'une reconnaissance populaire en favorisant l’obtention  des réussites économiques, politiques et sociales obtenues au cours de la Décennie 2007-2017,obtenues sous la présidence de Rafael Correa et éliminées par le président Lenín Moreno.

De même, il a appelé les différentes organisations de femmes, de paysans, d’intellectuels, d’étudiants, de travailleurs et de peuples autochtones, entre autres, à s'unir dans la lutte contre le néolibéralisme.

En ce sens, il a signalé la nécessité d'une bonne préparation et d'une bonne intégration des forces et des organisations afin de garantir le triomphe du progressisme au second tour électoral et de lutter contre d'éventuelles manipulations de la part du Conseil national électoral (CNE) ou des médias liées à la droite.

"Nous sommes convaincus que la situation changera positivement avec la présence d'Arauz à la présidence", a-t-il déclaré.

Il a également affirmé que le PCE condamne les irrégularités, la persécution politique, les abus contre la population, le non-respect des droits des travailleurs et l’instabilité d’emploi.

La position de ceux qui désirent le retour de la gauche et du progressisme en Équateur est conforme à la récente situation électorale des peuples de pays comme la Bolivie, l'Argentine, le Chili, le Venezuela et le Nicaragua. Il s’agit d’une réponse à l'impérialisme nord-américain et aux oligarchies nationales, a-t-il ajouté.

 

Source Prensa Latina

Édité par Reynaldo Henquen

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/248230-les-communistes-equatoriens-ratifient-le-soutien-electoral-a-la-force-progressiste

Tag(s) : #equateur#Communiste#PCE#Arauz#Elections

LES COMMUNISTES COSTARICAINS DENONCENT UN POSSIBLE COUP D’ETAT EN EQUATEUR POUR EMPECHER LA VICTOIRE ELECTORALE D’ANDRES AROUZ AU SECOND TOUR EN AVRIL

18 Février 2021

San José, 17  février (RHC) Le Parti Avant-garde Populaire, communiste, dénonce aujourd’hui un possible coup d’État en Équateur pour empêcher la victoire électorale du candidat d’Unis pour l’Espoir, Andrés Arauz, au second tour d’avril.

Dans un éditorial publié dans la version numérique du journal Libertad, organe du Parti Avant-garde Populaire, les communistes indiquent que tout semblait clair en Équateur après le premier tour électoral du 7.

Ils rappellent que les autorités électorales équatoriennes ont établi que pour l’élection du nouveau président il sera nécessaire un second tour et que la première place revient à Arauz et son adversaire serait Guillermo Lasso.

Mais, alertent-ils, surprenants ceux qui se trouvent en deuxième position au premier tour sont parvenus, de façon surprenante, à un accord considéré comme illégal, pour recompter les votes, dans la province de Guayas et dans la moitié des provinces.

Pour le PVP, les préoccupations des démocrates sont suffisamment fondées.

 

A cet égard, il indique que selon la presse équatorienne, la décision prise par le CNE (Conseil National Electoral) a été publiquement applaudie par le secrétaire général de l’OEA, l’Organisation des Etats Américains,Luis Almagro, qui a félicité les deux candidats réunis et le pouvoir électoral, pour assurer par ce pas la volonté des Équatoriens'.

Face à cette nouvelle, l’ancien président Evo Morales a assuré que 'l’intérêt du Conseil National n’est pas la démocratie, mais de soutenir des candidats et des gouvernements néolibéraux, nos frères équatoriens doivent être vigilants', note l’éditorial des communistes.

Il détaille également que Ricardo Patiño, ministre de plusieurs portefeuilles sous le gouvernement de Rafael Correa, a appelé à faire attention aux attentives d’utiliser cette situation pour tenter de reporter ou d’annuler les élections, face à l’évidente défaite au premier tour de Guillermo Lasso, le candidat de la banque et du gouvernement.

Il qualifie de grand danger une nouvelle tentative de discréditer la candidature d’Arauz, avec le sceau typique de la CIA en prétendant l’accuser d’avoir reçu 80 000 dollars de l’ALN (Armée de libération nationale) de Colombie.

