EUROPE

EUROPE

BELGIQUE : CE 1er MAI, NOUS NE RESTERONS PAS SILENCIEUX. ET VOUS ?

22 Avril 2021

La Fête du Travail approche à grands pas. Les jours deviennent plus longs, plus chauds et plus combatifs. 

Le 1er Mai, nous nous rassemblons pour exiger le respect. Le respect pour toutes celles et tous ceux qui ont fait tourner la société avant et pendant la pandémie, et qui doivent maintenant se contenter de miettes. Pour toutes celles et tous ceux qu'on a applaudis il y a un an, mais à qui on demande de se taire lorsqu'il s'agit d'augmenter les salaires. Le 1er Mai, nous ne resterons pas silencieux. 

Vous serez des nôtres ? Voici le programme : 


            </div>
    
                    </div>
            </div>
                     <div class=

L'ARMEE DES USA "DEFENSEUR" DE L'EUROPE ARRIVE

L’armée USA “défenseur” de l’Europe arrive

Par Manlio Dinucci

Mondialisation.ca, 30 mars 2021

ilmanifesto.it

 6   0  0 

 

  8

Toute l’Europe n’est pas paralysée par les confinements anti-Covid : en effet s’est mis en marche le mastodonte exercice annuel de l’Armée USA, Defender-Europe, qui jusqu’à fin juin mobilise sur le territoire européen, et au-delà de celui-ci, des dizaines de milliers de militaires avec des milliers de blindés et autres véhicules. Le Defender-Europe 21 non seulement reprend le programme de celui de 2020, redimensionné à cause du Covid, mais l’amplifie.

Pourquoi le “Défenseur de l’Europe” arrive-t-il de l’autre rive de l’Atlantique ? C’est ce qu’ont expliqué les 30 ministres des Affaires étrangères de l’OTAN (pour l’Italie Luigi Di Maio), réunis physiquement à Bruxelles les 23-24 mars : “La Russie, avec son comportement agressif, mine et déstabilise ses voisins, et tente d’interférer dans la région des Balkans”. Scénario construit avec la technique du renversement de la réalité : par exemple en accusant la Russie de tenter d’interférer dans la région des Balkans où l’OTAN a “interféré” en 1999 en larguant sur la Yougoslavie, avec 1.100 avions, 23.000 bombes et missiles.

Face à l’appel au secours des alliés, arrive l’Armée USA pour “défendre l’Europe”. Le Defender-Europe 21, sous commandement de l’Armée USA en Europe et Afrique, mobilise 28.000 militaires des États-Unis et de 25 alliés et partenaires de l’OTAN : ils conduiront des opérations dans plus de 30 aires d’entraînement dans 12 pays, dont des exercices à feu et de missiles. Y participeront aussi l’Aéronautique et de la Marine USA.

En mars a commencé le transfert depuis les États-Unis en Europe de milliers de soldats et de 1.200 blindés et autres équipements lourds. Ils sont en train d’arriver dans 13 aéroports et 4 ports européens, italiens compris. En avril, de trois dépôts pré-positionnés de l’Armée USA -en Italie (probablement Camp Darby), Allemagne et Pays-Bas- seront transférés dans diverses aires d’entraînement en Europe plus de 1.000 équipements lourds, qui seront transportés en autocars, trains et navires. En mai, dans 12 pays, dont l’Italie, se dérouleront quatre grands exercices. Dans l’un d’eux, plus de 5 mille soldats de 11 pays se disperseront dans toute l’Europe pour des exercices à feu.

Alors qu’aux citoyens italiens et européens il sera encore interdit de se déplacer librement, pour des raisons de “sécurité”, cette interdiction ne vaudra pas pour les milliers de soldats qui se déplaceront librement d’un pays européen à l’autre. Ils auront le “passeport Covid”, fourni non pas par l’Ue mais par l’Armée USA, dans lequel on garantit qu’ils sont soumis à “d’étroites mesures de prévention et mitigation du Covid”.

Les États-Unis ne viennent pas seulement “défendre l’Europe”. Le grand exercice -explique dans son communiqué l’Armée USA en Europe et Afrique- “démontre la capacité des États-Unis à être un partenaire stratégique pour la sécurité dans les régions des Balkans et de la Mer Noire, tandis que nous soutenons nos capacités dans l’Europe du Nord, dans le Caucase, en Ukraine et Afrique”. Pour cela le Defender-Europe 21 “utilise les fondamentales voies terrestres et maritimes qui relient Europe, Asie et Afrique”.

Le généreux “Défenseur” n’oublie pas l’Afrique. En juin, toujours dans le cadre du Defender-Europe21, il ira “défendre” la Tunisie, le Maroc et le Sénégal avec une vaste opération militaire allant de l’Afrique du Nord à l’Afrique de l’Ouest, de la Méditerranée à l’Atlantique. Elle sera dirigée par l’Armée USA à travers la Task Force de l’Europe Méridionale dont le quartier-général est à Vicenza. Il faut combattre -explique le communiqué officiel- “l”activité maléfique en Afrique du Nord et Europe Méridionale et l’agression militaire adverse”. On ne spécifie pas qui sont les “maléfiques”, mais la référence à la Russie et à la Chine est évidente.

Le “Défenseur de l’Europe” n’est pas ici de passage. Participe au Defender-Europe 21 le Vème Corps de l’U.S. Army qui, après avoir été réactivé à Fort Knox dans le Kentucky, a constitué son propre quartier-général avancé à Poznan en Pologne, d’où il commandera les opérations le long du flanc oriental de l’OTAN. Participent à l’exercice les nouvelles Brigades d’assistance des forces de sécurité, unités spéciales de l’U.S. Army qui entraînent et conduisent dans des opérations militaires les forces de pays partenaires de l’OTAN (comme le sont Ukraine et Géorgie).

Même si on ne sait pas combien coûtera le Defender-Europe 21, on sait que ce sera nous, citoyens des pays participants, qui paierons, en argent public, alors que se raréfient les ressources pour faire face à la crise. La dépense militaire italienne a grimpé cette année à 27,5 milliards d’euros, c’est-à-dire à 75 millions d’euros par jour. L’Italie a cependant la satisfaction de participer au Defender-Europe 21 non seulement avec ses propres forces armées, mais en tant que pays hôte. Elle aura donc l’honneur, en juin, d’accueillir l’exercice conclusif du Commandement USA, avec la participation de Vème Corps de l’U.S. Army de Fort Knox.

Manlio Dinucci

https://www.mondialisation.ca/larmee-usa-defenseur-de-leurope-arrive/5655053

 

MANLIO DINUCCI : DES MISSILES HYPERSONIQUES EN EUROPE A 5 MINUTES DE MOSCOU

Des missiles hypersoniques USA en Europe à 5 minutes de Moscou

Par Manlio Dinucci

Mondialisation.ca, 30 mars 2021

ilmanifesto.it 23 mars 2021

Région : 

Thème: 

 72   1  2 

 

  82

Quand il y a presque six ans nous titrions sur il manifesto (9 juin 2015) « Les missiles reviennent-ils à Comiso ? », notre hypothèse que les USA voulaient ramener leurs missiles nucléaires en Europe fut ignorée par tout l’arc politico-médiatique. Les événements successifs ont démontré que l’alarme, malheureusement, était fondée. À présent, pour la première fois, nous en avons la confirmation officielle. Elle a été donnée il y a quelques jours, le 11 mars, par une des plus hautes autorités militaires étasuniennes, le général James C. McConville, chef d’état-major de l’Armée des États-Unis. Non pas dans une interview à CNN, mais dans une intervention —dont nous avons la transcription officielle ici  [1] — à une réunion d’experts à la George Washington School of Media and Public Affairs. Le général McConville non seulement communique que l’U.S. Army est en train de se préparer à installer de nouveaux missiles en Europe, d’une façon évidente dirigés contre la Russie, mais révèle que ce seront des missiles hypersoniques, un nouveau système d’arme d’extrême dangerosité. Cela crée une situation à très haut risque, analogue si ce n’est pire que celle dans laquelle se trouvait l’Europe pendant la guerre froide, comme première ligne de confrontation nucléaire entre États-Unis et Union Soviétique.

Les missiles hypersoniques —de vitesse supérieure à 5 fois celle du son (Mach 5), c’est-à-dire plus de 6000 km/h— constituent en effet un nouveau système d’arme avec capacité d’attaque nucléaire supérieure à celle des missiles balistiques. Tandis que ces derniers suivent une trajectoire en arc de cercle pour la plus grande partie au-dessus de l’atmosphère, les missiles hypersoniques suivent par contre une trajectoire à basse altitude dans l’atmosphère directement vers l’objectif, qu’ils atteignent en un temps inférieur en pénétrant dans les défenses ennemies (voir schéma).

Dans son intervention à la George Washington School of Media and Public Affairs —un sommet d’experts—, le général McConville révèle que l’U.S. Army est en train de préparer une « task force » dotée de « capacités de feu de précision à longue portée qui peut arriver n’importe où, composée de missiles hypersoniques, missiles à moyenne portée, missiles pour attaques de précision » et que « ces systèmes sont en mesure de pénétrer l’espace du barrage anti-aérien ». Le général précise ensuite que « nous prévoyons de déployer une de ces task force en Europe et probablement deux dans le Pacifique » (évidemment dirigées contre la Chine). Il souligne enfin que « nous sommes en train de les construire en ce moment, au moment où nous parlons ».

Ceci est confirmé par la Darpa (Agence pour les projets de recherche avancée de la Défense).[2] Dans un communiqué officiel  elle informe avoir chargé Lockheed Martin de fabriquer « un système de missile hypersonique à moyenne portée avec lancement du sol », c’est-à-dire des missiles avec une portée entre 500 et 5500 km de la catégorie qui avait été interdite par le Traité sur les forces nucléaires intermédiaires signé en 1987 par les présidents Gorbatchev et Reagan, déchiré par le président Trump en 2019. Selon les spécifications techniques fournies par la Darpa, « le nouveau système permet à des armes hypersoniques à propulsion par fusée et largage d’une tête planante de frapper avec rapidité et précision des objectifs d’importance critique et prioritaire, en pénétrant des défenses aériennes ennemies modernes. La propulsion avancée par fusée peut transporter diverses charges offensives à plus de distance et elle est compatible avec des plateformes terrestres de lanceur mobiles, qui peuvent être déployées rapidement ».