Pour illustrer cette farce, l’éditorial reproduit les déclarations de l’ancien président équatorien Rafael Correa, qui a rappelé que lorsqu’il avait clairement des chances de remporter les élections en Équateur en 2006, une campagne de discrédit avait été orchestrée prétendant qu’il avait été financé par les FARC (les Forces Armées Révolutionnaires de Colombie).

'C’est un feuilleton télévisée. Ils sont désespérés parce qu’ils vont être battus. Nous nous attendions déjà à une telle farce, nous ne savions pas par d’où elle viendrait, mais nous savions qu’elle viendrait... Ils ne savent plus quoi dire ni quoi faire', a déclaré Correa.

Source Prensa Latina

Édité par Reynaldo Henquen

source : https://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/247963-les-communistes-costariciens-denoncent-un-possible-coup-detat-en-equateur

Tag(s) : #PVP#CostaRica#equateur

EN EQUATEUR, UN DEPARTAGE DES VOIX EST NECESSAIRE POUR SAVOIR QUI AFFRONTERA ANDRES ARAUZ AU SECOND TOUR

10 Février 2021

Par: Guillermo ALvarado

Les candidats à la présidence et à la vice-présidence de l'Équateur de la coalition progressiste Unión Por la Esperanza, Union pour l’Espoir), Andrés Arauz et Carlos Rabascal, respectivement, ont remporté la victoire aux élections de ce dimanche, mais ils devront affronter un second tour.

Le duo a obtenu un large avantage avec 32,27% des voix, cependant ce résultat était loin de la limite de 40 % fixé par les lois en vigueur pour remporter la victoire.

Les deux candidats suivants sont le leader écologiste indigène, Yaku Pérez, proposé par l'organisation Pachakutik, avec 19,80%, puis il y a le banquier conservateur Guillermo Lasso, qui a atteint 19,65 % selon des rapports de résultats encore incomplets.

La faible différence entre les deux candidats exigera un recomptage des votes, un processus qui peut prendre quelques jours, on ne sait donc pas encore qui ira au dernier tour le 11 avril.

Yaku Pérez a remis en cause les résultats annoncés par le Conseil Electoral National dans la ville de Guayaquil, capitale de la province de Guayas, où, dit-il, il avait une très grande différence en sa faveur et il apparaît soudain presque à égalité avec Lasso, candidat du mouvement Creo (Je crois). .

À la quatrième place se trouvait le candidat de la gauche démocratique, Javier Hervas, avec un surprenant 13% des voix en sa faveur.

Bien que 16 candidats se soient inscrits à ces élections, ce sont ces quatre partis qui ont remporté près de 85% des voix, laissant les 12 autres candidats loin derrière, y compris certains anciens politiciens équatoriens, comme Lucio Gutiérrez ou Gustavo Larrea.

Malgré la Pandémie du Covid-19, qui a durement frappé ce pays, la participation des citoyens a bien dépassée les attentes, ce qui a également provoqué des rassemblements d’électeurs dans les bureaux de vote.

Le Médiateur, Freddy Carrión, s'est plaint aux autorités électorales du manque de contrôle dans les bureaux de vote ce qui a mis en péril la santé et la sécurité de nombreuses personnes, exposées à une éventuelle contagion avec le nouveau coronavirus.

Il faudra donc patienter encore un peu avant de savoir qui ira au second tour contre Arauz, ainsi que la composition du nouveau Congrès de ce pays, ce qui décidera  l'équilibre des pouvoirs.

Pour les dirigeants de l'Union pour l’Espoir, le résultat du premier tour a clairement montré  le soutien et  la sympathie populaire pour le programme présenté par leurs candidats. On saura le verdict dans deux mois et deux jours, journée décisive de ce procès électoral.

Édité par Reynaldo Henquen

source : http://www.radiohc.cu/fr/especiales/comentarios/247267-lequateur-departage-des-voix-necessaire

Tag(s) : #equateur#Elections

ELECTIONS EN EQUATEUR : ANDRES ARAUZ REMERCIE LE PEUPLE EQUATORIEN POUR SON SOUTIEN MASSIF

6 Février 2021

 

Quito, 6 février (RHC) Le candidat présidentiel de Correa, Andrés Arauz, a remercié jeudi le peuple équatorien de son soutien et il a exprimé sa confiance dans la victoire des élections du 7 février.