Le chef d’état-major de l’Armée et l’Agence de recherche du Pentagone informent donc que sous peu les États-Unis déploieront en Europe (on parle d’une probable première base en Pologne ou Roumanie) des missiles armés de « diverses charges offensives », c’est-à-dire de têtes nucléaires et conventionnelles. Les missiles hypersoniques nucléaires à portée intermédiaire installés sur « des plate-formes terrestres mobiles », c’est-à-dire sur des véhicules spéciaux, pourront être rapidement déployés dans les pays de l’OTAN les plus proches de la Russie (par exemple les républiques baltes). Ayant déjà aujourd’hui la capacité de voler à environ 10.000 km/h, les missiles hypersoniques seront en mesure d’atteindre Moscou en 5 minutes environ. La Russie aussi est en train de réaliser des missiles hypersoniques à moyenne portée mais, en les lançant de son propre territoire, elle ne peut pas frapper Washington.

Les missiles hypersoniques russes pourront cependant atteindre en quelques minutes les bases USA, avant tout celles nucléaires comme les bases de Ghedi et Aviano, et d’autres objectifs en Europe. La Russie, comme les États-Unis et d’autres, est en train de déployer de nouveaux missiles intercontinentaux : l’Avangard est un véhicule hypersonique avec portée de 11.000 km et armé de plusieurs têtes nucléaires qui, après une trajectoire balistique, plane sur plus de 6000 km à la vitesse de presque 25.000 km/h. Des missiles hypersoniques sont aussi en train d’être réalisés par la Chine. Les missiles hypersoniques étant guidés par des systèmes satellites, la confrontation-réaction se déroule de plus en plus dans l’espace : à cet effet a été créé en 2019 par l’administration Trump la Force Spatiale des États-Unis.

Les armes hypersoniques, dont sont dotées aussi les forces aériennes et navales qui ont une plus grande mobilité, ouvrent une nouvelle phase de la course aux armements nucléaires, rendant en grande partie dépassé le traité New Start à peine rénové par USA et Russie. La course passe de plus en plus du plan quantitatif (nombre et puissance des têtes nucléaires) à celui qualitatif (vitesse, capacité pénétrante et délocalisation géographique des vecteurs nucléaires). La riposte, en cas d’attaque ou présumée telle, se trouve de plus en plus confiée à l’intelligence artificielle, qui doit décider le lancement des missiles nucléaires en quelques secondes ou fractions de seconde. Ainsi augmente de façon exponentielle la possibilité d’une guerre nucléaire par erreur, plusieurs fois risquée pendant la guerre froide. Le « Docteur Folamour » ne sera pas un général fou, mais un super-ordinateur devenu fou. L’intelligence humaine manquant pour arrêter cette folle course à la catastrophe, il faudrait au moins que se déclenche l’instinct de survie, qui jusqu’ici ne s’est réveillé que pour le Covid-19.

Les divers types de missiles hypersoniques

Ceux avec propulsion par fusée larguent une tête planante, qui évolue à vitesse hypersonique entre 50 et 100 km d’altitude, en manœuvrant pour éviter les missiles intercepteurs.

Ceux dotés d’un propulseur de type statoréacteur à combustion supersonique volent à basse altitude, à vitesse hypersonique, en suivant le contour du relief et en manoeuvrant comme des missiles de croisière. À cause de la courbure de la Terre, ils ne sont repérés par les radars terrestres que quand ils sont à 1-2 minutes de l’objectif. Leur repérage radar est rendu plus difficile du fait qu’à vitesse hypersonique, se forme autour de la tête une gaine de plasma à haute température.

Les USA sont en train de réaliser les missiles hypersoniques suivants :

Un missile à portée intermédiaire sur lanceur mobile pour l’Armée, développé par la Darpa et construit par Lockheed Martin dans le programme Operational Fires.

Un missile à longue portée avec propulsion à fusée et largage d’une tête planante, lancé du sol, par l’Armée. Un missile d’attaque avec propulsion à fusée et largage d’une tête planante, lancé d’unités de surface et sous-marins de la Marine.

Un missile à statoréacteur à combustion supersonique (scramjet) et un avec propulsion à fusée et largage d’une tête planante pour l’Aéronautique.

Manlio Dinucci

 

Article original en italien :

In Europa i missili ipersonici degli Usa . È corsa al riarmo

Édition de mardi 23 mars 2021 d’il manifesto

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio.

Pour la version française tous les termes techniques (armement) ont été revus par J-M S., ingénieur retraité de la Direction Générale de l’Armement , que l’auteur et la traductrice remercient vivement ici.

Lire également :

L’armée USA “défenseur” de l’Europe arrive

 

 

Notes :

1 McConville, James. Project for M e dia and National Security [https://cpb-us-e1.wpmucdn.com/blogs.gwu.edu/dist/2/672/files/2018/02/DWG-McConville-210311.pdf]. DARPA, 11 mars 2021.

2 DARPA’s Operational Fires Ground-Launched Hypersonics Program Enters New Phase [https://www.darpa.mil/news-events/2021-01-21]. DARPA, 11 janvier 2021. 

La source originale de cet article est ilmanifesto.it

Copyright © Manlio Dinucci, ilmanifesto.it, 2021

https://www.mondialisation.ca/des-missiles-hypersoniques-usa-en-europe-a-5-minutes-de-moscou/5655040

3ème GUERRE US CONTRE L'EUROPE

Une Amérique finissante qui traine l'Europe dans une guerre "nucléaire"

Thursday, 18 March 2021 3:14 PM  [ Last Update: Thursday, 18 March 2021 3:13 PM ]

US Rep. Ilhan Omar (D-MN) (L) talks with Speaker of the House Nancy Pelosi (D-CA) during a rally with fellow Democrats before voting on H.R. 1, or the People Act, on the East Steps of the US Capitol on March 08, 2019 in Washington, DC. (AFP photo)

Le ministre russe de la Défense, Sergueï Choigou, dit que Moscou fera des représailles face au déploiement éventuel de missiles américains à moyenne portée en Europe. @avia.pro

La Seconde Guerre mondiale, les USA l’ont fait sur le dos de l’Europe. La Guerre froide, ils l’ont mené contre les intérêts de l’Europe et leur guerre nucléaire qu’ils disent vouloir conduire à l’aide des bombes tactiques nucléaires et pour laquelle ils ont même fait des essais à Ramstein en Allemagne, essais secrets bien sûr ils iront le commencer sur le territoire de « SmallBrother » ? Probable vu la concentration de bombes nucléaires tactiques à travers tout le vieux continent et ces divers prétextes qu’ils trouvent pour faire remonter l’Europe orientale contre la Russie tout comme l’Europe Nord. Le ministère russe de la Défense confirme qu’il est prêt à agir avec fermeté en cas de déploiement du MRBM en Europe.

Le ministre de la Défense de la Fédération de Russie, Sergueï Choigou, a déclaré que la partie russe était prête à agir avec fermeté au cas où l’armée américaine déploierait des missiles balistiques à moyenne portée et d’autres armes de missiles en Europe. La déclaration est intervenue sur fond d’informations diffusées par Washington sur ses intentions de commencer à déployer ses missiles balistiques à moyenne portée en Europe.

 

« Nous nous sommes engagés à ne pas déployer de telles armes si elles ne sont pas déployées en Europe. Autrement dit, nous ne le ferons pas non plus. Mais s’il est affiché, nous y répondrons naturellement de manière appropriée. Ainsi que dans l’est de notre pays, bien sûr, je veux dire le déploiement possible sur le territoire du Japon et de la Corée du Sud » - a déclaré le ministre russe.

Lire : Des ICBM russes qui intéressent fort l’Iran

Les experts n’excluent pas que la partie russe soit prête à mettre en service les derniers systèmes de missiles balistiques, ainsi que les systèmes de missiles « Calibre » et « Dagger », ce qui font beaucoup de mécontentement auprès des Américains, puisque ces derniers ont une portée qui atteint presque n’importe quel point sur les territoires de l’Europe.

Puis, on a appris la rupture de tous les contacts existants entre la Russie et l’OTAN. Le ministère des Affaires étrangères de Russie a indiqué que la Russie a complètement rompu tous les contacts avec l’OTAN. « Après des accusations européennes, la tenue des rencontres n’a plus de sens. L’OTAN a abandonné toutes les structures préparatoires, c’est-à-dire - un groupe de travail, un comité préparatoire et le conseil lui-même au niveau des ambassadeurs. Tous les éléments, à l’exception de la réunion des ambassadeurs, ont été détruits, ils ne fonctionnent plus. », a déclaré le vice-ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie Alexander Grushko.

USA: 1er acte de guerre anti-Russie?

USA : 1er acte de guerre anti-Russie ?

À la suite de l’explosion d’une torpille et de mines, un grand navire anti-sous-marin russe a subi des dommages colossaux.

Une guerre avec la Russie n’est pas un expédient aisé, loin s’en faut, c’est même une voie suicidaire. Mais les USA n’ont plus d’options alternatives. Sa narration ne suscite plus d’adhésion comme le démontre l’échec de l’ingénierie sociale en Syrie ou encore au Myanmar en dépit d’efforts colossaux. Le cycle entamé laisse entrevoir le pire pour l’Europe qui risque de devenir un terrain de jeu US par faute des Américains. Et dire que la Chine pourrait s’y rallier. La Chine, longtemps adepte du profil bas et effacé, d’une politique étrangère sort basée sur le développement économique, est maintenant persuadée de l’inéluctabilité de cette éventualité du clash. Et cette évaluation n’est pas en relation avec le statut de Taïwan ou les îlots de la mer de Chine méridionale, mais avec une perception assez lucide des intentions réelles de ses adversaires.

https://french.presstv.com/Detail/2021/03/18/647568/La-Russie-d%C3%A9ploie-ses-missiles-balistiques-en-Europe-

BELGIQUE : UNE INFIRMIERE DE 30 ANS PERD DEFINITIVEMENT LA VUE DE SON ŒIL DROIT APRES SA VACCINATION ANTI-COVID AVEC LE VACCIN ASTRAZENECA

Une infirmière belge de 30 ans perd définitivement la vue de l’œil droit quelques heures après sa vaccination anti-Covid

Par Pierre-Alain Depauw

Mondialisation.ca, 17 mars 2021

Ma France 13 mars 2021

Région : 

Thème: 

Analyses: 

 11   0  0 

 

  16

L’information rapportée par Sudpresse ce samedi est confirmée par le ministère belge de la Santé. 

À Liège, quelques heures après avoir été vaccinée contre le Covid, Catherine, une jeune infirmière âgée de seulement 30 ans, a été victime d’une thrombose d’origine artérielle à la suite de laquelle la jeune femme a perdu l’usage de son œil droit. Les dégâts seraient irréversibles.