Jeudi soir, quelques heures avant le début du silence électoral dès la première minute de ce vendredi, Arauz a écrit sur Twitter: «Merci, Équateur! Merci, Quito, merci à tous les Équatoriens qui sont descendus dans la rue à Quito».

Les Équatoriens sont appelés aux urnes ce dimanche pour choisir parmi 16 candidats à la présidence et pour renouveler les 137 sièges de l'Assemblée nationale et les cinq sièges du Parlement andin.

Andrés Arauz est en tête des intentions de vote.

En deuxième position des préférences électorales se trouve le banquier Guillermo Lasso, représentant du mouvement CREO, et en troisième position apparaît le candidat du mouvement Pachakutik, Yaku Perez.

 Source: Telesur

Édité par Francisco Rodríguez Aranega

source : http://www.radiohc.cu/fr/noticias/internacionales/246873-andres-arauz-remercie-le-peuple-equatorien-pour-son-soutien-massif

Tag(s) : #equateur#Elections#Arauz

UN NOUVEAU SONDAGE PLACE ANDRES ARAUZ EN TETE DES ELECTIONS PRESIDENTIELLES DU 7 FEVRIER 2021 EN EQUATEUR

Un nouveau sondage place Andres Arauz en tête des élections présidentielles en Équateur

Équateur Équateur | January 17, 2021

Le vote est obligatoire en Équateur. Et les résultats exprimés par le CNE en pourcentage se calcule après avoir retiré le nombre de vote nuls ou blancs. C'est cette même méthodologie qu'a suivi le sondeur Market Asesores. Toutefois, il faut souligner un fort taux d'intention de vote blanc ou nul (entre 30 et 35% chez tous les sondeurs). Ce qui en fait pour l'instant l'option préférée des équatoriens, et évidemment un grand réservoir de vote pour les candidats, et évidemment un grand réservoir de vote pour les candidats á trois semaines des élections présidentielles.

En Équateur, un candidat peut gagner une élection présidentielle au premier tour s'il réalise 40% des voix exprimées avec une différence de 10% sur le second. Cette configuration n'est pas très éloignée des résultats de l'enquête suivante. Les 2 Rives 

L'intention de vote pour le candidat de l'Union pour l'espoir (UNES), Andrés Arauz [candidat de la Révolution citoyennen, NdT], a atteint 37,61%, selon le sondeur Market asesores. En deuxième position se trouve Guillermo Lasso [candidat néolibéral, NdT] avec 30,88%, en troisième position Yaku Pérez [candidat du mouvement indigène, NdT] avec 13,86%, en quatrième position Lucio Gutiérrez [ancien président chassé du pouvoir par le Peuple en 2005, NdT] avec 1,10% et en cinquième position César Montúfar avec 1,08%.

Selon l'enquête, Arauz a 54,34% de soutien à Portoviejo, 37,84% à Guayaquil [le poumon économique, NDT], 33,06% dans la capitale Quito et 23,29% à Cuenca [la troisième ville du pays, NdT]. 40,89 % d'intention de vote proviennent de personnes âgées de 55 ans ou plus. Le sexe qui le soutient le plus est le sexe masculin avec 38,36%.

En revanche, Lasso a 33,73% de soutien à Cuenca, 31,76% à Guayaquil, 31,05% à Portoviejo et 28,57% à Quito. Yaku Perez affiche un soutien de 34,14% à Cuenca [il est l'ex président de la région englobant Cuenca, NdT],13,47% à Quito, 13,18% à Guayaquil et 5,48% à Portoviejo.

Les informations ont été obtenues grâce à une enquête directe auprès des personnes de plus de 18 ans. Au total, 1520 cas valables ont été étudiés dans les paroisses urbaines et rurales des villes de Quito, Guayaquil, Cuenca, Manta et Portoviejo. Il a un niveau de confiance de 95% avec une marge d'erreur de +/-3%.

 

Source: Radio La Calle - Traduction: Romain Migus

https://www.les2rives.info/arauz_encuesta_market