Cette infirmière avait reçu le vaccin AstraZenaca de plus en plus décrié. Catherine s’était présentée le 1er mars au centre de vaccination de Bierset pour y recevoir la première dose du vaccin.

Sudpresse livre quelques détails :

Quelques heures plus tard, elle se réveille en pleine nuit et se rend compte qu’elle ne voit plus de son œil droit. Au CHU du Sart Tilman, les médecins lui diagnostiquent une thrombose d’origine vasculaire. « Ils me rassurent en disant que c’est momentané et que ma vue va revenir dans les prochains jours, explique Catherine. Mais trois jours après, je ne voyais toujours pas. » Elle retourne à l’hôpital et des examens plus poussés indiquent alors une thrombose d’origine « artérielle ».

Au cabinet du ministre Vandenbroucke, on nous confirme que deux cas de thrombose ont été « rapportés », dont un à Liège, entendez signalés à l’Agence fédérale des médicaments (AFMPS) après un vaccin AstraZeneca. « Ce qui ne signifie pas qu’il y a par ailleurs un lien de cause à effet », nous dit-on.

Alors qu’une dizaine de pays européens ont déjà décidé de suspendre le vaccin AstraZeneca pour compléments d’étude suite à des cas de thrombose suspects, la vaccination avec AstraZeneca continue en Belgique comme en France.

Pierre-Alain Depauw

La source originale de cet article est Ma France

Copyright © Pierre-Alain DepauwMa France, 2021

https://www.mondialisation.ca/une-infirmiere-belge-de-30-ans-perd-definitivement-la-vue-de-loeil-droit-quelques-heures-apres-sa-vaccination-anti-covid/5654539

L'ALLEMAGNE SUSPEND A SON TOUR LA VACCINATION AVEC LE VACCIN ASTRAZENECA

 

URGENT

L'Allemagne suspend à son tour la vaccination avec AstraZeneca

EUROPE

15:40 15.03.2021(mis à jour 15:58 15.03.2021)URL courte

Par 

 0 220

S'abonner

Suivant l’exemple de plusieurs pays européens, l'Allemagne a suspendu «à titre préventif» l’utilisation du vaccin de la société pharmaceutique suédo-britannique AstraZeneca, a annoncé ce lundi 15 mars le ministère de la Santé.

Les autorités sanitaires allemandes ont annoncé ce lundi 15 mars avoir suspendu l'utilisation du vaccin contre le Covid-19 du laboratoire suédo-britannique AstraZeneca «à titre préventif» après le signalement d'effets secondaires.

L'institut médical Paul-Ehrlich, qui conseille le gouvernement, «estime que d'autres examens [sont] nécessaires» après des cas de formation de caillots sanguins chez des personnes vaccinées en Europe, a précisé un porte-parole du ministère de la Santé.

Détails à suivre

https://fr.sputniknews.com/europe/202103151045351836-lallemagne-suspend-a-son-tour-la-vaccination-avec-astrazeneca/

MANLIO DINUCCI : L'EUROPE APPELEE AUX ARMES CONTRE LA RUSSIE ET LA CHINE

L’art de la guerre

L’Europe appelée aux armes contre Russie et Chine

Manlio Dinucci

 

L’Accord Ue-Chine sur les investissements, conclu le 30 décembre par la Commission européenne, pourrait ne pas être ratifié par les eurodéputés sur la base de l’accusation que Pékin viole les droits humains. C’est le paravent derrière lequel se cache le véritable motif : la croissante pression exercée par les États-Unis sur l’Europe pour créer une coalition contre la Chine. La stratégie de Washington -d’Obama à Trump et à Biden maintenant- est celle de l’”endiguement” de la Chine, dont la croissance met en question l’ordre économique mondial dominé jusqu’à présent par les États-Unis et par les plus grandes puissances occidentales.
 
  Ce sont les multinationales et d’autres entreprises étasuniennes et européennes qui ont délocalisé depuis des décennies une grande partie de leurs productions en Chine, en réalisant d’énormes profits. La Chine n’est cependant pas restée simplement l”usine du monde” dans laquelle on va produire parce que la main d’oeuvre coûte moins cher. Elle a réalisé son propre développement productif et technologique et, sur cette base, des projets comme la Nouvelle Route de la Soie. En phase avancée de réalisation, celle-ci consiste en un réseau routier et ferroviaire entre la Chine et l’Europe à travers l’Asie Centrale, le Moyen-Orient et la Russie, couplée à une voie maritime à travers l’Océan Indien, la Mer Rouge et la Méditerranée. Pour les infrastructures routières, ferroviaires et portuaires dans plus de 60 pays sont prévus des investissements pour plus de 1000 milliards de dollars. Dans ce cadre, la Chine est devenue le principal partenaire commercial de la Russie. Les relations économiques entre les deux pays se sont renforcées, surtout après les sanctions imposées par Etats-Unis et Ue à la Russie, avec un échange qui a dépassé les 100 milliards de dollars annuels, et il est en développement.

   L’échange entre États-Unis et Chine reste six fois plus grand. Mais, étant donné que de nombreux produits sur le marché étasunien sont fabriqués en Chine par des multinationales USA ou fournis par des sociétés chinoises, les États-Unis enregistrent dans le commerce bilatéral un déficit de plus de 300 milliards de dollars annuels. En outre a été observé un écroulement des investissements chinois aux États-Unis à buts productifs, qui ont baissé de 90% en trois ans (de 46,5 à 4, 8 milliards de dollars), alors que ceux des États-Unis en Chine sont restés à environ 13 milliards. En même temps le pourcentage de la dette étasunienne de plus de 27.000 milliards de dollars, possédé par la Chine, a diminué de 14% en 2011 à 5% en 2020. Plus grave encore pour Washington est le fait que le pourcentage en dollars des réserves monétaires chinoises est tombé en quatre ans de 79% à 59% et que la Chine cherche des monnaies alternatives au dollar à utiliser dans le commerce international.

   Ne pouvant pas arrêter ce processus qui peut mettre fin à la prédominance économique des États-Unis, Washington jette son épée dans le plateau de la balance. L’”endiguement” économique devient “endiguement” militaire. L’amiral Phil Davidson, qui est le chef du Commandement Indo-Pacifique des États-Unis (dont l’aire de responsabilité couvre la Chine et 35 autres pays), a requis au Congrès plus de 27 milliards de dollars sur cinq ans pour construire autour de la Chine un rideau de bases de missiles et systèmes militaires, y compris une constellation de radars sur des plate-formes spatiales. “Nous devons commencer à affronter la Chine depuis une position de force”, a déclaré au Sénat Antony Blinken, secrétaire d’État de l’administration Biden.

   À la Conférence de Munich sur la Sécurité, le 19 février, le secrétaire général de l’OTAN Stoltenberg a affirmé : “Europe et Amérique du Nord doivent défendre l’ordre international, que Chine et Russie défient en tentant de récrire ses règles au bénéfice de leurs propres intérêts”. Après avoir accusé la Russie de “comportement déstabilisant”, il a déclaré que “l’ascension de la Chine est une question déterminante pour la communauté transatlantique”. Il a ensuite annoncé une prochain “ajournement du concept stratégique de l’OTAN” parce que “nous avons besoin de nous renforcer militairement” avec des “partenaires proches comme Australie et Japon”. Appel aux armes donc pour les alliés des USA, non seulement contre la Russie en Europe mais contre la Chine en Asie. Avec pour résultat que Russie et Chine renforcent leur alliance aussi sur le plan militaire.

 

Édition de mardi9 mars 2021 d’il manifesto

https://ilmanifesto.it/leuropa-chiamata-alle-armi-contro-cina-e-russia/ 

Traduit de l’italien par M-A P.

1034 ARTISTES IRLANDAIS BOYCOTTENT "ISRAËL" CULTURELLEMENT

Plus de 1.000 artistes irlandais boycottent ‘Israël’ culturellement

 Depuis 2 jours  27 janvier 2021

irlande_bds

 Amérique et Europe - Irlande - Spécial notre site

 

Rédaction du site

irlande_bds-png1

Premier boycott culturel international de l’occupation israélienne, plus d’un millier d’artistes en Irlande ont signé un engagement en fonction duquel ils boycottent culturellement l’occupation israélienne, refusent de célébrer toute activité culturelle conjointe avec elle, et rejettent tout financement israélien pour un spectacle culturel.

Zoe Lawlor, la coordinatrice des relations culturelles à la Fondation «Solidarité irlando-palestinienne », a déclaré le lundi 25 janvier que le nombre d’artistes atteint plus d’un millier est «un jalon qui illustre  l’importance de la solidarité du peuple irlandais avec le peuple palestinien».

Lawlor a indiqué que les Palestiniens « souffrent depuis 73 années de dépossession, de nettoyage ethnique, d’apartheid, d’exil forcé et de l’échec des gouvernements occidentaux à punir Israël », soulignant qu’ils « ont besoin de la solidarité des gens de conscience ».
« Cet engagement joue un grand rôle à cet égard », a-t-elle signifié.

Les 1 034 signataires comprennent des acteurs, des écrivains, des poètes, des peintres, des sculpteurs, des cinéastes, des danseurs, des architectes, des compositeurs, des designers et des musiciens, y compris de nomhttps://french.almanar.com.lb/1995985breux membres de l’Académie des artistes irlandais Aosdána, parrainée par l’État.

https://french.almanar.com.lb/1995985

DE L'UNION EUROPEENNE A "L'UNION DE L'ENFERMEMENT"

De l’Union européenne à « l’Union de l’enfermement »

Par Jean-Michel Grau

Mondialisation.ca, 25 janvier 2021

 2   0  0 

 

  2

A Coralie Delaume (1976-2020)

Après avoir décrit le rôle joué par Klaus Schwab, grand architecte du Grand Reset avec le Covid 19 construit et planifié de toutes pièces au sein du Forum de Davos dans lequel barbotte ce grand crocodile mondialiste, et le rôle de son ingénieur en chef, Christian Drosten, conseiller-virologue apprenti sorcier d’Angela Merkel, suffisamment influent au point d’imposer à tout le monde occidental des décisions de distanciations sociales, de port du masque obligatoire et de confinement ravageuses, il est temps de dévoiler maintenant au grand jour le rôle de l’architecture carcérale qui a permis à la dictature sanitaire de Klaus Schwab de se réaliser : l’Union Européenne.

« L’Europe, c’est la paix »

Telle est la ritournelle que l’on serine à tous les peuples européens à tous les temps et sur tous les modes depuis la 2ème guerre mondiale et ses 60 millions de morts suite à la chute du IIIème Reich. Oui mais voilà, c’est oublier que la paix a été avant tout construite sur la dissuasion nucléaire après la défaite japonaise suite aux bombes atomiques d’Hiroshima et Nagasaki, prélude à la guerre froide et à la division du monde Est-Ouest jusqu’à la chute du mur de Berlin.

Comme le disait très justement Coralie Delaume, étoile trop tôt disparue dans la nuit européenne :

« Faire advenir la paix ne suffit pas à constituer un projet politique et n’a pas empêché la multiplication des institutions technocratiques chargées de le mettre en œuvre. Aujourd’hui, ces institutions se sentent désormais suffisamment fortes pour s’affranchir des Etats européens et contribuer à vider progressivement de leur substance les Etats membres de l’Union, trop heureux de pouvoir se défausser de leurs responsabilités sur Bruxelles ou Francfort. Cette démission des politiques s’accompagne désormais d’une crise économique redoutable. Une situation que les peuples acceptent de moins en moins, sentant bien qu’au nom de « la paix », on leur demande d’entériner tout à la fois leur appauvrissement et l’abandon de leur souveraineté. » (1)

A tel point qu’après avoir bafoué les non au référendum de 2005 en France et aux Pays-Bas, les parlements ont entériné la constitution européenne avec le traité de Lisbonne deux ans plus tard. Aujourd’hui, l’Union européenne franchit un pas supplémentaire en mettant en œuvre toutes ses forces de coercition et de chantage à la peur contre les peuples européens pour le plus grand bonheur de l’oligarchie mondialiste à l’origine de cette gigantesque prise d’otages de masse avec un virus létal à 0,05 %. Pour bien comprendre comment on en est arrivé là, il faut faire un bref retour en arrière aux origines de l’Union européenne.

Celui qu’on a appelé et qu’on appelle encore abusivement « le père de l’Europe », Jean Monnet, obscur négociant en cognac adoubé par les Américains dans les années 30 via les banques et la finance internationale, avait conscience que l’Europe ne devait être qu’une première étape vers le mondialisme dont il était un chaud partisan. Avec l’apparition d’un marché mondial sans un état de droit mondial, la création de l’Euro était donc bien un piège, et l’adopter mettait la main dans un engrenage conduisant à un nouvel ordre mondial sans avoir à donner la parole aux peuples.

Ainsi, selon l’historien Eric Branca, « dès 1952, lors de l’entrée en vigueur de la Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier (CECA), Jean Monnet avait-il préconisé cet effet d’engrenage, à savoir un transfert « en douceur » mais irréversible des compétences régaliennes vers des organismes techniques échappant à la volonté des peuples.» (2)

Le rôle abject de l’UE dans la crise grecque, bras armé de la troïka avec l’Allemagne à la manœuvre, n’en est que le meilleur exemple.

Ainsi, Giscard d’Estaing, considéré aujourd’hui comme le « père de la constitution européenne » s’acharnera-t-il à réaliser le programme de Jean Monnet, à savoir « la fusion progressive des nations européennes en un Etat fédéral expérimental, prélude d’un gouvernement mondial » Sous son septennat sera créé le Conseil européen des chefs d’Etat et de gouvernement, puis sera décidée, en 1977, l’élection du Parlement européen au suffrage universel et en 1979 sera créé le Système monétaire européen, matrice d’où sortira avec le traité de Maastricht en 1992, l’instauration d’une monnaie unique européenne, le 1er janvier 1999.

L’Europe est donc tellement peu la paix, qu’elle fera dire en 2015 à son président de la Commission européenne d’alors, Jean-Claude Juncker :

« Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens. »

page2image53819504

Aujourd’hui, en ce début d’année 2021, nous vivons le dernier avatar de l’Union européenne,
à savoir la mise en coupe réglée des peuples européens pris en otage dans des confinements à répétitions pour en faire des esclaves dociles afin de mettre en place le programme totalitaire de l’oligarchie mondialiste grâce à la peur d’un virus savamment entretenue par les médias mainstream. En témoigne la dernière injonction faite aux européens en date du 24 janvier par la geolière commissaire en chef d’imposer des tests PCR négatifs, ausweis obligatoire pour franchir dorénavant les frontières carcérales européennes malgré la reconnaissance récente par l’OMS de l’invalidité des protocoles de tests PCR recommandés par le Dr Drosten.

Mais surtout, l’exemple de la crise sanitaire montre bien le rôle central joué par l’UE dans la destruction méthodique des Etats européens : la Commission européenne, dans sa volonté hystérique de réduire les dépenses dans les différents Etats européens, continuait à préconiser en pleine crise du Coronavirus de réduire les dépenses de santé alors que la diminution drastique des lits d’hôpitaux depuis 20 ans en France est à l’origine du désastre sanitaire que nous connaissons depuis un an et du nombre quatre fois plus élevé de décès du Covid qu’en Allemagne.

Martin Schirdewan, député européen, rappelle à juste titre qu’à 63 reprises entre 2011 et 2018, la Commission européenne a recommandé aux Etats membres de l’UE de privatiser des pans entiers du secteur de la santé et de réduire les dépenses publiques en matière de santé.

Ainsi, la France a-t-elle supprimé 100 000 lits d’hôpitaux en 20 ans ! (3)

Le professeur Didier Raoult dans sa dernière communication, enfonce le clou :

« Le niveau d’équipement biomédical dans ce pays, en particulier dans les CHU est beaucoup trop faible : il était tellement indécent il y a vingt ans pour manipuler les bactéries pathogènes que vous n’arriviez même pas à faire ce qu’on fait à Kinshasa!» (4)

Comme le rapportent très justement deux professeurs de l’ESSEC, Marc Guyot et Radu Vranceanu dans La Tribune :

« Ce n’est pas le virus qui a créé la crise économique, mais la façon avec laquelle le gouvernement mène sa politique sanitaire, étant donné l’état déplorable des infrastructures médicales en termes de capacité d’hospitalisation. Ce comportement irresponsable a mené à cette situation de confinements à répétitions en train d’anéantir toute l’économie française. » (5)

Il est maintenant clair que les directives européennes en matière de santé comme dans tant d’autres domaines promouvant le dumping social et fiscal sous prétexte de « concurrence libre et non faussée » mènent droit à la destruction programmée des pays de l’Union. La volonté de l’UE de créer des zones à risque jusqu’au rouge foncé pour entretenir la peur, et un passeport vaccinal réclamé par plusieurs Etats membres pour créer des citoyens de seconde zone selon la feuille de route de Klaus Schwab devrait nous ouvrir définitivement les yeux sur la finalité de l’Union : l’enfermement qui en rappelle un autre : celui des untermenschen dans les Stalags il y a 80 ans.

Qu’en conclure d’autre aujourd’hui sinon que cette Europe, c’est la guerre ?

Jean-Michel Grau

Photo en vedette : Pixabay.com

page3image53868992

Nous sommes les 99%. RESISTANCE!

Notes :

(1) Coralie Delaume, Europe, les Etats désunis, Michalon
(2) Eric Branca, Le dilemme français, Le Spectacle du Monde
(3) topsante.com/medecine/votre-sante-vous/professionnels-de-sante/urgences-en-crise-100-000- lits-ont-ete-supprimes-en-20-ans-632559
(4) youtube.com/watch?v=9LA6Jmf2IzQ
(5) latribune.fr/opinions/tribunes/de-la-crise-sanitaire-a-la-crise-economique-846712.html

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Jean-Michel Grau, Mondialisation.ca, 2021

https://www.mondialisation.ca/de-lunion-europeenne-a-lunion-de-lenfermement/5653113

UNE PREMIERE PLAINTE DEPOSEE EN SERBIE CONTRE L’OTAN POUR AVOIR BOMBARDE LE PAYS A L’URANIUM APPAUVRI EN 1999

Justice (image d'illustration)

Une première plainte déposée en Serbie contre l’Otan sur les bombardements en Yougoslavie

© CC0 / NomeVisualizzato

EUROPE

13:42 25.01.2021URL courte

Par 

8461

S'abonner

Une équipe d’avocats en Serbie poursuit en justice l’Otan pour des bombardements à l’uranium appauvri en 1999. Une première plainte a été déposée le 20 janvier au nom de civils. D’autres devraient suivre. Dans une interview à Sputnik, un avocat serbe dit avoir «rassemblé suffisamment de preuves».

Des Serbes commencent à attaquer en justice l’Otan au nom des victimes des bombardements à l’uranium appauvri en 1999, a déclaré à Sputnik l’avocat Srdjan Aleksic.

Selon un média russe, une première plainte a été déposée le 20 janvier. D’autres suivront d’ici la fin du mois. L’avocat note auprès de Sputnik que c’est la première fois que l’Otan est visée en Serbie au nom de civils.

«Nous parlons des cours supérieures, dans lesquels nous intenterons cinq procès. Les victimes sont des individus - des soldats et des policiers décédés et atteints de maladies de la République fédérale de Yougoslavie, qui se trouvaient au Kosovo en 1999. Nous voulons qu’à la première étape ce soient des cas identiques à ceux de l’armée italienne», expose l’avocat.

À l’instar des militaires d’Europe occidentale qui ont reçu une dose dangereuse de radiations, Srdjan Aleksic prévoit d’obtenir une indemnisation d’au moins 300.000 euros pour chacune des victimes serbes.

«Nous avons rassemblé suffisamment de preuves»

L’avocat a invité dans son équipe l’avocat italien Angelo Fiore Tartaglia qui a représenté avec succès les intérêts de l’armée italienne et qui dispose maintenant de «181 décisions de justice, qui sont déjà entrées en vigueur en Europe».

«Nous avons plus de 3.000 pages de documents, y compris des verdicts, expert opinions, documents d’une commission gouvernementale spéciale Italie. Nous avons rassemblé suffisamment de preuves pour que la décision des cours de Serbie soit en notre faveur», ajoute-t-il.

Après la réception de la demande, la Haute Cour de Belgrade devrait soumettre une notification formelle au siège de l’Otan dans les six mois. Quant à l’Alliance, elle devra y répondre dans les 30 jours.

L’opération de l’Otan

En 1999, pendant onze semaines, l’Alliance a bombardé la Yougoslavie, faisant 2.500 morts. Mais il ne s’agit là que d’un préjudice direct. Les avions de l’Otan ont largué près de 15 tonnes d’uranium appauvri sur le territoire serbe, suite auxquelles près de 5.500 cas de cancer ont été enregistrés pour un million d’habitants.

La Serbie arrive de nos jours en première position en Europe quant au nombre de décès dus au cancer.

https://fr.sputniknews.com/europe/202101251045126995-une-premiere-plainte-deposee-en-serbie-contre-lotan-sur-les-bombardements-en-yougoslavie/